Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Amos Gitaï, premier cinéaste (israélien) nommé au Collège de France

L’assemblée du Collège de France a nommé Amos Gitaï titulaire de la chaire de création artistique pour l’année 2018-2019.

Cet artiste israélien est le premier cinéaste à entrer au Collège de France, où il prononcera sa leçon inaugurale le 16 octobre à 18h. Le thème de la série de cours magistraux qu’il dispensera cette année n’est pas encore connue.

Les derniers titulaires de la chaire de création artistique ont été Philippe Manoury (2016-2017), Alain Mabanckou (2015-2016), Tony Cragg (2013-2014) et Karol Beffa (2012-2013).

Au cours de ses 40 ans de carrière, Gitaï a réalisé plus de 80 films parmi lesquels sept ont été présentés en compétition officielle au Festival de Cannes et à la Mostra de Venise.

Parmi ses œuvres emblématiques, figurent Kippour, Kadosh et Ana Arabia.

Sa relation avec la France s’inscrit en filigrane tout au long de sa carrière. Résidant entre Paris et Haïfa, il a réalisé en 2008 le film Plus tard tu comprendras, dans lequel Jeanne Moreau tient le rôle principal aux côtés de nombreux autres acteurs français.

Cinéaste engagé, il n’a eu de cesse au fil de ses œuvres de raconter ses origines et le conflit israélo-palestinien.

Contre la bonne conscience des Israéliens,
lire sur Kontre Kulture

 

Amos Gitaï décoré sous Hollande, sur E&R :

Cinéma & sionisme, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2036060
    Le 4 septembre à 12:25 par Jean Michel Planqué
    Amos Gitaï, premier cinéaste (israélien) nommé au Collège de France

    Amos Gitaï au Collège de France
    Amir qui nous représente à l’Eurovision
    Drahi qui nous informe sur nos radios devenues sienne avec notre fric
    Cyril Hanouna qui nous divertit
    Patrick Bruel qui chante pour la midinette de souche
    Francis Kalifat qui nous ordonne la bonne ligne
    Attali qui souffle à Macron la bonne politique
    BHL notre seul philosophe
    Jack Lang à Institut du monde arabe
    Kouchner qui soigne les autres avec notre pognon
    Simone Veil au PanthéFion
    Alain Finkielkraut l’Académie française
    Élisabeth Lévy et Éric Zemmour pour nous dire comment être un bon patriote
    Sarko, Fabius, Meyer Habib, Dominique Strauss-Kahn, Vincent Peillon, Julien Dray, Pierre Moscovici , Harlem Désir, liste non-exhaustive qui sont à la tête de notre ancienne France , aux manettes de notre économie, qui font nos lois
    Bref, ça sent le Sapin comme dirait un certain Michel
    Ou il y a une couille dans le potage
    Peut-on être étonné de ne voir aucun catholique ou c’est antisémite ??

     

    Répondre à ce message

  • #2036138

    C’est normal. Le Gaulois est réfractaire au changement donc à la création artistique.

     

    Répondre à ce message

    • #2036658

      Et pourquoi, la création artistique aurait nécessairement un lien avec le changement ? Et effectivement l’art qui critique le changement pourquoi cela serait un mal ?

      Vous n’êtes pas clair... ça ressemble surtout aux idées toutes faites sur nos ancêtres les gaulois... Premièrement, les constructions étaient en bois alors difficile de trouver des traces... mais il y avait les bijoux et d’autres artefacts...

      Les bijoux justement... particulièrement rafinés ainsi que d’autres artefacts de la vie courante... La création artistiques artisanales est justement une chose qui les caractérise... J’ajouterrais un particumarisme : c’est la quasi abscence de représentations anthropomorphiques... pas d’animaux... pas d’illustration de la nature. Très peu de divinités tutélaires... et une préférence pour l’abstrait.

      En tout cas l’arianisme (Jésus n’y était pas divinisé) a été largement adopté par tout ces peuples venus de l’est et ça n’est peut être pas pour rien. C’est une question qui me trotte dans la tête mais je n’ai pas encore croisé de spécialiste du sujet.

      Ps : Jules César grand vainqueur sur les gaulois... a raconté son Histoire selon Son point de vue... mais c’était assurément un grand peuple n’en déplaise à César... Il faut rendre à César la money de sa pièce...

       
  • #2036139
    Le 4 septembre à 14:34 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Amos Gitaï, premier cinéaste (israélien) nommé au Collège de France

    D’un côté, les institutions, type Collège de France, de l’autre, la réalité :
    je ne vois pas de jeunes réalisateurs se réclamer du travail d’Amos Gitaï.

    Par contre, le Cinéma de genre (pas "genré", hein...), populaire et potentiellement subversif, daubé par les critiques officielles (dont certaines ont retourné leur veste depuis), constitue une grosse source d’inspiration.

     

    Répondre à ce message

    • #2036390

      C’est la France et le cinéma d’auteur... Aprés le mec raconte ses histoires, sa vision avec sûrement parfois un fond universel ? Je ne dirais pas qu’il est plus pertinent qu’un autre.. mais chacun devrait avoir le droit de s’exprimer...

      La difficulté c’est de savoir si dans ce système qui est le nôtre, une voix israélienne avec ses relais culturo-mondain ne monopolise pas trop de ressources financières et de temps dans l’imaginaire du public ?

      Que les meilleurs gagnent ? Amos Gitai n’est peut être qu’une tête de gondole... un peu pro-palestinien mais toujours sioniste (un point négatif selon moi, mais je ne veux pas pour autant mettre les juifs à la mer). Je trouve domage que la persective est d’avoir de plus en plus de films sur la société israélienne par des israéliens et non pas d’autres cinéma du monde.. Il y a beaucoup de décideurs qui vont pousser dans ce sens.. souvent par pure motivation sioniste...

      Mais vous avez raison en large partie, c’est le public qui décide ; mais pas que... L’espérance c’est que la société civile israélienne en arrive à vraiment se questionner comme le fait Gilad Atzmon... mais justement les institutions par leurs choix établissent une forme d’auto-censure... et réduisent au silence les critiques légitimes de la politique israélienne.

       
  • #2036221

    Et maintenant "Le Collège de France à une jambe".

     

    Répondre à ce message