Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

2017, le coup d’État

De Hollande à Jouyet, en passant par Cohn-Bendit et Pisani-Ferry

Une fois de plus, cet article est long. Prenez le temps de le lire tranquillement, mais lisez-le. Il révèle comment certains acteurs ont préparé minutieusement ce qu’il faut bien appeler un coup d’État. Il s’agit pour eux de pérenniser, coûte que coûte, la politique engagée par François Hollande. Alors qu’ils se persuadent de servir les desseins heureux de la France, ces putschistes sont en passe de réussir leur ultime objectif, celui de faire perdre à notre pays son libre arbitre, en soumettant son peuple et en violant la démocratie.

[...]

 

Autopsie d’un coup d’État

 

D’un point de vue historique – y compris dans l’époque contemporaine – le coup d’État a été l’un des moyens les plus fréquemment utilisés pour accéder au pouvoir. D’ailleurs selon les spécialistes plus de la moitié des gouvernements du monde le seraient devenus grâce à ce procédé.

On peut décrire de manière assez précise les techniques opératoires, violentes ou non, de la prise de pouvoir. Ainsi, on observe qu’il s’agit d’abord, pour les auteurs, de s’emparer des structures de l’État, de s’assurer de la maitrise de l’opinion publique, de veiller à une synergie avec le contexte international avant de légitimer le processus, soit par la force, soit par des élections.

Nous allons dans cette publication analyser tous ces points, un par un, en cherchant, à chaque fois, à valider l’hypothèse avant de conclure sur la dangerosité de l’avènement de ce pouvoir en France.

 

1. S’emparer de l’appareil d’État

La technique de base du coup d’État consiste à s’emparer des organes centraux de l’administration et en l’occurrence, des institutions de la République. Les auteurs, nous disent les spécialistes, appartiennent le plus souvent eux-mêmes, aux structures étatiques. Nous y sommes.

Qui sont les commanditaires ?

Il ne fait plus de doute maintenant que c’est François Hollande et son homme de confiance, Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Élysée, qui sont à l’origine du projet qu’il faut bien définir comme un véritable coup d’État.

Hollande et Jouyet sont amis depuis 35 ans, des bancs de l’ENA jusqu’à l’Élysée. Les deux hommes se rencontrent à 23 ans. Ils viennent de réussir le concours de l’École Nationale d’Administration et doivent effectuer leur service militaire ensemble, à Coëtquidan, où ils partagent leur chambre avec Michel Sapin. Les trois jeunes hommes se lient d’une forte amitié qu’ils entretiennent sur les bancs de l’ENA (la promotion Voltaire). Hollande déborde d’initiatives, et souvent, Jouyet accepte de le seconder dans ses projets. À la sortie de l’ENA, lors des affectations, François Hollande, classé 8e, laisse le dernier poste accessible à l’Inspection générale des Finances à Jean-Pierre Jouyet.

Leur amitié n’a jamais été mise à mal. Quand en 2014, Jouyet prend les fonctions de secrétaire général de l’Élysée, il déclare : « C’est l’aboutissement de ma vie publique et d’une vie avec lui ». Et de préciser : « Pendant les réunions, je suis secrétaire général, après je redeviens le copain, on sépare ce qui est public et privé de façon plus simple que ce que je croyais. » Il promettait alors pour conclure : « Je suis là pour le servir, pas pour le gêner. Je l’ai gêné une fois, cela n’arrivera plus ».

La gêne dont parle Jouyet, c’est quand il a accepté d’entrer dans le gouvernement de François Fillon, au poste de secrétaire d’État chargé des Affaires européennes. François Hollande l’aurait très mal pris. « Mal pris » étant sans doute un peu fort…

Pour quel scénario ?

Hollande et Jouyet sont loin d’être des tendres, il faut que ce soit bien clair pour tous les lecteurs. Ce sont de fins observateurs – et acteurs – de la vie politique. Ils en connaissent les rouages, les stratégies, les us et coutumes, les trahisons et les fidélités.

Médias et journalistes sont les instruments de leurs stratégies politiques et ils ont fait l’objet de manipulations constantes qu’ils ont parfois du mal à déjouer, tant leur connivence est forte et parfois incestueuse avec le pouvoir. C’est un jeu que maitrisent parfaitement les deux amis.

Pour Hollande et Jouyet (et d’autres qui leurs sont proches) ce n’est pas l’économie qui est en crise, mais le système politique.

Chez nos concitoyens, la rancœur est à son comble. « Cela fait plus de 40 ans que le libéralisme est au pouvoir, plus de 40 ans qu’on leurs demande de se serrer la ceinture, ceux là promettant des jours enchanteurs sans jamais qu’ils arrivent. 1000 milliards de déficit public en 10 ans (Sarkozy/ Hollande cumulé) disent-il, 10 millions de chômeurs et précaires, des pauvres de plus en plus pauvres, des riches de plus en plus riches ». Ils sont au bord de l’explosion et ne trouvent leur salut que dans des discours qui consistent à tirer un grand trait sur le passé. Force est de constater que nous sommes arrivés, aujourd’hui, à un point de rupture.

Les deux amis en sont , évidemment, conscients et pour eux, l’heure est grave. Il apparait, dès lors, trop dangereux de ne pas intervenir sous peine de laisser les « populismes renverser la table ». Il faut agir vite, trouver l’antidote et résoudre la crise.

Ils font, assez tôt, le constat qui s’impose : il faut à tout prix poursuivre la politique économique engagée depuis plus de 5 ans et continuer l’intégration du pays dans l’Europe et dans l’économie mondiale. Mais ni François Hollande, ni Manuel Valls ne sont en capacité de le faire. Ils sont, l’un et l’autre, rejetés par l’opinion publique. Pour eux, ils agissent dans l’intérêt du pays et c’est dans l’intérêt du pays qu’ils doivent s’effacer pour pérenniser « l’œuvre » qu’ils ont entreprise.

La solution, c’est Jouyet qui l’a dans sa manche depuis un certain temps : c’est Emmanuel Macron ! Hollande n’est pas chaud. Il doute de la fiabilité du jeune banquier.

Jeune et avenant, une tête bien faite, cursus parfait, bien conditionné sous la férule de Jouyet et d’Attali, faisant consensus chez les patrons des multinationales et de la finance mondiale, adoubé par les Américains, les Anglais et les Allemands, inculte politiquement et donc facilement contrôlable, un tantinet imbu de sa personne, il est le candidat idéal pour ce coup de force. Sa feuille de route est rédigée : appliquer une politique européenne libérale et atlantiste en matérialisant une alliance gauche/droite, poursuivre la politique économique engagée et l’inscrire durablement dans l’avenir du pays en créant un grand parti démocrate et « progressiste », à l’issue des élections. Gageons qu’il n’ a pas fallu longtemps pour convaincre Macron.

Ce fut un peu plus difficile pour Hollande. Mais après l’avoir rassuré, Jouyet met Macron sur les rails très vite afin d’éviter qu’il ne soit contraint de se présenter à la primaire de la gauche. Il lui conseille de créer un mouvement plutôt qu’un parti car « compte tenu de l’ambiance, c’est préférable »…

Et Valls ?

Tout comme Hollande, Valls est, pour l’instant, mort politiquement. Il le sait, les sondages ont parlé. Sa désignation comme candidat ferait perdre le camp libéral. Sa mission est alors de représenter le courant libéral à la primaire de la gauche. Pourquoi ? Simplement pour calmer les libéraux du parti et éviter qu’on fasse pression sur Macron pour qu’il participe à la compétition. Car si ce dernier se présentait à la primaire, il serait battu et anéantirait, du même coup, les chances de réussite du projet. Mais pas seulement. La présence de Valls va aussi permettre d’estimer la force du camp libéral du parti et donc celle de la solidité de la colonne vertébrale du futur « mouvement centriste », car sans eux, le nouveau parti ne serait qu’une coquille vide.

Hollande et son ami sont parfaitement informés de l’état d’esprit de la majorité des militants socialistes, et du désamour profond qu’il règne à l’égard de la politique gouvernementale. Ils sont quasiment certains du résultat de la primaire et de l’éviction de Valls. Mais, dans le doute, ils vont miser sur Hamon. Pourquoi ? Encore une fois, l’élection de Valls serait contreproductive. Hamon est celui qui cristallise l’aile gauche du PS et qui peut empêcher le « populisme » (cf. les objectifs de la NED) de gauche de progresser en le divisant. En langage clair : il s’agit de contenir Mélenchon dans son pré-carré.

Comme prévu, c’est ce qui va se passer.

Lire l’intégralité de l’article sur networkpointzero.wordpress.com

Macron le golem du Système, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1710151
    Le 25 avril à 06:56 par GERARD R.
    2017, le coup d’État

    Fort bien ! Qu’attend donc le FN pour faire savoir au plus grand nombre, qui sont les soutiens de Macron et dans quel milieu il évolue ? Ne serait-ce pas plus "payant" que de répéter toujours les mêmes litanies, sur la sortie de l’euro (qui divise les Français) sur le protectionnisme intelligent, etc...

    Comment peut-on exiger que le cheptel vote juste, si on ne l’informe pas ?

     

    Répondre à ce message

    • #1710221
      Le 25 avril à 09:09 par Fabien
      2017, le coup d’État

      Faire savoir quoi ?... que c’est un "coup d’état"....pour qu’en plus d’ être raciste et xénophobe, on traite le FN de parano....
      Voyez le sort qu’a été réservé à thierry messan après ses écrits sur le 11/09.
      Alors faire comprendre au populo qu’il a été berné, une fois de plus....

       
    • #1710265
      Le 25 avril à 09:56 par Domino
      2017, le coup d’État

      Tous les médias sont sous contrôle...

       
    • #1710350
      Le 25 avril à 12:22 par The Médiavengers
      2017, le coup d’État

      @ Domino

      C’est bien pour ça que le FN doit prendre conscience qu’il doit stopper toute relation incestueuse avec les médias car visiblement, les dénoncer chez eux n’a strictement servi à RIEN.
      Le FN doit les boycotter et basculer définitivement sur Internet et les réseaux sociaux.
      Effets immédiats :
      - Les médias seront privés de toute opposition.
      - Accélération de la fuite des téléspectateurs.
      - Contre-argument des critiques qui prétendent que le FN est une marionnette du Système.

      Comme le répète Soral, la dédiabolisation a vécu. J’y ai cru assez fortement pendant une période, mais il faut faire le constat qui s’impose. Elle a fonctionné dans les limites imposées par le Système.
      Si le FN n’ose pas aller de l’avant, innové et bousculé toutes les idées reçues à son sujet, elles lui colleront à la peau comme le sparadrap du Capitaine haddock.

       
  • #1710152
    Le 25 avril à 06:58 par louis
    2017, le coup d’État

    C’est un peu fort de parler de "coup d’Etat" alors qu’ils ne font que de la politique traditionnelle,selon les standards des 20 ou 30 dernières années .
    (Réseaux,médias, think tank)

    A moins que les élections ne soient truquées, mais il faudrait pouvoir le prouver, sinon si les gens votent Macron, c"est quand même là, c’est un fait.
    La majorité serait elle irrécupérable ? (pas dans le sens de la récupérer, mais de la sauver.)

     

    Répondre à ce message

    • #1710217
      Le 25 avril à 09:03 par Eloise
      2017, le coup d’État

      Le coup d’Etat c’est d’avoir elimine Fillon, fait monter Marine et gonfle frauduleusement Macron pour se retrouver en 2002.

       
    • #1710298
      Le 25 avril à 10:35 par goyband
      2017, le coup d’État

      Eloise, ca c’est spectre visible, mais le travail en amont invisible est beaucoup plus conséquent.

      - Hamon utilisé pour ajuster Mélenchon en fonction du risque Le Pen, en gros, plus Marine était haute plus Hamon se faisait dépouiller par Mélenchon afin de s’assurer que Macron termine bien premier avant le second tour.
      - Valls candidat de la primaire sans aucune chance de victoire, juste pour calmer l’aile droite du PS qui aurait exigée la présence de Macron pour les primaires, ce qui compromettait la suite.
      - Le bourrage d’urne pour Fillon, une fois Sarko éliminé, les dossiers étaient déjà prêts.
      - La différence de traitement médiatique (canard enchainé) et judiciaire (parquet) entre les affaires Fillon et celles du FN, il fallait s’assurer que Marine soit bien au second tour, mais avec un score un peu décevant.

      Donc à minima, Mélenchon, Hamon, Valls et Macron étaient dans le plan du couple Hollande/Jouyet, eux-mêmes déroulant l’ingénierie sociale et le marketing politique imaginés par des réseaux supra nationaux et transpartisans.

      Le premier qui a compris que c’était un coup d’état, c’est Fenech, mais il n’a pas été suivi dans sa volonté de changer de cheval.
      Sur ce dernier point, se pose la question de savoir si Fillon n’a pas été manipulé pour qu’il maintienne sa candidature et contre toute logique.
      Son appel à voter Macron et à se défausser pour les législatives, en un temps record, posent question.

      Dans cette hypothèse, Fillon sera donc certainement innocenté sur le Penelopegate, pour service rendu à l’oligarchie.

       
  • #1710157
    Le 25 avril à 07:19 par agence tous risques
    2017, le coup d’État

    Info de dernière minute = Macron , dés son élection , les 1ères mesures qu’il prendra consistera à 1/ s’attaquer à la détention d’Or des particuliers et 2/ vendre l’Or de la France , il va vider complètement notre réserve nationale de son Or ,faites circuler l’info , c’est très grave !!!

     

    Répondre à ce message

    • #1710319
      Le 25 avril à 11:15 par clmt
      2017, le coup d’État

      A mon avis, si Macron est élu, en 1 an les services publics auraient disparu, en 2 ans l’eau courante est privatisée, en 3 ans on a le gaz de schiste partout sur le territoire. En 4 ans la France n’existe plus.
      Le nouvel ordre mondial sera accompli avant 2022, donc c’est notre dernière chance, dans 2 semaines.

       
    • #1710462
      Le 25 avril à 14:41 par tyler
      2017, le coup d’État

      Vous débarquez un peu tard : vendre l’or de la France sarkozy s’en est déjà chargé...l’or des particulier, pour ceux qui en ont, ! ils ont tt fait pour qu’il n’y ait absolument aucun moyen de conserver de la valeur refuge pour les gueux, le seul truc qu’il nous reste est la terre, le foncier, mais ne revez pas, c’est dans les tuyaux, il sera bientot impossible d’acheter un bout de terrain pour cultiver ce qui nous nourri, et ce n’est pas d’or ou d’euro monnaie de singe dont il s’agit. Le recours au moyens de production comme stratégie de subsistance sera bientot inaccessible pour la plupart d’entre nous, car a l’encontre du parasitisme oligarchique (cela ne fait pas vivre le gros hollande qui bouffe et qui baise grace a nous les sans dents). Tous en centre ville sous des neons, , a bosser comme des esclaves pour la machine ! Telle est la volonté du capital sataniste.

       
  • #1710177
    Le 25 avril à 07:52 par Mandark
    2017, le coup d’État

    Un coup d’état avec la complicité du peuple pour une fois !

     

    Répondre à ce message

    • #1710208
      Le 25 avril à 08:46 par goyband
      2017, le coup d’État

      Toujours, enfin depuis que la démocratie lui rabâche que le vote est à la fois un devoir et une chance.
      Et dire que certains veulent le rendre obligatoire, alors que les dés sont pipés dès le départ.
      La course aux 500 parrainages n’est donc qu’une farce médiatique, un écran de fumée.

      Le peuple vote pour un coup d’état, comme d’habitude, en son âme et conscience.

       
    • #1710282
      Le 25 avril à 10:14 par Rémi
      2017, le coup d’État

      Ca veut dire qu’il reste un gros travail d’éducation politique à faire, amener les gens à plus de conscience politique, à saisir plus distinctement les enjeux...et les convaincre d’abandonner en grande partie l’émotionnel, le marketing, impulsivité.

