Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

BHL contre les Gilets jaunes, ou le bon vieux racisme antifrançais

 

L’agent sioniste BHL déguisé en philosophe donne son avis sur le mouvement des Gilets jaunes, qu’il assimile à une résurgence du fascisme français des années 30.

 

JPEG - 221.3 ko
BHL a choisi pour illustrer son article une photo des émeutes du 6 février 1934, symbole du fascisme français

 

Pourtant, les Gilets jaunes, c’est tout l’esprit français, frondeur, revendicatif, résistant, cet esprit qui a fait les résistants qui ont caché des juifs dans les années 40, ne l’oublions pas.

BHL devrait moins cracher sur les Français, qui l’ont accueilli et qui en ont fait une star des plateaux télé, surtout chez Bernard Pivot. Moins une star de l’édition parce que BHL, on aime bien l’entendre, c’est comme un divertissement, mais personne ne le lit, ce n’est pas très sérieux et c’est tellement bêtement communautaire.

Et puis, de ce texte une chose remonte : BHL a peur des Français.

C’est bon signe.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Qui sont, vraiment, les Gilets jaunes

Bernard-Henri Lévy explique pourquoi les Gilets Jaunes ne sont pas l’émanation du « pays réel » qui s’opposerait aux « élites parisiennes déconnectées ».

Ceci est la retranscription de l’allocution prononcée par le philosophe Bernard-Henri Lévy en clôture de la Convention nationale du Crif, dimanche 18 novembre. Il exprime, dans ce long texte, fouillé et argumenté, pourquoi la colère, en République, ne saurait avoir tous les droits. Et les très grandes réserves que lui inspire ce mouvement.

Je vais vous parler de ce qui s’est passé, hier, en France.

Je vais vous parler des Gilets jaunes – parce qu’il s’agit bien, dans cette affaire, comme dans le titre de votre Convention, de l’idée que l’on se fait de la République.

Trois remarques préliminaires.

La première, c’est qu’il s’est, là, incontestablement passé quelque chose.

Les commentateurs ont beaucoup dit qu’un mouvement auto-organisé, sans revendication claire, agrégeant des mécontentements contradictoires, accouche forcément d’un non-événement.

Eh bien, je ne le crois pas.

Car ce schéma (agrégat de revendications, chacun sa colère et, pourtant, tous ensemble…) c’est très exactement ce dont parle Sartre quand il décrit le passage, en particulier chez les sans-culottes de 1789, du « groupe sériel » au « groupe en fusion ».

Et le groupe en fusion, ce groupe où, comme son nom l’indique, les identités, les origines, les intérêts éventuellement contradictoires, fusionnent et forment un seul corps que l’on dirait animé d’une âme et d’une volonté propres, Sartre est très clair là-dessus : c’est le groupe par excellence ; c’est un acteur politique majeur et à part entière ; et son apparition est, presque toujours, le commencement d’un Événement avec majuscule et de longue portée.

Donc, oui, l’apparition des Gilets jaunes est un événement de cette nature.

On peut le tenir pour un événement détestable. Il peut charrier – je vais y venir – des relents politiques et idéologiques qui vous déplaisent profondément. Mais c’est un événement. Et il serait déraisonnable de parier sur le contraire et de le traiter par le mépris.

Deuxième remarque préliminaire.

Ce mouvement est aussi, à l’évidence, un appel de détresse.

Un gilet jaune, tous les automobilistes de France et de Navarre le savent, c’est ce gilet à bandes fluorescentes que la Sécurité routière exige, depuis dix ans, que nous ayons tous dans nos voitures pour, en cas de panne ou d’accident, pouvoir, depuis le bas-côté, rester visible et faire de cette visibilité même un appel de détresse vivant.

Eh bien, il faut prendre au sérieux le fait que les Gilets jaunes aient choisi ce signe de ralliement.

Il faudrait faire une phénoménologie du Gilet jaune comme Sartre faisait une phénoménologie des pantalons à rayures des sans-culottes ou comme Roland Barthes aurait peut-être pu le faire dans une de ses Mythologies.

Et, avant de s’intéresser au fait que les Le Pen et Mélenchon y voient une divine surprise, avant de se demander quelle est la proportion de ces protestataires et laissés-pour-compte qui ont voté, ou qui voteront, pour les deux partis de la France populiste, il faut dire ceci.

Les Gilets jaunes sont des accidentés de la mondialisation.

Ce sont des femmes et des hommes en panne de travail, de reconnaissance, de respect.

Et ce choix du Gilet jaune est une façon de lancer, depuis la nuit des déclassés, un signal de détresse, un appel au secours, un SOS.

Et puis troisième remarque préliminaire : cet appel au secours, ce SOS, il faut impérativement, je dis bien impérativement, et, quelles que soient, encore une fois, les récupérations dont il sera ou est déjà l’objet, l’entendre et le recevoir.

C’est le devoir du pouvoir politique et, d’une manière générale, de ceux que l’on appelle les élites, ou les nantis – en gros, les bobos qui n’ont pas trop à s’en faire pour le prix du diesel puisqu’ils roulent en trottinette dans un Paris qui se convertit, peu à peu, à l’écologie et qui a été, par ailleurs, en grande partie vidé de ses pauvres. Car, pour changer de registre et passer de la sécurité à la météo, l’alerte jaune n’est qu’une alerte de premier degré. Après quoi, vient l’alerte orange. Puis, l’alerte rouge. Et, alors, quand vient l’alerte rouge, il est trop tard, le tissu social s’est déchiré et les plus démunis n’en peuvent réellement plus.

Et c’est accessoirement le devoir de ceux qui sont ici ce soir. Car, s’il y a bien une chose que nous a enseignée notre histoire millénaire, c’est la nécessité de se montrer fidèle à cette âpre, difficile, mais essentielle leçon exprimée, comme vous savez, par le verset : « Vous connaissez l’âme de l’étranger. » Or l’« étranger », ça veut dire le migrant. Mais ça veut dire aussi l’exclu. Et ça veut dire encore celui qui n’en peut tellement plus, qui est tellement à bout de forces, qu’il est devenu comme étranger à lui-même et dans sa propre maison.

Il faut donc entendre ce sentiment, fondé ou non, d’abandon et de délaissement. Il ne faut surtout pas dire : « cachez ce peuple que je ne saurais voir ».

Ou : « virez-moi ces Gilets jaunes qui ne sentent pas bon le diesel ».

Le pire, le plus grave et, pour la société tout entière, le plus suicidaire, serait de faire comme si l’on n’avait pas entendu.

Alors, cela étant dit, j’en viens à l’essentiel.

J’ignore ce que sera l’avenir de ce mouvement – ni, même, s’il en aura un. Mais, à toutes fins utiles, je veux, ici, ce soir, formuler trois mises en garde.

La première, c’est qu’à côté de la détresse il y a la colère et que la colère, quand elle entre en politique, devient quelque chose de beaucoup plus compliqué. Pour le dire vite, il y a des colères magnifiques, généreuses, qui grandissent les hommes et les peuples – et il y a des colères noires, nocives, qui tendent à les abaisser et sont de nature à nourrir ce qu’il y a de pire dans leur mémoire.

La différence ?

Les Grecs avaient deux mots pour dire la colère. Il y avait, d’un côté, la bonne colère qui se disait « orgè » : c’est la colère d’Achille « plus douce au palais que le miel » ; ou c’est celle dont Aristote dit, dans L’Éthique à Nicomaque, qu’elle est « provoquée par l’injustice » – on dirait, aujourd’hui, « l’indignation ». Et vous avez l’autre colère, la mauvaise, qui se disait « thumos » et qui était celle, par exemple, de l’horrible Calliclès de Platon ; ou celle dont Chrysostome expliquera que, si Dieu l’a enfermée dans la cage de notre poitrine, c’est parce qu’elle est « comme une bête féroce qui, sans cela, nous lacérerait » – en langue moderne, cette seconde colère peut se dire « ressentiment ».

Les Juifs, eux aussi, avaient deux sortes de colère qui, traduites dans la langue des Septante, retrouvaient, comme par hasard, les deux mêmes mots grecs. D’un côté, la colère d’Adonaï ; celle des prophètes ; plus tard, celle de saint Paul exhortant les anciens Juifs devenus chrétiens à ne pas « laisser le soleil se coucher sur leur colère » ; en un mot, c’était cette généreuse colère que Nietzsche, dans un passage célèbre d’Aurore, appelle une « sainte colère » et dont il fait vertu aux Juifs, puis aux chrétiens, d’avoir transmis au monde la « sombre majesté » afin qu’elle éclipse la tiède et molle colère de ceux qu’il appelle les courroucés de « seconde main ». Et puis, de l’autre côté, vous avez cette autre colère dont Le Livre des Proverbes dit qu’elle est le fait du « fou » qui « expire tout son souffle » ; celle des Égyptiens qui, au lieu de comprendre du premier coup, comme Aron, qu’on ne peut, en frappant la mer, qu’en faire sortir des grenouilles, frappent, frappent encore, cognent comme des sourds et dont les coups n’ont pour effet que de provoquer un déferlement de grenouilles dans tout le pays ; celle, encore, du roi Hérode décapitant les nouveau-nés de Bethléem ; bref, cette odieuse, cette absurde, cette criminelle colère qui détruit tout, et d’abord l’intelligence et dont le Talmud dit, pour cela, qu’elle est soit un Golem soit un des noms de l’idolâtrie.

Et, quant aux Modernes, il suffit de prendre un grand texte classique comme le Traité des passions de l’Âme de Descartes qui me semble plus subtil, sur ce point, que Spinoza et qui dit, lui aussi, qu’il y a colère et colère. D’abord la bonne, la saine, la juste colère qui – je cite – possède la triple propriété d’être : a) brève ; b) fondée sur l’amour et l’empathie ; c) de nature à élever l’âme qui en est le siège et le sujet. Et ensuite, à l’article suivant du Traité, l’article 202, il y a cette autre colère qui a, selon Descartes, la triple et inverse propriété d’être : a) longue et même interminable ; b) issue, non de l’empathie, mais de la haine de l’autre et, bien souvent, de soi ; c) de nature à assombrir, abaisser et corrompre l’âme du sujet.

Eh bien il en va de même en politique.

Il y a la colère qui élève et il y a la colère qui abaisse.

Il y a la colère qui fait que l’on se veut et se sent plus solidaire, plus fraternel, ouvert aux autres – et il y a celle qui vous enferme en vous-même.

Il y a la colère qui, hier contre les agioteurs spéculant sur le froment, aujourd’hui contre les spéculateurs qui manipulent les prix du pétrole, défend le bien public et, non contente de défendre le droit, invente même de nouveaux droits – et il y a la colère qui se moque du droit, qui se fiche du bien public et qui n’a que faire de la République.

Alors où va, de ce point de vue, la colère des Gilets jaunes ?

Je n’en sais rien. Mais quand je les vois casser, bloquer, s’introduire dans une préfecture et songer à la saccager, quand je vois certains d’entre eux insulter celles et ceux dont la tête ne leur revient pas et incendier des voitures comme on le faisait dans les émeutes de novembre 2005, quand je les entends enfin, quand je les entends vraiment, quand j’entends la tonalité nihiliste de certaines de leurs revendications, j’ai les doutes les plus sérieux.

Lire l’article entier sur laregledujeu.org

BHL contre les Gilets jaunes, sur E&R :

 

Trois livres pour que BHL comprenne la France, à lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ne critiquons pas BHL... la sentence est sans appel : antisémitisme !

     

  • C’est dingue comme je me fous de l’avis de ce clown.......

     

    • @VivaChavez
      Comme vous avez raison ! D’ailleurs rassurez-vous, sa carte Joker vient de lui être retirée. Nous devrions le voir fuir le pays très bientôt ! J’espère que les lanceurs de tartes seront très nombreux pour lui dire adieu !


  • "la nuit des déclassés"...
    Pas besoin de ce genre de formule ampoulée Béhachelle pour avancer tes pions...
    Les gilets jaunes , c’est la France de tous les coins, qui n’en peut plus des sermons des marchands de ton espèce qui, a l’indécence de la posture rajoute la vulgarité du propos botulien.
    Ouste !


  • Rappelons que le gilet jaune,imposé de force sous peine d’amendes,a failli l’être pour les motards en permanence...
    Hors,dans certains groupes dit moto-club,c’est le gilet qui est signe d’appartenance et de solidarité..
    Une réalité qui s’est transposé chez les simples citoyens en faisant d’eux des frères égaux et solidaires !!!

    BHL songe t-il a en demander son interdiction sur la voie publique ?...avec lui,un seul mot le concernant : Méfiance... !!!


  • En fait, les gilets jaunes ont cette vertu, du point de vue du système, de résouder toutes les élites du pays entre elles ( hauts fonctionnaires et bourgeoisie d’argent, Francs-Macs...) de nouveau unis contre la menace « populiste »...

     

  • #2087082

    la boussole qui donne le sud a parlé : il est contre.
    Soyez pour.


  • "il est devenu comme étranger à lui-même et dans sa propre maison." Très juste, il se croit dirigé par des fous qui veulent sa mort et la destruction totale du pays pendant que d’autres iront au Maroc ou à New York.


  • Moi, ça me glisse dessus...


  • Ce type est malade, il se dit pour la liberté de tous les peuples, sauf le peuple de France pays auquel il devrait la plus grande reconnaissance, un schizo de première.


  • BHL le souligne lui-même : Paris vidé de ses pauvres... Alors il reste les nantis qui profitent de la sueur de la province, les nantis qui spéculent sur la baisse du baril pour augmenter les taxes, les nantis qui trottinent en trottinette pour aller prendre leur avion direction les Seychelles à la Noël...

    La France a-t-elle réellement besoin de ces parasites ? Si on coupait les artères qui nourrissent ce foie pourri qu’est Paris, si on ablatait cette tumeur gangrenée, la France se porterait assurément beaucoup mieux et les parasites seraient obligés de se serrer la ceinture... ça changerait de camp, le bouclage à double tour de l’austérité...

    On serait pas obligés de refaire le coup de Vichy, on pourrait prendre Toulouse ou Lyon comme nouvelle capitale de la France retrouvée... On serait magnanime, on leur laisserait un accès à la mer par la Seine aux parasites comme le Botul afin qu’ils dégagent de notre espace vital...

     

  • Quant à la source du texte, "laregledujeu.org", vous avez fait, lors de la retranscription, une faute d’orthographe : le "u" !


  • J’aurai au moins une fois vu dans ma vie le philosophe de gauche (enfin, on nous a vendu cette barquette comme ça au début - il y a longtemps) se sentir obligé de commenter quelque chose qu’il ne peut pas comprendre : la question sociale. Évidemment, il nous biaise la chose à sa manière, de plus en plus lourdingue, en discours oiseux et plats moralismes.

    Alors évidemment sur ce sujet précis, comme il se fait vieux et qu’il choisit mal ses lectures, il ne peut que convoquer Sartre, rigolade.

    Je pense que c’est une allergie au jaune et, pour paraphraser Edouard Baer (un esprit rare), tous ces gilets, constellations, me sont des lumières dans la nuit ; on a les étoiles qu’on peut.

    Et je vais m’en jeter un petit - de jaune (je parle d’anisette, bien sûr - précision pour les non-méridionaux).


  • Ah ! Je me délecte..
    Un dialecte où la conclusion, oui ou non, n’impose aucune réflexion, si ce n’est que celle de celui qui a le pouvoir de promouvoir en son sein ce qui doit être dit, fait, et exécuté.
    Toute cette rhétorique pour quoi ? Pour qui ?
    Ceux qui ont déjà le pouvoir.
    Et vu leur peur de perdre le contrôle sur ce mouvement, ils se sentent obligés de sortir les références passés.
    Or, et c’est ce que l’Histoire nous apprends, pas celle des vainqueurs bien sur, celle de ceux qui n’ont pas eu la parole, c’est que ces "déclassés" sont une source de pouvoir tout de même, mais je rajouterais, une source de conscience infini qui n’attends que d’éclore !
    Les zélés n’ont plus d’idées politiques, comme il le dit si bien dans son article, se trahissent, stagnent et n’attendent plus que çà. Un renouveau. Une colère bienfaitrice.
    Elle est là !
    Mais ce qu’ils ignorent, c’est qu’à force de creuser la tombe de ceux qui n’ont pas la parole, ceux-ci mêmes chercheront, dans 1 jour, 2, 3, voir une année La Vérité ! C’est bien cela dont ils ont peur. Comment encore cacher à ses gens que le sommet c’est nous ?
    Et bien ils ne peuvent pas !!!
    Mêlons Dieu à tout cela s’il le veut. Il ne sera d’accord qu’avec un monde en expansion ! Et ceci à toujours été. Le Création est la base même d’un éternel radieux.
    Les âmes de tout les peuples sont prêtes pour un renouveau, fusse-t-il encore faire sauter du pouvoir (et du pouvoir profond) les parasites qui empêchent l’Homme d’être ce qu’il est.
    Chaque Homme deviendra un jour sa propre rencontre avec le Divin.


  • Pour paraphraser bhl, il y a deux sortes de philosophie, celle qui élève et celle qui rabaisse. Pas besoin de vous faire un dessin sur la nature de celle de bhl ?


  • Le Crif , BHL ...et Les Gilets Jaunes .

    Incroyable mais vrai,Les Gilets Jaunes mobilisent
    tout le gratin du système et même de L’Empire !
    La république universelle est en danger .
    Qui est derrière ce mouvement populaire gaulois,
    d’abord sous estimé ,méprisé,qui maintenant suscite
    l’inquiétude et la peur historique de l’Influente Communauté ?
    Est ce seulement la mauvaise colère que condamne la Loi ?
    Ou au contraire ,le réveil d’un peuple exploité,trompé ?
    Trompé par Qui ?Exploité par Qui ?
    Qui règne en France depuis Mai 1968 ?
    Qui a organisé toutes les guerres civiles au moyen orient
    et en Europe de l’est ?
    La bonne colère de BHL,c’est le massacre des peuples,
    La bonne colère des Gilets Jaunes,c’est la dignité des peuples
    bafouée par la Finance internationale dont l’objectif est l’esclavage
    mondial des masses anonymes .
    Les Gilets Jaunes démasquent l’idéologie dominatrice et raciste
    d’une Elite aux abois malgré ses moyens considérables .
    Qui l’eût cru ?


  • Bonjour,

    Je viens de voir la vidéo d’un gilet jaune qui exhorte les gens à retirer le peu d’épargne que l’on peut avoir dans les banques.

    Organiser un "Bank Run" dans les banques, chacun à son niveau, je trouve que c’est une bonne idée car cet argent ne rapporte rien, ou quasiment rien avec l’inflation et il n’est plus en sécurité.

    Et là, le système bougera, de toute façon, ils ont pour projet de bloquer notre épargne en cas de crise (et étant donné que la crise est systémique), ils pourront donc nous refuser l’accès à notre propre épargne (c’est en projet).

    Aussi, les assurances vies sont composées en grande partie d’obligations, c’est de la dette majoritairement européenne, une dette qui ne sera jamais comblée car c’est désormais impossible. En cas de défaillance d’un organisme bancaire, d’innombrables banques ont investi dans la dette européenne.

    Les banques que l’on croit solides et fiables ne le sont finalement pas tant que cela et si l’Italie décide par exemple de quitter la zone euros, il y a des banques qui vont couler et là, adieux votre épargne, elle disparaîtra avec le naufrage (mais pas pour tous le monde).

    En tous cas, j’organise ma dé-bancarisation depuis quelques temps car je crois vraiment que la prochaine étape de ce système malfaisant sera de puiser directement dans notre épargne.


  • Le bienfaiteur de la Lybie a compris que quand les gilets jaunes auront pris le pouvoir, ses coreligionnaires ne pourront plus vendre de pantalons à une jambe.

    Le retour DHLPSDNH sans gilet mais avec étoile...jaune !


  • Cher BHL, je vais vous la faire courte, sans étalage de "culture" et "courbettes" : les gilets jaunes ne sont qu’un épiphénomène de la lutte des classes et de la vague qui te submergera, toi et tes bourgeois d’amis. A savoir ce qui adviendra de votre corps physique, je n’en sais rien, mais le pardon sera difficile à obtenir.

     

  • Tout ce qui n’est pas sous contrôle sioniste est qualifié de fasciste et de nazi .


  • Qu’il n’en déplaise à ce pauvre type,ou malade mental chacun choisira. Mais il y a un siècle c’est de ce mêmes bouillon, de ce même suc de gilets jaune, que fut extrait la troupe qui porta, cette fois là, un uniforme bleu horizon...


  • Et quand bien même ? Les manifestants du 6 février 1934, essentiellement des anciens combattants qui avaient donné autre chose à la Patrie que le sinistre et gerbatoire BHL, ce petit marquis prétentieux versé dans la autre trahison, avaient bien raison. Car ils avaient déjà affaire à l’engeance politique qui a programmé notre destruction. Ces vieux français, vent debout contre une classe pourrie jusqu’à la moelle (et qui s’est couché lamentablement en 40, allant vite chercher un vieux maréchal de 84 ans sur lequel ils ont ensuite craché après la guerre pour se refaire leur hymen de fausses vierges) étaient d’une autre trempe que les sous-merdes BHLiennes qui obstruent notre vue et vient nous chier dans les oreilles. Vivement le Jugement Dernier...


  • En fait il veut dire... C’est bon pour Israel.


  • Presque tous les Français sont déclassés, la caste béchamel est surclassée ou surcotée, d’ailleurs par elle-même. Elle a l’argent, pas la noblesse, pas la connaissance, pas le savoir-vivre. Un genre de grenouille à pustules. Laquelle, à force de s’enfler, connaîtra un destin de baudruche.
    Les gilets fluo sont sans doute dirigés en off par une organisation. Qui est-elle ? une vidéo vient de sortir, affirmant pouvoir et vouloir bloquer les ports français, avec un fond musical dramatique.
    Le blocage des ports français, probablement contrôlés par d’arrogants étrangers, comme en Amérique, est-ce une bonne chose ? C’est le commencement de la fin, à coup sûr, et douloureux pour la base. Le sera-ce pour les béchamels ?
    La vigilance s’impose.


  • C’est la première fois de ma vie de quadragénaire que je vois comme ce matin une manifestation non organisée spontanée refusant le parc inoffensif proposé par le Pouvoir (Champ de Mars) et gravitant sans cesse autour de l’Elysée pour chopper le Président. Point de syndicats et autres intermédiaires, la colère la plus directe, la plus instinctive et la plus saine : chopper le patron par le col pour lui demander des comptes. En exagérant un peu ça me rappelle Germinal. En ce moment des "policiers avec nous !" fusent avec des applaudissements. La fraternisation est en marche ?

    En réalité c’est le Pouvoir (visible, mais ne boudons pas notre plaisir…) qui est parqué dans son périmètre et protégé par les CRS, apeuré et complètement déconnecté. Regardez BFMWC en direct de plusieurs points et au cœur de l’action c’est flagrant. Je regrette de ne pas être en France. Même si inévitablement la carte "casseurs" va être utilisée dès cet après-midi...


  • Ah moi j’ai compris camarades, c’est la couleur jaune comme celle du Hizbollah qui le fait frissonner,laxe la la résistance,bon sang mais c’est bien sûr !!!il voit Israel en train de trembler,et oui mon béchamel fini la rigolade, le peuple se lève et demande des comptes,en avant toute,c c’est un fameux trois mâts fin comme un oiseau !!!hissez haut la bannière jaune.


  • Y aurait-il une crainte des oligarques, que les gaulois reprennent possession de leurs territoires ??

     

    • Il était grand temps !

      Pas content B Hach Hell que prend la tournure des événements et bien, qu il aille s exiler à Marrakech ! La France aux Français !

      C est bien Tonton Soral qui avait déclaré un truc du genre... "Si vous tenez à connaître la vérité, écouter BHL et inverser ce qu il a pensé et là, vous detiendrez l’authentique vérité".


  • Moi qui croyait que BHL était un grand défenseur des peuples opprimés et un soutien sans faille aux peuples qui se révoltent contre l’oppresseur comme au Maiden ou en Tunisie ? BHL tu devrais être en première ligne avec ton gilet, qui devrait te rappeller l’oppression des nazis sur les juifs. Tu devrais en appeler à la terre entière à jeter de hors ce gouvernement tyrannique de la finance qui occupe l’Elysée. Tu devrais hurler devant l’élection truquée de Macron car basée sur les techniques de manipulations psychologiques. BHL réveille toi, il est temps de te transcender, de faire comme ta jeune soeur.

     

  • " Alors où va, de ce point de vue, la colère des Gilets jaunes ? " Ben si cette colère est éclairée et saine elle devrait, telle une bonne fièvre , éliminer microbes et virus tueurs de la pensée , amas fossilisés obstruant la bonne circulation de l’énergie vitale , bactéries et parasites éliminées par une bonne purge . Jusqu’à la béatitude d’un air pur et de la joie retrouvée une fois dissipés les ténèbres du cahos .
    Attention le retrait de la mer peut annoncer un tsunami . L’arrogance de ce bonimenteur fait penser au corbeau qui dispute une charogne , le renard en bon français rêve de fromage et de jus de raisin sous la tonnelle mais le noir corbeau lui vante son infâme festin . Et je vous passe ce que lui répond l’écho , c’est interdit .


  • la "communauté" commence à paniquer,leur poulain Macron mis en place par les ((( banquiers ))) est en danger.


  • Pourquoi ne viendrait-il pas tester sa popularité au milieu des jaunes , on pourrait débattre .
    Il pense que la haine et la vengeance sont la propriété des juifs , ce peuple injustement bafoué , humilié , condamné, génocidé , par envie , seul aurait légitimité , par droit divin , a la colère et la violence .


  • Les accudentés de la mondialisation ? Non, pas que ceux-là, bien qu’ils soient majoritaires. Il y a aussi des révoltés fiscaux qui en ont assez de payer pour des balu ernes quand l’essentiel des services publics n’est plus assuré. Et ausdi, des vrais libéraux qui pebsent que l’Etat s’est arrogé un pouvoir exorbitant (qui se traduit par une multitude de dépenses inutiles).
    exemple : les subventions aux associations ou aux médias qui ne sont que des courroies de transmussion du politiquement correct, ou encore des agences nuisibles comme l’ADEME ou encore des pans entiers de l’administration (a-t-on besoin de directions de l’Art Contemporain ?) Plus tout ce qui sert à fliquer es honnêtes gens etc...


  • Il a une théorie et toute réalité doit la servir. L’inverse de la philosophie. Mais ce péché mignon est peut-être humain, sa thèse médiatique (et non universitaire) est que la France a inventé le fascisme et qu’il peut resurgir à tout moment. Entendre des bruits de botte en voyant des gilets jaunes : un psy opterait pour un burn-out


  • quant le goy se rebiffe l’occupant sioniste commence à paniquer,pour Botul les révolutions sont bonnes uniquement quant elles instaurent des régimes proches ou soumis à Israël.

     

  • Ce faiseur et criminel de guerre donneur de leçons,ferait mieux de se taire ça nous instruirait.


  • La peur de BHL, c’est qu’il appréhende le renversement de situation car il disparaîtra des écrans radar à tout jamais, ce qui mettra fin à ses manipulations, ainsi qu’à celle de ses amis .Son influence est éphémère, et il est prêt à toutes les compromissions ainsi qu’à tous les mensonges, il sent son heure approche ainsi que celle de ses comptes .


Commentaires suivants