Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Redresser les médias tordus

Le « kilomètre tordu » de la comptine anglaise où tout est complètement tordu [1], c’est Fleet Street, bien connue des journalistes londoniens. C’est ce qui m’avait été dit, quand j’ai rejoint la BBC à Bush House, tout au bout de Fleet Street. Ce n’est pas seulement la rue qui est tordue, mais nombre de ses occupants. Et c’est un problème professionnel dans les médias, qu’on dit aussi « retors » ou « véreux » de façon tout à fait justifiée.

 

Et pourtant, autrefois (un brin de nostalgie n’est jamais de trop) le journaliste avait le choix. Il pouvait travailler dans un journal soutenant les conservateurs ou les travaillistes, ou encore les libéraux. Maintenant, c’est du pareil au même : tous les journaux anglais, y compris le Guardian, détestent Jeremy Corbyn, le dirigeant travailliste. Aux US, tous les médias détestent Trump. On n’a plus le choix, qu’on soit lecteur ou rédacteur.

Et c’est très grave, l’opinion à sens unique. Voyez ce que ça a donné, chez les Russes. Je ne parle pas d’aujourd’hui, ils jouissent d’un supermarché très complet, pour choisir leurs idées, mais de 1991.

Il y a exactement 25 ans, j’ai pu observer la mère de toutes les révolutions de couleur, comme dirait un poète arabe, en Russie. Cela a duré trois jours. Les maîtres des médias ont produit et répercuté dans le monde entier un spectacle extraordinaire où le people se soulevait contre ses tyrans, en bravant les tanks, et en déboulonnant une ou deux statues de ses oppresseurs. Puis on a vu des mises en scène semblablement orchestrées par la même équipe, transmises depuis le Maïdan de Kiev, la place Tahrir du Caire et même celle de Bagdad. Les résultats ont été pareillement lamentables.

Ce n’était que du vent, cette soi-disant révolution. L’ancien régime s’est écroulé comme un château de cartes, pas un coup de feu n’avait été tire pour le défendre. Il y avait eu collusion entre les vieilles élites soviétiques et les Maîtres du discours, entre le KGB et CNN.

Un comité d’urgence bricolé par les derniers défenseurs du régime a joué le rôle du grand méchant loup ; ils ont appelé l’armée à faire rentrer les chars dans Moscou, mais n’ont même pas osé arrêter Eltsine. Les chars n’ont pas marché contre les rebelles, et ont joué les accessoires dans le spectacle grandiose.

Les Moscovites sont sortis par milliers pour acclamer Eltsine, en bravant les chars inoffensifs et le KGB domestiqué. Il n’y a pratiquement pas eu de résistance : les membres du parti communiste ont embrassé le capitalisme par millions ; le KGB jadis tout puissant s’est aplati comme un chat demandant des câlins ; et l’armée a pris ses ordres chez les nouveaux gouvernants.

Point de victimes, si ce n’est trois garçons happés par un véhicule blindé qui reculait, et ils ont reçu le titre de Grands Héros de la Révolution, avec des funérailles nationales.

Le spectacle de la libération glorieuse n’était que façade, et on est revenu à la sinistre réalité. C’est chaque fois la même chose avec ces productions infiniment satisfaisantes : c’est superbe sur le moment, mais ça coûte horriblement cher, après coup. C’était bien joli, de voir des foules en délire, en train de renverser la statue de Djerzinski à Moscou (comme celle de Saddam à Bagdad), mais c’était aussi la fin du mode de vie modeste, protégé et productif des Russes. L’immense richesse des Soviets, accumulée par le travail intensif de plusieurs générations, s’est retrouvée morcelée et partagée entre une poignée d’oligarques principalement juifs. Les riches sont devenus crapuleusement encore plus riches en toute obscénité, tandis que la classe moyenne dépérissait.

L’espérance de vie est tombée à 58 ans ; quinze millions d’hommes et de femmes sont morts, dans le basculement de leur vie. L’accroissement constant de la population s’est inversé en un déclin rapide. Il y avait 150 millions de Russes avant la révolution de 1991, nombre qui est tombé à 142 millions et qui est remonté maintenant à 146 millions, ce qui reste inférieur à l’époque soviétique. Si on déduit les immigrants (et la Russie était en deuxième position, juste après les US, pour l’accueil des immigrants, avec 12 millions de personnes), on arrive à un tableau encore pire. L’industrie avait été détruite. La science, les arts, le cinéma, le théâtre, les médias, tout était dévasté, à l’exception de ce qui avait une utilité immédiate pour les oligarques.

C’est seulement dix ans plus tard, avec l’ascension de Poutine, que la Russie a commencé à remonter la pente. Et elle vient tout juste de retrouver son niveau d’avant 1991.

Pourquoi est-ce que les Russes éduqués et cultivés se sont laissé embobiner à ce point ? C’est à cause de leurs médias tordus.

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture

 

Notes

[1] Mother Goose Nursery Rhymes (“There was a crooked man, and he walked a crooked mile etc” : Un bonhomme tordu marcha un kilomètre tordu, trouva une monnaie tordue contre un échalier tordu, acheta un chat tordu qui attrapa une souris tordue, et ils vécurent tous ensemble dans une petite maison tordue”)

Israël Adam Shamir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1541911
    le 25/08/2016 par Flox74
    Redresser les médias tordus

    L article est à lire dans son intégralité si possible.
    Très bien.
    Et à diffuser.
    Nous sommes parmi les aveugles...
    Trop peu d entre nous ont envie de voir.
    Parce que bien sûr, ça fait mal.


  • #1542377
    le 26/08/2016 par Jérôme2709
    Redresser les médias tordus

    J’espère que nous pourrons également voir Israël Adam Shamir dans des vidéos parce qu’il a tellement tout compris et qu’il n’a tellement rien à prouver qu’il est apaisant !


  • #1542410
    le 26/08/2016 par dixi
    Redresser les médias tordus

    Les médias mainstreams ,c’est la gangrène du peuple ,le pourrissement du peuple vient par les médias ,qui leurs forgent des idées à coup de boutoirs continus appelé propagande .La télé et la radio sont de beaux outils pour endormir le client à longueur de journée .Seul à mon sens le média indépendant ,faisant son travail correctement sur des réseaux parallèle tel qu’internet peut contribuer à de l’info crédible et l’auditeur ou le lecteur peut se faire sa propre idée ,pour le reste ,c’est du bourrage de crâne .