Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Attentats de Paris : Salah Abdeslam contrôlé trois fois pendant sa fuite

On n’est pas au bout de nos "surprises"

Plus d’un mois après la pire attaque sur le sol français depuis la Seconde Guerre mondiale, l’enquête se poursuit et notamment dans l’entourage des principaux suspects. D’après Le Parisien, voici les derniers points connus sur la traque d’Abaaoud, la fuite d’Abdeslam, les faux papiers utilisés pour passer en Europe et les liens de Jawad, le logeur de Saint-Denis, avec les milieux terroristes.

 

Salah Abdeslam a été contrôlé à trois reprises

Dans la nuit du 13 au 14 novembre, Salah Abdeslam est en fuite pour la Belgique. Deux de ses amis belges, Mohamed Amri et Hamza Attou, sont venus le chercher à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine. Au retour, Abdeslam leur intime de passer par les petites routes, pour éviter les contrôles policiers. Las, ils se perdent et se retrouvent sur l’autoroute pour la Belgique. Ils vont subir trois contrôles policiers alors qu’ils sont toujours en France. Au premier, le policier leur demande s’ils sont sous l’emprise de stupéfiants, raconte Hamza Attou aux enquêteurs. Ce à quoi ils répondent par l’affirmative, puisqu’ils ont fumé du cannabis. « Le policier a dit que ce n’était pas bien, mais que ce n’était pas la priorité aujourd’hui », détaille-t-il dans sa déposition citée par Le Parisien. Stoppés à un deuxième barrage, on leur demande de présenter leurs papiers. Salah Abdeslam s’exécute. Au troisième contrôle, il ira jusqu’à donner son adresse de Molenbeek en Belgique. Mais il passe une fois de plus au travers des mailles. Car à ce stade, ce 14 novembre au matin, il n’est pas encore l’homme le plus recherché d’Europe.

 

Abaaoud a involontairement conduit les enquêteurs jusqu’à sa planque

Grâce à un témoignage obtenu le 16 novembre, les enquêteurs apprennent qu’Abdelamid Abaaoud pourrait ne pas être en Syrie mais à Aubervilliers... caché dans un buisson. Après avoir installé une caméra sur la zone, ils obtiennent la certitude que l’individu est bien Abaaoud, soupçonné d’avoir coordonné les attaques de Paris. Mais ils n’interviennent pas immédiatement : l’homme porte un gilet fermé et ils craignent qu’il dissimule une ceinture explosive. Ils veulent également remonter jusqu’à d’éventuelles complices. Les policiers décident donc de le prendre en filature, alors qu’il sort de sa planque et prend un taxi, après avoir retrouvé sa cousine Hasna Aït Boulahcen, et une autre personne. Le trio se fait déposer rue Corbillon, à Saint-Denis. A 22h40, ils pénètrent dans un immeuble, selon les images des caméras de surveillances de la ville. Le lendemain, ils seront tués dans l’assaut donné par le Raid.

 

Donc Abaaoud conduit « involontairement » les policiers jusqu’à sa planque :

 

 

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Hasards ou coïncidences, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants