Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Bachar al-Assad : "Le président américain n’a aucun pouvoir de décision"

Traduction E&R

Extrait de l’interview du président syrien Bachar al-Assad par la chaîne de télévision indienne Wion le 3 juin 2017 :

 

 

La vidéo complète (en anglais, sous-titrée en arabe) :

La sagesse de Bachar al-Assad, sur E&R :

 

Quelle marge de manœuvre pour Trump ?
En savoir plus avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La politique US depuis 1945 résumée en 1.30 minute !

     

  • Très simplement expliqué. "L’Etat profond US n’accepte pas les partenaires. Il ne veut que des marionnettes. Nous ne sommes pas des marionnettes".
    On pourrait faire la liste des grands de ce monde qui ne sont pas des marionnettes. Sur une main ?
    Nous avons quant à nous le président des Riens, les nouveaux Français. Lui ne se prend pas pour rien : un partenaire de l’Etat US. Really ?
    L’honorable et très-français patronyme du président de la République (encore) française signifie : "j’ai le menton en galoche, je suis fort en gueule". Alors, alors, Emmanuel ?


  • Bonjour,
    On entends quelque fois que M.Bachar al-Assad a fait de bien vilaines choses et même dans la bouche de ceux qui prennent sa defense alors que peut on lui reprocher objectivement ? Je veux dire que si on devait se montrer critique tout en restant objectif et critique, que pourrait on en dire ?
    Nico

     

  • Mais voyons, tout le monde sait que Bashar al Assad est un "vilain dictateur sanguinaire qui tue son propre peuple", et pourtant, chaque fois que j’écoute ses interviews je vois en lui une personne parfaitement censée qui dit des choses vraies.

    Pareil pour Poutine d’ailleurs.

    Ecoutez toujours les interviews (si possible non-coupées/montées) pour vous faire une idée par vous-même de la personne. Puis mettez ça en contraste avec ce que les journalistes vous en disent.

     

    • Le mensonge comme la vérité marquent les physiques, les visages, les regards (! !).
      Certains sont dégueulasses comme Hollande, d’autres sur lesquels on lit la sagesse, la bienveillance, l’humanité. Ce qui a presque totalement disparu des dirigeants occidentaux.
      Bachar Al’Assad subit les foudres de Washington. Les américains sont responsables de tout ça.
      Il a entièrement raison.


  • Il est direct Bachar, mais la diplomatie impose aussi de reconnaître à quoi s’en tenir !

     

  • So what ? On a bien une chèvre aux manettes du bousin France ! Et notre Deep State à nous ce sont des castors !


  • Au moins , il met les pieds dans le plat .( encore une fois pas de longs monologues mais ça " claque " ) On n’imagine pas la même situation avec Poutine .


  • Ce constat est malheureusement valable pour tous les pays occidentaux ! Qui tous sont sous domination "sioniste " !!

     

    • Quel pouvoir peut-on avoir en seulement quatre ans ?
      Il n’y a absolument pas de temps nécessaire pour changer quoique ce soit d’aucune manière.
      Chaque président n’est alors qu’une "Miss élue", fait pour se pavaner en public, dans les médias... puis de dégager dans la poubelle de l’Histoire.
      On comprendra alors qu’il n’y a jamais eu autant de mauvais présidents que depuis le raccourcissement du mandat. Pour le peu de le mandat passe en France à 4 ans... et c’est la fin de la fin des haricots.
      Là, la France est fossilisée dans la tourbe.
      Vous pouvez être sûr à ce moment là —ou du moins avoir la confirmation quasi certaine— que jamais rien ne changera... exceptés les numéros de la République.


    • C’est strictement l’inverse, c’est le sionisme qui est historiquement et factuellement sous contrôle national européen.

      Lorsque vous aurez compris ça, vous aurez compris le monde... l’Amérique Latine, la Nouvelle-Zeelande, Johannesburg, l’Île Maurice, la Polynésie, Terre Adélie,
      Ossétie du Sud, , Curaçao, Saint-Pierre et Miquelon ,Saint-Martin, Sainte-Hélène, Saint-Pétersbourg, Saint-Eustache ou les Îles Chrstmas...

      C’est pathétique, mais je comprends mieux le raccourci facile entre racisme (antisémitisme) et débilité congénitale.... vive la propagande.


  • il dit qu’En fait trump n’est qu’un clébard qui aboie.


  • L’aveuglement du Président Assad est consternant.

    Le seul objectif du président Trump est de maximiser ses gains et profits durant son ou ses mandats et il utilisera toute sa marge de manœuvre afin d’atteindre son objectif. En résumé, il est là pour faire du fric et puis c’est tout, le reste il s’en fiche comme de l’an 40.

    Tout le monde l’a compris mais le president Assad malgré les six ans de guerre civile ne l’a toujours pas compris ou refuse de le comprendre pour des raisons qui m’échappent.

    Le jour où la Syrie fera un chèque de 500 millions de dollars à une des fondations d’Ivanka Trump peut être que l’oncle Donald sera un peu plus sensible au messages du president Assad. Pour le moment se sont les saoudiens qui mènent les enchères donc...

