Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Lumières dans la nuit  : le pari d’alcoolique d’Édouard Baer sur France Inter

« C’est le gros poisson de la rentrée pour France Inter. Après deux ans aux rênes de la matinale de Radio Nova, le comédien-réalisateur-poète-trublion Édouard Baer débarque le dimanche soir de 22 heures à minuit – “et plus si entente,” dit-il dans sa promo – dans une nouvelle émission “Lumières dans la nuit”. »

« Avec sa fidèle troupe, l’ébouriffé de 51 ans ambitionne d’être un antidote à l’angoisse du dimanche soir. La première se déroulera ce dimanche soir au bar de la maison de la radio, avant que l’émission, toujours en direct, ne soit délocalisée “dans d’autres lieux de vie et de boissons”. Un réconfort avant les “lundis rugueux et salariés”, dixit son animateur. »

JPEG - 15.5 ko
Tous avec Ed le dimanche soir !

 

On diffuse des morceaux de l’interview de Baer – Édouard, le comédien, pas Robert, l’ancien espion de la CIA – dans Le Parisien pour deux raisons : il est l’exemple type de l’alcoolique mondain qui fait dans le culturel divertissant et en cela, il plaît aux directeurs de chaînes ou de stations qui sont à la recherche de programmes non formatés, pas trop bien-pensants.

« Un peu de chaleur dans la nuit… De la conversation avec des gens, ici ou au téléphone, une ambiance de fin de repas de dimanche avec une vingtaine de copains, des sociétaires comme aux “Grosses têtes”. On va inventer aussi des personnages et terminer avec des gens au téléphone qui s’angoissent, des hypocondriaques qui ne veulent pas aller au boulot.
[...] Je préfère emmener des gens boire la journée en séchant le bureau à participer à des pince-fesses nocturnes mondains et alcooliques. L’école buissonnière est plus intéressante que la tournée des grands-ducs. »

 

Cependant, le thème de l’émission du transfuge de Nova va dans le sens oligarchique de la fin du travail : mieux vaut boire et délirer toute la nuit qu’aller au boulot la journée. Il y a un siècle déjà, au sortir de la Première Guerre mondiale, un médecin parisien qui finira à Meudon en passant par l’Allemagne et le Danemark écrira que l’alcool est la plaie nationale numéro un, juste derrière le sionisme.

Sur ce sujet, pas question de faire de l’ancien déconneur de Canal+ un « juif des médias », il n’est qu’un tchatcheur de talent qui sait improviser sur les planches ou en studio, comme son professeur, François Rollin, le lui a appris. De plus, Baer n’a jamais mis en avant la judaïté de... son père.

C’est pas pour faire culpabiliser l’artiste mais le tableau de l’AFP est sans appel, ensuite chacun fait ce qu’il veut :

 

 

Il aurait peut-être été plus judicieux de baser une émission sur la consommation de cocaïne, une drogue moins accessible que l’alcool et qui tue beaucoup moins. Mais c’est affaire de goût.

 

 

À la Rédaction d’E&R, un seul mot d’ordre : un esprit sain dans un corps sain. Un diptyque très grec mais dans le bon sens du terme.

 

JPEG - 121 ko
Entraînement quotidien de l’équipe rédactionnelle d’E&R

 

On gardera de Baer cet art de l’improvisation qui lui fait commettre quelques fautes, comme ce non respect du corporate, ou esprit maison : dès sa première interview, il se moque de l’immense double mixte Salamé-Demorand, les perroquets du socialo-sionisme à la tête de la première matinale de France !

« On emmène les gens vers le sommeil, donc on n’est pas obligé d’être intéressant (sourire). Et il n’y a pas d’enjeu d’audience, donc moins de formatage à la clé. Ce n’est pas comme dans une matinale. Ici (à France Inter, NDLR), ils sont devenus fous. Quand Hulot démissionne, au lieu de dire : “Merde, on est en train de perdre une chance de sauver la planète”, on dit “C’est génial, il l’a dit chez nous…” On devient fou ! Alors que des audiences moins bonnes n’ont jamais signifié que le programme était moins bien. »

Un peu d’impro avec Édouard (à moins qu’il n’y ait un prompteur quelque part) :

France Inter veut du non formaté ? En voilà !
Lire sur Kontre Kulture

 

Sociologie des parasites mondains, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah, ce cher Édouard, je l’ai beaucoup apprécié à cette époque du Grand Mezze, où on pouvait savourer le talent théâtral de son duo avec Rollin, même si il y avait, en arrière plan, ce gauchisme libéro-libertaire, qu’on appelait encore "gauche caviar"... On y découvrait des artistes originaux, il y avait un certain goût pour le français... La langue, tout du moins... Un certain raffinement, une démarche esthétique, une capacité à émerveiller... La pièce "Miam-miam" a beaucoup parlé au chef de rang que j’étais en ces temps là...
    Puis le déclin... Celui de Baer, de radio Nova, d’une époque décadente qui descend d’un nouveau palier, de ce raffinement français devenant plus rare à dénicher... L’homme doué a pantouflé, on sent une certaine résignation, une dépression sous-jacente, la mondanité excessive des soirées du quartier Saint-Germain pour une classe moyenne en voie de disparition, la difficulté insupportable d’être privilégié dans un monde de plus en plus injuste, qu’est-il arrivé au sensible Édouard ?
    Gageons que cette thématique, dont l’amateur de bar à vins peut se targuer d’être un connaisseur, ne changera rien à une évidence : l’alcoolisme est une conséquence et non une cause, et cette émission, si ce n’est renforcer ses auditeurs à continuer de noyer ses problèmes, n’a sûrement pas vocation de salubrité publique en terme de prise de conscience et de bien-être.

     

  • Se réferer comme souvent à Bagatelles pour un massacre, pour voir quelle secte encourage le goy à se noyer dans l´alcool pour devenir encore plus con. Le problème étant bien plus grave à l´époque, pas de norme de qualité, consommation massive et généralisée, lire Les Décombres de Rebatet, pour voir le désastre éthylique de la drôle de guerre.

     

  • Pourquoi a t’il le droit à de la promo ?
    Sur Nova , jamais un article... il rejoint une case dérisoire de france-inter on s’interesse à lui ?

    C’est déplorable..il fait sensiblement le même travail depuis des années. (Nova, télé,cinéma).

     

  • C’est honnête de la part d’ E&R de reconnaitre qu’Edouard est un "tchatcheur de talent".
    Son fameux sketch avec Dieudonné est particulierement savoureux ( je renvoie a l’article d’E&R sur ce setch).

    J’ai beaucoup aimé l’ecouter dans les années 90 sur Radio Nova dans l’émission " la Grosse Boule" ainsi que sur Canal Jimmy ( "Nonante") et Canal +.

    J’ai toujours partagé avec lui son rejet pour le monde de l’entreprise avec ses chefs et sous-chefs insupportables et tyranniques.


  • Superbe critique, mature et responsable, de l’addiction à l’alcool,ce fléau national. Critique qui ne plaira pas au lobby des alcooliers.(gros annonceurs)
    Quand à cet humoriste, je me rappelle d’une de ses blagues qui me fait encore rire...
    Dixit le comique :" heureusement que mes enfants ne sont pas catholiques...De ce fait, cela leur évitera le catéchisme et donc la pédophilie". J’en rigole encore, je vous dis...

     

    • Ça fait déjà longtemps qu’il n’y a que des femmes chez les cathos !!


    • "l’alcool,ce fléau national"...
      Si vous le dites...
      Moi, s’il fallait désigner UN fléau national, ce ne serait pas l’alcool et loin s’en faut ...
      Faut quand même réaliser, à un moment donné, que les dérives macabres dues à l’alcool trouvent leur causes à un autre niveau.
      Vous me faites rire ceux qui disent : "Sale alcoolo, sale drogué..." .


    • L’alcool rend énervé et bagarreur, le chit rend amorphe... et nous sommes bien dans une société de toxicos !
      Moi, quand j’étais jeune, je préférai la biture et la castagne... Chacun son truc !
      Et puis, j’aime à entretenir les habitudes culturelles.


    • "lobby des alcooliers" vaste blague. Le "lobby" des fabricants de corde à l’origine des pendaisons tant qu’on y est. Article hygiéniste ou islamo-flatteur ?


    • C’est là qu’on touche à ses limites, l’humour faisant rarement (voire jamais) bon ménage avec la « bienpensance », le politiquement correct et tout ce qui relève des clichés pour gauchiste neuneu (ici tendance laicarde bouffeuse de curés). Baer est bon dans l’impro poético-surréaliste, les délires nonsensiques (comme avec l’excellent maître Morissard à l’époque du centre de visionnage) mais dès qu’il commence à y avoir une once de sérieux, là ça s’effondre. Il n’est malheureusement pas le seul dans son cas. C’est dommage car il a un talent évident.


    • @kantor
      Je rejoins @Jayjay, "fléau national", on pourrait même le qualifier de mondial si on va dans ce sens... Ça picole dans beaucoup de pays sur la planète... Et je pense que l’alcoolisme est une conséquence, et non une cause en soi.
      @Yul
      C’est faux, tous les alcools n’ont pas les mêmes effets, et toutes les personnes ne réagissent pas pareils... L’alcool est avant tout un exhausteur, donc selon la nature et et l’humeur du moment, on peut avoir des conséquences diamétralement opposées... Ayant servi les plus gros buveurs de la planète pendant quelques temps (j’ai nommé : les marins... Les rugbymen arrivent loin derrière), je sais de quoi je parle...
      @Clem4484
      Ce lobby existe, même s’il n’a pas la même capacité d’influence que d’autres plus connus (encore que...). Et vu la propension de l’alcool à devenir addictif, donc une drogue, qui plus est parfaitement légale, il y a forcément des gens qui s’enrichissent dessus...Je vois tous les jours sous mes fenêtres les zonards du quartier s’imbiber à longueur de journée à la très mauvaise bière bon marché, celle à 10-12 degrés... En écrivant ces lignes, je n’ai pas trouvé qui était derrière la marque "Amsterdamer"...


  • C’est pas le week-end qui nous a piégés...
    dommage, ça aurait été beaucoup moins fatiguant.


  • #2035741

    L’alcool est un poison, une prison portative, qui te nique le cerveau, les sens, la motricité, l’équilibre, et tous le corps en général, le bide devenant le chaos.

    Si on souhaite un temps soit peu s’évader du quotidien, la lecture, le Cinéma.

     

  • Mon commentaire, sur l alcoolisme : en France, il y a une incompréhension avec ce mot.
    Les gens croient que c est quelqu un qui aime rigoler dans les bars et dire des bêtises. Ce n est pas ça un alcoolique, même si des piliers de bars peuvent l etre
    Beaucoup boivent seuls ou arrivent à cacher leur véritable consommation.
    Un chanteur connu donne peut être un bon exemple de ce qu est un alcoolique, question mentalité, et ça n a rien de drôle pour l entourage ou ceux qui connaissent un tout petit peu un alcoolique.
    Moi je suis un alcoolique je devrais être crevé si je ne m étais pas raccroché aux alcooliques anonymes.
    C est drôle comme un toxicomane est très drôle également.
    Et je suis écoeuré que la société mette en avant l alcool et la seconde comme fun, " le club des 27" tous ces génies, moi ça ne me fait pas rire du tout.
    On croit que c est un choix alors que certaines personnes ni pires ni mieux que les autres sont complètement aspirées.
    On peut s en sortir par les alcooliques anonymes, les narcotiques anonymes, ou d autres associations d anciens buveurs.
    Ou avec la médecine être accroc à vie à antidépresseurs, anxiolytiques ou subutex bien souvent
    Ça n a rien de drôle, et tout ceux qui

     

    • Pourquoi quand j’ai lu ce commentaire d’anonyme j’ai pensé à la recette du poulet au whisky... ?


    • #2035991

      "On peut s en sortir par les alcooliques anonymes"

      Si ça fonctionne dans certains cas, tant mieux.
      Le premier pas étant évidemment de ne pas demeurer dans le déni, et d’avoir une tâche supérieure à effectuer, un horizon qui ne tolère pas l’alcool.

      Ce qu’on voit dans Le Verdict, film américain réalisé par Sidney Lumet, sorti en 1982, et mettant en scène Paul Newman dans le personnage d’un avocat, qui avait été proposé à d’autres acteurs prestigieux, et refusé en raison de la nature du rôle.
      Absolument crédible et bien observé, le baveux alcoolo s’engage dans une bataille juridique contre un gros cabinet d’avocat défendant une institution : il faut voir l’arrogance de ces enfoirés.
      Et ce n’est pas de la grosse guimauve hollywoodienne : le facteur humain est bien traité, qui intervient sous la forme d’un témoin clé.

      Sinon, y’a Man on Fire, film américano-britannique réalisé par Tony Scott, sorti en 2004.
      Avec la tirade de Christopher Walken, concernant le personnage principal alcoolo interprété par Denzel Washington.


  • Je peux pas me l’encadrer ce mec ces nullités de canal + que l’on recycle à droite à gauche.
    Quant à France Inter sorti de François Morel excellent comédien de théâtre pour l’avoir vu jouer du Molière cette radio ne vaut plus rien depuis qu’il n’y a plus Daniel Mermet et le cultissime Bernard Lenoire.
    Pseudo journalisme à 2 balles que de propagande et aucun esprit critique aucun libre arbitre.


  • Juste une précision : la dernière hygiéniste à avoir envisagé de s’en prendre à l’alcool est Agnès Buzyn. Ministre brocardée sur E&R. Alors c’est sûr on peut partager certaines idées avec ses adversaires. Mais là, déçu de cette convergence puritaine et hygiéniste de votre part. "Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage"=quand on veut tuer l’art de vivre à la française on parle de l’alcoolisme....

     

    • Les apéros à 2/3 Ricard bien tassés, midi et soir, plus de la vinasse aux repas, et ce quotidiennement, hors fêtes (c’est-à-dire, recevoir, fêter un anniversaire, Noël, la rentrée ?), ou voir des jeunes à la 8.6. rôder dans la rue, ou des gars qui s’enquillent leur teille de jack avant de sortir en boîte... on est bien loin de "Le grand restaurant" et de l’art de "vivre à la française".

      Certes, les problèmes initiaux ne viennent pas de l’alcool, mais certainement d’un environnement, d’un "air du temps" vicié... mais se con-vaincre que les comportements alcooliques actuels font parties de La Tradition Française, ça s’apparente à du paralogisme.


    • Jc, vous le faites exprès ou vous comprenez pas ce que dit Clem ? A aucun moment il ne parle d’alcooliques, qui boivent 3 Ricards tassés à l’apéro, la bouteille de rouge au repas qui suit, et qui qui recommencent le soir et ceci chaque jours de la semaine.
      Il parle de retrouvailles 1 ou 2 fois par semaine autour d’un verre le samedi matin au bistrot de la place du marché, de grandes discussions , des parties de cartes ou de fléchettes , du repas familial ou entre amis le Dimanche ,etc...
      On parle pas de consommation quotidienne et excessive.
      Soyons vigilants et raisonnables.




    • Il parle de retrouvailles 1 ou 2 fois par semaine autour d’un verre le samedi matin au bistrot de la place du marché, de grandes discussions , des parties de cartes ou de fléchettes , du repas familial ou entre amis le Dimanche ,etc...
      On parle pas de consommation quotidienne et excessive.
      Soyons vigilants et raisonnables.




      C’est quoi un rabat-joie à votre avis ? Vous n’allez pas réinventer la langue française ? La vérité, la triste vérité (et ni moi, ni vous, n’y pouvons rien) c’est que dans nos belles réunions, certains sont déjà condamnés.

      On ne parle pas de malheurs qui ne vont pas arrivés, ils sont déjà présent ; il faut juste retirer ses lunettes de soleil. Après la vie est faites de bien et de mal personne n’a dit que c’était facile. Moi, si je dois participer aux réunions, je ne bois pas. Ne pas boire n’est pas plus un malheur. Il faut de tout pour faire un monde.


    • @ kippachu : "Déjà, tu vas commencer par me parler poliment !"

      petite blague mis à part, quelle interprétation. A aucun moment Clem ne précise sa pensée !

      En revanche, il parle d’une ministre de la santé (quotidienne)... qui , après une rapide recherche disait tout bonnement : "je pense qu’il faut informer les Français sur le fait que l’alcool nuit à la santé de manière proportionnelle à la dose et que chacun doit être en capacité de choisir ". Si c’est cela le retour à la prohibition, au puritanisme et l’attaque de l’art de vivre à la française...

      Enfin, quoique vous en pensiez, au quotidien, en France, l’alcool fait des ravages, peu importe le milieu social, même chez beaucoup de ceux qui le minimise.


  • L’alcool, une manière de te voler ton âme et ton fric quand tu es bourré...une belle métaphore que nous propose ce personnage !


  • En cette époque de puritanisme d’un genre nouveau picoler est en phase de devenir un acte subversif !


  • En Suède on ne peut acheter que des bières à 3,5% au plus dans les supermarchés, lLes alcool au dessus de 3.5%, c’est vendu dans les magasins d’alcool de l’état (qui ferment très tôt).

    En Scandinavie, et dans certains Etats américains, il faut aller au liquor store pour se procurer un breuvage alcoolisé.

    plus de details sur :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Liquo...

    Coté alcool, la France est un pays le plus laxiste du Monde, les mineurs ne sont quasiment pas protégés, l’alcool , meme fort, y vendu quasiment partout et tard la nuit, sauf les pompes à essences d’autoroutes ; ridicule...

     

  • Vous m’avez tué avec "Entraînement quotidien de l’équipe rédactionnelle d’E&R" hahaha

    C’est Pierre De Bragues à droite ? Il me semblait bien !


  • Edouard Baer est bienveillant, c’est pour cela qu’on l’apprécie.


  • Aller à la messe le dimanche !

     

    • Tout à fait !
      Puis :
      "DIMANCHE, JOUR DE LA JEUNESSE, que les orateurs politiques se taisent, que le bistrot enferme dans son placard ses ignobles apéritifs ; que les cafés-chantants aèrent leur atmosphère empestée ; dimanche, jour des éléments sacrés, de l’eau, du soleil et de l’oxygène, plein du heurt des crosses, du galop des chevaux, de foulée ouverte sur des coureurs, des coups de sifflets de goal, du choc de la balle sur la raquette, du clapotement des piscines, de l’extension de nos muscles et de la dilatation de nos poumons"

      Paul Morand, Eloge du repos


  • Y’en a aussi marre des alcooliques qui se prennent au sérieux avec des vidéos sur YouTube.

     

Commentaires suivants