Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Conflit au Proche-Orient : Israël est-il en train de perdre la guerre ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Le conflit au Proche-Orient s’enlise dans la violence. L’escalade est en premier lieu le résultat de l’échec d’Israël à atteindre ses premiers objectifs. La logique de dissuasion agressive de l’État juif l’a irrémédiablement amené vers l’intervention terrestre, avec des résultats aujourd’hui toujours très incertains. L’opinion internationale, perplexe, constate les dommages grandissants infligés par Israël aux populations palestiniennes.

À l’origine des tensions, l’enlèvement de trois Israéliens le 12 juin dernier, retrouvés mort le 30 juin. Israël y répond par l’arrestation de cadres du Hamas, ce qui entraîne de premiers tirs de roquettes. Israël contre-attaque par des frappes aériennes ciblées sur Gaza, à partir desquelles les tensions se cristallisent.

Cependant, après sept jours de bombardements israéliens censés écraser les moyens de nuisance des opposants palestiniens, ou du moins en dissuader l’usage, l’échec est manifeste : les tirs de roquettes ne faiblissent pas [1] ; au contraire, ils s’intensifient (jusqu’à une centaine de tirs par jour). La porte de sortie proposée par l’Égypte le 15 juillet ne permet pas de dissimuler cet échec : Israël accepte le cessez-le-feu mais le Hamas le rejette. Le doute pour l’entité sioniste devient une certitude : les raids aériens ne sont pas en mesure de garantir la domination israélienne, ils sont au contraire source d’aggravation du conflit [2].

La situation est d’autant plus critique que de son coté, le Hamas enrichit ses moyens d’action : il emprunte désormais des tunnels menant de Gaza aux territoires sous contrôle sioniste pour mener des opérations commandos contre des militaires israéliens, ou encore annonce l’utilisation de drones à des fins de repérage [3]. Si Israël a pu faire face à ces nouvelles solutions, cela n’a pas été sans frais, en particulier en ce qui concerne la maitrise des infiltrations par les tunnels [4].

Dans cette configuration de blocage, l’inertie de la politique sioniste menée depuis des décennies pèse de tout son poids, et contraint l’État hébreu à s’enfoncer dans la violence. Netanyahu ne peut en effet se résoudre à accepter un cessez-le-feu avec les conditions du Hamas (fin du blocus de Gaza) car son opinion publique a toujours été éduquée dans la peur des exactions palestiniennes et dans la certitude qu’il fallait privilégier l’action militaire à la négociation contre le Hamas. L’éventuelle tenue d’élections anticipées amène donc irrémédiablement Netanyahu à opter pour l’offensive terrestre [5].

L’objectif de cette offensive est clair : dissuader la résistance palestinienne de continuer les tirs de roquettes en frappant durement Gaza, affaiblir les moyens militaires en tuant un nombre significatif d’éléments actifs et en détruisant leurs moyens logistiques, et enfin enrayer les incursions par tunnel [6].

Les résultats de l’opération, après trois semaines, sont très relatifs d’un point de vue militaire. Si les tirs de roquettes palestiniens, imprécis et peu efficaces (selon les sources, de 30 à 90 % de roquettes détruites avant de toucher leurs cibles) permettent aux Israéliens de conserver un énorme avantage technique et de les préserver de pertes importantes, ces tirs n’ont cependant pas cessé. Les tunnels ne sont pour leur part pas sécurisés (2 soldats israéliens en ont fait les frais le 21 juillet dernier [7]). De nombreux soldats israéliens sont tombés sous les balles des snipers du Hamas, et plusieurs tanks ont été détruits. La vigueur du Hamas s’illustre par le succès d’une opération du 20 juillet dernier, pour laquelle l’organisation palestinienne a annoncé avoir tué 14 soldats israéliens [8]. Il faut noter que le temps ne joue pas en faveur d’Israël, qui peut souffrir moralement d’avoir perdu 32 soldats, fait marquant pour le camp qui cherche à limiter ses pertes humaines, alors que du coté du Hamas, la mythologie du « martyr » continue d’enhardir ses troupes armées.

Le déséquilibre en termes de moyens techniques et les fortes différences d’approche entraînent cependant des écarts substantiels sur le plan des pertes civiles. Israël est parvenu à tenir ses objectifs de préservation des populations, et ne compterait que 3 morts. Du coté palestinien, on dépasserait les 800 victimes [plus de 1000 désormais, ndlr].

Ce bilan humain, qui peut paraître à l’avantage d’Israël, peut cependant avoir de graves conséquences sur l’image de l’État hébreu au niveau international. On peut interpréter la position ferme du Hamas de n’accepter un cessez-le-feu qu’en cas de fin du blocus de Gaza [9] comme un refus spontané de se soumettre au diktat punitif d’Israël, qui a pour habitude de mettre fin aux différends par la violence. Mais on pourrait aussi y lire une volonté d’enfermer les autorités israéliennes dans leur logique, et les amener à montrer en pleine lumière leurs méthodes brutales, représentatives de leur véritable position vis-à-vis de la « paix », et le sens profond de leur prétendue recherche de compromis. Il ne faut en effet pas oublier que l’approbation, voire le support des différents acteurs occidentaux, eux-mêmes dépendants de leurs opinions publiques, est crucial pour le sionisme dans son bras de fer avec les populations autochtones, antagonistes depuis les origines mêmes de l’État d’Israël.

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je crois qu’on peut dire que le Hamas a été au niveau du Hezbollah en 2006.


  • Le peuple juif ! le seul peuple au monde que tu plaint lorsque tu ne le connais pas et que tu es obligé de haîr lorsque tu le connais !!!!

     

  • J’aime bien cet article : court mais dense, rigoureux et documenté...


  • Je me permets de livrer ma petite analyse de la question.

    Cette opération sur Gaza était, on le sait, dans les tuyaux depuis quelques temps. Le gouvernement Netanyahu a instrumentalisé le meurtre crapuleux de ces trois adolescents, le faisant passer pour un assassinat politique. Il en a profité pour faire monter la haine, tant chez les Palestiniens, par des "opérations de police" digne des exactions nombreuses des Waffen SS, que chez les Israéliens, par une propagande de presse bien calculée.

    Ainsi, il a pu déclencher la recrudescence des actions de résistance du ’Hamas, prétexte à l’opération Bordure de Protection, aérienne d’abord puis terrestre. Le réseau de sayanim s’arrangeant pour justifier cette agression (et tout particulièrement en France avec la déclaration de Hollande) et la faire passer dans l’opinion publique.

    Le problème est que cette action est d’une telle horreur qu’elle est devenue injustifiable et que la pression des sayanim ne suffit plus à tenir les opinions occidentales. Les commentaires dans la presse officielle sont de plus en plus critiques envers Israël et même Libération publie les photos horribles qui circulent pourtant sur Internet depuis longtemps. TF1 commence à parler des viandards de Sderot qui se déléctent des bombardements.

    Sur le terrain, les choses se gâtent aussi. En effet, Tsahal est confrontée au cauchemar de toutes les armées du monde qui est la guerilla urbaine, ou guerre assymétrique. Et, comme toutes les armées dans cette situation, elle subit des pertes cruelles.

    Vu que la parole semble se libérer dans les médias, on peut penser que l’Empire juge le gouvernement Netanyahu contre-productif dans son action. Les instances internationales d’aiileurs, sous impulsion américaine, demandent un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel à Israël. De plus, Obama étant dans son dernier mandat, il n’a pas d’obligations électorales, ce qui libère sa parole.

    L’agression sur la bande de Gaza va devoir être stoppée, Netanyahu n’a plus les soutiens nécessaires, au niveau international, et bientôt de son propre peuple si les pertes continuent. On peut penser que Israël a perdu cette bataille. La guerre, par contre, est loin d’être terminée

    A Suivre ...

     

    • Moi je pense que c’est l’Amérique qui a crée Israel pour servir leur intérêts stratégiques et énergétiques... Parfois on se demande qui manipule qui ??? En gros est ce que c’est le lobby juif qui contrôle l’Amérique et par extension l’occident ou l’inverse ? Je n’ai pas la réponse !! Par contre quand je vois Obama Fabius et consorts appeler à un cessez le feu je trouve ça odieusement hyppocrite.
      Perso leur appel ils peuvent se le carrer bien profond. Moi j’attend plutôt un appel à jugement sur cette guerre qui fait de victimes quasiment que des civils et des enfants... Et comme le chantait si bien l’autre hypocrite " malheur à celui qui touche un enfant ".
      Quand on voit le résultat de ce qu’est devenu l’Afganistan , l’Irak, la lybie et j’en passe, je crois qu’on est droit de regretter les Saddam et `khadafi !!!


    • @ lécoeuré



      Moi je pense que c’est l’Amérique qui a crée Israel pour servir leur intérêts stratégiques et énergétiques...



      Le 11 janvier 1814 , l’empire britannique mandate Nathan Maier Rothschild pour financer l’armée du Duc de Wellington en guerre contre l’armée napoléonienne (blocus continental pour asphyxier économiquement Albion).
      Le loup est entré dans la bergerie , la suite on la connait.



      En gros est ce que c’est le lobby juif qui contrôle l’Amérique et par extension l’occident ou l’inverse ?



      Sache que le magnat du pétrole Rockfeller qui grâce à la "standard oil co" possédait le monopole sur les secteurs pétroliers et énergétiques aux states et qui devint l’homme le plus riche , savait pertinemment que les Rothschild était dans la même condition sur le vieux continent* , et en outre possédaient des actions de la "standard oil"

      * voir livre et entretien E&R de Bernard Cornut

      Pour le reste je te recommande quelques ouvrages dont :

      Douglas Reed La controverse de Sion

      Alphonse Toussenel Les juifs rois de l’époque féodal

      Werner Sombart les juifs et la vie économique

      MGR Henri Delassus La conjuration anti-chrétienne

      Caroll Quigley The anglo-american establishment

      Anthony C Sutton la trilogie Wall Street (Hitler , revolution bolchévique , F D Roosevelt)

      Eustace Mullins Les secrets de la F.E.D*

      * La réserve fédérale américaine est en fait un conglomérat de 13 banques juives dont le chef d’orchestre est la famille Rothschild. il y a certes des WASP actionnaires minoritaires de ces banques , mais comme les goyims ne sont pas admis au B’nai B’rith , et que le tout premier patriarche Rothschild à interdit à ses enfants d’épouser une goy...

      Amicalement


  • ... Suite ...

    On peut s’attendre à des négociations de paix, avec des "concessions" isaéliennes, enrobée de bons sentiments mouillés de pleurniche, mais qui seront, comme le processus d’Oslo, de l’enfumage (selon Is’hak Rabin) destiné à être saboté (Premier gouvernement Netanyahu, après Shimon Pérès battu aux élections).

    Et ainsi, les Palestiniens seront pris au piège car, si ils contrent-attaquent, efficacement bien sûr, ils passeront pour les agresseurs (la majorité des gens ne connaît pas le fond de l’affaire Israélo-Palestinienne) et si il ne font rien, le génocide continuera mais à bas bruit, par les blocus par exemple.

    Une possibilité, serait un soulèvement réel de la Cisjordanie, avec l’aide de puissances arabo-musulmanes non encore soumises (comme l’Iran ou la Syrie). L’avantage tactique serait alors certain pour les Palestiniens mais, en dernière instance, les puissances internationales comme les USA rentreront en jeu, avec à la clé le déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale. En effet, la composante sioniste est indispensable à l’Empire (agent de domination et de culpabilisation par la Shoah des dissidents) et ils interviendront si le risque existentiel est réel pour Israël.

     

    • J’aime bien ton commentaire...

      Je reviens sur "Soutien d’une puissance arabo-musulmane non soumise (Iran, Syrie)..."

      Bon je considère pas l’Iran comme arabo-musulmane, il n’empêche...

      On peut alors considéré qu’il s’agit d’une partie de billard avec un coup en plusieurs bandes : neutralisation de l’Iran (vilain méchant ! Si tu bouges on te dégomme de toute façon l’opinion est préparée !), Syrie, on t’a dézingué préventivement (trop affaibli pour intervenir...), les autres (?) on vous fera la même chose...

      Ce qui est sur pour moi c’est que la partie qui se joue est fine... La frontière de la conflagration total et mondial à un cheveu...

      Pour ce qui est de l’opinion "médiatique" on sent nettement que le stratégie n’accepte pas le pourrissement de ce conflit : crainte du ralliement des courants (notamment avec la rupture de la pseudo opposition chrétiens-musulmans et français de toutes origines, si cher aux politiques et aux F.:M) ...
      Je pense même que pour lâcher du lest la LDJ pourrait être désavouée (?), d’ailleurs certains médias mainstream les exposent publiquement.

      Les manifestations sont pseudo interdites pour criminaliser et marginaliser les contestations populaires en ne laissant le champ qu’aux éléments les plus radicaux et/ou vindicatifs et éloignants la masse contestataire (susceptible de se coaliser)

      Ce qui ne semble être pas dans le plan mondial c’est que sur le terrain le Hamas et l’État d’Israël sont déterminer à ne rien concéder : le Hamas estime être à un point de non retour et l’État d’Israël que l’objectif de discrédit n’est pas atteint.

      Je pense que l’échappatoire c’est que l’État d’Israël va frapper durement les quelques infrastructures publiques et énergétiques encore intègres afin de précariser au maximum la bande de Gaza afin que les autorités palestiniennes soient désavouées par son peuple et qu’in-fine l’entité palestinienne se désagrége toute seule... Mais après un blocus aussi long je pense qu’ils se plantent, ils sont trop radicalisés par leur quotidien pour rêver de confort et de sécurité...

      Mais j’en veux pas d’la guerre !
      Quand ils disaient le changement c’est maintenant, j’avais pas pensé ça comme ça !


  • Non Israel n’est pas "en train de perdre la guerre", Israel démontre au monde entier qu’elle peut, au contraire, massacrer un millier (pour l’instant) de Palestiniens en toute impunité . Elle pourra faire encore mieux la prochaine fois .

     

    • @Esther, d’origine juive, est la favorite du plus puissant souverain de son époque


    • @Esther
      Sur le plan strictement militaire, l’entité criminelle a perdu la guerre depuis le troisième jour de l’agression qui correspond aux premières demandes pressantes de l’ignoble criminel Netanyahou pour obtenir de ses alliés l’arrêt du conflit (contre l’avis de certains pays arabes et des USA). Ceux qui suivent certaines chaines de Télé arabes le savent et connaissent très exactement tout le déroulé des opérations et toutes les nuances du magma politique moyen oriental. D’ailleurs le cabinet criminel sioniste ne se défend même plus de vouloir la fin de cette confrontation et prépare sa population en lançant la propagande que ses activités contre les tunnels sont achevées !!! (à se tordre de rire si ce n’était aussi dramatique)
      Par ailleurs, massacrer des civils dans toute guerre ne correspond à aucune victoire sinon il faudrait considérer l’ex URSS en 1945 comme le plus grand perdant de toute l’histoire de l’humanité ou alors la Chine de Mao et le Viet Nam de Ho Chi Minh totalement défaits. Il ne faut pas confondre les émotions humaines avec les stratégies de guerre qui sont froides et implacables. Une guerre déclenchée est mue par des objectifs qui s’ils ne sont pas atteints signifient la défaite, si par ailleurs on ne réalise aucun objectif qu’il soit stratégique ou politique, il ne s’agit plus de défaite mais d’échec total. Si par dessus tout, les pertes en hommes et en matériels sont particulièrement élevées, là nous sommes dans l’humiliation la plus totale...
      Il faut surtout faire le distinguo entre les nobles sentiments humains et le réalisme implacable des rapports de force qui dessinent l’orientation du monde. C’est pour cela qu’il y aura un avant et un après Gaza 2014. D’ailleurs, pour avoir une meilleure lecture de ce qui se dessine, il faut faire très attention à la terminologie et aux discours, à ce qui est suggéré et à ce qui ne l’est pas car c’est à travers les discours, et entre leurs lignes, que l’on comprend qui maitrise quoi. Je m’arrêterai juste à une des toutes dernières déclarations de Obama qui exigeait l’arrêt de conflit pour des raisons stratégiques. L’Empire est arrivé à ses dernières limites, une semaine de plus ferait tout basculer, c’est le sens des propos de son premier employé. Je l’ai dit dans une précédente intervention, si le conflit dure un peu plus longtemps tout l’axe de la résistance entrera dans la "danse" et modifiera définitivement le cours de l’histoire humaine dans une catastrophe mondiale inouïe...


  • Article synthétique carrément pas mal ; j’aurais aimé un peu plus de chronologie (date d’ouverture "officielle" des hostilités, par exemple ? 8 juillet - de mémoire).

    Je me permets de rajouter des éléments que je juges relativement crédibles, péchés sur E&R et voltairenet.org, et qui sont à mes yeux assez importants.
    En effet, l’article aurait peut-être pu citer :
    1 ) La préparation "subluminale" de la population israëlienne ;

    2 ) La rétention d’information du gouvernement israëlien (il ont très très vite su que les jeunes étaient morts mais ont attendu pour bien faire bouillir l’opinion locale).

    3 ) La responsabilité du Hamas n’a jamais été revendiquée par celui-ci, qui joue paraît-il toujours (ou seulement "souvent" ? je ne suis pas spécialiste) franc-jeu à ce niveau. Une phalange "palestinienne" inconnue jusqu’alors l’a revendiqué, et il est fort possible que ce soit des amis des services secrets israëliens (cf note 1 du lien). Mais bon, on ne peut rien exclure, pour être vraiment honnête.

    Pour le reste, j’apprécie le déroulé des évènements et surtout la conclusion exposant les rapports de force internes à chaque camp auxquels sont soumis les protagonistes.

    Mais, en bon paranoïaque, j’ai tendance à relativiser le poids protestataire des opinions occidentales scandalisées (le baromètre US fixé à 1 000 victimes, tant mieux pour la 1 001ème, tant pis pour la 999 ème) et à être relativement désabusé ; et je pense déjà aux prochains coups fourrés qui attendent les Palestiniens.

    Également, le côté course au gaz de l’affaire (voltairenet.org).

    On sait tous que la créativité dans l’art d’agresser les autres sans en avoir n’a pas de limites.


  • C’est une erreur persistante de croire que l’on peut changer le cours de l’histoire et faire plier un peuple en déversant dessus des tonnes de bombes . Le 13 février 45 , les 7000tonnes de bombes incendiaires , balancées sur Dresden, ont fait plus ou moins 250 000victimes , mais n’ont pas accéléré la fin de la guerre , ni fait plier les allemands, les bombardements du Nord Vietnam n’ont pas empèché les memes de quitter Saigon la queue basse et le drapeau sous le bras .Je me demande s’il existe un exemple, dans l’histoire d’une armée étrangère qui vainct un peuple ?


  • Je crains que le cas Israël donne surtout raison à ceux qui cherchent à détruire ou discréditer le principe d’Etat-Nation....


  • Il n’existe pas un peuple "juif". Il y’a des adeptes de le religion juive dans tout les peuples.
    Les sionistes se déguisent en " juifs" pour commettre leurs forfaits. Les "antisémites" sont les meilleurs alliés des sionistes.
    Conclusion : Attention à vos commentaires.


  • ’’Il ne faut en effet pas oublier que l’approbation, voire le support des différents acteurs occidentaux’’
    Parce que la Russie et la Chine dénoncent Israël peut-être !?? Si oui quelqu’un a des preuves !? Depuis le début de la crise, Poutine a plutôt fais le contraire, il soutient Israël et pas qu’un peu !


  • Il semblerait qu’il y ait beaucoup de refuzniks (soldats israéliens refusant le combat) :

    http://www.europe-solidaire.org/spi...



    Comment envisagez-vous votre retour ? Quels risques encourez-vous ?

    L’armée est notoirement imprévisible. D’un côté, je pourrais être jugé et condamné à une peine d’emprisonnement. Mais on m’a dit qu’officieusement l’armée veut donner le moins de publicité possible aux refuzniks, surtout sur l’étendue prise par ce phénomène. Il est possible qu’elle préfère ne rien faire.


     

    • Exact !

      Et également, il paraîtrait qu’il y ait eu des mutilations volontaires, par peur ou par refus, pour ne pas être obligé d’y aller ; ça nous rappelle la guerre du Viet-Nam.

      (Je suis désolé de ne rapporter qu’une rumeur, c’est pas terrible en terme de crédibilité, je n’ai plus la source en tête, donc prenez ceci avec des pincettes).


  • "Il faut noter que le temps ne joue pas en faveur d’Israël, qui peut souffrir moralement d’avoir perdu 32 soldats, fait marquant pour le camp qui cherche à limiter ses pertes humaines, alors que du coté du Hamas, la mythologie du « martyr » continue d’enhardir ses troupes armées".

    Pourquoi parler de "mythologie" du martyr ? comment expliquez vous ce positionnement non objectif ?

    Des gens y croient dur comme fer et c’est loin d’être une mythologie pour eux. Le journaliste ne doit pas porter de jugement de valeur. Il faut présenter les faits simplement. Cela donnerait :

    " alors que du coté du Hamas, le combat pour protéger leurs familles, défendre leurs terres et résister à l’occupant, continue d’enhardir ses troupes armées".

    J’dis ça j’dis rien......


Afficher les commentaires suivants