Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Allemagne : le coprésident de l’AfD accusé de paraphraser Hitler

Le dirigeant du parti d’extrême droite Alexander Gauland a utilisé dans une tribune une rhétorique comparable à un discours d’Adolf Hitler datant de 1933.

 

Alexander Gauland, coprésident du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), s’est-il inspiré d’un discours d’Adolf Hitler pour écrire la tribune qu’il a récemment proposée à la Frankfurter Allgemeine Zeitung et que le grand quotidien conservateur a publiée dans son édition du samedi 6 octobre ? Dans ce texte, intitulé Pourquoi faut-il du populisme ?, M. Gauland écrit notamment ceci :

« Cette classe mondialisée siège dans les grandes entreprises présentes à l’international, dans des organisations comme les Nations unies, dans les médias, dans les start-up, les universités, les ONG, les fondations, les partis et leurs appareils, et parce qu’elle contrôle l’information, elle donne le “la” sur le plan politique et culturel. Ses membres vivent presque sans exception dans de grandes villes, parlent couramment anglais, et parce qu’ils passent d’un job à un autre entre Berlin, Londres et Singapour, fréquentent partout les mêmes appartements, les mêmes maisons, les mêmes restaurants, les mêmes magasins et les mêmes écoles privées. Ce milieu est socialement homogène mais culturellement divers. La conséquence est que le lien entre cette nouvelle élite et sa terre d’origine est faible. Ces gens-là se sentent comme des citoyens du monde vivant dans une société parallèle. La pluie qui tombe sur leurs terres d’origine ne les mouille pas. Ils rêvent d’un monde unique ou d’une république mondiale. (…) Face à cette classe mondialisée se dressent deux groupes hétérogènes qui ont formé une alliance au sein de l’AfD. D’un côté, une classe moyenne à laquelle appartient aussi notre tissu de PME, qui ne peut pas facilement délocaliser ses usines en Inde, pour y produire à bas coût. De l’autre, des citoyens lambda dont les jobs sont payés au lance-pierre ou n’existent tout simplement plus, qui ont durement travaillé toute leur vie et qui n’ont plus qu’une misérable retraite pour vivre. Ce sont ces gens pour qui la terre d’origine représente encore une valeur et qui sont les premiers à s’en voir dépossédés face à l’afflux des immigrés. Eux ne peuvent tout simplement pas partir et jouer au golf ailleurs. »

[...]

Dans ce discours prononcé dans une usine Siemens de Berlin le 10 novembre 1933, soit neuf mois après sa nomination à la chancellerie, le chef du parti nazi accusait en ces termes une « petite clique internationale et déracinée » de trahir les intérêts des « travailleurs allemands » :

« C’est une petite clique internationale déracinée qui attise la haine entre les peuples et qui ne veut pas qu’ils vivent tranquillement. Ce sont des gens qui sont chez eux partout et nulle part, qui vivent aujourd’hui à Berlin, qui pourraient vivre demain à Bruxelles, après-demain à Paris, puis à Prague, Vienne ou Londres, et qui se sentent partout chez eux. Ces gens-là sont les seuls à être des éléments internationaux car ils peuvent mener leurs activités partout, à la différence du peuple qui ne peut les suivre, car le peuple, lui, est enchaîné à son sol, à sa terre d’origine, il est dépendant de ce que peut lui offrir son État, sa nation. Le peuple ne peut pas suivre. Le paysan est attaché à sa terre. Le travailleur est lié à son usine. Quand ça va mal, où peut-il trouver mieux ? »

Interrogé par le quotidien berlinois Der Tagesspiegel, M. Gauland s’est défendu de s’être inspiré de ce discours de Hitler de près ou de loin. « Je ne connais aucun passage d’Adolf Hitler faisant écho [à ce que j’ai écrit] », a assuré le coprésident de l’AfD.

Lire l’intégralité de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

À propos de l’Allemagne nazie, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2059756

    ’’l’histoire ne repasse pas les plats (trotsky.. ?)...
    Faux (ça aussi) ! L’histoire passe et repasse les plats à des hommes qui n’apprennent rien. Elle fait constamment du réchauffé pour des bipèdes tellement inscrits dans l’amnésie chronique qu’il leur semble être perpétuellement dans le ’’nouveau’’. Les mêmes causes ayant souvent les mêmes effets, des brides de discours ’’hitlérien’’ vont forcément refaire surface sur le principe action/réaction. C’est le propre d’une organisation achevée du Monde de fonctionner cycliquement et celui des amnésiques de recommencer les mêmes erreurs.

     

    Répondre à ce message

  • #2059790
    Le 11 octobre à 12:13 par Des uns et des autres
    Allemagne : le coprésident de l’AfD accusé de paraphraser Hitler

    C’est quand même dingue qu’on a soit arrivé à ce niveau de discussion de comptoir : "Regarde ce qu’il a dit lui, regarde ce qu’il a fait lui" et patati et patata, rumeurs, discriminations et jugements à l’emporte pièce vont bon train, pendant que du fond, on ne cause jamais.

     

    Répondre à ce message

    • #2060051

      C’est la ruée dans le rien parce que si une seule carte de ce château se dérobe, un certain édifice va s’effondrer sur lui-même, sous lequel succomberont les intérêts qui s’y abritent. Alors on est traîné en ’’justice’’ pour un tweet, une image, un mot, un geste, un rien ; et la ’’presse’’ échoïse à perte de vue dans le vide des non-évènements, pour ne pas appeler salaud un salaud et les choses par leurs noms. Mais personne n’est dupe et tout le monde attend.

       
  • #2059863

    L‘afd est un leurre, regardez qui est derrière et le type de communication. Les affiches électorales sont une carricature, on ne pourrait pas donner un look plus 3ème Reich, de bonnes têtes de nazis, un vrai repoussoir, très facile à discréditer. On aurait pu attendre mieux de la part de docteurs en économie ou de brillants membres du Boston Consulting. Non c‘est une machine à discréditer le nationalisme, tout n‘est pas à jeter bien sûr et il y a de bonnes volontés. Mais la vipère est dans le nid.

     

    Répondre à ce message

  • #2059884

    Tant qu’il n’imite pas Netanyahou avec les palestiniens tout va bien !

     

    Répondre à ce message

  • #2059965

    Ne vous fatiguez pas en paroles inutiles. AfD est sous contrôle sioniste exactement comme le RN, un autre parti-leurre. Le "détail" de JMLP devient la paraphrase d’Adolf par Alex Gauland. C’est la même matrice utilisant le dérapage verbal, style 2GM, afin de "diaboliser" l’AfD ! Et tous les merdias de la Propaganda Staffel reprennent la chose façon caisse de résonance. La recette est éculée, et porte même un nom Reductio ad Hitlerum !

     

    Répondre à ce message

  • #2060064

    Je trouve les deux discours très justes.

     

    Répondre à ce message

  • #2060069

    La symétrie est faite avec un discours d’Hitler devant les ouvriers de l’usine Siemens en 1933. Il évoque effectivement, sans les nommer, une clique cosmopolite et parasite qui vit tantôt à Londres, Bruxelles, Paris etc..Encore une fois il ne nomme personne. Cependant on entend clairement pendant un silence, un travailleur allemand lancer un "Juden"qui vient ponctuer cette séquence du discours d’Adolf Hitler.

     

    Répondre à ce message

  • #2060110

    Pour comprendre le personnage de Hitler, véritable géant de histoire contemporaine, il faut lire (ou relire) l’Histoire de l’Armée Allemande de Benoît Mechin.

    Tout n’a pas été compris encore en cette période hystérique. Hitler était plus "normal", c’est à dire plus "français" qu’on ne le pense. Sa pensée est bien inspirée par le "droit naturel" que la France avait promu en 1789 ("les bornes de la France sont marquées par la nature" - Danton) et il a bien fait péter tous les traités européens, Versailles mais aussi le traité de Westphalie, au nom du droit naturel des allemands à "disposer d’eux -mêmes". C’est à dire à former un immense nation-état écrasant tout au centre de l’Europe. C’est pourquoi l’Europe ne se fera jamais. Hé hé. Rassurez-vous.. Car "l’Europe-Etat" s’appellerait ... l’Allemagne..

    Le premier homme politique qui, à un sommet des chefs d’Etat à Bruxelles, devant les petits greffiers des traités illisibles emprisonnant les peuples, relancera la question du "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes" marchera dans les pas d’Adolphe Hitler.

    Au fond, Hitler était politiquement un français révolutionnaire dans la ligne des conventionnels montagnards et il cherchait en allemand-autrichien une base à un droit fondée sur la "nature".. La race ? Le débat reste ouvert.. en tous cas en Palestine...

     

    Répondre à ce message

  • #2060174

    C’est une petite clique internationale déracinée qui attise la haine entre les peuples et qui ne veut pas qu’ils vivent tranquillement. Ce sont des gens qui sont chez eux partout et nulle part, qui vivent aujourd’hui à Berlin, qui pourraient vivre demain à Bruxelles, après-demain à Paris, puis à Prague, Vienne ou Londres, et qui se sentent partout chez eux.




    « Une nation c’est un hôtel »
    Rabbi Ben Attali

     

    Répondre à ce message

  • Pour connaître aussi bien les textes de Hitler, les accusateurs insinuent qu’ils se souviennent de ses discours qui datent de 1933 ? C’est limite un hommage que d’évoquer la connaissance de ces textes non ? Oui, ne serait-ce pas une marque de respect de les apprendre par coeur dans ce cas ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents