Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Armement : des exportations en route vers des records en 2015

Le chômage ou la guerre

Fin août, les prises de commandes des groupes de défense à l’exportation s’élevaient à environ 8,5 milliards d’euros. Déjà un record qui va aller encore en s’améliorant d’ici à la fin de l’année.

 

Quoi qu’il arrive, la France va battre un nouveau record dans le domaine des exportations d’armements en 2015. L’an dernier déjà, les prises de commandes des groupes français de défense avaient atteint 8,21 milliards d’euros, le meilleur résultat de ces vingt dernières années juste devant ceux réalisés en 2009 (8,16 milliards) et 1998 (8,18 milliards), selon les chiffres publiés dans les rapports au Parlement sur les exportations d’armement de la France. Même si le contrat tripartite Donas (Arabie Saoudite, Liban, France), signé en 2014, rencontre des difficultés d’exécution...

« L’année 2005 "sera donc historique en termes d’exportations, même si tout cela reste encore conditionné par un certain nombre de négociations en cours avec différents pays du Moyen-Orient ou d’Asie", a souligné début octobre le délégué général pour l’armement Laurent Collet-Billon aux députés de la commission de la Défense. »

Le délégué général pour l’armement a précisé que « le montant des contrats entrés en vigueur fin août atteignait 4,4 milliards (hors contrats Rafale) et les prévisions de prises de commandes pour l’année 2015 seront probablement dépassées. Pour mémoire, l’objectif en 2015, hors Rafale, est fixé à 5,7 milliards d’euros ». La revente des deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC), de type Mistral, à l’Égypte, n’est pas comptabilisée dans les prises de commandes 2015.

 

Environ 8,5 milliards d’euros de ventes engrangées

En 2015, la France a remporté ses deux premiers contrats export Rafale. Le premier, qui est entré en vigueur, a été signé avec l’Égypte et porte sur 24 Rafale, avec les armements associés, pour un montant total de 5,2 milliards d’euros, ce montant incluant également la vente d’une frégate multimissions FREMM estimée à 1 milliard d’euros environ. On peut estimer que, fin août, la France avait déjà vendu 8,5 milliards d’euros d’armements environ, compte tenu que le contrat Rafale signé avec le Qatar pour 24 avions n’était pas encore entré en vigueur. Le montant de ce contrat est évalué à 6,3 milliards, dont un peu plus de 2 milliards d’euros environ pour l’armement.

Des chiffres un peu moins ambitieux que ceux annoncés en mai par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. « Si l’on ajoute les Rafale, les hélicoptères et les ventes dans les domaines naval et satellitaire, nous avons déjà engrangé plus de 15 milliards d’euros de commandes d’armement français cette année », avait-il indiqué dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), le 3 mai. Avec la mise en vigueur du contrat Rafale au Qatar, le total approchera la barre des 15 milliards d’euros. Quelques contrats significatifs pourraient être mis en vigueur d’ici à la fin de l’année comme ceux des 24 hélicoptères Caracal (H225M), et six appareils en option, au Koweït (1 milliard d’euros) et des patrouilleurs rapides en Arabie saoudite (600 millions d’euros)

Lire la suite de l’article sur latribune.fr

Commander des Rafale, c’est commander la politique extérieure de la France, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.