Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Chute historique" du tourisme en Île-de-France en 2020, avec une perte de 15,5 milliards d’euros

La région francilienne a reçu 17,5 millions de touristes en 2020. 33,1 millions de moins qu’en 2019, en raison de la pandémie de Covid-19. L’hôtellerie notamment a « subi de plein fouet l’absence des clientèles d’affaires et internationales ».

 

La crise sanitaire a privé Paris et sa région de 15,5 milliards d’euros de recettes l’an dernier du fait d’une « chute historique de fréquentation » des touristes étrangers, selon le bilan chiffré du Comité régional du tourisme (CRT) publié le 29 mars.

Habituée en temps normal aux records de fréquentation, la capitale française a reçu en 2020 quelque 33,1 millions de touristes en moins par rapport à l’année précédente. Elle a pâti l’an dernier, comme toutes les destinations, d’un « effondrement » inédit de la demande et de « l’instauration généralisée de restrictions en matière de voyages », précise ce bilan.

Ainsi seuls 17,5 millions de touristes, dont 12,6 millions de Français, ont été accueillis l’an dernier à Paris et en Île-de-France, signe d’une « dégradation sans précédent de l’activité touristique ». Ils ont généré 6,4 milliards d’euros de recettes touristiques. Sans surprise, la baisse « est plus marquée pour la clientèle internationale avec –78 % de séjours » contre « –56 % pour la clientèle française », soit 15,7 millions de touristes hexagonaux en moins comparé à 2019.

« Après un début d’année prometteur malgré le commencement de la crise sanitaire en Asie et la poursuite des mouvements sociaux en France, l’activité touristique s’est arrêtée à partir de la mi-mars », avec le début du premier confinement, selon le CRT. Puis « une certaine reprise a été constatée » au terme de ces restrictions, « dès le 11 mai » et jusqu’au second confinement fin octobre. « Le tourisme à Paris Île-de-France a pu ainsi bénéficier d’une période de répit, notamment entre juillet et octobre avec une activité portée essentiellement par les Franciliens, les Français et quelques clientèles de proximité – Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Italie », observe le CRT.

 

Le musée du Louvre a connu une baisse de fréquentation de 72 %

Très éprouvée, l’hôtellerie a « subi de plein fouet l’absence des clientèles d’affaires et internationales » et nombre d’établissements ont fermé de mi-mars à fin mai, puis à partir de fin octobre. Cela s’est traduit par une chute de 68 % des nuitées hôtelières en 2020, contre –55 % pour les locations saisonnières, comparé à 2019. Les hôtels de la capitale ont particulièrement souffert de l’absence de clientèle internationale, « 70 % de leur chiffre d’affaires étant généré par celle-ci », notamment dans les établissements haut de gamme, rappelle le CRT, tandis que la fréquentation des musées et monuments a fortement pâti de « 140 jours de fermeture exceptionnelle ». Le musée du Louvre et le domaine de Versailles ont ainsi vu leur fréquentation plonger respectivement de 72 % et 76 %.

Quant au tourisme d’affaires à Paris Île-de-France, qui « peut représenter jusqu’à la moitié des nuitées hôtelières » par an, il a fortement souffert avec l’annulation en cascade des salons et événements professionnels, mais reste un « puissant levier » pour la reprise.

 

Quelques rappels, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le tourisme est un fléau.

     

    Répondre à ce message

    • Ca dépend quel tourisme.
      Celui qui apporte des devises dans les villes et plages "de caractère", c’est bon s’il respecte de son mieux l’environnement architectural et naturel.
      Le tourisme subventionné des migrants, c’est l’horreur absolue.
      Les seconds ont remplacé les premiers dans les villes qu’ils ne décorent pas, premiers qui étaient majoritairement, à Paris, des Chinois respectueux de l’environnement.
      Ceux-ci reviendront, mais pas en touristes, malheureusement.
      Quant aux migrants, ils sont destinés à une sorte d’esclavage ou d’élimination par d’infâmes négriers, qui veulent enchaîner les autochtones tout autant. Mais comme ces derniers sont des enfants gâtés selon eux, les négriers pensent en faire de la chair à seringues pour qu’ils disparaissent progressivement, par maladie et/ou fusion.

       

    • Celui qui apporte des devises dans les villes et plages "de caractère", c’est bon s’il respecte de son mieux l’environnement architectural et naturel.




      Ce qui n’ est JAMAIS le cas. De plus le tourisme fait TOUJOURS monter les prix, baisser la qualité des services pour les autochtones et génère une multitude de pollutions culturelles. le cas du tourisme à Paris est un cas d’école.
      le cas des migrants est un tourisme inversé qui produit malgré tout exactement les mêmes résultats, mais plus visibles immédiatement, c’est tout. la mort du tourisme de masse est une excellente chose pour les pays qui vivaient du tourisme, cela leur permettra (ou non) de remettre économiquement les pieds sur terre.
      le tourisme de masse c’est comme les délocalisations, une pratique rentable à court terme mais une catastrophe pour les autochtones à long terme

       
  • C’est vrai que Paris est vide. Cela n’empêche pas de construire des hôtels comme dans le 20 ieme au métro Couronnes où un **** étoiles est en voie d’achèvement....

     

    Répondre à ce message

  • Pas grave,
    Les Attali/Rotschild vont mettre au bout
    pour combler le manque à gagner.
    Sans déconner, tout ça est prévu de longue
    date, la faillite des PME.
    Pour le plus grand bien des multinationales
    qui ne paient pas d’impôts.

     

    Répondre à ce message

  • #2696376

    Monsieur Soral avait encore raison vingt ans avant tout le monde...

    Grand Reset  : «  On assiste à un transfert de richesses qui est voulu par ceux qui nous dirigent  », Philippe Herlin, docteur en économie.

     

    Répondre à ce message

  • Pour mener une politique de destruction à ce niveau, ce n’est jamais anodin .Leur petit trafiqué est en marche afin de mettre tout à plat, vider la substance vitale de cette ville et ses habitants, pour rebâtir leur ville, celle qu’ils auront décidé de bâtir à leur manière, jusqu’à choisir leurs habitants (ils sont en parti déjà aux portes en train d’attendre) ,les autres seront les obéissants masqués et vaccinés
    Je ne vois pas d’autres objectifs à cette politique destructrice ,complètement folle

     

    Répondre à ce message

  • " Chute historique du tourisme en ile de France " ! Alors çà , c’est faux ! Paris et sa périphérie sont remplis de " touristes " ! si vous voulez des preuves , allez faire un tour , entre autres , à la Porte de la Chapelle ou à St Denis par exemple , vous verrez des touristes partout ! qui, " curieusement " semblent tous venir du même endroit ! Sauf que ceux-là sont un peu particulier ..., ils ne prennent pas de photos et surtout ne repartent pas chez eux ! , sans doute parce que l’endroit leur plaît ! , l’architecture , les monuments , les musées .... à moins que ce soit pour la CAF , les allocs , les femmes seules , sait-on jamais ?! Faudrait demander à Hidalgo ! , elle qui les adore ... !!

     

    Répondre à ce message

  • Paris est tout neuf, tout beau, tout restauré, surtout à l’ouest. Et couvert de nouveaux immeubles à l’est.

    Forcément, cela excite les convoituises.
    il y a de nombreuses façons de faire partir les Parisiens enracinés (il en reste). Des loyers prohibitifs, des travaux ruineux.
    Les agences immo achètent quasiment tout.
    Certains quartiers rénovés ou à rénover de l’est, du nord et du sud, prolongations de la banlieue, sont prévus pour héberger une piétaille docile, corvéable à merci, entassée là sans beaucoup d’espaces verts.
    Ailleurs, ce sera une ville comme le 5e arrondissement, Londres ou Manhattan : beaucoup de logements et bureaux plus ou moins vides pour les riches sans frontière, et tous les beaux points de vue pour eux seuls.
    Si leur plan marche, bien sûr.
    Ce qui n’est pas vraiment certain.

     

    Répondre à ce message

  • Pour venir en masse, les "touristes" attendent qu’on ait élargi les trottoirs.

     

    Répondre à ce message

  • Paris n’a jamais été aussi sale et aussi triste. Le soleil brille.. c’est déjà ça.

     

    Répondre à ce message

  • Ça roule, ça roule ...des faillites qui se pointent
    Voilà le reset..tous les commerces, hôtels, restaurants etc... passeront dans d’autres mains pour trois francs six sous....pauvre France syphonnée de toute part...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents