Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Syrie : l’accord russo-états-unien révèle les intentions cachées des deux Grands

Après cinq années de guerre en Syrie, les masques sont tombés. La diffusion du texte de l’accord russo-états-unien révèle les intentions cachées des deux Grands : couper la « route de la soie » pour Washington, anéantir les jihadistes pour Moscou. En outre, l’échec de cet accord et les débats du Conseil de sécurité attestent du surréalisme de la rhétorique du président Obama : en cinq ans, il n’est pas parvenu à constituer le moindre groupe d’opposition « modérée » et ne s’est donc pas trouvé en mesure de les aligner, contrairement au texte de l’accord. Les États-Unis ne sont pas en mesure d’honorer leur signature.

 

L’échec de l’accord russo-états-unien du 9 septembre et les débats du Conseil de sécurité qui ont suivi permettent de confirmer plusieurs hypothèses.

- L’objectif stratégique actuel des États-Unis en Syrie est bien de couper la « route de la soie ». En préparant durant de nombreuses années, puis en plaçant au pouvoir le président Xi Jinping en mai 2013, la Chine a fait de la restauration de cet axe historique de communication son but principal. Cependant, la Chine étant devenue le principal producteur au monde, Xi a prévu de la doubler par une « nouvelle route de la soie » passant par la Sibérie et l’Europe orientale avant de rejoindre l’Union européenne.

En toute logique, les États-Unis organisent actuellement deux guerres par proxy, au Levant d’une part, en Ukraine d’autre part. L’installation du chaos en Syrie et au Donbass ne vise pas à satisfaire les théories cyniques de Leo Strauss, mais exclusivement à couper les deux trajets de la route.

Sans surprise, le président ukrainien Petro Porochenko est venu participer au Conseil de sécurité pour soutenir la délégation états-unienne accusant la Russie d’avoir bombardé un convoi humanitaire syrien.

- D’autre part, l’accord russo-états-unien prévoyait que les États-Unis sépareraient les combattants « modérés » des « extrémistes » ; puis que ces « modérés » participeraient avec les deux Grands et l’Armée arabe syrienne à la neutralisation des « extrémistes » ; enfin qu’un gouvernement d’union nationale serait formé à Damas, sous la présidence de Bachar el-Assad, intégrant des représentants des « modérés » ayant participé à la bataille finale contre les « extrémistes ».

Or, rien n’a été fait en ce sens. L’engagement du secrétaire d’État John Kerry s’est avéré n’être qu’un vœu pieux. Washington n’a pas trouvé de combattants pour jouer le rôle des « modérés ». En réalité, tous les « modérés » sont des « extrémistes ». Il a donc fallu sauter sur l’occasion – voire l’organiser – du convoi humanitaire brûlé pour échapper à ses propres contradictions. La rhétorique du président Obama selon laquelle il soutient des Syriens qui se battent pour la Démocratie face à un régime qui les réprime ne correspond pas à la réalité. En 2013, le président Vladimir Poutine avait raison de railler les Occidentaux qui considéraient comme « modérés » les cannibales de l’Armée syrienne libre.

- Enfin, cet accord manifeste que l’objectif de la Russie est d’anéantir les jihadistes qui se préparent ici à l’attaquer dans le Caucase. La solution négociée était idéale pour Moscou : elle mettait fin aux souffrances de son allié syrien, elle ouvrait une voie de communication pour son allié chinois, et l’assurait d’en finir avec le jihadisme international. A contrario, Moscou vient de vérifier que, depuis la guerre d’Afghanistan, le jihadisme est une arme états-unienne tournée contre lui et que Washington ne va pas l’abandonner. Bien sûr, les nouveaux jihadistes n’en ont pas conscience, mais ceux qui se battent avec l’aide des États-Unis depuis 38 ans ne peuvent pas ignorer n’être que des supplétifs du Pentagone.

Thierry Meyssan

Comprendre les dessous de la géopolitique avec Kontre Kulture :

Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le titre de cet article est quelque peu trompeur !
    .
    On aurait dit, que les USA et la Russie complotent ensemble ... alors que c’est comme tjrs, les USA qui complotent contre la Russie.

     

  • Situation très complexe pour ma compréhension. Y a t il une personne acqui je pourrais poser des questions par MP.

     

    • Oui, le bon Dieu.

      Lui seul sait et ne se trompe jamais.

      Tous les autres se trompent, au moins partiellement, ou sont des imposteurs.

      J’ai donc téléphoné à moi-même n’ayant pas le numéro du bon Dieu et voilà ce que je me suis dit :
      les dirigeants apparents n’étant pas les dirigeants reels, toutes les raisons plausibles que nous trouverons à leurs conciliabules seront certainement les raisons les plus fausses qui soient !

      Donc, au moins une chose est sûre : les raisons avancées par Meyssan sont...fausses !


  • Obama, en Syrie, cherche à couper “la route de la soie” vers l’Europe !
    Mais au-delà, ce ne serait donc pas pour éviter de laisser l’Afrique aux mains des Chinois que nos chers oligarques n’auraient pas trouvé mieux que cet artifice grotesque qui consiste à laisser les peuples Arabo-musulmans et Subsahariens se répandre sur toute l’Europe d’abord et les États-Unis maintenant, histoire de ne faire qu’UN* ?

    *UN quoi au juste, parce que sociologiquement, c’est totalement raté depuis 50 ans ?


  • ’’Les masques sont tombés" ? Définitivement non.
    Lorsque le conflit syrien est discuté (dans les journaux, à la télé, même entre les gens ordinaires), on le présente comme une lutte entre des rebelles modérés soutenus par les USA, éternels hérauts du Bien, du Vrai et de la Paix, et Sauron el Assad appuyé par Dark Poutine, dictateurs sanguinaires honnis de leurs peuples, lesquels vivent dans une terreur permanente (reportages et docu-chocs nous l’explique à longueur de journée).
    Les masques tombés l’étaient déjà avant ces informations pour ceux suivant les médias alternatifs, mais restent une seconde peau pour la majorité de nos concitoyens,qui vous répètent doctement la doxa en pianotant négligemment sur leur Iphone, histoire de voir combien de ’’j’aime’’ à reçu leur dernier selfie.
    Voilà. C’est un cri du cœur, mais il fallait que ça sorte.


  • Voilà une autre hypothèse à toute cette histoire.
    Moi qui pensais que la guerre en Syrie c’est parce que Bachar avait refusé le gazoduc du Qatar et des saoudiens pour privilégier celui de la russie via l’iran.
    Les USA ayant oublié la possibilité de renverser le président syrien veulent maintenant couper le pays en deux et donc faire passer le gazoduc au nord de la Syrie.