Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le "négationnisme économique" ou la police de la pensée en temps de crise

Deux économistes, Pierre Cahuc et André Zylberberg, viennent de commettre un pamphlet ignoble, contre tous les économistes critiques, contre ceux qui proposent aux citoyens des pistes de réflexion pour sortir de l’impasse du néolibéralisme. Pour eux, une pensée unique doit prévaloir en économie, à laquelle tous, économistes et citoyens, doivent se soumettre.

 

Le titre – Le négationnisme économique, et comment s’en débarrasser – est abject, qui oublie que le négationnisme est un délit, la négation du génocide nazi [...]. Le sous-titre (Comment s’en débarrasser) est un appel direct à l’épuration.

Il ne s’agit donc pas d’engager un débat intellectuel, mais de demander l’élimination de toute pensée critique.

 

Ces deux pamphlétaires défendent un scientisme borné

Ces deux pamphlétaires ont une conception tout à fait particulière de la science économique. L’économie serait devenue scientifique depuis 30 ans ; enfin, seule l’économie expérimentale basée, comme en médecine, sur des protocoles expérimentaux (comparer la situation de deux groupes, l’un soumis à la réforme que l’on veut tester, l’autre pas).

Certes, parfois, cette méthode peut être pertinente, mais on ne peut oublier ses limites, surtout pour les sciences sociales : elle est descriptive et pas explicative ; rien ne prouve que tous les facteurs ont été pris en compte ; elle oublie les interdépendances entre agents ; elle ne s’applique pas à l’analyse macroéconomique.

Mais cela ne gêne pas Cahuc et Zylberberg. Seule cette méthode serait scientifique à leurs yeux. Elle a réponse à tout et permet de clore tout débat scientifique. Ainsi, au nom de ce scientisme borné, ils épurent la science économique de toute la macroéconomie, de toute réflexion sur l’organisation économique de nos sociétés.

Puisqu’elle n’entre pas dans leur méthode, les deux scientifiques autoproclamés oublient tout examen sérieux de la situation actuelle : la contre-révolution néolibérale et la globalisation financière ont provoqué, dans tous les pays développés, une forte hausse des inégalités, la précarisation d’une partie de la population, une grande instabilité financière, l’accumulation des richesses financières d’un côté, des dettes de l’autre, déséquilibres qui ont explosé avec la crise financière de 2008.

 

Ils préconisent les remèdes les plus libéraux qui soient

Faut-il refuser d’analyser ces faits ?

Les économistes atterrés se sont réunis après la crise pour mettre en évidence les déséquilibres induits par la domination de la finance, engendrant des bulles et des krachs, ce que reconnaît l’économie comportementale la plus récente (celle pratiquée par Akerlof et Shiller, deux récents titulaires du prix de sciences économiques « en l’honneur d’Alfred Nobel »), et les politiques d’austérité, dont même le FMI a fini par reconnaître le caractère néfaste après les avoir encensées.

Ont-ils eu à ce point tort qu’il faille les exclure de la science économique ? Cela amène miraculeusement Cahuc et Zylberberg à préconiser les remèdes les plus libéraux qui soient : baisser les coûts des bas salaires, donner toutes les libertés aux chefs d’entreprises. Pourtant, malgré ce qu’ont pu écrire les économistes libéraux, de nombreux pays introduisent maintenant des salaires minima relativement élevés (Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni).

Les pays où le niveau de vie des salariés est très bas voient se développer la précarisation d’une partie importante de la population. La France doit-elle se donner comme seule stratégie, celle de développer les emplois précaires sous-payés (le SMIC étant un ennemi de l’emploi selon les auteurs), emplois qui ne correspondent pas à la formation des jeunes ?

Lire la suite de l’article sur leplus.nouvelobs.com

 


 

Pierre Cahuc présente son ouvrage Le négationnisme économique sur le plateau de BFM Business :

 

Quelques ouvrages à conseiller aux économistes de tout poil,
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1554148

    Baissez le SMIC et on aura de plus en plus de gens qui vont vivre de l’économie parallèle. Les gens vont se laisser séduire par les gains provenant des trafics.
    Les trafics rapportent plus d’argent que le travail.

