Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’ONU confirme : la crise humanitaire en Syrie est due aux sanctions américaines et européennes

Les experts des Nations unies reconnaissent l’effet néfaste produit par les sanctions américaines et européennes sur la population syrienne.

 

La grave crise économique et humanitaire qui sévit en Syrie est en grande partie due aux sanctions imposées à l’encontre du pays par les États-Unis et l’Union européenne, lit-on dans les documents de l’ONU publiés par The Intercept.

D’après un rapport onusien et des courriels internes des employés de l’organisation cités par l’édition, les sanctions américaines et européennes portent atteinte aux civils syriens et compliquent l’octroi de l’assistance à ce pays ravagé par une guerre civile dévastatrice.

Avant le début des hostilités en 2011, la Syrie était en mesure de satisfaire tous ses besoins sans aide extérieure, alors qu’actuellement le pays est largement dépendant des importations de médicaments, de produits alimentaires, de carburant et de pièces de rechange, se heurtant à des difficultés en raison des mesures restrictives décrétées par Washington.

Les sanctions américaines entravent également l’acheminement de l’aide humanitaire en Syrie, indique le rapport cité par The Intercept. Dans le même temps, dans leurs courriers personnels, les employés de l’ONU reportent sur les États-Unis et l’UE la responsabilité du déficit de produits alimentaires dans le pays.

Un haut responsable de l’organisation souligne que les sanctions occidentales ont provoqué la hausse des prix du blé et du riz de 300 % et de 650 % respectivement. Il affirme en outre que les sanctions ont joué « le rôle principal » dans la destruction du système de santé publique en Syrie.

L’Empire contre la Syrie, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voila plusieurs fois que je lis que la Syrie était auto-suffisante sur le plan alimentaire avant la guerre et en fait c’est faux !
    N’oubliez pas d’où partent les printemps arabes : en toile de fond du mécontentement populaire, qui n’a pas été créé mais exploité par les atlantistes, il y a l’explosion du prix des céréales suite à deux très mauvaises années de récolte (2009 & 2010) en Afrique et au moyen-orient.
    D’autre part l’un des gros problèmes sanitaires en Syrie et en Irak et la diminution constante des ressources en eau et de la qualité de la ressource depuis au moins 15 ans. Il y avait déjà un sérieux contentieux entre ces pays et la Turquie qui a construit de nombreux barrages sur l’Euphrate depuis le début du siècle et qui accaparent le gros de la ressource. En fait ces barrages ont été utilisé comme arme de guerre pour renverser le régime Syrien en douceur et ça n’a pas porter ses fruits.
    Dans un pays comme la Syrie où la principale source d’eau potable diminue de façon constante, c’est très difficile de croire qu’on puisse maintenir la productivité agricole, encore moins l’augmenter.

    Pour le reste c’est probablement vrai, la Syrie avait une petite industrie pharmaceutique et suffisamment de pétrole pour ses propres besoins. Les embargos ont toujours été une arme de guerre, au moins depuis Napoléon.