Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Souveraineté, jeux d’alliances : l’avenir de la Turquie d’Erdoğan – Conférence de Stéphane Blet à Marseille

Le 18 décembre 2016, E&R Marseille recevait le grand pianiste Stéphane Blet pour une conférence sur le thème « Souveraineté, jeux d’alliances : l’avenir de la Turquie d’Erdoğan ».

Lors de sa rencontre avec le public marseillais, après une courte introduction, Stéphane Blet a proposé de se livrer directement au jeu des questions-réponses plutôt que de réaliser un fastidieux exposé. Cette proposition a permis un échange en toute simplicité, à l’image de notre conférencier.

 

Les thèmes abordés durant la conférence :

Début : présentation du parcours du conférencier et de son engagement.
- 5’20 : Comment à commencé votre histoire d’amour avec la Turquie ?
- 13’04 : Pouvez-vous nous parler de l’islam et de la laïcité en Turquie ?
- 16’18 : Pouvez-vous nous retracer le parcours du président Erdoğan ?
- 19’58 : Quels ont été les soutiens d’Erdoğan lors du coup d’État ?
- 25’16 : Comment se fait-il que l’OTAN ne l’ait pas soutenu s’il était un soutien économique de Daech ?
- 29’09 : Pourquoi Erdoğan a-t-il déclaré qu’il voulait en finir avec le régime de Bachar al-Assad ?
- 31’29 : Y a-t-il des risques de révolution colorée en Turquie ?
- 32’59 : Erdoğan a-t-il favorisé l’entrée d’armes en direction de Daech ?
- 35’10 : La Turquie a-t-elle des revendications territoriales sur ses pays voisins ?
- 35’54 : Dans le Kurdistan irakien, y a-t-il une coopération entre la Turquie et Israël ?
- 40’32 : Comment la Turquie gère-t-elle les flux migratoires vers l’Europe ?
- 42’43 : Les Américains peuvent-ils se permettre de lâcher la Turquie, sachant le rôle géopolitique qu’elle joue ?
- 44’19 : L’élection de Donald Trump va-t-elle changer la donne concernant la Turquie d’Erdoğan ?
- 45’39 : Le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) est-il une organisation terroriste ?
- 47’44 : Quel était l’intérêt de la Turquie de rester dans l’OTAN aussi longtemps ?
- 49’30 : Qu’en est-il de la question de la reconnaissance du génocide Arménien ?
- 53’59 : Quelss ont les rapports de la Turquie avec la France au regard de ce qu’ils ont été dans l’histoire ?
- 1’02’07 : La Turquie cherche-t-elle toujours le rapprochement avec l’Europe, notamment à travers les pays des Balkans ?
- 1’03’20 : Quelle est la situation économique et financière de la Turquie actuellement ?
- 1’09’18 : La Turquie d’Erdoğan s’est-elle modernisée ?
- 1’13’27 : Le choix de rompre avec le dollar n’est-il pas dangereux pour Erdoğan vu ce qui est arrivé à Saddam Hussein et Kadhafi ?
- 1’18’38 : Erdoğan a-t-il laissé faire le coup d’État pour mieux saisir l’occasion d’une purge du système ?
- 1’21’11 : Des activistes turcs ont-ils joué un rôle dans la déstabilisation de la Libye de Kadhafi ?
- 1’24’23 : Le traitement de la politique turque par les médias français.
- 1’25’38 : Quel est le regard que portent les Turcs sur les Français ?
- 1’27’31 : Le rapport des Turcs aux questions politiques.
- 1’28’47 : Comment les Turcs voient-ils l’influence du lobby pro-Israël en France ?
- 1’30’36 : La Turquie a longtemps semblé être un pion de l’occident, comment s’est opéré le changement d’alliance ?
- 1’34’33 : Si l’avenir de la Turquie est un nationalisme teinté de religion, est-ce que ça pourrait être le cas de la France ?

 

(Les questions, dont certaines étaient peu audibles, ont été sous-titrées. Pour activer les sous-titres, utiliser l’icône en bas à droite, dans la barre de contrôle de la vidéo.)

 

L’association Culture populaire était également présente et a pu réaliser en marge de la conférence une interview de Stéphane Blet consacrée à la franc-maçonnerie, à la diplomatie turque, ou encore à la liberté d’expression sous le gouvernement d’Erdoğan :

 

Découvrir le talent de Stéphane Blet chez Kontre Kulture Musique :

Prolonger la conférence avec Kontre Kulture :

Le livre de Sébastien Jean mentionné dans l’interview :

 

Stéphane Blet sur E&R :

 

Pour suivre les prochains événements à Marseille et alentour,
abonnez-vous à la page Facebook d’E&R PACA :

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est passionnant. Vraiment.


  • Passionante vidéo !
    Le conférencier explique clairement la situation, les incrustations illustrent bien le propos. Les questions sont pertinentes.
    Dommage que je n’ai pu y assister.
    La prochaine conférence de Monsieur Blet dans ma région, j’y serais.

     

  • Un grand merci pour cette vidéo. Je ne connais pas le sujet, je ne pensais pas que ça m’intéresserait, et finalement, Stéphane Blet le rend tout de suite intéressant, car il le connaît visiblement très bien, et la conférence se regarde d’une traite, sans effort. Bravo !


  • Une conférence aussi enrichie en post prod mérite un 5 étoiles. Merci pour ce gros boulot à la fois pédagogique et technique. Les production E&R s’enrichissent de jours en jours. Bravo à toute l’équipe.


  • Moi j’y étais ! ... et je m’en réjouis encore. J’ai déjà commenté, donc je n’en rajoute pas (voir le lien ci-dessous). Merci beaucoup Stéphane de nous livrer une autre vision de la Turquie, plus compréhensible et sûrement plus authentique que celle fabriquée par les entreprises médiatiques de désinformation dont la finalité est de noyer l’intelligence des français. Bravo aux équipes de E&R pour le superbe travail de post-prod ! Chapeau pour le gros travail de recherche que vous avez fait pour illustrer le propos !
    http://www.egaliteetreconciliation....


  • Stéphane Blet connaît son sujet et est sûrement sincère, mais on a hélas l’impression qu’il parle plus en communiquant pro-Erdogan qu’en analyste objectif, avec certaines erreurs et approximations.
    D’abord, une grosse confusion sur la politique étrangère turque, où il essaie de faire passer les "kémalistes" pour les alliés de l’axe USA-Israël, et l’AKP d’Erdogan pour son ennemi. Il oublie que l’intégration dans l’OTAN a été réalisée par Adnan Menderes, conservateur religieux et ancètre idéologique d’Erdogan. Puis, approfondi dans les années 1980 et 1990 par Turgut Özal, autre ancètre idéologique d’Erdogan, qui a notamment fait la première guerre d’Irak (contre l’avis des kémalistes).
    En 2003, d’ailleurs, Erdogan et son gouvernement soutenaient la guerre en Irak. Et c’est seulement parce que le Parlement turc (tous les kémalistes + une moitié des AKP) a voté contre qu’ils ont fait marche arrière.
    Inversement, historiquement, le premier éloignement entre USA et Turquie a été fait dans les années 1970, sous les kémalistes de Bülent Ecevit.
    Par ailleurs, Stéphane Blet cite l’organisation de Fethullah Gülen comme terroriste... en oubliant juste que c’est Erdogan qui s’est allié à cette confrérire contre les kémalistes (et ceci sous la bénédiction américaine).
    D’autre part, la Turquie n’a jamais rompu avec Israël : même après l’affaire de la flotille de Gaza, les relations économiques sont restées florissantes.
    Contrairement à ce que dit M. Blet, d’ailleurs, Israël a toujours soutenu la Turquie contre le PKK (dont le chef a été capturé avec l’aide du Mossad), tandis que le PKK est historiquement allié des nationalistes palestiniens.
    Sa vision des manifestations de Gezi est aussi très caricaturales, ils n’étaient pas que "quelques centaines", et représentaient des courants très divers (même si bien sûr des opposants d’Erdogan ont voulu utiliser ces manifestations...)
    Enfin, dernière grosse approximation : prétendre qu’Erdogan a attaqué Assad parce que ce dernier soutenait le PKK est faux. Depuis 1999, Turquie et Syrie coopéraient contre le PKK (accord d’Ankara). C’est au contraire parce que Erdogan a pris parti contre lui, qu’Assad a décidé de se réconcilier avec le PKK.

     

    • Cher Monsieur. Je n’ai pas le temps de développer tout ce que vous me reprochez ici et je vais donc me concentrer sur Gezi, l’Otan et le PKK... Y’a t-il un pays autre que la Turquie où le pouvoir aurait toléré durant... 3 semaines (! !!) l’occupation d’une place publique (Taksim-Gezi Parkı) ??? Deux heures de manifestation de la "Manif pour tous" dans notre merveilleuse démocratie française (


    • Cher Monsieur. Je n’ai pas le temps de développer tout ce que vous me reprochez ici et je vais donc me concentrer sur Gezi, l’Otan et le PKK... Y’a t-il un pays autre que la Turquie où le pouvoir aurait toléré durant... 3 semaines (! !!) l’occupation d’une place publique (Taksim-Gezi Parkı) ??? Deux heures de manifestation de la "Manif pour tous" dans notre merveilleuse démocratie française a vu la police charger, utiliser les flash-ball et les gazs !!! Qui plus est, je réside... à 50 mètres de cette place lorsque je suis à Istanbul et j’étais sur place durant ces manifestations AUCUNEMENT spontanées et qui n’avaient pour but que de salir l’image de la Turquie et tenter de créer une situation de guerre... Concernant le PKK, il a bien fait 40000 morts en Turquie et... il continue. Le fait qu’Őcalan soit en prison depuis près de 20 ans n’y change rien... Il est vrai qu’Őcalan a bien été "livré" par le Mossad à la Turquie (en échange de bien des choses !) mais je ne vois pas le rapport avec Erdoğan car... il n’était pas encore au pouvoir, ni lui ni l’AKP lorsque c’est arrivé, vous devez le savoir comme moi... Concernant maintenant le CHP (le parti Kemaliste), je vous renvoie aux propos de Kılıçdaroğlu et de ses alliés qui avaient vioemment pris à partie Erdoğan en 2010 à son retour du sommet de Davos où il avait courageusement monté le ton contre l’ignoble Shimon Peres en qualifiant Israël d’État criminel et surpassant Hitler en barbarie, rompant définitivement avec la très discrète mais très profonde et très efficace alliance des Dőnmeh (juifs-travestis) kemalistes, héritiers des "jeunes turcs" dont la ligne a toujours été atlantiste, du moins dans les faits... Avant l’accession au pouvoir d’Erdoğan, pour ne donner qu’un seul exemple, les ordinateurs, les portables, les micros, les cartes à puces, les pièces détachées en Turquie étaient ENTIÈREMENT fabriqués en Israël (et totalement sous son contrôle !). Je persiste donc... et signe. Quant à l’OTAN, la Turquie y a été "invitée" en même temps que la Grèce, en 1952, en pleine guerre froide... conséquence du Plan Marshall et du fait que les US souhaitaient voir la Turquie et la Grèce "du bon côté du rideau de fer"... Voilà. Cordialement
      Stéphane Blet


    • "Vous devez le savoir comme moi..."

      Non, personne ne doit le savoir, comme vous "devez" le savoir. À notre belle époque post-moderne, Devoir savoir est nuisible pour la santé.

      S’ il faut faire appel à un vertuose du piano pour nous vendre de la politique en barquettes, alors, c’est vraiment la Crise.


    • " "Vous devez le savoir comme moi..."
      Non, personne ne doit le savoir, comme vous "devez" le savoir. À notre belle époque post-moderne, Devoir savoir est nuisible pour la santé. "
      Pouah ! On peut plutôt y voir très simplement un synonyme de " vous le savez certainement ". Ce qui me paraît assez évident, du moins pour qui n’est pas soit bête soit d’une mauvaise foi à tendance trollesque.
      Quand aux barquettes, d’aucuns seraient bien avisés de se les ranger au fond du magasin, comme dirait l’autre. On n’attend pas vos arguments, possiblement nuisibles pour une une certaine forme de santé.
      Merci au passage au très intéressant Monsieur Blet. Au plaisir.


  • J’étais assez remonté contre la Turquie à cause des médias (on se laisse influencer sans des fois s’en rendre compte complètement ; ignorance oblige et nouvelle alerte...), mais Stéphane Blet vient faire une importante ré-information et m’a convaincu que Erdogan n’est pas cette caricature que les médias du système font. La Turquie est aussi très mal présentée. Et c’est très important de se rapprocher de quelque chose plus en syntonie avec la réalité si l’on veut rester vivant à tous les niveaux. Merci Stéphane Blet.


  • Hahaha, @Stéphane Blet : votre avis sur la Turquie est intéressant et certainement plus éclairé que bien des analystes. Et l’amour que vous portez à l’Histoire Ottomane est sincère. Mais j’ai du stopper le visionnage après une demi-heure environ pour éviter de laisser les émotions prendre le pas sur la raison. Et de changer peu à peu mon avis sur vous maestro...

    Vous dites qu’Erdogan s’est fâché avec le Président Syrien à cause de l’attitude de la République Arabe Syrienne vis à vis des mouvements indépendantistes kurdes locaux. Mais le tempo est inversé : les mouvements de troupes (et combats sporadiques) de ceux-ci près de la frontière turque sont arrivé bien après le début des hostilités. Et la Turquie laissait déjà faire et passer (dans les deux sens) les égorgeurs modérés étrangers ou armait et soignait les groupes turkmènes ou autres (qui deviendront Zenki, etc... aujourd’hui).

    De plus, même si les intérêts turcs et leur intégrité territoriale intéressent beaucoup de belligérants ou réseaux stay-behind, il est injuste de qualifier le PKK, le PYD (et autres groupes locaux amis dans les quatre pays concernés par le "problème kurde") d’agents occidentaux servant les intérêts de l’Empire. À ne pas confondre avec les autres : amis de BHL ou clans proches Barzani en Irak !

    On reprendra la suite de la vidéo plus tard, à tête reposée... Tous mes vœux pour 2017


  • Bonsoir,

    Je suis en grande partie contre l’analyse de Blet qui me semble influencé par son entourage turc, là ou il réside la moitié de l’année (selon lui).

    A ma connaissance,mais je peux me tromper la Turquie est le seul pays qui occupe encore militairement un pays européen.

    En effet Chypre est depuis l’invasion turque de 1974 toujours ce pays qui est colonisé au Nord de Chypre par ce pays expansioniste (présent aussi au Nord de la Syrieet de l’Irak)

    Quant au PKK le fait de les traiter de terroristes est une question de point de vue.Dans ce cas il faudrait classer également le Hezbollah dans cette case ...

    Les kurdes c’est vrai font l’objet de plusieurs "manipulations" et sont financés en fonction des pays que l’on veut nuire.

    Ainsi le PKK (Turquie) est plutôt marxiste et fut financé en grande partie par les soviétiques,le YPG (Syrie) est plutôt financé par les américains et les peshmergas d’Irak sont financés par période par les américains et le Mossad.


  • Bravo ER pour avoir laissé la parole à ce monsieur qui décrit le plus honnêtement la situation de la Turquie et de tous les complots que celle-ci subit.


  • Monsieur Blet, je vois qu’a chaque parution de vos discours vous prenez soin de répondre aux commentaires ce que je trouve très respectables et vous honore, ma question est que sachant que vous n’avez nul besoin de reconnaissance au vu de vos oeuvres, pourquoi prenez vous le risque de dire tout ce vous dite au sujet du sionisme et de la maçonnerie sachant que vous avez aprochez tout ces réseaux ? Est ce par pur sincérité et désire de vérité ou parceque ces réseaux vous ont rejeté pour diverses raisons et donc une forme de représailles ? Sincèrement votre..

     

  • à noté que 1923 est la signature du traité de Lausanne et que ce traité prend fin en 2023. Il y aura donc une renégociation sur la table et donc divers intérêt de part et d’autre. A suivre...


  • Merci à vous Stéphane pour cette interventions, les précédentes et celles à venir que j’espère nombreuses.
    En tant que Turque d’origine Kurde mais aussi de nationalité Française, ayant vécu en France mais vivant en Turquie depuis que Erdogan la dirige, je ne peux qu’appuyer votre avis sur la situation politique de la Turquie, et je partage également votre vision sur son avenir c’est à dire que je crois à sa prospérité loin de l’Occident ou de l’Europe mais aussi donc de l’OTAN. D’ailleurs je le clame depuis longtemps, dans ce site justement par exemple. Je me désespérais de ne rien voir dans ce sens sur E&R, voilà c’est réparé avec cette conférence.
    Erdogan, est un Grand Homme qui restera dans l’histoire comme celui qui a sauvé la Turquie des griffes de l’esclavagiste USA.
    Mais pas seulement, s’il continue ainsi il va réellement changer l’ordre mondial et ça risque d’être spectaculaire.
    Il est tellement rare d’avoir des hommes d’états aussi confiant et qui réalisent ce qu’ils se fixent comme objectifs, Erdogan en est un, Putin un autre...
    Nous ne pouvons que lui souhaiter, leur souhaiter longue vie et observer.

     

    • Le point de vue de Stéphane Blet est effectivement très intéressant car il permet d’avoir une vision plus complète et nuancée de la situation turque.

      Ceci dit je n’arrive pas à comprendre ou à trouver la moindre justification aux double jeu perfide auquel à joué la Turquie d’Erdogan en Syrie. Les hommes et le pétrole de Daesh ont transité tranquillement par la frontière turques pendant un certain temps et cela faisait parfaitement le jeu de l’OTAN. Je ne connais pas grand chose aux différentes factions belligérantes de Syrie mais il me semble plus logique que Assad ait soutenu le PKK dans une logique de survie car ils sont des alliés objectifs contre Daesh que la Turquie à par ailleurs soutenue depuis le début me semble-t-il. Donc attaquer un pays en crise comme la Syrie, en plus de correspondre à l’agenda de l’empire et d’être aussi amoral que de frapper un blessé à terre, ne se justifie pas par le fait que les Syriens utilisent toutes leurs chances en trouvant les alliés qu’ils peuvent pour nettoyer leur territoire. Jusqu’à preuve du contraire ce sont les Turques qui ont attaqué les Syriens et non l’inverse. De plus je n’ai pas le souvenir qu’Erdogan ait montré la moindre intention de soutenir la Syrie si elle ne soutenait pas le PKK.

      A mon humble avis, Erdogan a l’air d’être un fin stratège, et n’est peut être pas totalement un pantin de l’oligarchie mais j’ai du mal à voir en lui un grand homme d’état anti impérialiste.


    • Ne cherche ni des bons, ni des mauvais...Des plateaux du Golan aux Bosphorus, en passant par le Danube, tout bien pesé, n’est que convoitises bien commercées.

      C’est étrange cette volonté de vouloir des méchants et des gentils, quand finalement, il n’y que des humains.


    • Vous avez raison. Pour moi c’est la seule zone qui reste finalement dans l’obscurité.
      Son rapport à la Syrie.
      Je vous pose là ma vision :
      Je suppose que Erdogan n’a pas (ou pu) faire le choix de soutenir Assad.
      En 2011 le rapport à l’OTAN et ses attentes de l’Europe n’étaient pas les mêmes. Les pires déceptions restaient à venir. Erdogan commençait doucement à s’émanciper mais il n’avait rien a avoir avec le Erdogan d’aujourd’hui.
      Depuis, il y a eu le coup d’état orchestré depuis les USA (alliés !) et ça ça vous remet la tête droite sur les épaules j’imagine.
      Donc je suppose qu’il a joué le jeu de ses alliés dans un premier temps puis lorsqu’il s’est rendu compte que ses copains voulaient lui reserver le même sort qu’à Assad il a dit stop.
      Je sais qu’il veut à tout prix renouer avec Assad et ce malgré tout ce qu’il peut dire (pour la forme). Mais Assad ne serait pas trop de cet avis. Poutine fait donc les entremetteurs pour les réconcilier.
      Je pense vraiment que soutenir le soulèvement en Syrie a été la plus grosse erreur de Erdogan. Bien qu’en réalité on ne sache pas trop quel a été son véritable rôle puisse qu’il arrive de ci de là des démentis (La CIA, récemment a avoué avoir menti sur le rôle attribué à la Turquie dans le commerce de pétrole avec Deash)
      Je pense que la Turquie a fait bien moins de tort à la Syrie que ce qui est prétendu. Quand au bien qu’elle lui fait, tous peuvent le voir dans la façon dont elle prend soin de millions de Syriens.
      Donc oui il y a sûrement erreur sur la Syrie mais pas si grave au final et surtout il tente de corriger le tir et on ne peut pas en dire autant des autres...


    • Mais vu la place qu’occupe la Turquie, dans le temps et dans l’espace, ont ils bien d autres choix que de jouer sur tous les tableaux ?


    • Merci. Amitiés. Stéphane.


  • Je viens d’écouter l’entrevue de Thierry Meyssan par Jean-Michel Vernochet. Au sujet de la Turquie il nous donne aussi des informations très intéressantes. Il faut écouter tous les points de vue de gens honnêtes pour pouvoir retirer, si l’on peut, une compréhension raisonnable.

     

    • Ce message est-il adressé à vous même ??
      Car le Point de vue défendu par M.Blet est relayé quasiment pour la première fois, alors que celui de Meyssan, ou plus généralement celui montrant la Turquie comme "mauvais" est quasi quotidien...est-ce que son point de vue vous irrites ??


    • Êtes vous bien sûr @blablablablobloblo d’avoir saisi le message initial et de ne pas surinterprèter les propos de cet intervenant, propos pourtant fort simples, à des fins de procès d’intention un peu ridicule ?!


    • non, je ne pense pas avoir surinterprété son message.
      La seule fois ou ce point de vue est relayé, on voit immédiatement qqun nous parle de M.Meyssan qui n’a aucune légitimité sur ce sujet, puisqu’il vit en Syrie et non en Turquie, quel avis a-t-il à donné ??
      il faut arrêter 2 min avec M.Meyssan, il n’a pas la science infuse et surtout il ne connaît rien sur la Turquie en interne.


    • Mon hypothèse indulgente était donc la mauvaise. Sachant qu’a priori vous n’êtes pas turc, et si l’on en juge à la même aune que vous, vous ne devriez pas non vous exprimer sur ce sujet, non ?! :-) Ou alors et à l’inverse, Meyssan et tous ceux qui ont des informations et analyses intéressantes ont autant voire plus droit de cité que quiconque. Ce qui ne met pas à l’abri de possibles erreurs ici ou là bien entendu, mais cela vaut pour tout un chacun.


  • Sur la syrie, Erdogan s’est trompé, il avait misé sur la chutte de Assad, il etait sur la même ligne que les occidentaux ; mais aujourdhui les media occidentaux lui sont hostile clairement, et le separatisme kurde est vu d’un bon oeil.


  • Merci M. Blet pour cet entretien très instructif et effectivement passionnant surtout pour une amoureuse de la Turquie comme je le suis, tout comme vous l’êtes ! Je ne connais pas la Turquie depuis aussi longtemps que vous, j’ai appris des choses intéressantes en vous écoutant. Merci aussi pour la dédiabolisation de Recep Tayyip Erdogan MAIS attention effectivement à ne pas tomber dans l’autre extrême.

    Je m’explique et je vais parler d’un événement que je connais pour y avoir été au coeur : Gezi Parki. Quand vous le mentionnez, vous ne faites preuve d’aucune objectivité hélas. Je ne suis pas une anti-Erdogan primaire, au contraire j’ai même de plus en plus tendance à le défendre, mais l’honnêteté intellectuelle me pousse à vous rectifier :

    1) Non il n’y avait pas qu’une centaine de manifestants à Gezi mais bien des milliers. Et pour cause je me rappelle du deuxième jour de manifestation (à l’époque j’étais étudiante et je me laissais entraîner par mes amis turcs anti-Erdogan qui allaient aux manifs, j’étais assez écolo et je ne trouvais pas ça cool de raser un si joli parc pour en faire un complexe commercial alors que Taksim en était déjà bondé, bref j’étais plutôt une suiveuse dans l’affaire mais j’y étais quand même) et donc je me rappelle : nous avons remonté d’Eminonü à Taksim, les rues étaient BONDEES de monde, tellement qu’il était difficile de faire un pas de côté (photos à l’appui), tout Istiklal caddesi BONDE et la place Taksim encore plus BONDEE. Nous n’étions clairement pas qu’une centaine. J’y suis retournée après presque tous les jours et certes il y avait de moins en moins de monde mais l’élan était toujours là et Gezi le soir était toujours très animé et toujours très peuplé juqu’à ce qu’il soit récupéré par les forces de l’ordre.
    De plus, il y avait aussi beaucoup de personnes qui soutenaient le mouvement sans sortir de chez eux et le signalaient le soir en éteignant et rallumant les lumières de chez eux ou en tapant bruyamment sur des casseroles aux fenêtres, et cela dans tous les quartiers, du côté asiatique aussi. Avant les départs en manif, (nous partions de Bostanci, donc côté asiatique) de nombreuses personnes nous encourageaint par les fenêtres. Bref, il y avait un vrai engouement populaire.
    Par contre, je suis d’accord que ramené à la population totale d’Istanbul, ils ne représentaient pas la majorité MAIS ils étaient bien plus que des centaines.

    Je développe mon deuxième point dans un commentaire suivant..


  • Je finis mon argumentaire à propos de Gezi Parki :

    2) Le régime n’a pas "toléré" les manifestants, il a tout fait dès le premier jour pour stopper le mouvement de contestation. Et pour cause, je me rappelle même la toute première manifestation, celle-ci oui nous n’étions pas nombreux, peut-être une centaine, et pourtant la manif avait à peine commencé que nous nous sommes retrouvés encerclés par la police et gazés. Je ne m’y attendais tellement pas que j’ai eu beaucoup de mal à reprendre mes esprits pour courir me réfugier dans les rues adjacentes afin d’éviter de respirer le gaz. Les jours d’après, les accès à Taksim étaient bloqués par des barrages policiers, les manifestants ont fini par les démolir. Il est vrai que les jours suivants, il n’y a pas eu de "répression", c’est pourquoi le parc a pu s’organiser avec des stands, des animations, etc. Il y avait quand même des hélicoptères qui nous survolaient. Jusqu’au soir où les forces de l’ordre avaient ordre de reprendre le parc et cette fois-ci ils ont déployé les moyens (gaz lacrymo à gogo, matraquage et arrestation des manifestants). Pour vous dire, j’ai même une amie française qui n’avait rien à avoir là-dedans qui s’est faite arrêtée et envoyée en centre de détention !

    Bref il n’est pas question ici de défendre les manifestants (à l’époque je n’avais pas le recul que j’ai maintenant) mais de rétablir la vérité : le régime a fait preuve de répression face aux manifestants et n’a pas attendu tranquillement que le mouvement se tasse de lui-même. Après avait-il raison ou pas ce n’est pas à moi d’en juger mais les faits sont là et je m’en rappelle très bien.

    Cependant - et je nuance mon propos - je suis totalement d’accord avec vous sur un autre point. Pour parler d’un événement plus récent, la tentative de coup d’état de cet été - j’étais aussi en Turquie à cette période même si pas à Istanbul cette fois : il est vrai que tous les turcs unanimement (même les anti-Erdogan) étaient très inquiets et n’approuvaient en aucun cas cette façon de faire. Et même dans la petite ville où je vivais à cette époque, beaucoup de personnes sont sorties dans les rues pour montrer leur soutien au régime. Puis les jours d’après. Puis, chaque semaine il y avait un rassemblement pour la démocratie.

    Enfin, il faut aussi nuancer car dans la "purge" effectuée par Erdogan, il y a aussi des personnes qui n’ont pas de rapport avec le FETO. Erdogan en profite pour régler ses comptes et arrêter des opposants, tout simplement

     

  • Enfin une analyse objective. Tout se qui se racontent dans les médias à la solde de qui l’on sait, ne sont que pures idioties narrées aux gens qui ne connaissent pas ce pays.


  • Superbe deuxieme intervention de Stephane Blet "le magnifique".

     

  • Bonjour,
    Recep Tayyip Erdogan n’est-il pas lui-même F maçon, initié par le dénommé PINTO ?


Commentaires suivants