    Précariser une partie de la population française ne donnera pas envie aux français de faire des enfants. La France vieillit et les gens ont besoin au contraire de sécurité financière, pour envisager de faire des enfants.

     

    Répondre à ce message

  • L’économie serait une science !!? Alors il existe des lois invariables. Sont-elles définies ?

    Bien sur que non, car c’est de l’enfumage, l’économie et tout sauf une science.

     

    Répondre à ce message

  • #1554194
    Le 11 septembre à 18:24 par il_est_serieux_ce_gars_ ?
    Le "négationnisme économique" ou la police de la pensée en temps de (...)

    La science ne consiste pas à faire des tests empiriques sans comprendre les causes des phénomènes.
    Ce qu’il décrit (le test sur le SMIC) ne correspond pas du tout à la démarche scientifique. Sa comparaison avec la médecine n’est pas valide. La médecine est l’application de la biologie. Cette dernière permet de comprendre les causes d’une maladie puis de synthétiser un médicament pour la guérir. La médecine ne consiste donc pas à essayer n’importe quel produit sur le corps humain et regarder les effets (qui peuvent être positifs ou négatifs sans pour autant guérir la maladie...
    Si c’est çà l’économie, du coup ce n’est pas étonnant que çà ne marche pas ...
    L’approche qu’il décrit est vraiment naive et j’ai même du mal à croire qu’ils en soient à un niveau aussi préhistorique du point de vue de la science.

     

    Répondre à ce message

  • #1554213
    Le 11 septembre à 18:50 par il_est_serieux_ce_gars_ ?
    Le "négationnisme économique" ou la police de la pensée en temps de (...)

    Cette personne a le discours type des pseudo-scientifiques qui essayent de redorer leur discipline en se parant des vertues de la science.
    Je rappelle que (d’après la définition) "les sciences économiques font partie des sciences humaines et sociales" au même titre que l’anthropologie, la philosophie, la psychologie, la sociologie ...

     

    Répondre à ce message

  • #1554220

    Plus on se met au service des maîtres , plus on est arrogant et plein de mépris envers ceux qui résistent ! Ce type a le charisme et l’éclat d’un insecte ! Il respire mais il est déjà mort !

     

    Répondre à ce message

  • est ce que nier le bien-fondé de la politique (economique) d’Hitler (de 1933 à (cf loi Gayssot)) c’est être négationniste ou méga-sioniste ?

     

    Répondre à ce message

  • Déjà interdisons les négationnistes de la crise.

     

    Répondre à ce message

  • #1554535

    "Cela va peut-être nous permettre de résister" sont les mots pour clore ce échange d’amabilités.

    Cet aimable monsieur n’a jamais, à l’évidence, travaillé autre part que dans un bureau. Pour avoir fait les tomates en plein cagnard, travaillé sur des chantiers, manœuvre, manutentionnaire, merchandising, coursier, etc... pour me retrouver plus tard dans la finance, jusqu’à aller dans les deux tours, je peux affirmer que ce monsieur ne connait ABSOLUMENT rien de que le travail représente.

    Sa "science", il peut la garder. D’ailleurs il se contredit lui-même. Il est contre la réduction du temps de travail mais reconnait implicitement qu’il n’y a aucune autre alternative par ailleurs...Bref, c’est juste un mec qui prend des photos et qui croit qu’il est dans la science.

     

    Répondre à ce message

  • "Il ne s’agit donc pas d’engager un débat intellectuel, mais de demander l’élimination de toute pensée critique."

    Exactement ce que j’en ai déduis. Le mec sur BFM s’écoute parler c’est impressionnant !

     

    Répondre à ce message

  • #1555578

    Présentateur : « ... Vous vous êtes le porte-parole de l’idéologie libérale. »

    Pierre Cahuc : « Voilà, voilà... »

    Bon ! Au moins c’est clair.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents