Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Turquie dans les cordes

Erdogan mènera-t-il son pays à sa perte ?

Cela a été une semaine fantastique, qui a vu le premier signe clair de l’effondrement de l’Union européenne et le président turc Erdogan présentant ses excuses à la Russie, pour l’attentat contre le chasseur russe SU-24 au-dessus de la Syrie il y a sept mois. Alors que ce dernier événement a été largement éclipsé par le Brexit, il pourrait être le signe de quelque chose d’encore plus dramatique : l’effondrement en cours de la Turquie.

Cela ressemble-t-il à une hyperbole ?

Regardons de plus près.

La présidence Erdogan n’aura été rien moins qu’un cataclysme pour la Turquie, entraînant une tempête parfaite de crises, chacune très sérieuse :

1) Crise en Syrie : la politique turque de soutien à Daesh pour renverser Assad a échoué. Misérablement. Non seulement Assad est toujours au pouvoir, mais le dernier attentat en Turquie semble indiquer que Daesh se tourne maintenant contre la Turquie (en supposant que l’explication officielle soit vraie, ce qui pourrait ne pas être le cas, comme nous le verrons ci-dessous). L’ensemble de la politique syrienne d’Erdogan est maintenant en ruines.

2) Crise avec l’UE : la dernière chose que les Britanniques ont faite avant le Brexit, a été de dire à la Turquie qu’elle pourrait rejoindre l’UE dans 3 000 ans. D’autres États membres de l’UE ne sont pas aussi directs, mais tout le monde sait que c’est vrai. En outre, la grande alliance amicale entre Erdogan et Merkel a complètement foiré.

3) Crise avec les Arméniens : lorsque le Parlement allemand a reconnu le génocide des Arméniens et que, tout de suite après, le pape a fait de même, il était sacrément clair que les puissances occidentales qui comptent envoyaient à la Turquie un message simple : un doigt d’honneur. Love Story terminée, allez-vous faire foutre !

4) Crise avec les États-Unis : les forces spéciales américaines ont maintenant été repérées en Irak arborant des insignes kurdes. Bien que mineur, cet incident est révélateur et a grandement irrité les Turcs. Traduction : l’Empire a besoin des Kurdes en Irak et en Syrie, la Turquie prend la deuxième place pour l’instant.

5) Crise avec l’Iran : en soutenant Daech, en essayant de saboter le « pipeline islamique » et de renverser Assad, la Turquie s’est complètement aliénée Téhéran.

6) Crise avec les Kurdes : en élevant brutalement le niveau de la violence anti-kurde, les Turcs ont essentiellement relancé une guerre civile à grande échelle et les Kurdes ne montrent aucun signe d’affaiblissement. En fait, ils sont actuellement plus puissants que jamais, grâce à l’invasion américaine de l’Irak.

7) Crise avec l’OTAN : après l’attaque contre l’avion russe SU-24, l’OTAN a clairement indiqué à Erdogan qu’il n’avait qu’à se débrouiller tout seul et que l’OTAN ne participerait pas à une guerre déclenchée par la Turquie.

8) Crise avec la Russie : l’attaque contre le SU-24 n’a pas abouti à la réponse militaire russe prévue, mais a abouti à sept mois de sanctions économiques paralysantes par la Russie et une énorme perte de prestige pour la Turquie. Un peu plus à ce sujet plus loin.

Donc, tout cela peut être résumé en disant que la Turquie, sous Erdogan, a montré un niveau d’incompétence, d’arrogance et d’illusion vraiment digne de l’Ukraine.

Et c’est dans ce contexte vraiment dramatique, qu’Erdogan a dû écrire sa lettre d’excuses.

La première chose qui doit être dite à ce sujet, est que Erdogan a pris un risque politique majeur : après avoir passé des mois à gesticuler et trépigner, déclarant urbi et orbi que la Turquie ne ferait jamais – jamais – d’excuses tout simplement parce qu’elle avait raison, ce virage soudain met Erdogan dans une position très difficile. D’où les premières rumeurs disant que la lettre déclarait qu’il était désolé mais ne s’était pas excusé ou, deuxième variante, que les excuses était seulement destinées à la famille du pilote russe assassiné, mais pas à la Russie. Cela n’a pas duré trop longtemps, et très rapidement les Turcs déboussolés ont renoncé à essayer de donner bonne figure à ces excuses. C’était exactement ce que tout le monde avait compris : de vraies excuses complètes et humiliantes.

Ensuite il y eut une déclaration du ministre turc des Affaires étrangères, niant catégoriquement qu’une compensation serait payée. Cela aussi a duré quelques heures, jusqu’à ce qu’il ait été admis que non seulement la Turquie allait payer, mais qu’elle devrait payer tout ce qui était demandé.

Enfin, il y a une possibilité très réelle que l’attentat terroriste à l’aéroport d’Ankara soit un message très direct envoyé à Erdogan : « Si vous essayez d’apaiser les Russes, nous allons déchaîner l’enfer sur vous. »

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1507941
    le 11/07/2016 par Gibis
    La Turquie dans les cordes

    Dès le début Erdogan, qui n’est au fond qu’un islamiste bêtement sectaire n’a fait que faire régresser la Turquie à tous points de vue ..... Cela ne s’est pas vu tout de suite car il a bénéficié d’une conjoncture économique particulièrement favorable pendant de longues années ..... Mais maintenant que tout le système craque et "fait eau de toutes parts" les choses apparaissent et le peuple turc est au devant de terribles souffrances !!!


  • #1508283
    le 12/07/2016 par aurelien362
    La Turquie dans les cordes

    La diplomatie d’Erdogan depuis 2011 est un désastre (avant, elle se défendait pas mal), mais un point est très exagéré : le fait qu’il se serait "aliéné" l’Iran. Le réalisme prime en fait chez les deux, et les deux pays ont su conserver de bonnes relations, tant ils sont interdépendants.


  • #1508750
    le 12/07/2016 par Obs
    La Turquie dans les cordes

    Pour que l’Europe s’effondre il faudrait que la France ou l’Allemagne claque la porte. Le reste sont des pays de second rang en mode mendiant. L’Espagne et l’Italie sont dans la merde jusqu’au cou...

    Le royaume-uni n’ayant été jamais qu’à moitié dedans, je vois pas en quoi cela signifie la fin de l’EU...