Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Lorànt Deutsch : "Que Najat Vallaud-Belkacem prenne avec Sarkozy des cours d’histoire !"

Son premier Métronome avait été tiré à 5 000 exemplaires, mais avait fini par animer les bibliothèques avec deux millions d’acheteurs. Lorànt Deutsch récidive avec un deuxième tome qui arpente l’histoire de Paris à travers ses rues, du cardo maximus romain que l’on retrouve dans le tracé de la rue Saint-Jacques à l’autoroute A86 annonçant le Grand Paris. Ses détracteurs, des historiens plutôt marqués très à gauche, lui reprochent des erreurs factuelles et une « vision quasi maurrassienne » de l’histoire.
Mais loin d’être un inconsolable nostalgique de l’Action française, le volubile acteur est un drôle de paroissien, à la fois catholique pro-mariage pour tous et monarchiste bobo qui fait du vélo durant la Journée sans voiture et se dit fier de payer ses impôts. Alors qu’en cette période électorale, l’histoire est plus que jamais un terrain de bataille, lui assure défendre une histoire fédératrice qui carbure à l’enthousiasme. Entretien... sur un tempo prestissimo, bien sûr.

 

Le Point.fr : François Fillon veut réécrire les programmes d’histoire, Nicolas Sarkozy fait de la généalogie gauloise, tandis que Najat Vallaud-Belkacem défend « l’histoire véridique ». Pourquoi l’histoire est-elle devenue une matière si inflammable ?

Lorant Deutsch : L’histoire se retrouve au cœur de la mêlée, surtout en cette période électorale, mais ça devrait être le contraire ! Moi, je prends l’histoire au pied de la lettre. Depuis tout petit, l’histoire du monde, de la France ou de nos origines, c’est pour moi une formidable usine à histoires. Et je me bagarre pour rester petit, car petit, c’est être curieux, ouvert, ne pas aller vers le rétrécissement des convictions, l’étroitesse d’esprit qui fait croire qu’on a tout compris. Moi, au contraire, grâce à l’histoire et aux histoires, j’essaye de rester en éveil face à l’enchantement et la stupéfaction. L’histoire, c’est un moyen d’évasion et de divertissement hallucinant.

 

On vous a présenté comme le héraut d’une histoire réactionnaire...

Ce qui me plaît avant tout, c’est la géographie, c’est-à-dire la réalité qui m’entoure. Quand j’entends dire que ceux qui aiment l’histoire sont des nostalgiques d’une France passée, des adeptes du « c’était mieux avant », je leur réponds que c’est tout le contraire ! C’est parce que ma réalité me fascine et mon pays me plaît que j’ai envie d’en savoir plus. Ce qui m’intéresse, c’est comment on en est arrivé là. Qui sont nos parents, nos aïeux, ceux qui ont façonné ce jardin merveilleux dans lequel on a la chance d’évoluer quand on est en France. On vit une période délicate, critique et anxiogène. Malgré tout, c’est encore un pays qui, à titre personnel, me fait du bien quand je me lève le matin.

[...]

Dans votre livre, vous défendez d’ailleurs le Grand Paris...

Oui, il est temps que cette ville ait de nouvelles frontières. Celles qu’on a avec le périphérique datent d’Adolphe Thiers en 1840. Vous savez, je crois que le terme réactionnaire vient d’une tromperie qui veut que tout soit aujourd’hui « touchy ». L’histoire est une matière inflammable, comme vous le dites, je l’ai appris à mes dépens. Alors que je pensais qu’elle devait être additionnelle, qu’elle devait tous nous rassembler autour de valeurs communes sans que ce ne soit trop chargé. Pour moi, l’identité, c’est simplement deux choses : le parcours de notre pays, qui ne nous appartient pas, et la langue, qui fait de nous des Français. Il s’agit donc de savoir d’où on vient, et de savoir comment communiquer puisque l’intelligence passe par le langage. Être français, c’est parler le français et jouir de cet héritage qui s’appelle la France.

 

 

Vous avez été surpris par toutes les polémiques suscitées par vos deux premiers livres, Métronome et Hexagone  ?

Je pensais être dans une histoire belle, et que tout le monde avait envie de profiter de ce ciment-là, éminemment fédérateur, qui explose toutes les castes de rangs sociaux, de sang, d’origines, de religions. Être français, c’est être au-dessus de tout ça. Je me suis dit : « C’est génial, appuyons-nous là-dessus ! » Mais je me suis rendu compte qu’il fallait sélectionner. Parler de Jeanne d’Arc, c’est devenu un marqueur idéologique. Alors que non, j’en parle parce que ça fait partie de notre histoire. Répudier Jeanne d’Arc ou les racines chrétiennes de la France, comme le fait Pierre Moscovici, c’est un crève-cœur pour l’amoureux de l’histoire et c’est surtout se servir de l’histoire et ne plus la servir. On devient un procureur de l’histoire.

Lire la suite de l’entretien sur lepoint.fr

 

Approfondir les thèmes abordés par Lorànt Deutsch avec Kontre Kulture

Lorànt Deutsch face aux réactions de la gauche antifrançaise, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J adore ce bonhomme. Du talent, pas bête.
    Mec Utile

     

    • Complètement d’accord - sous employé ou mal employé au cinéma, passionné et désintéressé (en général les acteurs se trouvent des passions qui ne demandent pas trop d’efforts intellectuels et qui sont lucratives comme le stud poker !) alors qu’il ne soit pas au top comme historien selon certains...écrivez des livres en réponse !
      Le fait qu’il nous intéresse et nous fasse découvrir l’histoire de Paris est formidable.


  • Se faire dire par des profs d’histoire que t’es pas Historien, c’est une confirmation de ton travail ! Presque une médaille !


  • Un peu trop content de tout et tous pour être honnête.


  • Répudier Jeanne d’Arc et les racines chrétiennes de la France comme le font Moscovici ,Sarkozy, Najat Belkacem et la communauté sioniste de LRPS qui veulent déterrer les racines catholique de la France multimilliénaire !

     

    • « Dans son livre, l’abbé Minvielle cite le journal Jewish world du 9 février 1863 (il y a 153 ans !!!) :
      « Le grand idéal du judaïsme est que le monde entier soit imbu de l’enseignement juif et que, dans une FRATERNITÉ UNIVERSELLE des nations - un judaïsme élargi - toutes les races et les religions séparées disparaissent ».

      Tout est dit, et nous y sommes presque SAUF QUE ! ....

      sauf pris au sens littéral aussi !...


    • C’est ce que veulent aussi les deux autres religions !

      Mais la différence c’est que d’un côté c’est pour l’intérêt de tous et de l’autre serait-ce pour l’intérêt que de certains ? Au détriment des autres du coup ?


  • Je l’ai vu une fois à ses débuts quand j’étais petit au supermarché et j’ai rarement rencontré un acteur aussi simple et humble, il m’avait accordé du temps sans me connaitre et on a fini par faire les courses ensemble et son ami ou garde du corps. Agréable moment.


  • Lorent Deutsch est d’abord un excellent acteur, effectivement sous employé . Ensuite c’est quelqu’un de cultivé, qui partage sa culture. C’est surtout un vrai français patriote, qui met fin au débat stupide sur les français de souche et les français de branche.
    Et c’est tellement plaisant de trouver des français avec des origines juives, qui ne nous cassent pas les pieds avec leur judaïcité de souche .

     

    • En ajout a mon commentaire plus haut, je vous remercie du votre, un tellement bel exemple d’un français de branche formidablement ’ intégré...’ c’est le moins que l’on puisse dire.

       

    • "L’histoire véridique"
      Une bonne blague ! Je ne connaissais pas les talents d’humour (noir) de madame Belkacem.


    • « Répudier Jeanne d’Arc ou les racines chrétiennes de la France, comme le fait Pierre Moscovici, c’est un crève-cœur pour l’amoureux de l’Histoire et c’est surtout se servir de l’Histoire et ne plus la servir. On devient un procureur de l’Histoire. »

      « Pierre Moscovici : biographie origines et vie familiale :
      Il naît au sein d’une famille juive d’intellectuels de gauche
      . » wikipedia

      on a compris qui sont les crève-coeur de la France ! ....

      « La Basilique du Sacré-Cœur, dite du Vœu national, située au sommet de la butte Montmartre, dans le quartier de Clignancourt du XVIIIe arrondissement de Paris, est un édifice religieux parisien majeur, « sanctuaire de l’adoration Eucharistique et de la Miséricorde divine ».

      « Depuis longtemps la colline de Montmartre a été un lieu de culte : paganisme gaulois puis temples gallo-romains dédiés à Mercure et probablement à Mars : culte chrétien après le martyre de l’évêque Denis au IIIe siècle. »

      Sans ses racines chrétiennes la France perd son identité, sa singularité, ses forces, son Logos !

      N’est-ce pas ce que cherchent à détruire ceux-là même occupants de la Palestine et à déclarer la guerre aux Nations ?


    • La seul chose que je lui reproche c’est avoir signé ce papier "tendons leur la mains " .Une petition pro migrant qu’on veut loger dans des habitations qui ont fait l’histoire de France comme par exemple des châteaux.


    • J’ai découvert Lorant Deutsch dans "Le ciel les oiseaux et ta mère", c’est à dire il y a un paquet de temps. Acteur talentueux et surtout sincèrement humble. Je me souviens l’avoir entendu discuter de l’histoire de Paris au cours d’une interview avant qu’il écrive ses Métronome et tout le tintouin, et j’avoue qu’il m’avait scotché ! Je ne suis même pas sûre qu’il avait 20 ans à ce moment là.

      MAIS :-) Quand je lis que Lorant Deutsch est un véritable patriote, je ne peux pas m’empêcher de penser que 1) Il est signataire de l’appel des artistes pro-migrants à donner une partie de leur cachet 2) Il s’affiche ouvertement pour le mariage gay

      Alors bien sûr chacun pense ce qu’il veut, mais je ne suis pas certaine qu’il entre en droite ligne avec les idées de E&R (et avec les miennes).