Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Agriculture : hémorragie à l’échelle européenne

En dix ans, plus d’un quart des fermes du Vieux Continent ont disparu

En 10 ans, de 2003 à 2013, plus de quatre millions d’exploitations agricoles ont été rayées de la carte de l’Union européenne, a révélé le 26 novembre l’organisme européen de statistique Eurostat.

En 10 ans, ce sont 27,5 % des fermes du Vieux Continent qui ont disparu. Et comme la superficie agricole utilisée (SAU) reste stable avec 174,6 millions d’hectares, c’est la surface moyenne des exploitations existantes qui a augmenté dans la même période. Elle a explosé de 38 %, passant de 11,7 hectares en 2003 à 16,1 hectares en 2013. Naturellement, il existe de très grandes disparités entre les pays et, au sein même des pays, entre les différentes régions. Ainsi, la taille moyenne des fermes françaises est passée de 45,3 hectares en 2003 à 58,6 hectares en 2013, soit une augmentation de 29,35 % – un peu moins que la moyenne européenne. Ainsi, la France (27,76 millions d’hectares) et l’Espagne (23,39 millions d’hectares) couvrent-elles, à elles deux, près du tiers de la superficie agricole européenne – 29,29 % exactement.

Mais, au-delà de ces statistiques plutôt arides, Eurostat reste muet sur les causes de cette mort silencieuse. Au lecteur, donc, de tirer les enseignements d’une telle hémorragie. Pourquoi en est-on arrivé là ? Plusieurs facteurs concourent à expliquer ce phénomène qui risque de prendre de l’ampleur dans les prochaines années.

Premier de ces facteurs : l’adaptation des pays de l’Europe de l’Est nouvellement intégrés en 2004 (Chypre, Pologne, République tchèque, Slovaquie) et en 2007 (Bulgarie, Roumanie). Il leur a fallu s’adapter aux critères et aux normes européens. Les moins solides, les agriculteurs qui n’avaient pas les moyens de s’adapter, ont disparu et le mouvement de concentration des exploitations s’est intensifié. C’est ainsi que 41 % des exploitations ont disparu en Roumanie entre 2007 et 2013 [1] et que la République tchèque trône aujourd’hui à la première place européenne en termes de taille moyenne par exploitations : 133 hectares.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

Notes

[1] La Roumanie a adhéré à l’Union européenne le 1er janvier 2007, NDLR.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1334498

    Sauf à vouloir revenir à la traction animale, il est inéluctable que les progrès technologiques du machinisme agricole sont tels qu’il y aura de moins en moins d’exploitations, mais de plus en plus vastes . Et "One man one farm", on peut se passer d’ ouvriers agricoles, comme on dit aux States .

     

    • #1334775

      Ce principe est déjà largement appliqué . La plupart des exploitations que je connais ne fonctionne qu’avec le chef d’exploitation qui se débrouille seul avec sa centaine d’hectares et ses 120 bovins . L’épouse ( quand il y en a une ...) a souvent un métier qui n’est pas en rapport avec l’agriculture : il faut bien assurer la survie de la famille !


  • Et oui les pauvres , nos dirigeants les laissent crever afin de
    préparer la place au marché transatlantique Américain , les fameuses
    fermes des mille vaches.....ils seront sacrifiés sans problème , pour
    nos gouvernants seule la mondialisation compte avant tout....donc rien
    ne sera fait pour les soutenir , c’est cruel pour les agriculteurs et malsain
    pour notre hygiène alimentaire mais pour tous ces mondialistes leur seul
    optique la rentabilité , malheureusement pour nous .

    Ne votez plus pour les Européistes mondialistes , vous savez lesquels.... ?


  • #1334596

    C’est une simple conséquence du libre échangisme américain. Et il faut considérer aussi qu’en Amérique, les fermiers sont subventionnés très largement et bénéficient d’un revenu minimum garanti. Les américains savent trop l’importance d’une agriculture fortement exportatrice. L’économie américaine repose sur une force de production agricole et très peu sur leurs petites startup à la con. Les européens avec leur vision marxiste qui fait du paysan un sous homme (Marx disait du paysan français : "pomme de terre dans un sac de pommes de terre"), diffusent des idées anti-paysans. L’Europe a remplacé la juste fixation du prix des denrées agricoles qui s’effondraient suite au libre échange et qui sont la rémunération d’un travail énorme et mal mesuré et de bien d’autres choses (notamment l’équilibre social et ethnique), par des subventions grotesques aléatoires, arbitraires et anarchiques ! Subvention à la plantation de pommiers suivies immédiatement de subventions à leur abattage. Ubu à la campagne ! On s’étonne ensuite du nombre de suicides chez les paysans !

    La civilisation européenne, depuis le néolithique, (et notamment le mode de vie gaulois qui n’est pas axé sur l’urbanisation selon les études archéologiques récentes) repose sur "l’habitat rural dispersé", donc sur ce qu’on appelle la "campagne".

    Maintenant, on voit triompher les clowns en moissonneuses-batteuses géantes qui gèrent 400 hectares avec un seul ouvrier et dépérir les héritiers d’une civilisation vieille de huit mille ans. Donald, Dumbo et l’oncle Picsou remplacent Cincinnatus ;

    Mais les agriculteurs européens ont une grande part de responsabilité : ils devaient se battre sur les prix des denrées agricoles et imposer par la force et la menace des taxes à l’importation (les fameuses "frontières" qui ne sont nullement seulement touristiques), comme au Japon ou pas un grain de riz américain ne franchit la frontière, ce qui a sauvé (peut être pas pour très longtemps) l’agriculture familiale japonaise (et même l’environnement), et ce qui avait sauvé le Japon tout entier, finalement.

    Ils ont cru très fort de liquider leur salariat et, peu à peu, les hommes politiques se sont aperçu que le monde rural était vide et ne représentait plus beaucoup d’électeurs.. C’en est donc fini de l’agriculture française peu intéressante électoralement. Le paysan n’est plus bon qu’à se battre en slip avec des écolos qui ont su récupérer l’espace rural vidé de leurs habitants.


  • Il faut compter 100 000 euros pour un tracteur John Deere de 200 cv...

     

  • #1334837
    le 30/11/2015 par la pince mon seigneur
    Agriculture : hémorragie à l’échelle européenne

    Ils ont pris des crédits au Crédit agricole et vendu leur cul à Monsanto, leurs aînés les avaient prévenu : crédit=corde au cou