Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

Elie Wiesel est décédé le 2 juillet 2016, à l’âge de 87 ans. Ce « rescapé de la shoah » était un conteur de génie, un « batlen », comme on en trouvait dans les shtels de l’ex Yiddishland, qui allait de village en village pour raconter des histoires à dormir debout. Elie Wiesel nous avait dit lui-même dans sa biographie qu’il racontait n’importe quoi. Il suffisait simplement de le lire. Nous republions ci-dessous un texte qui est une synthèse de ce que nous avons trouvé sur le personnage à travers la lecture de ses propres ouvrages. Pour ceux qui veulent en savoir davantage, lire Les Espérances planétariennes (2005), Psychanalyse du judaïsme (2006 ; version de 2011), Le Fanatisme juif (2007).

 

La gloire internationale d’Elie Wiesel, prix Nobel de la Paix, est largement fondée sur le succès des récits de sa douloureuse expérience concentrationnaire. Son talent de conteur fut d’ailleurs rapidement reconnu par l’écrivain François Mauriac, qui le prit sous son aile bienveillante, ainsi qu’il le relate dans ses Mémoires : « Sans Mauriac, dit-il, que serais-je devenu ? Il veilla sur ma “carrière”. Lors de chacun de mes voyages en France, je venais lui rendre visite. » La rencontre entre les deux hommes eut lieu dans une réception mondaine : « Mauriac, je l’ai aperçu en 1955 lors d’une célébration de la fête de l’Indépendance à l’ambassade d’Israël… Surpris, il insista : “Je suis heureux que vous m’ayez invité. Israël me tient à cœur. J’aime participer à sa fête.” » (Mémoires, tome I, Seuil, 1994, pp. 338, 326).

 

Elie Wiesel, guide touristique

À ses débuts, après la Seconde Guerre mondiale, Elie Wiesel dut travailler dur pour gagner sa vie. Installé à Paris, il servait de guide touristique à ses coreligionnaires de passage en France. Voici une anecdote qui montre de manière assez éloquente son aptitude à enrichir la vérité :

« Miriam me demande des explications sur Paris, et je les lui fournis volontiers. Pas besoin d’effort. J’improvise avec un aplomb dont j’ai encore honte aujourd’hui… A cette époque-là, il m’arrive assez souvent de broder, d’inventer des détails piquants sur l’histoire de Paris qu’on ne trouverait dans aucun ouvrage, fût-il romancé. Pourquoi ? Par fatigue. Trop de visiteurs israéliens insistent pour que je leur montre le Louvre et la Concorde, Montmartre et les cabarets russes. Au début, je fais mon métier de guide consciencieusement : je ne dis que ce que je sais. Et puis je m’aperçois que les touristes dont j’ai la charge sont insatiables en ce qui concerne la culture parisienne : ils en veulent davantage. Des récits plus pittoresques. La façade de Notre-Dame avec ses Juifs au chapeau pointu, avec sa synagogue aveugle et misérable, ne leur suffit pas. [Elie Wiesel confond avec la cathédrale de Strasbourg]. “Tout cela, disent-ils, nous l’avons appris à l’école. Ici, c’est autre chose qui nous intéresse.” Bon, qu’à cela ne tienne : je me mets à inventer une anecdote pour chaque statue, une histoire pour chaque monument. Réarranger le passé de la capitale pour une heure, une matinée, en quoi cela nuirait-il à la France ?

« Or, un jour, l’inévitable se produit : un guide, malheureu­sement professionnel, se trouve place de la Bastille près du petit groupe (francophone) qui m’écoute bouche bée lui décrire les journées de 1789 ; je suis en forme, je connais le nom de l’officier qui, le premier, ouvrit les portes de la prison ; et celui du prisonnier qui, à genoux, implora sa miséricorde. Dans la cellule voisine, une princesse se préparait à la mort ; elle souhaitait mourir, mais la vue de l’officier la fit changer de philosophie, et la voilà qui, au scandale de ses amies, clame son amour de la vie et des vivants… Je pourrais continuer à broder ainsi jusqu’à la prochaine révolution, n’était le cri d’animal blessé qu’un bonhomme inconnu pousse à côté de moi… Il se jette sur moi, prêt à me déchiqueter : “Comment… comment osez-vous ? Moi qui connais cette ville, l’histoire de chaque pierre, comment osez-vous mentir en ma présence et faire mentir l’histoire ?” Nous le quittons plutôt précipitamment. “Ne fais pas attention, me console l’un de mes invités de passage. C’est un fou furieux.” Un autre le corrige : “Mais non, il est jaloux, c’est clair comme le jour.” Mais Miriam, elle, adore les histoires. Vraies ou imaginaires, elles la divertissent. Et puis, elle est belle, Miriam. » (Mémoires, tome I, Seuil, 1994, pp. 271, 272).

Nous avons ici un bel exemple de fuite précipitée. Mais, une fois n’est pas coutume, l’auteur semble admettre que la colère de son agresseur pourrait être ici éventuellement justifiée, quand bien même ses coreligionnaires sont déjà prêts à le défendre mordicus contre pareille injustice.

Lire la suite des aventures d’Elie Wiesel sur herveryssen.wordpress.com

 

 

Le tweet de Jean-Marie Le Pen ce 3 juillet 2016 :

 

Voir aussi, sur E&R :

Elie Wiesel, un cas isolé ? La réponse chez Kontre Kulture :

Retrouvez Hervé Ryssen chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1501793

    Vérité et Justice ne sont que des concepts goy. Les autres font ce qu’ils veulent.


  • #1501801
    le 03/07/2016 par listener
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Wiesel nous a amusé lors de sa dernière aventure : La Fondation Elie Wiesel pour l’humanité, a annoncé avoir perdu « la quasi-totalité de ses avoirs », de l’ordre de 15,2 millions de dollars ! Ces derniers qui avaient été confiés en gestion au sein de la société d’investissement du financier new-yorkais, Bernard Madoff, se sont volatilisés.


  • #1501805
    le 03/07/2016 par anonyme
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Elie Wiesel ou l’art de la mythomanie ...
    Dans un monde basé sur le mensonge, la duperie et l’affabulation, quoi de plus normal ?
    Mo’Truckin’.


  • #1501809
    le 03/07/2016 par Morvandiau
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Elie Wiesel mentait ?
    Pas d’amalgame !

     

  • #1501843

    Toute science-fiction connaît sa fin...

     

  • #1501876

    Excellent Ryssen.
    Le pauvre Wiesel, on se rend bien compte que sa mythomanie est pathologique (pas forcément différent d’un Casanova ou d’un dragouilleur au café de flore, d’ailleurs)... un véritable concurrent pour Tintin !
    La différence est qu’élie était pote avec Obama et nobélisé !
    II rappelle pas mal Romain Gary, qui dans la "promesse de l’aube" avait aussi cette sorte d’aura intouchable et invraissemblable.

     

  • #1501905
    le 03/07/2016 par Vincent Sarlat
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Superbe Article d’Hervé Ryssen l’un de nos plus grands dissidents français


  • #1501944
    le 04/07/2016 par Will Farnaby
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Sur Elie Wiesel et sa capacité à broder, on ne manquera pas de se reporter à ce fameux dossier :
    http://www.enquete-debat.fr/archive...

     

    • #1502158

      Même dans la littérature "dissidente" on trouve des articles dithyrambiques.

      Ainsi sur Boulevard Voltaire un certain Henri de Saint-Amand a pondu une petite chose gentillette que Glavreul aurait pu expulser lui-même :

      http://www.bvoltaire.fr/henrisainta...

      Comme aurait dit Desproges : "étonnant, non ?"


    • #1502387

      Sur le même site, Vanneste y va aussi de ses doux mots.
      Il a besoin de se faire bien voir de la communauté ?
      Que faut-il en déduire ?
      Dommage, j’ai lu certaines choses intelligentes dans quelques-uns de ses articles.

      Amusant de constater que pour ces deux torchons on a clos les commentaires.
      Preuve que le sujet est vraiment délicat et que beaucoup y seraient allés de leurs bons mots pour rappeler certaines réalités.

      Pourquoi censurer ?

      Là, ils viennent de perdre un client.


    • #1502835

      Et de trois !

      Goldnadel a aussi droit à sa tribune.

      Toujours impossible de laisser un commentaire.

      Boulevard Voltaire, haut lieu de la liberté d’expression !

      Lamentable !


  • #1502034

    Un sacré numéro ce Elie...

     

  • #1502079
    le 04/07/2016 par Pamfli
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Les désastreuses aventures de la ligue des rescapés de la Shoah


  • #1502102
    le 04/07/2016 par TaTaYoYo
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    La Quenelle de JMLP est juste excellentissime, à la sauce écrevisse, bien comme j’aime ! Mdr !!
    Merci à E/R, c’est une analyse courte mais qui parle d’elle même ... C’est fou.


  • #1502140
    le 04/07/2016 par Gauffre au miel salé
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    L’inversion accusatoire du grand T’art. Cet art enlève à celui qui à tout juste l’essentiel pour donner à celui qui a déjà plus que superflu ; au lieu de lui retirer le superflu pour aider celui qui n’a pas assez d’essentiel.

    C’est dans la nature de cet art (anagramme de : rat) de s’attacher à la sagesse qu’il n’a pas, pour n’y rien accomplir que routine. De sorte que ceux qui ont du savoir ancestral n’osent agir.

    C’est un moyen efficace d’empêcher l’homme du peuple de se quereller que d’exalter la médiocrité, assis sur un chiotte que l’on prend pour un trône et duquel on exige du chien dressé tressé de paille qu’il rAMENe la balle ;

    Quand l’indomptable canin s’est déjà passé de fuir.


  • #1502204

    Si, comme beaucoup le pensent, Elie Wiesel a menti, il faut reconnaitre qu’il y a quand même une justice immanente et sévère : En effet, le célèbre escroc Madoff l’a soulagé des sommes énormes qu’il avait "gagnées" tout le long de sa vie et ses descendants ne pourront donc pas en profiter !!!

     

    • #1502355

      Quand on gagne des sommes folles en mentant, en écrivant n’importe quoi, cet argent est-il mérité ?

      Pour d’autres ça s’appelle "escroquerie", non ?

      Il est tombé sur son maître.


  • #1502207

    Alors ? Une personne à pu voir s’il avait un tatouage finalement ? Si j’avais fait partie de la société de pompes funèbres, j’aurai regardé à la mise en bière :)


  • #1503537
    le 06/07/2016 par Lantuti
    Les fabuleuses aventures d’Elie Wiesel

    Comme toujours avec Ryssen, fin, féroce et sourcé.

    Paix à l’âme de Wiesel, s’il en avait toujours une.


Commentaires suivants