Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Affaire libyenne : ce qu’Alexandre Djouhri a dit aux juges

Pour son premier interrogatoire face aux juges, Alexandre Djouhri aura fait en sorte que ses réponses – « C’est faux », « Je l’ai appris par la presse », « Des mensonges » – ne permettent en rien d’assembler les pièces du « puzzle » que constitue sa vie. Détenu à Fresnes depuis fin janvier et son extradition en provenance de Londres, l’homme d’affaires, considéré par les enquêteurs comme la clé de l’énigme libyenne, passé par les réseaux de Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, a enfin été entendu par la justice.

[...]

Ce premier interrogatoire, qui s’est tenu dans la plus grande discrétion le 19 février dernier devant Aude Buresi et Marc Sommerer, a surtout été l’occasion pour les juges et Alexandre Djouhri de mesurer le rapport de force. Ce dernier réfutant la moindre assertion des magistrats – même devant l’évidence –, refusant de donner des indications sur son patrimoine ou l’état de ses affaires, et se permettant quelques sorties dont il a le secret : « Je sais qu’un complot médiatico-politico-judiciaire s’est mis en œuvre et je ne veux pas y participer. J’ai à faire à la face obscure de la justice », a-t-il expliqué.

[...]

Un patrimoine très opaque

Alexandre Djouhri n’a pas davantage voulu s’expliquer sur son patrimoine qui, selon des documents bancaires d’UBS aux mains des juges, représentait 50 millions d’euros en 2006. « C’est faux, ils ont menti.  » Et l’intermédiaire de jurer ne pas avoir le nez sur sa fortune :

« Je ne sais pas, franchement. Je ne m’occupe de rien […] Peut-être maximum un million d’euros […] Quand j’ai besoin d’argent, j’appelle des amis qui me donnent de l’argent. Ils s’en foutent. C’est une autre culture. » L’argent ? « Je marche dessus, répond-il aux magistrats. Ce n’est pas important. Ça n’a jamais été ma motivation. »

L’homme d’affaires reste également sans explication plausible sur ces 465 000 euros de diamants acquis en 2011, et qui semblent avoir disparu : « J’ai dû en faire cadeau. Vous me demandez à qui ? C’est vieux. C’est ma vie privée quand même !  » Et les juges de se moquer gentiment de lui : « [Les cadeaux], c’est une tradition bédouine ? » « C’est une tradition universelle », rétorque Djouhri, qui s’est opposé, le 20 janvier dernier, à ce que UBS transmette ses relevés bancaires à la justice française : « Ce n’est pas moi qui décide, c’est mon avocat suisse. »

 

Guéant ? « On s’appelait pour se raconter des bêtises »

L’homme est brièvement revenu sur ses amitiés politiques :

« J’aime bien que les gens s’entendent. J’aime bien que Nicolas Sarkozy s’entende bien avec Dominique de Villepin. Ce sont deux hommes d’État, deux vrais patriotes qui agissent pour le bien de notre pays. »

[...]

Un complot politique visant à anéantir Nicolas Sarkozy

Mais c’est lorsqu’il dépeint un complot politique visant à anéantir Nicolas Sarkozy que l’homme d’affaires se fait le plus prolixe. Selon lui,

« il y a un monsieur qui s’appelle Ziad Takieddine qui essaye de faire perdre Nicolas Sarkozy dans sa campagne de 2012. Il fallait coûte que coûte l’abattre avec un pseudo financement qui serait venu de Libye. Ensuite on fabrique un PNF [Parquet national financier, NDLR] en 2014 qui devient juste le glaive de la justice, et non plus le glaive et la balance. Le PNF est créé pour détruire la droite ».

