Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mardi 19 avril 2016

RSA, Sirugue, mère seule, Seth Gueko

Le député PS Christian Sirugue, que personne ne connaissait jusque-là, à part peut-être ses administrés (et encore, un député ne fout quasiment plus les pieds dans sa circonscription, où il a moins de pouvoir que les principaux maires) balance un pavé dans la mare, qui a disparu depuis belle lurette sous tout ce qu’elle s’est pris dans la poire. Avec ces pavés, on pourrait construire un château en Espagne. Christian propose de verser aux jeunes dès 18 ans un RSA de 400 euros environ. À droite, on accuse le gouvernement de ne pas assumer sa position et de rester au milieu du gué d’un revenu universel. Au fait, le revenu universel, c’est quoi ?

 

 

Les Suisses y pensent, mais il faut dire qu’ils ont les moyens. En France, il serait versé à tous les enfants, dès leur naissance, mais ils ne pourraient le toucher qu’à 18 ans. Arrivés là, le petit capital servirait soit à payer ses études, au cas où les parents ne pourraient pas assumer cette charge, soit à créer, par exemple, une entreprise (l’auto-entreprise grignote le salariat). En période de crise, on ne peut évacuer les idées un peu perverses du type : acheter un kilo d’héroïne pour le revendre et décupler sa mise, malgré les risques ; jouer au casino toute la somme en une nuit pour faire sauter la banque ; ou tout simplement craquer le magot en achats de plaisir (restos, sorties, voyages, prostitué-e-s, pour parler comme nos amis LGBT ou Nuit Debout).

Sortons de la prospective pour retourner dans le réel : le chômage touche en France, en moyenne, car les disparités sont énormes, selon les régions (Marseille et Roubaix, c’est plus dur que Lyon et Paris), selon les origines socio-professionnelles familiales (CSP plus ou moins), un quart des jeunes en âge de travailler. Le RSA, actuellement, n’est versé qu’à ceux qui ont plus de 25 ans. Attention, un RSA est versé à des 18-24 ans qui sont des parents isolés (jeune mère seule, donc) ou qui ont déjà bossé. Ajoutons ici que dans les quartiers, par exemple, beaucoup de « jeunes mères seules » se présentent comme telles aux services sociaux, pour toucher cette fameuse aide, alors qu’elle sont plus ou moins en couple. voire carrément en couple. Le conjoint, copain, mec ou keum ne devant évidemment pas se montrer quand l’assistance sociale débarque pour voir si tout va bien : est-ce que bébé est bien nourri ? L’appartement (au loyer souvent assumé en totalité par les APL) est-il bien tenu ? L’assistante vérifie du coin de l’œil s’il n’y a pas de trace de passage d’homme au passage… Il suffit de faire le ménage avant, car les visites ne sont pas impromptues, mais programmées. Petite hypocrisie sociale des deux côtés, qui permet de faire quelques courses au Lidl ou au Franprix (on peut les citer, c’est pas des marques trop prestigieuses), quand la jeune mère seule en question ne bénéficie par de bons de paiement (il y en a même pour les loisirs et les vacances).

On le voit, le système social français va très loin dans le soutien aux plus démunis, même si un pourcentage non négligeable de ces derniers réussit, en poussant un peu les meubles, à rentrer dans les critères d’attribution. En allant plus loin, les mères vraiment démunies ou en difficulté chronique, se font carrément prendre en charge par l’État, qui remplace des familles déficientes, absentes ou paumées, et là, la jeune mère passe sous la coupe des autorités. La mise sous tutelle est impitoyable : l’État paye les dettes (EDF et compagnie), la « mauvaise » mère suivie de A à Z doit tout justifier, et le risque c’est qu’elle perde la garde de ses enfants. L’État devient le tuteur officiel de l’enfant ou des enfants. Et malheur à la mère seule qui craque...

 

 

Mais ça, c’est le gros social qui tâche. Au-dessus de cette situation difficile – la pauvreté des mères seules est la pauvreté montante en France (mais n’oublions pas celle des personnes âgées, nous y reviendrons un autre Jour en France) – dont les origines sont souvent à chercher dans une éducation foireuse, un drame ou un rejet familial, il y a une jeunesse qui veut ou ne peut travailler.

Pas la peine de se jeter des chiffres à la figure, la frange des glandeurs est inquantifiable, tandis que celle des vrais chercheurs de boulot gît dans les bases de données du Pôle Emploi : il suffit de suivre l’historique des tentatives d’intrusion dans la vie active des 18-24 ans en termes de rejets de candidature pour appréhender la situation. La raison principale de ce rejet du « marché » devant la demande d’emploi globale des jeunes est multiple : un, il n’y a pas assez d’offre pour trop de demande, deux, les jeunes en question ne sont pas forcément qualifiés ou adaptés aux postes vacants existants, trois, les jobs proposés ne correspondent ni aux désirs ni aux formations des jeunes (ce qui est différent), et quatre, les employeurs sont rétifs à embaucher pour moult raisons. Trop cher, pas assez (ou pas immédiatement) rentable, le jeune reste sur le carreau entre stages et CDD pendant plusieurs années, pour toucher, en moyenne toujours, son premier vrai emploi en CDI vers 28 ans. On entre de plus en plus tard sur le marché classique de l’emploi, on en sort plus tard aussi, pour avoir ses 41,5 ans de cotisations (166 trimestres pour partir à 62 ans en ce qui concerne le régime général).

Chaque année, 600 000 Français sortent du marché du travail (ils partent à la retraite), et 750 000 y arrivent. Mais les 600 000 places ne sont pas occupées mécaniquement par une grande partie des 750 000 primo-arrivants : des postes ne sont pas remplacés (dans l’administration, par exemple), des profils ne correspondent pas forcément, et c’est là que la formation intervient. Mais c’est encore un autre et vaste débat.

Concentrons-nous sur le fait du jour, le RSA versé à partir de 18 ans. Le risque, que Martine Aubry, la maman des « 35 heures », pointe, c’est que le RSA attribué dans cette tranche d’âge tue le désir ou le besoin de trouver un premier emploi. Cela alourdirait donc la facture sociale tout en alourdissant le chômage des jeunes, qui serait repoussé à 25 ans. Si même Titine dit ça… Au fait, qu’est-ce qui fait que la France n’arrive pas à embaucher ses jeunes ? D’où vient cette particularité française (Espagnols mis à part) ?

 

JPEG - 110.5 ko
La Cour des Comptes pointe le peu de temps, de moyens et d’énergie accordés par le Pôle Emploi aux demandeurs d’emploi

 

Tout le monde sait – les médias culpabilisateurs nous le serinent chaque jour – que nos voisins allemands se débrouillent mieux : leur industrie est gourmande d’emplois, leur agriculture a besoin de bras, leurs exportations se portent bien, mais leur formation pratique est supérieure. On en a déjà parlé : en Autriche, par exemple, personne n’est laissé sur le carreau. Chaque jeune a droit à une formation, souvent pratique, qui est, comme chacun sait, dévalorisée chez nous. L’école et son adaptation aux formations qui marchent est en question, mais l’organisme censé trouver du boulot aux primo-arrivants est vraiment sur la sellette. Les employés du Pôle Emploi font ce qu’ils peuvent, mais ils croulent sous les dossiers, qui sont fatalement mal-traités. Un agent devait gérer théoriquement une trentaine de personnes (jeunes et moins jeunes mêlés), il se retrouve en général avec 70 à 80 dossiers, voire une centaine. Résultat, cette grosse machine nationale à changer la merde en or qu’est le Pôle Emploi a une image et une efficacité désastreuses, et en majorité, ce n’est plus par elle qu’on trouve du boulot. Et on ne parle même pas des radiations plus ou moins motivées par le désir de faire baisser les chiffres, qui sont l’angoisse des hommes politiques.

Il résulte de tous ces blocages, inadaptations ou manquements, une grogne sociale qui s’exprime comme elle peut, où elle peut : elle peut prendre des formes politiques (engagement à gauche ou à droite pour améliorer les choses ou « changer le monde »), des formes moins institutionnelles (activisme, marginalisation) ou plus violentes. Il est impossible d’affirmer que le chômage endémique des banlieues (on atteint des records dans certains quartiers, de 50 à 80% de chômage chez les jeunes) mène, avec quelques injections idéologiques sur cette frustration, à du terrorisme. Mais à un rejet du Système, sans aucun doute, pour paraphraser Julien Courbet. S’il est facile ou compréhensible de grogner, la grogne n’est pas une solution.

Une fois arrivés là, la sempiternelle question : que faire ? D’abord, ne pas incriminer les acteurs sociaux, qui font ce qu’ils peuvent avec une situation lourde. Le filet social français fonctionne pour trois millions de chômeurs au maximum, et six millions de pauvres (six millions, six millions !). Mais à six millions de chômeurs et 12 millions de pauvres, ça complique tout et craque de partout.

L’angoisse, à 20 ans, devant ce tableau, est légitime. Mais on ne vit pas que d’angoisse, et l’angoisse a au moins cet avantage, qu’elle déclenche l’action. À 20 ans, on dispose d’assez d’énergie pour encaisser des situations dures (survivre avec peu), compenser un avenir qui semble plus sombre que pour la génération 68 (celle de Finkielkraut, BHL, Bruckner et Glucksmann), avec des petits plaisirs et de la solidarité tribale (amis, réseaux), mais surtout, tout est possible. On peut partir en voyage, pas forcément via Air France et Kuoni (un tour opérateur de luxe décrété meilleur voyagiste du monde) : certains partent plusieurs mois par an dans des pays où l’on vit très bien avec 10 euros par jour, trouvant même des petits jobs là-bas (l’Asie a la cote, demandez à Seth Gueko), et se refaisant la pelote en France avec des jobs saisonniers pour mieux repartir ensuite. Attention, nous ne soutenons pas que quitter la France est la solution !

Il reste beaucoup à faire chez nous, à réparer, selon l’expression du mage Attali, et des solutions d’économie autonome surgissent ça et là. Des contre-sociétés et des micro-sociétés se créent, sur des bases fraternelles plus saines que ce qu’on voit dans les grandes entreprises. Le chaos est aussi créateur. C’est le moment des possibles, où l’on n’a plus rien à perdre. Les expériences foisonnent, et les Français commencent à comprendre que l’échec n’est pas une preuve d’erreur ou de faute, comme l’école nous l’a bêtement appris, mais un jalon normal sur un chemin nouveau, celui de l’expérimentation sociale.

Voir aussi :

1er décembre
Un jour en France : jeudi 1er décembre 2016
Stoléru contre Le Pen (1989), Stromae & Goldman académiciens, Rabbi Jacob 2 avec Jul
8
30 novembre
Un jour en France : mercredi 30 novembre 2016
Le choix des sans-dents, un service militaire socialiste, les livres pour enfants
6
29 novembre
Un jour en France : mardi 29 novembre 2016
Cheminots fichés, école française nullissime, le cancer ou le chômage
18
28 novembre
Un jour en France : lundi 28 novembre 2016
Mélenchon, Rachline : tous contre Fillon ! Et Caroline Fourest contre Valérie Boyer
10
25 novembre
Un jour en France : vendredi 25 novembre 2016
Fillon violente Martichoux, Taubira-Hidalgo-Aubry l’union des gauches
21
24 novembre
Un jour en France : jeudi 24 novembre 2016
Policiers emprisonnés, pompiers à l’eau, et la prime aux migrants
11
23 novembre
Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016
Le fascisme de l’UEJF, France Inter sodomie, Fillon-Renaud et les fachos
23
22 novembre
Un jour en France : mardi 22 novembre 2016
Restos du Cœur (français), François Ruffin président, la Criirad en rade
14
21 novembre
Un jour en France : lundi 21 novembre 2016
Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal
15
18 novembre
Un jour en France : vendredi 18 novembre 2016
De Thomas Pesquet à Claudie Haigneré, en passant par Mezrahi-Nabilla
35
17 novembre
Un jour en France : jeudi 17 novembre 2016
Cannabis trafic d’États, pizzas volantes, Minc et Juppé contre BHL
8
16 novembre
Un jour en France : mercredi 16 novembre 2016
Franck Dubosc au chômage, la flexisécurité (sociale ?), jobs du cinéma
11
15 novembre
Un jour en France : mardi 15 novembre 2016
Cash libyen pour Sarkozy et Guéant, Montebourg et Poisson outsiders, le sucre
16
14 novembre
Un jour en France : lundi 14 novembre 2016
Statistiques ethniques, sondages piégés, Mélenchon Le Pen en 2017
19
11 novembre
Un jour en France : vendredi 11 novembre 2016
Réfugiés de France, Griezmann et/ou Benzema, le Pr Rollin lucide
9
10 novembre
Un jour en France : jeudi 10 novembre 2016
Sarkozy sous Trump, l’inversion Belkacem, Thomas bimbo Hollande
5
9 novembre
Un jour en France : mercredi 9 novembre 2016
À notre tour de marquer l’Histoire
17
8 novembre
Un jour en France : mardi 8 novembre 2016
Yannick Jadot agent US, Tous pour Hillary, le Refuge pour Fred Lopez
11
7 novembre
Un jour en France : lundi 7 novembre 2016
Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires
9
4 novembre
Un jour en France : vendredi 4 novembre 2016
Migrants en poussières, langue française menacée, Aude Renaudot Lancelin
13
3 novembre
Un jour en France : jeudi 3 novembre 2016
Spécial prix "littéraires" avec Yasmina Reza, Leïla Slimani et Steve Sandberg
9
2 novembre
Un jour en France : mercredi 2 novembre 2016
Harcèlement de Belkacem, Morts contre la France, CETA pour les nuls
12
1er novembre
Un jour en France : mardi 1er novembre 2016
Handicapée à la rue, hommes des bois de Vincennes, Sylvain Tesson en Sibérie
18
31 octobre
Un jour en France : lundi 31 octobre 2016
Mel Gibson aux Français, i>Télé en grève inaperçue, Askolovitch contre Ken Loach
18
28 octobre
Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016
Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants
8
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1447269

    Dès 18 ans un RSA de 400 euros par mois : c’est à partir de 18 ans que l’on vote, ces députés illégitimes et voleurs de sièges draguent les jeunes en vue des élections de 2017 . Et si le déficit augmente ? "Après nous le déluge" .


  • #1447278

    Les jeunes de 18 à 25 ans touchant le RSA sortiraient ainsi du chômage, qui baisserait d’autant . Le gros pourrait dire qu’il a réussi à "faire baisser le chômage" et pourrait se représenter . La ficelle est énorme, mais ça peut marcher, vu la stupidité des Français qui votent à des élections truquées depuis... 1958 .


  • #1447281
    le 19/04/2016 par pépé
    Un jour en France : mardi 19 avril 2016

    Il ne manquerait plus qu’Hollande dise aux jeunes, en 2017 : " Elisez-moi, vous aurez le RSA dès vos 18 ans " .

     

  • #1447309

    Time out si quelqu’un a déjà vu...


  • #1447347
    le 19/04/2016 par paramesh
    Un jour en France : mardi 19 avril 2016

    Attention, nous ne soutenons pas que quitter la France est la solution




    C’est sûr mais cela peut aussi s’avérer une solution possible. répondre au grand remplacement par une émigration collective, cela ne peut marcher que s’il existe une forte cohésion culturelle entre expatriés, on ne quitte pas une culture mais un système économique mortifère. tous les pays ne sont pas atteint du mal de la même façon : peut être serait -il productif de mettre ses idéaux nationaux à l’abri, quitte à revenir dès que la situation changerait.
    quant au choix du pays de la retraite. le bon pays est une nation dont la culture est fièrement revendiquée par son peuple et où surtout l’état est assez faible pour ne pas être envahissant.
    (ce n’est donc pas une fuite mais une recherche d’alliés objectifs, le combat continue donc)


  • #1447625
    le 19/04/2016 par Bèmols_sans_gravité
    Un jour en France : mardi 19 avril 2016

    Excellent (mais triste, vu les sujets) jour en France.
    Si je peux me permettre 2 remarques :
    - Un Français ne "quitte pas la France" et a du mal à accepter même que l’on dise "Attention on n’a pas dit qu’il faut quitter la France". Laissons çà aux Français de circonstance (dirais-je) dont je suis largement entouré dans mon coin de l’Est (RSA+APL+aides diverses+vie en couple, enfin tel que décrit dans l’article). Vous allez me trouver "chatouilleux", mais bon.
    - Et aussi, à un moment, vous laissez supposer que la "Tutelle" (Parents/enfants) est quasiment une infamie. La Tutelle est mal fagotée certes, malgré le "cinématographique" apport de Delevoy à un moment, c’est vrai. Je pense que malgré les efforts de ses personnels, elle manque de surcroît de moyens, surtout aujourd’hui. Pourtant, (je ne parle ici que de mon vécu) Père "isolé", élevant seul ma fille mineure, je suis sous le contrôle du Juge des Tutelles qui supervise au sens large "les intérêts de la mineure". Depuis maintenant 6 ans, et dans 2 régions différentes (Martinique/Alsace) je n’ai eu qu’à me louer de l’attention portée par cette Administration au suivi de ma fille et à la supervision de son bien-être et de ses intérêts. Et j’ai sincèrement apprécié les relations avec cette Administration "sur le plan humain". Par ailleurs, notamment pendant la période difficile ayant suivi le décès de sa Mère, non seulement ma fille, mais moi-même, nous avons bénéficié de soutien (au moins nous demander si nous avions besoin de quelque chose, ce qui n’était pas le cas, nous faisons toujours, sous contrôle, avec ce que nous avons).
    - Pour conclure, et si vous le permettez (derechef) : Attention donc aux analyses à l’emporte-pièce.
    N.B. : Mon intervention n’est en aucun cas "sévère" à votre endroit, elle vise à "préciser" pour que "Les jours en France" restent à leur excellent niveau. Une sorte de coopération, quoi.
    Bien amicalement,


  • #1447851

    18 ans de cotisations par le bon travailleur français, pour alimenter un (des) compte(s) utilisables seulement à majorité.
    Ce sont les banques qui vont se frotter les mains !


  • #1448377
    le 20/04/2016 par Cool à Bali
    Un jour en France : mardi 19 avril 2016

    Il va bien falloir s’y faire : le progrès technique épargne inévitablement du temps de travail, il va donc falloir accepter de travailler moins pour gagner moins.

    Rappelons aux tripaliolâtres forcenés qu’un gugus qui bosse 10 heures par jour n’est pas plus vertueux (loin de là, au mieux c’est un aliéné, au pire c’est un abruti) qu’un moine qui passerait ses journées à méditer. Que de nombreuses civilisations ont voué une certaine défiance envers le travail en délégant le maximum de tâches aux animaux ou aux esclaves (aujourd’hui, on a les machines).

    Alors vous, E&R, ne vous sentez pas obligés de justifier la situation des jeunes (ou moins jeunes) inactifs en précisant bien qu’ils cherchent du boulot.
    S’il y a bien un thème de réflexion à fort potentiel de démarcation par rapport à la pensée dominante, c’est bien celui du travail. Le travail aujourd’hui, dans 90% des cas, consiste essentiellement à faire gagner du fric à ceux qui en ont déjà dans un monde dont les tenants et les aboutissants nous échappent complètement. Un monde dans lequel on n’apprend plus de métier à des gens obligés de chercher un emploi (c’est-à-dire une activité qui demande peu de spécialisation, exécutable par un grand nombre de salariés interchangeables), des esclaves qui s’ignorent qu’on incite (y compris vous, E&R !) à s’expatrier, validant par là les intentions premières de l’idéologie libérale mondialiste : libre-circulation des biens, des marchandises... et des hommes !!!


  • #1450565
    le 23/04/2016 par anonyme
    Un jour en France : mardi 19 avril 2016

    Chez EDF, Jean-Bernard Levy se felicite de son augmentation de 4 milliards d’euros.
    http://www.lefigaro.fr/societes/201...