Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Polluer moins ? Deux Français remplacent le ciment par de l’argile

Le génie français

L’industrie du bâtiment est l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre. À elle seule, la production de ciment est responsable de 5 % du CO2 rejeté dans l’atmosphère. Une entreprise française basée en Vendée propose une alternative, moins onéreuse et vingt fois moins polluante.

« La production d’une tonne de ciment d’argile pollue 20 fois moins que le ciment »

Le béton de ciment est aujourd’hui l’un des matériaux de construction le plus utilisé au monde. En 2013, quatre milliards de tonnes de béton ont été produites selon les chiffres de l’Institut d’études géologiques des États-Unis dans un rapport daté de février 2014.

Mais l’impact environnemental de ce matériau omniprésent sur tous les continents est très peu connu. Pourtant, selon plusieurs études, produire une tonne de ciment entraînerait une émission d’environ 900 kg de C02. Son principal constituant, le clinker, nécessite une cuisson à près de 1 450°C, ce qui explique la forte consommation énergétique.

C’est pour cela que Julien Blanchard et David Hoffman ont inventé un nouveau produit, aussi solide que le béton et beaucoup moins nuisible à l’environnement.

Julien Blanchard, responsable de la société Argilus basée à Chaillé-sous-les-Ormeaux, en Vendée

« J’ai créé en 2010 mon entreprise de construction "Argilus". L’argile est un produit 100 % naturel qui peut être utilisé pour faire des enduits ou des isolants. Je souhaitais poursuivre dans le domaine de l’éco-construction et j’ai alors rencontré David Hoffmann, un ingénieur chimiste qui a trouvé un procédé permettant de créer une matière aussi solide que le béton à partir d’argile. Jusqu’ici, il était en effet difficile de rivaliser avec le béton de ciment étant donné la solidité de cette matière. »

 

La technologie que nous proposons repose sur une réaction chimique qui permet de reconstituer un bloc dur à partir d’une matière argileuse. Nous l’avons appelé « HP2A », il s’agit de l’acronyme de « Haute Performance d’Activation Alcaline ». Les argiles sont créées naturellement à partir de la pierre.

 

PNG - 260 ko
Le chimiste David Hoffman dans son laboratoire

 

Lire la suite de l’article sur observers.france24.com

 

Le béton, grand consommateur de sable, menace les plages à l’horizon 2100. L’argile, abondant, est une solution alternative, d’après le chimiste Hoffman :

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’économie solidaire :

Les idées alternatives moins énergivores et plus écologiques, voir sur E&R :

Bases pour une nouvelle économie solidaire, sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ignore si sa mediatisaton est vraiment une bonne idée.
    Il y eut, entre autres, une géniale idée préparant une révolution internationale : les voitures TATA à air, dont le PDG s’est "suicidé"...
    Bon courage à cette entreprise.


  • deux incohérences dans cet article : l’argile étant abondant et comme il n’y a pas de coût énergétique dans le processus de fabrication, comment expliquer que ce "ciment sera produit au même prix (ou légèrement moins cher que le ciment traditionnel.
    Deuxièmement, tout maçon sait pertinemment que le sable de mer est totalement impropre à la fabrication de béton (à cause su sel) donc ceci est un faux argument pour protéger les rivages. on n’utilise que des sables de carrière ou de rivière mais c’est vrai que le sable de qualité (gras) commençant à manquer, les prix s’envolent

     

    • 1) Il parle certainement de la situation actuelle, où le processus est encore embryonnaire et est en concurrence avec des cimenteries très optimisées. Le moteur à essence n’était pas forcément plus compétitif que le moteur à vapeur à ses débuts, mais avait une marge de progression bien plus grande.

      2) Faux et archifaux, le sable marin est exploité depuis longtemps, les carrières de sable étant déjà au maximum de leur productivité et ne permettant pas à répondre à la demande mondiale. Il est lavé pour éviter sa contamination par le sel, ce qui engendre des problèmes environnementaux supplémentaires. Les plages du Maroc sont ravagées par ce phénomène.
      http://www.planseisme.fr/L-emploi-d...


    • je veux bien vous croire mais votre lien évoque une possibilité après un traitement de désalinisation du sable.et la on n’est plus dans les mêmes coûts, (on traite aussi l’eau de mer, mais à quel coût)
      et au Maroc vous le lavez avec quel eau votre sable ?
      envoyez moi plutôt un lien qui montre une usine de traitement au Maroc


  • Les cimentiers ne risquent pas d’apprécier l’invention mais les artisans et PME du BTP l’expérimenteront et l’adopteront si l’efficacité est réelle....En tout cas,une bien jolie découverte que ce béton argileux !


  • Merci de nous faire suivre ces informations.
    Autant sur la santé, sur l’écologie, etc ... Merci !

    Comme dit Dieudo, il faut arrêter de perdre notre énergie à vouloir changer cette société. Il faut en construire une autre à côté. Le Génie français n’est pas mort, il ne dort pas non plus, c’est juste que nos élites ... non pas nos élites, les gangsters qui veulent nous contrôler font tout pour qu’on ne voit pas les différents chemins possibles.


  • Avec un chimiste nommé Hoffman, j’adhère de suite :) R.I.P Albert.

     

  • Il n’a jamais été prouvé que le CO2 soit responsable d’un quelconque effet de serre. De même qu’il n’a jamais été démontré que l’effet de serre soit nocif pour l’environnement.


  • Belle initiative, ils ont surtout trouvé le truc pour vendre leur produit... la fabuleuse niaiserie du CO2, et du coup, ils vont même avoir des subventions.. ! Joli coup. Le problème du béton n’est pas son "bilan carbone", mais le sable dont il a besoin et ses additifs...

     

    • Sans additifs, le béton est dit "naturel" et présente une résistance 10 fois moindre. Les additifs chimiques nocifs sont donc essentiels au béton usuel.
      Le béton est dégueulasse et pathogène. Est ce que bouygues vit dans un cube de béton hermétique avec une ventilation ? Ou alors dans un château en pierre ?
      Sur la vidéo et la commercialisation, 2 points centraux sont évoqués sans fournir de données précises (par peur de plagiat ?) : quelles résistances avec le ciment argileux (C’est un peu vague, son propos) ? Et les additifs chimiques du ciment argileux sont ils moins nocifs pour l’homme ? (je n’ai pas trouvé de réponses sur leur site internet).
      Si c’est un réel mieux, bravo aux travailleurs et réjouissons nous mais on peut faire encore mieux pour les habitations (une maison naturelle en osmose avec la santé de l’humain) où les charges sont peu importantes. Pour les ouvrages d’art, c’est autre chose.
      Si ce n’est juste qu’un petit mieux (il y a encore de la chimie), c’est déjà ça et, si ça embête les bétonneurs de la planète, c’est tout bonus.
      Comment a-t-on pu oublier l’importance du logis ?


  • Et en plus l’argile se mange et soigne en interne et en externe du corps.



  • La technologie que nous proposons repose sur une réaction chimique qui permet de reconstituer un bloc dur à partir d’une matière argileuse. Nous l’avons appelé « HP2A », il s’agit de l’acronyme de « Haute Performance d’Activation Alcaline »



    Euh, et cette réaction, ses ingrédients, à court ou long terme, ça n’aurait pas tendance à polluer ?
    L’argile, ça fait très naturel ; “HP2A”, ça commence à inquiéter...


  • C’est ça qu’est génial.. au niveau de l’entreprenariat on s’aperçoit que c’est jamais le bon sens qui régie les choses.. parfois c’est même juste de l’arnaque...

    Avant on pensait que l’on pouvait faire de l’argent avec des bonnes idées.. aujourd’hui on s’aperçoit qu’il suffit d’avoir des idées droites pour que ça marche..


  • Super invention car elle nous aiderait à protéger nos côtes en Bretagne. J’utilise l’argile depuis plus de 30 ans pour le ménage, en cosmétique et en médecine. J’en ai toujours sous la main pour des blessures, bien utile avec des petits enfants !
    Cet exemple d’inventions montre qu’il existe toujours des solutions plus économiques et écologiques : Généralement ce sont les lobbies qui empêchent la propagation de nouvelles technologies...ce que j’ai constaté dans le milieu des années 80 avec des véhicules Renault qui consommaient moins de 4l mais qui n’ont jamais été commercialisés...Greenpeace en avait parlé !
    Vive la Vendée qui est porteuse d’espoir !

     

  • sauf que le béton n’est pas fait a partir du sable de plage .....mais des gravières...puis que le sable de rivière est plus ou moins interdit.. les sablières fournissent le sable et il est rajouter des granulats pour complément ...

     

    • #1460498
      le 07/05/2016 par insoumis de la dissidense
      Polluer moins ? Deux Français remplacent le ciment par de l’argile

      @ paramesh et schnappy

      Non car cela fait belle lurette que les sables marins sont exploités en masse pour le BTP.
      Exit cordons dunaires et îles et bonjour les inondations, inondations que l’on met comme de bien entendu sur le dos du "réchauffement climatique".

      Il s’agit de taper sur n’importe quel moteur de recherches "exploitation sables marins" pour se rendre à l’évidence.

