Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

Le fascisme de l’UEJF, France Inter sodomie, Fillon-Renaud et les fachos

 

Attention, chronique politico-scientifique. Le cours magistral du jour s’intitule « Sciences Po ou l’effet de levier sioniste ». Pour une fois, sans Perrineau ou Duhamel.
Les sionistes ne pèsent pas 0,3% de la population – soit le score de Jean-François Copé à la primaire de droite, le seul chiffre à peu près fiable du dimanche 20 novembre – mais ils tiennent la barre. Comment est-ce Dieu possible ?

 

C’est simple, il suffit d’appliquer le principe de démultiplication des forces selon lequel le travail est égal à la force multipliée par la distance (W = F x d). En ajoutant des poulies intermédiaires, on s’éloigne du poids à porter, et plus on est loin, plus on peut soulever. Car chaque poulie encaisse une part de la force au passage.

 

 

Ainsi, l’UEJF, l’union des étudiants juifs de France, qui ne sont pas 150, dont trois douzaines d’actifs à peine, peut entraîner dans sa roue les plus nombreux militants LRPS et de la sorte faire obstacle à la venue de Florian Philippot à Sciences Po. Il faut être un peu con pour voir une menace mortelle sur cette école, les études ou la jeunesse dans le Philippot, et laisser entrer des escrocs qui font des conférences douteuses d’un point de vue politique ou géopolitique. Qu’on se rappelle seulement la « nuit Hillary » dans les locaux de l’école de la rue Saint-Guillaume, avec tout un tas d’abrutis qui pleurnichait devant le sursaut des beaufs américains… Mais soit.

 

La division des forces (nationales) par les longueurs

On résume : celui qui organise intelligemment le jeu des cordes et poulies, ne va plus devoir imprimer qu’une petite traction au départ, pour se retrouver détenteur d’une puissante levée à l’arrivée. C’est le principe du cric, la bimbo sans forces qui soulève une bagnole pour changer sa roue.

 

JPEG - 46.8 ko
Un jeu de jambes peut changer une roue sans s’écailler le vernis

 

La seule différence dans le schéma démultiplicateur, c’est qu’on va devoir pousser – ou tirer – plus longtemps pour soulever plus de poids. Ce sont donc les poulies qui portent la majorité du poids, inconsciemment. On appelle ça une manipulation intelligente, au sens littéral du terme.

Une métaphore physique bien pratique : l’UEJF arrive à entraîner des étudiants qui n’auraient sans cela aucun intérêt à boycotter Philippot, puisqu’il s’agit d’un boycott communautaire. Autre exemple, l’UEJF « réclame » un code de bonne conduite plus strict sur les réseaux sociaux, c’est-à-dire un durcissement de la censure, majoritairement sioniste. Pourquoi se gêner, une fois que les poulies sont en place ?

Vous aurez remarqué que le boycott des produits israéliens est interdit en France, tandis que le boycott des produits 100% français est autorisé, lui ! La « justice » fait donc partie de ces poulies démultiplicatrices de pouvoir.

Autre poulie, la radio France Inter, qui nous chie des « humoristes » en rafale, en vérité des propagandistes mal déguisés. Ils doivent avoir chaud au cul, là-haut, pour envoyer au front (c’est le cas de le dire) ces petits soldats mal entraînés, mal équipés (conceptuellement), et qui se font dézinguer à peine arrivés sur le champ de bataille. Avant, sur la radio d’État, il y avait des humoristes de gauche, certes, mais avec un certain talent. Là, depuis que la paire Valls-Hees a viré tout ce qui pourrait mal-penser, il ne reste plus que des « jaunes », qui trahissent le peuple au profit de l’oligarchie. Envoyés contre la fachosphère, ils ne font pas un pli. Leur durée de vie n’excède pas quelques chroniques.

 

 

Ce mercredi, c’était au tour de la pauvre Alison Wheeler de tenter de dézinguer les méchants nazis qui ne veulent pas d’affiche porno gay sur les murs de la ville. On y retrouve tout le manichéisme de cette fausse gauche qui n’a plus que le culturel pour faire la différence, le politique ayant depuis longtemps été abandonné à l’ennemi (le pouvoir profond).

On le répète ici, sérieusement : l’homosexualité n’est pas un choix, mais doit rester du domaine de l’intime. Si elle franchit les limites de l’intime pour entrer dans le domaine du politique, alors ses prosélytes doivent accepter la dure loi de la politique, qui implique une critique à outrance. Et visiblement, les gay-friendly ne sont pas encore prêts à se faire critiquer. Se planquer derrière l’« homophobie » pour les partisans de la sodomie revient à utiliser le bouclier de la « Shoah » pour les sionistes. C’est un plan anti-critique, mais qui permet d’attaquer à dessein l’adversaire en toute sécurité. Une Shoah qui figure justement dans les statuts de l’UEJF, un sacré rapport avec les études en 2016, n’est-ce pas.

 

JPEG - 31.2 ko
Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF, exhibe sa carte de justicier intouchable

 

On a été chercher les stats officielles des effectifs de l’UEJF, mais il n’y a rien. Il s’agit vraisemblablement d’une coquille vide. Vide de militants, mais pas vide de pouvoir. Cette structure sert juste à exercer un pouvoir de propagande et de répression dans le monde estudiantin.

Forte de plus de 30 sections locales, la structure UEJF est à la fois dense et dynamique : dense par sa proximité des étudiants et dynamique par sa capacité à mener des actions d’envergure nationale.

C’est bien ce qu’on disait : personne à l’intérieur, mais un énorme effet démultiplicateur. Qui est tout sauf démocratique, bien entendu. On peut même dire que la démultiplication est un signe oligarchique : le petit nombre qui actionne le grand nombre.

Dans le genre poulie inconsciente (c’est l’avantage des poulies éloignées de celui qui tire la corde, ou les ficelles) du sionisme en France – l’expression « sionisme français » n’ayant aucun sens –, il y a la bande à Yann Barthès. L’envoyé-e spécial-e de Quotidien se prend des coups de drapeau français par un militant de droite lors du meeting de Fillon à Lyon. Tout un symbole. Ou juste un symbole ?

 

(Si vous ne pouvez voir la vidéo, cliquez ici)

 

Comme début de révolte, c’est léger (d’autres auraient coursé l’impudent et lui auraient fait manger son micro, voire pire), mais on sent un début de réaction à l’encontre des relais plus ou moins conscients du pouvoir profond. Le plus drôle, c’est que ça passe par une candidature Fillon ! Le Système est incroyablement adaptatif. Fillon qui représente l’espoir des derniers Français, ça équivaut à Jack Lang en tête des sondages à gauche. N’y voyez aucune malice, seul le côté imprévisible de la chose nous importe. Cela ne nous interdit pas de décortiquer les deux millions de voix de Fillon, et y trouver quelques surprises.

 

Fillon-Renaud, même combat (antisioniste) ?

Selon Barbier, l’homme à l’écharpe rouge (le seul truc de rouge chez lui), c’est la France des petits patrons en mal de liberté économique plus la France rurale et catholique qui a voté François. La fachosphère (Riposte laïque a pris Juppé en grippe) aurait voté plus contre Sarkozy et « Ali » Juppé que pour Fillon. La réconciliation Juppé n’a pas pris. L’imam Tariq Oubrou a servi malgré lui d’« islamisateur » à Alain Juppé. Le pire, c’est que les soutiens de Sarkozy ont appuyé cette tendance, pensant affaiblir Juppé et prendre la tête du premier tour. Mais c’était sans compter sur l’effet majeur anti-Sarkozy qui a balayé dans toute la France toute la droite, de sa gauche (NKM) à sa droite (Poisson). Juppé a donc été la victime de toutes les forces noires du premier tour. Sans cela, il était probablement dans les 40%. Les 600 000 électeurs de gauche, qui ont voté Juppé par proximité idéologique ou Sarkozy comme finaliste rêvé pour Hollande, n’ont donc pas vraiment changé la donne.
Et aujourd’hui, par un sacré retour de balancier, c’est le FN, grignoté sur ses marges par la politique familiale de Fillon, qui espère récupérer les orphelins du sarkozysme !

Quoi qu’il en soit, Fillon, malgré ses sorties pro-famille et anti-lobby, n’est pas un facho. La preuve, Renaud, issu d’une longue lignée de... gauche, lui déclare sa flamme (pas bleu blanc rouge). L’auteur de Miss Maggie, la célèbre chanson sur le thatchérisme, s’il arrête de picoler, peut prétendre au poste de futur ministre de la Culture de François du Mans.

 

Voir aussi :

1er décembre
Un jour en France : jeudi 1er décembre 2016
Stoléru contre Le Pen (1989), Stromae & Goldman académiciens, Rabbi Jacob 2 avec Jul
8
30 novembre
Un jour en France : mercredi 30 novembre 2016
Le choix des sans-dents, un service militaire socialiste, les livres pour enfants
6
29 novembre
Un jour en France : mardi 29 novembre 2016
Cheminots fichés, école française nullissime, le cancer ou le chômage
18
28 novembre
Un jour en France : lundi 28 novembre 2016
Mélenchon, Rachline : tous contre Fillon ! Et Caroline Fourest contre Valérie Boyer
10
25 novembre
Un jour en France : vendredi 25 novembre 2016
Fillon violente Martichoux, Taubira-Hidalgo-Aubry l’union des gauches
21
24 novembre
Un jour en France : jeudi 24 novembre 2016
Policiers emprisonnés, pompiers à l’eau, et la prime aux migrants
11
22 novembre
Un jour en France : mardi 22 novembre 2016
Restos du Cœur (français), François Ruffin président, la Criirad en rade
14
21 novembre
Un jour en France : lundi 21 novembre 2016
Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal
15
18 novembre
Un jour en France : vendredi 18 novembre 2016
De Thomas Pesquet à Claudie Haigneré, en passant par Mezrahi-Nabilla
35
17 novembre
Un jour en France : jeudi 17 novembre 2016
Cannabis trafic d’États, pizzas volantes, Minc et Juppé contre BHL
8
16 novembre
Un jour en France : mercredi 16 novembre 2016
Franck Dubosc au chômage, la flexisécurité (sociale ?), jobs du cinéma
11
15 novembre
Un jour en France : mardi 15 novembre 2016
Cash libyen pour Sarkozy et Guéant, Montebourg et Poisson outsiders, le sucre
16
14 novembre
Un jour en France : lundi 14 novembre 2016
Statistiques ethniques, sondages piégés, Mélenchon Le Pen en 2017
19
11 novembre
Un jour en France : vendredi 11 novembre 2016
Réfugiés de France, Griezmann et/ou Benzema, le Pr Rollin lucide
9
10 novembre
Un jour en France : jeudi 10 novembre 2016
Sarkozy sous Trump, l’inversion Belkacem, Thomas bimbo Hollande
5
9 novembre
Un jour en France : mercredi 9 novembre 2016
À notre tour de marquer l’Histoire
17
8 novembre
Un jour en France : mardi 8 novembre 2016
Yannick Jadot agent US, Tous pour Hillary, le Refuge pour Fred Lopez
11
7 novembre
Un jour en France : lundi 7 novembre 2016
Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires
9
4 novembre
Un jour en France : vendredi 4 novembre 2016
Migrants en poussières, langue française menacée, Aude Renaudot Lancelin
13
3 novembre
Un jour en France : jeudi 3 novembre 2016
Spécial prix "littéraires" avec Yasmina Reza, Leïla Slimani et Steve Sandberg
9
2 novembre
Un jour en France : mercredi 2 novembre 2016
Harcèlement de Belkacem, Morts contre la France, CETA pour les nuls
12
1er novembre
Un jour en France : mardi 1er novembre 2016
Handicapée à la rue, hommes des bois de Vincennes, Sylvain Tesson en Sibérie
18
31 octobre
Un jour en France : lundi 31 octobre 2016
Mel Gibson aux Français, i>Télé en grève inaperçue, Askolovitch contre Ken Loach
18
28 octobre
Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016
Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants
8
27 octobre
Un jour en France : jeudi 27 octobre 2016
E&R 1er site politique, suivi du "retour" de Binti, Ulcan et Coco Tkt !
18

Sionisme, pornocratie et trahison nationale sur Kontre Kulture

 
 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1608029
    Le 23 novembre à 21:22 par réGénération
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    Fillon tout le monde s’en fout c’est dingue... y’a que les médias qui se montent le bourrichon, il a une tête de médecin de famille, MOI JE NE LE VOIS PAS PRÉSIDENT ! Que çà soit dit.

     

    Répondre à ce message

    • #1608061
      Le 23 novembre à 21:59 par JL29
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      il a une tête de médecin de famille
      C’est exactement ça !

       
    • #1608079
      Le 23 novembre à 22:21 par Oscar
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      Pour être honnête il faut dire que Renaud à dit qu’il soutiendrait Fillon, bien avant les résultats de dimanche dernier

       
    • #1608083
      Le 23 novembre à 22:26 par taratata
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      Parce que Sarkozy et Hollande avaient des têtes de vainqueurs ???

       
    • #1608085
      Le 23 novembre à 22:27 par Oscar
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      Ça va pourtant être le cas

       
    • #1608112
      Le 23 novembre à 23:07 par Verner
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      La famille France est malade !!! Terriblement !...et en passe de crever, non ?...Alors probablement est-il bienvenu ce ’’médecin de famille’’ ?...

      Merci pour ce grand moment de rire que vous m’avez donné ! .. De plus vous avez raison, il a vraiment le profil...

      Politique gaullienne à l’extérieur : indispensable !
      Pour ce qui est de l’intérieur : débarrassés de toutes ingérences venant de l’extérieur, nous sommes assez grands (j’ose encore l’espérer !) pour laver notre linge ’’ en famille’’ (donc !) si la nécessité se fait sentir...enfin je pense...

       
    • #1608142
      Le 24 novembre à 00:17 par laurent31
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      C’est pas sympa, pour les médecins de famille, mais bon c’est une question d’appréciation.Et quitte à faire de l’humour noir, pour ma part je le nomme "le croque mort de la sarthe", où "oncle fétide". Mais en premier lieu ce type me fait penser à un corbeau, même si ce n’est pas sympa pour les corbeaux.

       
  • #1608035
    Le 23 novembre à 21:29 par Syzygy
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    Alexander (diminutif Sacha) Reingewitz le SS de service ou politruc, selon le régime autoritaire de référence. Petit con, va ! La fachosphère n’est pas celle que l’on croit. Depuis la victoire de Trump, les terroristes intellectuels devraient la mettre en veilleuse voire disparaître du PAF... c’est vital pour eux ! On ne sait jamais, personne n’est à l’abri d’un dérapage civil ...

     

    Répondre à ce message

  • #1608051
    Le 23 novembre à 21:49 par Hadrien
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    "L’imam Tariq Oubrou a servi malgré lui d’« islamisateur » à Alain Juppé."
    Le slogan/logo de Juppé : AJ ! - lu en arabe, ça fait Allah. Un message subliminal ?

     

    Répondre à ce message

  • #1608052
    Le 23 novembre à 21:50 par super repentant
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    Le "théorème de la poulie" pour expliquer l’influence sioniste, fallait y penser...
    Sinon, les réseaux juppéistes se ridiculisent pour faire passer Fillon pour semi-nazi (et oui, le point Godwin, c’est éculé, mais on ne sait jamais...) ; on sent la panique à bord.

     

    Répondre à ce message

    • #1608171
      Le 24 novembre à 01:49 par Francois Desvignes
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      La panique n’est pas dans la révolte Fillon qui n’en est pas une
      Ni, sur sa droite, dans la révolte FN qui n’en est pas une

      La panique du système c’est qu’ils s’aperçoivent (lentement) , avec Fillon et le FN, agents actifs et siamois du système, que le pays réel est à la droite de la droite du FN

      Et en définitive, totalement en dehors de l’hémicycle républicain

      Et que pour le dire de manière encore plus brutale : partout où le sioniste sévit, le régime est discrédité

      De Hollywood au Danube

      la segmentation propagandiste du système c’est le non sens droite/gauche
      la segmentation du FN c’est souverainiste/mondialiste
      mais la segmentation vraie et donc taboue, c’est talmudistes/chrétiens

      Depuis 2000 ans.

      Et c’est pas les Talmudistes qui vont gagner....

       
  • #1608054
    Le 23 novembre à 21:56 par JL29
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    Sur E&R, vous êtes vraiment fâchés avec les maths et la physique.A en croire votre métaphore de la démultiplication des forces (qui est pertinente) appliquée au domaine politique, illustrée par le schéma du haut de page, 1 poulie seule ne divise pas l’effort (schéma de gauche), 2 poulies divisent l’effort par 2 (schéma du milieu), jusque-là tout va bien, mais comment 3 poulies (si l’on en croit le texte au-dessus du schéma de droite, qui lui est correct) pourraient diviser l’effort par 4 ?
    Par contre, la fille qui change la roue, sympa, oui vraiment..très sympa !

     

    Répondre à ce message

  • #1608074
    Le 23 novembre à 22:17 par réverbère
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    Fillon aurait été élu au premier tour de la primaire et fait plus de 50% si 600 000 électeurs de gauche n’étaient pas venus voter Juppé pour faire élire le pire candidat de droite face à la gauche ! C’est ce que soutient brillamment Richard Abitbol sur Europe-Israël . Il va même plus loin : si 2 millions d’électeurs de gauche votent pour Juppé dimanche prochain il peut l’emporter ! Quel bordel les "primaires" ! Ca donne l’envie d’aller voter à la primaire de gauche pour le pire de leurs candidat - histoire d’y foutre la merde ! Berger et bergère...

     

    Répondre à ce message

    • #1608106
      Le 23 novembre à 22:59 par lapis lazuli
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      juppé n’a pas tant eu de voix de gauche que ça, je pense que les voix de gauche se sont portées sur fillon, pour battre sarkozy, pourquoi aurait ils votés juppé qui était en tête, ce qui explique que fillon soit passé de 10/15% a plus de 40%, si je ne me trompe pas juppé va l’emporter haut la main dimanche, enfin c’est mon avis.

       
    • #1608153
      Le 24 novembre à 00:42 par Sobieski
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      @Lapis Lazuli

      Lol non, je crois que ton intuition politique est vraiment merdique...

      Bien sûr que la gauche a voté Juppé, c’est le seul candidat avec NKM a être compatible avec eux, d’après les exit polls les électeurs de Fillon c’est les droitards classiques et les fronteux .

      La soit disant remonté de Fillon s’explique par le fait que les sondages sont bidons et peut-être par un effondrement de Sarko pour cause de vote utile anti Juppé .

      Pour connaître des umpistes je peux t’assurer que je n’ai jamais entendu l’un d’entre eux me dire quoi que ce soit de positif sur Ali Juppé comme ils l’appellent.

       
    • #1608248
      Le 24 novembre à 09:51 par Riton
      Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

      Selon les medias 18% des électeurs de dimanche dernier étaient de gauche . Ils sont allés voter pour faire perdre le candidat de droite au deuxième tour . Ca donne des idées pour aller voter à la primaire de gauche pour faire perdre son candidat, toujours au deuxième tour . Mais quel boxon !

       
  • #1608122
    Le 23 novembre à 23:23 par Mojo Risin
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    La vie est dure ; on est bon écrivain, admirateur de Marcel Bucart (parti franciste, fasciste à la française), journaliste à Radio-Paris... bref, la belle vie. Et puis un jour, on a un fils... Renaud né pour vous mépriser, vous cracher dessus et prendre parti pour tout ce qui peut dissoudre la France.

     

    Répondre à ce message

  • #1608237
    Le 24 novembre à 09:31 par alfred
    Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016

    En ajoutant des poulies intermédiaires, on s’éloigne du poids à porter, et plus on est loin, plus on peut soulever.



    Non, car sinon on utiliserait simplement une corde plus longue :)

    Le travail qu’on doit fournir (qui correspond bien à la notion intuitive de travail) est égal à la force (qui dépend du poids à soulever) multiplié par la distance sur laquelle cette force s’applique. L’idée est donc bien d’augmenter la distance, mais pas entre soi et l’objet, mais celle qu’on parcourt pendant qu’on applique la force (ie pendant qu’on sue).

    Un palan à deux poulies permet alors de tirer 2 fois plus de corde que la distance parcourue par le poids (1m de corde tirée de notre côté correspondent à 50 cm sur chacune des deux portions de corde entre les deux poulies) : on fait toujours le même travail mais la force est deux fois moins importante (la contrepartie étant qu’il faut tirer plus longtemps puisqu’il faut tirer deux fois plus de corde).

    Avec plus de poulies le principe est le même.

    D’accord ce n’est pas du tout le centre de l’article, mais pourquoi se priver d’enrichir sa culture scientifique au détour d’un article politique au demeurant très intéressant ?

     

    Répondre à ce message