Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le lien entre hausse du niveau des océans et activités humaines de plus en plus contesté

Le lien entre hausse du niveau des océans et activités humaines est de plus en plus contesté. Ces jours-ci sont révélées plusieurs études qui remettent en cause les dogmes des pontes de l’apocalypse océanique, mais aussi le rôle du CO2 et même la poursuite du réchauffement climatique.

 

Voici quelques années en France le socialiste iconoclaste Claude Allègre avait suscité l’indignation en démontant ce qui était à son sens le « mythe » du réchauffement climatique et celui du CO2. Récemment, le physicien François Gervais a dénoncé à son tour la « carbonophobie » ambiante dans son ouvrage L’innocence du carbone (Albin Michel éd.).

Le 14 septembre, un reportage de CNS News a collationné les conclusions de quatre études d’équipes spécialisées, ainsi que d’autres travaux, tous concluant qu’il n’existait pas d’effet observable d’un réchauffement global d’origine humaine sur le niveau des mers.

La première étude citée par CNS et reprise par les sites NoTricksZone, spécialiste des sujets sur le climat, et The New American, a pour auteur le spécialiste de l’environnement Kenneth Richard, s’appuyant sur une équipe de géologues menée par Paul Kench, qui étudient les traits de côte à l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande.

 

L’importance des oscillations naturelles

« Il est largement admis que le niveau des mers aurait augmenté durant les dernières décennies en raison d’un réchauffement climatique d’origine humaine », écrit Richard. « Néanmoins, en raison de l’importance de l’influence des oscillations naturelles sur les fluctuations du niveau des mers, cette affirmation manque de fondements », critique-t-il.

Richard cite ainsi cette étude de six scientifiques, publiée par le site de Nature, qui confirme qu’un curieux phénomène observé dans la zone tropicale du Pacifique – une avancée des terres supérieure à l’augmentation récente du niveau des eaux –, a été observé depuis le milieu des années 1980 dans d’autres régions mais aussi, très nettement, à l’échelle mondiale.

Richard cite aussi le Dr Nils-Axel Mörner, spécialiste renommée du niveau des mers et auteur de quelque 200 publications scientifiques, qui confirme « qu’on note un manque de relation de cause à effet entre le réchauffement climatique et la hausse du niveau des mers dans les régions où de désastreuses montées des eaux ont d’autorité été liées au climat, telles les Maldives ou les côtes du Bangladesh ».

 

Le CO2 n’a rien à voir

Parmi les conclusions de Richard, issues de ses compilations d’études scientifiques : « Même dans les régions du monde où le niveau des mers augmente objectivement, et rapidement, en particulier le Pacifique tropical, les scientifiques s’accordent à reconnaître que l’origine humaine ne peut pas être soupçonnée. Les oscillations naturelles observées dans les mécanismes internes aux océans sont principalement à l’origine des évolutions des niveaux, et non l’émission de CO2 liée aux activités humaines ».

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Le chantage au CO2, nouvelle opération mondialiste ?
Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le climat sur terre varie de manière cyclique depuis plus de 4 milliard d’années alternant les périodes glacières aux périodes de grandes chaleures. Ces variations sont dues à la combinaison de phénomènes naturelles à la fois exogène et endogène à notre planète. Tout scientifique sérieux est
    sensé le savoir et ne peut naïvement imputé le réchauffement climatique à l’activité anthropique. Il y a 65 millions d’années, le réchauffement climatique était tel que l’Europe ressemblait à une archipelle tropicale, le bassin parisien (comme son nom l’indique) n’était qu’un vaste lagon et l’Antarctique un vaste continent boisé au climat tempérée .. En quoi l’homme fut il responsable ? L’intensité de la l’activité volcanique (dont 80% est sous marins, au niveau dès dorsal océanique, et donc invisible pour l’homme) est le principale phénomène résponsable des variations climatiques, mais c’est tellement plus simple pour les lobby de mettre ça sur le dos de l’homme

     

    Répondre à ce message

  • En partant du principe que le climat et la Terre dans sa globalités est scrupuleusement stable on pourrais affirmer qu’il y à un réchauffement/bouleversement climatique... En revanche tout bouge tout le temps, donc c’est pas si simple que ça.. Et en plus dire qu’il y à réchauffement ça leurs rapporte du pognon, alors bon..

     

    Répondre à ce message

  • Vivement une loi pour emprisonner les negationistes du rechauffement anthropique

     

    Répondre à ce message

  • On sait aujourd’hui que le CO2 est un faible gaz à effet de serre ;
    Heureusement qu’il y a un effet de serre , 14degré 45 de moyenne terrestre c’est tout de même préférable à -30degré ;
    Ce n’est pas le co2 qui réchauufe le climat , c’est le réchauffement climatique qui fait monter le CO2 : Chaque année , les océans rejettent 12 fois plus de CO2 que l’activité humaine et ils en rejettent d’autant plus que les températures sont élevées .
    Entre 900 et 1350(optimum médiéval que le GIEC oublie soigneusement dans ces études ) , le climat était sensiblement plus chaud qu’aujourd’hui et pourtant la population était probablement 10 fois moins nombreuses et chaque homme rejetait 10 fois moins de CO2 qu’aujourd’hui .
    Tout le système solaire se réchauffe en ce moment car l’activité solaire connaît un pic important (il semblerait qu’ à l’intérieur des grands cycles de réchauffement-refroidissement dit cycles de Milankowitch , il existe des cycles de 400 à 500 ans d’augmentation et de diminution de l’activité solaire . Vous savez, le soleil , cette grosse boule de feu 1 million 300.000 fois plus grosse que notre terre dont la température au centre est de 15 millions de degré et 1 million de degré à la périphérie de son atmosphère . Cette grosse boule qui a disparu depuis que le Giec s’est emparé de la question climatique .

     

    Répondre à ce message

  • Il y a 25 ans de cela on nous disait que les Seychelles seraient sous les eaux aux alentours de 2020 quelque chose dans ce genre...aux dernières nouvelles les Seychelles sont encore là. C’est comme avec le Sida, il y a 20 ans de cela on nous annonçait que tels et tels pays africains avaient 30% voir 80% pour certains d’entre eux de leur population atteinte du sida, or quand on regarde les données démographiques actuelles on n’a pas constaté une baisse notoire de ces populations prétendument atteintes en masse par une maladie qui serait incurable et mortelle...le temps finit toujours pas dévoiler ses énormes escroqueries !

     

    Répondre à ce message

  • J’ai deux questions ;

    Est-ce qu’il y a une corrélation entre l’activité solaire (et son cycle) et le réchauffement climatique sur le même laps de temps (100 ans environ) ?

    qu’en est t’il des autres planètes du système solaire ? A t’on remarqué une hausse des températures comparable à celle de l’augmentation sur Terre sur la même échelle de temps ?

     

    Répondre à ce message

    • Il semblerait que les cycles de 400 à 500 ans à l’intérieur des grands cycles définis par Milankowitch soient liés à une diminution ou augmentation de l’activité solaire . On dit que l’ensemble du système solaire se réchauffe actuellement ;
      De 1940 à 1975 , a l’intérieur d’une augmentation globale (de 1875 à 2015), les températures moyennes terrestres ont baissé : Nombre de spécialistes ont noté que simultanément l’activité du soleil avait également baissé ;

       
  • La pollution doit être réduite voir quasi supprimée sur le court, moyen et long terme par la recherche d’alternative naturelles, réchauffement ou pas. C’est une question de santé avant tout.

     

    Répondre à ce message

  • #1561229

    Ds ce cas quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi la théorie du réchauffement representerait-elle un quelconque intérêt financier ou politique ? Je n’en vois pas le rapport. Au contraire il me semble que la nier permettrait aux industriels et aux états d’inciter les hommes à une consommation décomplexée.. si quelqu’un peut éclairer ma lanterne à ce sujet.

     

    Répondre à ce message

  • Il suffirait peut-être de retirer des eaux « tout ce qui flotte » pour avoir une estimation viable de la montée ou non des Océans.
    Lorsque l’on sait, à titre d’exemple, qu’un seul pétrolier pèse en moyenne 550 000 tonnes, c’est autant d’eau déplacée.
    Comme l’a dit Archimède :
    « Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé »

    En calculant le nombre de navires, d’embarcations, de plateformes pétrolières, d’habitations et autres détritus qui sont légion sur et dans les Océans, je ne serais pas surpris que l’on trouve la réponse à cette énigme qui est tout, sauf liée à une cause naturelle.

    Il y a en effet environ dix fois plus d’eau dans certaines couches de la croute terrestre que dans tous les océans réunis.

     

    Répondre à ce message

    • #1561620

      Tout à fait d’accord avec vous et c’est pour la même raison que la mer monte plus haut l’été avec les gens qui se baignent sur les côtes. De plus les gaz lâchés par ces dits baigneurs lorsqu’ils se soulagent font monter nettement le taux de co2 de la mer d’où l’inversion du golf stream..
      Bien à vous

       
    • SI on approxime la quantité de navires sur l’eau à 1 millions de pétroliers (chiffre volontairement excessif il n’y a que 20000 pétroliers dans le monde mais ça me permet d’ajouter tous les autres types d’embarcation). On va dire qu’un pétrolier fait 1 million de tonnes (encore une fois je prend un valeur volontairement supérieure à la réalité)

      Donc on a déplace 1 million * 1 million de tonnes d’eau soit la même quantité de mettre cubes d’eau.
      Bah j’ai le malheur de vous dire que ça ne fait que un carré de 1000km sur 1m de profondeur, soit à peu près ... 1/300 de la surface totale des océans.

      Si on doit étaler ça sur la surface totale des océans ça ferait grosso modo 3 mm d’épaisseur. On est très loin du mètre.

      Et j’ai calculé TRÈS large !

      La hausse du niveau des océans ne provient pas des navires ni de la fonte des glaciers mais de leur réchauffement. Quand la température de l’eau augmente elle se dilate. Pas beaucoup mais suffisamment pour que des océans de 4km de profondeur gagnent quelques mètres.

       
  • Difficile de se faire une idée à partir des seules conclusions de l’étude, sans les résultats (tableaux, courbes) etc. Quoique l’interprétation de ce type de données n’est certainement pas simple pour le novice, d’autant que les divergences de point de vue montrent la part de subjectivité de ces travaux.
    Malgré tout les observations mentionnées dans cet article (avancée des terres, oscillations naturelles, arrêt du réchauffement climatique) tendent à confirmer le caractère politique des études du GIEC et autres officines officielles chargées de donner le la au discours scientifique en vogue.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents