Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les fermetures de cliniques d’avortement atteignent un rythme sans précédent aux États-Unis

Depuis 2011, pas moins de 162 cliniques d’avortement ont fermé leurs portes ou cessé de procurer des avortements pour se concentrer sur d’autres activités, tandis que seuls 21 nouveaux établissements ouvraient leurs portes aux États-Unis.

Les fermetures ont été enregistrées dans 35 États, aussi bien dans des petites villes que dans de grosses agglomérations. C’est une tendance sans précédent depuis la légalisation de l’avortement par l’arrêt Roe v. Wade, rendant la procédure d’« IVG » de plus en plus difficile d’accès dans certaines zones des États-Unis.

La tendance est notamment imputable aux lois des États cherchant à restreindre les possibilités d’avorter ou à mieux contrôler les normes sanitaires imposées à ces cliniques. Ainsi le Texas, qui a imposé de nouvelles exigences aux cliniques d’avortement, obligées de passer des accords avec des structures hospitalières pour éviter des tragédies en cas d’urgence vitale pour les femmes, a-t-il enregistré au moins 30 fermetures. L’Iowa et le Michigan suivent avec 14 et 13 fermetures respectivement, puis la Californie (avec 12 fermetures), alors même que cet État a un gouvernement démocrate.

Aux États-Unis, ce sont des structures dédiées qui dans l’immense majorité des cas proposent l’avortement, et leur nombre décroît régulièrement depuis la fin des années 1980 : il en existait 705 alors à pratiquer au moins 400 avortements par an, selon l’Institut Guttmacher (organisme de recherche pro-avortement lié au Planned Parenthood américain), contre 553 en 2011. Depuis lors, la chute a été encore plus rapide, à raison de 31 fermetures par an en moyenne.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Que l’on puisse pratiquer l’avortement en milieu hospitalier ne me pose pas de problème particulier. Que l’on puisse faire des cliniques uniquement consacrées à cet acte (et donc faire du profit exclusivement sur la mort) me semble un signe de décadence profonde de la société. Et qu’elles ferment me réjouit donc.

     

    • En effet c’est malsain. L’avortement est un acte grave, réfléchi et suivi médicalement et psychologiquement. Ca ne peut se faire que dans un hôpital et pas dans une "usine à avortement".


    • Vous préférez quoi ?

      1 - des cliniques qui ne font que ça et aident les femmes à se débarrasser d’un bébé qu’elles ne veulent pas.

      2 - Des femmes qui accouchent seules en mettant à la fois leur vie et celle de leur bébé en danger. Des femmes qui se font avorter par des faiseuses d’ange et qui risquent d’y laisser leur peau là aussi ? Des femmes qui une fois qu’elles auront accouché, étrangleront leur bébé, le noieront ou dans le meilleur des cas, le laisseront devant l’entrée d’une église, à l’hospice, etc...

      Ensuite des enfants nés sous X, qui passent leur vie à la DASS, violés dans ces centres parfois ou dans les familles d’accueil, combien s’en sortent de ceux qui passent par la DASS ?

      Vouloir conserver la vie à tout prix pour offrir une vie de merde à ces vies sauvées, mouais.

      Dans la nature, un animal qui ne veut pas de sa progéniture, la laisse dans le fourré et elle mourra et sera mangée par les autres animaux ou charognards. Nous on est un peu plus évolué, donc on ne laisse plus son bébé sous un buisson dans l’attente qu’il soit mangé, on fait cela de manière propre.

      Je n’ai jamais compris les gens qui se permettaient de vouloir interdire ceci ou cela aux autres. A partir du moment ou personne ne force la femme à quoique ce soit, pas le genre d’histoire où le père ou la mère de la jeune femme imposent à leur fille d’avorter, non la jeune femme décide d’elle-même qu’elle ne veut pas de cet enfant, et bien au lieu de le foutre dans une poubelle, que cela soit fait convenablement. Je n’ai donc aucun problème de voir ces centres ne faire que des ivg.


    • @ eric



      Dans la nature, un animal qui ne veut pas de sa progéniture, la laisse dans le fourré et elle mourra et sera mangée par les autres animaux ou charognards. Nous on est un peu plus évolué, donc on ne laisse plus son bébé sous un buisson dans l’attente qu’il soit mangé, on fait cela de manière propre.



      La guerre de manière propre, le mensonge de manière propre, la mort de manière propre... Et ta soeur ?

      J’aimerai comprendre d’où vient la présomption dont vous faîtes preuve en disant que la vie de ces enfants est nécessairement vouée à être "merdique". Elle ne peut à mon sens venir que des wagons de clichés navrants et faciles que vous faîtes défiler dans votre pavé. Mais surtout, j’aimerai savoir sur quelle autorité supérieure vous vous appuyez pour décréter que ces enfants n’auraient quand même pas le droit de vivre. Vous disiez quoi au juste sur ceux qui se "permette de vouloir interdire ceci ou cela aux autres" ?

      Vous devez être bien content que votre propre mère ne vous ai pas vu comme une entrave à son bonheur personnel et n’ai pas préjugé que votre vie serait merdique au lieu de vous jeter dans une poubelle d’avortoir !

      Et pour votre culture personnelle, "les enfants de la DDASS" n’existent plus depuis 1983 date à laquelle les DDASS ont cessées de s’occuper de l’aide sociale à l’enfance. Quant aux DDASS elles mêmes, elles n’existent plus depuis 6 ans...

      Eh oui l’ami, nous ne sommes plus en 68.


    • @Eric

      Tout a fait d’accord avec vous. Je n’aurais pas pu le formuler mieux que vous. Mais qui sont ces personnes qui se permettent de juger de tout sans avoir a subir pour eux-meme les consequences de decisions arbitraires ? Facile le clic clic sur le clavier ; C’est autre chose que de vivre l’enfer impose par les autres (bien pensants ca vas sans dire).


    • @ Emmapeel
      La bienpensance c’est la tienne !
      Nous sommes là pour gagner notre Salut, la terre (ici-bas) n’est point le paradis !
      Ici nous sommes là en transit et l’arrivé est :
      1) le paradis, pour les meilleurs d’entre nous (charité, piété, bonté d’âme, aumône, partage, entraide ,etc...)
      2) le purgatoire pour ceux qui ont péché (mais qui reste de bon Chrétien et ferons pénitence )
      3) l’enfer (pour eux pas de retour possible en arrière )
      Il reste une 4eme possibilité, mais elle ne concerne qu’une petite minorité, les enfants non baptisés et donc non pêcheur (c’est les limbes)
      Qu’est-ce qu’une vie ici-bas, comparé à l’Éternité aux Cieux (avec NS Jésus Christ-Roi)
      Jouir s’en entrave, comme les soixante-huitards et c’est l’enfer direct, s’il n’y a pas de rédemption (Redemptio) et de changement de cap avant la mort vers notre Seigneur & sa Sainte Église Catholique...



      Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.
      Matthieu
      De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pêcheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.
      Luc




      C’est certes, surement très agréable de ne pas croire en le paradis, l’enfer, ni en Dieu ....dans l’immédiateté de la vie sur terre, mais le jour dernier, celui du jugement de nos actes devant Notre Seigneur Jésus Christ-Roi , vous aurez quoi a lui dire, à lui offrir comme acte ?
      A part j’ai joui s’en entrave, j’ai profité, consommé ,je ne me suis soucié que de ma petite personne, je n’ai rien fait pour les miens, ma Nation, votre Sainte Église Catholique, la Chrétienté dans le monde ,je n’ai mené aucune croisade contre les forces du mal à ma petite échelle, certes, mais aucune pas plus à la Votre Seigneur....
      Ce ne va pas être très joli joli ce jour-là !
      Je prie pour que NS Jésus Christ vous éclaire de sa Sainte vérité , de sa Grâce, de Son Cœur Sacré ainsi que du Cœur Immaculé de ND la Sainte Vierge Marie...
      Puissiez-vous vous réveiller avec la bienveillance de la foi Catholique
      Espoir & Salut de la France....
      Cordialement cher ami...
      (ce n’est point un jugement )


  • Ah enfin quelques bonnes nouvelles, ça faisait longtemps. J’aime quand l’auteur met des guillemets pour IVG, ça veut dire non pas ’volontaire’ mais ’influencée’.


  • il ne faut pas non plus être borné : il est sain qu’une femme contrôle sa fécondité et détermine le nombre d’enfants qu’elle veut mettre au monde...si les Françaises - de souche ou d’ailleurs- se mettaient à enfanter sans frein, la société serait très vite débordée...et puis, je me demande si le système n’a pas trouvé un autre système pour favoriser l’avortement via des méthodes douces ( pilule, vaccin...) ce qui supprimerait le traumatisme pour la femme concernée...

     

  • Moi, eh bien, je suis une femme, mais je n’ai pas de grands discours à faire là-dessus, ce que j’ai à dire tient à ceci : sur un paquet de cigarettes, il est écrit ce que tout le monde connaît : "Fumer tue.. fumer nuit à la santé de votre foetus... " Bla-bla-bla, etc. Fœtus tout à fait loupé dans sa conception graphique, on est en droit de se demander si les mecs savent à quoi ça ressemble, un fœtus. Bref. Après on va faire des IVG, elles, par contre ne nuisent pas du tout à la santé du fœtus, foetus, qui, soit dit en passant, a atteint après huit semaines sa maturité en termes de formation, après ce n’est plus que de la croissance. Y a pas un blème à quelque part ??? Si ça c’est pas se foutre du monde, alors je ne sais pas ce que c’est !


  • Quelques bons commentaire ici, mais l’IVG n’est qu’une des méthodes de dépopulation. Plus elles sont tardives moins elles sont graves. On devrait s’inquiéter de notre infertilité.


  • il est vain que l état essaie de forcer une majeur partie de la population contre sa volonté.
    Cela est inéficace et facteur de dommages sanitaires colatéraux, avec les avortements sauvages.

    De meme que la prohibition du canabis, la prostitution ou le port de la ceinture... l état ne peut pas tout, les moeurs d un peuple ne se changent pas a coup de loi.

    Aparemment les moeurs des américain du puritanise sont différent et ils pourraient trs bien revenir sur cette pratique un jour.
    Mais je n imagine pas la meme chose pour la france.


  • AH ! Tant mieux pour ces petits êtres sans défense ! Cela fait longtemps que l’on a pas eu une aussi bonne nouvelle depuis longtemps ! Amen !