Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Manuel Barroso embauché par Goldman Sachs pour "comprendre le marché européen"

La banque d’affaires américaine a nommé l’ancien président de la Commission européenne président non-exécutif. José Manuel Barroso aura pour mission d’aider Goldman Sachs à comprendre le marché européen.

Inquiète de la situation européenne, Goldman Sachs ne veut pas prendre de risque. C’est pourquoi la banque d’affaires américaine a annoncé avoir engagé l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour la conseiller, au moment où le secteur financier est secoué par les craintes autour du Brexit.

Le Portugais occupera les fonctions de président non-exécutif de Goldman Sachs International, branche internationale du groupe américain basée à Londres, et de conseiller de Goldman Sachs, a précisé la banque dans un communiqué. « José Manuel va apporter une analyse et une expérience immense à Goldman Sachs, et notamment une profonde compréhension de l’Europe. Nous sommes impatients de travailler avec lui alors que nous continuons à aider nos clients à évoluer au sein d’un contexte économique et de marché incertain et délicat », ont déclaré Michael Sherwood et Richard Gnodde, co-directeurs généraux de Goldman Sachs International, cités dans le communiqué.

Lire la suite de l’article sur bfmbusiness.bfmtv.com

 


 

La nomination (ou promotion mondialiste) de José Manuel Barroso fait sortir les souverainistes de leurs gonds. Exemple avec Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne, président de Debout la France et candidat à l’élection présidentielle.

 


 

José Manuel Barroso nouvelle marionnette de Goldman Sachs !
Débarrassons-nous de la corruption de la finance internationale !

L’ancien président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso devrait, selon le Financial Times, rejoindre la banque Goldman Sachs. Le tableau de chasse de Goldman Sachs est particulièrement scandaleux et révèle la puissance de la finance qui gangrène l’Union européenne contre les peuples et l’économie réelle.

[...]

D’une manière générale, Goldman Sachs a monté de toute pièce les modèles fous d’endettement massif des pays occidentaux, tout en spéculant sur les effets dévastateurs de ces politiques sur l’économie réelle.

En 2011, Bruxelles et le FMI ont soutenu de nouveaux dirigeants en Grèce et en Italie. Les premiers ministres Geórgios Papandréou et Berlusconi avaient été remplacés par Loukás Papadímos et Mario Monti, tous deux ex-salariés de Goldman Sachs.

La même année, Mario Draghi, vice-président de la branche européenne de Goldman Sachs est devenu Président de la Banque centrale européenne. Il mène depuis une politique très favorable à la finance et n’a jamais accepté de répondre sur les conflits d’intérêts soulevés par les parlementaires et la presse.

[...]

Il [Barroso] trouvera une aide précieuse auprès de Jean-Claude Juncker, actuel Président de la Commission européenne et ancien Premier ministre d’un gouvernement luxembourgeois champion toute catégorie de la fraude fiscale organisée pour les multinationales.

[...]

Seules des démocraties souveraines et qui coopèrent dans une belle Europe des Nations, permettront aux peuples de se débarrasser du poison de la finance internationale.

Lire le communiqué dans son intégralité sur debout-la-France.fr

Barroso, Brexit et Goldman Sachs, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants