Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les réactions des politiques français au retrait des troupes russes de Syrie

Vladimir Poutine a ordonné au ministre de la Défense russe de retirer les troupes de Syrie à partir du mardi 15 mars. RT s’est entretenu avec des députés et chefs des partis français, ex-ministres et experts en géopolitique pour discuter du sujet.

 

 

Lundi 14 mars 20h16 CET (heure normale d’Europe centrale) - Roland Dumas

L’ancien ministre français des Affaires étrangères, Roland Dumas, a salué la décision du président russe : « La décision de Poutine va dans le bon sens. Il ne pouvait raisonnablement pas laisser plus longtemps ses troupes en Syrie sans mettre en péril les relations internationales. Au vu notamment du récent accord de cessez-le-feu mis au point avec les États-Unis. »

 

22h49 - Gérard Bapt, député socialiste :

« Je ne pense pas que la Russie cesse d’intervenir contre Daech et le Front Al-Nosra. Ce n’est pas un hasard que cette annonce intervienne à l’ouverture des négociations à Genève. C’est pour mettre au pied du mur tous les protagonistes du conflit : Bachar el-Assad, la Turquie, les Américains et les Iraniens. Je pense que, de concert avec les Américains, Vladimir Poutine ne veut pas être engagé plus avant dans ce qui ressortirait d’un conflit entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Il veut se limiter à la scène syrienne et la stabiliser. »

 

22h14 - Éric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche :

« Les objectifs militaires auraient été atteints et la Russie estimerait que le danger représenté par Daech est moindre. C’est nécessaire et positif : il faut passer maintenant par les négociations les accords à Genève. Ce retrait est peut-être aussi fait pour faciliter ces négociations puisque, pour nous, la question syrienne devrait être réglée dans le cadre de l’ONU. Si l’objectif est de faciliter ces accords, on ne peut le prendre que de manière positive.

Manifestement les bombardements ont permis de limiter, si ce n’est d’arrêter, tout le trafic de pétrole auquel se livrait Daesh et qui était une source considérable de revenus financiers. En outre, des coups très durs ont été portés à l’État Islamique. Depuis quelques semaines on sent clairement que la situation de Daech est fragilisée.

Mais on ne pourra pas régler cette situation sans passer par une résolution de l’ONU et sans que toutes les parties concernées soient inclues dans ce processus, que ce soit le pouvoir syrien, l’opposition démocratique, les Kurdes syriens et les autres pays de la région.

Il faut qu’il y ait une coalition sous l’égide de l’ONU qui agisse pour débarasser cette région et le reste du monde de la menace terroriste. »

 

22h01 - Yves De Kerdrel, rédacteur en chef de Valeurs Actuelles

« Je trouve que c’est une réaction tout à fait rationnelle du président Poutine. Il a stoppé l’offensive de Daech et des rebelles djihadistes, beaucoup de choses ont été réglées sur le plan diplomatique et notamment la mise en place d’un cessez-le-feu.

Le président Poutine a montré qu’à la différence d’autres grandes puissances, notamment les États-Unis lors de la guerre en Irak, il intervenait ponctuellement pour régler un problème et qu’une fois que le problème était réglé, il s’en allait et retirait ses troupes. Cela a été une action parfaitement menée sur le plan militaire.

Le président Poutine a donc agi de manière extrêmement rationnelle et c’est un exemple d’intervention militaire réussie que doivent retenir tous les Occidentaux.

L’avenir de la Syrie dépend de la conférence inter-syrienne qui a commencé aujourd’hui mais il existe un gouvernement syrien, avec Bachar el-Assad comme président légitime réélu il y a deux ans pour un mandat de sept ans. Il va y avoir des élections législatives dans quelques mois, il y a déjà de nombreux candidats déclarés, ce qui montre qu’il y a une vraie démocratie en Syrie, contrairement à ce que racontent un certain nombre de médias occidentaux. »

 

21h38 - Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes :

« Je suis le premier surpris et je me demande s’il s’agit d’un véritable retrait ou si c’est juste l’annonce du début d’un retrait et surtout si ce retrait signifie une diminution de l’engagement de l’aviation russe. Pour l’instant cela me paraît surprenant que les Russes mettent fin à leurs opérations avant la reprise de Palmyre. Finalement, Alep n’a pas été totalement reprise par le régime syrien, à Racca, les forces syriennes sont très loin, à Deir ez-Zor, il y a une dynamique laissant penser que le ville pourrait tomber aux mains de l’EI. Il n’y a qu’à Palmyre que les forces syriennes sont difficilement entrées à l’ouest de la ville. S’agissant du Front Al-Nosra, Idleb est toujours entre les mains d’Al-Nosra et de ses alliés. Il n’y a que le littoral alaouite qui a véritablement été sécurisé, [mais] pour le reste, cela me paraît surprenant que la Russie mette fin à ses bombardements car cela signifierait un retour des rebelles, modérés ou radicaux, et un retour de Daech sur le front contre le régime.

Je vois mal les Occidentaux prendre le relais des Russes pour bombarder les djihadistes, même si c’est un scénario possible. Je n’en suis pas convaincu parce que cela voudrait dire que les Américains traiteraient Bachar el-Assad comme un allié, ce qui n’est pas encore le cas. »

Lire la suite des réactions sur francais.rt.com

Après le désastre Fabius, l’évolution de la classe politique française vis-à-vis de Poutine et Assad, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • malgré les caquètements des poules dans la basse-cour, Poutine a fait du ménage en à peine 2 mois, devant des puissances un peu sur le déclin -
    une leçon pour tous les nabots qui veulent jouer dans la cour des grands et qui ne vont pas se précipiter, pour prendre la relève !!!!!!

     

  • Je ne comprend pas la décision de Poutine de retirer ses forces armées. EI n’est pas vaincu et retirer ses troupes signifie laisser le champ libre aux américains.

     

  • "Poutine a fait du ménage en à peine "

    Pourquoi, il est parvenu à mettre fin à Daesh ? Est-ce que les choses ont profondément changé en Syrie ? Perso, je crois que le chaos qui a été semé perdurera pour longtemps encore.


  • Poutine veut surtout éviter un Afghanistan-II, il a fortement aidé Assad à reprendre le contrôle d’une partie du territoire syrien, son contrat est donc rempli. Il joue finement le coup car il est intervenu en Syrie en surprenant (un peu) les Américains, et il repart à un moment peut-être inattendu pour les Américains (qui étaient en train de préparer des actions souterraines supplémentaires avec leurs alliés djihadistes).

    Enfin, il a envoyé un message clair à tous : l’armement russe n’est plus l’armement usé et obsolète que l’on avait pu apercevoir lors de la guerre en Ossétie du Sud en 2008.

     

    • un message clair à tous : l’armement russe n’est plus l’armement usé et obsolète
      d’ailleurs il a fait une démonstration en live avant de signer des gros contrats -
      L’Inde renonce à ses 126 avions Rafale au profit d’avions russes -
      L’Iran va acheter des avions russes pour 21 milliards de dollars -
      La Russie va vendre à l’Algérie un système de protection des avions civils et militaires-


  • Une pensée pour tous les "generaux de fauteuil" qui nous expliquaient que la Russie avait trouvé son Vietnam (ou son Iraq, ou...)


  • Une belle manière d’observer la réaction d’erdogan surtout avec les attentats attribués au Pkk et sans oublier la possible intervention terrestre des saoudes et des turques en Syrie.
    Dans quelques semaines ou mois, on saura davantage sur ce conflit qui est sans doute durable et, ce jusqu’à la fin de notre temps.


  • Ce Poutine là n’est pas celui auquel on est habitué...on peut lire sur son visage tout ce que ne disent pas les mots qu’il emploie. Ce qui se passe est infiniment dommage et ce sera infiniment dommageable comme il est toujours dommageable, à terme, de chasser le Bien de sa Maison pour laisser régner le Mal...L’enlisement et le marasme vont reprendrent de plus belle dans un endroit du monde où le Mal a étendu son empire au service d’intérêts très particuliers, qui vont directement et indirectement à plus d’un titre ; à l’encontre de ceux, de la très grande majorité des populations prisent en otage par les gouvernements pseudodémocratiques qui les tyrannisent (gouvernements d’ailleurs aux mains de ceux qui les instrumentalisent). Cette nouvelle n’est pas une bonne nouvelle.


  • Je me trompe sans doute, mais après avoir lu les remarques des uns et des autres, je ne pense pas que le choix de ce retrait sans doute partiel soit motivé par une fâcherie avec Bachar el-Assad (alors une sorte de chantage de la part de Poutine), ni par un soucis budgétaire dans un contexte difficile pour la Russie ou le risque d’enlisement en Syrie, mais je vois le geste hautement symbolique de ne pas vouloir s’imposer par la force (comme le font les USA). Poutine entend certainement désarçonner ses adversaires géopolitiques, tout en ayant consolidé les intérêts russes dans cette région du Monde. Tout ceci me paraît fort bien joué, c’est presque ou totalement un sans faute. Cet exercice a aussi démontré que l’armée russe est une force non négligeable avec laquelle il faut compter désormais.


  • Les Occidentaux en general et les français en particulier ne comprennent pas du tout ce qui se passe en Syrie et au moyen Orient ...Obnubilés par leurs thèmes "démocratiques " et soumis à la propagande israélienne via ses lobbies super puissants dans les médias européens,, ils ne voient pas du tout que la guerre en Syrie et en Irak est une guerre religieuse fomentée par le Wahabisme saoudien et qatarien avec le soutien des USA , d’Israël et des régimes sionistes européens et de la Turquie d’Erdogan et des ferres musulmans contre l’Iran , le chiisme et les minorités arabes tant que ceux -ci représentent un facteur et un pôle de résistance à la domination impériale wahabiste saoudienne et au projet sioniste et théologique du grand Israel . La guerre religieuse en cours qui a mobilisé tous les mercenaires islamistes de la planète contre les Alouites et les communautés et les couches sociales minoritaires autoctones qui soutiennent Bachar el Assad et le gouvernement à majorité chiite en Irak et le Hezbollah libanais , ne vise ne plus ne moins que la Survie de ces derniers ...l’intervention russe en Syrie ou son retrait tactique ne changent rien à la donne principale de ce conflit historique de grande ampleur dans la sphère du monde arabo-musulman ... mais les peuples européens et notamment les français qui continuent à faire l’autruche, à voter pour l’UMPS et à faire semblant de ne pas bien voir le monde qui les entoure , doivent savoir que le jour proche où ce conflit se déplacera et s’étendra fatalement en Afrique du Nord(à partir de la Libye et du Sahel), à une heure d’avion de Rome, de Londres , de Madrid et de Paris ; ce jour-là ils regretteront amèrement les ventes d’armement que leur gouvernements sionistes ont faites à l’Arabie saoudite , les millions de migrants qu’ils ont installés sur leur sol depuis 40 ans et toute l’impunité nucléaire , diplomatique , idéologique qu’ils ont permise à la junte sioniste en Israel et sur leurs territoires ... ce jour-là , la grande question de la Survie qui se vit actuellement dans le chaos et dans le malheur en Orient et en Afrique se déplacera inéluctablement en Europe occidentale ...Voilà pourquoi l’intervention de Poutine et des russes en Syrie et au Levant