      D’autre part je peux témoigner que les sablières (sables fossiles) deviennent de plus en plus rares depuis les glorieuses années 70.

      Un géologue.


    • qu’est ce que vous appelez sable marin ?, si c’est du sable de rivage et donc salé, impossible de faire un béton correct, (il s’effrite en moins d’un an) on peut effectivement utiliser du sable salé mais il faut un additif qui se trouve être extrèmement cher et qu’on utilise quand on ne peut pas faire autrement pour des constructions sous marines ( soubassements de piles de pont par exemple). par contre si vous parlez d’ un sable d’origine marine qui a perdu son sel car lavé par les pluies, ce sable ne se trouve pas le long des côtes (donc l’érosion côtière due au béton c’est du pipeau)
      ils nous font le même coup ces jours ci avec les iles *Salomons
      http://www.lepoint.fr/monde/pacifiq...
      (lisez les commentaires)


    • pour appuyer mes dires sur le problème du sable marin non lavé dans les bétons.
      http://documents.irevues.inist.fr/b....

      De plus si vous lavez un sable, vous lui retirez son gras (ses particules les plus fines et il perd donc ses propriétés agglutinantes) de la même façon un sable trop fin (type sahara)n’est pas utilisable car ses grains ne peuvent s’aggréger. un sable pour béton doit impérativement avoir des grains de différentes granulométries.


    • A Paramesh,

      sur l’absence des particules les plus fines dans le sable lavé.
      Si c’est la seule cause rédhibitoire, elle ne l’est plus ici car l’argile est essentiellement composé de particules extrêmement fines.


  • regardez ce qu’est le géopolymer,tout simplement.

     

    • C’est pas nouveau, suffit de regarder Gizeh mais il est bien indiqué qu’il s’agissait d’un problème de coût (comme toujours depuis notre ère capitaliste) et c’est là qu’est l’amélioration.

      S’il ne meure pas dans un accident d’avion, ce chimiste deviendra peut-être milliardaire.


    • mais l’argile naturel a déjà les mêmes propriétés qu’ un géopolymère synthétique. le problème n’est pas là,
      le problème de l’argile est sa rétractabilité qui est grande et n’est pas uniforme les surfaces se crevassent en séchant et surtout il reste totalement aquasoluble un fois sec


  • Peu importe car c’est pour construire des maisons de lotissement sans âme probablement.

    Rien ne vaut bien évidemment le charme d’une chaumière normande faite de bois, de pierre, de paille et d’argile brute depuis toujours.


  • #1460580

    Si ils peuvent produire des briques et du ciment de qualité équivalente avec de l’argile, n’importe quel type de sable, du sel et de l’eau et sans avoir besoin d’énergie supplémentaire, c’est effectivement une rupture technologique importante. A terme, ils vont tuer toutes les cimenteries et toutes les briqueteries du monde et devenir milliardaires. Bravo à eux, ils l’auront pas volé !

    L’épuisement des réserves de sable convenable pour le BTP était un problème majeur pour l’avenir du développement humain. Coluche se gourait en se moquant des technocrates Algériens qui avaient besoin d’importer du sable au Sahara : le sable du Sahara on peut pas en faire grand chose, en tout cas on peut pas l’utiliser dans le BTP.
    Et les cimenteries sont bel et bien des sites énergivores et très polluants dans les pays développés.

    Sinon avec une technologie comme ça, les lotissements devraient au contraire devenir plus agréables à regarder : on construira plus volontiers avec de la brique qu’avec du parpaing.
    Le parpaing a supplanté la brique après la deuxième mondiale justement parce que le cout énergétique pour en produire une tonne ainsi que le volume occupé par cette tonne de parpaing le rendait bien plus abordable que la brique. Du coup la brique est devenu en quelque sorte un produit de luxe (exactement ce qui s’était passé avec la compétition entre la brique et la pierre de taille).
    Vous noterez qu’ils ont bien pris soin de vous faire voir dans leur spot publicitaire qu’ils étaient capable de produire des briques de toutes couleurs et dans plusieurs textures différentes. Imaginez à partir de ça la différence de rendu entre une maison entièrement construite en brique et une maison avec une peinture ou un crépi dégueulasse pour cacher les parpaings qui la constitue.

     

    • Bien résumé !


    • allez dans un pays pauvre ( l’Inde est un parfait exemple), on construit encore à 90%en brique et non en parpaings (trop cher) pourquoi ? parce qu’on fabrique des briques partout, tout paysan qui possède une terre adéquate fabrique artisanalement des briques à ses temps perdus. la brique est chère chez nous pour des questions qui n’ont rien à voir avec les coûts de production mais de politique économique, ( les petites unités de production sur les sites argileux proches du consommateur c’est ringard, l’intermédiaire ne peut pas faire sa marge, ni le transporteur.c’est donc très mauvais pour le tertiaire, limite antisémite.


