Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

BHL redéfinit la démocratie : "Le peuple ne doit pas être le seul souverain"

En grec ancien, le terme démocratie désigne littéralement le pouvoir au peuple. Toutefois, Bernard-Henri Lévy a remis en question ce fait dans une interview au Temps, affirmant notamment que la population ne doit pas être « le seul souverain » en Europe.

 

Dans une interview au journal suisse Le Temps, Bernard-Henry Lévy a livré sa version très personnelle de ce qu’il considère être la place du peuple dans les démocraties européennes.

« Nos démocraties sont devenues folles et beaucoup de gens sont déboussolés. Mais arrêtons de sacraliser le peuple. En Europe, le peuple ne doit pas être le seul souverain ! Ou, s’il l’est, il doit l’être comme tous les autres souverains : avec des limites, des bornes à sa toute-puissance. La démocratie a besoin de transcendance », a-t-il déclaré.

L’écrivain s’est appliqué à livrer sa propre vision de ce qu’est un démocrate :

« L’Europe communautaire a fait tellement depuis sa création ! C’est évidemment une entité politique imparfaite, parce qu’elle est… démocratique. Car c’est ça, un démocrate. C’est quelqu’un qui, contrairement aux esprits totalitaires, ne rêve pas d’un régime ou d’une entité politique sans failles ni défauts », souligne BHL.

« Si l’on répète : le peuple, le peuple, le peuple… on va tout droit vers une crise de civilisation. Le peuple a aussi ses caprices et les leaders démagogues flattent son bon plaisir ».

Dans cette interview, il a réitéré son opinion à propos du mouvement des Gilets jaunes, déclarant qu’il y voyait « un inquiétant nihilisme ». Auparavant, il avait affirmé aux Échos que les manifestants étaient animés de « passions tristes, mortifères, nihilistes ».

Voir aussi, sur E&R :

Sur BHL, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

64 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ne vous inquiétez pas trop,il ne fait que parler des autres en parlant de lui,seul,devant son miroir...



    « passions tristes, mortifères, nihilistes ».




    C’est son moi profond,on ne se refait pas !

     

    • Béchamel peut dire ce qu’il veut, les gens parlent, et pas que les gilets jaunes......

      https://www.youtube.com/watch?v=s4I...


    • "Car c’est ça, un démocrate. C’est quelqu’un qui, contrairement aux esprits totalitaires, ne rêve pas d’un régime ou d’une entité politique sans failles ni défauts », souligne BHL.".

      Bhl, en terme philosophique, c’est du "branlage de cerveau".

      Aucune profondeur, aucun style... On croirait lire du Haziza, du Lévy ou encore du Jakubovits ou encore entendre Sarko, Cohen ou Houellebeck parler : "Car", "donc", "oui mais", "voilà quoi !", "ça", "car c’est ça", "moi", "oui mais non"...

      Bhl n’est pas Français de souche, il n’a pas la finesse d’esprit et d’écriture, ni la rhétorique d’un Pierre Bourdieu ou d’un Albert Jacquard.

      Je reconnais entre mille les propos écrits ou parlés d’un national sioniste. Cela me saute direct aux yeux et aux oreilles et je ne me trompe jamais. Écoutez France Info ou Inter et vous comprendrez.
      A quoi cela est-il dû ? Je ne le sait pas.


  • #2131881
    le 25/01/2019 par La Vérité est rien d’autre
    BHL redéfinit la démocratie : "Le peuple ne doit pas être le seul (...)

    J’aime pas sa gueule à BHL...

    on dit que passé 40 ans notre âme se dessine sur notre visage !

     

  • Sa vie est une escroquerie.


  • BHL dit que la souveraineté du peuple n’est pas parfaite et doit être limitée.

    Mais il dit aussi qu’en bon démocrate il ne veut pas de régime parfait.

    Donc on est bon là. On prend quand meme la dictature du peuple, qui satisfait les democrates !


  • C’est normal il veut pas que ses amis perdent le contrôle de la situation, ils s’engraissent tellement sur le dos du peuple...


  • Oh punaise les gars ! Je suis en train d’avoir un énorme déclic là ! Y a un moment que je me pose la question de savoir comment analyser ces tarés ultra-bruyants pour s’en prémunir, mais sans s’épuiser, ni que ça tourne à l’obsession (ce qu’ils cherchent, et j’ai pas que ça à foutre comme dirait Dieudo)... Là je me rends compte que quand il écrit que les JG sont animés « passions tristes, mortifères, nihilistes », il est en train de se *décrire lui-même* avec une précision absolue... On connaît tous le phénomène de l’inversion accusatoire, mais là j’ai l’impression d’avoir découvert un genre de fenêtre par laquelle je le vois vraiment... Un moyen économique de savoir à qui on a affaire...

     

    • Il s’était également très bien décrit lui-même en parlant de « boursouflure du moi » pour critiquer le vote en faveur du Brexit, autre expression insupportable de la volonté du peuple.
      BHL évoquant la boursouflure du moi, c’est en quelque sorte le résumé de son existence, celle d’un homme à qui l’égo tient lieu de pensée. (https://lesobservateurs.ch/2016/07/...)
      Mais il y a quand même une morale : la grenouille à force de « boursoufler » a fini par éclater.


  • Je me demande bien de quel droit ce pitre parle de situations qu’il ne connait pas une seconde.
    Je vais être même généreux avec lui, qu’il essaye donc de vivre 6 mois au smic.
    Après cette expérience, promis on écoutera ce qu’il a à dire.
    Mais jusque là, à part défendre de manière plus qu’éhontée sa gamelle (éhontée au vu du nombre de gens dans la rue), il parle de ce qu’il ne connait pas une demi seconde.
    Quel culot !

    Le peuple s’est déjà exprimé, par les urnes, plusieurs fois, avec les limites qu’il mentionne.
    Dans tous les cas et systématiquement, les politiques se sont torchés avec l’avis du peuple.
    Et c’est le peuple le problème ! A peine croyable d’entendre ca !
    Baltringue !


  • Si la démocratie c’était pour donner le pouvoir à la finance par la laïcité au lieu d’au Roi par le sacré, je crois pas que ça valait le coup, car y’ a plus de classe à se soumettre au Majestueux Seigneur Généreux, plutôt qu’à la basse banque voleuse !...


  • Ou peut être que ce pauvre homme ne connait pas la signification des mots qu’il utilise...

     

    • exact
      Il méconnaît ou feint d’ignorer le concept de souveraineté. Si deux pouvoirs se contre-balancent, la souveraineté échoient à l’instance qui arbitre entre ces deux pouvoirs. La souveraineté est le point ultime de décision politique, le fondement qui se justifie soi-même par soi-même sans qu’on puisse aller en deça. La "causa-sui" politique si l’on veut. En parler au pluriel dans le cadre national est une erreur de lycéen ignare...
      mais peut-être est-ce là un usage sophistique des mot visant à abolir la souveraineté présente pour confier l’arbitrage souverain à... une religion ?


  • Il représente Soros-Rotschilds donc quand il parle, c’est eux qui parlent.

    Donc si l’on traduit avec intélligence :

    "Soros-Rotschilds doivent gouverner et vous devez vous soumettre tels des esclaves"

    Si on traduit avec les yeux de Cicéron :

    "Peuple du monde soumettez-vous à Soros et Rotschilds, peu importe votre couleur et religion"

    Ça c’est la lecture profonde et réelle de sa pensée.

    Vous n’êtes que le peuple peu importe d’où vous venez, lui c’est un milliardaire, donc il vous est supérieur. Voici le fond de sa pensée à ce laïque.

    Et c’est là qu’un Homme arrive au pouvoir et nationalise son compte en banque.

    Cordialement,

    Lucius


  • Je vous le dis, avec Bernard bientôt l’étymologie sera antisémite !


  • Quand BHL parle du peuple, il entend le petit peuple, au sens du peuple restreint des initiés qui savent ce qui est bon pour le peuple en général. Car le peuple des illuminés a suivi l’enseignement de la Raison qui dicte la volonté générale transcrite en lois pour guider la conscience sociale des masses. Celles-ci ne sont libres que pour autant qu’elles acceptent d’écouter leur petite voix intérieure qui est la voix de la Raison pure transformée en conscience d’appartenir à un groupe guidé par ceux qui sont chargés de créer les opinions du moment, qui tiennent compte de l’objectif à long terme qui est d’arriver à une société composée d’individus "libres et égaux en droits", donc au fait de la félicité humaine. On est donc en face d’une imposture démocratique, car le peuple libre sera toujours un peuple restreint à l’avant-garde du changement social qui conduit les masses vers l’oppression étatique la plus radicale sous prétexte de veiller à l’application des droits devant lesquels tous sont réputés libres et égaux. En fait ceux qui définissent ces droits sont plus égaux que les autres car situés au sommet de la pyramide qui éclaire les masses avec l’oeil de la Raison pure. La démocratie réclame donc qu’une élite éclairée par le Dieu de Lumière conserve un contrôle absolu sur les masses dont elles enferment la volonté dans ce corset juridique qui est le gage de sa libération des ténèbres de tous les obscurantismes hérités de la foi, de la tradition et de l’expérience. On chemine dans une société imaginaire dont les membres sont destinés à revenir à l’état de nature originelle afin d’être libérés des attaches de la religion et de la société fondée sur l’ordre naturel des choses.BHL nous voit donc en "bons sauvages" un rien naïfs auxquels ceux qui sont doués de la conscience divine doivent enseigner comment être libres pour être bien sûrs de ne jamis revenir dans leur état antérieur d’aliénation, lorsque les rapports sociaux étaient guidés par la raison commune toujours suspecte d’être récupérée par des intérêts particuliers contraires au bien commun de tous.


  • On n’est sur la bonne voie, continuez ! Avec l’égaré, il faut faire le contraire de ce qu’il dit.


  • I l faut comprendre toute la subtilité et la fulgurance de la pensée béchamèlienne : pour lui , SEUL le peuple ELU , est souverain , et seul souverain ! Qu’on se le dise, il n’y a pas à revenir là dessus .Il est toujours intéressant avec ce pitre de voir sur ses tweets la géolocalisation : en général " medina marakech" ...C’est à partir de son ryad qu’il porte des jugements sur les GJ., la politique internationale , qu’il conseille l’UE ….etc


  • La démocratie oui, mais pas le pouvoir du peuple.

    Pov débile...

     

  • Paroles de dominateur ne pouvant supporter l’ idée que le peuple dénonce ses privilèges et son pouvoir malveillant .


  • Je comprends BHL.

    Rappelez-vous qu’il avait dit qu’à chaque fois qu’il s’exprimait il se demandait si ce qu’il allait dire était bon pour Israël.

    Dans un régime totalitaire (ou démocratique en apparence), celui qui a l’écoute du monarque contrôle le peuple.

    Dans une vraie démocratie, il ne sert à rien d’arriver en douce le soir pour chuchoter à l’oreille du dirigeant, puisque la décision et le pouvoir sont répartis entre une multitude de gens. Une minorité mafieuse a donc beaucoup moins de prise sur la direction prise par l’ensemble des administrés.

    C’est autant vrai au niveau d’un pays qu’au niveau européen, où la corruption de quelques députés bruxellois permet de mettre 27 pays dans sa poche, ou à Washington, quand il s’agit de corrompre le pouvoir fédéral qui gère les décisions et les moyens qui touchent 50 États.

    De nos jours, ceux qui tiennent à centraliser le pouvoir sont soit des corrupteurs soit de ceux qui ne demandent qu’à se laisser corrompre.

    Je comprends donc ce que raconte BHL, qui est cohérent avec le dessein qu’il poursuit, même si évidemment je ne tiens pas à ce que sa démarche aboutisse.

     

  • "Le peuple ne doit pas être le seul souverain"

    Ah bon ? Et QUI doit être l’autre souverain ?

     

  • Avant, quand tu étais convoqué chez Bernard, tu chiais mou pendant une semaine (dixit Dieudo dans son sketch). Depuis que la porte d’un ministère a été défoncée par le peuple, on dirait que la chiasse a changé de camp.......


  • "passions tristes, mortiferes nihilistes..." heu non c’est l’inverse !! ON VEUT VIVRE !!!


  • Le peuple est dans son pays locataire précaire de son propriétaire banquier , c ’est l ’essence de la pensée des BHL et consorts ; mieux même , c ’est la réalité .

     

  • Une vie à se prendre pour Dieu ça risque de coûter cher !


  • BHL parle du peuple comme en parlaient les réactionnaires du XVIIIe après avoir perdus contre les révolutionnaires :

    "Le peuple a des passions irrationnelles ! Ne le laissons pas gouverner !"

    Pour ceux qui ont lu Tocqueville et Carlyle, il y a de quoi se la mordre.

    BHL confirme que la "démocratie" Française est une mascarade.


  • Avant de respirer vous devez demander l’autorisation au CRIF , sinon vous êtes antisémite !
    Et si vous ne pouvez plus boucler vos fins ( faim ?? ) de mois , nourrissez vous des émissions de drucker , d’announa,de calvi , de rut-el- grief , de poujadas, de schonberg , de lémergis , d’elkebech, de Cohen p. ( vous avez dit cerveaux malades ? ) de etc...etc . Et si après ce dé-gueulton vous avez toujours faim à défaut d’avoir la justice il reste la charité faite , au peuple , par le peuple , pour le peuple !!!


  • La démocratie sans l’aimer


  • ... ou la perversion du mot démocratie pour en arriver à vouloir exprimer son contraire : tu marches sur la tête pauvre Bernard, normal que ton monde soit à l’envers ! mdr


  • On sent chez cet homme quelque chose d’extrêmement maléfique.
    Pas étonnant qu’il défende la démon crassie.


  • Même ceux de son camp doivent en avoir marre de ce type.


  • Je rappelle a ce clown que l’article 2 de la constitution de 58 dit de la republique que

    "Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple."

    BHL est donc ANTI-REPUBLICAIN !

     

    • Pour moi,non,il est pleinement républicain ,dans la droite ligne révolutionnaire de la bourgeoisie marchande assoiffée de pouvoir (et pas seulement financier)ayant fomenté le coup d’Etat de 1789 pour couper la France de ses racines spirituelles :
      "Réprésentons le peuple si nous ne voulons pas qu’il se présente lui-même".
      Salutations


  • B H L , si vous me lisez, parcourez donc la France , de ville en ville et exprimez vos idées aux gilets jaunes sur des estrades comme vous l ’avez fait en Ukraine , les français vous apprécient , quel dommage de ne pas aller auprès d’eux !


  • Un berger tenait son troupeau de brebis dans un enclos bien clos. L’herbe était rare et le sol caillouteux bien dur sous les sabots des agneaux. Les petits bêlaient famine et les brebis s’inquiétaient des fins de mois difficiles. Le Berger, gras des fromages et des pintes de lait prélevés sur les généreux pis, leur serinait sans trêve qu’en dehors de l’enclos, point de salut n’était envisageable. L’ours et le loup rodaient, seul le grassouillet berger pouvait les défendre contre les dangers et en donnant leur lait, les brebis assuraient ainsi une sécurité à leurs petits et au troupeau.

    Pourtant un matin, une brebis en gilet jaune moins froussarde fit sauter les quelques brindilles de la fragile clôture. De l’autre coté l’herbe y était haute et grasse. Elle siffla ses copines et toutes lui emboîtèrent le pas. D’ours il n’y en avait trace, pas plus que de loups ou autre malfaisant.

    Le berger Nanard avec sa crosse et sa mèche au vent vociférait que ça ne fonctionnait pas comme ça. Elles devaient rentrer au bercail fissa sinon il allait appeler ses potes du crif et du benêt Bérite qui les feraient rentrer à coup de triques. Les brebis n’en avaient cure du bétar et de la ldj, des petits clébards qui passaient leur temps à les terroriser dans l’enclos et mordre les jarrets. Le Berger bavait, plagiait, sniffait, insultait, rien n’y faisait. Les brebis avaient senti qu’elle n’avaient nullement besoin de ce Nanard, menteur et profiteur de leur lait et elles le réservaient dorénavant à leurs agneaux.

    Le berger Nanard devint tout maigre, de sa chemise blanche sortait un poitrail décharné, des mèches éparses de cheveux grisonnantes tourbillonnaient sous le vent, ses narines poudrées de farine devenaient de plus en plus longues et pointues. Ces saletés de brebis ne lui obéissaient plus... sont copain Jacquot, berger lui aussi, lui suggéra de poser une petite bombinette au milieu du troupeau...

     

  • 1) Ou on est souverain , ou on ne l’est pas ( un peut ...beaucoup ... comme être enceinte ... to be or not to be ...)

    2) Le peuple n’est souverain que d’une dette à la con

    3) Sans un bon Roi , le peuple l’a dans l’os jusqu’au trognon


  • Relayé, commenté...Dans une organisation sociale dans laquelle l’argent prime sur absolument tout, un dealer de stupéfiants vit dans le XVI° au vu et au su de tout le monde , un malade mental est relayé et commenté, un milliardaire a le poids d’un état, on devient président d’une ’’république’’. R.I.C.H.E est probablement l’acronyme de quelque chose de signficatif en la matière, dans un domaine où cela remplace la somme des vertus auxquelles aspire tout honnête homme, une ’’raison sociale’’. Jamais, probablement, le fait d’être R.I.C.H.E n’a autant contenu de potentialités dans le champ des Possibles jusque et y compris et peut-être surtout, dans le pouvoir de nuisance. Rien ne peut plus arrêter un R.I.C.H.E. On peut organiser quantité de mots avec ces cinq lettres et en y ajoutant quelques autres, C’est un jeu amusant (à défaut d’autre chose...)


  • Botul Henri, c’est l’obstination dans l’imposture, le mensonge, la calomnie, la fausseté, l’inauthenticité, le mal, la haine, la violence, le bellicisme et une sale gueule burinée de plus en plus par le ressentiment. Bref, une pathologie ambulante virulente.

    On se demande comment une telle chose peut continuer à se supporter elle-même.


  • "Il y a le feu à la maison Europe", manifeste signé par BHL et d’autres de ses copains pour le dire rapidement.
    Chouette, ils commencent vraiment à avoir la trouille.
    Champagne ! enfin, Mousseux pour moi.


  • Chez BHL, ce qu’il y a de meilleur, c’est sa sœur...


  • Parce que les politiciens eux, n’ont ni caprices, ni passions... ni intérêts bien sûr !


  • Le pouvoir du peuple, pour le peuple et par le peuple. Si tu n’es pas d’accord avec cette définition du mot "démocratie", dégage en Israël et arrête de nous emmerder sur notre terre promise


  • Son avis ne compte pas, on ne devrait même pas en faire cas.


  • Les masques tombent ! Maintenant qu’ils ne peuvent plus manipuler comme ils veulent


  • Nationalisation de tous ses avoirs dans le monde.

    Il faut qu’en France, voir même en Occident tour entier, nous puissions réinstaurer dans le droit civil et pénal le code d’honneur.

    Comme ça, ceux qui font usage de l’usure ou du parjure à l’égard du peuple se voient être privés de leur privilège et de leurs biens excédents.

    En d’autres termes, la possibilité de nationaliser les comptes en banque où qu’ils soient de ce genre de personne.

    Cela les calmerait rapidement et les mettrai sur le droit chemin.

    Après tout, ce ne serait que justice et cela réglerait beaucoup de problèmes avec ces milliardaires.

    C’est une idée pour se protéger des trop riches.


  • Il arrive à parler avec toute la merde qu’il a dans la bouche.

     

  • « La société qui s’annonce démocratique, quand elle est parvenue au stade du spectaculaire intégré, semble être admise partout comme étant la réalisation d’une perfection fragile. De sort qu’elle ne doit plus être exposée à des attaques, puisqu’elle est fragile ; et du reste n’est plus attaquable, puisque parfaite comme jamais société ne fut. C’est une société fragile parce qu’elle a grand mal à maîtriser sa dangereuse expansion technologique. Mais c’est une société parfaite pour être gouvernée ; et la preuve, c’est que tous ceux qui aspirent à gouverner veulent gouverner celle là, par les mêmes procédés, et la maintenir presque exactement comme elle est. »

    Guy Debord - Commentaires sur la société du spectacle.


  • BHL a été atomisé sur une télé suisse par Slobodan Despot.
    Ce dernier lui a conseillé d’enfiler un gilet jaune et d’aller dans une manif, car là au moins il risque de se prendre une balle réelle même si elle est en caoutchouc et dans l’oeil et de rentrer dans l’histoire comme il le souhaite.
    "Car jusqu’ici la seule chose que vous avez été capable de faire c’est de vous prendre des tartes à la crème" dixit Slobodan.
    Trop bien !


  • L’incapacité à ressentir de la honte est un des traits psychologiques caractéristiques des pervers. Comme le besoin pathologique de manipuler.
    Hein ? Pourquoi je dis ça ? T’es con ou quoi ?


  • La démocratie a besoin de transcendance, dit-il. En tout cas pas de la sienne.

    Les gilets jaunes, des nihilistes ? Certainement. Il y a besoin de déconstruire certaines tutelles pour rendre toute sa souveraineté aux peuples français.


  • #2132942

    Très bien, chiche !
    Eh bien, rendez nos souverains légitimes en Europe, nos monarchies catholiques que vos grands ancêtres ont renversé une à une tant elles étaient gênantes pour l’exécution vos sinistres plans !
    Mais n’en doutons pas : ce n’est pas à cela que notre ami nanard fait allusion...
    C’est qu’après après avoir utilisé la "démocratie" pour enfermer les peuples dans leur nasse, il s’agit maintenant de la liquider purement et simplement, maintenant que Sion a les pleins pouvoirs !
    Arrêtez vos fadaises, nous ne sommes pas dupes !!!


  • La ’’république’’, c’est lui. Avec tout ce que la ’’république’’ a toujours eu de profond mépris pour la population qu’elle domine ; avec tout ce que la ’’république’’ a déployé et déploie d’hyperviolence pour écraser ses révoltes ; avec tout ce que la ’’république’’ a investi dans le déni de réalité et le mensonge afin de domination ; avec tout ce que la ’’république’’ a coûté et coûte où elle sévit. Oui, la ’’république’’, c’est ce type, et c’est parce qu’il est ce qu’il est, qu’elle ce qu’elle est, une escroquerie pure et simple.


  • C’est pas une tarte à la crème mais un kouign amann de 3 jours, aussi raté que sa philosophie, qu’il lui faut dans la tronche.
    Il comprendra illico ce qu’est la démocratie.


  • Il a raison, les gens réagissent et se mobilisent afin de se défendre face à des décisions qui vont à l’encontre de leur intérêt. Ces décisions étant prises par une caste triste, mortifère et nihiliste, les manifestants sont animés de « passions tristes, mortifères, nihilistes ». Ils ne sont que le reflet, l’expression de ce que vous leur faites subir avec arrogance, mépris et cynisme.


Commentaires suivants