      Macron c’est le candidat d’un petit nombre, il ne devrait jamais arriver à 25%... les gens votent pour une offre politique qui va totalement contre leurs intérêts, c’est alarmant.

      Après il ne faut pas jeter la pierre, verser dans l’élitisme ou l’anti-peuple... c’est un problème d’information, d’éducation.
      D’ailleurs quand on voit que même Macron ose se réclamer "anti-système", ça donne une idée du chemin encore à parcourir.... mais on a déjà bien avancé, mine de rien.

       
    • #1710321
      Le 25 avril à 11:20 par goyband
      2017, le coup d’État

      Rémi, abandonner l’émotionnel, le marketing et l’impulsivité, mais au profit de quoi ?

      Lorsque Sarko a accéléré le processus d’accession à la propriété, lorsque le peuple s’est endetté auprès des banques, lorsque les quadras actuels et cadres ont commencé à gagner de l’argent et à le placer, lorsque les retraités aisés et encore marqués par le seconde guerre mondiale, veulent rester dans l’union Européenne, crois-tu que tout ce beau monde vote pour Macron sans raison ?

      Non bien sûr.

      Ceux qui votent émotionnellement, ce sont tous les autres qui n’ont objectivement, aucune raison rationnelle de voter Macron.
      Et dans ce groupe, toutes celles et ceux qui vont suivre et comme des veaux, les consignes de Pierre Laurent, de Fillon, de Hollande, de Hamon, de Valls, de Juppé, bref de tous les traitres à la nation afin de faire barrage au prétendu néo nazisme, surtout pour garder le pouvoir.

      L’éveil est possible, oui, lorsque des intérêts de survie et matériels ne sont pas en jeu, sinon, cette tentative sera inexorablement vouée à l’échec et l’oligarchie se régalera de traiter les complotistes de xénophobes ou de racistes, afin de garder le contrôle des masses votantes.

       
    • #1710537
      Le 25 avril à 16:23 par pleinouest35
      2017, le coup d’État

      Un peuple ? Non ! Un troupeau de moutons et d’ânes !

       
  • #1710182
    Le 25 avril à 07:54 par paskl
    2017, le coup d’État

    "Il ne fait plus de doute maintenant que c’est François Hollande et son homme de confiance, Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Élysée, qui sont à l’origine du projet qu’il faut bien définir comme un véritable coup d’État."
    Là le bas blesse ; car il n’y a chez Hollande aucune vision à long terme et aucune possibilité même de fomenter un plan de cet ordre. Il y a un homme utilisé par les circonstance et ceux qui le tiennent et qui est complètement dépassé par les évènements.
    Le reste se fait par suivisme et peur d’aller vers l’inconnu d’où le résultat de ces élections-là encore une fois ;Une petite lâcheté plus une petite lâcheté, plus une peur, plus un manque d’ouverture à l’autre et hop !

     

    Répondre à ce message

    • #1710236
      Le 25 avril à 09:26 par Fabien
      2017, le coup d’État

      C’est bien l’inverse qui est vrai...
      Tous le monde le prends pour un flamby depuis 2012 mais Hollande est un fin tacticien, un rusé, un surnois, un cynique...ENArque, bien entouré de personnes dans son genre avec une experience longue...tres longue.Avec des connexions dans les affaires, les médias, la justice.
      Cela verifie l’expression " on ne se méfie jamais assez des cons"...
      Sa vision à long terme...il l’appliquera avec macron comme il l’a fait depuis 30 ans.Le libéralisme libertaire...
      La preuve, c’est en marche !

       
    • #1710261
      Le 25 avril à 09:47 par paskl
      2017, le coup d’État

      "Le bât blesse" plus exactement.

       
    • #1710452
      Le 25 avril à 14:26 par Pouet
      2017, le coup d’État

      Il voulait être précis : le bas du bât...

       
  • #1710239
    Le 25 avril à 09:29 par Condorcet
    2017, le coup d’État

    En 1964 Mitterrand publie "Le coup d’Etat permanent" : il n’a été rendu possible que parce que la Proportionnelle a été supprimée en 1958 . 47 millions de veaux français ne comprennent absolument pas que les législatives sont complètement truquées par le scrutin majoritaire à deux tours .

     

    Répondre à ce message

  • #1710269
    Le 25 avril à 09:59 par tempete
    2017, le coup d’État

    Il n’y a aucun coup d’état puisque l’état auquel on fait référence n’existe pas.
    L’article met en lumière une chose fondamentale que beaucoup devraient comprendre :
    - Le FN n’est pas un problème pour l’ oligarchie, c’est la solution :
    En maintenant systématiquement un FN entre 15 et 30% via le jeu des petits candidats utiles, le systeme s’offre l’assurance de gagner à 100% au deuxième tour, c’est LA CONDITION pour l’emporter car le scrutin est configuré par eux, avec eux et pour eux.
    - Il faut absolument que le FN change de noms, de représentants et d’approche politique car ce sont les armes utilisées par ses adversaires pour apparaître comme neufs et tendance...
    - Macron prouve que les Français n’ont jamais lu un programme politique ou autre : ils s’en foutent, ils veulent du tweet, du Buzz et du vide ! regardez Asselineau, trop logique, trop vérifiable de part son programme, pourtant un enfant comprend la nécessité de sortir de l’UE si on lui explique.
    - Une campagne ce n’est pas une présentation de l’avenir en critiquant le passé, c’est de la drague sur l’instant présent, comme un show TV.
    - Plus le FN est haut, plus l’oligarchie gagne (limite de 51%), plus il est bas plus l’oligarchie gagne, c’est une loi naturelle.

     

    Répondre à ce message

    • #1710364
      Le 25 avril à 12:37 par goyband
      2017, le coup d’État

      Tempete, non je ne crois pas en l’équivalence stricte de la gagne systémique lorsque le FN est haut ou bas.

      Lorsqu’il est haut et on le voit très bien avec cette élection 2017, le système est obligé de se couper un bras, cette fois-ci le droit, sauf si on pense que les LR sont dans le coup dès le départ, mais c’est un autre débat.
      Dans d’autres circonstances, enfin si un président de droite avait été à l’Elysée, ce serait le bras gauche qui aurait été sacrifié sur l’autel de la pérennité systémique au pouvoir.

      Donc le FN haut amène des contraintes, quoi qu’on puisse en penser, beaucoup plus que s’il avait été bas.

      Est un fait que le FN permet au bras gauche des manoeuvres que ne peut pas se permettre le bras droit, pour faire vite, Mitterand a très vite compris l’avantage qu’il pourrait tirer du FN pour affaiblir le bras droit, ce qui implique le caractère plutôt hémiplégique du système, ce qui est logique lorsqu’on se penche sur la couleur politique des réseaux maçonniques dominants en France.

      Donc étant donné la réalité de la montée des populismes consubstantielles à un durcissement de l’ultra libéralisme impactant toujours plus les sociétés, un pays comme la France verra mécaniquement son bras gauche se renforcer.
      D’où Macron succédant à Hollande, soit 10 ans de gauche consécutifs au pouvoir afin de maintenir les intérêts supra nationaux aux commandes, d’où l’atrophie actuelle du bras droit.

      Le coup d’état est donc permanent, les bras représentent les moyens d’y parvenir, mais le cerveau, lui, ne change jamais, c’est toujours le même.
      Nous votons donc toujours pour lui, que l’on choisisse son bras gauche ou pas.

       
    • #1710726
      Le 25 avril à 21:33 par Utoro
      2017, le coup d’État

      Non, posez-vous cette simple question, qui cela aurait été à la place du fn ? Un partis du systeme forcement. Votre raisonnement ne tient pas 2 secondes

       
  • #1710332
    Le 25 avril à 11:43 par Philo
    2017, le coup d’État

    LA SEULE SOLUTION POUR ARRÊTER LA DÉMOLITION DE LA FRANCE , C’EST QUE LES FRANÇAIS EXIGENT QUE LES RESPONSABLES POLITIQUES DE LA DETTE PUBLIQUE , GISCARD, CHIRAC, SARKOZY, ET HOLLANDE, ET TOUS LEURS COMPLICES MINISTRES PASSENT À LA CAISSE EN PARTANT. C’EST JUSTICE QUE LES FRANÇAIS ARRÊTENT D’ENTRETENIR À VIE CES COUPABLES QUI FONT PAYER LES FRANÇAIS POUR LEURS MAUVAISES MESURES VISANT À DÉTRUIRE LA NATION FRANÇAISE CAR IMPLIQUÉ DANS DEUX GUERRES MONDIALES ET AUTRES CONFLITS DE SON HISTOIRE. IL NE RETIENNENT QUE LA MAUVAISE PARTIE DE LA NATION, ET C’EST SCIEMMENT OÙ PAR LÂCHETÉ QUE TOUS LES COUPABLES CITÉS ONT RUINÉ LA FRANCE A L’INSU DES FRANÇAIS. MACRON VA ACHEVER LE TRAVAIL DE FOSSOYEUR. LES FRANÇAIS DOIVENT EXIGER QUE TOUS CES COUPABLES SOIENT SAISIS DE TOUT LEURS BIENS ET JETÉ À LA RUE .

     

    Répondre à ce message

    • #1711003
      Le 26 avril à 09:13 par alalanterne
      2017, le coup d’État

      Exactement.
      Avec leurs sous-fifres.
      Que la lâcheté ne paie pas éternellement.

       
  • #1710384
    Le 25 avril à 13:05 par baron william de l’herminé
    2017, le coup d’État

    Texte parfait sauf l’inversion anti migratoire au lieu de migratoire dans la conclusion, comme un clin d’oeil en forme de lapsus calami ....

     

    Répondre à ce message

  • #1711207
    Le 26 avril à 14:09 par Miville
    2017, le coup d’État

    Macron veut effectivement défaire la France mais pas de la manière que vous craigniez : il ne fera pas en particulier une attaque trop frontale contre le monde du travail qui aurait tôt fait de faire redescendre tous les travailleurs dans la rue (et d’unir francos et arabes) comme sa propre loi l’a fait le printemps dernier et cette fois-ci pour de bon devant le caractère frauduleux et antidémocratique évident de son gouvernement. Macron est plutôt de ce genre de politicien marron qui comme Tsipras trahit en premier lieu sa propre base populaire la plus acquise, par sadisme envers les endormis et les bien intentionnés, et ravit plutôt à l’adversaire ses thèmes de combat pour en faire une réinterprétation criminalisée : Macron va multiplier les attentats islamistes sur commande (un coup de cellulaire à l’ISIS et voilà, sans parler que les Rothschild se chargent en général eux-mêmes de cet aspect tactique, présents qu’ils sont partout là où les armes se transigent) et au bout d’une bonne douzaine d’entre eux il pourra prendre la tête d’une grande ratonnade comme jamais on n’en vit, allant jusqu’à accuser Le Pen et plus encore des gens comme Soral de mollesse coupable.

    Dans l’univers de la propagande on fera savoir que les patriotes français les plus radicaux et les islamistes les plus radicaux mettent en commun leurs énergies et font des coups communs sur la base du même antisémitisme, si bien qu’on pourra les mettre dans le même panier à salade. Vous riez mais la c’est exactement ainsi que procéda la troisième finissante du FP qui venait de trahir sa base ouvrière, en présentant les communistes et les plus ou moins nazis comme étant un seul et même ennemi. Alors attention Soral, il va falloir être plus fort mentalement que de Gaulle quand tu te feras faire comme un sale par tous les petits Zemmour et même les petits Conversano qu’on arrosera comme des champignons pour appeler à la guerre civile.

    Macron ce faisant pourra passer ses mesures anti-ouvrières en toute tranquillité, les combattants ayant le dos tourné, et surtout il pourra faire détester la France par tous les Arabes non seulement de France mais du monde entier, la faute de cette ratonnade étant mise sur le peuple et les petits Zemmour, pas sur Macron et Rothschild. C’est alors qu’à la plus grande joie d’Israel se faisant tout petit l’État Islamique conquerra l’adhésion de tous les pays arabes et entreprendra l’invasion militaire de la France, avec Macron pour chef de drôle de guerre.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents