Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le coup constitutionnel et la révolution colorée au Brésil

Une nouvelle forme de déstabilisation asymétrique ?

Le Brésil est au milieu d’une opération prolongée de changement de régime. Elle est documentée étape par étape par Pepe Escobar, dans ses articles pour Sputnik, RT et Strategic Culture Foundation. L’intention de l’auteur, ici, n’est pas d’entrer dans les spécificités de chacune des situations et de tous les détails derrière les techniques de guerre hybride des États-Unis, mais de fournir un aperçu général des stratégies qui sont en jeu et leur contribution à la théorie de la guerre hybride. Le Brésil est un champ de bataille important de la nouvelle guerre froide, et pas seulement en raison de sa multipolarité institutionnelle, mais surtout en raison de son rôle dans une vision globale One Belt One Road des Routes de la soie chinoises.

Les Chinois ont annoncé l’année dernière qu’ils envisagent de construire le Twin Ocean Railroad, entre la côte Atlantique du Brésil et la côte Pacifique au Pérou, afin de faciliter le commerce trans-océanique entre les deux membres des BRICS et d’améliorer les capacités du commerce transcontinental de Brasília. Parce que ce méga projet est situé dans la sphère d’influence étasunienne, les exceptionnalistes obsédés par la doctrine Monroe ont accéléré leurs plans de changement de régime pour le Brésil, avec l’intention de renverser son gouvernement et de le remplacer par un gouvernement collabo pro-unipolaire.

De nombreux observateurs se grattent la tête en se demandant comment décrire ce dont ils sont témoins au Brésil, et alors que l’on est face aux évidences d’une révolution de couleur, il serait inexact de la décrire uniquement à travers le prisme de cette définition. Dans le même ordre d’idées, alors qu’elle a été assimilée à une guerre hybride, elle ne correspond qu’aux aspects classiques informationnels / économiques de ce terme, et cela ne satisfait pas vraiment les prérequis d’un changement de régime avec une transition progressive d’une révolution de couleur à une guerre non conventionnelle (ou du moins pas encore). De même, alors qu’il y a certainement un coup d’État constitutionnel en cours, ce n’est également pas complètement cette forme de changement de régime non plus. Au contraire, il y a des éléments des trois stratégies en jeu, et ils interagissent dans une dynamique unique, qui pourrait représenter le dévoilement d’une nouvelle approche structurée visant à subvertir les principaux États multipolaires. Ce qu’il est important de souligner, c’est que l’ensemble de l’opération a été mis en mouvement à la suite de renseignements précieux que la NSA avait glanés au sujet des grandes entreprises du Brésil, et plus tard utilisés comme catalyseur pour un changement de régime, ce qui signifie que pratiquement tous les pays dans le monde sont potentiellement vulnérables à cette sorte de déstabilisation asymétrique.

 

L’inquisition anti-corruption

Le véhicule clé exerçant une pression sur la présidente Rousseff n’est pas le mouvement de la Révolution de couleur, lui-même une conséquence de la Révolution de Cachemire, sur le retour de laquelle l’auteur vous avait mis en garde l’été dernier, mais les tentatives de coup d’État constitutionnel qui sont orchestrés pour lui enlever du pouvoir. Il est important de se rappeler que ceux-ci reposent sur une enquête anti-corruption qui, comme Pepe Escobar l’a souligné à plusieurs reprises, est à sens unique et que la cible est le parti au pouvoir. Il a été révélé en septembre 2013, dans le cadre des fuites de Snowden, que la NSA espionnait Petrobras, la société au cœur du scandale du coup d’État constitutionnel, qui soulève à son tour la possibilité que les États-Unis aient obtenu des informations compromettantes sur les activités de corruption présumées des principaux dirigeants du parti au pouvoir et qu’elle attendait le bon moment pour les utiliser.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1460366

    l ’empire des marchés financiers occidentaux n’accepte pas la prise d’independance des pays du BRICS dont le Bresil fait partie. Les BRICS (Bresil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) creent leurs propres marchés financiers, leurs banques... indépendamment des bourses anglo-saxonnes.