Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Beyrouth au bord de la crise sanitaire

Des manifestations ont dégénéré, dimanche, faisant jusqu’à 70 blessés

La crise des déchets s’est aggravée dimanche à Beyrouth où des affrontements ont à nouveau éclaté entre la police et des manifestants, faisant plus de 70 blessés et accentuant la pression sur un gouvernement libanais paralysé par de profondes divisions.

Au lendemain de heurts ayant fait au moins 16 blessés, de nouvelles violences ont eu lieu en fin de journée lors d’un rassemblement dénonçant l’impéritie du gouvernement à trouver une issue à la crise des ordures ménagères qui envahissent les rues depuis des semaines.

Selon le secrétaire général de la Croix-Rouge, Georges Kétané, 43 manifestants ont été hospitalisés pour suffocation ou fractures. Deux cents autres ont été incommodés et pris en charge sur place.

Par ailleurs, 30 membres des forces de l’ordre ont été blessés, dont un grièvement, selon une source de sécurité.

Les échauffourées se poursuivaient vers 20 h, mais avec moins d’intensité.

Le rassemblement était de nouveau organisé à l’appel du mouvement citoyen « Vous puez », qui s’est désolidarisé des heurts et a insisté sur le caractère pacifique de la protestation.

Les violences, dans l’élégant centre de Beyrouth, ont été déclenchées par quelque 200 jeunes, dont certains avaient le visage couvert. Ils ont jeté des projectiles — pierres et bouteilles remplies de sable — sur les forces de l’ordre et tenté de retirer les barbelés derrière lesquels étaient massés les policiers. Certains ont mis le feu à une moto et essayé de constituer une mini-barricade avec des tables et panneaux en bois.

La police a alors fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes. Des tirs ont également été entendus.

Droit à la propreté

« Nous n’avons rien à faire avec ce groupe et cette violence », a affirmé à l’AFP un porte-parole du collectif « Vous puez », Joey Ayoub.

Dans l’après-midi, des milliers de personnes, des jeunes en majorité, s’étaient réunies dans une atmosphère bon enfant près du Sérail, le siège du premier ministre. Des gens de tous milieux et de toutes confessions, fustigeant l’incompétence du gouvernement, scandaient notamment « Liberté » ou « Le peuple veut la chute du régime », mot d’ordre associé aux manifestations du début de la révolution en Syrie en 2011.

« Nos parents se sont fait la guerre, mais ici nous sommes des Libanais, chrétiens et musulmans, manifestant tous ensemble pacifiquement pour demander nos droits », a déclaré à l’AFP Alexandra al-Hajj, 20 ans.

Les ministres doivent « régler le problème des déchets, de l’eau, de l’électricité. Ce sont nos droits élémentaires », réclamait Gemma Souleimane, une mère de famille de 40 ans d’Abra (sud).

En première ligne dans cette crise, le premier ministre, Tammam Salam, avait appelé, plus tôt dimanche, au calme et tendu la main aux manifestants. « Je suis disposé à vous écouter et à m’asseoir avec vous », avait-il lancé lors d’une conférence de presse.

M. Salam a reconnu que le problème des ordures était la goutte d’eau ayant fait déborder la colère de l’opinion. « Mais la question est beaucoup plus importante que cette goutte d’eau. C’est la question des ordures politiques dans ce pays », a lancé le premier ministre, considéré comme un modéré adepte du compromis.

Il a appelé le Conseil des ministres à se réunir rapidement pour trouver une solution à la crise, dénonçant les divisions politiques paralysant les institutions.

M. Salam a par ailleurs estimé qu’une « force excessive contre la société civile et contre le peuple » avait été employée pour disperser la manifestation de samedi et souhaité que les responsables soient « punis ».

« Notre demande la plus urgente est que les policiers et les soldats rendent des comptes », avait affirmé pour sa part M. Ayoub.

Samedi soir, la manifestation avait dégénéré quand un groupe de protestataires avait lancé des projectiles sur les forces de sécurité qui avaient fait usage de grenades lacrymogènes et de canons à eau.

Sur des vidéos postées par des manifestants, on voit des membres des forces de sécurité tirer en l’air et battre des protestataires.

Crise gouvernementale

Pour la première fois depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), le Liban est sans chef de l’État depuis plus d’un an. Le Parlement est paralysé par les divisions, elles-mêmes exacerbées par les dissensions sur la guerre en Syrie.

Le pays est écartelé entre la coalition menée par le puissant Hezbollah chiite et soutenue par Damas et Téhéran, et celle dirigée par l’ex-Premier ministre sunnite Saad Hariri, appuyée par les États-Unis et l’Arabie saoudite.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1251768
    le 24/08/2015 par la pythie
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    Qu’ils ne se plaignent pas trop ! sans aller jusqu’au Maroc, certains quartiers de Paris commencent à partir en sucette...


