Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Angleterre : les victimes d’un réseau pédocriminel à l’orphelinat de Shirley Oaks s’organisent

700 victimes de l’orphelinat de Shirley Oaks, à Londres, se sont regroupées dans une association afin d’obtenir justice pour les abus qu’ils ont subis enfants. La Shirley Oaks Survivors Association (SOSA) regroupe aussi les témoignages des victimes, qui dénoncent l’existence d’un vaste réseau pédocriminel d’exploitation des enfants, qui opérait dans les orphelinats de l’arrondissement de Lambeth à Londres.

Les enquêtes sur le réseau pédophile VIP sont étouffées les unes après les autres, et finalement aucun politicien anglais n’est mis en cause par la justice. Un véritable tour de force.

Tous seraient donc innocents, doit croire le grand public.

Oui mais voilà : des centaines de victimes des orphelinats d’un arrondissement londonien dont on a déjà beaucoup parlé, Lambeth, se rebiffent.

 

Retour sur le Lambeth des années 80

En 1992, trois travailleurs sociaux des orphelinats de Lambeth sont renvoyés au tribunal pour des viols et agressions sexuelles commises sur des enfants dont certains étaient à la charge de services sociaux.

En 1993, il est question de « centaines » de garçons de Southvale, West Norwood, et quatre autres orphelinats de Lambeth, qui seraient tombés entre les mains d’un réseau de production de pédopornographie. Trois types ont été arrêtés et immédiatement relâchés sous caution.

La même année, Bulic Forsythe, responsable des services sociaux de Lambeth, est assassiné après avoir commencé à regarder de plus près ce qu’il se passe dans les orphelinats du secteur et menacé de tout balancer. Il suivait la piste d’un réseau de pédopornographie qui tournait des films dans les locaux des services sociaux de Lambeth, et était tombé sur des politiciens, des flics et des employés du conseil. Il a été tué dans les heures après avoir annoncé son intention d’exposer le dossier. Le lendemain de sa disparition, alors qu’on a retrouvé son corps deux jours après, des voisins ont vu des types emporter des documents de chez Forsythe.

Sari Conway, qui a été chef du conseil de Lambeth en intérim, a dû quitter son domicile, puis son poste, suite à des menaces qui ont commencé quand elle démarré une enquête interne sur les faits d’abus sexuels.

En 1995, il est question de pédopornographie réalisée dans les locaux du conseil de Lambeth, monté avec les ordinateurs du conseil, par des employés du conseil. Mais aucun film n’aurait été trouvé.

Cette année-là, une femme victime d’abus dans ces mêmes orphelinats lorsqu’elle y a travaillé [1] manque d’être brûlée vive par un type, alors qu’elle avait entamé une procédure contre un violeur. Cette femme avait dit avoir été violée par des membres du conseil de Lambeth, de manière ultra violente dans les sous-sols du conseil de Lambeth, en même temps que des enfants et des animaux. Elle avait déjà subi diverses menaces auparavant. Elle a décidé de maintenir sa plainte, et là un type est entré chez elle de nuit et l’a aspergée d’essence sur le lit où elle dormait. Elle en a réchappé de peu.

Lire la suite de l’article sur dondevamos.canalblog.com

Notes

[1] Cette travailleuse sociale avait porté plainte contre des responsables politiques de Lambeth.

Sur la pédocriminalité de réseau, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.