Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Marseille : 300 "antifascistes" contre 80 militants de l’Action française

Qui agresse qui ?

D’un côté, 80 militants de l’Action française, réunis pour leur rentrée, de l’autre 300 riverains et antifascistes qui souhaitent leur départ du quartier.

 

 

[...]

Côté royalistes de l’Action française, on déplorait des attaques telles que « le jet d’une grenade à fragmentation, d’acide et le dépôt de balles de Kalach’ dans la boîte à lettres », comme le détaillaient Luc et Anna, les deux porte-parole. Lesquels évoquaient aussi la dernière rixe en date – la qualifiant même de « véritable tentative de meurtre » – survenue dans la nuit de vendredi à samedi, et de laquelle deux de leurs militants qui surveillaient le local sont sortis avec fractures des bras et plaies au crâne, sans que pour l’heure la police n’ait pu déterminer les responsabilités. « Ils veulent nous éradiquer mais nous, on n’a rien contre eux, on a même des points communs comme l’anti-capitalisme, des orientations sur le temps de travail... », glissaient-ils. Un sentiment peu partagé par les « antifas », au vu des accointances avérées entre les nostalgiques de Maurras et certains groupuscules de l’extrême droite la plus radicale.

 

Lancer la vidéo pour constater l’inversion accusatoire et la réécriture de l’histoire antifascistes :

« Pas de fachos dans notre quartier, pas de quartier pour les fachos »

Le rendez-vous avait été fixé : d’un côté, par les militants de l’Action française – venus de toute la région – qui annonçaient par des affiches leur réunion de rentrée ; de l’autre par leurs opposants de la Plaine, via un événement Facebook. Si celui-ci a attisé l’intérêt de près de 900 internautes, ce sont environ 300 militants de gauche, sympathisants et autres riverains du quartier qui sont venus hurler leur souhait de voir les identitaires plier bagage du secteur et de ce local, rue Navarin (6e arr.), acheté il y a deux ans.

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur laprovence.com

Les « antifas » empêchent la jonction naturelle et traditionnelle
entre la question nationale et la question sociale,
lire chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Oh mais l’extrême gauche à toujours été dans le camps du capital.. Cependant il faut avouer que sur les réseaux sociaux il y a une violence verbale sans communes mesure du côté des « droâtars »... Je n’accuse pas du tout l’Action Française qui ne tiens pas ce genre de discours.

     

  • L’inverse eut été étonnant ! Marseille , une ville qui n’appartient plus à la France depuis belle lurette ....

     

  • Dans la guerre civile qui vient, le controle de la rue est primordial


  • Ce pays sera totalement détruit par son propre peuple devenus totalement ignorant et abrutis...

     

    • Pourquoi utiliser le futur ? Il me semble que nous y sommes depuis longtemps.


    • ...Pour les survivants de ce chaos, il n’y aura plus de Droit ni de Shoah...

      il faudra leur donner de l’ananas en intraveineuse... Ou les laisser à leur triste sort :

      Give them peace, or give them death.


    • C’est comme cela depuis 1789. Conflit sur conflit immigration ou pas. Il n’y a plus de peuple de France mais des populations hétérogènes pas uniquement qu’au niveau ethnico-confessionnel. Comme en finir avec le jacobinisme moderne ? Qui propose des solutions ?
      A part Marine au pouvoir en 2017 pour dissoudre ces groupuscules d’inspiration marxiste et internationaliste anarchistes, je ne vois pas comme régler le problème de façon autre qu’administrative. Autrement le coup de force. Et De grâce bannissez de votre vocabulaire les clivages droite-gauche extrême -modéré.


  • L’inénarrable Hazem présenté comme habitant du quartier mais plus précisément figure de proue des antifa marseillais qui ose raconter que c’est à cause de l’AF que les agressions se multiplient sur la plaine et le cours ju c’te blague !!