  • #1251774

    A propos de l’attentat du Thalys Europe-Israel fait remarquer qu’ "on avait toutes les infos sur Twitter une heure avant les médias " .


  • #1251787
    le 24/08/2015 par Blondinette
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    Le P.M. libanais grandirait en démissionnant de ce gouvernement de maffioso et voleurs( Berri,Hariri,Joumblat), qu’il n’écoute personne ni les saoudiens ni Hariri. Ce sont eux qui l’ont placés dans ce merdier mais il est assez grand pour y sortir.Le peuple le lui demande pour la réputation de son (feu) père, autrement il se retrouvera dans la poubelle de l’Histoire.


  • #1251802
    le 24/08/2015 par Ali Ramadan
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    Editer un article comme celui ci sans donner un minimum d’éclairage sur le contexte social du Liban ne mène à rien, combien de vos lecteurs savent le nombre de réfugiés (palestiniens, syriens, ...) qui vivent au Liban ?

    Au contraire un dossier pourrait éclairer bien d’autres problèmes de la sous région...

    Le Liban l’ex Suisse du moyen orient est un champs de ruine. Merci les sionistes !


  • #1251821
    le 24/08/2015 par La Vérité
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    Il est impossible de diriger un pays en étant un marionnette et en plus quelqu’un de faux et de manipulateur qui ne crois pas en ce qu’il dit mais qui dit des choses pour être élu ou avoir un avantage. C’est tout bonnement impossible et c’est ce qu’il se passe dans la plupart des pays républicains.

    En fait, la base du problème, c’est le système républicain qui a été construit pour mettre en place des marionnettes et qui ne permet pas une vraie démocratie ou au moins de mettre en pratique la volonté d’au moins 80% de la population.

    Si tu regardes bien, toutes les Républiques ne fonctionnent pas. D’ailleurs, en France, le seul qui président qui a vraiment fait des choses, c’est De Gaulle et lui a été traité d’être un dictateur et has-been si bien qu’il a été viré par ’Mai 68’.

     

    • #1252325
      le 24/08/2015 par fred89
      Beyrouth au bord de la crise sanitaire

      "En fait, la base du problème, c’est le système républicain," ?

      Pourquoi républicain ? Les monarchies constitutionnelles ont le même principe et les mêmes problèmes.

      C’est un système qui ne fonctionne pas parce qu’il a été détourné de sa fonction première (le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple) par des hommes corrompus.

      Monarchies, républiques, régimes autoritaires, régimes démocratiques, tout finit par la corruption et seules des révoltes violentes peuvent y mettre un terme... Jusqu’à ce que ça recommence.


  • #1251831

    Comment voulez-vous que les prédateurs sionistes et leurs valets ne dominent pas tous ces peuples qui ne sont pas foutu de régler des problèmes de poubelles autrement que par des révoltes et des émeutes violentes qui ne font qu’aggraver les problèmes déjà insolubles qui minent ces nations déchirés par l’incompétence , la corruption , la trahison de leurs "élites" et la déstabilisation orchestré de l’extérieur par les terroristes colonialistes qui tirent les ficelles de ce grand merdier qu’est devenu le moyen-orient !!


  • #1251870
    le 24/08/2015 par blackeagle988
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    Le plan américano-israélien marche à la perfection : tous les pays de la région sont déstabilisés ou en ruines, enfin presque (la Jordanie : prochaine cible ?)

     

    • #1252253

      Le tour de la Jordanie ,de l’Arabie des Saoud , des chameliers du golf au cul border de pétros- dollars , de la Turquie"qui a le sien entre deux chaises et qui est incapable de se déterminer sur son identité" viendra le jour même ou tombera la Syrie qui résiste héroiquement aux terroristes de l’Otan et à leurs mercenaires drogués au talmud dont le but est de détruire les pays musulmans pour s’occuper ensuite de la Russie de la Chine et de leurs alliés ,ce qui heureusement pour l’humanité est devenu impossible sauf à payer le prix fort pour les impérialo-sionistes israélo-us et leurs putes européennes !!!


    • #1254817
      le 28/08/2015 par Révolutionnaire khoméiniste
      Beyrouth au bord de la crise sanitaire

      @max : Très bien dit. J’ajouterai simplement que si la Syrie a tenu bon jusqu’à ce jour, c’est dans une mesure non négligeable grace au soutien sans faille de l’Iran et du Hezbollah. L’Axe de la Résistance et ses partisans forment le dernier rempart de l’humanité contre la barbarie et le chaos que l’empire atlanto-sioniste tente d’imposer à travers ses hommes de main wahabo-takfiristes.


  • #1252001
    le 24/08/2015 par anohymnenational
    Beyrouth au bord de la crise sanitaire

    apres les revolutions colorées voici les revolutions odorantes