Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Après la visite de Merkel et Hollande à Moscou, les vrais discussions commençent à Munich

François Hollande et Angela Merkel se sont rendus hier au Kremlin afin d’exposer un nouveau plan de paix destiné à éviter une défaite militaire et un effondrement du régime de Kiev.

« Nouveau plan de paix », car il y a quelques jours, Vladimir Poutine a suggéré au duo franco-allemand des pistes pour résoudre le conflit qui ravage l’Ukraine. Après avoir obtenu le feu vert de Washington et rencontré le président ukrainien jeudi, après que ce dernier s’est entretenu avec John Kerry, Hollande et Merkel ont pris le chemin de Moscou, où ils ont négocié pendant cinq heures avec M. Poutine.

Nouvelle rouerie du locataire de l’Élysée : tenter de faire croire (comme Sarkozy au sujet du règlement du conflit entre la Russie et la Géorgie en 2008) qu’il est à la manœuvre, en distillant des petites phrases empruntes de fermeté telles que : « L’option de la diplomatie ne peut être prolongée indéfiniment. » Une fanfaronnade indécente : on imagine mal les restes de l’armée française s’enlisant dans les neiges de l’Est sous l’étendard de l’OTAN pour sauver Kiev.

Imprudent Hollande, qui divulgue également des détails sur ce nouveau plan de paix à la nouvelle petite protégée de l’Élysée, Maryse Burgot, journaliste d’État, alors qu’aucune ligne n’a été écrite à ce sujet. Ainsi parle-t-il d’une « zone démilitarisée de 50 à 70 km de chaque côté de la ligne de démarcation en Ukraine » et évoque-t-il encore une forte autonomie des territoires occupés par les rebelles : « Ces gens-là se sont fait la guerre. Ce sera difficile de leur faire partager une vie commune », avant de parler de garanties sur « l’intégrité territoriale de l’Ukraine ».

Si les propos du chef de l’État français s’avèrent conformes au plan, qui n’a pas encore fait l’objet d’un accord, il s’agira ni plus ni moins que d’entériner la sécession des républiques de Donetsk et de Lougansk, voire une région plus étendue, les médias allemands parlant d’« un territoire plus vaste que celui envisagé jusqu’ici ». En revanche, si la démarche franco-allemande échoue, M. Hollande se sera définitivement ridiculisé et, au-delà, aura décrédibilisé la parole de la France à l’international.

Autre son de cloche à Berlin, où la chancelière allemande semble doucher les ardeurs de son homologue français :

« Il n’est pas certain que ces discussions aboutissent (...) mais nous partageons avec le président François Hollande le point de vue que cela vaut le coup d’essayer. »

De passage à Tulle après Moscou, alors que la chancelière Merkel se rend à la deuxième journée de la conférence sur la sécurité de Munich, François Hollande a tenté un rétro-pédalage :

« Je savais que ce serait difficile, je savais que c’était risqué mais je savais que c’était indispensable. Je suis donc dans le processus. Je ne veux pas donner de pronostic, je suis aujourd’hui dans la recherche, qui prendra encore quelques jours, pour aboutir à une conclusion. Tant que le but n’est pas atteint, tant que l’accord n’est pas signé, il y a un risque. »

Côté russe, le porte-parole du président russe a parlé de « négociations constructives et substantielles » et d’« un possible plan commun », qui prendrait en compte les propositions de Paris, Berlin, Kiev et Moscou. Les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand doivent dialoguer par téléphone dimanche afin de faire un premier bilan sur les éléments du texte qui doit régler le conflit.

Cependant, rien n’est acquis : aujourd’hui a lieu la deuxième journée de la conférence sur la sécurité de Munich. Le trio Merkel/Biden/Porochenko va échanger sur le dossier ukrainien (on remarquera l’absence d’un représentant français lors de ces échanges), puis aura lieu une série d’entretiens entre Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry.

La visite de Merkel accompagnée d’Hollande apparaît désormais comme un hors-d’œuvre destiné à préparer le terrain pour les discussions entre les vrais acteurs de poids en Europe : les États-Unis, la Russie et l’Allemagne.

Voir aussi, sur E&R :

En savoir plus sur cette machine de guerre atlantiste qui menace la paix en Europe, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1113341

    les euro-atlantistes ont perdu la guerre, et juste avant l’écrasement humiliant, le vainqueur leur permet de sortir la tête haute.
    Un classique de la stratégie.
    L’option Dien Bien Phu n’est pas retenue par les sécessionnistes et la Russie. Bien joué.


  • L’ avenir de la France se trouve dans l’ Eurasie.

    Y’a comme quelque chose qui cloche car l’ Europe est entièrement soumise aux États-Unis et ces dernier désire la guerre alors que dans le même temps l’ Europe espère la paix ?
    N’ est ce pas une manière de faire comprendre à la Russie que l’ Europe possède un pouvoir de décision et que celle-ci est indépendante dans ses jugements ?

     


    • N’ est ce pas une manière de faire comprendre à la Russie que l’ Europe possède un pouvoir de décision et que celle-ci est indépendante dans ses jugements ?



      Je ne sais pas ou tu a vu ça . Poutine est en relation directe avec Netaniahou. Il n’a pas besoin de discuter avec les larbins des sionistes.


  • Des discussions à Munich ? On dirait que l’histoire se répète...
    « ...les discussions entre les vrais acteurs de poids en Europe : les États-Unis, la Russie et l’Allemagne. »
    David Cameron leur servira le thé, et François Hollande le café.


  • Les vraies discussions , pas les vrais


  • C est qui est sur, la décision est à Washington, L UE n a rien à decider. Il s avere que les USA ont déjà planifie la guerre en Ukraine pour le mois de mars. Tout ce que font les Européens c est du theatre comme toujours. Préparons nous pour des jours durs. Que Dieu nous épargne ce malheur !

     

    • "Il s avere que les USA ont déjà planifie la guerre en Ukraine pour le mois de mars"
      Quelles sont tes sources ??


    • @ anonyme
      C’est prévisible. On a qu’à écouter Joe Biden parler de ce conflit pour en être sûr que quelque chose se prépare. Joe Biden, c’est l’humain fait démon, il y a aucun doute. Il reste pour que cela arrive réunir un grand nombre d’aventuriers pour qu’une telle entreprise soit possible. C’est ce grand nombre d’aventuriers qui pose problème pour le moment.
      J’espère que cela vous satisfait cher anonyme. Quant aux sources, sachez que toutes les sources sont humaines et beaucoup sont intéressées, donc orientées, et peu ne le sont pas. Lorsque les sources ne concernent pas des témoins directs dont on peut aussi se méfier, je préfère faire confiance à un être lambda sensible et observateur qu’à un quelconque expert aliéné par sa condition de larbin jusqu’à la trogne.
      Sachez que nous rentrons presque tous dans une aliénation à notre condition par le jeu de ses impératifs qu’il nous devient impossible de voir plus loin que notre nez.
      Pour les Biden et les Netanyahou, le nouvel ordre mondial libéral passe par la soumission de la Russie, rien de moins. C’est vous dire qu’on ne joue pas et que ce problème est le problème de l’humanité tout entière.


    • Mon message ne s’adresse pas à anonyme mais à Stef


  • Petite analogie avec la visite de chamberlain et daladier à Munich...
    Poutine = Hitler et nous qu’on est les gentils qui défendent la liberté...


  • Je vous suggère la vidéo de l’interview de Serguei Lavrov a Munich le 07.02.2015,(malheureusement,traduite en Anglais seulement) ça vous changera de Euronews - France 24 - BFMTV...
    Lien : https://www.youtube.com/watch?v=YWsR_nkxfAY


  • Cherchez quelque chose qui s’appelle VANGUARD.
    Et passez lire les infos de Benjamin Fulford , infos gratuites éditions spéciale !
    Nous allons changer de camp malgré ce qui se dit à la surface.


  • Le petit télégraphiste de l’OTAN demande la paix en Ukraine en menaçant d’une guerre à la Russie....au printemps,sans doute... !!!

    Et c’est à Munich qu’on doit causer....Y’à pas une autre ville en Allemagne qui soit moins symbolique ?

    Le remboursement des navires de St Nazaire en cas de refus sera caduc ?

    L’OTAN se réserve t-elle le droit d’intervenir contre les séparatistes actuellement vainqueur partout ?

    Et qui peut croire sur parole un Porochenko sur un cessez le feu durable ?


  • aucune négotiation avec la Russie n’a de valeur que si un representant us fait partie de la delegation. le ton ce weekend a la conférence de securité de munich était plutôt au pessimisme tant merkel s’est faite attaquer par la délegation us. a suivre. la situation en ukraine depend des negotiations avec l’iran...


  • Encore une fois de plus François Hollande le petit chien de Merkel nous ridiculise devant le monde entier. Faut il vraiment attendre jusqu’en 2017 ? Je crains que oui.


Afficher les commentaires suivants