    L’autre solution pour la Syrie est de vaincre les américains sur le champs de bataille mais vu les performances actuelles de l’armée syrienne, c’est pas gagné. Vous enlevez la Russie et l’Iran et il n’y a plus rien...

     

  • Deep state bachar el assad ,il a tout compris !


  • Bachar est "très gentil", mais il se "trump", l’État Profond, L’Empire, ne tient justement jamais sa parole !


  • Il ne reste que 9 pays dans le monde dont la banque centrale n’est pas contrôlé par Rothschild :
    RUSSIE
    CHINE
    ISLANDE
    CUBA
    SYRIE
    IRAN
    VENEZUELA
    COREE DU NORD
    HONGRIE
    Voici l’axe du mal.

     

  • Dans l’interview complète, non traduite, il apporte d’autres infos intéressantes largement rapportées sur E&R depuis le début de la guerre en Syrie en 2011 :
    Les US sont le principal Mentor de la guerre en Syrie
    FR et UK ne font rien en Syrie sans demander autorisation auprès des US
    Le Qatar a financé dès le début les "rebelles"
    Un an après le Qatar, KSA s’est jointe à la coalition occidentale+Qatar en finançant les ’rebelles"
    La Turquie est une pièce centrale dans l’infiltration des "rebelles" en Syrie
    Les US supporte par leurs bombardements de SAA l’avancement des troupes Al-Nosra, sans ces bombardements Al-Nosra serait détruite en quelques mois
    Les dernières attaques chimiques ont été organisées par les services secrets occidentaux

    Nous pensions au début de la guerre que le monde occidentale avait des Valeurs, nous nous sommes trompés
    Je ne peux démissionner au milieu de la tempête. Je ne quitterai pas la Syrie.
    Je pense que le pire est derrière nous sauf si les occidentaux décident de massivement aider militairement les rebelles

     

  • Ni des marionnettes ni des intermédiaires de l’Etat profond Us.
    Simple, clair, limpide ..comme du GPL ! Il est bien ce Bachar ! ;)


  • Mes respects monsieur le président.
    Un Homme d’une grande prestance,d’une clairvoyance et d’un franc parler.Que c’est rare dans ce monde politique...


  • Le discours de bachar al assad va à l’encontre de ce que vous pensez de "super dumb". Pourquoi ne pas en tirer les conséquences ?


  • #1759599

    C’est nouveau, de pouvoir dire "les gens qu’on vous montre au Pouvoir ne sont que des pions"...

    ils ont bouché les WC ?


  • Jeunesse et études (wikipedia, donc erroné ou sans importance ...)

    Bachar el-Assad naît le 11 septembre 1965 à Damas. Il est le deuxième fils de Hafez el-Assad et d’Anissah Makhlouf (1929 ou 1930-2016). Bachar el-Assad parle d’une enfance « très normale » ; la famille vit dans une maison relativement modeste au nord de l’ancienne ville de Damas, jusqu’en 1973, lorsqu’elle déménage dans le quartier plus aisé de Malki. À l’âge de trois ans, il commence sa scolarité à Damas, à l’École laïque, un établissement jouissant d’une grande réputation nationale. Il apprend le français et l’anglais, respectivement ses deuxième et troisième langues.

    Bachar el-Assad se décrit comme un élève « moyen », ses professeurs s’en souvenant comme « au-dessus de la moyenne » sans être excellent et plutôt timide. Il va d’ailleurs, en raison de ses notes insuffisantes, quitter la « Laïque » pour terminer ses deux années de secondaire à l’école Le Frère (un lycée français) où il obtient de meilleurs résultats. Des professeurs mentionnent le fait que Bachar el-Assad, dont le père devient président en 1971, ne profite jamais de son rang. Contrairement à d’autres enfants de familles importantes, il arrive à l’école sans service de sécurité et préfère participer aux voyages scolaires en autocar, plutôt qu’avec un chauffeur privé.

    En septembre 1982, Bachar el-Assad est admis à l’université de Damas et obtient un diplôme en ophtalmologie en 19888. Il effectue quatre années d’internat à l’hôpital militaire de Tichrine, dans la banlieue de Damas. Afin de poursuivre sa spécialisation, il part à l’automne 1992 pour Londres après avoir passé des examens sélectifs (un candidat sur quatre reçu) ; il échoue lors d’une première tentative, mais réussit à la seconde. Il commence sa résidence au Western Eye Hospital, faisant partie du St Mary’s Hospital, dans le quartier de Marylebone. Plus tard, il est accepté en tant qu’apprenti par le docteur Ed Schulenber au St Mary’s Hospital. Ce dernier garde un bon souvenir de Bachar el-Assad qu’il qualifie de « gentil » et « sympathique ».

    À Londres, Bachar el-Assad vit seul dans un appartement au sud de Hyde Park. Il y découvre la liberté d’accès à internet et de manière plus générale la haute technologie1. Il ne sort que très peu en raison de son travail et de ses études. Durant son séjour à Londres, il rencontre sa future femme, Asma al-Akhras, une Britannico-Syrienne de confession sunnite et travaillant à la City pour JP Morgan.


Commentaires suivants