Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Aux États-Unis, la haine anti-Trump atteint des sommets d’abjection

Le Président décapité par Kathy Griffin, "humoriste"

Kathy Griffin n’est pas vraiment fière d’elle. Dépassée par son propre gag, elle s’est répandue en excuses, tout en relançant le débat autour du fameux « Peut-on rire de tout ? ».

Dans une petite vidéo postée sur son fil Twitter, la comédienne et humoriste américaine de 56 ans l’admet sans ciller (elle n’a pas eu le temps de poser ses faux cils) : « Je vous prie de me pardonner. Je suis une comique, j’ai franchi la ligne. Je suis allée beaucoup trop loin, l’image est trop dérangeante. Je comprends que j’ai offensé les gens, ce n’était pas drôle, je le comprends. »

 

 

Mercredi matin, elle a eu droit à un tweet présidentiel : « Kathy Griffin devrait avoir honte d’elle-même. Mes enfants, spécialement mon fils de 11 ans Barron, ont du mal avec ça. Malade ! ».

 

 

Son fils Donald Trump Jr a également réagi, via une dizaine de tweets. Il rejette notamment la faute sur les démocrates : « Dégoûtant mais pas surprenant. C’est la gauche aujourd’hui. Ils considèrent cela acceptable. Vous imaginez si un conservateur avait fait ça quand Obama était président ? »

L’objet de la colère ? Kathy Griffin a posé pour un photographe, l’air grave, en brandissant une tête ensanglantée, façon État islamique, avec une imposante chevelure blonde. Celle du président américain. Partagée sur les réseaux sociaux, la photo a immédiatement déclenché des propos outrés, y compris de la part d’habituels détracteurs du président. C’était la ligne à ne pas franchir. Car elle flirte très sérieusement avec l’apologie de la violence. Kathy Griffin a demandé au photographe Tyler Shields de retirer l’image, mais le mal était déjà fait. Elle circule partout, y compris via le fils de Donald Trump. Même Chelsea Clinton a publiquement condamné Kathy Griffin : « C’est abominable et c’est mal. Ce n’est jamais marrant de faire des blagues à propos de l’idée de tuer un président. »

Lire la suite de l’article sur blogs.letemps.ch

Donald Trump, sur E&R :

Sur Donald Trump, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • elle n’est pas catholique


  • Nous avons nous aussi nos comicollabos mais, sur ce terrain comme sur les autres, les nord-américains ont toujours une longueur d’avance. C’est d’évidence la voie du progrès qu’il nous faut suivre. En un sens c’est comme s’il y avait des gens qui pouvaient se permettre toutes les immoralités au motif d’une morale décrétée de manière apriorique, et par leurs bons soins bien évidemment, comme étant au-dessus de tout soupçon.

     

  • "L’humour américain n’existe pas, je ne l’ai jamais vu." Éclatante démonstration par cette plaisanterie aussi sinistre que son auteur.
    Comme le disait très justement " le patron" : la culture américaine : "rodéo, Santiags, rock&roll".
    Vladimir Poutine a résumé la situation sur les USA :" pays dominé par l’état profond, irréformable".

     

  • Je me suis dit en appréhendant superficiellement le genre de femme qu’elle semble être (humour et valeurs de "gauche", haine d’autrui...) qu’elle doit être à ne pas en douter célibataire et sans enfant...je vais donc voir sa fiche wikipédia, bingo ! Mariée sur le tard, très vite divorcée et sans enfant...


  • Virée de CNN après dix ans de collaboration, ça va lui coller aux pattes longtemps


  • CNN vient de la virer. Elle animait les soirées du Nouvel-An de la chaîne.


  • Rappelons que 90% des soi-disant humoristes étatsuniens ne sont ni catholiques, ni protestants, ni musulmans, ni bouddhistes, ni comiques.

     

  • Son geste est commandité,à l’évidence
    Par qui et dans quel but ?

     

    • Trump doit se dire : "c’est ce qui m’arrivera si j’abandonne la COP21".


    • On dirait un truc sataniste, l’art humoristique plein de cadavres éventrés et de petits enfants morts, qui plaît tant au frère Podesta, pote à la mère de Chelsea Clinton, elle-même mariée à coups de millions de dollars pris sur la cagnotte charitable aux sinistrés de Haïti, et quand même choquée, parce qu’elle n’a encore jamais goûté le spirit cooking éternellement liant de Marina Abramovic.
      Là-bas, c’est comme ici le cinéma : on retrouve toujours le même petit cercle très restreint, les uns embriqués dans les autres, tartuffiant le discours et démoralisant la planète avec des scénarios littéralement assassins.
      Et puis la tête coupée, c’est soit 1793 soit le daesh. Les uns et les autre s’entendent sur le fond : couper les têtes, elles dépassent trop et pensent dangereusement ; et se gorger de corps, faire des orgies de corps, manipuler des corps qui dansent en ricanant.
      Citons Baudelaire :

      Antinoüs flétris, dandys, à face glabre,
      Cadavres vernissés, lovelaces chenus,
      Le branle universel de la danse macabre
      Vous entraîne en des lieux qui ne sont pas connus !

      Des quais froids de la Seine aux bords brûlants du Gange,
      Le troupeau mortel saute et se pâme, sans voir
      Dans un trou du plafond la trompette de l’Ange
      Sinistrement béante ainsi qu’un tromblon noir.

      En tout climat, sous tout soleil, la Mort t’admire
      En tes contorsions, risible Humanité,
      Et souvent, comme toi, se parfumant de myrrhe,
      Mêle son ironie à ton insanité !


  • On en a vu poursuivis pour apologie de terrorisme pour moins que ça...


  • J’adore l’humour noir, le non-sens ou l’étrangeté mais là je ne vois pas trop ce qu’il y a de marrant...

    J’y vois plus un "lapsus" révélateur d’une envie latente chez une partie de ces américains qui n’a toujours pas avalé et digéré la couleuvre Trump (car c’est une vraie couleuvre le Donald pour le coup : insaisissable, imprévisible et assez inconséquent).


  • L’occasion de rappeler que nous avons sans doute en France le meilleur humoriste du monde : Dieudonné. Affirmation totalement assumée et dépourvue de la moindre ironie.
    Certains font la fine bouche devant les nouveaux sketchs. Je ne comprends pas pourquoi. Des choses comme "Le couple canneto" ou "Teddy le cochon" sont absolument excellentes. Il a construit une oeuvre qui survole l’ensemble de la production contemporaine, finissant par éliminer la concurrence à force de talent, voire de génie. Tous les autres ne sont que des petits joueurs face à ce titan de l’humour.


  • Ce n’est pas une question d’humour. C’est un message de la FM politique faisant referance a "Nekam-Nekah" aux 9-10-11eme degres de "Vengeance" du Rite Ecossais Ancien et Accepte. Achetez et consultez un Tuileur sur les bords de la Seine pour quelques Euros, vous serez fixes. Il va sans dire que l’interpretation esoterique et meme symbolique de ces degres est une toute autre. Mais c’est le propre de l’ignorance spirituelle complete des loges politiques, comme celles co-signataires dernierement de faire obstruction au FN. "La misere est fille de la pauvrete !"


  • Pour complement d’information : c’est le meme genre de "messages" lances en 1793 avec les tetes sur les piques etc. Cela fait reference a St Jean Baptiste et a ceux qui lui couperent la tete dans sa prison : la mouvance "Herodienne".


  • Le vrai fond du problème n ’est pas le sketch en soit mais pourquoi et surtout comment le politiquement correct agit. Comment Trump en vient à sortir la carte affective du fils de 11 ans qui est "disturbed" ’(pov’ chouchou) par ce mauvais sketch. Aux USA, donc par extension dans le monde entier, tout est relativiser par rapport aux enfants. Cette infantilisation générale engendre la débilisation ambiante dans laquelle nous baignons tous actuellement.


Commentaires suivants