Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Assassinat de Thomas Sankara : Compaoré dans le viseur de la justice ?

Le rapport d’autopsie du corps présumé de l’ancien Président du Burkina Faso, Thomas Sankara, ainsi que le rapport balistique ont été présentés aux familles. Plusieurs membres de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle en lien avec cette affaire ont été inculpés. Reste à savoir si l’ex-dirigeant du Faso, Blaise Compaoré, n’est pas dans le viseur de la justice.

L’ancien Président du Burkina Faso, chassé par un soulèvement populaire alors qu’il voulait rester au pouvoir à travers une tentative de modification de l’article 37 de la Constitution, serait-il dans le collimateur de la justice ? Tout porte à le croire dans la mesure où le rapport d’autopsie du corps présumé de l’ancien Président du Burkina Faso, Thomas Sankara, ainsi que le rapport balistique présentés aux familles ont conduit à l’inculpation de plusieurs soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), corps d’élite de l’armée burkinabè dont faisait partie Blaise Compaoré au moment du putsch de 1987.

Selon l’un des avocats de la famille Sankara, Me Benewendé Stanilas Sankara, le rapport sur le test d’ADN n’est pas encore disponible, ajoutant que plusieurs soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), à l’origine du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015, ont été inculpés pour leur implication présumée dans l’assassinat du Président du Burkina Faso, en 1987.

 

« Le corps de Thomas Sankara a été criblé de balles »

Les examens balistiques et d’autopsie ont mis la lumière sur les circonstances de la mort de Thomas Sankara. Et pour Me Benewendé Stanilas Sankara, « les assassinats du 15 octobre 1987 sont d’origine criminelle ». Plusieurs impacts de balles ont été relevés sur les supposés restes de Thomas Sankara, exhumés en mai dernier, pour les besoins de l’enquête. Selon Me Ambroise Farama, « au niveau des impacts, ce qu’on a pu relever en ce qui concerne le corps de Thomas Sankara, c’est vraiment ahurissant. On peut dire qu’il a été purement et simplement criblé de balles ».

Lire la suite de l’article sur afrik.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La culpabilité de Compaoré ne fait aucun doute, et celle d’autres chefs d’états africains de l’époque ainsi que de celle de Mitterand-Chirac non plus.
    Processus d’élimination physique classique d’hommes politiques qui dérangent, qui œuvrent honnêtement pour leurs pays.
    A la mémoire de ses grands hommes que fut Sankara, Lumumba, Chavez et bien d’autres.
    Mes hommages mon capitaine..

     

  • Thomas Sankara, grand, très grand, juste au dessus de Dieudo.

     

    • Ce coup d’Etat contre Sankara, était motivé à cette époque par l’Elysée. J’ai connu Sankara lors d’un festival organisé à Ouagadougou, en tant que Président il nous a joué plusieurs morceau de sa guitare. C’était un vrais chef d’Etat, trahi par son bras droit Blaise Compaoré qui a reçu des garantie de Elysées. Mitterrand c’est réjuit après l’assassinat de Sankara.