Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pétrole : l’accord d’Alger permettra-t-il à l’Opep de faire remonter significativement les cours du baril  ?

Durement affectés par la chute des cours, les quatorze pays membres de l’organisation se sont enfin mis d’accord pour réduire leur production d’or noir. Déjà, le prix du baril remonte. Jusqu’où et jusqu’à quand  ?

 

À la surprise générale, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui fournit 40 % du brut mondial, est parvenue, le 28 septembre à Alger, à un accord sur le principe d’une réduction de sa production. Le but  : faire remonter entre 50 et 70 dollars (entre 45 et 62 euros) les cours du baril, gravement déprimés depuis le printemps 2014 – ils dépassaient alors les 110 dollars.

Cet objectif a été provisoirement atteint, si l’on en croit la hausse de 6 % constatée dès le 30 septembre. Un mieux à confirmer le 30 novembre, à Vienne, lors de la réunion officielle de l’Opep, qui répartira les sacrifices entre les pays producteurs.

 

JPEG - 41.6 ko
Bijan Namdar Zanganeh, le ministre iranien du Pétrole

 

Une décision mémorable

On ne connaît pas encore le détail de l’effort qui sera fourni, mais l’organisation dit vouloir réduire sa production, qui a atteint en août 33,5 millions de barils par jour, à un volume compris entre 32,5 millions et 33 millions de b/j. Trois pays en seraient dispensés et pourraient extraire leur or noir « à des niveaux maximum qui font sens », selon Khalid al-Falih, le ministre saoudien de l’Énergie  : l’Iran, qui a été pénalisé par les sanctions internationales, la Libye, en pleine guerre civile, et le Nigeria, aux prises avec des attaques de rebelles contre ses installations pétrolières.

Pourquoi l’Opep a-t‑elle pris cette décision, qualifiée d’« exceptionnelle  » par Bijan Namdar Zanganeh, le ministre iranien du Pétrole  ? Parce que, même en hausse de 50 % depuis le mois de janvier (il est remonté de 28 dollars à environ 45 dollars), le prix du baril ne permet à aucun pays exportateur de boucler son budget et de maintenir sa croissance.

Pis, face à la passivité de l’Opep et au refus de ses membres de geler leur production d’hydrocarbures, les prix étaient repartis à la baisse depuis le mois d’août. Il se murmurait que l’organisation était moribonde et que le faiseur des prix pétroliers était désormais les États-Unis.

 

JPEG - 62.9 ko
Après la réunion d’Alger, le 28 septembre. Au premier plan, Mohammed Ben Saleh al-Sada, le ministre qatari de l’Énergie (à g.), et Noureddine Boutarfa, son homologue algérien

 

Énormes pertes

Les membres de l’Opep continuent de perdre quotidiennement entre 300 millions et 500 millions de dollars. Le Nigeria est en récession, le Ghana est sous perfusion du FMI, le Tchad est au bord du gouffre, l’Algérie a vu son fonds de régulation des recettes chuter de 40 milliards de dollars en 2014 à 6,7 milliards aujourd’hui, et la toute-puissante Arabie saoudite, dont les ministres viennent de voir leur salaire réduit de 20 % par mesure d’économie, devrait enregistrer cette année un déficit budgétaire de 100 milliards de dollars (soit 14 % de son PIB)…

 

La position délicate de l’Arabie saoudite

L’initiatrice mais aussi la grande perdante du virage amorcé par l’Opep, c’est d’ailleurs l’Arabie saoudite. Elle est contrainte d’abandonner la stratégie de saturation du marché qu’elle avait mise en place pour maintenir ses parts de marché et asphyxier les pétroles de schiste américain et canadien.

Certes, les producteurs nord-américains ont dû fermer de nombreux puits devenus déficitaires, mais ils ont suffisamment abaissé leurs coûts de production pour être aujourd’hui rentables à 50 dollars le baril.

Lire la suite de l’article sur jeuneafrique.com

 

Économies et politiques africaines sur Kontre Kulture

La guerre du pétrole, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La remontée acquise des cours jusqu’à $60 le baril de pétrole participe de la fin économique des états-désunis. Il y aura certes des tentatives de sauver ce qui peut l’être avec une hausse des taux par la FED d’ici la fin de l’année. Mais rien ne peut sauver une fiction. La réalité rattrape toujours la fiction.

    Le pétrole de schiste est une fiction et à toujours été une fiction. Pour preuve la balance commerciale des états-désunis structurellement déficitaire avant et après le pétrole / gaz de schiste.


  • C’est important car dans le pétrole on doit sans cesse découvrir de nouveaux gisements et mettre en place les infrastructures nécessaires à leur exploitation, sans cela s’en est fini. Malheureusement les prix bas empêchaient l’investissement dans de nouveaux gisements coûtant maintenant très chers avec sa raréfaction (offshore, fragmentation, sables bitumineux, arctique...). Des prix bas sont pires que des prix trop hauts.
    Nous sommes arrivés sur le plateau du pic pétrolier ou quand les prix sont trop bas les compagnies font faillite, quand ils ont trop hauts l’économie s’arrête.
    D’autres indices de la raréfaction : les guerres au Moyen-Orient, des exploitations de gisements de plus en plus chers et l’Arabie Saoudite qui ne peut plus jouer le gendarme du monde.


  • Les saoudiens ont ete pris a leur propre piege.Cet accord arrange tout le monde et sera respecter.