  • Il n’y a pas un problème de gonflement/dégonflement des argiles ? Et avec le gel ?... Pas sûr que ça soit solide en toutes conditions. J’aimerai voir des essais.

     

    • #1460884
      le 08/05/2016 par insoumis de la dissidense
      Polluer moins ? Deux Français remplacent le ciment par de l’argile

      Non le problème de gonflement/dégonflement des argiles (quantité d’eau plus ou moins importante entre les feuillets des minéraux argileux) ne se pose pas, ou plus exactement ne se pose plus dans le cas de leur nouveau matériau : ce n’est plus une argile mais un combiné entre argile et éléments alcalins.

      Quant à la résistance au gel, on ne peut se baser que sur des tests précis. Je ne sais pas si ils en ont fait, et dans l’affirmative, si les résultats ont été publiés.


  • La province d’Alberta au Canada brûle car on a démarré il y a une dizaine d’années l’exploitation gigantesque du pétrole bitumeux. C’est une très riche province pétrolière, la troisième réserve au monde mais fragilisée dans le cas de sécheresse et de feux !
    Le bilan économique et écologique dans cet espace plus grand que la forêt amazonienne est une catastrophe.


  • #1460739

    l’important et de savoir si cela .. viendrais dans le futurs à être breveté ?


  • Et avec quoi a-t-on bâti Versailles, les châteaux de la Loire etc... ? pourtant, ces constructions ont traversé le temps, et plutôt bien...


  • insoumis de la dissidense je ne suis pas de ton avis cite tes sources stp..le sable de mer est incompatible car trop fin entre autre..

     

    • #1460883
      le 08/05/2016 par insoumis de la dissidense
      Polluer moins ? Deux Français remplacent le ciment par de l’argile

      J’ai cité mes sources : as-tu tapé "exploitation des sables marins" comme je l’ai suggéré ?

      A priori, non...

      Serais-je également obligé de produire mes diplômes (bac + 5) en géologie ?

      D’autre part dire que les sables marins sont trop fins est une contre vérité. En effet la granulométrie des sables marins est extrêmement variable (d’un sable grossier, limite graveleux, à granulométrie élevée comme par exemple les sables glauconieux du Cénomanien du sud-ouest de la France à des sables très fins et purs du Stampien du Bassin de Paris qui affleurent abondamment dans la région de Fontainebleau).
      La granulométrie de ces roches détritiques dépend de l’énergie de dépôt (force de l’eau, effets de pente).
      A ce sujet l’article contient une erreur : les argiles ne proviennent pas de la décomposition de roches sédimentaires mais de l’altération de roches préexistantes (plutoniques, éruptives, métamorphiques). Par exemple l’altération des feldspaths sodi-potassiques des massifs granitiques du Limousin (marge ouest du Massif Central) donne de la kaolinite et c’est cette kaolinite qui est à l’origine de la célèbre porcelaine de Limoges.
      De plus on ne dit pas "argile sableux" mais "argile sableuse" car le mot argile est féminin.

      L’argile fait parti des roches sédimentaires détritiques au même titre que le sable, les graviers ou les galets. Les roches sédimentaires chimiques correspondent au calcaire (carbonate de calcium), à la dolomie (carbonate de calcium et magnésium), ou aux évaporites (gypse, sel...).
      La marne est un mélange entre les deux : argile comprenant une part de carbonate de calcium.

      Ce qui compte surtout est la forme des grains de silice qui composent la totalité ou la grande majorité des sables (dans ce dernier cas il faut ajouter les tests calcaires et/ou les minéraux lourds).
      Les sables dunaires et surtout des zones désertiques, sous l’action incessante du vent, sont arrondis et ne permettent pas une bonne cohésion au béton (voir contraintes et Module de Young).

      Autre élément important : la pureté.
      Le sable marin exploité est dessalé - les sables dits "gras" et donc comportant une part trop importante de silts ou d’argiles sont pour cette raison utilisés majoritairement dans les remblais.

      Il n’y a donc pas qu’en histoire que l’on peut utiliser la méthode révisionniste.
      Cherchons l’exactitude.


    • ben voila, vous parlez enfin du traitement ? comment dessale-t-on les sables marins si ce n’est avec de l’eau douce parce que quand on me parle du Maroc du Quatar ou des Maldives...... question flotte c’est pas le Pérou.


  • Ils ont aussi probablement redécouvert la technique utilisée pour la construction des grandes pyramides.

