Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les actrices vieillissantes face au mur du réel : "On n’est rien d’autre que des produits périssables"

« On n’est rien d’autre que des produits périssables. »

Le journal L’Express vient de consacrer un dossier plutôt déprimant sur la place des actrices de plus de 50 ans dans le cinéma français. À l’affiche du film Aurore (dans les salles en avril), Agnès Jaoui, 52 ans, fait figure d’exception. « Sur 200 films français sortis en 2015, seuls 3% des 2897 rôles recensés ont été attribués à des femmes de plus de 50 ans », indique le site. Et quand Catherine Frot, 60 ans, décroche un rôle dans le film Sage femme aux côtés de Catherine Deneuve, elle doit mentir sur son âge en affirmant avoir 49 ans. « Dans la fiction, la femme de 50 ans n’existe pas », regrette Pascale Arbillot, 46 ans, également à l’affiche d’Aurore.

« Le problème ne se limite pas au cinéma, il est sociétal », affirme l’actrice Tessa Volkine. « Dans l’inconscient collectif, à partir du moment où la femme est ménopausée, elle n’est plus bandante, ne peut plus faire d’enfants... Alors à quoi sert-elle ? Ce n’est pas qu’on ne la regarde plus, mais on ne la voit plus ! » Actrice et réalisatrice, Agnès Jaoui est souvent confrontée à la cruauté des castings. « Après les têtes d’affiche, on pense à l’actrice qu’on a vu il y a peu, dans un film ou une pièce à succès. Et on oublie vite celles qui bossent moins... »

Elle évoque la pression des responsables de casting concernant la chirurgie esthétique. « Ils vous recommandent fermement de vous refaire le nez, de vous limer les dents, de rehausser vos seins... On n’est rien d’autre que des produits périssables. À nous de prouver le contraire. » À 68 ans, Nathalie Baye a fini par céder. « Elle a résisté autant qu’elle pouvait, mais, au bout d’un moment, entre avoir des rides et ne pas travailler et avoir un visage un peu plus lisse et bosser, elle a été obligée de choisir », rappelle Tessa Volkine.

Pourtant aux États-Unis, la situation est pire. Selon L’Express, aucune actrice de plus de 50 ans n’échappe aux injections ou au bistouri pour continuer à travailler à Hollywood. « Elles nous envient », explique Agnès Jaoui. « Elles n’ont pas d’autre choix. Même quelqu’un comme Meryl Streep. Dans Florence Foster Jenkins, de Stephen Frears, face à Hugh Grant, qui a les dents d’un homme de son âge, pas vraiment blanches, Meryl Streep affiche des dents de jeune fille bien alignées. Grant paraît plus âgé qu’elle ! »

 


 

Alain Soral sur le vieillissement des femmes (extrait de l’émission #NipNic consacrée à la drague) :

Le désir au cœur du Marché, à lire chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants