Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Le défi géopolitique de l’Espagne" – Conférence de Nicolas Klein

Entre l’UE, l’OTAN et le régionalisme

« Le défi géopolitique de l’Espagne » : conférence de Nicolas Klein, organisée par l’Université Réelle de Montpellier le 19 mars 2016.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En Espagne il n’y a pas de dissidence efficace et réaliste. Pablo Iglesias, que j’ai croisé à la fac de Droit de Madrid au milieu des années 90’, n’est pas la solution et de l’autre côté il n’y a que de petits groupuscules neofranquistes incapables de se mettre d’accord sur quoi que ce soit (il y a 3 Falanges, un parti Carliste et quelques partis d’extrême droite qui se réclament héritiers idéologiques du Généralissime). Apparemment, España 2000 est la seule formation qui pourrait être une exception à la longue... Sinon il y a des gens comme Fernando Paz (historien dont le père était phalangiste) brillants et décomplexés. Je conseille regarder ses débats contre Pablo Iglesias. Dommage qu’il fasse parti du groupe politique néoconservateur VOX. C’est du gâchis.

     

  • La conférence est vraiment intéressante ; ça m’a permis d’apprendre les intérêts géopolitiques de l’Espagne.
    Le redressement espagnol sera néanmoins plus compliqué à mettre en oeuvre que le redressement de la France : La Grandeur espagnole est finie depuis le XVIII ème siècle et depuis le XIX ème siècle ce pays est instable même la période franquiste a permis la non implosion du pays.
    L’Espagne a eu le malheur de passer d’un régime national-catholique à un régime libéral-libertaire en moins de 5 ans. Beaucoup trop d’espagnoles a mon sens sont trop ethnomasochiste : cela est a des années lumières en avance sur celui de la France. Les élites culturelles sont ultra-xénophile, pro-libérale et anti-catholique primaire et cie.
    Au plan économique, l’Espagne a fait appel à des millions d’immigrés pour la plupart originaires du Maroc et de l’Amérique Latine travaillant dans des conditions trés précaires.
    La législation en matière du travail est plus proche du droit du travail Britannique que du droit du travail Français : en gros, le système est trés flexible et les prestations sociales très faibles.
    C’est triste que Franco a pactisé avec le diable Américain pour lutter contre les communistes ; Franco est indirectement responsable de la situation actuelle de l’Espagne. Il aurait du à mon sens rejoindre le bloc des nations non alignés et uniquement combattre les communistes sur le sol espagnol.
    Contrairement à la vision dominante sur le Franquisme : le Franquisme était constitués d’une multitude de mouvements dont les phalangistes - les syndicalistes révolutionnaires anti libéral et anti-bourgeois , La Haute Bourgeoisie Tellurienne ( en gros les exploitants agricoles) , l’Eglise Espagnole et d’autres mouvements nationaliste de droite.
    Si j’aurai été espagnol, je constituerait un mouvement phalangiste
    Arriba Espana

     

    • Les américains sont arrivés avec de bons gros dollars à une époque où tout le sud de l’Espagne crevait de faim. Ceci explique cela.


    • Excellente analyse sur l’Espagne, rien à rajouter.A la mort de Franco on s’est mangé un 1789 ultra violent, car l’Espagne a connu les lumières qu’à la mort de Franco !

      Sinon je te recommande Democracia nacional (franquiste mais confidentiel) et actuellement il y a une émission phalangiste et franquiste à la télé (El Gato al Agua) tu peux trouver beaucoup d’extrait sur youtube notamment avec Eduardo Garcia Serrano (Zemmour en plus violent) Car en Espagne c’est pas interdit d’être franquiste, au contraire il y a des rues avec des noms de franquiste. (D’ailleurs Podemos veut les enlever..)


  • Conférence très intéressante mais selon moi il faut aller plus loin dans l’analyse. On ne peut pas expliquer le déclin de la puissance espagnole uniquement par la géopolitique. Il faut l’intégrer dans une globalité dialectique en prenant en compte notamment la religion. En effet, pendant que les espagnols pensaient à évangéliser les indiens, les pays protestants quant à eux fondaient les premières compagnies des Indes. Il faut bien sur relire Max Weber, le catholicisme, par ses valeurs, ne faisait pas le poids face au monde judéo-protestant pour qui tous les moyens étaient bons pour s’enrichir : piraterie, pillage, trafic d’esclaves, massacres...
    Après évidemment ce sont des considérations d’ordre général mais il faut les prendre en compte et aller plus loin dans la réflexion. J’ai d’ailleurs pris en charge cette question car je travaille actuellement à l’écriture d’un livre sur ce sujet.

    Par contre je remercie ce conférencier d’avoir dénoncé la vision caricaturale de la conquête de l’Amérique par les espagnols et je le rejoins tout à fait sur le rôle objectif de Podemos. D’ailleurs, Podemos est la traduction espagnole du slogan électoral d’Obama "yes we can". Cela veut tout dire...

     

  • Ce monsieur est responsable au sein de l’UPR. On comprend pourquoi !


  • Effectivement Zak F mais Franco était un tacticien est a surtout eu beaucoup de bol !malgré ses qualités indéniables.
    il a pris le train de la "croisade " en route et c’est lui qui a ramassé les marrons ! après lui le déluge ....

    Les belle âmes ne devraient pas oublier que la défaite du camp nationaliste aurait été la victoire de Staline ! une RDE (rep. dem. Espagnole)en 1939 avec le pacte germano-sovietique ça vous bouscules les certitudes hein ? goulag à gernika , kolkhose de Murcia , Uchronie quand tu nous tiens !!.

    pour ce qui est du conflit Est Ouest
    il avait pourtant bien compris que Nasser n’avait pas le choix dans son alliance avec Moscou.
    Franco était avant tout un opportuniste mais,sans etre un enfant de Marie , pas le croquemitaine sanguinaire dénoncé depuis plus de de 70 ans par l’intelligentsia .

    pour ceux que cela intéresse lire la bio de Franco par Bartolomé Benassar ,qui remet un peu les pendules à l’heure .

    José Antonio ¡presente !


  • Je me disais que la tête de Nicolas Klein ne m’était pas inconnue... c’est le super champion du moment à Questions pour un champion. Cela prouve qu’on doit pas être si abruti que cela quand on est souverainiste !