Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La stupéfaction de Michael Moore en visite dans une cantine française

Des repas équilibrés pour les enfants !

Michael Moore , réalisateur américain (Roger et moi, Bowling for Columbine), connu pour ses documentaires critiques sur le système américain, a visité, dans le cadre de son dernier film, «  l’un des meilleurs restaurants » d’un « petit village de Normandie  ». La cantine scolaire de l’école Georges-Pompidou des Andelys (Eure). Les 20 et 21 avril 2015, le réalisateur américain était en tournage dans l’école primaire : il a été bluffé par la qualité de la nourriture servie.

[...]

Pas de soda à la cantine

Une fois par mois, le directeur de l’école réunit la direction et une diététicienne, pour discuter des menus. « Les enfants doivent apprendre, pour plus tard, à manger équilibré et à faire attention à ce qu’ils mangent », détaille Valérie Rano, chargée de l’Enseignement, la réussite éducative et la jeunesse.

Autre différence : les petits Français boivent beaucoup d’eau, à la cantine. Et pas de soda. Au point que Michael Moore a dû amener sa propre canette, discrètement, faute de distributeur automatique. Mais surtout, les écoliers partagent. Alors qu’un jeune garçon tend son assiette à son camarade, la voix off s’interroge : « Depuis quand un enfant partage-t-il sa crème glacée ?  ».

 

La restauration américaine très différente

En parallèle, la fille d’une technicienne de l’équipe de Michael Moore, scolarisée dans une école de Boston, a envoyé des photos de ses repas, à sa mère. Les clichés montrent des plats, pour la plupart, gras et loin d’être équilibrés : nems, pizzas, frites, etc. Face aux clichés, les enfants français ne parviennent pas à identifier tous les éléments du repas, recouverts d’une « sauce bizarre ».

Lire l’article complet sur normandie-actu.fr

 

 


 

Le film Where to invade next (Quel pays envahir maintenant ?), sorti début septembre 2016, n’avait pas beaucoup plu à Jacques Mandelbaum, critique cinéma du journal Le Monde, qui l’avait trouvé démagogique et caricaturalement antiaméricain. Douleur compréhensible d’un quotidien inféodé à l’Empire...

Michael Moore fantasme une Europe
qui n’a jamais été aussi inféodée au modèle américain

La mission de « Where to Invade Next », plus aimable et primesautière qu’à l’ordinaire, consiste donc pour Michael – fort du constat que les États-Unis ont perdu toutes leurs guerres depuis 1945 – à envahir l’Europe au nom de son pays, pour en rapporter des bienfaits susceptibles de servir sa patrie. De cette invasion on ne peut plus pacifique ressort un voyage insolite à travers le Vieux Continent, au cours duquel Moore picore de-ci, de-là, des miettes de sociabilité heureuse, de bonne gouvernance et d’idéal collectif, qu’il accapare pour son pays, dont tout le monde comprend qu’il en est totalement dépourvu et que, ce faisant, le réalisateur taille, comme d’ordinaire, un beau costume à ses dirigeants.

Moore repartira ainsi au pays après avoir annexé d’autorité les congés payés d’Italie, la qualité des cantines scolaires de France, les prisons modèles de Norvège, la législation sur la consommation de drogue du Portugal, le système éducatif de Slovénie, l’efficience démocratique de l’Islande, on en passe et des meilleures. Chaque étape est fabriquée sur le même moule : un Moore faussement ébahi, clignant de l’œil vers le spectateur américain, dialogue avec un interlocuteur qui lui ouvre les perspectives inouïes d’un modèle d’intelligence politique. Tout cela, qui est bel et bon, pourrait nourrir l’éternelle utopie d’un gouvernement idéal des hommes.

- La rédaction d’E&R -

 

La bande-annonce de Where to invade next en anglais sous-titré en français :

Apprendre à manger moins et mieux avec Kontre Kulture

Michael Moore, sur E&R :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1595300

    A leur age , on avait le choix entre une barre de chocolat noir qui éventuellement servait de caillou , ou une patte de fruit bourrée de sucre , mais une tartine de pain dans les deux cas . Tu risquais l’ étouffement , ou l’indigestion . Le reste était immonde , plat et sans âme , a cette époque le progrès c’était tout bon , le congelé , la conserve , l’ instantanée , l’artificiel , le chimique ,le pré-cuit , le prés-ceci , les pires choses , grâce a Dieu , il n’y avait pas encore le micro onde , mais la machine pédalait a fond , aller vite était une valeur , l’efficacité avant tout , les supermarchés poussaient comme des champignons , mais la bête hideuse de la télévision s’est emparé de la maison , de la famille , du lien social , de la tradition , et rapidement elle est devenue la référence , passée dans les mains des marchands , outil de marketing , elle déverse au quotidien la logorrhée manipulatoire de la doxa , imposée par le système capitaliste et la suite tout le monde connait . J’ai connue et me souviens d’un temps ou j’allais a l’école en carriole a cheval , sans aucune voiture dans le village , sans tv , un cinéma une fois par moi dans une grange , et en quelques années hop le monde moderne , je m’en suis jamais remis et je n’y ai vue que de la laideur .

     

    Répondre à ce message

  • #1595335

    Ayant une certaine expérience en restauration , il y a pas mal de vrai la dedans . La qualité de la cuisine en collectivité dépend des ressources et de la motivation du chef de cuisine et de son équipe : viande française , légumes frais etc ... mais ce n’est hélas pas vrai partout .
    Il faut savoir que le Chef est soumit a une limite budgétaire , et elle se chiffre en moyenne par élève , à environs 2.50 euros tout compris , pour les écoles publiques j’entends bien . Et à ce prix là , difficile de privilégier constamment la qualité .
    Enfin pour finir je dirais qu’il y a un gros tabou dans le domaine de la restauration , à savoir les conditions de travail qui sont inacceptables et JAMAIS dénoncée par les politiques ou les médias , je n’en ai jamais entendu parler sauf mélenchon lors du festival de Cannes , mais encore à ce moment cela m’exaspérais de ne pas l’entendre dénoncer l’exploitation ultra aliénante des cuisiniers français , car il se cantonnait au sujet des serveurs à temps partiel ... Enfin bref , il faut en parler .

     

    Répondre à ce message

  • A 1 minute, j’adore la tête des gosses quand Michael Moore essaye de faire de l’humour en français. Je lis dans leurs pensées : "c’est qui celui là, il est pathétique, j’ai pitié de lui. Au secours. Pourquoi il est a notre table ?".
    Humoriste ne s’improvise pas, il faut d’abord avoir envie de faire rire.

     

    Répondre à ce message

  • Michael Moore a fait de bons trucs comme Roger Et Moi ou encore Bowling For Columbine. Mais à partir de Sicko, il s’est mis à faire des films "sur mesures’. Dans ces films, on nous présente, je parle pour nous, une France dans laquelle tout va bien, où tout le monde semble issu de la moyenne bourgeoisie, où tout le monde part en vacances au 4 coins du monde en se rendant à l’aéroport en audi, après que le portail éléctrique se soit refermé...La question que je me pose est : Une vérité biaisée, taillée sur mesure, est-elle vraiment un travail digne d’être mis en avant ?
    En fait, Moore a le froc qui est en train de tomber. Il a cru que si il se faisait pro-européen (moins direct qu’être anti-américain, là le coup est en deux bandes) pour pouvoir être anti-américain sans que ça se voit trop (en bon trotskiste anti lui-même de logiciel), le Do mineur sonnerait comme un La...Faute d’appréciation majeure comme dirait l’autre.
    Quant à la fin du trailer avec la femme qui sauve le Monde (foutaises, on le sauvera tous, ou pas) aidée par la communauté gay, je veux dire, même un nourrisson comprendrait qu’il s’agit au final d’une pub de campagne pour hillary, d’un "sponsored content" comme on dit, genre ces pubs de 5 minutes déguisées en reportages.
    Si vous avez vu Sicko, également de Moore (assez bon, émouvant mais évitant, en partant dans tous les sens, les sujets qui fâchent) et la façon dont la France est présentée (bisounours in parisianist bobos land), alors vous je vous fiche mon billet que là dans les 10 minutes vous allez commencer à vous énerver ! :D
    "Je sais pas moi, qu’il fasse autre chose le mec, qu’il fasse de la mécanique !"
    Dieudo

     

    Répondre à ce message

  • dans les cantines scolaires, au niveau des lycees,le budget est autonome et equilibre. c’est a dire que ce qui est depense doit etre paye par les cotisations des eleves.je conseille aux parents qui veulent se marrer de developper qq competences en comptabilite et d’examiner de pres les comptes de la cantine de leur enfant. Parce que du saumon achete par la cantine et mange par des formateurs ou des cadres de l’EN de passage, y en a...

     

    Répondre à ce message

  • #1595543

    Bien sur qu’il est démago et c’est sa marque de fabrique , ceci dit il s’adresse à la tribu des red neck , faut pas faire de le fin pour convaincre , vu son film , je me suis quand même marrer , la fin est savoureuse , la député islandaise qui lui dit que tout les pays d’Europe se sont inspiré de la constitution américaine et qu’on a gardé le meilleur et eux le pire.
    Pour ceux qui pense qu’il roule pour Hillary , revoir ce billet d’ER , rien n’est moins sur .
    http://www.egaliteetreconciliation....

     

    Répondre à ce message

  • Comparer un salaire US net d’impôt avec un salaire français net de charges sociales mais imposable n’est pas très honnête. Il faudrait aussi prendre en compte, en France la TVA, les autres taxes, etc. et enfin il faudrait savoir de combien cette merveilleuse municipalité où tout est gratuit est endettée...

    C’est un discours très simplifié et unilatéral

     

    Répondre à ce message

  • #1596140

    Remarquez qu’il n’y a que Moore et son preneur de son qui sont obèses dans cette vidéo ! De plus, en bon américain à casquette, il en profite pour faire son petit caca nerveux sur la France quand il dit "On sait que c’est grave quand les Français ont pitié de vous".

    Les Américains, même ceux qui ont un peu de culture, sont convaincus qu’ils ont sauvé la France des invasions allemandes non pas une fois, mais deux fois et que pour cela, les Français devraient se coucher pour l’éternité devant l’oncle Sam. Il y a un mépris total de l’américain moyen envers la France. Quand je vois certains Français s’exciter sur la culture américaine et utiliser des anglicismes à la tonne, ça me fait mal.

     

    Répondre à ce message

  • La dernière partie de la vidéo, sur l’aspect économique, est assez biaisée.

    Il est vrai que l’impot sur le revenu en France n’est pas excessif. Il a l’air, comme ça, mais il y a beaucoup de pays (dont les US) où il est bien plus lourd.
    Cependant, nous n’incluons pas vraiment la même chose dans le calcul... Ce qui est lourd en France et qui n’existe quasiment pas dans les autres pays, ce sont les charges salariales.
    En France, lorsqu’il y a 100€ au départ pour un travailleur, il reste réellement pour lui in fine* entre 60€ (bas salaires) et 30€ (hauts salaires).
    Les US ont un taux de prélèvement obligatoire vraiment inférieur.

    Nos deux avantages sont réellement sur la santé en cas de gros pépin et l’enseignement supérieur, nettement moins onéreux.




    * Si on retranche charges salariales, Impôt sur le Revenu et Impôts Locaux ; laissons de côté la taxe foncière, la TVA et la TIPP, les droits de mutation, l’Impôt sur les successions...

     

    Répondre à ce message

  • #1597211

    Je ne doute pas qu’il existe des cantines dignes de ce nom ou les enfants mangent sainement et suffisamment mais de mémoire la bouffe était dégueulasse et les portions très limitées...Sauf peut être dans ma première école en primaire ou il y avait un self service.

    On est pas au niveau des américains mais on est très loin du niveau français à la cantine...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents