Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alès : fermeture d’un abattoir après la diffusion d’une vidéo choc

Le maire d’Alès a annoncé ce mercredi avoir ordonné la fermeture « immédiate et à titre conservatoire » de l’abattoir municipal après la diffusion par une association d’une vidéo montrant des mauvais traitements infligés à des animaux.

Action réussie pour une organisation de défense des animaux à Alès. Ce mercredi, l’association L214 a frappé les esprits après la diffusion d’une vidéo montrant les traitements infligés au bétail, parfois abattu en état de conscience. Après avoir pris connaissance de ces images, le maire de la ville Max Roustan a demandé la fermeture « immédiate et à titre conservatoire » de l’abattoir municipal.

 

Acte I. Des images en caméra cachée

L214, une association de défense des animaux, publie ce matin sur son site une vidéo filmée en caméra cachée entre avril et mai 2015 par une « une personne qui a accès à l’abattoir ». Les images montrent des bovins et des moutons être saignés alors qu’ils ont repris connaissance après avoir été étourdis. Des porcs sont entassés dans une cage qui descend dans une fosse où ils seront asphyxiés au Co2. Un cheval apeuré est frappé avec un aiguillon électrique.

Selon l’association, cette vidéo révèle « des mauvais traitements et des actes de cruauté » infligés à des animaux à l’abattoir d’Alès. Contactés par l’AFP, les responsables de l’abattoir n’ont pas souhaité s’exprimer.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

 

Avertissement : les images contenues dans la vidéo peuvent choquer.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

217 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il était peut-être pas assez cashère ? Le titre de la vidéo est "Abattoire made in FRANCE". Est-ce que c’est pour dire que les abattoirs Français sont nuls et que ceux de l’étrangés sont meilleurs ?


  • Message reçu, mais je me permets de rappeler que ne pas malmener un animal n’implique pas forcément d’y renoncer complètement.
    Avant de manger un animal il faut le tuer (et il en va de même pour la salade).

     

    • Biensûr. Il n’y a aucune différence entre un animal et une feuille de salade ! De même, aucune différence non plus entre vous et un concombre. Légumes, mammifères, algues, planctons, c’est pareil !

      Vous réfléchissez parfois avant de parler ?


    • D’accord avec Michael d’un certain point de vue. C’est aussi aberrant que l’agriculture intensive sauf que ça nous parle peut être plus par ce que nous sommes plus proches des animaux.


    • @Légion :
      À mon avis, le végétalisme (prôné par cette vidéo, d’où ma réponse) revient à répondre à un extrême par l’autre extrême.
      On ne combat pas la fornication par l’asexualité, mais pas l’éducation. Donc (en matière d’abattage) je préconise la prise de conscience. Si les gens devaient eux-mêmes tuer une bête avant d’en manger, ils mangeraient moins de viande. Crois-moi bien que ça fait très mal au coeur de tuer un être vivant.
      Quoiqu’il en soit, ce qu’on voit dans cette vidéo est indéfendable. Je n’aime pas ça du tout.


    • @ mickael B,
      L’extrémiste n’est pas celui qui épargne la vie des animaux car il a compris que leur exploitation n’était pas essentielle pour sa survie, mais celui qui malgré les preuves de l’inutilité de l’exploitation des bêtes continue de les bouffer pour un plaisir de quelques minutes dans son assiette, d’un sac à main, de chaussures ou de son cul poser sur un canapé en agneau plongé. La prise de conscience quand elle se fait honnêtement, doit appliquer les solutions qui s’imposent sinon elle n’est qu’hypocrisie.


    • Épargner des animaux en renonçant au cuir je veux bien, mais tu fais quoi des plantes de lin et de coton qu’on assassine en masse pour le plaisir cupide et égoïste de nous vêtir ?
      Je plaisante pas du tout,


  • L ’ humanité n ’est jamais sortie de la barbarie mais elle s ’enfonce plus que jamais dans l ’inhumanité : ces dégueulasseries devraient nous incliner au végétarisme .


  • Des êtres vivants qui ont eu la malchance de naître dans un monde entre les mains d’animaux.

     

    • #1293211

      Ils sont nés de la volonté d’un éleveur...ce qui ne minimise pas ce carnage. On ne respecte pas les animaux et ça se paiera un jour.


    • A Le rossignol milanais :

      Ne survivent génétiquement dans ce monde QUE les espèces qui rapportent quelque chose à des éleveurs.

      Les autres, d’une façon ou d’une autre, disparaissent.

      Et je passe sur les crétins modernes, qui se croient scientifiques mais qui ont l’intelligence en option sous la forme d’une case non cochable, comme l’autre taré qui a découvert après 20 ans de recherches un charmant petit martin-chasseur à moustache, oiseau rarissime quasiment unique au monde, qu’il s’est empressé de tuer afin de pouvoir l’étudier au nom de la préservation de l’espèce.

      A force de toujours se désintéresser de ce qu’il a (et maitrise), tout en chérissant ce qu’il n’a encore (ou plus du tout), j’ai bien peur que l’homme ne finisse par respecter la nature que lorsqu’elle n’existera plus que dans ses souvenirs, quand il l’aura définitivement détruite, quand la substantifique moelle en aura été extirpé.

      Des fois, il me prend à penser que l’évolution de la vie a engendré l’homme et son cerveau comme un outil ultime destiné à protéger le système, mais que le gardien du verger ne le comprenant pas, il se gave des fruits qu’il est censé protéger avec l’inconscience et le mépris qu’inspire l’abondance.


    • @ le rossignol milanais,
      non, ils sont d’abord nés de la volonté des carnistes de vouloir les manger. C’est le principe de l’offre et de la demande. Si vous n’acheter pas, les éleveurs n’élèvent pas et les industries et fermiers locaux ne tuent pas. Les premiers responsables sont les consommateurs et leurs choix.


  • nous finirons tous comme ça dans cette industriocratie, comme par exemple l’insémination artificielle des vaches pour qu’elles produisent plus de lait et l’insémination artificielle des femmes pauvre pour les vendre aux riches, je ne voit pas la différence.
    J’ai visité l’abattoir de mes arrières grands parents qd j’étais jeune, je ne saurai plus jamais manger un bout de cadavre torturé et réduit comme ça en esclavage.
    Nous sommes tous ces animaux torturés.

     

    • Jusqu’à ce que la procréation naturelle devienne interdite (parce qu’elle parasitera le "calcul prévisionnel global" que permettront l’insémination artificielle et la manipulation génétique).
      Les gens qui prônent ces saloperies n’aiment pas la Vie...


  • Félicitations à ER pour la publication de cette vidéo,l’information en ce domaine est inexistante dans les médias dominants corrompus.La majorité servile de nos contemporains ne voulant pas savoir,indifférents,égoïstes et insensibles aux désordres de ce système destructeur pour les hommes,les animaux,l’environnement,tout est lié et indissociable.Cet abattoir n’est hélas pas un cas isolé.
    "Quelle pitié,quelle pauvreté d’avoir dit que les bêtes sont des machines privées de connaissance et de sentiment" Voltaire
    "Entre la pitié envers les bêtes et la bonté d’âme il y a un lien étroit"Arthur Schopenhauer
    "L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme,tant qu’il continuera à apprendre sur la bête son métier de bourreau" Marguerite Yourcenar

     

    • Pour le coup, non, Le Monde a publié et abondamment commenté la vidéo, assez rare que ce journal en 2015 soit au niveau pour le souligner. C´est assez consensuel comme sujet, bien que personne ne veut s´en prendre sérieusement a ce lobby. On préfere manger de la viande moyenne et chere, alors qu´une bonne " viande " végétarienne, passe assez inapercue. Pas rentable, pas assez de pesticides dedans, et on peut produire des tonnes de lentilles ou autres légumes pour peanuts et en utilisant peu d´eau.

      Sujet a rapprocher de l´absurdité de la circulation voitures dans les grandes villes, et du lobby voiture et pétrole.


  • Qu’est-ce que cet abattoir d’Alès a de particulier/différent de ses collègues ?

    Les autres proposent un dernier clope aux animaux ?

    Pourquoi feint-on de découvrir la "réalité" des abattoirs ? De celui-ci en particulier ?

     

    • L’abattoir d’Alès n’est pas différent des autres, c’est juste qu’il n’est pas aisé de filmer ces horreurs. Et donc quand les activistes arrivent à pénétrer les enceintes de l’enfer, c’est l’occasion de montrer les images au monde entier. Car ce n’est pas grâce aux carnistes que les gens apprennent ce genre de vérité.


  • Absolument répugnant.


  • "Après avoir pris connaissance de ces images, le maire de la ville Max Roustan a demandé la fermeture « immédiate et à titre conservatoire » de l’abattoir municipal."

    On se demande à quoi sert d’être le 1er magistrat d’une ville, si on est informé de ce qui s’y passe qu’en même temps que le reste de la population.

    Il va falloir que ce maire songe sérieusement à licencier tous ses collaborateurs qui lui ont caché sciemment ou par incompétence la gravité de cette situation.


  • C’est malheureusement nécessaire pour avoir de la viande à prix accessible.

     

    • C’est surtout nécessaire à ceux qui n’ont pas encore compris que la viande est la nourriture de l’ignorance.


    • #1293287

      "malheureusement il est nécessaire que des esclaves mines des matériaux dans des endroits extrêmement dangereux à l’autre bout du monde pour fabriquer mon téléphone portable à prix accessible".

      "malheureusement il est nécessaire que les animaux soient traités avec une terrible cruauté pour que je puisse me faire plaisir en mangeant de la viande tout les jours tout en pouvant continuer de pourvoyer à mes besoins basiques, telle qu’une télé, un smartphone récent, une connexion internet, des jeux vidéos, des sorties au cinéma, au restaurant, en boîte, une voiture neuve, un macbook, des vêtements à la mode, des chaussures stylées, etc..."

      Inutile de dire que commentaire m’a laissé sans voix. Ou bien vous êtes ignorant, et alors ce n’est pas de votre faute, mais il faut vous cultiver, ou bien vous ne l’êtes pas, et là, le cas est bien pire.

      Je précise quand même : votre affirmation est archi-fausse, cher ami.


    • encore faudrait-il prouver que consommer de la viande en si grande quantité soit nécessaire.

      Tu veux que non seulement l’animal soit tué pour ton seul plaisir gustatif, et qu’en plus il fasse un effort pour pas te coûter trop cher ? vraiment une logique d’égoïste de merde

      je ne suis pas végétarien mais conscient des conséquences des choix de consommation


    • @ Tak,

      Il est marrant votre commentaire. Ne pas être végétarien parce qu’on ignore le sujet et qu’on a pas conscience de la réelle condition animale, c’est à la limite excusable (je parle pas pour john egg puisque lui aussi sait mais se trouve des excuses pour continuer à manger des etres sensibles). Mais avoir conscience du problème et de la solution, la revendiquer sans changer sa manière de consommer pour autant, tout en taxant les autres d’égoïstes, c’est assez poilant.


  • 1 milliards d’individus animaux abattus par semaine pour satisfaire la consommation mondiale de viande ( avec le gaspillage qu’on sait ).

    Je vous laisse imaginer la boucherie...
    Mais à part ça, on est fier de nous.


  • Malheureusement c’est un problème qui n’est pas limité à l’abattoir d’Alès, et c’est tout notre mode de consommation qui est à revoir.
    Je trie et découpe des foie gras dans une usine de canard, et quand je vois 90% des foies avec des hémorragies internes ou dans un état vraiment déplorable, j’imagine la vie misérable et tragique de ces pauvres bêtes.
    Effectivement, la manière que nous avons de traiter nos animaux est un des signes de l’effondrement de notre société.


  • C’est sûrement des abbatoirs de musulmans. ?
    Ne varietur.
    Lavrov.

     

    • Ah ah ah trop marrant .... c, est un abattoir typiquement occidental monsieur , sache que contrairement aux abattoirs occidentaux les musulmans monsieur prie pour le sacrifice de la bête afin que Dieu accepte son ame , un musulman qui ne fait pas la prière n’a pas le droit de tuer une bête , il est aussi interdit d’asphyxié une bête ni meme la blessée ou encore l’assommé avant le sacrifice alors avant d’écrire tes anneries instruit toi cammarade. Ps le sacrifice est uniquement par egorgement.


    • @adam,
      "…les musulmans… prie pour le sacrifice de la bête afin que Dieu accepte son ame".
      Il est vrai que cela change tout !...


    • #1293293

      Adam, je pense que le commentaire de Lavrov était ironique.
      Ce qui ne veut pas dire que je soutienne le halal non plus ... mais, qu’il est hypocrite de dénoncer celui ci, alors que les abattoirs "normaux" sont un véritable enfer, et qu’on en parle jamais.


    • #1293298

      @Adam J’ai cru déceller une pointe d’ironie chez Lavrov mais je me trompe peut être...


    • C’est stupide de s’appuyer sur un écrit religieux pour affirmer qu’un musulman n’agira pas de même.

      Imaginons qu’un musulman travaille comme un salarié de cette entreprise et qu’il n’a pas lu le passage du bouquin relatif à la souffrance animale, doit-on le juger alors qu’il est persuadé d’aller dans le bon sens ?


    • Mais la plupart des abattoirs standards font aussi le hallal. Le hallal est moins cher car une étape de la chaine saute... :s

      Personne ne se souvient du scandale de Marine Le pen quand elle en avait parlé ?

      C’est la même sauf que les animaux sont égorgés direct, sans essai de phase d’endormissement.
      Après certains imam disent que endormir l’animal ne serait pas incompatible avec le hallal je crois.


  • Voilà qui est beaucoup moins creux que "Allal-pas allal". À chaque fois que j’ai envie de manger de la viande, je me rappelle du travail que représente l’abatage d’une simple poule. Je ne suis pas devenu végétarien, mais manger de la viande tous les jours, ce n’est pas naturel et ce n’est pas nécessaire.
    En outre, lorsqu’on voit ces images et que l’on sait le gaspillage engendré par notre société de consommation, on ne peut qu’avoir la nausée. Raison pour laquelle ça fait bien longtemps que je n’achète plus de viande dans les magasins, mais uniquement chez l’éleveur, quand je peux savoir comment la bête a vécu et comment elle est abattue. "On est ce que l’on mange" - Souvenons-nous en.

     

    • Très bien dit camarade.


    • Un éleveur n’abat pas les bêtes. Elles vont se faire charcuter à l’abattoir et leur fin n’est pas plus enviable que celles de cette vidéo. Quand à leur vie dans les vertes prairies, elle aura été si courte et si triste aussi que je ne vois pas où est l’éthique la dedans. Les éleveurs n’arrachent ils pas les veaux à leur mère pour les envoyer aussi se faire trancher ? Avez vous entendu les hurlements d’une vache pendant des jours après qu’on lui ait enlevé son bébé ? Avez vous vu la terreur dans les yeux de tous ces êtres sentients lors des multiples actes qui paraissent anodins à ceux qui n’y réfléchissent pas, mais qui font vomir de chagrin quand on prend le temps de les regarder en face ?


  • Insoutenable, dans cette société du profit, notre degré d’humanité est passé sous le zéro.


  • Les abattoirs ET les élevages industriels sont de véritables enfers pour les animaux. Il ne s’agit pas de négligence ou de je m’en foutisme, ils ne sont pas traités avec mépris mais bien avec cruauté.

    Le pire, c’est que Bruxelle fait tout pour tuer l’éleveur local et pour que dans un futur proche, il n’existe que ce type d’élevage où la cruauté infligée aux animaux est sans limites.

    Ces images sont a vomir et vont m’empêcher de dormir ce soir. Et l’hypocrisie du maire qui fait " fermer l’abattoir " comme ci c’était un cas isolé, comme s’il était surpris. Regardez "earthlings". 90% de la viande est produite de cette manière.


  • Combien de travailleurs mis au chômage ? Il me semble que l’entreprise en question aurait pu faire l’objet d’une surveillance , d’une amende aussi . Mais de là à fermer l’entreprise avec les conséquences sociales que cela aura . A mon sens , c’est n’importe quoi !

     

    • On va pas pleurer que ces salopes qui "travaillaient" dans cet abattoir soient au chômage. Si on pouvaient les mettre dans les mêmes conditions que les animaux a qui ils ont fait subire tout ca....


    • Franchement, tu sais quoi, ces guignols qui sont là dedans je les méprise de tout mon être, de chaque atomes qui me constituent !
      J’ai plus d’empathie pour tous les morbaques vivant sur cette planète que pour ces sous hommes.

      Ce qui me rassure dans cette histoire, c’est que les gars qui bouffent de la junk food en toute connaissance de causes et effets crèvent plus vite.


    • L’article 521-1 du Code Pénal pénalise de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende la cruauté envers des animaux.
      Ces gens ne devraient donc pas seulement être au chômage mais en prison, si la France possédait une réponse pénale digne de ce nom...


    • Je trouve le chantage à l’emploi déplacé en de telles circonstances. De plus, qui a dit que ces personnels seraient licenciés ?
      Les animaux n’ont rien demandé. Les hommes doivent être responsables de leurs actes.
      Ce sera peut-être l’occasion pour eux de ne plus baigner dans le sang au point d’en perdre toute humanité pour remplir l’assiette des "bouffeurs de cadavres" qui leurs laissent faire le sale boulot en faisant mine de ne rien savoir. Aller, un peu de courage !

      Sans compter que toute cette souffrance est gratuite puisque nous n’avons pas besoin de consommer de matières animales pour être en bonne santé. C’est même exactement le contraire !


    • Désolé, je n’ai pas de pitié pour les gens qui piquent les cheveux apeurés à coup de tazer, ou encore les porcs pour qu’ils dégagent plus vite du camion, ou qui découpent les pattes coincées d’une vache (vivante) à la tronçonneuse pour gagner du temps.
      Le coup du " mais ils ont une famille à nourrir " a une limite quand meme.

      Ils font quand meme pas leur taff les yeux fermés, et sont coupables, au moins autant que les dirigeants / investisseurs qui imposent cette cadence infernale, dans ce lieu infernal.

      Une "amande" lol. Même la fermeture de cet abattoir ne changera rien, tout les autres font pareil.


    • Et à mon sens, c’est n’importe quoi d’oublier l’éthique au nom du chômage.
      Avec cette logique absurde, on n’a qu’à ré-ouvrir des camps de concentration, ça crée tellement d’emplois !


    • Ça leur laissera du temps pour méditer


  • Excellente initiative de ce maire, si tous les autres pouvaient faire de même on sera enfin debarrassé de touts ces "tortionaires" et la France redvienrait la France avec ses vraies valeurs.

    La citation de Gandhi etait si exacte : "On peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités."

     

    • Autre citation, de Chépaki : "on peut juger de l’état d’un pays à celui de ses prisons."

      Bref, chacun veut bien voir ce qu’il veut... ou pas...
      Après, si c’est l’ensemble du pays qui est organisé en "prison"... de l’intérieur, tu ne fais plus la différence.


    • "La citation de Gandhi"

      Celui qui éjaculait dans le dos des jeunes filles avec qui il dormait ? (pour tester sa volonté parait-il)... chacun ses modèles...
      L’Inde est un pays où les vaches sont sacrées et où les humains sont classées en caste, avec des hordes de gamins mendiants courant les rues. La "grande âme" n’a peut-être pas tant de leçons que ça nous à donner.


    • "on peut juger de l’état d’un pays à celui de ses prisons." c’est Dostoïevski.
      Chez nous vous savez les locaux sont certes un peu crasseux et vieillot, on est un peu serré dans les cellules mais c’est quand même loin des prisons de l’empire Tsariste dépourvues de chauffage que l’écrivain a visité, les prisonniers ne sont pas torturés et ils ne font pas de travaux forcés. Je vous recommande le reportage sur la prison des Bomettes qui est sorti l’an dernier : il y a plein d’activités, télé, jeux de société, clopes, bédo, téléphone portable à volonté, nourri, logé, blanchi sans aucune contre-partie et en prime tout les trimestres on peut sortir pour aller faire un stage poney et butter un flic avant de rentrer à la base de loisir (véridique). Bref, je crois qu’on reste quand même largement au dessus de la Turquie, du Maroc, de certains pays d’Asie et de tout les pays d’Afrique.


  • La majorité des gens (y compris moi-même) sont des coupables passifs de cette souffrance animale incommensurable voir de ces meurtres avec actes de barbarie... C’est la résultante de la consommation de masse en matière de viande, alliée au profit, à la rentabilité et à l’élevage intensif...
    Le problème est complexe car il sous-entend de changer radicalement de type de société, tant au niveau du peuple que des instances gouvernementales. Aucun homme politique ne prendra de décision efficace et rapide pour améliorer la "condition animale en fin de vie" car elle entrainerait inéluctablement des conflits religieux sur l’égorgement des animaux (halal) ou pas.
    Ensuite viendrait se greffer les problèmes d’ordre économique (élevage intensif pour la consommation de masse donc problème de coût de revient). Ensuite, les abattoirs devraient embaucher plus de personnel et investir davantage dans du matériel d’exécution plus moderne et "sans souffrance pour l’animal".

    C’est une spirale infernale qui est difficile à rompre... Je peux comprendre Hélène de Fougerolle qui a décider d’arrêter de manger de la viande. Après tout, c’est elle qui a raison au final, elle est plutôt censée comme personne et en tant qu’actrice je la trouve plutôt discrète et distinguée.

    Si on aime vraiment la viande et que l’on veuille faire une bonne action pour les "animaux de table", on pourrait devenir adulte et mature en allant à la ferme chercher son poulet ou son entrecôte, car on épargnerait au moins des centaines de vies animales de ces lieux infâmes et de tortures d’un autre âge.

     

    • Ne mangez plus de viande, ou moins, comme le faisait nos ancêtres.
      L’industrie agro alimentaire et la consommation de masse ont abruti nos corps et nos esprits.
      Eviter d’acheter dans la grande distribution.
      Ce système aura notre peau.
      Luttons.


    • Entièrement d’accord. Ou bien on arrête de manger de la viande complètement, ou bien on en mange moins en l’achetant plus cher chez un éleveur local. Triple avantage : ca sponsorise le local, c’est éthique, et c’est meilleur pour la santé.

      Il n’y a AUCUNE excuse pour ceux qui continuent à manger la merde industrielle. "mais mais, je peux pas acheter bio ET acheter mon iphone 6 !" ;" mais mais, entre le travail, la télé, facebook, mes séries préférées, le resto, le cinéma, les boites de nuits, j’ai pas le temps d’aller trouver un éleveur local ! "

      Et ensuite ca vient se plaindre "ouinn ouinnn les multinationales contrôlent le monde". Mais, parce que vous cautionnez leur merdes et achetez leur produits.

      Finalement, le "peuple" à ce qu’il mérite. Il cherche le confort, le plaisir, ne cherche pas à faire d’effort, et quand cette lâcheté et cette oisiveté leur retombe sur la gueule, ca se plaint.

      Combien qui se plaignent des riches mais qui retourneraient leur veste à la seconde ou ils gagneraient au loto, ou hériteraient ?

      " C’est les méchants sionistes / FM / dirigeants / oligarchie ! "
      Non, le problème, c’est la race humaine. Comme un haut gradé de la maçonnerie le disait "si les sociétés secrètes arrivent à leur but, c’est parce qu’elles sont basées sur les passions des hommes".


  • Faites comme moi ne mangez plus de viande on a en a franchement pas besoin a ce point la

     

  • Ancien élever, fils de boucher j’allai dans les abattoirs dès l’age de 6 ans et cela ne m’a jamais traumatise ; (études sup avant certains commentaires) et rien ne m’a choué dans les imagesDans le commentaire la pseudo journalisme confond conscience et réaction nerveuse ex typique est celui du poulet qui court sans tête. Certains animaux peuvent avoir des spasmes nerveux 1/2 h après leur mort à tel point que l’on ne peut les dépecer ; Si vous connaissiez les égorgeurs vous seriez étonner a quel point ils respectent les animaux. Je n’ai jamis vu mon père boucher faire du mal à un animal. Désinformation totale. Combien d’emploi seront détruit ?

     

    • T’as fais des études supérieures en faute d’orthographe ?!
      T’es au moins bac +10 si j’en juge ton commentaire.


    • @ beligue



      (études sup avant certains commentaires)



      C’est vrai qu’à partir d’un certain niveau d’études, il est vraiment futile de se relire pour savoir si notre message est déchiffrable !
      Le reste doit être à l’avenant ...pfff


    • Désinformation ? C’est vous qui êtes déformé depuis votre enfance. Vous êtes dans un déni total de la souffrance animale. Allez-vous encore longtemps faire l’économie d’une remise en question ?
      Ce qui se passe à l’abattoir d’Alès, et malheureusement d’en beaucoup d’autres, est une barbarie et cela crève les yeux de toute personne capable de ressenti.


    • Dans cette vidéo, ainsi que dans le film earthlings, l’on voit à quel point ces personnes " respectent" les animaux. Je suis en effet parfaitement étonné de ce respect, de cette éthique qui règnent dans ce lieu paradisiaque.

      Qui désinforme ? Les vidéos amateurs en caméra cachées ou les abattoirs industriels fermés au public ?

      "mais mais mais c’est la propagande des méchants lobby végétariens ! les pauvres industriels aggro-alimentaires sont victimes de calomnies ! "

      Vous osez nous parler de "respect" après toutes les vidéos et témoignages qu’il existe sur le sujet ? Soyez sérieux un instant, s’il vous plait.


  • "... alors signez la pétition pour fermer l’abattoir d’Alès" ...euh... pourquoi ? En fait dans les autres abattoirs de France ils ne procèdent pas de la même façon ??

    Cette phrase est d’un ridicule... Soit on ferme tous les abattoirs de France ou soit on les laisse tous en activité (celui d’Alès compris).

    Sinon vive l’hypocrisie de ceux qui commentent la vidéo sur YouTube, certainement 80% d’entre-eux mangent de la viande (si ce n’est pas plus).

     

  • La seule méthode digne afin d’ôter la vie d’un animal c’est de l’égorger avec un couteau très bien aiguisé, la veine jugulaire étant tranchée, le cerveau n’est plus irrigué, donc l’animal ne ressent plus aucune douleur.

     

    • Non, les seules méthodes dignes, et par ailleurs également saines tant pour l’animal que pour le consommateur, c’est de tirer une seule balle dans la tête de l’animal lors d’une chasse, la mort étant instantanée et la souffrance quasi-nulle, pour les animaux sauvage, ou de faire perdre conscience à l’animal en l’assommant par surprise AVANT de le transporter à l’abattoir, afin de lui éviter non-seulement la douleur mais également le stress de la conscience de sa mort imminente.
      Votre méthode au contraire fait souffrir l’animal tout le temps que le sang quitte son cerveau et lui inflige également le stress sus-nommé.


    • j’ai vu pas mal de vidéos, c’est vraiment pas convainquant non plus...


    • La veine jugulaire c’est ce qui redescend du cerveau vers le cœur, ça n’empêche donc pas l’irrigation jusqu’à ce que la bête soit intégralement vidée. Il vaut mieux couper l’artère aorte si vous cherchez à priver le cerveau de sang.
      Moi je pense que le mieux c’est encore de travailler à plusieurs, d’anesthésier avec un taser, de pendre la bête par une patte, de détruire le cerveau avec un pistolet à clou et ensuite de trancher les veines et artères pour la vider par gravité.


    • A la limite s’il était égorgé sur son lieu de vie et debout sur ses pattes c’est clair que ça serait moins hardcore.

      Mais là, dans le cas de la viande hallal, car je pense que vous voulez parler de ça, les animaux sont suspendus par une seule patte encore conscients, et égorgés la tête en bas. Ce qui est vraiment insupportable.


    • Exact Jojo, c’est l’aorte ; j’ai déjà égorgé des moutons, ils ne ressentent pas la douleur, surtout si on le conditionne doucement, on le caresse, puis quand la lame bien aiguisée tranche l’animal ne sent rien.
      Celui qui me parle de balle, où trouver des armes à feu dans certains endroits reculés ?


    • Eh bien, je vois qu’il y a des experts en anatomie ici... Blague à part, je me permet d’apporter ma modeste contribution, je précise que je ne suis pas un expert en anatomie animale, mais étudiant la santé, je connais quand même quelques trucs en anatomie humaine :
      1. Comme cela a été dit, la veine jugulaire ne sert absolument pas à irriguer le cerveau, les veines rapportent le sang pauvre en oxygène jusqu’au cœur. Ce n’est pas l’aorte non plus qu’on cherche à sectionner, car celle-ci ne monte pas plus haut que les clavicules avant de redescendre (je pense que c’est à peu près pareil chez les animaux). Ce qu’on sectionne, c’est des artères issues de l’aorte : les artères carotides. Bref l’idée c’est bien d’empêcher au maximum l’irrigation du cerveau afin d’entraîner la perte de connaissance et l’absence de douleur ;
      2. On évite de détruire le cerveau ou de sectionner la moelle épinière : il faut que le cerveau puisse envoyer un influx nerveux au cœur pour que celui-ci continue de pomper afin de drainer le sang (sinon ça sert à rien d’égorger). Si le sang stagne dans les muscles, niveau hygiène, je crois que c’est pas top ;
      3. Pour Rom1 : justement, dans l’abattage halal, la bête n’est pas sensée être suspendue par une patte, ça c’est le cas dans l’abattage "classique". Pour l’abattage halal, l’animal ne doit pas être stressé, donc sur ses quatre pattes, il ne doit pas voir ses camarades se faire découper devant lui (ce qui n’est respecté quasi nulle part, j’en suis certain), on ne doit même pas lui montrer le couteau, et celui-ci doit bien entendu être bien aiguisé. En général, le halal de chez nous c’est juste un label qui donne bonne conscience aux musulmans, les critères que je viens de citer sont rarement respectés ;
      4. Pour la question de l’étourdissement, je vous laisse visionner les nombreuses vidéos qui circulent sur le net, c’est assez parlant : si on prend l’exemple du bœuf, bien souvent celui-ci se réveille avant d’avoir été saigné , il se retrouve donc le crâne fracassé, pleinement conscient, suspendu par une patte, voyant les autres animaux se faire découper, puis il se fait enfin couper les pattes et saigner. Pour les autres animaux, c’est pas mieux : les porcs asphyxiés souffrent terriblement. Pour les ovins, je crois qu’on met des coups de taser, pas sûr que ce soit plus efficace que de fracasser le crâne comme pour les bœufs.
      S’il y a des médecins ou des vétos qui voient une erreur dans ce que j’ai dit, n’hésitez pas à me corriger.


    • Aah booon ça me rassure sur les décapitations menées par les égorgeurs de l’Etat islamiste ! A vous entendre et vous lire, les condamnés ne souffriraient donc pas. C’est toujours ça n’est ce pas !!! Pourtant on dirait que les hommes souffrent quand ils se font cisailler le gosier. Pourquoi les animaux ne souffriraient ils pas ??


  • Compliqué le sujet. Manger de la viande saine nécessite la mise à mort d’animaux. Nous déléguons à des professionnels cette pénible tâche. Pénible car elle ne permet aucun épanouissement dans son travail et qu’il est pénible dans ses conditions (froid, odeurs, ...) Les gars qui bossent dans les abattoirs ont bien du courage. Effectivement nous voyons dans ce montage des animaux dont l’agonie est longue. Est-ce un problème de matériel, de formation ? Je ne vois aucune organisation volontaire de cette souffrance. Il existe un documentaire sur la mise à mort de vaches australiennes en Indonésie (si je ne me trompe) qui est répugnant car on assiste a de la torture sciemment organisée par les salariés (dépeçage puis jet d’eau bouillante, brisage de queue immonde...) qui mérite des sanctions. Ici je ne vois pas cette volonté malsaine, ce sadisme. Uniquement des salariés tentant de rattraper des loupés au rythme d’une chaine de production.

     

    • Tu te voile la face, on pourrait les endormir avec de puissants somnifères avant de les tuer mais non sa couterait trop chère, les profit$ serait trop peu suffisant..
      Le Capitalisme sauvage qui se cache derrière les sociétés ’’civilisés’’.


    • si torturer les animaux était moins cher crois bien qu’ils ne se gêneraient pas, ils font juste au moins cher, c’est tout, et ce le moins cher n’est absolument pas respectueux de l’animal comme on peut le voir.

      Non le sujet n’est pas si compliqué, et non ce n’est pas du courage qu’ont les gens qui travaillent dans les abattoirs. Manger de la viande n’est non seulement pas une obligation pour l’humain, mais c’est même plutôt mauvais pur la santé, car nous n’avons pas d’intestins courts de carnivores. C’est juste agréable et égoïste d’une part (et je peux en parler car je ne suis pas végétarien), et appuyé avec une caution scientifique bidon par un lobby puissant d’autre part. Déjà si les gens en mangeaient ne serait-ce que de façon un peu plus occasionnelle (une fois par semaine, une fois par mois, pour les grandes occasions), on n’aurait pas besoin d’élevages de masse et de mises à mort de masse, donc ce serait forcément plus respectueux.


    • Mon camarade d’au dessus à tout dit. Comme vous êtes naïf de penser que ce mal est "nécessaire" ou qu’il n’y aurait pas de moyen de l’éviter. Et surtout, dire que les gars qui y bossent sont " courageux ", ils sont au moins aussi "courageux" que ces braves soldats, qui ont la dure tâche de torturer des prisonnier.


    • @pierre loup

      endormir par somnifère ?? avec un câlin en prime peut-être ?

      Vous êtes vraiment de pitoyables caricatures... Vous ne savez pas ce que c’est que la nature ! vous n’aimez que "l’humain", et tout ce qui lui est directement connecté (domesticité de l’animal, équivalence dans le rapport homme-animal, projection des sentiments "humains" sur les réactions animales, etc.).
      Vous ne valez pas mieux que ces bourgeoises richissimes qui habillent leur toutou, leur font fréquenter des psys pour chien... c’est la même angoisse que de vous entendre parler, vous n’avez plus la notion de rien !!
      Aimer la nature, la beauté animale, c’est surement pas vouloir développer une relation du type que vous préconisez, mais au contraire aimer l’étrangeté, l’imaginaire, le monstrueux... Je préfère la fascination et l’enchantement des anciens (mythes...) au moralisme humanoïde que vous débitez.
      Le problème de fond, c’est la perte des étendues sauvages et la raréfaction de l’animal sauvage sur les terres occidentales. Vous ne fréquentez pas assez de la "bête". Tout le monde devient taré sur ce sujet. Toute bête doit ressembler à un toutou bien domestiqué, contrôlé, surveillé, numérairement géré, et que l’on traitera comme on traite déjà l’homme moderne (c’est à dire un être chosifié et annoté de droits, rien de plus) au nom d’une souffrance fantasmée ! Bref, le totalitarisme adapté aux bêtes.
      quelle horreur, quel pas supplémentaire vers l’avilissement le plus complet du monde...
      Bientôt les plantes ? (si si, celles qui poussent mieux avec de la musique, on va bien leur en trouver, des sentiments, du pathos végétal)

      Il y a par ailleurs un contresens fait sur le mot "humain" qui ne renvoie pas à l’essence profonde de l’homme (dont chaque religion a son idée), mais à une vision étriquée, moraliste, mondialiste et uniquement légaliste. Si l’humain est cette catégorie dans laquelle nous avons été rentrée de force, et où l’on veut maintenant faire rentrer les animaux, alors Roger Nimier a raison de dire : "tout ce qui est humain m’est étranger"
      méditez un peu, les décadents.


    • @Untel, désolée mais je suis très probablement l’une des personnes qui aiment et respectent le plus les animaux ici mon gars Mon commentaire est seulement celui de quelqu’un de réaliste, Jamais personne ne réussira a empêcher les gens de manger de la viande alors au moins qu’on les endorme solidement avant de les tuer pour qu’ils ne souffrent pas..
      Voilà quel était le sens de mon commentaire, désolée que tu es compris de travers.


  • Ils sont marrants ces bobos gauchistes avec toutes leurs pensées moralisatrices , pire que la vidéo !!!

     

    • Salut, je suis catholique et pro-monarchie, et ce reportage m’a choqué, comme n’importe qui avec un coeur en fait.

      Sinon, je savais pas qu’il y avait des bobos gauchistes sur E&R.

      Mais si ca te fait plaisir de catégoriser ceux qui s’indignent parce que " bêêêh kwé, c’est juste des zanimo ! Hey moi j’aime bien mon biffteak hein et jtaff assez dur comme ca ! ".

      Ensuite, si je rencontre un "bobo" de "gauche" qui me "moralise" sur les animaux torturés des abattoirs, la seule chose que je pourrai lui dire c’est " sur ce point, nous sommes d’accord".


    • quels gauchistes ? je suis nationaliste mais contre la souffrance animale inutile, et cette video dégueulasse m’a fait chialer. Je vois pas où est le problème.


    • Ouaip les réactions indignés des amateurs de big mac et autres bbc me font marrer, des vrais tartuffes pris en tenaille par une injonction contradictoire : C’est dégueulasse de faire ça aux animaux et de l’autre côté c’est vachement bon la barbaque quand même !
      En colère d’abord contre eux même ces hypocrites auraient surement préféré ne pas savoir comment ça arrive dans leur assiette et continuer à se remplir la panse, que ceux qui ne mangent pas de viande jettent la 1re pierre, tiens tiens d’un coup ya plus grand monde..

      .


  • ce reportage m’a juste fait chialer...
    en meme temps au vu de comment les humains se comportent avec leurs freres ce serait surprenant qu’ils se comportent autrement avec les animaux..
    comment peux t on travvailler la dedans comment peut on etre un etre humain et faire ca tout les jours de sa putain de vie..
    suivons les conseille de cette demoiselle avisée et cessons de bouffer leur merde..
    peace mes freres


  • C’est même porc nographique !

     

  • Ca emeut ?

    Et quid des sans voix ? Les enfants tortures et mis a mort dans le ventre de leur mere ?

    Le cote émotion quand un animal crève (c’est le terme exact) me dépasse. Et pourtant, je suis pour le respect des animaux.

     

    • Et quid des sans voix ? Les enfants tortures et mis a mort dans le ventre de leur mere ?

      Stupide, dénoncer les atrocités envers les animaux n’est pas antinomique


    • :D
      Bien sur, seulement, je doute que des VIP s’engagent a l’instar de Helene de Fougerolles.


    • réflexion stupide : on ne voit pas le rapport, c’est pas parce qu’on torturera les animaux qu’on soulagera les enfants qui sont torturés dans le monde, dans ce cas-là, aucun être humain sur terre ne souffrirait, parce qu’on se prive pas : on écorche les animaux vivants pour leur fourrure, on teste toutes les saloperies et armes sur les animaux,on plume les oies vivantes,on dégriffe et arrache les dents des ours sans anesthésie ou on leur crève les yeux. pour les faire "danser" en Bulgarie, ou leur prend leur bile en Chine, etc etc...et pourtant on continue de torturer des enfants, des femmes, et hommes , d’esclavager, d’oppresser, ça n’a pas de rapport !


  • L’éco-facisme devient jour après jour, un concept plus que nécessaire à inventer.


  • Cette vidéo va encore ouvrir le sempiternel débat entre les végétariens et les vampires.
    Ceux qui aiment le sang ne veulent jamais comprendre que, dans une vraie société civilisée, il n’y a pas de shoah animale.
    La richesse, la diversité et l’abondance des végétaux que nous offre à profusion Le Divin peuvent largement pourvoir aux besoins alimentaires de tous les hommes de la planète.
    Je rappelle que la classification des espèces range l’homme dans la catégorie des frugivores-granivores, et non dans celle des omnivores, ou carnivores, ou autre ineptie.
    Tout argument en faveur de la mort d’animaux n’est qu’hypocrisie, faiblesse d’âme et manque d’amour.

     


    • Tout argument en faveur de la mort d’animaux n’est qu’hypocrisie, faiblesse d’âme et manque d’amour.



      Tout à fait d’accord.

      Les vrais hypocrites sont ceux qui se cherchent des arguments style " mais enfin, c’est juste des reflexes nerveux " (mauvaise foi) ou encore " les biens pensants pro-animaux sont hypocrites " (ad personam) mais qui pensent en fait " jmen fou, j’aime la viande, et je veux pas arrêter d’en manger, et encore moins payer plus cher ! mon POUVOIR D’ACHAT AVANT TOUT, MERDE, quand meme ! "

      Et pour ceux qui n’auraient pas la "force" de se passer de viande (chose difficile il est vrai) ils peuvent faire l’effort d’acheter du local, ou au moins du bio. Ils n’auront pas autant de viande dans leur assiette tout les jours, mais de la viande 2 fois par semaine c’est amplement suffisant.

      Mais cela n’est pas prêt de changer, puisque de toute façon, l’immense majorité de ceux qui se rebellent contre le système ne le font pas bonté, ni par idéologie, mais pour améliorer *leur* quotidien.


    • Les hommes se rangent dans la categorie "parasite", puisqu’il n’apportent rien a leur environnement... et leur non-existence ne modifiera en rien l’environnement.


    • @Lordy : allez regardez des reportages sur la zone interdite de Tchernobyl pour constater l’énormité de ce que vous dites. :) L’entropie c’est l’impact de l’homme sur son environnement. L’homme a plus d’impact que n’importe quelle autre espèce vivante c’est un fait. Pourquoi ? C’est un super-prédateur à cerveau hypertrophié et pouce juxtaposable capable de construire et de conduire un bulldozer.


  • Histoire de comparer ce qu’était les abattoirs en 1949 en France et ce film amateur :

    Le Sang des Bêtes de Georges Franju

    Je rappelle que ces animaux ne connaissaient ni les antibiotiques, ni les farines animales, ni l’élevage intensif.

     

    • Merci camarade, voila un post utile.

      C’est moins l’usine, y avait moins de monde en France à l’époque (40 millions en gros), peut être même qu’ils étaient moins viandard (hormis la bourgogne), puis c’est avant tout une choses des villes ces grands abatoirs qui ont des odeurs de camps de la mort.

      Ajoutons un détails important, les évènements internationaux du 1er mai ont démarré par les conditions de travail en abattoirs !
      Capitalisme urbanisme + productivisme ben voila quoi !

      Sinon allons en campagne, la vie reste la vie, si tu veux de la protéines pour parler comme Delavier.
      Adeptes des traditions ou avec penchant survivalistes avec effondrement, il est bon de se renseigner sur :
      la tuerie du cochon (tuaia del caion en langue d’oc)
      https://www.youtube.com/watch?v=u99...

      A la saison froide, direct consommateur.
      Pratique très culturelle car enracinée, marquée sur tout le continent européen !


    • lol, Sub, Franju n’était pas exactement un amateur.

      Les Yeux Sans Visage, quelqu’un ?


  • Certains ont eu moins d’égard pour Kadhafi ou S. Hussein (paix à leur âme).
    Les hécatombes homériques étaient-elles plus respectueuses ?
    Hypocrisie à deux balles.

     

  • Si Chacun devait tuer sa "Bestiole" pour manger de la viande, ON n’en mangerait beaucoup moins !!! et ON irait à la pêche et à la chasse, si on a la chance d’être à la campagne une B.A.D., loin de tout ce merdier, tout en mettant "les Mains dans le Camboui"...

     

  • Je crois que j’ai un problème psychologique : "Ces animaux ont des capacités mentales incroyables" Plan de l’ascenseur qui descend. Premier fou-rire. Plan d’un cochon survivant accroché par une patte et qui flaire l’embrouille : re- fou-rire. "Les moutons lient des liens extrêmement forts, entre eux" : c’est clair que la suite c’est pas la gay-pride.

    Sinon, avant de mettre au chômage les travailleurs, monsieur le maire devrait visionner Massacre à la Tronçonneuse pour savoir ce qui se passe quand on retire le pain de la bouche à un brave équarrisseur.

    Cette superbe vidéo m’a mis en appétit. Merci E et R !

    PS : les antispécistes fonctionnent comme les autres communautarismes. Au bout du compte c’est l’humanisme qui est visé.
    .

     

    • et le lobby de la viande n’existe pas ? il ne donne aucune caution scientifique à un mensonge ? en tout cas je trouve quand même qu’il faut être con pour se marrer devant ces images.


    • Pareil que Mojo, je dois couver une psychose quelconque parce que j’ai regarder jusqu’au bout et franchement avec tout ce qu’on m’avait sur l’hygiène des locaux et les conditions d’équarrissage je m’attendais à bien pire. La vidéo se sur-vend !

      C’est un film de propagande de la part de gens qui veulent convertir leur contemporain à leur religion. Si ils pouvaient aller tourner le même à Rungis pour que je contrôle de visu ce que je mange, je leur en serai grès.

      Sur un site qui vente souvent leur retour à la nature, il faut savoir qu’il y a 50 ans les campagnards abattaient eux-même leurs bêtes : les lapins étaient égorgés à vif puis dépecer, les poules on leur faisait le coup du lapin (un coup sec et couic comme disait ma tante à qui on le faisait faire dès qu’elle a eu 10 ans) et ensuite on les plumait. Les chasseurs continuent à pratiquer plus ou moins assidument.
      A force de vivre sur du béton artificiel et dans le confort moderne, c’est vrai qu’on perd toutes ses racines et la connexion avec la vrai vie dans sa brutalité : l’homme est un animal comme les autres et pour se nourrir il doit tuer lui aussi.
      Il parait même que certains enfants ne sont plus capable d’identifier le produit carné à l’animal dont il est issu (l’œuf à la poule, le lait à la vache, le poisson pané à la mer)...


    • Ta réaction est très moderne ! Face à la mort, souffrance...il y a dans le monde moderne deux réactions opposés mais qui se rejoignent : soit le je m’en foutisme, le rire voire l’amusement et le divertissement (la corrida), soit le compassionnel excessif hystérique avec hurlements et pleurs. Par contre cette attitude révérencieuse face à l’animal qui sera mis à mort, l’aspect cérémoniel et solennel de l’acte de sa mise à mort n’existe plus ce qui serait difficile dans un contexte d’abattage industriel à la chaîne. Ainsi nous nous retrouvons dans une société où l’on se retrouve avec deux attitudes face à l’animal : d’un côté on traite ce dernier comme une marchandise (tout en faisant semblant de prendre en considération son bien-être...), d’un autre on fait de la sensiblerie...la coexistence ces deux paradigmes créée une situation cocasse et inédite dans l’histoire de l’humanité où nous avons des conditions d’élevage et d’abattage les plus épouvantables qui soient avec l’existence d’une réglementation et de procédures censées "humaniser" l’horreur de l’élevage et de l’abattage industriel...


    • Rire et se mettre en appétit face à une telle horreur est prétendre que c’est un contre-humanisme, je vous plains très sincèrement. Le vrai péché serait de devenir complètement insensible.

      Mauvaise nouvelle pour toi :, oui tu as un problème psychologique. Bonne nouvelle : plein de gens survivent avec les pires tares. Je m’en fais pas plus pour toi, vu comme tu sembles t’en moquer, tu cherchais certainement à t’amuser à être provocant - même si cela est vrai -.


    • Mais non @Jojo l’Affreux, ce n’est pas aux poules qu’on fait le coup du lapin, mais aux... lapins, les poules, on les égorge et ça ne se faisait pas qu’il y a 50 ans, ça se fait encore aujourd’hui.


    • Ce film est d’inspiration antispéciste. Il s’agit, selon ces activistes de la cause animale, de mettre sur un pieds d’égalité absolue les "animaux non- humains" et les "animaux humains’ (je reprends leur jargon). Les objectifs sont bien sûr de mettre à bas l’industrie de l’abattage et de la viande - qui a sans nul doute besoin d’améliorations et de modernisation. Jusqu’à ce que les humains renoncent à manger du steak et autres boudins.

      Les antispécistes veulent également obtenir la reconnaissance de l’identité des animaux, leur acquérir des droits moraux, juridiques, abolir le droit à la propriété des humains sur les bêtes puis faire sanctionner un ensemble de discriminations.

      Si cela devait arriver, la place de l’homme serait radicalement déconstruite. Je vous laisse imaginer une société parcourue par des miliciens végétaliens (mariés à des cochons).
      Bien entendu leur pensée privilégie la distinction entre bourreaux et victimes. le happening médiatique est leur arme. Les auteurs qui signent ce genre de document ne laissent rien au hasard : Le spectateur est sommé de s’identifier à l’animal (qui pense, qui a des liens de camaraderie etc.), certaines scènes doivent par analogie renvoyer à des épisodes de l’histoire humaine (ce dernier point est "conceptualisé" dans la littérature antispéciste).
      Alors, quel est la question posée par ce film ? La réforme des abattoirs ? La place centrale - ou pas - de l’homme dans la création ? Je ne sais pas. Mais je n’apprécie pas d’être pris à la gorge, matraqué par des scènes chocs, obligé de manger, sans dialogue préalable, la pensée d’autrui.
      Pour avoir jeté un coup d’œil sur diverses révolutions colorées (brunes, rouges, oranges...), je me méfie de l’avènement d’une qui serait verte et vertueuse au point de me retrouver attaqué en justice, pension alimentaire à la clef, par mon chien. Mon ex-femme, ça me suffit.
      L’actuelle place de l’homme et de l’animal d’aujourd’hui prend sa source dans le passage de la préhistoire à l’histoire. Elle varie selon les cultes, du shamanisme aux religions monothéistes. Autant de débats passionnants qui méritent d’être discutés. Mais pas après une agression médiatique grossière.
      Jusqu’à nouvel ordre, les antispécistes travaillent à la destruction de l’identité humaniste. En tant qu’idiots utiles et spectaculaires, ils servent les intérêts supérieurs du mondialisme libéral. Celui qui possède les trust agro-alimentaires.


    • Bon, à partir de maintenant je vais (peut-être) arrêter de le lire, mais certainement arrêter de répondre à des commentaires qui, en plus d’être totalement délirant - sont absolument lourd - à cause de ceux qui s’enfoncent dans des théories, uniquement des théories, complètement à côté de la plaque.

      Comme quoi, le bon sens, a totalement disparu. Je comprends pourquoi Mr. Soral ne répond plus/pas à des commentaires écrits. Nerveusement ça devient irritant.


    • @Nick : si tu as un coup de mou, essaie le fois-gras ou le steak tartare. Tu verras, ça n’a rien de théorique et ça requinque.


    • @ mojo risin,

      Il s’agit de reconnaitre le droit des êtres sentients quel qu’ils soient à ne pas être exploités, torturés et tués. Le droit de vivre une vie digne de ce nom. Alors pour les gens qui ont une mentalité de dominant, d’esclavagiste, ou qui ne sont régis que par les règles de la loi du plus fort, c’est un sacré coup dur en effet. Mais au nom de quoi l’avis de ces gens là qui ne repose pas sur l’éthique, serait au dessus du notre et aurait davantage de droit de cité ? La place de l’homme ne serait pas amoindrie à cause de la libération animale. Certes elle serait déconstruite car elle ne reposerait plus sur le principe que l’homme est au dessus de tout, mais au milieu d’un tout et cela ne lui ferait pas perdre ses droits fondamentaux, ... ceux qu’il refuse aux autres. Construire l’humanité sur l’asservissement de la planète n’est pas la volonté de tout le monde et sera un jour l’apanage d’une minorité. Quand aux miliciens qui parcourent aujourd’hui la société, ils ne sont pas végétariens sinon ça se saurait, et le résultat n’est pas joli à voir.

      Alors oui, pour pouvoir avoir de l’empathie et de la compassion pour autrui, le mieux est souvent de se mettre à sa place pour essayer de comprendre ce qu’il ressent. Vous n’appréciez pas les scènes chocs car elle bousculent votre quotidien et vous suggèrent une prise de conscience et une remise en question de votre mode de consommation. Arf quel dommage mais va falloir faire avec car nous les scènes chocs c’est tous les jours qu’on se les prend dans la gueule et on nous demande pas notre avis pour nous faire bouffer la propagande carniste et spéciste. Le dialogue préalable est souvent proposé mais rarement écouté et s’il est c’est pour être raillé et discrédité dans des analyses aussi informes que malhonnêtes.

      Pour l’instant les seuls qui servent les intérets mondialistes ce sont les carnistes pas les vg. Vous ne soupçonnez même pas à quel point les animaux sont une matière première pour quantité de chose et par dessus tout, les premières victimes de ce mondialisme libéral qui possède comme vous dites les trust agro alimentaires. Et qui les fait tourner ces trust ? Les carnistes ou les vg ? C’est avec votre argent ou celui des vg que ces industries continuent de prospérer ?


    • @ mojo risin,

      Quant à votre conseil à Nick de manger la chair des animaux torturés et massacrés pour se requinter, savez vous ce qui est donné aux faméliques ? Des steack de protéïnes végétales qui n’ont pas leur pareil pour remettre sur pied. Les aliments qui contiennent le plus de protéines sont d’origine végétale.

      Les chiffres l’attestent :
      - le soja (37%)
      - certains fromages dont le comté (30%)
      - les légumineuses : lentilles (24%), les haricots (21%)
      - les noix : pistaches (20%), les noix de cajou (19%)
      - la viande : boeuf (17%), morue (18%)

      On ne le répètera jamais assez : Manger végéralien pour se maintenir en bonne santé, c’est lutter tous les jours contre la faim dans le monde, c’est préserver les écosystèmes et l’eau, c’est réduire la consommation d’énergie. Pour avoir le développement en détail de tous ces aspects, rendez vous sur https://www.colibris-lemouvement.or...

      A vous de voir de quel coté de la balance vous voulez vous inscrire.


    • Un type qui cite des films d’horreur pour leurs vertus documentaires, c’est quoi ça ?

      L’antispécisme bien compris, sans instrumentalisation maçonnique, est au contraire une extension de l’humanisme à la totalité vivante, à la manière d’un Saint François d’Assise, dont je me réclame. Mais inutile d’en parler puisque tu n’as pas d’humanisme.


  • Ben quoi ? les animaux sont éveillés lors de leur mise à mort. C’est de la viande Hallal !!

     

  • Mais quelle horreur ! comment des soit disant être humains peuvent
    commettre de telles atrocités , c’est au-dessus de tout , c’est épouvantable .

    Je ne suis déjà pas un carnassier mais là , il y a de quoi vomir devant
    un tel carnage , une telle souffrance , je n’ai plus envie du tout de manger
    de la viande .

    Merci à cette association d’être intervenue mais est-il possible d’intervenir
    librement partout , j’en doute....

    Il y a tellement de souffrance de nos jours pour tous ces animaux , produits
    à la chaîne , l’industrie alimentaire est tellement devenue intensive que les
    animaux vivent dans des conditions extrêmes de mal traitance en tout genre !

    Il y a trop peu de chose pourvue à leur encontre et pourtant il y a de quoi faire.

    Qu’en est-ce que tout cela prendra fin.... ?

     

    • #1293481

      @ Lecteur
      « Mais quelle horreur ! comment des soit disant être humains peuvent
      commettre de telles atrocités , c’est au-dessus de tout , c’est épouvantable
       »
      Les quittances, les impôts, les charges, la TVA, les crédits, l’école des enfants, le chèque pour manger à la fin du moi !
      Voilà...(y a pas de sous métier, pour nourrir sa famille, sans voler, dealer, braquer...)
      C’est cette société de consomation, qui va mal pas ces hommes...


    • #1293543

      @ Lecteur
      « Mais quelle horreur ! comment des soit disant être humains peuvent
      commettre de telles atrocités , c’est au-dessus de tout , c’est épouvantable
       »
      Les quittances, les impôts, les charges, la TVA, les crédits, l’école des enfants, le chèque pour manger à la fin du moi !
      Voilà...(y a pas de sous métier, pour nourrir sa famille, sans voler, dealer, braquer...)
      C’est cette société de consomation, qui va mal pas ces hommes...


  • Societé malade c’est immonde. Il faut dénoncer ces usines de mort partout, les agriculteurs non tradi et industriels doivent prendre en considération la souffrance animale.


  • Chez les "amis des bêtes", on trouve souvent surtout une haine viscérale de l’être humain.

    Haine aveugle, ruine sentimentale, qui se reportent en "amour" pour les animaux, etc...

    Les pro-avortement, féministes... toutes ces dérives, et bien plus encore, à l’horizon de ce que l’avenir nous promet.

     

    • Permettez moi de vous corriger : chez certaines personnes qui haïssent l’humain, on en trouve qui aiment les animaux.
      Ce qui est une bonne chose, ils ont au moins cela pour eux, et cela prouve qu’au fond, ils ont quelque chose de bons.


      Et d’ailleurs, chez les pédophiles, on en retrouve souvent qui aiment la viande. Cette envie de viande qui se reporte en "amour" pour les enfants.
      vous voyez, moi aussi je peux jouer au psychologue à 2 balles en établissant des corrélations.

      Sans vouloir vous offenser, ou vouliez vous en venir avec votre poste ?

      Parlons sérieusement : Trouvez vous la situation dans les abattoirs industriels normale ? Avez vous été choqué par la vidéo ? Faites vous des efforts pour lutter contre ces horreurs ? (manger bio, local, végétarien ?). J’aperçois déjà la réponse, aux couleurs de votre commentaire.


    • @ Gerard John Schaefer

      Si c’est de la « ruine sentimentale » que de refuser de manger de la viande de camps de concentration, alors je suis un abîme affectif et ça me va !..


    • Ca demande un effort moral supérieur de se soucier d’une espèce qui n’est pas la sienne propre. D’atteindre à cette objectivité que les animaux souffrent plus que les humains en quantité ainsi qu’en intensité.


    • avant de dénigrer les arguments de GJS, prenez la peine de réfléchir une seconde. je problème n’est pas l’amour des animaux mais l’idéalisation des animaux par haine de la "nature humaine. (le syndrome BB) et visiblement cette vidéo est faite par ce genre d’individus. le problème n’est pas la maltraitance d’animaux, (elle est révoltante pour toute personne qui a un temps soit peu de coeur car totalement inutile donc indéfendable) mais d’idéaliser l’animal innocent contre la barbarie humaine comme si la vraie barbarie ne consistait pas à maltraiter avant tout sa propre espèce, mais là, silence radio.
      cette maltraitance animale si complaisamment filmée se trompe de cible, ce n’est pas l’équarisseur le vrai fautif mais un mode de production mécanisée fondée sur le gain de temps et le profit (pas plus de morale là dedans que dans la science moderne)
      là encore on joue sur l’affectif et non sur la réflexion.


    • Les guillemets indiquent, signifient, sont à lire comme : les soit-disant.
      Puisqu’il ne s’agit effectivement, concernant ce type d’individus, que d’un alibi à la haine qu’ils éprouvent.
      Comme les "antifas".
      Dans le cas qui nous occupe, il s’agit de "la cause animale"... pourquoi pas.

      Ai-je été choqué par la vidéo ? Absolument pas.
      Et vous, êtes-vous choqué lorsque dans un documentaire animalier, des animaux s’étripent ?
      Parce que la question à poser n’est pas "Trouvez vous la situation dans les abattoirs industriels normale ?"
      Mais plutôt : trouvez-vous l’industrialisation dans sa globalité, ou, si vous souhaitez en rester à la nourriture ainsi produite, l’industrie agro-alimentaire "normale" ?
      Mais la "norme", c’est que nous sommes nous-mêmes des marchandises, dans cette optique de prédation capitaliste.
      C’est du cannibalisme.

      Est-ce que je fais des efforts, à mon niveau ? "Manger local", dans le 93, ça signifie quoi ?
      Je considère le "bio" comme un marché supplémentaire, une arnaque de "bonne conscience".
      À moins d’avoir son propre potager.
      Non, je fais mes courses au Lidl...

      Ce qui me choque, fondamentalement, c’est le mensonge.
      Ça m’intéresse d’autant plus que ça englobe tout.

      Salut, paramesh !


    • @ Paramesh, merci d’étayer vos affirmations par des arguments. En quoi la maltraitance de sa propre espèce est elle plus scandaleuse que la maltraitance d’une autre quand cette autre est sentiente ? Les vrais fautifs de ces ignominies sont bien l’équarrisseur et les consommateurs car :
      - pas besoin de chair pour vivre, ni de cuir ou de fourrure pour s’habiller ;
      - si on n’y travaille pas et n’achète pas, les industries ne vendent pas et donc n’existent pas.

      Bref, il n’y a pas plus de morale et d’éthique dans la religion des carnistes que dans celle du mondialisme et de la science moderne, dont les premières victimes sont les animaux. Quant à jouer sur l’affectif au lieu de la réflexion, les carnistes avec leur amour passionnel pour le sang n’ont rien pas de leçons à donner aux vegans quand à leur compassion pour le respect des droits fondamentaux de tous les êtres sentients.


  • C’est insoutenable, mais il faut agir autrement, car en effet, c’est tous les abattoirs de France qu’il faudrait fermer alors...
    Et pourquoi cette actrice de seconde zone, en mal de publicité entre 2 téléfilms minables ne dénonce pas l’abattage rituel (casher et hallal),le plus douloureux, pas très courageuse, mais seulement dénuée de scrupule pour mettre 120 Français sur le carreau ( elle n’en a cure, elle est riche ), et livrer leurs familles à la précarité . Il paraîtrait que pour faire ce métier si on n’est pas déjà alcoolique on le devient à la longue tellement c’est insupportable de le faire à jeun ... Ce sont les conditions d’abattage dans le pays tout entier (et dans le monde ) qui doivent changer, et non pas abattre une seule entreprise .


  • L’abattage industriel est insupportable parce qu’il est industriel.
    L’homme déconnecté de lui-même du 21e siècle, prisonnier de la fragmentation à l’infini de son monde, ne peut malheureusement pas s’en passer s’il veut manger de la viande.

    Il faut manger de la viande comme il faut manger des végétaux, simplement car nous le pouvons ; ce sont deux organismes qui souffrent à leur manière, si ce n’est qu’un des deux est plus prompte à appeler notre empathie (puisque plus semblable à nous) ; là n’est pas la question.

    La chasse sera toujours la plus noble et naturelle des manières de pouvoir jouir de ce que la nature a à nous offrir — ne voyons ça non pas comme une relation d’adversité de l’homme, de l’animal ou de la plante à l’égard de tout ce qui l’entoure, mais comprenons à nouveau que le tout unitaire naturelle a juste besoin d’exister pour fonctionner, comme il l’a toujours en marge des dégâts causés par l’homme.

    Ce n’est ni le désir d’aliénation des végétariens, ni la prétention narcissique de faire-valoir des bobos "animalistes" (et non humanistes) qui n’apportera de réponse à cela.
    La seule réponse valable est celle de réapprendre à vivre, en tant qu’humain.

     

    • Cher ami, permettez moi de vous faire part de mon avis :



      Il faut manger de la viande comme il faut manger des végétaux




      Cette affirmation est fausse.



      ce sont deux organismes qui souffrent à leur manière




      Cette affirmation est fausse et absurde. Un végétal ne souffre pas tout simplement car il n’a pas de système nerveux, ni de conscience. L’animal a notre empathie non pas parce qu’il nous est plus semblable, mais parce que, quand je torture un animal, il me parait absolument clair qu’il souffre, alors que si je découpe, brule, décortique une plante, c’est tout de suite moins évident, pour la raison que je viens d’évoquer.



      Ce n’est ni le désir d’aliénation des végétariens



      Comme cela, ce serait les végétariens qui seraient aliénés ? Si vous pouviez au moins avoir la décence d’étayer votre raisonnement, lorsque vous faites une pareille affirmation. Entre une personne qui sacrifie un plaisir gustatif par éthique, et une autre qui se trouve des excuses pour continuer à jouir malgré les (infâmes) conséquences, tout mon respect va au premier.

      Sinon, l’élevage traditionnel n’est pas pire que la chasse à mon avis, et je dirai même qu’il est au dessus, parce que l’éleveur n’élève pas ses animaux pour s’amuser, pour jouer, contrairement au chasseur, qui a ce petit côté sportif.

      Et pour finir, quand je vois des vidéos comme celle ci, j’ai juste envie que ca s’arrête, que ce soit par la prétention des bobo ou " l’aliénation " des végétariens, je m’en contre fou.



    • Cher ami, permettez moi de vous faire part de mon avis :



      Il faut manger de la viande comme il faut manger des végétaux



      Cette affirmation est fausse.



      Et cette affirmation n’est ni une preuve ni un argument.

      Tout est à contextualiser, car il faut évidement manger de la viande plutôt que mourir de faim. Par contre je suis d’accord que la consommation de viande est trop importante, je dirais même excessive à un point qu’elle en devient mauvaise pour la santé.

      La viande reste une source de protéines très facilement assimilable par notre organisme, avec des acides aminés spécifiques qu’on ne retrouve pas dans les végétaux, en plus d’apporter une combinaison de nutriment propre.

      Pour ce qui est du délire sur la souffrance, autant des plantes que des animaux, ce n’est que de l’anthropomorphisme. La douleur n’est pas la souffrance, et la souffrance est une douleur, la nuance est là. Les animaux ont mal, ils ont peurs, mais l’interprétation de cette douleur et de cette peur est faites par l’humain. Je m’avancerais pas pour dire que les plantes ou les animaux souffrent ou ne souffrent pas, on en sait rien. Oui dans le doute évitons de les faire souffrir, cependant il faut pas déconner, si on s’occupe d’animaux (de manière respectueuse j’entends, pas dans un cas de maltraitance), c’est pas par pur altruisme, c’est pour exploiter force, ou carcasse. Là où il faut maintenir un effort c’est sur le traitement durant leur vie, offrir une vie confortable, à l’abris des autres prédateurs, de la famine, du froid, etc, contre leur sacrifice. Le sacrifice aussi doit se faire de manière respectable, et ça c’est chacun sa façon pour peu que la mise à mort reste rapide. (l’accouchement est douloureux aussi, quand on voit comment les vaches morflent, vous allez aussi les anesthésier pour ça ? Faut arrêter avec un monde sans douleur, ça n’existe pas, la douleur est une information à la base, qu’on n’aime pas la subir encore une fois, c’est une interprétation humaine ; prenez les odeurs, les chiens reniflent des choses qui vont surement vous faire convulser de dégout, et pourtant ils bronchent pas.)



    • L’abattage industriel est insupportable parce qu’il est industriel.




      L’abattage non industriel l’est tout autant car ôter la vie d’un être sentient alors qu’on en a pas besoin n’est ni juste ni bon ni honnête.



      Il faut manger de la viande comme il faut manger des végétaux, simplement car nous le pouvons




      Nous pouvons torturer et tuer. Doit on laisser faire pour autant ?



      un des deux est plus prompte à appeler notre empathie (puisque plus semblable à nous) ; là n’est pas la question.




      Justement toute la question est là. Et quand bien même une espèce serait très éloignée de la notre, nous lui devons quand même le respect si elle a conscience, sensibilité, yeux pour voir et cerveau pour appréhender le monde qui l’entoure.



      La chasse sera toujours la plus noble et naturelle des manières de pouvoir jouir de ce que la nature a à nous offrir




      La plus noble des manières pour manger et s’habiller n’est pas d’ôter la vie, ni de traumatiser des êtres vivants en les pourchassant et leur infligeant les pires blessures. Malheureusement il est plus aisé de tuer pour manger que de se donner la peine de cultiver. Encore et toujours la facilité au service d’une "humanité" qui veut continuer à jouir au détriment de ce qui l’entoure. La noblesse c’est la sueur d’avoir travaillé la terre, planté et récolter, c’est la patience de voir le fruit du travail pousser, c’est d’épargner les vies d’autres espèces parce qu’on a compris qu’elles ont autant le droit que nous de jouir de la vie en toute liberté. La noblesse c’est de protéger les plus faibles que soi, ceux qui sont corvéables à souhait. La vrai force est celle là. Quand je lis ou entends que les vegans sont des mauviettes débiles manquant de culture et de raisonnement, je ris doucement de cette inversion accusatoire que les thuriféraires de la viande sont si prompts à dénoncer sur bien des sujets. Notre force mentale est celle de voir la vérité en face quand d’autres se la voile, de changer notre mode de consommation quand d’autres se complaisent dans le pire en se trouvant un tas de théories et d’excuses bidons pour ne pas en sortir. Quand à la force physique, je laisse à ceux que ça intéresse, le loisir de nous fréquenter ou d’aller sur le net pour se renseigner.

      L’aliénation vous nagez en plein dedans depuis bien longtemps car le droit du plus fort sur les êtres qui sont à sa merci est si confortable pour servir ses propres intérêts pas vrai ?!


  • Il faut bien nourrir tout le monde, plus ya du monde sur terre plus ya de bouches à nourrir, plus on a besoin de viande, du bétail, et tout cela nécessite de l’eau et des granules de nourriture d’élevage, l’ensemble se transforme en gaz et flatulences orchestrées ,
    c’est aussi la base du problème de la pollution ; la surpopulation ,
    7 milliards de bouches à nourrir , c’est pas rien. pauvre de nous, pauvres bêtes.

     

    • Cher camarade, vous êtes totalement désinformé. Faites attention avant de répandre, sans réfléchir, la propagande des lobby aggro alimentaires.

      Pour vous donner un début de réponse : la production de viande affame, et ne nourrit pas. Car pour chaque occidental qui mange un morceau de viande, 7 personnes dans le tiers mondes sont affamées, a cause des végétaux qui pourraient les nourrir, mais qu’on utilise pour nourrir les bêtes à la place.


    • le sieur voltaire ferait mieux de se renseigner aussi avant de donner des leçons aux autres, il y a autant de consommation de viande par personne en france et ailleurs aussi, sauf que nous sommes en extension démographique continue, l’équation est simple même si nous mangeons moins de viande que nos aïeux , il n’y a aucun lobby la dedans, et toutes ces vaches en nombre ne sont pas là pour la crèche de noël.


  • Bon d’accord y’a du sang et l’abattoir pourrait prendre plus de précaution. Mais faut arrêter de voir de la torture où il n’y en a pas. Pour qu’un prédateur mange, il tue, c’est comme ça. Alors dans nos contrées trop bien nourries on fait la fine bouche sur les conditions de mise à mort, mais il existe beaucoup d’humains dans le monde qui serait ravi de manger ce qui nous fait pitié.

     

    • Et bien vas donc les égorger toi même, un vrai prédateur se contente d’une proie a la fois et s’en charge lui même. Ça c’est un massacre, au nom de la surconsommation. Je plains les gens qui travaille la bas dedans, doivent pas se sentir très bien. De toute façon ce monde cours a sa perte, quand on voit les tonnes de viandes et de nourriture qui finissent a la poubelle, c’est bien la preuve que nous vivons de la plus mauvaise des manières.


    • #1294242

      @ wiwisan
      Si demain on ne mange plus de viande s’en est fini des animaux de la ferme !
      Et c’est un génocide...
      Les Vegan sont débile, ils vont faire quoi des vaches, des poules, des cochons, les relâcher, en liberté !
      Ont-ils déjà vu, des poules, des vaches, des cochons, en liberté ?
      Ou ?
      Sans la ferme et l’homme, fini les animaux, tel que le cochon, la vache, la poule !
      C’est notre histoire paysanne qui disparait sans les animaux de la ferme....
      Comme dans tout et partout, c’est l’excès, qui est à condamner pas le fait de manger de la viande ! (les chasseurs cueilleur n’étaient pas des barbares sanguinaire, que je sache ? )
      Rien de plus...


  • L’abattoir d’Alès est à 70% Halal (source : BFM 22h30) ...

     

  • je peux y aller de mon p’tit témoignage ?

    je m’en fous un peu des animaux, enfin, c’est sûr que c’est mieux d’éviter leur souffrance.
    mais je bouffe, je cuisine les légumes, parceque j’aime ça, c’est plus goûtu, plus créatif à cuisiner. mes gamins préfèrent.

    je m’en fous de l’écologie, mais je roule depuis 30 ans à vélo.
    mon boulot est 10 km ce qui fait 20 par jour. hiver comme été.
    c’est pas pour pas polluer, c’est parceque j’aime ça. C’est marrant le vélo.
    et je précise que j’ai emmené mes 2 mômes à l’école à vélo.
    que j’ai retapé mon appart à vélo.

    avec toutes ces économies je me suis acheté une baraque, bientôt une 2eme.

    le légume m’a pas transformé en légume, et le vélo ne m’a pas transformé en bobo*
    (*clin d’oeil à l’ami Soral)
    c’est juste du plaisir.
    être en forme, de bonne humeur. paraitre 10 ans de moins.
    le belle vie quoi !

    alors quand je vois cette vidéo je me dis que mon plaisir en plus épargne un peu de cette boucherie. et évite quelques tonnes de diesel dans l’air. c’est pas mal.

    ps : je n’oblige personne à faire comme moi.


  • Et le monde découvre qu’il faut tuer l’animal avant de le manger... Moi les commentaires de certains me sidèrent... On tue des animaux c’est horrible donc arrêtons de manger de la viande ? Mais WTF ce raisonnement ?? OK d’accord, faire souffrir inutilement l’animal c’est stupide, mais être choqué parce que au final il meurt...
    Le problème n’est pas ces souffrances ou ces morts d’animaux, mais les rapports détachés des individus humains vis à vis de ses besoins primaires, à savoir la nourriture. Et uniquement ça. Vous mangerez automatiquement moins de viande quand vous devez donner la mort à l’animal par vos propres moyens, vous verrez.

     

    • Au contraire, tout acte civilisationnel découle de la cruauté (corrida, gavage, ascèse volontaire, aristocratie de guerriers...). Tout raffinement dans quelque domaine que ce soit a pour source la cruauté. Donc souffrons, faisons souffrir, en deux mots : passionnons la vie ! (au sens étymologique du terme).

      Le problème de ces abattoirs, c’est qu’ils ne développent aucune relation avec l’animal (la cruauté en serait une) mais reste sur un mode binaire vie/mort, sans recherche d’esthétisme (ne serait-ce que dans l’architecture du lieu, pour commencer). C’est cela qui est barbare, et montre l’infériorité de notre état de civilisation par rapport à nos prédécesseurs.

      or l’art (ou l’expression esthétique) étant avant tout un mausolée (une célébration devant la mort), il s’ensuit qu’une société qui évacuerait la mort évacuerait l’art (ainsi que toute sensibilité profonde et particularisée) pour aboutir à un état de laideur globalisée, sur laquelle se développerait une sensiblerie de l’indifférencié (en un mot : HLM, art contemporain, gender, droit des animaux : même combat !!).
      Aujourd’hui la mort semble une présence insoutenable, un scandale générateur d’hystérie, nécessitant les pires réactions, même contraires à la dignité. La plupart des lois liberticides prolifèrent d’ailleurs sur ce chantage, sur une hantise de la mort judicieusement cultivée (nombre de mort sur les routes, nombre de victimes lors d’une manifestation, nombre de victimes de certaines maladies...) comme si la mort n’était pas naturelle, comme si elle nécessitait (dans son traitement politique) des réactions disproportionnées, et devait être tenue éloignée du cours normal de la vie (par hygiénisme d’abord, selon Murray), en même temps qu’utilisée comme arme culpabilisatrice, annihilante, afin de supprimer toute violence des activités humaines, toute possession active, maîtrisée, approfondie et recherchée de la violence, qui est le fait des sociétés à taille humaine justement, localisées et autonomes, civilisées et pérennes, génératrices de culture, de caractères, de rites particuliers : l’anti-mondialisme ! Or il faut des moutons trouilleux, dociles, féminisés, hystériques, demandeurs de lois et de lynchages judiciaires, pour cautionner toute l’évolution totalitaire à venir.

      La réponse globale à ceci : une mort plus présente, non pas banalisée mais assimilée au tissu social, célébrée pourquoi pas, esthétisée. ça aura au moins le mérite de calmer tour ce monde...


    • Untel > il y a un point où tous les deux nous nous rejoignons et il n’y a pas à revenir dessus nous sommes d’accord. Maintenant, mais c’est quoi ce délire ’d’ésthétisation de la mort’ ? La mort c’est la mort et quelle qu’elle soit sa forme, elle ni belle, ni, je le reconnais, laide (l’un impliquant forcément son contraire) ! Avez-vous déjà assisté à l’égorgement d’un cochon ? Avez-vous entendu son cri ? Cela n’a rien d’anodin. Cela marque à vie, même pour ceux qui abattent à la chaîne. Bien entendu, chez eux il y a une certaine accoutumance qui fait qu’ils oublieront le souvenir de la première fois. Mais rien ne change de l’acte lui-même. C’est un pouvoir lourd de conséquences que d’ôter la vie, que ce soit à un animal ou á un homme. Et c’est cette lourdeur qui va limiter naturellement la consommation de nourriture d’origine animale. Il faut être clair : le mec qui va bouffer un steack acheté au supermarché n’a pas le même rapport vis à vis de la nourriture que celui qui doit tuer ses bêtes pour se sustenter. C’est le détachement des premières nécessités de l’homme qui est l’une des clés de l’absurdité du Système dans lequel on vit. Surement pas de savoir s’il faut manger ou non de la viande.


    • @ untel
      Les principes premiers des hommes dits civilisés sont de ne pas nuire à autrui et d’éviter autant que possible les souffrances inutiles. Voir du raffinement et de l’esthétisme dans la cruauté et dans l’immonde supplice de la corrida, du gavage des oies et autres tortures infligés à ceux qui n’ont aucun pouvoir de se défendre, c’est avoir le coeur et le cerveau vicié à un point que vous ne soupçonnez même pas. Ce n’est pas la mort en soi qui est laide, mais celle qui est infligée pour servir vos propres intérêts et de manière violente afin que vous en tiriez encore plus de plaisir on dirait.

      " La cruauté envers les animaux et même déjà l’indifférence
      envers leur souffrance est à mon avis l’un des péchés les plus lourds de l’humanité. Il est la base de la perversité humaine. Si l’homme crée
      tant de souffrance, quel droit a-t-il de se plaindre de ses propres
      ... souffrances ?"
      Romain Rolland (écrivain français, 1866/1944, Prix Nobel de Littérature en 1915)

      "Il est sûr qu’il faut être mentalement déficient ou être la descendance logique d’une ignorance ténébreuse pour admettre de se distraire de la cruauté sur les animaux, mais utiliser l’instrument de la rhétorique pour que cette cruauté persiste, transformée en un droit humain, est l’acte démoniaque par excellence."
      Alvaro MUNERA, torero repenti.


  • Il est difficile de rendre "humain" un abattoir industriel où sont abattus à la chaîne des animaux. Si l’abattoir d’Alès devait être fermé en raison de ces images c’est alors tous les abattoirs de France et de partout ailleurs dans le monde qu’il faudra fermé ! Abattre des animaux en masse dans un lieu spécialement dédié à cette fonction cela ne peut que produire ce genre de résultat. La solution ? Outre le végétarisme, idéologie diététique à laquelle je n’adhère pas même si je reconnais sur certains aspects des intentions louables, il faut relocaliser l’abattage sur les lieux de productions afin de créer une multitude de petits abattoirs où le nombre d’animaux abattu quotidiennement sera beaucoup plus restreint ce qui facilitera l’abattage et la mise en place en place un protocole moins stressant. Mais quoi que l’on fasse la mise à mort d’un animal sera toujours quelque chose de brutal et choquant au même titre que cela fait un petit pincement au coeur de voir une gazelle se faire dévorer par des lions ou des lycaons...ensuite libre à chacun en fonction de sa sensibilité d’adopter le mode alimentaire qui lui convient...

     

    • On parle de l’exploitation d’êtres sentients pas d’objets. A partir de là, il n’y a pas de liberté à avoir de torturer et d’assassiner des êtres sensibles sous prétexte que ce mode alimentaire ou vestimentaire vous convient. "La prochaine fois que vous mangerez, demandez vous s’il y a quoi que ce soit que vous appréciez tellement qui vaille la souffrance et la mort d’un autre." Gary L. Francione. The Abolitionist Approach to Animal Rights

      C’est la banalisation de cette déviance alimentaire aussi, qui permet que d’autres déviance soient banalisées voir monté en apologie comme la pédophilie et autres saloperies sous prétextes que ce sont des choix et des sensibilités différentes aussi.
      " La vrai bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c’est ici que c’est produite la plus grande faillite de l’homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent." M. Kundera


  • Ainsi ne faudra-t-il pas aussi interdire l’industrie d’armement qui est la cause de tant de morts, de misère et de la souffrance dans le monde ? Je pense que la question mérite d’être posée...


  • A un moment si on mange de la viande faut bien le tuer l’animal. Donc à part tous les anesthésiés (et donc bouffer de la viande bourrée anesthésiant) il n’y a rien à faire. Et encore certains y trouverait encore à redire sur la souffrance animal. Ce genre de discours c’est de la merde comme tout le reste, on nous bassine avec un truc qui est sans intérêt.

    Au moins la blonde dont on n’a plus entendu parler depuis des lustres est cohérente si elle ne mange pas de viande. Mais qu’elle comprenne qu’on en a un peu rien à foutre et qu’il y a des choses bien plus importante à régler. Et le maire est irresponsable d’avoir fermé l’abattoir.


  • Perso je n’ai pas pu tout regarder, c’est trop insoutenable.
    Genre les chevaux avec les pattes qui convulsent. Ou les animaux suspendus par une patte à l’envers, c’est trop. Ca donne envie de vomir.

    Il doit bien y avoir un moyen de tuer les animaux avec moins de souffrance que ça et dans des conditions plus décentes.

     

    • Moi j’ai vu deux trois photos et je suis pas allé plus loin, je suis végétarien, non militant et surtout ami des animaux, notamment de la race canine et j’ai beaucoup plus de plaisir à frequenter mes animaux que les humains.


    • Moi non plus.. je ne serai même pas regarder la vidéo étant végétarienne de mon état... mais je tiens à me joindre
      aux commentaires aujourd’hui pour féliciter le maire de la ville pour avoir fermer sur le champs un endroit
      ou on tape plus qu’il ne faut. c’est insoutenable les animaux maltraités, tout comme les enfants, ou les
      personnes âgées, bref tout ceux qui ne savent plus ou pas se défendrent. Je suis contre la peine de mort
      mais parfois pour certains je me demande. Abect abject abject et encore bravo Monsieur le Maire. En espérant
      qu’il y aura un suivi et des sanctions, pas juste qu’on foute le camps un peu plus loin pour recommencer la même
      barbarie. Il y l’anesthésie pour ça et même les musulmans qui égorgent leur moutons savent que la lame du couteau
      doit être aiguisée de manière à ce que la coupure se fasse d’un coup, pour que l’animal ne sente pas agoniser et que
      d’autre part, c’est un très grand péché pour eux si ils font souffrir l’animal. il y a des barbares partout.. c’est à pleurer.


    • Finalement j’ai regardé toute la vidéo pour savoir de quoi ça parlait.
      Moi je mange de la viande, et je pourrai difficilement m’en passer.
      Mais pour autant c’est insupportable de voir comment des bêtes qui n’ont rien demandé à personne sont traitées en fin de vie.

      Je pense que c’est une erreur de vouloir des réactions à court terme. Un abattoir va peut être fermer, c’est bien, mais dans la continuité ça ne servira à rien. Il ne faut pas se leurrer, ça doit être pareil dans tous les abattoirs.

      Il faudrait légiférer. Éventuellement mettre des peines de prison pour les responsables d’abattoirs qui sont hors la loi. Imposer des quotas d’abattage d’animaux pour chaque abattoir pour que ça soit moins industriel.
      Enfin bref, je pense qu’on peut concilier le fait de manger de la viande, tout en étant moins monstrueux. Mais aucun politique ne semble préoccupé par ça. Eux ce qui les intéresse c’est le court terme.
      C’est un peu comme l’écologie avec les verts. L’écologie c’est quelque chose d’important mais ils ne sont pas compétents.


  • Ce que ne dit pas la presse, c’est l’influence du halal dans ce mode d’abattage. En 2012, le directeur de l’abattoir d’Alès, Jack Pagès expliquait que, « pour gérer l’abattage rituel », il applique une politique tarifaire spécifique, basée « sur le surcoût » que cela implique pour lui. Sur les 6000 bovins abattus à Alès, et 40000 agneaux chaque année, on compte 30 % de bovins (1800 bêtes) et 40 % d’ovins (16000 bêtes) qui sont destinés à produire de la viande Halal.

     

    • Et Alors ?
      Business is business. Non ? C’est quoi qui te choque la dedans ?
      des entreprises chinoises font des investissements spécifiques pour vendre leurs produits en France.
      Etre flexible à la demande est une caractéristique de l’économie.


    • L’abattage Halal n’entraîne aucun surcoût, au contraire quand on n’étourdit pas la bête on gagne du temps et donc de l’argent . L’abattage Halal est avantageux financièrement c’est pourquoi il se généralise . Si en plus on exige un supplément c’est vraiment le jack pot .


    • Vous êtes à côté de la plaque : si ce reportage est mis en avant, c’est pour choquer l’opinion et nous préparer à élargir les " droits de l’homme " Aux animaux...l’animal devenu l’égal de l’homme, si vous préférez...


  • C’est triste de lire des commentaires moqueurs, de gens incapables de montrer un moment de compassion pour des êtres qui oui, souffrent. Manque de compassion en effet, car imaginez un instant qu’on vous pende, vous railleurs, par les pieds et qu’on vous découpe en morceaux, et que votre agonie dure une ou deux minutes ? Je ne comprends pas comment on peut être à ce point indifférent, et aveugle, à ce mal absolu qui consiste à massacrer de cette manière des créatures dignes pourtant de respect, parce qu’elles souffrent et ont des expériences mentales et physiques, il vous suffirait de lire les revues scientifiques, éthologie, neurosciences, etc, ce que les ignares ne comprennent pas, ne lisent pas, alors ils se moquent à défaut de connaître.

    Quelqu’un a dit que le mal existe, non pas parce qu’il y a des gens mauvais, mais parce qu’il y a trop de gens qui ne font rien (des ignares, des faibles ?) pour stopper le mal. Le modèle des abattoirs nous vient du modèle américain, à Chicago, au début du 20ème siècle, les cadences d’abattage y sont infernales pour les bêtes et les employés à qui on demande de torturer des animaux pour ne pas ralentir la cadence ! Pour moi, c’est Treblinka pour les animaux, mais éternellement, car tous les jours, et ça vous choque pas cet enfer ? Et ne croyez pas que c’est unique à Alès. En plus l’abattage Hallal tend à se généraliser en France pour des questions de rentabilité.

    Je dis bravo, L214, et bravo aux végétariens qui ont un cœur et un cerveau dont ils savent se servir. Quelle chance pour vous, railleurs, de n’être point né cochon ! Un jour, peut-être, quelqu’un vous enlèvera ce sourire insolent à votre visage ,pourvu que ce ne soit pas avec une tronçonneuse, mais avec des mots des images qui touchent votre conscience.

    Allez pour finir, car cet exercice est sans fin (expliquez l’éthique aux imbéciles sans cœur et sans cervelle) Lamartine disait :

    "On a pas un cœur pour les humains et un cœur pour les animaux, on a un cœur ou on n’en a pas." Je préfère les gens qui ont un cœur et cette population est en croissance je crois, à en juger l’action des militants et des associations, c’est la raison pour laquelle, on parle de cette triste affaire, et c’est bien. Le bien c’est de préserver la vie.

     

    • Je partage votre commentaire , en ajoutant simplement que les " sauvages" amérindiens , avant de tuer un gibier lors de la chasse , pour s’alimenter , faisaient une courte prière en regrettant de faire cet acte ,s’excusant auprès de leur " âme" ! ( mais c’était des ...sauvages ... ) .


    • Vous vous répandez en lamentations (compassion souffrance, tristesse).
      Vous donnez des leçons (Il vous suffirait de lire)
      Vous stigmatisez (des faibles, des ignares, des imbéciles sans coeur et sans cervelle)
      Puis très rapidement vous menacez (Un jour peut-être quelqu’un vous enlèvera... votre sourire).

      Mais pourquoi ne citez-vous pas vos sources ? Vous n’évoquez pas Treblinka par hasard. Pourquoi, au lieu de geindre, ne posez-vous pas clairement le débat. Qu’est-ce qui vous gène ? Pourquoi ne pas nous parler franchement du contenu du livre de Charles Patterson : Eternal Treblinka : our Treatment of Animals and the Holocaust ?


    • @Lucien Vous pouvez rencontrer des coutumes similaires en France dans certaines régions. J’ai beaucoup assisté à la chasse gamin et j’en ai observé plusieurs comme le dernier repas (une branche ou touffe d’herbe dans la bouche du gibier comme dernier repas pour le voyage de son âme) ou plus simplement un hommage solennel au gibier à la présentation du tableau de chasse ou au repas de chasse. Tous les chasseurs ne sont pas des Schwarzenegger sanguinaires armés jusqu’aux dents.


    • Bien entendu, la suite logique ne sera pas l’amélioration de la condition animale mais la censure de... Tintin en Amérique. Quelques vignettes sont consacrées aux abattoirs de Chicago dans les années trente. Chaque communauté réclamera le pilonnage d’un album. Les "africains" pour Tintin au Congo, les juifs pour l’Etoile Mystérieuse (la vignette avec le banquier Blumenstein), les indiens d’Amazonie pour L’oreille Cassée. Les indiens d’Amérique du sud pour Le Temple du Soleil. Les Gitans pour les Bijoux de la Castafiore. Les féministes pour... l’absence flagrante de femmes dans tous les albums. Les arabes pour le Crabe aux Pinces d’Or. Les Raëliens pour Vol 747 pour Sydney.
      Et les homos pour l’ensemble de son oeuvre au prétexte que Tintin et Haddock seraient deux pédés honteux.


  • Arès une vidéo comme cela il y a chaque fois les mêmes réactions de ceux qui défendent l’industrie de la viande et tentent de justifier ces images en disant que si l’on fait quelque chose c’est le chômage assuré pour ces travailleurs et en même temps critiquent ceux qui sont choqués en les traitant de fillettes qui préfèrent les animaux aux humains et en les metant sur le meme plan que les "amis des bêtes", les féministes, etc... (quel contresens).

    Ayant été élevé dans une ferme et ayant vu la mise a mort de différent animaux de la ferme, je peux dire que ceci est un massacre et de la torture pure et simple et ceux qui prennent cela a la légère, sous prétexte que cette vidéo a été sans doute réalisée par "des gauchaux" n’ont visiblement pas compris le message de E&R : ces images sont le résultat d’une dérive sur deux niveaux, au niveau du système et au niveau individuel : industrie soumise au capitalisme sauvage et perte de toute valeurs morale de ceux qui y travaillent. C’est très représentatif de la perdition de notre société.

    Je n’ai jamais rencontre de paysan ou d’ouvrier agricole dans des fermes ou "exploitations agricoles" a taille humaine qui avaient un tel comportement. Dorénavant ces méthodes sont la norme.

     

    • Tu as raison, mais il faut bien comprendre 2 choses :

      - bien sûr que l’industrialisation des méthodes de production est, de manière générale, un théâtre rebutant de laideur, car ne cherchant que la rentabilité, et non pas une relation ou un semblant d’harmonie qui pourrait "accessoirement" créer de la beauté, de la science profonde et de la civilisation (pâturages, fermes...). Et qui pus est, quand ça touche à des êtres, il y a de quoi avoir la nausée (si on a un minimum de sensibilité). C’est d’ailleurs le critère qui fait que la Shoah est considéré comme "le crime absolu" : le mode d’élimination. A se demander pourquoi on n’est pas sorti de l’ère industrielle si c’était si affreux...enfin bon.

      - cela étant, un tel mode de production n’invente pas la cruauté. C’est juste qu’il n’y a pas l’écrin tout autour, et que sa visibilité s’en trouve accrue. Tout est accéléré, systématisé, automatisé. Mais la cruauté, ou si vous voulez, la violence, que l’on y retrouve en concentré, se retrouve aussi, en plus "mesuré", dans les exploitations fermières traditionnelles. Cela puise à la même source, et le problème c’est que les militants qui protestent contre ce mode d’abattage sont aussi contre le gavage et toute forme de brutalité civilisationnelle envers les animaux. Donc comme d’hab, on voit se développer deux camps, les uns des extrémistes verts qui mêlent compassion et indifférenciation dans une ambiance de fin du monde (retour à l’Eden primitif, nouvel adam, gender...) et en face des cyniques désensibilisés par le matraquage culpabilisateur gauchiste, qui font un peu de provoc. La nuance étant bien sûr interdite ou sinon la démocratie diviseuse ne marcherait pas...

      - Mais à quoi servirait tout ce remue-ménage ? à qui profite le crime ? et bien il y a peut-être en marche l’élaboration d’un programme d’extension des droits de l’homme (ou droits du goy) aux animaux, histoire que la hiérarchie des êtres pensée par le judaïsme talmudique (les gentils sont plus près des animaux que des juifs) soit confirmée par la loi civile (essentiel pour le peuple de la Loi). Bien sûr, au-delà du côté légaliste ou morale, c’est une porte juridique qui s’ouvre, avec tout plein de procès, d’associations, bref de pognon qui circule, c’est à dire de répression juridico-économique au nom toujours de la liberté et du progrès. Enfin on sait qui passe à la caisse, comme à chaque fois...


    • Reste à savoir comment cette pensée talmudique va concilier l’avènement du noachisme et l’abattage casher auquel elle tient tant. Probablement une legislation à 2 niveaux comme d’hab...


  • Le matérialisme échevelé dans lequel nous baignons quotidiennement amène la ’’chosification’’ de tout et du Tout : du minéral à l’organique, nous compris.
    Le drame est là...sous nos yeux horrifiés !!!
    L’intensif à outrance remplace l’extensif et l’homme dans tout cela n’est plus qu’une machine : plus de conscience, pas d’état d’âme...Une machine à tuer, ’’mécaniquement’’, avec ces ’’ratés’’ dans la tuerie...Plus de pensées, juste le faire et le plus vite possible : question de rentabilité !...

    La question est donc simple : sommes nous réellement encore apte et capable de respecter le vivant et donc nous-mêmes, de comprendre que nous sommes des esclaves d’un système rodé jusque dans ses moindres rouages qui nous transforme en abrutis parfaits ?

    Quand je vois certains commentaires qui ne reposent que sur l’option du végétarisme -et végétalisme- de manière lapidaire, que d’autres accusent le ’’hallal’’ d’être la cause de ces ’’bavures’’ à vomir, je me dis qu’il y a bien du travail à effectuer pour que tous nous comprenions que la cause profonde est dans la torpeur qui nous a envahi et nous laisse aliénés au système débilitant qui l’a créée ...pour ’’gagner sa vie’’...Cynisme de 3 mots qui en deviennent sinistres !


  • Tout individu responsable et humain (compassion,empathie,amour définition de l’humain) bénéficie du libre arbitre,faire ou ne pas faire.Personnellement je vote quotidiennement dans mes choix de consommateur,j’ai remplacé les protéines animales par des oeufs et des légumes frais et seins. On peut trés bien vivre sans manger de viande et ainsi ne pas contribuer à la terrible souffrance animale qui commence dans les élevages concentrationnaires nourris au soja OGM fruit de la déforestation amazonienne et aux antibiotiques/hormones.Pour ceux qui ont une conscience il faut 15000l d’eau,36kg de fourrage et 7 à 420m2 de terre/an pour produire 1kg de boeuf. Ne sommes nous pas ce que nous mangeons ? Un métier qui nuit à la société est un sot métier,et l’élevage industriel et les abattoirs entrent dans cette catégorie,au plus grand bénéfice de l’agro business. Nous n’avons pas le droit d’asseoir notre confort quotidien sur tant de souffrances.Nos frères inférieurs ont les mêmes terminaisons nerveuses,le porc est anatomiquement identique à l’homme,ils sont nos partenaires respectons les !


  • Dans TOUS les abattoirs c’est comme ça ! Faut arrêter de prendre les gens pour des cons.
    Même une fois mort l’animal a des réflexes nerveux, c’est tout à fait normal.
    Certainement que les palestiniens ont le même type de secousses nerveuses quand ils se font abattre par des israeliens.

    En tout cas, je remarque que toutes ces associations véganes (qui sera le politiquement correct de demain) et de protection des animaux ont une fascination pour le sang et la tuerie des animaux.

     

    • Que voilà une forme de "racisme" envers les véganes pour parler ainsi ! vous faites et mangez ce que voulez, ne critiquez pas ceux qui ont pour but de vouloir abolir toute la misère animale et ils vont aux sources, courageusement, pour la montrer et la dénoncer..je crois que vous vous méprenez sur leur but et ce n’est pas parce que vous ne partagez pas leurs vues qu’il faille les mépriser comme je peux le comprendre d’après votre commentaire..Eux aussi combattent "le système", d’une façon différente ! Essayez au moins de les comprendre avant de les juger .Vous parlez des abattoirs et des réactions animales, vous avez l’air d’en connaitre certains aspects...qui dit que ce n’est pas vous qui avez cette sorte de fascination ?...vos propos sont consternants !


  • Ces images ne me surprennent pas sans doute parce ce que je ne voyais les choses se faire différemment, peu importe la manière,par asphyxie ou taper dessus a coup de masse comme on le faisait jadis dans les fermes, tuer un porc ou un bovin de 800 kilos ca n’a jamais été simple.

    bien sur on peut remettre en cause l’abattage industriel, glacial et morbide, mais les méthodes ne sont pas si différentes d’un abattage "maison", on suspend l’animal afin de le vider de son sang avant de le découper.


  • Ah nous y voilà ! Sujet à la mode que la fameuse cause animale ..
    on pourra bientôt rajouter à la longue liste des lobbys déjà existant celui-ci et celui en vogue du veganisme ..
    je suis surpris que même sur ER l’hysterie de ces c*ns la puisse infusée ..
    Jai faillis me croire à lire les commentaires affligeants que l’on trouve sur leur page Facebook (Pour vous divertir je vous conseille celle de cause animale nord) qui a fait parler d’elle récemment pour son incommensurable connerie)
    j’en veux pour preuve certains commentaires souhaitant la morts des employés de l’abattoir ..
    Il faudra un jour et rapidement je l’espère que notre cher Alain se penche sur la question de cette monter du veganisme et surtout l’analyse psychiatrique de ses adeptes qui sont souvent des synthèses de tous ce qu’on ne veux pas voir ici ..
    Navré pour le hors sujet mais je méprise ces gens et leur tristes mentalités ,
    allez vous y frottez vous comprendrez ... Vous pensiez être un gars normal en tant qu’homnivore lambda ? Détrompez-vous vous êtes pire qu’un nazi !
    Gerard au secours !!

     

    • commentaire ridicule, le lobby Vegan est ridicule, toujours raillé et ne fait pas le poids à côté du lobby de la viande et du business, qui eux ne se préoccupent pas plus de ta santé que du respect de l’animal.


    • Si vous trouvez normal qu’ils scient la patte d’un cheval vivant, je crois que vous êtes mûr pour aller travailler dans un abattoir.

      Ce n’est pas une histoire de "politique". Certains mangent de la viande mais trouvent ça révoltant comment ces bêtes sont tuées, élevées...
      Il y a un juste milieu entre ne plus manger de viande, et en manger de meilleure qualité.


    • C’est effectivement très drôle à lire, une prédominance de vieilles soixante-huitardes qui s’auto-congratulent toute la journée sur facebook.


    • Cela s’appelle "l’EMPATHIE", au dela de son sexe, de son espèce...
      Vous ne connaissez apparemment pas. Cela ne m’étonne pas que de tels choses se produisent et que les gens s’entretuent aux mêmes. Un monde aux valeurs uniquement masculines, et sans aucun équilibre, voilà ce que ça donne...


  • La féminisation a fait son boulot... Une petite vidéo comme ça et c’est l’hystérie émotionnelle générale, comme si personne n’était au courant auparavant. Je pense qu’une façon saine de consommer de la viande est de tuer une proie sauvage, la vider et la préparer soi-même, imposant un certain respect et une certaine reconnaissance en vers l’animal. Manifestement il y a peu de gens qui ont déjà tué ne serait-ce qu’une truite pour voir dans du sang qui coule et des réflexes nerveux une nouvelle Shoah.

    Entre les adeptes d’une nouvelle religion coercitive la GO VEGAN qui passent leurs journées à se partager des montages photoshop de citations compassionnelles en insultant les non-coreligionnaires de sac à viande, cimetière ou plus simplement de connard et les anti-chasse qui veulent chasser du chasseur parce que tuer c’est mal m’voyez, on est pas sorti de l’auberge.

    J’aimerai voir la tête de nos anciens voyant un Français actuel manger des millions de graines germées et de super-aliments venus du monde entier pour s’éviter la peine de tuer une poule de temps en temps, tout en ayant trois chats qui massacrent la faune locale.

    Puisque la surpopulation ne nous laisse plus le choix de redevenir des chasseurs cueilleurs retourner à la boucherie avec un budget et des exigences et élever sa propre volaille quand on vit à la campagne me parait être le minimum et plus pragmatique que de demander au reste du monde de devenir végétarien demain matin puisque homo se trompe depuis 2 millions d’années en mangeant de la viande...

     

    • ça n’est pas la "féminisation", ça s’appelle avoir une âme.


    • Ce genre de réponses doivent être la rançon de la réussite d’Egalité et Réconciliation et de sa démocratisation dans le paysage médiatique.

      Si vous ne voyez pas où se trouve la féminisation du débat dans la réaction hystérico-émotionnelle à un événement ponctuel vous ne devez pas être une lectrice très récente ou très assidue de ce site et de ses principaux intervenants. Ce n’est pas une insulte, juste un concept à saisir, que vous ayez eu la chance d’être dotée d’une âme ou non.


    • de quelle réaction "hystérico-émotionnelle" parlez-vous ?


    • De la même réaction que provoque aujourd’hui la photo d’un enfant noyé ou d’une attaque terroriste, une réaction émotionnelle, binaire et manquant cruellement de mesure et de recul alors que ça concerne des sujets graves mettant en jeu la vie physique ou sociale de gens. C’est la mécanique du buzz, grotesque et insignifiant. Je crois qu’il suffit de lire les commentaires sur youtube pour s’en rendre compte et de penser deux secondes aux gens qui vont finir au chômage technique parce que leur abattoir aura été fermé parce que les gentils qui leurs délèguent le sale boulot ne supportent pas d’entrapercevoir un peu de réalité.


    • Et bien, si penser avec son coeur est de la féminisation, alors, grand bien fasse à la planète, elle en a bien besoin !

      La féminisation est aussi importante que son pendant, elle n’est pas à jeter comme vous le proclamez à tout va sur ce site.

      Privilégier la pensée économique et rentabilité au lieu de penser avec empathie, c’est juste être un robot manquant cruellement d’humanité et de coeur.

      Bravo, voilà ce que donne votre monde.


    • Penser avec son cœur plutôt qu’avec sa tête c’est ce que la France apprend et applique de plus en plus depuis mai 68. En découle une violence physique, sociale et économique bien pire que l’ancien modèle, une conscience politique du peuple en chute libre et une domination totale de ceux qui maquillent leur cerveau en cœur tout mou. L’émotion est puissante mais éphémère, dans deux semaines tout le monde aura oublié cette histoire, le cœur diverti par une nouvelle image choc et qu’est ce qui aura changé alors ?

      Je crois que vous vous trompez lourdement en parlant de "mon monde", ce monde est le votre et s’il ne vous ressemble pas au final c’est qu’il doit bien y avoir une raison.


    • Le monde n’est pas "féminisée",

      Les dirigeants et ceux qui "gèrent" le monde sont encore complètement dans un modèle "masculin" et centrés uniquement sur le profit.

      Cette féminisation soi-disante, c’est de la poudre aux yeux. Ils font en apparence tout pour "féminiser", comme vous dites, le peuple, pour l’endormir et faire croire que tout va bien, et surtout, pour ne pas leur donner les armes pour réagir.

      Croyez moi, nous fonctionnons bel et bien au niveau mondial dans un principe masculin. Et la catastrophe est bien là, par son manque d’équilibre entre les deux pôles.


  • Ca m’étonne à peine, on est pas à Paris ou les techniques d’abattage doivent être plus à la pointe.
    C’est la province dans les villes moyennes comme Alès, avec cependant un marché à satisfaire, voila quoi.

    On est loin de la petite ferme qui tue son poulet le dimanche, vous avez "choisi" la modernité puis y a du monde à nourrir, voila quoi.

    A moins d’être végétarien le plus possible, vous êtes un peu responsable de ça, sur la masse de viande, sur le cout demandé.

    Un moderne qui chougne pour ça, qui n’a ni nourri la bête, ni l’a tué, est soit un inconscient ou un hypocrite.

    Un ouvrier de base qui ne peut s’offrir une belle bête tuée dignement, est une question sociale qui relève du vol capitalistique trop marqué de la valeur ajouté.


  • Certains commentaires sont affligeants....on peut remarquer comme une forme "d’ostracisme" envers ceux qui ne consomment pas de viande, vous savez ceux qu’on appelle "les" végétariens, végétaliens ou véganes : tout simplement parce que ce n’est pas du goût de ceux qui ne le comprennent pas et ne l’appliquent pas ! ce n’est pas parce que l’on ne comprend pas quelque chose que cette chose est fausse !


  • Cela doit se produire dans pleins d’autres abattoirs. Peut être a t’on mis spécifiquement celui-ci en avant de façon à cacher la forêt si j’ose dire. La seule solution pour montrer sa désapprobation est de devenir végétarien. Point barre. Moi-même je ne le suis pas car il faut le dire, je n’ai pas les couilles ou disons que c’est une discipline ou une hygiène de vie qui relève du sacerdoce, une forme de pratique quasi-religieuse si l’on veut mais il n’est pas impossible que je m’y mette.

    Certains ne mangent pas de porc mais ça ne les dérangent pas de découper des moutons à la scie égoïne ou à la scie circulaire comme c’est arrivé récemment... voire même dans les baignoires d’appartement. Il est vilain pas beau l’abattoir Français, par contre égorger un mouton à l’opinel sur un terrain vague c’est culturel... Allez tous vous (censuré) comme dirait un certain directeur de la publication.

    J’aimerais dire également que l’excuse du chômage pour les employés en cas de fermeture est nulle et non avenue : ils se trouveront un autre job car bosser dans un abattoir c’est bosser à la chaine à l’usine, n’importe quel abruti peut y travailler.

    Personnellement je me moque éperdument de l’avenir de ces travailleurs, par contre je me sent très concerné par le traitement infligé à ces animaux. Par pure misanthropie.


  • la cause animale est une cause légitime, qu’on le veuille ou non, et qui se pose et s’est toujours posée, c’est une question philosophique posée déjà dans l’antiquité, qu’est ce qui distingue l’humain de l’animal si l’humain ne se pose pas la question ? Certes nous sommes censés tuer pour nous nourrir, mais 11 milliards d’êtres humains sur terre, l’industrie agro alimentaire, et tout ce que cela entraîne doit aussi poser question, nous aurons certainement de gros problèmes sanitaires , d’autre part la souffrance animale n’est pas differente de celle des hommes, y être insensible n’est pas une preuve d’intelligence, enfin, les végétariens ou Brigitte Bardot ont peut-être raison, c’est une femme courageuse qui a renoncé à beaucoup de choses pour ses convictions, et que je respecte, cette cause n’est ni de gauche, ni de droite, on mesure la grandeur d’une civilisation à la façon dont elle traite ses "bêtes", ces images sont indignes tout simplement, pour les hommes comme pour les bêtes, j’apoute que les animaux ne peuvent pas parler, ni se défendre, au stade actuel de la recherche scientifique, que savons nous de leur intelligence et de leurs capacités réelles, qui sommes nous pour tout saccager, ne rien respecter, l’acte de torturer est toujours le même et il est condamnable, lire l’Ecclésiaste 4 : " Dieu veut éprouver les hommes et leur montrer qu’ils sont, quant à eux, semblables aux animaux, la supériorité de l’homme sur la bête est nulle, car tout est vanité.Qui sait si le souffle des humains monte en haut et le souffle des animaux descend vers la terre ?"

     

    • Aujourd’hui on sait scientifiquement que les animaux vertébrés supérieurs ont une conscience, certes pas aussi développée que la nôtre. Ils sont donc capables de ressentir l’horreur d’une situation, la souffrance physique et psychique, l’attachement...
      Aujourd’hui rien ne nous empêche si ce n’est le fait de ne pas vouloir reconnaître la cruauté de traitement envers nos "inférieurs", de les faire mourir dans des conditions dignes. On pourrait très bien utiliser des anesthésiants qui disparaissent ensuite (ça existe) avant de les tuer. Et il y a aussi des impératifs économiques avec toujours plus d’abattage et en moins de temps.
      Mais comme on voit le traitement que la bête humaine inflige aux autres créatures, on voit ce que l’homme débondé de ses instincts peut faire à l’homme. Le traitement des animaux montre l’état de la société et donc de l’homme...(certaines études sociologiques l’ont démontré).
      Je ne dis pas qu’il ne faille plus manger de viande mais il faut en manger moins, de bonne qualité c’est à dire pas stressée et la remplacer par des sources de protéines autres (oeufs, poissons, céréales)...
      A tous ceux qui se moquent et n’ont pas la moindre sensibilité devant cette cruauté, je leur demande d’imaginer un peu si un jour une race d’extraterrestres féroces venaient nous traiter de la sorte ? Cela s’appelle l’empathie.
      Je trouve que certains commentaires ici sont très discourtois et peu respectueux de la sensibilité et du choix de chacun.
      Ma mère qui a tenu une triperie sur un marché parisien dans les années cinquante, m’a raconté qu’il y avait beaucoup de sadiques qui travaillaient dans les abattoirs et je pense qu’il faut l’être en partie pour faire ce boulot (sans jugement de valeur).
      La nature qui nous a fait consommateurs de protéines animales ne nous oblige pas pour autant à faire preuve de cruauté envers ceux que nous devons manger ! ...

      Un "vieux de la vieille" ni gauchiste, ni bobo, ni "féminisé" !


  • Ce genre d’événements nous rappelle froidement que nous sommes des animaux avant tout autre chose. La Vie sauvage, la Nature dans son ensemble ne fait pas dans la dentelle. Elle est impitoyable. La loi du plus fort y règne. Nous en faisons partie et nous sommes même au dessus de la chaîne alimentaire.. Depuis la nuit des temps c’est comme ça. Vous croyez que les premiers hommes qui chassaient pour se nourrir avaient ce genre d’état d’âme ? Aujourd’hui nous avons le luxe de pouvoir choisir.
    Pas à l’époque. C’était une question de survie, comme aujourd’hui. Nous nous devons de manger, c’est vital. Tous les jours dans le monde ce sont des millions d’animaux qui sont tués, découpés, massacrés, appelez ça comme vous voulez, mais c’est ainsi.
    Perso j’ai pas envie de bouffer des pissenlits ou d’avaler une pilule chimique ... La vie est cruelle, nous l’avons oublié dans notre confort du quotidien, ou l’on achète des produits tout "prêts" qu’on a juste à ranger dans nos placards ou au frigo.
    Pour finir, j’ai vu quelques images de cet abattoir, et bien évidemment cela choque, donc j’ai pas regardé plus que ça, je ne suis pas masochiste. A quoi bon ?
    Ça n’enlève en rien ce que nous sommes et que nous faisons intégralement partie de ce Tout que l’on nomme la Vie.
    Bon appétit et surtout bon week-end !

     

    • "la vie sauvage, la nature dans son ensemble, ne fait pas dans la dentelle. Elle est impitoyable. La loi du plus fort y règne."

      Dans ce cas-là mon cher ami, il faut vous contenter de la prédation que l’homme exerce sur l’homme et ne pas se plaindre du capitalisme sauvage ou des désastres économiques et sociétaux, des guerres, que "la loi du plus fort" vous impose !...
      Justement si nous, humains, sommes capables de ressentir des sentiments d’injustice et de révolte à l’égard des conditions qui nous sont faites, c’est que nous appartenons à une sur-nature, que nous sommes au-dessus de la nature par ce qui est spécifiquement humain, la Culture et la Conscience. Alors on n’est pas obligés de dire amen à la "cruauté" de la nature, non ?...


    • @Caltech
      "c’est que nous appartenons à une sur-nature, que nous sommes au-dessus de la nature par ce qui est spécifiquement humain, la Culture et la Conscience. Alors on n’est pas obligés de dire amen à la "cruauté" de la nature, non ?..."

      Je n’ai pas ce point de vue même si je comprend bien votre raisonnement. Il ne faut pas tout mélanger non plus.
      Nous ne sommes pas au dessus de la nature, elle aura toujours le dernier mot. Et oui quelque part le parallèle que vous faites est juste et surtout bien réel en ce qui concerne les hommes. Vous remarquerez aussi que rares sont les animaux appartenant à la même espèce se comporter comme l’homme sait si bien le faire envers son semblable. Il y a matière à réflexion.
      C’est un autre débat ceci dit.
      Ce qui se dégage aussi de ce genre de vidéos c’est le côté "industriel" de la chose, menant à des abattages à la chaine, avec ce côté assez froid et dérangeant que ça engendre. Mais cela répond à un besoin élémentaire (qui a évolué) de l’homme à savoir se procurer à manger. J’adore la viande, c’est pas pour autant que je jubile devant ce genre d’images.

      Je n’aime pas non plus cette espèce de réveil des consciences très hypocrite selon moi dès qu’il y a une "fuite" et que tout le monde s’en empare en dénonçant un sujet sur lequel personne ne pense réellement au quotidien. Parce que nous sommes des animaux et nous faisons partie de la vie animale.
      C’est un réflexe primitif comme un lion sautant à la gorge d’un impala.
      Notre conscience évoluée nous a éloigné de ce concept mais ce genre d’images nous le rappellent très clairement.
      D’où cette sensation désagréable.


  • La grandeur d’ une société se mesure à laquelle elle traite ses animaux...... Gandhi.....à méditer....


  • #1294241

    J’espère qu’aucun de ces animaux ne s’appelait Aylan et n’était migrant...
    Si non c’est reparti pour un tour !
    L’humour est toléré sur E&R ?
    Si...


  • La Shoah animale c’est chaque jour, chaque seconde, dans l’indifférence générale... tous les hypocrites qui se disent choqués pensent vivre dans un monde aseptisé où la viande arrive toute propre sous cellophane dans nos rayons et où le calvaire de l’animal de sa naissance à sa mort est totalement occulté.

    Les mangeurs de viande imposent à des êtres humains de travailler dans ces conditions ignobles qui détruisent leur âme en torturant tuant dépeçant à longueur de journées...

    De toute manière pour sa santé et son portefeuille il vaut largement mieux se passer de viande


  • Pas végétarien pour un sous mais infliger une souffrance inutile à nos amis les animaux, non. Il y a moyen de les tuer plus respectueusement.
    Servir un animal était un rite de passage vers le monde adulte. Peut-être l’unique façon d’écouter le silence des cochons heureux (clarice starling avait déjà pris les agneaux) pendant l’apéro charcuterie.


  • J’avais déjà lu une fois qu’un pourcentage non négligeable des animaux dans ces camps de la mort dépecés de longues minutes étaient encore vivants une agonie inimaginable qui m’avait traumatisée et fait jurer que plus jamais je n’ingurgiterais cette torture abominable et pourtant... quelques temps plus tard, la pression sociale et autres repas de famille m’ont à nouveau engloutie dans ces rituels macabres : je remangeais de la viande... on s’habitue à toutes les horreurs dans ce monde c’est bien la cause de tous nos malheurs : notre immonde docilité, notre absence de révolte véritable... notre abominable soumission aux codes sataniques - qu’on fait passer pour banalités, choses acceptables car traditionnelles - de cette société... se révolter c’est être vivant, réactif mais le cynisme désabusé est le lot des vaincus...


  • Ces animaux sont torturées, ça m’a vraiment choqué, je pense que la France doit réapprendre à manger. La viande coûte cher, elle a toujours coûté cher et c’est un aliment noble qui doit le rester. ça ne peut pas être un truc sous cellophane, ça s’achète chez un boucher, le boucher doit commander sa viande chez des producteurs qui les laisse paître, les animaux doivent connaitre leur éleveur et c’est à l’éleveur de les abattre.
    L’industrialisation détériore le savoir faire, abattre des animaux devient une torture, on détruit la nature, ce n’est plus l’homme qui tue mais la machine. C’est un travail horrible, je plains les gens qui bossent dans les abattoirs.
    Combien êtes vous prêt à payer ? 5 euros pour un steak Charal ? Ou 10 euros pour un steak d’un animal qui a vécu dans la nature, abattu par son éleveur ? Je pense que manger moins et mieux est possible. Je ne m’interdirai pas de manger de la viande, je veux manger mieux.
    C’est juste à nous de trouver le moyen de court-circuiter le système.

    Une dernière chose, dans cette vidéo, on voit l’égorgement. L’égorgement n’est pas un abattage traditionnel français. Il va falloir aussi modifier les interdits alimentaires pour qu’ils prennent en compte les droits des animaux de 1994.

    Enfin je félicite Brigitte Bardeau qui malgré tout a fait de la France une exception, même si le combat n’est pas terminé.

    Je tiens aussi à dire qu’un humain peut vous trahir, qui que ce soit, mais un animal ne vous trahira jamais. L’animal est le meilleur (le seul) ami de l’homme.

     

    • Tu a completement raison , mais sache que les éleveurs n’ont plus le droit d’abattre leurs bêtes , ceci est répréhensible par la loi , c’est pour cela qu’ ils ont créés les abattoirs , et cela leurs permet de récupérer les abats les os les peaux pour les recycler par exemple produits cosmetiques , vetements , gelatines pour faire des bonbons , creme dessert ect ect c’est ca le soi disant progrès .....


  • Oui et bien personellement, je ne suis pas dans la logique des vegan qui prétendent qu’il ne faudrait pas manger des animaux parce que les humains ne se feraient pas fait pour et que les humains seraient aussi des animaux.. Pour moi, tuer un animal en prenant le risque de perdre parfois la vie comme le faisait nos ancêtres est acceptable, cela correspond à ce qui se fait dans la nature, le lion chasse des gazelle, etc...

    Initialement, j’avoue adorais manger certaines viandes mais depuis j’ai decidé d’arrêter car manger de la viande issue de telles souffrances, tortures et autres horreures, c’est participer aux système concentrationnaire que l’on inflige toute leur vie durant aux animaux sans compter leur mise à mort qui est dénuée de toute morale. Pas etonné de ces images et je vois pas comment on peut l’etre vu que c’est bel est bien la realité un peu partout ou l’on se fait livrer sa viande pico belo sous cellophane.. J’avoue que c’est pas facile de se passer de viande lorsque l’on a grandi jusqu’à passé 30 en en mangeant, pire encore, faisant beaucoup de sport, c’est parfois tres dur mais frenchement, on y arrive.

    Il y a des gens qui refusent de voir ces images afin de se voiler la face mais frenchement, comment continuer à savourer sa viande apres avoir vu des images du genre. En plus pourquoi se ruiner en soutenant un tel système.

    En plus comment enmagasiner des bonnes energies en ingerant des animaux qui ont souvent eu une vie miserable et qui sont executées dans d’horribles souffrances rendant la viande nerveuse.

    En plus, sachez que le lait issu de l’exploitation animale est doublement negatif : d’une part il faut chaque fois une vache qui donne naissance à un veau pour qu’elle produise du lait, le veau et direct arraché à sa mère (en Suisse, il a meme fallu poser des limites aux paysans qui voulaient se debarassent des veaux au plus vite , histoire à ne pas avoir à supporter trop de frais pour les nourrir)et executé, d’autre part, le lait de vache est mauvais pour les humains et clairement associé à pkusieurs formes de cancer mais il y a comme un lobbby du lait et de la viande.

    Donc au final..éviter la viande si vous voulez enmagasiner des bonnes énergies, eviter d’etre sous antibiotiques en permanence à cause des doses administrées aux animaux, evjter de soutenir financierement ce système et surtout eviter de vous ruiner, eviter de s’intoxiquer avec le lait et surtout eviter d’être si mechant avec ces pauvres bêtes ;)


  • Les esquimaux qui ne mangent pas de viande d’élevages meurent de vieillesse et non de maladies !!


  • On se demande si des gens qui font "ça" à jets continus pendant leur boulot, sont bien normaux dans la vraie vie ...


  • Heureusement que ce n est pas un abatoir musulman !
    Dsl mais c est la vérité ! On aurait eu droit aux commentaires les plus farfelus.

     

    • #1294656

      @ Francokabyle92
      Pourquoi les musulmans sont exempt de critiques, vertueux, ils seraient dépourvu de malveillance et de défauts, seraient des etre toujours bon et noble d’âme, c’est cela que tu nous dis ?
      Donc F.Marquardt, Hassen Chalghoumi, Dalil Boubakeur, Mohamed Sifaoui, Malek Chebel, Karim Bourti, etc...
      Sont des personnes hors de tout mépris, de pieux musulmans, qui œuvrent pour leur communauté ?
      Dis moi qui te représente, je te dirais, si tu es bon pour ma Nation !


    • C’est incroyable cette pleurniche anticipée.


  • Le petit peuple industrialisé-déstructuré grégaire n’a aucun respect pour la vie, je l’ai constaté à plusieurs reprises.


  • Qu’est-qu’on fait ces pauvres bêtes pour qu’elles subissent ce traitement barbare , indigne de toute humanité ? On devrait au moins les respecter autant que possible, et réduire leurs souffrances, en remerciement, un peu comme les peuples dits en effet, "primitifs", qui le sont moins que nous en fait, car ces bêtes n’ont pas demander à naître, surtout industriellement il faut comprendre que ce Système nous entraîne toujours plus vers une barbarie plus grande que nous serons et sommes déjà traités de la même façon, je ne suis ni bobo, ni gauchiste !Sinon je ne serai une fidèle d’E&R !


  • On peut tout à fait manger de la viande sans pour autant infliger des souffrance aux animaux, ce devrait être à la base de toute volonté d’abattage des animaux. Il existe des techniques tuant les animaux instantanément par électrocution, notamment pour les bœufs. Pourquoi ce système n’est pas généralisé ?
    Nos politiciens sont une honte et de tels abattoirs également.

     

    • Non, on peut difficilement ôter la vie d’un être vivant impunément sans le faire souffrir. La seule manière de ne pas faire souffrir un individu c’est de lui foutre la paix. Et quand bien même ce serait le cas, de quel droit refuser le droit de vivre à un être qui était né pour jouir de la vie, puisque l’ingestion de chair nerf sang tripes cervelle n’est pas indispensable à votre santé contrairement aux besoins d’un vrai carnivore ?


  • Genèse 1.29 :
    Dieu dit aussi : « Je vous donne toute herbe à graine sur toute la surface de la terre, ainsi que tout arbre portant des fruits avec pépins ou noyau : ce sera votre nourriture.


  • Dans la décision de manger ou non de la viande, la souffrance animale n’est pas le seul critère à prendre en compte. Il y a la souffrance humaine également. La quantité de nourriture produite pour nourrir les animaux d’élevage suffirait amplement, semble-t-il, à nourrir toute la population de la planète (Il faut produire plus de 7 kg de protéines végétales pour obtenir 1 kg de protéines d’origine animale). Sans tomber dans les extrémismes, est-il vraiment nécessaire de manger une telle quantité de viande, de fromages etc. ? Est-il vraiment nécessaire d’en garnir à foison les rayons des supermarchés, pour ensuite mettre des tonnes d’invendus dans des bennes ? Un type comme Gary Yourofsky est certes vindicatifdans ses propos et un peu extrême dans ses actions mais tout ce qu’il dit est loin d’être insensé. En tout cas il a le courage de ses actes et de ses opinions et rien que pour cela il mérite le respect.


  • Passer au bio est un début pour le bien être des animaux. Moi je ne bois plus que du lait cru de vache Jersiaise a 1.80€ le litre chez Bernard Gaborit. Niveau goût et qualités nutritives il n’y a pas photo. Le lait cru en plus ne peut provenir que de vaches bien traitée et nourries, auxquelles on ne tire pas sur les mamelles 20h/24. Bref je gerbe le lait en brique maintenant. Les œufs je ne prends que du bio aussi. La viande je prends du Label Rouge car le bio coute réellement très cher. En fait quand j’achète un produit d’origine animale je pense à la manière dont la bète a vécue. S’il n’y a aucun label je n’achète pas. Le pire c’est le porc. A 3.50€ le kilo il faut pas s’étonner si le cochon n’a jamais vu le jour et est tué à la barbare ! Un reportage a voir sur YouTube : une vie de cochon

     

    • Il ne s’agit pas bien sûr de dénigrer le Bio ou les labels mais de dénoncer avec rage l’ensemble de la filière viande labellisée. Le bio est peut-être pour le menu des animaux détenus, pour leur bouffe qui ne contient officiellement « que » 1% d’OGM, par exemple… mais franchement si c’est juste pour que les condamnés –qui au passage n’ont rien fait !- aient droit, après le festin, à une brève sortie dans la cour de leur prison saumâtre et glauque, chacun attendant impatiemment son tour dans le stress de la bousculade générale, chacun épiant l’arrivée de la prochaine rame, dans la cohue incontournable… alors bonjour les animaux dits « élevés en plein air » !!!

      Sous les ventilateurs oui ! Et en suivant obligatoirement un parcours fléché de terre battue, la moindre pousse étant immédiatement dévorée par le premier venu ! Que les industriels osent l’écrire, même en tout petit, sur les emballages !

      Quelle honte ! On se rassurait en achetant de la viande, bio, AB ou label rouge, au supermarché. Tous ces animaux mangent effectivement des céréales bio (sauf les labellisées label rouge, qui sont gavés d’OGM), mais qu’ils sont presque tous incarcérés, entassés, comme tous les autres, comme des choses, durant TOUTE LEUR VIE, dans des hangars sordides, et ne voient donc jamais la lumière du Soleil, ni ne broutent ou picorent dans les vertes prairies…

      De plus, ils subissent presque tous le stress des tapis roulants de la mort et sont abattus sans étourdissement eux aussi.
      Pourtant les labels AB, bio et label rouge nous font croire que ces pauvres bêtes sont élevées en liberté. C’est un gros mensonge ! Une tromperie de plus !

      Bienvenue à tous dans la supercherie mondiale !


    • Vous le payez bien chère votre lait , moi dans ma région en Limousin, je l’achète 0,64 /L chez mon fermier qui fait du bio et les oeufs les 12 sont à 2 euros.

      Salutation camarade


  • Malheureusement, on fait l’amalgame entre la juste cause animale et certaines associations jugées "gauchistes" de même qu’on mélange certaines associations agissantes avec les réels problèmes de pollution et de saturation de la planète, au 21ème siècle il est préoccupant d’élever des animaux de manière industrielle, de les faire naître artificiellement, de les torturer tout le long de leur courte vie et de finir en apothéose en les tuant de la manière la plus barbare, il me semblait que la "conscience" était le propre de l’humain ?De plus, comment accepte t-on de gagner sa vie de cette façon, ne recrute-t-on que des sadiques ? Si ces "personnes" se regroupaient et exigeaient des conditions de"travail" autres et dignes pour les animaux comme pour eux avec d’autres rémunérations, ou bien la plupart s’en fout, personnellement et au risque de choquer, je ne pourrai pas fréquenter quelqu’un qui fait ce genre de choses, à un moment, je crois que dans la vie, on a toujours le choix !


  • Il me semble que Madame Brigitte Bardot avait fait voter une loi, où les animaux étaient tués d’une balle pour éviter toutes souffrances inutiles. C’était un combat auquel elle tenait et qu’elle avait réussit à faire passer. Mais là ! C’est de la cruauté, je ne regarde pas car c’est insoutenable, mais je connais, car une personne de ma famille fait parti des associations one voice, Brigitte Bardot. Et ce que l’on y rapporte est tout simplement atroce, amorale, des images infernales. Après d’après ce que j’ai lu, il y en a que cela fait marrer ! Ben je comprends pourquoi le monde est si pourri !


  • La sénatrice de l’Ain demande une enquête parlementaire afin de mettre à jour les dysfonctionnement des abattoirs français. Si la filière devient enfin transparente, ce sera la route vers une reprise de confiance des consommateurs (en espérant qu’elle ne soit pas un agent des états unis). http://wikiagri.fr/articles/la-sena...


Afficher les commentaires suivants