  • Etant sur place pour prendre quelques photos et ou vidéo, je peux dire que je n’ai même pas sorti mon appareil. Rien à se mettre sous la dent.
    Les CRS étaient bien en place, deux ou trois pétards et voilà. Quelques harangues du côté antifa, l’AF de son côté a pu faire sa réunion sans problèmes.
    Par contre il fut intéressant de relever les commentaires et discuter avec les passants/badauds/bobos/punks à chien/babacools/CRS sur place :
    - Je dirais pour résumer que les badauds et passants ne comprennent pas, s’en foutent ou rigolent.
    - Les bobos-étudiants tiennent des discours du style : "faites l’amour par la guerre, c’est la faute au capitalisme, etc ...", mais aucun discours cohérent derrière.
    - Les punks à chien/babacools sont là parce que ça fait bien et se rangent automatiquement derrière les antifas parce que c’est la gooOooche.
    - Les CRS ont la haine car tout cela (les insultes envers la patrie, la violence, le cassage de mobilier urbain, ...) reste impuni.

    Des poubelles furent renversées et servirent de tam-tam côté antifa.

    Au cris des antifas ("je nique la France moi !!!", "sale raciste !!!", "allez-y chargez !!!", "pays de merde !!!", "sale raciste de francais !!!", ... etc etc), les CRS sont restés de marbre, tout comme la BAC présente en masse sur place.
    On a pu noter aussi la présence de jeunes de quartier côté antifaf, surement due à la présence de clubs de supporters proche du local des antifas et donc d’accointances.


  • Pas de quartier pour les fachos à 300 contre 80, qui sont les fachos ?


  • Drapeau CNT... Noir rouge et blanc...

    Même couleur que le drapeau du NSDAP... Et même méthode d’intimidation...

    Quand à leur programme, c’est simple en 25 "poings" !

    1. Nous exigeons
    2. Nous exigeons
    3. Nous exigeons
    4. Nous exigeons
    5. Nous exigeons
    6. Nous exigeons
    7. Nous exigeons
    8. Nous exigeons
    9. Nous exigeons
    10. Nous exigeons
    11. Nous exigeons
    12. Nous exigeons
    13. Nous exigeons
    14. Nous exigeons
    15. Nous exigeons
    16. Nous exigeons
    17. Nous exigeons
    18. Nous exigeons
    19. Nous exigeons
    20. Nous exigeons
    21. Nous exigeons
    22. Nous exigeons
    23. Nous exigeons
    24. Nous exigeons

    Oh merde, et le plus important...

    25.Nous exigeons

     

  • Comme mon premier commentaire était un peu virulent :
    ils sont vraiment pas gentils, gentils, ces antifas ! Bouh, les vilains !


  • les benevoles de l’appareil d’état !


  • Le faux " courage " des antifas vient du fait qu’ils savent qu’ils ne trouveront jamais en face d’eux ni noir, ni arabe, mais toujours de paisibles et inoffensifs petit blancs.
    ( c’est du moins l ’idée qu’ils s’en font ....et parfois ça leur coute cher.)

    Si l’ un de ces antifa se faisaient mettre une correction dans les quartiers nord de Marseille l ’idée d’y organiser un descente ne leur viendrait même pas à l’esprit.


  • Visage masqué sur la voie publique = interdit.
    Les forces de l’ordre devraient commencer par là, ça en calmerait déjà pas mal !


  • la plaine ou lou plan en Provençal.
    aucun de ces branleurs n en connait l origine
    un plateau en hauteur ,devenu un quartier crasseux ,refuge de la lie de ce que lon pourrait appeller "bobos",en tous cas des buveurs et fumeurs ,vomisseurs qui ont rendu ce lieu dégueulasse ou le vomis fait la nique aux crottes de chiens .
    j y ai vécu un peu plus bas,rue de l Olivier.
    J y ai jamais aimé ses fréquentations parasites.
    Courage à l Action Française. J irai les saluer


  • Dans le monde voulu par Soros, Attali, BHL , Valls et consorts toutes les valeurs sont inversées.. Le fascisme devient l"antifascisme officiel".. rien d’anormal dans ce contexte.


  • oy, vey. Va falloir remplacer ces guillemets par des triples parenthèses, ou une tonne de guillemets, ou une combinaison des deux.


  • les anti-fa, les idiots utiles du système qu’ils croient combattre. Aucune culture politique, un QI d’une pince à sucre.


  • Il est très étonnant de constater que la quasi intégralité des mouvances anti racistes et antifa ne regroupent que des culs blancs, essentiellement représentés par des étudiants petits bourgeois ou des pommés type "tefeurs/punk a chiens" ! Faut croire que noirs, jaunes ou basanes ne se sentent absolument pas concernés et encore moins menacés par tout ce qui fait démarrer ces vermines de l ultra gauche au 1/4 de tours... Les "minorités" seraient elles a ce point inconsciente du terrible fléau qui les menacent ou auraient elles finies de réaliser toute l esbroufe et la fumisterie qu incarnent les gauchistes ??
    Dans tous les cas que ce soit en terme de comportements ou de slogans ces cassos ne font que recycler la sempiternelle même merde idéologique répandue depuis 30 ans sur le fachisme et l extrème droite... Ils sont au bout du rouleau !


  • A quand une petite descente chez bhl ? !


  • Un antifa, c’est un gauchiste avec un QI négatif.

     

  • Ces antifas sont autant de bombes à retardement réglées par l’oligarchie du pays.


  • Franchement, que ces jeunes abandonnent le terrain et se replient dans des régions plus patriotes. Marseille c’est du suicide. Laissez donc antifas et immigrés entre eux. C’est triste à dire mais un français n’a plus sa place dans cette ville. On essaie pas de retenir un édifice qui tombe.

     

    • Pas si sûr. J’ai vécu longtemps à Marseille, il y a bien sûr énormément de Magrébins (à mon avis pas loin des 40% dans le centre-ville), mais il y subsiste aussi une importante classe populaire blanche qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle se trouve surtout en périphérie de la ville, mais pas seulement. C’est la dernière grande ville française qui ne soit pas boboïsée. Il existe une culture marseillaise ancrée et fière, pas du tout dans la repentance. En revanche La Plaine où s’est installée l’AF est le seul quartier de la ville qui regroupe beaucoup d’antifas ou punks à chien ! A part ça les gauchistes n’y sont pas grand chose, surtout comparé à des villes comme Rennes par exemple.
      La fierté marseillaise est instinctive, en revanche je n’ai jamais entendu parler de royalisme là-bas.


    • Pouvez-vous nous indiquer les notions suivantes :

      Un immigré ?
      Un Français ?

      Car je suppose que dans le mot immigré il y a le mot d’origine étrangère, même s’ils sont Français.

      Ne mélangez pas tout, votre nationalisme est rattaché au blanc, donc communautaire donc raciste.
      Si vous reprochez quelque chose aux antifascistes commencez par argumenter, et à montrer ce qui n’est pas acceptable chez eux. Peut-être que le seul argument que vous avez c’est l’antifascistes qui défend l’immigré. Sachez qu’à Marseille les enfants d’immigrés sont Français. La réconciliation n’est pas pour demain et avec vos propos, en tant que Française Musulmane, je m’orienterai naturellement vers des personnes qui aiment les autres, leurs prochains, ce qui n’est pas votre cas.


    • Anonyme : sauf que si guerre civile il y a, les français d’origine étrangère, et surtout si musulmans, à votre avis, ils vont se sentir toujours français ou ils iront dans le camp qui les arrangera finalement ?? Et c’est en cela que la communauté est dangereuse, et les blancs comme vous dites, n’ont jamais fonctionné en tant que communauté, d’autant plus que la france est blanche, au même titre que les chinois sont jaunes, les africains noirs, etc.... et aucun racisme la-dedans, juste un constat historique.


  • Ils paniquent :

    Alors que la France patriote se réveille...

    ...Les anti-fas sont en voie de disparition !


  • #1576580

    Les antifas, la tourbe du milieu syndical et social, voilà qui ne fait aucun doute. Par contre, de là à dire qu’ils empêchent" la jonction naturelle entre la question sociale et la question nationale"... mouais... c’est à mon sens leur donner trop d’importance, et cette jonction, même à la grande époque de Berth et du cercle Proudhon, elle s’est faite entre quelques individus, jamais de manière massive et pourtant à l’époque les antifas, non plus que les "fas", n’existaient.


  • #1576582

    Pour compléter mon premier message, si on peut gloser à l’infini et se moquer, avec raison, de la faiblesse doctrinale des "antifas", on peut tout autant rire des "roycos" issus en général de la bourgeoisie, qui n’ont jamais travaillé de leurs mains et qui parlent du peuple qu’ils ne connaissent pas en sortant la carte "joker", pardon "union nationale", à chaque fois que la lutte des classes est abordée.


  • Le paillasson miné du mouvement libéral-libertaire : l’antifascisme. Globalement, tout le capital est représenté et il va de la bulle du chewing-gum inutile mais effective( bobo-médias)à la bulle de 8,6° salutaire de lumpenprolétariat ( sous-prolétariat). Le tout en une arme de destruction massive de la conscience collective et plus particulièrement de la strate radicale visant l’émancipation totale du prolétariat.
    En résumé le capitalisme n’est qu’une bulle de violences et de mensonges mais aux yeux du public attablé tous les soirs au 20h, il reste encore dans ses aspirations oniriques une sorte de parenthèse enchantée, une belle promesse, un lendemain meilleur.
    Il y a un nécessaire équilibrage entre l’humanisation et l’hominisation...Cet équilibrage est par contre la mort des plus faibles et des plus forts ( les dominants de la meute doivent être anéantis). Le désir d’une société pacifiée passe par l’élimination des rugosités. L’acide, créé par le capitalisme et ce en la substance des allocataires et des bénéficiaires du RSA, est la lame de fond sociale et moralisatrice qui attaque tout ce qui lui résiste. Voila ce qui arrive quand on confit la constitution à des barbares illuminés et avides de pouvoirs et de luxe ! Ils intiment l’ordre aux esclaves les plus dépendants de leur système à mourir pour sauvegarder leur condition de vie misérable. Et entretenus de la sorte, ils en deviennent très virulents car complètement aliénés par la faim, la soif et leur dignité qui se confond avec celle du chien.
    Le capitalisme a fait de l’orgueil son cheval de bataille, laissant l’amour à la seule résignation du moins mal- vivre. Il suffit de voir la gueule de Hollande lorsqu’il est tribun pour s’apercevoir en un regard de ce qu’est la résignation du moins mal-vivre, cette tête de condamné puante de faiblesse mais qui pourtant incarne le pouvoir.


  • La gauche a renoncé à la révolution politique et sociale depuis le virage libéral des socialistes en 1983 et la longue agonie du PCF qui s’ensuivit. Elle a aussi abandonné toute idée d’internationalisme, car aujourd’hui l’électeur moyen de gauche crache sur les "dictateurs" arabes progressistes (Assad, Kadhafi) et n’est même plus choqué de voir le régime de Hollande entretenir les meilleures relations qui soient avec l’Arabie saoudite ou le Qatar. Comme il est totalement indifférent pour ne pas dire hostile chez certains, à la révolution bolivarienne latino-américaine. Que reste-t-il donc à cette gauche pour croire qu’elle existe encore ? L’anti fascisme. Revivre virtuellement la guerre civile espagnole des années 1930 avec des drapeaux noirs et rouges de la CNT, c’est finalement assez rassurant. Ca leur permet de s’auto-persuader que le cadavre putréfié de la gauche bouge encore. Et tant pis s’ils n’ont pas compris que la guerre civile qui annonce le conflit majeur qui vient se passe en Syrie et non plus en Espagne. Interrogez-les sur la Syrie, ils vous répondront qu’Assad est la réincarnation de Franco et que les jihadistes takfiris sont les nouvelles "brigades internationales". Preuve qu’ils ne comprennent rien à l’époque dans laquelle ils vivent
    Laissons les morts enterrer les morts !.


  • Toujours cette manie de vouloir empêcher ceux qui ne pensent pas comme eux de manifester, les "Antifas" .....
    Et pourtant ils se considèrent comme de parfaits démocrates !!!


Commentaires suivants