     

  • Putain, quand est-ce que les gens commenceront à comprendre que le CO2 n’est pas un polluant. C’est un "engrais". Plus de CO2 = plus de végétaux, plus de récoltes, moins de besoin d’eau pour les plantes, etc. Vous avez remarqué comme on ne parle presque plus de la désertification du Sahel, comme c’était le cas dans les années 80 ? Les observations satélitaires ont montré que le désert est plutôt entrain de reculer (google "greening of sahel"). Pour info, les serres commerciales injectent du CO2 pour augmenter les rendements (l’idéal étant entre 1000 à 1300 ppm, contre 390 ppm de l’atmosphère).
    Chercher des moyens pour éviter les émissions de CO2 est une vaste bêtise et toute cette énergie intellectuelle serait largement mieux investie dans la recherche sur les vrais problèmes environnementaux (métaux lourds, composés organo-phosphatés induisant œutrophisations, etc.).

    PS : Je n’ai pas lu l’article, peut-être que le matériaux alternatif a de vrai atouts (prix, indépendance, durabilité etc.) mais la justification par le CO2 m’énerve car complètement à côté de la plaque.

     

    • #1460934
      le 08/05/2016 par insoumis de la dissidense
      Polluer moins ? Deux Français remplacent le ciment par de l’argile

      Oui le dioxyde de carbone procure le carbone, principal élément de la vie.

      Toute la photosynthèse de la biomasse végétale se réalise à partir d’une part de dioxyde de carbone atmosphérique de 0,05 % seulement !

      Si cette part augmente il existe des phénomènes régulateurs : augmentation de la biomasse végétale (comme au Carbonifère ou comme l’exemple parfaitement cité des serres) et augmentation de la précipitation de carbonates marins (calcaires et dolomies).

      Après, que cette entreprise se serve de la pensée mainstream relative au très vilain pas beau carbone, c’est de bonne guerre.
      Déontologiquement discutable mais profitable à la "end bottom line".

      Évidemment la pensée mainstream omet de nous parler de ces facteurs régulateurs afin de nous vendre leur soupe toxique.


  • L’urbanisation des côtes, les 845 000 barrages qui retiennent un quart des réserves de sable dans le monde et l’extraction de sable dans les rivières qui en retiennent un autre quart, provoquent l’érosion du littoral, ainsi au moins 70% des plages du monde entier sont en recul et entre 75 et 90% des plages sont menacées de disparition
    source wikipédia
    ce qui veut dire que ce nest pas l’exploitation du sable marin qui est ridicule en comparaison du sable terrestre (7millions pour 380 millions de tonnes en France) qui est responsable de l’érosion des littoraux.
    par contre le traitement nécessitant beaucoup d’eau douce et se faisant en général à l’embouchure d’un fleuve doit certainement extrèmement polluer ( sel et turpitude des eaux, mais ça personne n’en parle


  • Les éléments alcalins d’ou proviennent ils ? On pollue moins et on va faire des guerres pour obtenir par exemple du lithium, alors si vous pensez que c’est une idée écologique, alors comptons les morts en Afghanistan et au Mali. Moi je serai d’avis plutôt de faire une recherche sur les vrais intentions de ces supposés génies qui se feront plein de frique sur les guerres.


  • Produit intéressant pour toutes les raisons citées, mais qui aura vocation à rester marginal comme d’autres produits alternatifs car cela ne fera pas les affaires des industriels et distributeurs qui alimentent les circuits commerciaux classiques... Malheureusement en l’état actuel des choses je vois mal le PointP du coin en avoir des stoks importants et revendre ce produit moins cher que le ciment "Lafarge Classic"...
    Ensuite, quid des agréments CSTB ? De l’établissement des "règles de l’art" quant aux possibilités d’emploi ? Et de son corolaire les garanties décennales ? Je vois mal un emploi de ce produit dans le bâtiment conventionnel, à cour terme en tout cas, et combien même ce produit serait distribué,les négoces le vendraient volontairement plus cher que tout le reste...
    En revanche c’est un produit intéressant pour les auto-constructeurs et les petits artisans comme moi qui font souvent par nécessité mais surtout par conviction dans le non-conventionnel (pour l’essentiel en se réappropriant les savoir-faire ancestraux, et par l’emploi de matériaux alternatifs de ce type), mais comme toute forme de dissidence, cela reste marginal !
    Après il ne faut pas oublier l’emploi des chaux naturelles (NHL ou aériennes), surtout impératif dans le bâti ancien, de la terre crue, de bétons allégés type chaux/chanvre ou copeaux de bois, etc...


Commentaires suivants