Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pour la DGSE et la DGSI, la "réponse sécuritaire seule" ne suffit pas contre le terrorisme

Selon Bernard Bajolet (sur la photo), le patron de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), et Patrick Calvar, celui de la Direction générale de la sécurité intérieure, il n’y a pas « l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette » entre leurs deux services. En tout cas, ils l’ont démontré dans les analyses qu’ils ont livrées aux sénateurs de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées, lors de leur audition commune, le 17 février.

 

L’une d’entre-elles est que l’Europe fera « sans nul doute face à d’autres attentats » comme ceux du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis et que la « France reste en première ligne » face à la menace jihadiste.

À ce propos, une confidence faite par Patrick Calvar, en fin d’audition, fait froid dans le dos. Confirmant l’interpellation, à Salzbourg (Autriche) de deux proches des auteurs des attentats de Paris, le patron de la DGSI a affirmé disposer « d’informations faisant état de la présence de commandos sur le sol européen, dont nous ignorons la localisation et l’objectif. »

En outre, l’État islamique n’est pas la seule organisation à vouloir s’en prendre à la France…. Il y a aussi, a rappelé le paron de la DGSI, al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Selon lui, cette menace « pèse aussi sur d’autres pays » et elle est « de nature à déstabiliser notre société. » Aussi, a-t-il assuré, « nous surveillons aussi des groupes extrémistes à l’opposé du spectre, qui n’attendent que de nouveaux actes terroristes pour engager une confrontation violente. »

Une autre analyse commune à MM. Bajolet et Calvar est que la réponse sécuritaire ne peut, à elle seule, régler le problème du terrorisme.

« Je suis convaincu, à titre personnel, que la réponse sécuritaire n’est que partielle et ne résoudra pas le phénomène. Pourquoi une fille de 15 ans quitte-t-elle notre territoire pour la Syrie alors que rien ne la destine à ce destin macabre ? Pourquoi un garçon du même âge issu d’un milieu kurde, non islamisé, tente-t-il d’assassiner un enseignant juif à Marseille ? C’est une question pour notre société  », a en effet estimé le directeur de la DGSI.

« Une partie – certes infime – de la jeunesse est secouée par une crise profonde. La revendication filmée des attentats produite par Daesh, terrible, insoutenable, montre des individus déshumanisés, revenus à l’état d’animaux. Si nous les interceptons, qu’allons-nous en faire ? Faut-il les maintenir en prison à vie ? », s’est encore interrogé M. Calvar. «  Il y a là un problème psychiatrique, et un enjeu de protection pour la société  », a-t-il ajouté.

Lire la suite de l’article sur opex360.coma

Bajolet, un as du renseignement qui regarde passer les attentats, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • la "réponse sécuritaire seule" ne suffit pas contre le terrorisme.....
    les militaires israéliens disent exactement la même chose à Netanyahu


  • La guerre permanente.
    A qui profite t-elle ?
    1984 en est un bon exemple.


  • " Aussi, a-t-il assuré (Patrick Calvar - patron de la DGSI), « nous surveillons aussi des groupes extrémistes à l’opposé du spectre, qui n’attendent que de nouveaux actes terroristes pour engager une confrontation violente. » ".

    Je crains qu’il faille entendre à travers cette figure de style que des groupuscules d’extrême droite, style commandos, prépareraient dans l’ombre des actions coup de poing violentes, en riposte à de probables "attentats" à venir. Ces opérations viseraient bien évidemment la communauté musulmane dans sa globalité, afin d’exacerber les tensions et de monter d’un cran dans le processus de guerre civile tant souhaitée par les planificateurs.


  • Il faut bien un attentat juste avant les présidentielles.

    Ces deux clowns connaissent déjà le lieu, l’endroit, la date, l’heure, le nombre de victimes et les assassins.

    Ils fourniront les armes et les munitions.

    Ce coup prochain choisi par ces deux débiles serait bien une école ou un lycée lambda qui comme tout le monde peut le constater sont dénuer exprès de toute protection.

    Ce pourrait être l’université du prof qui est passé en jugement pour avoir ironisé sur " el blancos " dont la note d’appréciation des " je suis Charlie " est la plus haute.