Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Semaine de la maladie mentale : qu’est-ce qu’être bipolaire ?

La Semaine d’information sur la santé mentale se déroule du 14 au 27 mars. C’est l’occasion de parler des troubles bipolaires, une pathologie peu connue qui touche 1 à 4% de la population française.

 

C’est un terme galvaudé, que l’on utilise souvent pour qualifier quelqu’un qui a des sautes d’humeur. Et pourtant, il s’agit d’une maladie bien réelle et très handicapante. Elle est classée parmi les 10 pathologies les plus invalidantes par l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

Un diagnostic posé en moyenne 10 ans après apparition de la maladie

Les troubles bipolaires touchent en France (comme ailleurs) 1 à 4% de la population. Ils se déclarent généralement chez l’adolescent ou le jeune adulte. Ils se caractérisent par des moments d’intense excitation, suivis, ou pas, de périodes d’abattement extrême. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « un malade sur deux fera au moins une tentative de suicide dans sa vie, et 15% décèderont par suicide ».

Lire la suite de l’article sur franceinter.fr

 

La psychiatrie est-elle une science politique ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Notre bipolaire national (NS) reviendra-t-il au pouvoir ?

    Bon allez, sérieux, c’est quoi c’te connerie encore… Avant on appelait ça maniaco-dépressif, mais au final on nous dit que "la" maladie est très peu connue… Parce qu’il ne s’agit pas d’une maladie mais d’un faisceau de symptômes… C’est un trouble comportemental et émotionnel, on peut pas parler d’une maladie au sens propre. D’ailleurs cette femme, si ça fait 7 ans qu’elle a pas eu de "crise", c’est q’elle n’est certainement pas "bipoaire", juste il lui arrive d’avoir des périodes durant lesquelles elle ne parvient pas à gérer ses émotions quoi...

     

    • Effectivement il y a quelques années on appelait ça être un peu soupe au lait. Mais le plus important est de pouvoir trouver un maximum de nouvelle maladies afin d’ensuite vendre un maximum de médicaments pour les "soigner". Et oui il faut bien répondre aux exigences du lobby de l’industrie pharmaceutique, chose que nos derniers ministres de la santé font remarquablement bien il faut en convenir.


    • @grinchouille...........gérer ses émotions, n’est-ce pas déjà transformer des émotions par définition personnelles en symptômes ?...çà correspond à la dictature actuelle qui relègue les réactions dites émotionnelles donc humaines, à l’état pathologique...çà pue par contre très fort la gestion du troupeau humain par essence incontrôlable à 100 % ( cf.l’excellentissime et brillant article avec Lucien Cerise ) et le DSM V qui recense désormais l’anticonformisme ( cf. Claire Séverac )...bientôt ( et çà a déjà commencé ) tout esprit original, pire contestataire sera classé comme " fou "...retour avec les moyens colossaux d’aujourd’hui dont dispose le Pouvoir, de la psychiatrisation de toute pensée autre, singulière, et que le Système s’empresse déjà de classer dans les troubles mentaux ( Sarkozy a déjà initié cette mutation du psy transformé ou incité à devenir le geôlier du Pouvoir ) , le spectre d’Ezra Pound est là, qui nous rappelle que d’ores et déjà nous sommes tous potentiellement des ...cerveaux malades ( Pat, si tu nous lis..)


    • Des personnes dites "bipolaires" peuvent quand meme allez loin dans les periodes d’euphorie, il ne sagit pas juste de pics emotionnel débordants mais de démence voir folie furieuse comme des hold up, agressions ou prise de risques inconsidérés financier ou vital.

      On ne peut pas tout balayer d’un seul revers de propos il y à une vrai gradation chez les gens atteinds ou assimilés à ce trouble.

      J’en ai connu un qui etait la nuit ou le jour, il pouvait sur plusieurs jours tchatcher et plaisanter sur tout et n’importe quoi et etre au fond du trou et totalement renfermé sue lui meme la semaine suivante.

      Il à été capable de trés vite gravir des échellon professionnel et tout plaquer, il s’est retrouvé en prison pour une tentative burlesque du combriollage d’une armurerie, malade ou pas sa vie est tres cahotique et décousu à l’image de sa personalité.

      Le lobby pharmaceutique lui tir certe son chapeau néanmoins ses problems sont bien réel et dépasse le simple surplus émotionel je conçois que l’on puisse parler d’hadicape pour des gens comme lui.

      Par contre la phsychiatrie est une medecine qui ne vaut pas un clou qui casse des gens et se repose sur des postulats et non sur la science, c’est un constat mais un autre probleme.


  • L’article devrait s’intituler qu’est ce qu’être un escroc en se servant des symptômes du corps humain ? Voir l’excellent article de Thierry Casasnova cité plus haut.

     

    • et d’ailleurs voir toutes les excellentes vidéos de Thierry Casasnovas.

      Votre vie (à tous ceux qui liront ce message) aussi bien physique que psychologique si vous suivez les principes de bon sens qu’évoquent tous les acteurs de l’alimentation vivante, va littéralement changer ...

      tous ces maux existent seulement parce qu’on leurs donnent un terrain favorable à leur développement.

      Il suffit d’essayer 15 jours et les résultats sont flagrants ...


  • #1420283

    Je me méfie énormément de cette "maladie mentale" (je précise de suite, je ne réagis pas au podcast, pas écouté, mais au texte de présentation).

    Je m’explique : je me considère comme sur-réinformé (c’est mon activité principale depuis 6 ans), et il est vrai qu’il faut avoir les reins solides quand on se penche sur l’envers du décor.

    Un citoyen lambda qui n’a aucune idée de "l’Amer dessous des cartes" pourra certainement (si sa situation le permet) vivre plus ou moins sereinement.

    Mais quelqu’un comme moi doit gérer ces informations disons.. préoccupantes. Alors certes, des moments heureux en famille seront épanouissants, mais il y aura toujours en arrière pensée, et par moment, de manière très présente, la "réalité" amère de notre monde. Et des fois, oui, c’est assez déprimant, surtout par jours de mauvais temps.

    Suis-je malade ? Mon propos et de dire que non. (bon, ça m’arrange, hein !). Et une tentative de suicide pour raisons amoureuses ne me convaincra toujours pas d’une maladie mentale.

    A l’heure des internement forcés et du "DSM-5", c’est au contraire politiquement que je lis cette information.


  • On a les "maladies" qu’on mérite, si j’ose dire.
    J’invite chacun à s’intéresser aux travaux du Dr Hamer, ainsi qu’à ceux de Claude Sabbah et Christian Flèche.
    Pour faire simple, la médecine actuelle en est au même point que quand l’Homme croyait que la Terre est plate (ce qui a été démenti par Marion Sigaut, mais c’est juste pour illustrer le propos).
    La médecine telle qu’on la connait soigne les symptômes et non les causes. La maladie est identifiée comme un problème, alors qu’elle est une solution.
    La bipolarité, à mon avis, ne fait pas exception.


  • On nomme bipolaires les personnes qui ressentent du désir sexuel pour les deux sexes. Avant, quand le peuple était encore poète et porté aux métaphores hardies, il disposait, pour nommer cette inclination, de la locution suivante, qui sent bon les embruns des quais et la sueur des marins équivoques, "être à voile et à vapeur". En cette ère de froid scientisme, de psychiatrisation universelle et de technocratie, le bipolarisme, n’évoque plus que le cabanon ; il est associé aux joues hâves et aux cuisses convexes des anorexiques en couettes et piercings nasal. La poésie perd ce que gagne les laboratoires pharmaceutiques et les savantâsses freudisants. Un maniaco-dépressif est un dépressif qui à une manie quelconque : celui que j’ai connu avait celle de collectionner les petites culottes qu’il volait sur les fils d’épandage, hélas, sa collection lui fut volée par un autre dépressif, ce qui aggrava l’état de mon ami jusqu’à le faire verser, lui pourtant hétérosexuel de strict obédience, dans l’uranisme le plus navrant. Il se fait actuellement appeler "Georgette" à l’asile de Cadillac où je viens, de loin en loin, lui porter des oranges et des chocolats fourrés.

     

    • La personnalité est constitué d’un spectre élargie de tendance ou de structure psychologique.
      La différence entre tous les individus n’est pas de nature qualitative mais quantitative.
      Autrement dit, chacun possède des phases d’abattement, de dépression et des phases au contraire d’euphorie, d’excitation , d’optimisme...mais cela s’exprime à des degrés différent.
      Certains vont par exemple être maniaque du rangement, du nettoyage est effectuer, ce comportement plus d’une fois par jour.
      D’autre possédant ce même comportement mais s’exprimant à un degrés moindre vont nettoyer leur habitat une fois par semaine.
      Pour la Bipolarité, il ne faut pas omettre de mentionner l’impact des substances chimique sur le système nerveux.
      Un individu usant et abusant de psychostimulant comme la Cocaïne sera forcément bipolaire.
      De même qu’un alcoolique ou quelqu’un à qui l’on a prescrit des anxiolytiques.
      Enfin, Je rebondirai sur les émotions qui produisent le spectre immense des comportements humains.
      Chaque individus est unique et réagit de façon singulière aux émotions qui le traversent.
      Le DSM 5 établit des Normes comportementale et ceux qui s’en écartent sont considérés comme déviant.
      Pour l’élite gouvernante, un être humain parfait est un être dépourvus d’émotions car il considère l’émotion comme une faiblesse et sans émotions, nous ne sommes plus des êtres Humains mais des monstres ou des robots si vous préférez.
      Les émotions produisent en nous une immense diversité de caractère et de personnalité et surtout l’émotion engendre la créativité au sens noble du terme tels les arts ( la musique, la Peinture la littérature l’architecture... )
      La science et l’émotion est compatible à condition que ses créations soient dictées par des émotions positives altruiste alors ainsi nous obtenons une création pour le bien de l’humanité dans le cas contraire, ce ne sont plus des créations mais de la destruction.
      Et nous sommes actuellement bien entendus dans une époque de scientisme ou les innovations technologiques sont dirigés contre le peuple.
      Les Psychopathes sont dépourvus de sensibilité émotionnelle, d’empathie, ils expriment de la froideur, ils sont manipulateurs, fourbes.... et ce sont ces personnes qui sont le mieux adaptés à ce système social et donc ce sont eux qui nous dirigent.


  • Bipolarité ou schizophrénie, entre une France qui n’est pas et une République Française qui ne l’a jamais été.


  • "...avait celle de collectionner les petites culottes qu’il volait sur les fils "

    Prends le pas mal mais je me suis mis à hurler de rire en lisant ton com. Le moins qu’on puisse sur ce site c’est que il y a des gens qui ont un réel talent pour l’écriture. Ta façon de t’exprimer est tellement évocateur et originale que je serais le premier à acheter ton book si jamais t’en aurais l’idée d’en publier un. Ton cynisme me fait penser un peu à Céline dont je n’ai d’ailleurs jamais lu de book en entier.


  • La psychologie dans son ensemble est, à mon humble avis, une escroquerie de la plus grande envergure. Quel ne fut donc pas ma surprise de voir que tout ces médecins (freud & co) ayant créer cette discipline était d’une certaine religion qu’il ne faut pas nommée. Ais-je besoin d’en dire plus ?