Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Actes de cruauté dans un abattoir du Gard certifié bio

Ce sont de nouvelles images-chocs de maltraitance animale dans un abattoir. Et une fois de plus, elles suscitent indignation et répulsion. Quatre mois après le scandale de l’abattoir d’Alès, dont la vidéo montrant des actes de cruauté avait été visionnée 1,6 million de fois, l’association L214 dévoile, mardi 23 février, les coulisses d’un autre établissement situé dans le même département du Gard et certifié en bio.

 

Comme à chaque fois avec cette ONG de défense du bien-être animal, la communication est efficace et percutante : vidéos-chocs, filmées clandestinement, et pétition pour appeler à changer les comportements, ceux des producteurs comme des consommateurs.

 

Avertissement : les images contenues dans la vidéo peuvent choquer.

 

 

Cette fois, les images ont été tournées dans l’abattoir intercommunal du Vigan, une petite commune cévenole, entre juin 2015 et février 2016. On y voit des moutons violemment jetés contre l’un des enclos de l’abattoir ; des employés riant en électrocutant des cochons avec la pince d’électronarcose ou, plus tard, insistant jusqu’à les brûler ; des animaux mal étourdis, encore conscients lorsqu’ils sont suspendus puis saignés ; un porcelet qui se détache à plusieurs reprises de la chaîne d’abattage ; du matériel défaillant ou inadapté et inspecteurs-vétérinaires absents.

La mort d’animaux d’élevage n’est jamais douce, mais elle est encadrée par une réglementation ayant pour but d’éviter toute souffrance inutile. Les abattages conventionnels (non rituels) prévoient un étourdissement des bêtes (à l’aide de pinces électriques pour les moutons et les cochons, et de pistolet à tige perforante pour les bovins) afin de leur éviter d’être conscientes au moment de leur mort. En cas d’échec, un second étourdissement doit être administré, ce qui n’est pas le cas sur les vidéos.

 

Infractions aux règlementations

Cette pratique est encadrée par le règlement européen du 24 septembre 2009, qui stipule que « toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort et des opérations annexes ». Il en est de même pour le code rural, qui prévoit que « toutes les précautions doivent être prises en vue d’épargner aux animaux toute excitation, douleur ou souffrance évitables pendant les opérations de déchargement, d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage ou de mise à mort ». Des principes repris par le règlement européen du 28 juin 2007 encadrant les productions biologiques, dont le cahier des charges ne prévoit pas de spécificités pour l’abattage, si ce n’est du point de vue de la traçabilité.

Lire la suite de l’article sur ecologie.blog.lemonde.fr

Une mort plus « humaine » est-elle la solution ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

127 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quel est le but de tous ces messages ? Il ne faut PLUS manger la viande ? L’homme(chasseur) n’a-t-il pas toujours manger de la viande ? Doit-on devenir TOUS végétariens ? A qui profite tout ça ?

    Cordialement.

     

    • #1403978

      @ Andreas

      Le message est peut-être "regarder il n’y a pas que les boucheries hallal qui déconnent" un peu comme les rares jihadistes convertis que l’on nous montre en permanence aux infos pour relativiser, minimiser le rôle de l’immigration dans le terrorisme. Mais il n’y a pas que l’aspect médiatique, je crois que le bénéfice principal de l’opération est économique et doit plus se trouver du coté des industriels de barbak.


    • #1404002

      Bonjour Andreas,

      Chacun fera comme il l’entend néanmoins il faut prendre conscience de cette industrie que l’on subventionne avec nos euros est en tous points immorale et inhumaine.

      L’homme chasseur mangeait effectivement de la viande,mais il était loin d’en manger tous les jours,voir pas du tout parfois sans compter qu’il était beaucoup plus actif que nous le sommes maintenant.Il faut aussi noter que la viande de cette époque était "sauvage" donc pas gérée dans un abattoir à la chaîne avec des animaux gavés d’antibiotiques et autres nutriments plus que contre nature !

      En bref posez-vous juste la question de quoi a besoin votre organisme pour vivre en bonne santé...

      Bien à vous


    • Il n’est pas question d’être végétarien ou pas(même si la question peut se poser) mais surtout de faire preuve de décence et de bon sens..
      N’est il pas préférable d’épargner des souffrances aux animaux même si ils sont condamnés a une mort certaine ?


    • De toutes façons on va être contraints de manger de moins de viande... parceque 1Kg de viande demande beaucoup trop de ressources (comparé aux autres alternatives)
      http://www.planetoscope.com/elevage...


    • Et pourquoi pas ?

      Cela fait 20 ans que je suis végétarien par conviction éthique et je m’en porte très bien physiquement et moralement. Aucune carence car je suis vigilant sur mon alimentation. Le tout très simplement et à faible coût car je n’ai pas les moyens de fréquenter assidûment les épiceries spécialisées. Légumes et fruits du marché, œufs et légumes de ferme, lait de soja sans ogm, légumes secs, tartes et pizzas faites maison aux fromages divers, sans compter les desserts etc j’en passe beaucoup, impossible de tout résumer ici.

      Rien n’est parfait et on pourra toujours discuter sur l’origine des légumes, la nature du terrain et le destin des poules même de plein air qui ont pondu les œufs etc
      Certes mais être végétarien c’est déjà un grand pas, que ce soit au niveau personnel et moral qu’au niveau de la vraie écologie globale.
      (En prime je garde la ligne malgré les années qui passent ;) )

      Lorsqu’on paie pour manger un animal mort on paie aussi pour que quelqu’un le tue pour nous, pour qu’il fasse le sale boulot, et on voit dans quelle condition atroce.

      Chaque jour qui passe me conforte dans mon choix.

      Sans prosélytisme hystérique et en toute cordialité, je vous salue bien !

       

      • Pourquoi pas ? vous comprendrez dans quelques années, quand votre consommation de sucres aura fini de vous pourrir en douceur, mais il sera trop tard.... (à moins que vous ne mangiez que des avocats, des noix, du fromage et des legumes verts, auquel cas vous ne mangez pas de sucre et tout ira bien)

        L’argument éthique invoqué, à savoir le traitement des betes, est tout a fait recevable, mais si vous n’allez pas plus loin dans l`étude de la biologie humaine, celle qui ne passe pas à la télé, vous risquez de ne pas remarquer que c’est un argument de l’ennemi.


    • #1404028
      le 23/02/2016 par Elric De Melnibonée
      Actes de cruauté dans un abattoir du Gard certifié bio

      Donc parce que l’homme a toujours mangé de la viande, il faudrait obligatoirement continuer à en manger ?
      Ce n’est parce que nous avons eu besoin de manger de la viande pour survivre que nous devons forcément continuer d’en manger.
      L’homme n’est pas un carnivore mais un omnivore, ce qui ne veut pas dire que la viande ne lui est pas néfaste. Et puis il y a viande et viande. Ce que nous appelons viande de nos jours, c’est de la merde. Idem pour le lait. Le lait d’une vache qui ne mange que de l’herbe c’est bien autre chose que du lait de vache à qui on fait bouffer n’importe quoi.

       

      • >Donc parce que l’homme a toujours mangé de la viande, il faudrait obligatoirement continuer à en manger ?

        euh ben oui, ca prend longtemps pour faire évoluer un systeme digestif...

        >L’homme n’est pas un carnivore mais un omnivore, ce qui ne veut pas dire que la viande ne lui est pas néfaste.

        ce qui ne veut pas dire que les fruits ne lui sont pas nefastes... franchement le niveau... On a deux metabolismes parce qu’on a deux saisons, que mangaient nos ancetres l’hiver avant l’agriculture ? de la viande pardine ! L’été, metabolisme au glucose pour accumuler des graisses (insuline tout ca tout ca). L’hiver metabolisme au cétones, qui fait lentement fondre les graisses accumulées l’été pour survivre à l’hiver...

        Après si vous preferez le metabolisme d’accumulation, libre à vous, c’est un choix personnel, mais faudra pas se plaindre quand les limites de l’accumulation energetique se feront sentir (diabete type 2, obesite, cancer, etc...), et surtout faut pas venir nous vendre votre salade, elle est pas fraiche du tout.

        Par contre le choix éthique d’accord, mais il serait utile de comprendre la biologie avant de le proselytisme...


    • Le but de tous ces messages ? Vous rigolez ? À qui profite tout ça ? Bon déjà c’est certainement pas aux animaux. On est véritablement obligé de passer par cette maltraitance pour manger de la viande ? Moi je me demande plutôt comment ces gens rentre chez eux et arrivent encore à prendre leurs enfants dans leurs bras après une dure journée de travail... Il n’est vraiment pas question ici de manger de la viande ou pas.


    • Je savais que mon message allait avoir beaucoup de réponses. J’ai pris le temps de lire toutes vos réponses mais hélas permettez-moi de poser une question pour lancer un débat de même ordre. Pourquoi n’existe-t-il pas des ONGs subventionnès qui montrent combien de fois des armes à feu, des bombes, des drones, des avions des guerres tuent les enfants, les vieillards et les pauvres qui ne demandent rien que de vivre en paix ? N’est ce pas horrible que de tuer les animaux pour manger ?
      Je sais que les réponses vont encore pleuvoir et je suis curieux de lire vos commentaires.

      Cordialement.


    • #1404156

      La populace doit manger de la verdure pendant que les seigneurs mangent de la viande tout les jours comme au bon vieux temps. Et pas de braconnage, hein les gueux, car ça fait souffrir les bêtes !


    • Zarasoustra : Il est grand temps pour vous de comprendre que la verdure comme vous dites est la seule vraie nourriture, et que la viande n’est qu’un plaisir gustatif. et si vous reprenez l’histoire des gueux et des seigneurs, vous apprendrez que les viandais avaient plus de maladies que les autres et pour cause ! Quant à ceux qui comparent avec la souffrance humaine,
      ça n’est pas un concours de souffrance !


    • Ben, aux dernières nouvelles issues des "tendances", ils voudraient (les élites de mes fesses) nous faire manger des cafards grillés. Il faut avouer que ce sujet les sert. En plus, il faudra au moins 1000 ans avant que l’on ne découvre la détresse du cafard grillé vivant ! :D


  • #1403942

    Toute cette cruauté gratuite et parfaitement inutile est en train de retomber sur la gueule de " l’humanité " !!!

    On a pas besoin de viande , mais on a besoin de produits laitier ...

     

    • On a pas besoin de viande ni de produits laitiers pour être bien.


    • Totalement vrai ! Nous sommes des primates fructivores. Regardez les consommation de viande des français seulement 50ans en arrières. Et en plus les gens ne savent plus cuisiner du coup on jette la moitié de l’animal. Décidément l’américanisation consiste en une totale indifférence aux souffrances d’autrui.


    • Produits laitiers ! Même pas.
      Le calcium du lait peut venir d’ailleurs. Cherche et tu verras. En plus est de meilleures qualité que celui du lait.


    • #1404005

      Bonjour Pépé le Moko,

      Nous n’avons besoin ni de viande ni de lait de vache pour vivre en bonne santé...comme dirait un monsieur que je respecte énormément "Le lait de vache c’est bon...pour le veau !"

      Renseignez-vous sur le lait d’amande,le lait de chèvre...

      Bien à vous


    • L’homme est le seul mammifère au monde a consommer du lait après la maternité. De plus du lait de vache pour un veau qui devra faire plus de 200 kg n’est pas vraiment fait pour l’homme. Bref énormément de vidéo la dessus je te laisse chercher.


    • #1404544

      Si l’homme a besoin de lait pour le calcium, comment la vache, le boeuf, ou le taureau se procurent-ils du calcium vu qu’ils ne boivent pas de lait ?


  • #1403954

    Songez qu’en d’autres circonstances ces gens feraient aussi bien et même pire sur des hommes.

     

  • Je ne vois pas comment ça pourrait se passer autrement dans absolument tous les abattoirs ... et c’est pour ça que je ne mange plus d’animaux non plus.


  • Elle est loin l’époque des petits paysans. J’en ai connu qui appelaient tous leurs animaux par leur prénom et leur parlaient à l’oreille pendant que le boucher itinérant leur mettait une balle de 22. La mort était instantanée et aucun animal n’était saigné vivant. Ces usines sont une honte pour le peu d’humanité qu’il reste encore en ce monde déglingué...

     

    • #1404140

      Oui c’est vrai ce que vous écrivez. Je ne sais plus où j’ais lu cela, mais avant celui qui avait des vaches donnait des prénoms a celle-ci. (marguerite par ex). Maintenant ce sont des produits avec des étiquette s aux oreilles. Je ne regarde pas la vidéo, c’est impossible pour moi, sinon j’ai la tension qui monte et les images repassent.
      Les humains sont parfois des vrais ordures. Bardot comme la écrit quelqu’un est une personne que j’estime et je ne supporte pas les vannes débiles sur son physique de maintenant. Un jour elle a dit qu’elle était misanthrope, elle sait de quoi l’humain est capable, et j’ai connu une personne bossant chez un véto qui m’avait dit la même chose, elle aussi ne supportait plus l’humain en voyant ce dont il est capable de faire a l’innocence animale.


    • @vlalenivo, nous n’avons pas encore tous disparu, je n’ai jamais pu me faire au "combien tu t’appelles ?", aussi je te passe le bonjour d’Elite, Funambule, Etamine, Malice, Le cœur en tête, Gitane, Gaulois, Jaloux...


  • Voilà comment on sera traité au bout de la logique marchande...


  • Nous avons un méchant "karma" envers les animaux... Ce n’est pas parce que ce sont des animaux et considérés comme inférieurs qu’il faut les maltraiter. Vous consentez (qui ne dit rien consent..) à la maltraitance, de ce fait les gens qui vous gouverne (moi inclus) nous maltraitent plus ou moins de la même manière. Pour cela je n’ai plus envie de viande...

     

  • #1403972

    On a l’impression que via ces ONG la grande distribution cherche à couler les petits producteurs de viandes en Cévennes dont le marché est exclusivement local.

    Quelques soient les conditions de leur abatage ces animaux ont sans aucun doute possible eu une vie bien plus agréable que la viande de supermarché. Je serais curieux de connaitre les donateurs de la dite ONG. Je ne serais pas étonné qu’on y retrouve Charal ou Spangero.

    Que ces écolos du capital aillent donc s’occuper de l’abatage rituel, si ils sont si sensibles au sort des animaux.

     

    • "Quelles que soient les conditions de leur abbatage" ?Non désolé il y a une limite.


    • Quel que soit le financement à l’origine de cette vidéo, pour traiter des animaux de la sorte, il faut être passablement taré. On peut produire localement, en "bio", et tuer les animaux sans leur infliger davantage de souffrance que nécessaire. Votre argument ne tient pas, tout le monde sait bien comment ça se passe chez Charal et les autres gros abattoirs, puisqu’il y a eu des vidéos il n’y a pas si longtemps. Les Charal et compagnie ont plutôt tout intérêt à ne pas la ramener et à ce qu’on ne parle pas trop du sujet des abattoirs, vu que les cas des entreprises que vous citez sont encore très récents dans la mémoire de l’opinion publique.
      Pour moi, abattre un animal pour s’en nourrir, ça doit être (comme dans le code pénal) "la peine de mort consiste dans la simple privation de la vie, sans qu’il puisse jamais être exercé aucune torture envers les condamnés". C’est simple et précis. Si des gens aimant la cruauté se font embaucher dans des abattoirs pour pouvoir assouvir leurs fantasmes pervers, ils doivent aller chercher du travail ailleurs.


    • @Antoine : quelle filière leur conseillez-vous ? Je suis curieux :)


    • Encore et encore l’histoire des abattoirs rituels !?
      Et là tu vas me dire que c’est "rituel" ?

      Bah oui, faut dire que les abatteurs ont largement une "apparence musulmane" comme dirait l’autre ! Tu vas certainement me dire que tu ressens les douleurs des animaux égorgés par abattage rituel alors que, vu ta réaction, tu ne semble en ressentir aucune vis-à-vis de cette vidéo.


  • Je n’ai pas vu cette vidéo mais je ne supporte pas l’élevage tel qu’il est fait et ne parlons pas de l’abatage des animaux. Je suis végétarienne crudivore depuis 4 ans et fière de l’être.

    Au niveau conscience je me sens bien et libre.

     

    • #1404432
      le 23/02/2016 par PER CAPITA .................
      Actes de cruauté dans un abattoir du Gard certifié bio

      Si seulement vous pouviez trouver le temps (par exemple chaque semaine) de nous donner une recette de plat végétarien, j’avoue que j’en serais ravi comme beaucoup d’entre nous très certainement.
      En effet, depuis près de 10 ans je réussi à ne manger que 500 gr de viande par semaine environ, n’ayant, quoiqu’il en soit jamais été un gros carnivore.
      Ceci étant j’essaie de manger plus d’oeuf ... plus de légumes et de fruits mais je n’ai toujours pas réussi à me "faire" à la cuisine végétarienne que je trouve trop à base de graines diverses ce qui "à mon goût" donne une odeur de graines pour oiseaux que je trouve certes mangeable, mais qui m’écoeure très rapidement.
      Que peut-on manger pour éviter au maximum la viande ?.. Existe-t-il un "bouquin de référence" concernant la cuisine végétarienne ?.. et si oui, pourriez-vous nous en indiquer les références ?..
      En vous en remerciant mille fois par avance ...


    • #1404650

      Moi , je connais les meilleures recettes du monde ( surtout Hindoue ) , mais ça implique aussi des produits laitiers ( beurre clarifié , fromage frais , lait concentré , yaourt concentré etc ... )

      Et vu le fanatisme intégriste " Vegan " dont je fait les frais ces derniers temps , je doute que cela vous intéresse !!!


  • Ces vidéos sont un symptôme de plus de notre difficile réveil spirituel actuel...

    Jésus lui-même comme les prophètes de l’Ancien Testament, comme ses disciples, ses apôtres, ainsi que les pères de l’Eglise admonestèrent de ne pas consommer de viande. Ce sont les traductions et compositions ecclésiales successives qui semblent avoir brouillé ces enseignements.

    « Je veux la miséricorde et non des sacrifices. » Matthieu 9,13
    « Qu’ai-Je à faire de cette multitude de victimes que vous M’offrez ? dit le Seigneur. Tout cela M’est à dégoût. Je n’aime point les holocaustes de vos béliers, ni la graisse de vos troupeaux, ni le sang des veaux, des agneaux et des boucs. Lorsque vous veniez devant Moi pour entrer dans Mon temple, qui vous a demandé que vous eussiez ces dons dans les mains ? » Isaïe 1,11-12
    Pierre, Paul, Matthieu, Jean, puis plus tard Jérôme (premier traducteur latin des Evangiles), témoignèrent aussi ne pas consommer de viandes...

    Enfin, certaines traductions de l’épisode où Jésus chasse les marchands du Temple lui font porter sur eux l’accusation d’"assassins". Pourquoi qualifier les "sacrificateurs" d’assassins si ce n’est pour rappeler que l’homme et les animaux sont d’égales créatures de Dieu ?

    Voici quelques réflexions en vrac pour avancer vers l’harmonisation des êtres vivants...

     

    • Voir aussi : "les injustices du monde" Ecclésiaste 4 où il est dit qu’il n’y a aucune différence entre l’homme et les animaux, que notre destinée est semblable et "à tous deux est donné le souffle et la supériorité de l’homme sur la bête est nulle, car tout est vanité" etc...Pour le reste je renonce à polémiquer pour dénoncer l’injustifiable , l’humain ne l’est que très peu surtout quand il s’agit de son estomac, nous avons célébré la "bataille de Verdun" qui nous a montré de quoi il était capable même envers ses semblables, quant aux animaux et dans un autre registre pas mal non plus voir le livre d’Audrey Jougla, "profession : animal de laboratoire".


    • Dans Genèse (versets 26-28), Dieu a créé l’homme à son image et puis il lui a dit : "Croissez, multipliez-vous, et dominez les bêtes, les animaux etc..."
      La Bible n’est pas totalement étrangère à cette emprise abusive de l’homme sur la nature.
      Nos ancêtres païens étaient beaucoup plus respectueux de la Nature. Ils se percevaient comme une partie du tout cosmique, et ne s’estimaient pas investis d’une mission divine de domination et de conquête du monde.
      Ils n’attribuaient pas plus d’importance à l’homme qu’aux arbres, aux collines, aux animaux, à la mer....L’homme devait s’employer à respecter l’équilibre de la Nature.
      Heureusement, par sa dernière encyclique, le Pape a rappelé certains principes fondamentaux que l’homme occidental avait perdu de vue...



    • Ils n’attribuaient pas plus d’importance à l’homme qu’aux arbres, aux collines, aux animaux, à la mer...




      C’étaient donc des psychopathes ?


    • Voilà pourquoi je souhaitais préciser :
      « Ce sont les traductions et compositions ecclésiales successives qui semblent avoir brouillé ces enseignements. »
      Car les Ecritures validées par les autorités ecclésiastiques au fil des siècles comportent leur lot de symboles, de paraboles et de contradictions doctrinales, qui dans certains cas, nous empêchent de savoir quel est l’enseignement chrétien prodigué à la source. En l’occurrence, il semble que ni les prophètes, ni le Christ, ni les apôtres, ni les pères de l’Eglise n’ait dit "tuez et repaissez-vous d’animaux". Bien au contraire...
      Mais en réalité, nul besoin de foi ou d’Ecriture sainte pour prendre conscience de la souffrance animale et de ce que l’abattage industriel, même bio ou de petites unités "locales", produit en termes de nuisances physiques, psychiques et spirituelles.
      Enfin, dominer l’animal ne veut pas dire le faire souffrir, voire même le consommer. Et plus encore, je dirais que notre "domination" sur l’animal nous impose plutôt d’être bon à son égard, en fait, d’être miséricordieux. En cela, les animaux sont de véritables professeurs de compassion, de fidélité et d’inconditionnalité pour l’être humain.
      Dites-moi que j’ai un regard "bovin", je le prendrai comme un compliment ;)


    • Les religions du Livre ont toute une idée exacte de la hiérarchie des êtres vivants, au sommet de laquelle la place de l’homme est indiscutable.
      Créé à l’image de Dieu, choyé scandaleusement au point de provoquer la révolte de certains anges, sauvé par le Fils de Dieu Lui-même qui s’est incarné dans leur condition (et pas dans celle d’un chameau)... Que vous faut-il de plus pour en finir avec vos âneries ?? que je vous cite tous les passages bibliques sur ce qu’il ne faut pas "jeter aux chiens", et ceux où certains sont réprimandés pour s’être comportés "comme des bêtes" ??

      Les animaux ont subi la Chute car leur sort est lié au nôtre (ils sont à notre charge). Mais ils n’ont pas reçu le Verbe, et la Sagesse divine ne leur sera pas offerte (on va peut-être éviter une nouvelle révolte angélique..). La violence n’est pas exclue du monde. Elle a son rôle et sa signification. Toute civilisation est corsetée par la douleur. Le dressage, qui a permis à l’homme de développer le rapport le plus abouti, le plus serré qu’il soit avec des bêtes, est basée sur un même rapport de force. On ne s’élève pas sans douleur. Vous me direz : "mais il y a des souffrances inutiles". Qu’en savez-vous ? que savez-vous du rôle surnaturel de la souffrance, depuis que le Christ est mort gratuitement ? depuis que les martyrs et les imitateurs en tout genre ont offert en holocauste leur propre sacrifice ? Il ne s’agit pas de glorifier la cruauté vulgaire envers quoi que ce soit, mais de cesser de découvrir la lune tous les 15 jours et de roter son indignation factice à tout bout de champ. C’est cela qui est des plus vulgaire. Soyez en prière si vous voulez, avec la victime ET le bourreau, dont les rôles sont souvent interchangeables. Comme disait De Maistre (reprenant ainsi la tradition catholique), "pourquoi les innocents souffrent ? ils souffrent POUR VOUS, si vous le voulez."

      L’horreur est totalement humaine, il ne sert à rien de s’en scandaliser, surtout si c’est pour manifester la même violence et la même horreur envers ceux qui la pratiquent. Une fois qu’on a dit ça, on peut commencer à s’élever.
      Mais rien ne vous sauvera de la bassesse tant que vous n’aurez pas assimilé la présence du Mal universel (et le rôle surnaturel que lui a assigné le Christ vainqueur). En cela le concept de péché originel nous faisait gagner un temps fou, que la Révélation venait compléter et accomplir.

      Vous regarder tourner en rond est désespérant.


    • @Untel, merci pour votre réponse, votre grandeur éclaire notre bassesse. Amen.


  • #1403995

    Le problème n’est pas de savoir si on a besoin de viande ou pas. Le problème est la considération animale (la considération de la vie tout court en fait, qui est sacrée). Est-ce qu’il faut manger de la viande industrielle issue d’animaux qui ont été traités comme des objets tout au long de leur vie ou de la viande d’animaux qui ont vécu une vie à peu près normale ?

     

    • C’est toujours pareil, il y a ceux qui prônent la responsabilité individuelle directe,
      et ceux qui estiment qu’ils ne sont pas concernés par les conséquences de leurs modes de vie

      Le discours type :
      "C’est le système", "qu’est ce que mon comportement à moi change dans l’equation"
      "tout le monde le fait" . "on y peut rien".

      Alors qu’a l’évidence le "système" (la société) c’est la somme des comportements individuels, ou de petits groupes.
      Bref, on en est pas encore là, mais ça viendra, parceque c’est logique...C’est une histoire de prise de conscience.
      Un jour le peuple en aura marre de blamer... qui les politiques,qui les industriels, qui les marchés...

      Pour citer Coluche "Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça ne se vende plus ! "


    • #1404252

      Moi + 40 ans sans viande, donc on peut oui !


  • A propos de la réglementation de l’abattage, petit rappel :
    En France c’est Brigitte Bardot qui se préoccupe de la souffrance des animaux d’abattoirs la première. Elle milite pour le pistolet d’abattage indolore dès...1962.
    Au milieu des années 70, grâce à sa notoriété elle réussit à obtenir RV avec le président de la République, Giscard à l’époque. Elle obtient de lui la promulgation d’une loi régissant l’abattage : étourdissement puis pistolet indolore, de mémoire

    Ce qui fait sourire : cette déferlante de pleurniche sur les réseaux sociaux avec tous ces gentils "bienpensants" qui chouinent devant la souffrance des animaux d’abattoir.
    Ce sont souvent les mêmes qui crachent sur Brigitte Bardot à cause de sa franchise et ses positions pro-FN... sans savoir qu’elle se battait pour les animaux d’abattoir alors que la plupart d’entre eux n’étaient pas nés.
    Et aussi souvent, les mêmes crétins qui crachent sur le FN... sans savoir que c’est sans doute le seul parti (peut-être avec DLR à vérifier) qui inclut la clause de défense animale dans son programme.
    Bref !

     

    • je suis d’accord avec toi. Les mêmes qui ne supportent pas l’abattage des animaux par l’homme, ne trouvent rien n’à redire des attaques de troupeaux de moutons, par les loups, qui sont bien plus cruels que les hommes. En plus le loup mange essentiellement le foie et les viscères et abandonne une bonne partie de la carcasse.


    • Bravo & longue vie à Brigitte et sa fondation !
      Et espérons de nombreuses prises de conscience sur ce terrain, permettant de dépasser les affichages scandalisés sur les réseaux sociaux postés deux minutes avant d’aller au MaCrado !


    • #1404160

      @ilan
      Les loups plus cruels que les hommes ?! C’est vrai qu’ils font des ravages quand ils s’attaquent à un troupeau et qu’il mangent ce qui offre le meilleur rendement énergétique en terme d’effort et de digestion. Dans la nature, jamais ils ne trouvent de bêtes parquées et du coup la stratégie est d’en avoir un maximum pour nourrir la meute...à part que là le bétail ne sais pas ce casser. Les bergers français d’aujourd’hui sont la risée de tous les bergers européens qui sont restés habitués à la présence du loup. Quand on ne veut plus sortir avec son troupeau, ni le rentrer la nuit, il ne faut pas s’étonner de ces désagréments.
      Mais en aucun cas c’est une forme de cruauté, c’est même ce qui sauve les loups, le fait de ne pas revenir manger leur proies plus tard. Sinon les chasseurs l’auraient fait disparaître depuis longtemps comme le lynx pourtant protégé qu’on a tenté de réintroduire mais qui a le malheur pour le coup d’être très économe et de retournée sur sa proie jusqu’à ce qu’il n’y ai plus rien à manger dessus...du coup il se faisait facilement piéger. Le loup c’est une autre histoire, ça se déplace sur des centaines de km et c’est très discret entre deux orgie offertes par nos bergers dégénérés qui ont oublié les bases de leur métier : veiller sur leur troupeau.


  • Après le scandale des poussins, je ne veux plus manger de viande, si c’est pour engraisser ces barbares.
    A propos Bardot a envoyé une missive pas piquée des vers à Le Foll, à qui elle avait judicieusement exigé des caméras de surveillance sur les chaînes d’abattage. En vain.

     

    • @John The Fisherman, j’ai été berger en Maurienne et j’en connais encore quelques uns, ce sont loin d’être des dégénérés, la plupart font des parcs de nuit et sortent la grande journée avec le troupeau, la différence avec nos voisins italiens c’est qu’ils ont toujours le fusil à l’épaule, à un point tel que même les chamois connaissent la frontière... Les attaques ont lieu la nuit malgré les parcs et les chiens de défense, mais aussi les jours blancs. C’est Charlemagne qui à créé les lieutenants de louveterie, la France a mis 1000 ans à s’en débarrasser. Quand je lis tes commentaires sur l’agriculture en général je me dis que tu manques sérieusement d’expérience du terrain. Alors adhères à E&R contactes moi sur le forum, je serai heureux de pouvoir te montrer que nous ne sommes pas ce qu’en dit la télé...


    • #1404598

      @ laurent71
      Merci pour les éclaircissements et la proposition, je suis toujours ouvert pour revoir mes positions.
      C’est vrai que je ne connais pas personnellement de berger français, sauf un qui avait une ferme en Ukraine et qui a du partir suite aux troubles là-bas. Il y a énormément de loups et d’ours là-bas, il avait 2 bergers du caucase, et d’après lui les seuls cadavres qu’il retrouvait étaient ceux des loups et des ours éventrés....mais bon, il parlait aussi de rumeurs de randonneurs qui disparaissaient, du coup, je ne sais pas si c’est une bonne solution :).
      Je suis quand même un peu surpris par ton explication sur le berger italien qui est "tranquille" ou du moins qui arrive à gérer (et toutes les générations qui l’ont été avant quand il y avait autant, sinon plus de loups). A t’entendre, c’est qu’ils tirent sur tout ce qui bouge, mais c’est bien en France que le loup avait disparu et c’est en Italie qu’il prospérait et qu’il a pu ainsi se diffuser à nouveau en France. En tout cas, les bergers italiens se moquent des français, mais c’est vrai que je ne sais pas quelles sont les différences exactes dans les méthodes de travail qui leur évite ce problème.


    • En France, les prédateurs (Loup, Ours, Lynx), sont utilisés depuis des années pour dévier la colère du monde agricole envers des créatures avec lesquelles il reste possible de cohabiter.
      La problématique que ces animaux sauvages masquent est celle de la désertification paysanne issue des modes de production modernes, et l’incompatibilité de l’élevage extensif (transhumance notamment), avec les normes et besoins de production actuels.

      Avant la 2nde guerre mondiale, les familles et les troupeaux (cochons et poules compris) montagnaient (transhumaient) ensemble pour la belle saison. La menace des prédateurs était présente, mais ne se matérialisait pas forcément comme aujourd’hui où l’on voit la plupart du temps des centaines, si ce ne sont des milliers de bêtes, laissées à un seul berger et ses chiens...

      Qu’ils s’occupent des loups et des ours, ça les détournera des questions sur la PAC, le productivisme, la qualité des sols et la trahison de leurs bienveillants élus locaux...


  • personne se pose la question...pourquoi ça sort maintenant ?
    on le sait depuis longtemps, arrêtons l’hypocrisie. Seulement cela entre dans les résolutions prise lors de la COP21...voici donc comment le système utilise internet pour mener à bien ses objectifs. Cependant de la viande une fois par semaine c’est largement suffisant. Ainsi je crois que Le Foll est un bon ministre, qui fera une carrière courte.

     

    • @John The Fisherman, les loups sont arrivés du parc italien du grand paradis, le seul endroit où il y a une réelle volonté de protection de la faune sauvage pour le reste le respect de la réglementation est très "italien"... Les troupeaux sont aussi plus tourné sur la production fromagère et sont donc plus petits, côté français il est courant de trouver des troupeaux de plus de 1500 brebis. Le loup est très malin et ne revient pas où on lui tire dessus, en France il faut avoir 3 attaques "validées loup" pour obtenir le droit de tir de défense et le tir d’effarouchement n’est pas autorisé. De plus en plus de berger remplace les patous par des kangales et là aussi il va y avoir du souci à se faire pour les randonneurs... Je ne fais plus d’alpage, je suis à demeure dans ma Bourgogne natale aujourd’hui, mais l’invitation n’est pas en l’air. Au plaisir camarade.


  • Le bio est un mensonge alimentaire. Il comporte aussi des additifs alimentaires nocifs. J’en ai fait l’expérience, en vérifiant dans le livre de Corinne Gouget additifs alimentaires Danger. Ce qu’il faut, c’est revenir à l’artisanal.


  • Mon grand père quand il fallait tuer le lapin se bourrait la gueule avant, tellement ça le rendait malade.

    Je mange rarement de la viande et lorsque je dois en acheter je l’achète bio. La viande doit rester un luxe comme ça l’était dans le temps. L’industrie de la viande on le sait n’est pas pérenne. C’est une industrie destructrice sur le plan environnemental et ignoble sur le plan éthique. Car lorsqu’on va chercher sa petite barquette de viande lyophilisée bien propre sur les rayons d’un supermarché, qu’est-ce qu’on est à part une merde ? Désolé mais l’espèce humaine est tombée bien bas.

    Pratiquement aucun des cons-sommateurs qui déambulent au carrefour et achètent du bœuf, du veau, de l’agneau, ne seraient capables de l’abattre de leurs propres mains. Des assistés même (et surtout) lorsqu’il s’agit de faire saigner.

    Appellez ceci de l’extrémisme, ou comme vous le voudrez, je maintiens.


  • abattoir + bio ,
    Déjà si tu gobe l’association de ces deux termes on ne peut plus rien pour toi.


  • Au fait ,
    On abat 1 milliards d’animaux par semaine ,
    1 milliard / semaine !!
    pour satisfaire la demande mondiale en viande.
    Je vous laisse imaginer les fleuves de sang permanents...

     


    • On abat 1 milliards d’animaux par semaine ,




      et comme il faut 42 kilo de céréales pour fabriquer un kilo de steak, imaginez le gaspillage !


    • Ce qui donne une Shoah par heure (en se basant sur le chiffre avec les fonds de tiroirs).

      Quand on sait cela, pas besoin de polémiquer sur le végétalisme boboïsant, l’omnivorisme rationnalisant, le complot contre les éleveurs (qui sont pour la plupart devenus des industriels concentrationnaires esclaves du Crédit Agricole), ou la propreté supposée de tel ou tel abattage "relocalisé".
      Que ceux qui veulent manger leur blanquette élèvent et tuent eux-mêmes le veau. Mais cela n’est même plus possible puisque le seul endroit autorisé pour l’abattage est l’abattoir. Avec ou sans cruauté, cela signifie pour l’animal un stress énorme, l’incompréhension, la terreur, la souffrance, la peine, la mort... Mais c’est si savoureux ! Ça vaut bien une Shoah par heure...


  • J’espére sincérement que pour commencer les employés qui sont filmés seront licenciés... s’ils pouvaient être privés de droits de chomage ce serait bien aussi...

     

    • #1404290
      le 23/02/2016 par Vector equilibrium
      Actes de cruauté dans un abattoir du Gard certifié bio

      J’ai exactement le même raisonnement que toi mon amis. Je pense que ces comportements doivent être sévèrement réprimander. Licenciement et zéro chômage.


    • #1404379

      Oui mais peut-on bien traiter des animaux que l’on va tuer pour les bouffer ?

      Où commence le crime et l’abjecte ?

      Pour moi qui suis végétarien depuis plus de 40 ans, je suis encore plus choqué de voir des mères de famille faire la queue devant les boucheries. C’est bien là que commence l’atrocité !


  • Ces images sont insoutenables, c’est vrai, et si ces mêmes personnes (les "donneurs d’alertes") s’impliquent avec autant de convictions contre l’avortement de masse, j’adhèrerai volontiers à leur association...
    Aucun rapport ? Bah si, la vie.

     

  • Le vegetarianisme est la nouvelle lubbie des bobos ils vont se saisir de l’occasion pour en faire la propagande .

     

    • Pour info une bonne partie des indiens sont végétariens et ça fait 4000 ans que ça dure.


    • @ Robert

      Pour info une bonne partie des indiens sont végétariens et ça fait 4000 ans que ça dure.

      Oui mais nous ne sommes pas des Indiens et nos métabolismes sont différents, sans doute parce que ça fait 4000 ans que nous mangeons de la viande (surtout les Celtes qui étaient installés sur une grande partie du continent européen). Robert, imaginez-vous un guerrier franc végétarien ?

      Il y a de bonnes raisons de penser que si l’Homme européen s’est développé comme il l’a fait et a pu produire tant d’inventions, ses habitudes alimentaires (au rang desquelles sa consommation de viande) y sont un peu pour quelque chose.

      En tout cas, la promotion actuelle du végétarisme (et pire, du véganisme) s’inscrit dans un ensemble de tendances idéologiques et religieuses complètement exogènes qui ont comme effet de réduire les qualités de l’Homme européen et à terme de le faire disparaître. Ce n’est pas très politiquement correct de le dire mais c’est pourtant, encore, une évidence.


  • Que ce soit en terme d’élevage ou d’abattage, le standard devrait être le respect de l’animal. Petit rappel concernant ce peuple de barbare qui peuplait les États-Unis avant l’arrivée des visages pâles :

    " Quand nous devions partir à la chasse, nous commencions par prier car on savait qu’on devait prendre la vie d’un animal. Comme on le fait chez nous, on donnait du tabac, on priait, et on ne prenait pas plus de bêtes qu’il nous en fallait".

    Mais avec l’industrialisation c’est juste impossible.Je m’étais fait cette petite réflexion naïve un jours :

    Si on interdisait aux grandes surfaces de vendre de la viande et que, après enquête auprès des consommateurs, par quartier, on ouvrait plusieurs petites boucheries de quartier, juste ce qu’il faut ( pour éviter les surplus = nombres de bêtes abattus plus proche des réalités de consommation = moins de pression sur les abattoirs et les éleveurs poussés à faire du rendement ), cela relancerait les commerces de proximités, mettrait moins de pression sur les abattoirs leur permettant de mettre en place des procédures respectueuses de l’animal, voir proposer une prime et un label qualitatif pour les abattoirs qui respectent l’animal, etc.

     

  • #1404245

    Sur E et R, je pense qu’on a le droit d’émettre quelques idées complotistes, en espérant que je ne serais pas censuré .

    J’ai regardé 3 fois le montage vidéo., je reconnais, que celui qui essaye de faire passer les moutons dans le couloir, n’est pas très fûté. A se demander, s’il ne le fait pas exprès pour la caméra ?
    Aucune personne non habilitée ne peut rentrer dans un abattoir , essentiellement pour une question d’hygiène . On peut donc légitimement se demander, qui a posé les caméras pour L214, si ce n’est un membre du personnel de l’abattoir ?
    . Les gestes des bouchers m’apparaissent très incohérents . Bosser dans un abattoir, est un travail physique suffisamment dur, je vois mal les abatteurs faire des gestes inutiles, comme on peut le voir dans le film.
    Comme toutes chaines industrielles, la rapidité et la coordination des taches rend la chaine compétitive ou non . Or si l’animal est mal étourdi, il fait perdre un temps précieux, au rythme de la chaine .
    La caméra a filmé non pas une réalité quotidienne, mais un disfonctionnement. Est-ce un disfonctionnement technique, est il dû à une incompétence du personnel, ou à un complot organisé ? je n’en sais rien, mais j’ai quelques présomptions .
    Je me demande , s’il n’y a pas un complot. L214 est tout à fait capable d’un tel coup tordu !

     

    • Merci pour cette éclairante analyse.


    • #1404381

      Après visionnage, je me rends compte qu’on voyait surtout des employés faire un travail dangereux et dans de mauvaises conditions. Au bout d’un moment ça énerve.

      Je m’attendais à quelque chose de bien plus moche avec beaucoup de cruauté gratuite. La plupart du temps les types font ce qu’ils peuvent, comment voulez-vous finir proprement un bœuf qui se tortille au bout d’une corde ?


    • Tout à fait, bien analysé...ce truc pue la manipulation et le conditionnement idéologique à plein nez !! D’ailleurs, après avoir bien fait pleurer dans les chaumières histoire que le compassionnel ait bien pris le pas sur la raison, ils nous sortent un gros amalgame sur la fin "il n’y a pas de viande heureuse"...comme si des dysfonctionnements (sans doute triés sur le volet pour les besoins de la "cause") faisant souffrir les animaux QUELQUES MINUTES dans UN abattoir - sous réserve que ça soit vrai - suffisaient à eux seuls à résumer TOUTE la vie de TOUS les animaux d’élevage...

      Bref, images orientées, parti-pris compassionnel et amalgames grossiers : les grosses ficelles de la manipulation...


    • Cher Monsieur, ne pousseriez-vous pas le bouchon un peu loin ?

      Les habilitations pour accéder aux abattoirs ? On peut présumer qu’il est tout a fait possible d’avoir une complicité, ou une pose des caméras par une effraction qui n’en est pas une, etc.


    • #1404476

      Très bonne remarque. Merci.
      Et sinon, à tous, les gens, tous ceux qui s’indignent ici, commencez par vous interroger individuellement sur vos comportements alimentaires. Avez vous réellement besoin de manger de la viande 2, 3, 6 fois/semaine ? Avez vous seulement besoin de viande tout court ?
      Et si oui, alors il existe un réseau - et dont le maillage s’étend de plus en plus - de micros éleveurs qui vendent une production d’excellente qualité à de micros communautés de consommateurs ayant préalablement acheté l’animal. RENSEIGNEZ VOUS !!!
      Vraies ou pas, ce genre d’horreurs ne pourra cesser qu’à condition que les gens, c’est à dire nous, modifient profondément leurs habitudes alimentaires.
      Enfin, inutile de rappeler que l’organisme n’est pas fait pour assimiler toute cette viande, et que les indiens d’Amérique dont quelqu’un parle sur ce fil, si dans leur rapport panthéiste et infiniment respectueux avec la nature, ils pouvaient aller chasser pour se nourire, c’était surtout quand la cueillette et la pêche ne pouvaient plus suffire, donc à certaines saisons uniquement.


    • Merci pour ce commentaire, je me suis fait la même réflexion.
      Je suis d’ailleurs très étonné que sur ER on ne trouve pas plus de ce genre d’analyse quand il s’agit d’élevage ou d’abattage !
      Un sujet comme celui là, en pleine crise agricole, moi perso j’y vois la main du pouvoir pour punir ces agriculteurs (éleveurs) qui râlent un peu trop en ce moment...


  • #1404259

    Plutôt que de virer végétarien, pourquoi ne pas faire des abattoirs humains (ou décents animalement) en utilisant les prisonniers ou bien même, soyons fous, enseignons à l’école à servir un animal, un truc qu’on apprenait dans le temps et tous les temps qui ont précédé la révolution industrielle.
    Oui, ces idées font fi de la réalité du business. Mais pas plus que ces spots où le mec de base passe pour un salaud mais le gars qui touche la tune n’est même pas cité. J’imagine que d’autres vidéos du site relayant ce message végétarien donnent les noms des actionnaires de ces abattoirs et montrent la chaine de responsabilité, sauf si c’est une énième façon de traumatiser le populo et de le transhumaniser en végétarien, ce qui tombe bien puisqu’il n’y a quasiment plus de vraies viandes.
    Mieux vaut consommer une bonne viande (donc chère et aussi de plus en plus rare) que 3 machins repeints toxiques. Et si une nouvelle marque de viande s’appelle ’soleil vert’, boycotter la.

     

    • Si vous voulez destresser un animal dans un abattoir, il faudrait que çà sente, l’étable et la merde et que les bruits soient amortis comme s’il y avait de la paille.
      Or au contraire, cet abattoir est parfaitement aux normes hygiéniques , avec de l’inox partout et une odeur de désinfectant. C’est parfait, sauf qu’à coté de l’odeur inhabituelle pour l’animal, l’inox en résonant fait un bruit qui le stresse d’autant plus.

      Mais, entre l’étourdissement parfait ou rien du tout, la différence d’agonie n’est que de quelques dizaines de secondes.
      On a cité des cas de condamnés à mort aux USA, qui ont eu des agonies pire que celles là ........ Et rien ne dit qu’en mourant, nous aurons une fin aussi rapide que ces animaux .


  • A mon humble avis, la question à se poser "n’est pas faut il manger de la viande ?", mais plutôt "le capitalisme peut il traiter les animaux de façon différente ?"
    Je pense que c’est la réponse à cette question qui peut amener un changement.


  • Je viens d’envoyer un mail à la mairie du Vigan pour demander des renseignements et un autre à l’organisme ECOCERT : plainte, sanction contre employé, certification etc... il faut agir même par mail.


  • Bien sûr que cette cruauté relève du satanisme mais j’ai envie de dire look who’s talking


  • Bonsoir,

    Fut un temps où nous vivions en bonne intelligence avec les animaux d’élevage : Les poules fournissaient les œufs, les moutons la laine, chèvres et vaches le lait pour le fromage et non pas pour en boire des litres et des litres.


  • #1404371

    Les animaux sont bio, élevés et nourris de façon naturelle. Pourquoi ne pas les tuer dans le même état d’esprit ? A la masse, ou au burin-marteau comme préconisé dans massacre à la tronçonneuse...

     

    • @Mojo Risin, le label BIO ne te garanti pas un élevage de façon naturelle, il ne faut pas confondre technique agronomique biologique et label biologique. Tu as des élevages de ruminant BIO qui n’ont jamais brouté, il n’y a pas en label BIO d’obligation de pâturage, les animaux doivent juste avoir un accès à l’air libre, mais cela peut être une cour bétonnée avec 1m² au minimum par animal pour les petits ruminants et 3m² pour les bovins, faut pas qu’ils sortent tous en même temps...



  • Il est évident que ces images ne constituent pas une exception, mais je pense sans être excessive, la règle : ces comportements (qu’il serait limitant de qualifier) ont lieu quotidiennement dans un grand nombre d’abattoirs de tous horizons. Et ce, pas uniquement dans la phase finale de la vie animale, mais dans l’intégralité de la chaîne de production de la viande (et des produits animaux en général). De la naissance des animaux, en passant par leur élevage, leur transport et jusqu’à leur mort. Les contrôles n’y changent et n’y changeront rien. Réveillez-vous !
    Ces comportements ne sont que le reflet de l’état de décrépitude de notre société matérialiste : peut-être faut-il lire cela comme l’un des nombreux signes de fin de cycle ?!
    L’indignation de certains à la vue de ces images est bien lâche à mon goût. La moindre des réactions que nous pouvons/devons suivre afin de contribuer utilement à notre petite échelle, c’est de réformer notre façon d’appréhender notre nourriture d’une manière générale. Et en particulier : non ! la viande, et a fortiori celle d’aujourd’hui, n’est pas nécessaire à notre (bon) fonctionnement physiologique (sortons du sempiternel discours médical fallacieux et marchand sur la nutrition). La viande est même à bannir totalement de notre mode alimentaire moderne. Et oui, notre contexte de vie a considérablement changé par rapport à celui de nos ancêtres. Un peu de rigueur d’analyse : ne comparons pas ce qui n’est pas comparable. Les paramètres n’auraient-ils pas changer ?
    Penchez-vous sérieusement sur la question et notamment informez-vous sur les multiples travaux que E&R s’efforce de relayer avec le bon sens qui les caractérisent (Arnold Ehret :Santé et guérison par le jeûne (chez KK)/le travail de Thierry Casasnovas sur regenere.org/Gilles Lartigot/Corinne Goujet...).
    Au même titre que tous les autres axes de réflexion (politique, sociologique,...) qui vous animent et vous ont amenés sur le site ER, user et aiguiser votre sens critique. Expérimenter par soi-même, sans redouter l’erreur, est la meilleure des ACTIONS afin de valider ou d’invalider une thèse. J’en témoigne sincèrement et concrètement.
    A bon entendeur...

     

    • #1404606

      @dandelion
      Pour m’être pas mal intéressé à la nutrition et avoir été mon propre cobaye, j’aimerais réagir à votre réponse :
      Je suis tout autant indigné que vous par la triste réalité de la manière dont l’Homme traite les animaux, MAIS, on n’est pas obligé de justifier un choix éthique par aspects scientifiques très discutables.
      Pour m’être intéressé ai sujet , si j’ai bien remarqué une chose, c’est que quelque soit la thèse défendue (omnivore vs végéta*ien), on trouve des appuis scientifiques pour la défendre...
      Vous citez des sources qui sont soit discutables soit hors-sujet :
      le jeûne, très intéressant et efficace, mais en quoi le jeûne prend-il parti quant à une alimentation avec ou sans viande ? le jeûne est une abstinence temporaire de nutrition, point. On peut tout à fait pratiquer le jeûne et être omnivore le reste du temps.
      Thierry Casasnovas, dit des chose intéressantes, mais il est aussi très discutable : ce qu’il cachait pendant un temps, c’est que ce qui l’a sauvé quand il était au plus mal de sa maladie, c’est : la viande.
      J’ai pu lire que nous somme des "primates frugivores", et bien je vous encourage à comparer l’intestin d’un humain, avec celui d’un primate frugivore, et vous verrez que les rapports de longueur colon/grêle sont inversés, avec un colon très long pour les primates qui leur permettent de digérer les fibres abondantes.. en plus de ça, quand on observe vraiment un prétendu primate frugivore, on s’aperçoit qu’il n’est pas... frugivore, et qu’il consomme de la nourriture animale à hauteur de 20% minimum.
      Vous devriez citer aussi des sources contradictoires, comme par exemple le point de vue du Dr Natasha Campbell sur les végétaux, les graisses animales, et les protéines... Au passage, elle guérit l’autisme et le diabète de type1, essentiellement pas thérapie alimentaire dans laquelle les graisses animales et les protéines ont une place de 1ère importance...
      A lire aussi, Lierre Keith et son "Mythe végétarien", qui témoigne comment des années de végétalisme ont fini par lui ruiner la santé.
      Être omnivore ne signifie pas se gaver de bidoche à chaque repas, et d’un autre côté, il est tout à fait respectable que certains choisissent par éthique de renoncer aux produits animaux, mais de grâce, arrêtons de dire que l’homme peut se passer à 100% de produits animaux et rester à coup sur en parfaite santé, rien n’est moins discutable.
      En plus l’alimentation doit être personnalisée, et ce qui convient à l’un peut empoisonner l’autre.


    • @Aldébaran
      J’aurais souhaité que mon propos ne soit pas perçu comme prosélyte antiviande mais d’informer, en m’appuyant sur mon expérience personnelle, sur une appréhension générale de notre nourriture moderne. Les produits animaux constituant un des multiples chapitres problématiques sur lequel il est nécessaire de s’interroger à propos de leur intérêt sur la santé de l’homme d’aujourd’hui (et j’insiste daujourd’hui) au vue des moyens/conditions de production actuels (à creuser aussi le chapitre des céréales d’aujourd’hui !!).
      Comme vous, je me suis sérieusement intéressée à la nutrition sur le plan théorique, puis je suis passée à l’expérimentation personnelle (une formation initiale scientifique m’a sans nul doute aidée en cela). Les résultats, tout relatif, je le concède, sont probants pour moi avec 20 ans de recul.
      Mon souhait donc au travers de mon commentaire initial était d’apporter un témoignage. Si cela peut stimuler la curiosité de certains à aller découvrir que d’autres choix nutritionnels viables existent.
      Concernant les sources que j’ai cité :*si je me suis permis de citer l’ouvrage sur le jeûn,c’est parce que je l’ai lu et que l’auteur aborde notamment le sujet des produits carnés, a priori physiologiquement problématique. Lisez-le.
      *pour Thierry Casasnovas : je suis d’accord avec vs sur le discours qu’il tient. La viande l’a aidé à revenir d’un état particulièrement critique. Mais une fois de +, je recadre mon propos sur l’intérêt d’appréhender la nutrition en général et ouvrir la perspective sur un autre point de vue que celui qui nous est délivré depuis+ de 50 ans (si ce n’est pas + d’ailleurs,je pense notamment au lait !) par les acteurs du secteur médical/pharmaceutique alliés à l’agroalimentaire : l’équilibre nutritionnel (ratio glucides/protides/lipides) indissociable du principe de carence.
      Casasnovas témoigne que d’autres principes existent, et propose une alternative sourcée.
      Un autre bouquin que je trouve très intéressant : Jean SEIGNALET-L’alimentation ou la 3ème médecine. Un travail clinique sérieux (victime d’une certaine omerta dans le milieu scientifique !bizarre non ?). Là encore, je témoigne de l’apport positif des principes énoncés par ce professeur et appliqués personnellement et durablement(car concernée par l’une des pathologies étudiées).Dc, je ne suis pas une militante de la cause animale/végéta*isme mais une personne qui souhaite ouvrir une réflexion sur le symptôme qui émerge au travers de la vidéo publiée.


  • #1404374

    Où est le temps , pas si lointain , sur un autre continent où l’indien (dit le "sauvage" ) , avant de décocher une flèche meurtrière envers l’animal qui lui permettait de se nourrir ainsi que sa famille , lui murmurait qu’il s’excusait en disant une courte prière à son endroit ? ... mais eux , c’était des " sauvages" !
    et déjà au même moment , les blancs envahisseurs , décimaient des troupeaux entiers de bisons ...pour de basses considérations purement vénales !...
    Tout compte fait , ces derniers sombrent toujours plus intensément dans la ...barbarie ! Ce ne sont içi que quelques exemples de leurs descendants directs !

     

    • euh... c’est un peu fantasmé ca, les Indiens étaient passés maitre dans l’art d’amener tout un troupeau dans un cul de sac pour pas avoir à courir après, de sacrées boucheries... En fait contrairement à la croyance populaire, l’amerique n’etait pas la terre vierge que les Europeens ont decrit, les Indiens ont faconné leurs terres, pour des raisons de chasse (et non d’agriculture comme nous)


  • Même si vous êtes indiférrents au sort des animaux ,il faut pas croire qu’on peut faire n’importe quoi sans conséquences.

    Ll’elevage intensif est source de nombreux problèmes, alors...
    au prochain scandale peut être ?

     

    • @tout, les éleveurs mêmes intensifs ne sont pas responsables de ce qui se passe dans les abattoirs, le passage par les abattoirs est obligatoire, c’est une décision du législateur, mets toi une minute dans la peau du type qui aura certainement reconnu ces brebis dans cette vidéo...


  • Des actes de torture gratuite, dit-on. Grand bien leur fasse ! là où il reste de la gratuité, du "don" (quel qu’il soit), la il reste de l’espoir. Vous aimeriez peut-être que ces hommes, au contact de leur fonction, soient devenus des êtres neutres, des machines, pour ne pas heurter votre sensibilité (de voyeur un peu pervers, avouez-le) ?

    qu’il y ait de la cruauté dans les endroits où l’on tue (massivement) me rassure et me réchauffe le cœur. On est dans la vérité de la chose, dans un témoignage signifiant.
    En revanche, que l’homme parvienne à tuer proprement en gardant le sourire (comme c’est déjà le cas pour l’avortement, et est appelé à s’étendre avec l’euthanasie), c’est cela qui glace le sang.

    Je préfère mille fois une cruauté franche et saine, qui dit ce qu’elle est, à ce puritanisme mortuaire s’empressant de vouloir couper les dernières racines du visage humain (qui, paraît-il, dans sa soif inextinguible d’infini, ses révoltes, ses horreurs, garde le souvenir de Dieu) pour faire de l’homme un être absolument méconnaissable, sans lien avec ce gouffre qui l’anime, et qui pour ces raisons risque de ne plus se laisser toucher au plus profond de cet abîme.

    La pitié et la grâce me touchent parce que je sais ce dont je suis capable...

     

    • Merci pour ce message. C’est bon de prendre un peu de recul sur tout ça.
      Ça me rappelle un peu le type qui, dans un laboratoire d’anatomie, récupère des cadavres laissés à la science pour les débiter selon les besoins des utilisateurs (étudiants, chercheurs, entreprises du médical...). Le moment de couper la tête, même morte, est terrible.

      Il ne faut pas oublier que les types qui bossent dans les abattoirs le font contre un salaire, et auraient sans doute préféré bosser ailleurs. Je serais sans doute devenu moi aussi un psychopathe sadique si je devais tuer des bêtes à longueur de journée.


    • Pas sûr qu’on puisse amalgamer deux termes comme Gratuité et Don pour servir un syllogisme d’espoir.
      Le témoignage n’indique rien de ce que l’on attend de ces gens, c’est ton discours qui l’oriente.
      J’aurai préféré qu’au contact de leur fonction ils deviennent justement des Hommes (ce qu’ils ont cessé d’être par leur pratique) en acceptant leur responsabilité de ne pas s’abaisser à ce cynisme.
      La vérité de la chose vous rassure de cet cruauté ? hum ?
      Pourquoi ne pas porter l’analogie de l’euthanasie à cette cruauté à glacer le sang ? nan ?
      Je pense que tu te caches ton puritanisme mortuaire par tes explications, il n’y a rien de mille fois mieux toutes deux sont affligeantes.
      Cruauté cruelle et horrible même si pour preuve on en est capable, attention à toi de ne pas être victime de tes propos insidieux et de les transmettre sans discernement autour de toi.


  • C’est un truc que je ne comprendrai jamais... pour faire ça, à des animaux même d’élevage , faut avoir un grain sérieux... ce sont les limites de l’homme, se croire plus haut que tout alors qu’il n’est vraisemblablement rien ou pas grand chose (...) le respect et l’humilité mettront des millions d’années à "éclore", ah non, on sera tous morts avant, tant mieux.


  • Cela étonne ? Dans un monde où le vivant est désacralisé et réduit à une marchandise, dans un monde sans spiritualité...ce genre de choses sont inévitables.
    Il y a un paradoxe entre d’une part se soucier du bien-être de l’animal et d’autre part le traiter comme une marchandise ! Comment dans un abattoir industriel pouvoir trouver et faire travailler des employés respectant le vivant et soucieux du bien-être animal ? Ce type de personnes ne travailleront jamais dans un abattoir ! Forcément les rares personnes acceptant ce boulot ont souvent un profil psychologique particulier dans la caractéristique principale n’est pas le souci de l’animal ! De plus les gens contraints à bosser dans ce genre d’environnement connaissent un phénomène psychologique de désensibilisation à la souffrance de l’animal. C’est à dire qu’au départ comme tout le monde ou presque ils sont dégoûté, attristé...et puis afin de pouvoir supporter ce stress ils perdent leur sensibilité, c’est à partir de ce moment où les choses peuvent dégénérer. J’ai connu un type en liberté conditionnelle qui avait trouvé pour seule boulot une place dans un abattoir, on lui faisait tué les chevaux parce que les autres ne voulait pas le faire...il m’avait dit qu’au début il pleurait et puis après il ne ressentait plus rien, cela devenait machinal...
    On remarquera aussi que tout ces "gadgets" conçus pour atténuer la souffrance des animaux peuvent très aisément être détournés de leur fonction initiale et devenir des outils de tortures ! L’égorgement sans étourdissement c’est relativement simple et rate rarement ; une fois les carotides sectionnées les chutes de la pression artérielle dans le cerveau induit chez la plupart des animaux une perte de conscience instantanée...les soubresauts et mouvement des yeux sont des réactions non conscientes du système nerveux. Mais quoiqu’il en soit la mise à mort n’est pas le problème majeur dans la problématique de l’élevage industriel. Il faut relocaliser l’élevage et l’abattage. Il faut réduire la taille des exploitation et l’abattage devrait être effectué chez les éleveurs dans une structure appropriée accolée à l’exploitation. Les animaux abattus serviront à fournir les boucheries locales...comme c’était le cas dans le temps. La viande sera plus chère mais de meilleure qualité et plutôt que de manger de la merde 3 fois par jours 7 jours sur 7 on mangera un produit de qualité moins fréquemment mais avec un plaisir accru.

     

    • Merci pour ce message ! Je connais un éleveur de chamois qui les accompagnent jusqu’à la fin et qui s’inscrit dans une démarche semblable à celle que vous décrivez. Le retour à des fermes à taille humaine et locale serait la meilleur réponse à mon sens face à ce genre d’atrocités.


  • La clé du problème est sociologique. Qui travaille dans les abbatoirs ? Le tout petit peuple. Or ce dernier est souvent totalement dépourvu de morale, sans en avoir conscience contrairement au bourgeois. Je connais très bien ce milieu, et l’horreur qui s’y déroule. Je me rappelle tout particulièrement de ces secouristes qui s’amusaient à prendre en photo les cadavres des accidents où ils intervenaient, pour les partager et rire entre amis. Quand ils ne s’amusaient pas tout simplement avec les restes de manière obscène.
    Bref, si ils n’ont même pas de respect pour l’être humain, qu’attendre d’eux vis à vis des animaux... ?

     

  • #1404490

    J’avoue avoir quelque problèmes de conscience quand je mange de la viande.


  • Nous sommes condamnés à l’esclavage éternel dans le cadre de la domination du Capital. Tout est marchandise, tout est argent, tout est déshonneur.

    La torture psychologique n’a pas de limites. Je comprends ceux qui sont touchés par ces vidéos, et veulent cesser de consommer de la viande, par "respect éthique".
    Mais l’indignité n’a pas de limites dans le cadre de la domination marchande.

    Ainsi, chaque fois que vous allez aux chiottes, que vous lisez dans votre salon, que vous branchez votre ordinateur, vous le faîtes grâce à l’uranium du Gabon et du Niger, où des locaux (et des Français) ont perdu la vie dans des espaces désormais déstructurés pour des siècles.

    Chaque respect de l’Etat (du paiement des impôts obligatoires à l’inscription du petit dernier dans l’école de la République) est un blanc-seing donné à l’Etat.

    Quand vous consommez du thon, des sardines, du crabe....
    La bague en or pour sa dulcinée, obtenue par médiations successives grâce à l’extraction des mines du Pérou ou de Sadiola au Mali, par l’orpaillage au cyanure mené par les mafias locales subventionnées par les appareils d’Etat...

    Idem pour la feuille que nous utilisons régulièrement et sur laquelle nous n’écrivons qu’à moitié. Renseignez-vous sur les multinationales du bois et du papier qui font la pluie et le beau temps.

    TOUT produit dans le monde moderne de l’aliénation marchande est issu d’une EXPLOITATION. Il n’y a aucune solution. L’abolition de l’argent, de l’Etat, du Capital et de la production pour la vente est plus que jamais nécessaire.


  • #1404533

    Un monde sans respect pour l’animal, l’aboutissement de la coupure entre l’homme et le reste de la nature... une idée chrétienne, parmi d’autres, devenue folle...


  • On ne peut avoir deux coeurs un pour les hommes et un pour les animaux.Ces derniers sont aussi victimes innocentes d’un système mensonger qui prône le productivisme,
    l’individualisme et la banalisation jusqu’à l’insensibilité de la barbarie.L’ information de cette excellente association est aussi révélatrice que le bio a aussi ses limites,et qu’il
    peut être qu’un outil marketing supplémentaire pour tromper les consommateurs.
    L’idéal est de s’abstenir de consommer de la viande,vous serez certain de ne pas avaler de médicaments,antibiotiques,ogm,clones,ne pas participer à la déforestation
    et aux génocides silencieux de tribus ancestrales.On trouve des protéines dans les légumes,les oeufs,le pollen,les fruits...
    "Tant qu’il y aura des abattoirs il y aura des guerres" Tolstoï


  • #1404647

    La consommation de viande aujourd’hui est :

    - disproportionnée (jamais l’homme n’a manger autant de viande que l’homme moderne)
    - inutile (sauf pour une minorité de personnes avec un système nerveux faible)
    - toxique (antibiotiques, vaccins, acidifiant)
    - polluante et gourmande en ressources

    De plus, je doute que les personnes travaillant dans un laboratoire reste saine d’esprit... une étude psychologique serait intéressante sur le sujet.

    Après beaucoup de recherches j’ai opté pour une alimentation végétarienne à tendance cru (majoritairement fruits et légumes) et j’en suis parfaitement satisfait !

    De plus un jardin potager (notamment en permaculture) peut nous assurer une indépendance et une autonomie très intéressante !


  • #1404659

    @emma / vous avez certainement raison ...pour l’instant , c’est le contraire qui est demandé à tous les éleveurs Français , en retard sur leurs concurrents européens , car la taille de leurs élevages est totalement inadaptée car ridiculement petite !
    On est donc loin de votre idée , qui reste néanmoins la meilleure .


  • #1404955

    Je vous laisserai bien un message à ce sujet , mais ce serait comme retirer le bifteck de la bouche de certains et je n’ai pas envie de me faire mordre .


  • Moi ce qui me choque le plus c’est ces commentateurs qui espèrent le licenciement des ouvriers, sans indemnités...
    On évite de justesse le " Y’a qu’a leur faire pareil à ces monstres !!! " .

     

    • Tu m’étonnes...je suis consterné de voir à quel point et avec quelle facilité les gens peuvent perdre toute raison et toute mesure dès qu’on leur montre des images choquantes, volontairement choisies pour faire pleurer dans les chaumières et exciter leurs émotions, leur côté compassionnel. La connerie des gens les rend tellement manipulables...et pourtant ici les ficelles sont quand même bien grosses...

      Perso, si je trouve qu’il y a dedans quelques actes de violence gratuite qui ne devraient pas être, je ne suis pas particulièrement choqué de cette vidéo...franchement, faut-il s’étonner de la brutalité et de l’absence de compassion envers les animaux dans un endroit dont la seule fonction est de les TUER ??


    • « franchement, faut-il s’étonner de la brutalité et de l’absence de compassion envers les animaux dans un endroit dont la seule fonction est de les TUER ?? »
      Euh oui !!! On peut s’en étonner en effet et considérer que la mise à mort d’un animal puisse être entreprise de manière différente. La connerie des gens peut certes rendre les gens manipulables, comme vous dites, mais elle peut tout aussi bien les rendre indifférents. A bon entendeur.


  • Au risque de me faire "insulter" je dirais que c’est comme ça depuis que l’homme à commencé à se tenir sur ses 2 "pâtes" arrière ...
    Oui on TUE des animaux depuis la nuit des temps pour se nourrir, c’est le règne animal c’est la Vie.
    Après perso bien sur je sais que c’est difficile de voir tout ceci enfin j’imagine parce que je ne préfère pas regarder ce genre d’images, c’est être légèrement sado-maso en jouant sur l’émotionnel.
    J’adore la bonne viande, mon beau-père est chasseur, il s’occupe parfois de "préparer" les bestiaux abattus, j’irai pas voir comment ça se passe ...
    Ceci dit qu’est-ce qu’elle est bonne cette viande c’est un pur régal ! hum.

     

    • Par pitié, arretez de tout melanger .
      Déjà l’Homme n’est pas un carnassier ,
      Ensuite, chasser n’à rien à voir avec acheter de la viande en barquette .

      Ce n’est pas le procès de la consommation de viande qui se joue ici, mais la consommation gratuite de viande (ce qui est inconnu du chasseur comme du primitif)

      La viande comme "loisir" n’a jamais existée, elle n’existera jamais , c est tout .
      A moins de tolérer les abattoirs minutes, le gaspillage excessif, l engraissage indigne, etc.

      De tout temps on a elevé des bêtes , mais c’est la première fois qu on veut les voir transformer an bidoche en quelques semaines, et c est de cela dont il est question !
      On parle d’une consommation de pur loisir, sans que le consommateur ne fournisse le moindre effort !

      C est désolant ! quand aux autres, qu ils chassent, fassent leur viandes,charcuteries, c’est hors du débat !!


  • Je suis ravie de constater qu’il y ait autant de personnes végétariennes et défenseuses de la cause animale sur E&R.
    Quant à ceux qui accusent L214 de complotisme juste parce que c’est une ONG, c’est ridicule. C’est une association respectable qui fait du très bon boulot pour la cause animale, surtout concernant la souffrance des animaux d’élevage, thématique dans laquelle elle est spécialisée.
    Je suis moi aussi végétarienne depuis maintenant 3 ans et suis en pleine forme, je suis même à tendance végétalienne évitant au maximum les produits laitiers - je ne réécrirais pas pourquoi certains l’ont très bien expliqué dans les commentaires précédents.
    La consommation responsable c’est ça aussi, hors de question que je finance ce massacre massif d’animaux au quotidien, je ne serai pas en phase avec moi-même. Je ne serai pas capable moi-même de tuer un animal pour m’en nourrir, sauf peut-être en cas d’extrême nécessité, ce qui n’est pas mon cas, c’est trop facile d’aller acheter son morceau de viande tout propre sans avoir le propre sang de l’animal sur les mains.
    A ne pas oublier la souffrance des poissons et l’horreur de la pêche industrielle, trop souvent passée sous silence également...

    Une fois de plus si vous critiquez les effets pervers du capitalisme, il serait plus cohérent de ne pas le faire devant un morceau de steak ou de charcuterie provenant de ces élevages intensifs inhumains (90% de la production de viande française), ou même avec une clope au bec, filant du fric à des géants industriels comme Philip Morris qui se font un paquet de pognon en rendant malades les gens... tout comme les grandes firmes agro-alimentaires d’ailleurs. (oui quand je suis devenue végétarienne j’ai aussi arrêté de fumer !!!)

     

    • @Feena, connais-tu le site viande info ? C’est un site édité par l’association L214, dont le directeur de publication est Antoine Comiti que l’on retrouve au comité de rédaction des Cahiers Antispécistes, je te recommande mes préférés, "Féminisme et vivisection" et "Egalité animale et avortement".


  • #1405106

    Il faut se renseigner sur l’alimentation des Hunzas. Parmi les supposées caractéristiques de ce peuple, une absence presque totale de maladies, une espérance de vie d’en moyenne 120 ans et une apparence physique plus jeune.

    Leur modèle alimentaire :
    – Ils sont végétariens.
    – Ils consomment une grande quantité d’aliments crus.
    – Leur régime est composé majoritairement de fruits et de légumes.
    – Leurs produits sont totalement naturels et locaux.
    – Ils ne boivent pas d’alcool et ne consomment pas de sucre.
    – Leur consommation en sel est très modérée.
    – Ils pratiquent régulièrement le jeûne.


  • je n’aie pas regardé la vidéo car c’est au dessus de mon possible, la cruauté envers les enfants, les animaux, les faibles me bouleverse au point de suffoquer. Il est grand temps d’ accepter dans nos cœurs Dieu. Il est la réponse. Arrêtons de bouffer comme des gros ....... c’est insupportable de voir à quel point cela est devenu un culte je veux bien sur parler de cuisine. L’Européen dans son petit confort matériel change de cuisine quand celle ci n’est plus à la mode. Comme ci la vie n’était rien d’autre qu’une marchandise, cela me donne la nausée, ce n’est plus possible ! réfléchissons, déduisons, constatons. Les agriculteurs travaillent trop pour rien et les animaux vont à l’abattoir sans avoir connu une décente existence et nous mangeons des bruits de barreaux grinçants, des couloirs de mort, de la maltraitance. Le bio devrait être la norme décente et franchement les agriculteurs seraient bien plus heureux d’en faire moins et gagner plus tout en respectant les animaux . Manger en hébreux cela veut dire Dieu se donne en totalité.


  • #1406123
    le 26/02/2016 par Pierre-Albert Espénel
    Actes de cruauté dans un abattoir du Gard certifié bio

    Pour éviter toute souffrance inutile



    Parce qu’il y a des souffrances utiles ? Pour qui ? Pas pour l’animal. L’abattage bio, kosher ou ordinaire est la mère de tous les cynisms.


  • Franchement, le seul passage choquant c’est le moment où le mec donne des coups d’electrochocs inutiles en rigolant. Manifestement ce type est un peu atteint.

    Pour le reste, il faut arrêter d’être pédé : La plupart des gens qui s’offusquent de ces images, n’ont jamais vu ou eu à pratiquer l’abattage d’une bête, d’où une sensibilité exacerbée. Regardez n’importe quel documentaire animalier traitant d’un animal prédateur, c’est du même tonneau, vous n’avez jamais vu un chat dépecer une souris vivante ? Oui l’animal tué ne veut pas mourir, il a peur et il se débattra autant qu’il peut, rien de plus normal c’est l’instinct de survie, ce n’est pas parce qu’un animal se débat qu’il y a maltraitance. Pour finir, dans l’abattage humain, l’animal est tué proprement d’un coup de couteau dans une artère, d’où mort rapide en quelques secondes, nous ne jouons pas avec nos proies (sauf quelques psychopathes) et nous ne les dévorons pas vivantes...
    Quant au coté "glauque" et "inhumain" de cet abattage de masse, il est inhérent à l’industrialisation du processus, pas plus, pas moins, que l’effet que donne une ligne de caisses d’hypermarché vue de surplomb, ou qu’une usine quelconque...

    C’est marrant j’ai rarement vu un "vegan" (rien que ce mot est à gerber tant il est synonyme de "gay" sur le plan politique, toujours les mêmes arnaques anglo-saxones) pleurer de compassion quand il écrase avec un petit cri très pédé une araignée importune, le moustique, ou la tique, venus, en toute innocence animale, prélever un peu de son fluide vital ; sans parler des plantes jetées vivantes dans l’eau bouillante ou pire les millions de micro-organismes tués à chacune des respirations de cet être abject et insensible !

     

    • Plantes et micro organismes n’ont pas de systeme nerveux. Et les insectes certes mais moins développé qu’un mammifère. Je pense que tu ferais moins le mec viril si un prédateur menaçait ta vie chaque jour. Prends garde à ne pas confondre virilité et insensibilité, le Christ qui n’était que compassion dégageait aussi beaucoup de force et de grandeur.


  • Commentaires suivants