Alors que les magistrats lui font remarquer que le PNF a été créé à la suite de l’affaire Cahuzac, un ministre de gauche, Djouhri répond qu’il s’agit d’un

« subterfuge. Vous savez très bien que c’est M. Bauer avec Valls et Hollande qui ont orchestré tout cela. Le PNF a été créé dans le but de détenir un pouvoir coercitif sur tous ceux qui ne pensent pas comme eux. C’est l’exécutif qui commande […] Après la création du PNF, tout s’accélère. Il n’y a que les hommes politiques de droite qui se retrouvent poursuivis [une affirmation fausse, NDLR]. Ceux de gauche n’avaient plus d’idées, le Parti socialiste est mort. »

Lire l’article entier sur lepoint.fr

« Alexandre Djouhri est un personnage totalement romanesque »

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est une autre culture. » L’argent ? « Je marche dessus, répond-il aux magistrats. Ce n’est pas important. Ça n’a jamais été ma motivation. »

    Là on s’aperçoit vraiment que ces gens vivent dans un autre monde, et que le citoyen est pris pour une merde . Il faudrait que ce genre de blaireau vive ce que nous vivons tous les jours , ça le motiverait .Mais en plus lorsqu’on possède les nationalités française, algérienne et gabonaise ,alors là tout est permis .

     

  • #2394030

    Alexandre Djouhri, c’est la Vérité si je mens numéro xxxxxxxx....


  • Qui écrira la petite histoire des racailles maghrébines dans les allées du pouvoir sous la 5ème "république" ? La France a-t-elle besoin de merdes pareilles ?

     

  • Disonnance cognitive : Bauer etait conseiller de Sarkozy. Petit rappel si besoin est pour les juges hein.

     

  • #2394563
    le 23/02/2020 par alderic-dit-le-microbe
    Affaire libyenne : ce qu’Alexandre Djouhri a dit aux juges

    Il s’appelle Hamed Djouhri, et non Alexandre.

    Si déjà, vous mentez sur le blaze du lascar, comment voulez-vous gagner en crédibilité ?

    D’autant plus que ça permet de mieux comprendre l’affaire. Là, vous brouillez les pistes.

     

    • Un fil qui se touche dans la matrice...

      Vous avez oubliez son pote Benalla qui s’appelait Maroine un autre prénom arabe.. Voilà un faisceau d’évidences ?...

      C’est après un divorce difficile avec son père professeur de chimie au Maroc que la mère sûrement française du petit Maroine obtient d’un ministre* français le prénom Alexandre afin de pouvoir cacher son fils.

      Alors est ce leur prénoms maghrébins qui est l’énigme de cette histoire de privilégiés et à qui on ouvre toutes les portes.... ou leur appartenance à la franc-maçonnerie ? Qui est ce qui brouille les pistes en réalité monsieur Al-Derick le racialiste ?

      Ps : peut être qu’il vient de *hauts francs-maçons au Maroc. En tout cas tout le monde sait que tous les présidents en Afrique noire sont des franc-maçons.... Est ce que cela sent suffisamment le poisson d’après vous ?


  • DJOUHRI est le prototype de personne attirant les magistrats français désoeuvrés (comme une flamme attire les papillons), incapables de se fixer leurs priorités et de poursuivre les vrais nuisibles à la nation.
    La France n’est pas les USA qui peuvent se permettre d’entretenir des procureurs spéciaux (genre Robert MUELLER), et autres assistants magistrats, à coup de dizaines de millions sur des affaires bidons (les interférences russes).
    Que de moyens gaspillés sur DJOUHRI, parmi d’autres, un gars qui n’est qu’un miroir aux alouettes, sans pouvoir, probablement sans argent (et s’il en a gagné et que ça défrise des jaloux, tant mieux pour lui).
    DJOUHRI est probablement un très bon tchatcheur-charmeur qui a passé sa vie active à se hisser à partir de rien et sans diplômes dans des milieux inaccessibles à beaucoup, grâce à sa capacité sympathique à faire rêver, même les puissants, qui au fond n’ont qu’un bon souvenir de ses visites.
    Il fait aussi rêver ces benêts de magistrats (payés grassement par le contribuable français ruiné) qui tombent en plein dans le panneau et croient subodorer les gros sous, les pouvoirs secrets (qui pourraient concurrencer leur pouvoir judiciaire de mêlent-tout). Ils caressent surtout l’espoir d’un avancement de leur carrière minable, s’ils débusquent un gros poisson.
    On peut être certain que DJOUHRI les mènera éternellement en bateau et leur fera noircir des kilomètres de paperasses et commissions rogatoires inutiles.
    Qui perd ? Le français moyen qui finance ces vaudevilles ridicules.
    Finalement DJOUHRI est bien sympa.


  • #2394741

    Travaillant depuis maintenant longtemps sur des marchés internationaux , je vois de l’intérieur toutes ces mécaniques de commissions
    je ne croie pas un seul instant a cette histoire de 50 millions d’euros
    Voici quelques exemples de faits vécus :
    - pour les montants inférieurs à 100 KEuros : Achat d’un compte certifié Paypal ou autre et alimentation sous la forme de plusieurs virement de moins de 10 000 Dollars pour les comptes certifiés basiques, 60 000 Dollars pour les comptes certifiés premium. Ensuite vous acheter des montres de luxes d’occasions par exemple que vous revendez en toute l’égalité l’argent est blanchi

    - pour quelques millions : Echange de titres fonciers (qui est la principale source de financement du terrorisme d’ailleurs) pour l’Europe la poule au œuf d’or était la grece pas de lois de contrôle sur l’immobilier : pour blanchir une retro commission votre partenaire achète une villa de luxe 2 millions par exemple vous la racheter a 100 000 Euros et vous revendez la villa . Des cabinets grecques s’occupent de tout. vous avez aussi Dubai ou la Croatie
    - En ce moment la star du blanchiment pour quelques millions sont les start-up. Ici le gouvernement tentent de faire le ménage on estime de 40 % des start-up (et des associations) sont en réalité pour le blanchiment local ou international (France, Allemagne, Italie)

    - Pour les gros montants comme 50 Millions d’euros il y a plusieurs écoles : pour les société : La lituanie garantie une confidentialité totale sur les sociétés impossible de savoir qui sont les actionnaires et la natures des transactions (en plus du paradis fiscal). vous placer l’argent dans une société et vous cedez les actions au prix du capital . L’arabie Saoudite / Qatar etc... une certain nombre d’entreprises sont placées sous le statut de confidentiel défense : la liste des actionnaires et la nature du bilan ne peuvent pas être transmis même en cas d’enquête internationale. Vous contactez n’importe quels cabinets d’avocats Saoudien implantés à paris ils s’occuperons aussi de tout
    Pour les particuliers la star pour récupérer l’argent sont les œuvres d’arts des galeries en Russie ou au Liban sont spécialisés sur ces transferts.
    Il y a des centaines de cabinets ultra pro spécialisés dans le transfert et le blanchiment sans risque
    Les histoires de mallettes ou de lingots d’or sont pour les amateurs, ce que n’est pas Sarkozy !!!

    Le Carthaginois

     

    • @Le Carthaginois,
      vous avez très bien résumé la situation réelle. Vous connaissez bien certains détails. Ce ne sont certainement pas des juges français qui vont égratigner le "système". Ils feraient mieux de se rendre utiles en s’occupant des affaires locales et de la criminalité qui les concerne directement sur le territoire français, où ils ont plus que du pain sur la planche.
      Localement ils ont leurs petites marottes, caches-misère de leur blocages autistes : la lutte éternelle contre l’antisémitisme, les délinquances sexuelles vieilles de 35 ans, la protection de la "caste" contre les méchancetés du bas-peuple, la guerre contre les automobilistes, etc...
      Leur prédilection est de perdre le reste de leur temps sur des affaires où ils ne comprendront jamais rien et de martyriser de malheureux pions (genre DJOUHRI), puis de se lamenter et d’expliquer leur impuissance par l’absence de collaboration internationale suffisante des autres juridictions. Mais à la fin du mois, ils n’oublieront jamais de prendre un salaire, lequel n’est pas ridicule, quel que soit leur rendement déplorable.


  • Merci de me couvrir tu es un fidèle serviteur mon Alex.