Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De la décadence urbaine à un retour au rural – Conférence d’Alain Escada et Prenons le Maquis à Toulouse (Partie 2)

Note de la rédaction

Nous remettons en avant cette conférence en l’augmentant de l’intervention de Pierre au nom de Prenons le Maquis.

L’équipe d’E&R Midi-Pyrénées a reçu Alain Escada et Prenons le Maquis le 16 février 2019 pour une conférence commune intitulée « De la décadence urbaine à un retour au rural ».

 

L’intervention d’Alain Escada :

 

L’intervention de Pierre au nom de Prenons le Maquis :

 

Alain Escada, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

82 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vision irénique du milieu rural …Pourquoi tous ces suicides dans nos campagnes françaises ? Moi qui vit à la campagne dans un petit village de 500 habitants , je reviens d’un petit voyage d’agrément dans la très jolie ville de Vichy (80000 habitants). Ville française élégante et atemporelle, cela m’a fait le plus grand bien de quitter ma cambrousse, de voir des gens polis, civilisés, cultivés et pas voleurs pour un sou. Bref, ça m’a changé de mon village peuplé d’alcooliques en survêtements et de cassos .

    Je vous rappelle que les campagnes sont bien plus touchées par le suicide que les villes . Dans mon entourage , il y’a eu pas moins de quatre cas de pendaison (des quadras, comme moi) et deux overdoses (encore des quadras) en l’espace de deux ans .

    Je suis très amie avec le médecin de mon village , il est arabe , musulman pratiquant (mais ça ne se voit pas sur lui car il ne porte aucun attribut religieux, c’est son droit), et beaucoup de gens de mon village boycottent son cabinet parce qu’il est… arabo-musulman et qu’il porte un nom qui écorche les oreilles françaises ! En attendant, il est la seule personne avec qui je peux avoir une conversation normale ici . On peut parler de bouquins, de livres , de politique … Et lors de notre dernière conversation autour d’un thé, il m’a dit qu’il était très inquiet de la recrudescence des maladies vénériennes dans les campagnes . Ma théorie c’est qu’ici , dans notre petit village , on se fait chier comme des rats morts , et que ces esprits pauvres ne trouvent rien d’autre que de s’inscrire sur des sites comme Tinder pour tromper la mort , et voilà le résultat : La syphilis , le « mal de Naples », ou encore le « mal français » comme on l’appelait avant, a refait surface alors que cette maladie avait disparu. Pas de décadence dans les campagnes ? Vous en êtes sûrs ?

    Les campagnes francaises sont pour pour la plupart des lieux de désolation qui ont vocation à devenir des centres pour migrants clandos à ciel ouvert . Réfléchissez bien avant de vous y installer , moi j’essaye d’en partir mais l’immobilier est au point mort dans les zones rurales … je prie pour pouvoir partir de ce maudit village peuplé de gauchos qui veulent du migrant !

    C’est bien vrai que les grosses métropoles sont des cloaques qui s’embraseront tôt ou tard , mais les campagnes françaises sont abandonnées et mortes depuis longtemps . Le mieux est de vivre dans une petite ville de province à taille humaine .

     

    • la vie de village c’est encore pire que la vie dans une petite ville où tu as encore la chance de l’anonymat.
      le retour à la campagne c’est pas vivre dans un village, ou alors il faut être très con ou aimer les cancans et la bêtise humaine concentrée dans un espace réduit. moi j’ ai toujours vécu en pleine nature et sans loisirs extérieurs et je ne m’emmerde jamais (avant les bouquins et maintenant internet en plus et pour les gosses la nature c’est infiniment plus excitant que les jeux vidéos, il suffit juste de leur mettre le pied à l’étrier) , Il faut juste faire le choix des gens que tu fréquentes et ignorer les cons. avant je vivais en provence et maintenant en Asie mais le problème est le même : le petit village c’est là l’enfer, le mari cocu est toujours le dernier à le savoir.
      La nature, il n’y a que ça de vrai et plus elle est sauvage et puissante et plus tu te sens vivre.


    • La vision de Monsieur Escada est certes idyllique. Je pense qu’il n’a pas encore entamé son exode urbain et qu’il ne connait pas grand chose à la paysannerie. L’intérêt de son propos réside cependant dans la nécessité qu’il souligne de recréer des communauté humaines. Votre mal être en campagne réside en ce point : vous êtes isolée. Ce n’est pas un retour vers une petite agglomération qui pourra y changer quoi que ce soit.
      Pour ce qui concerne votre séjour à Vichy (j’y suis né), je pense que l’image que vous vous en faites est galvaudée. Ces 15 dernières années, sous l’action des malfaiteurs tenant l’agglomération, on a vu y déferler quantité de populations allogènes. Ceci sous prétexte qu’il fallait désengorger la région parisienne... Très opportun dans un bassin économique déjà sinistré.
      La petite bourgade très vivante de mes vingt ans est devenue une cité dortoir, et elle n’abrite pas (cela n’engage que moi) que des médecins et ingénieurs.
      Je suis paysan dans une commune de la communauté d’agglos et songe sérieusement à me mettre à la pratique de la chasse pour ne pas être pris au dépourvus au cas ou poussé par des pénuries suite au chaos social annoncé, certains types d’individus viennent tenter d’assassiner mon bétail.


    • Chère Madame,

      Ne faites pas de votre village une généralité. Tous les villages de la campagne sont loin de se ressembler pour des raisons diverses et variées, même s’il peut y avoir quelques similitudes.

      Peut-être avez vous oublié le bonheur que l’on ressent d’être entouré par la nature, d’entendre les oiseaux, et de profiter d’un air le moins pollué possible, malgré les chemtrails régulièrement lâchées dans la région. Et tout cela sans TV, ni radio, marchant à longueur de journée.

      Pour avoir passé plusieurs semaines à Vichy en cure, hormis la qualité des soins, et avoir parcouru la ville en long, en large et en travers, et assisté à une conférence, nous nous y sommes pas spécialement amusés, d’autant que les films proposés au cinéma n’étaient que des navets d’Hollywood, qui n’exercent sur nous plus le moindre attrait.


    • lol, éh bin tu vois, la personne avec laquelle tu t’entends bien, c’est un musulman...

      on a tous les mêmes valeurs
      quand t’aura compris ça, tu auras franchi un grand pas
      tu ne seras plus dans les conneries de racisme, qui nous divisent

      l’ennemi, il est ailleurs


    • @Identité effacée
      C’est peut-être parce-que vous êtes une citadine, sans être désobligeant, la campagne les gens sont tranquille chez eux ,avec le temps qui passe, ils ne veulent pas de l’agitation de la ville, c’est un peu pour ça, que l’on dit les paysans ils sont bourrue , ils sont rude, chez eux, c’est chez eux
      C’est un truc de citadin, de vouloir voir du monde, d’avoir toujours un truc a faire (souvent inutile en plus) boire un coup en terrasse , faire les boutiques ,se balader en ville au milieu de la foule, traîner avec des copains (qui souvent sont des copains du moment, pas dans la durée ,et comme vous des citadins)
      Ce truc de sortir le soir, le week-end , faire la fête, avoir des tas de copains, c’est tout récent
      Un paysan il vit avec le temps ,les saisons, la nature, quand il sort c’est pour travailler sur sa ferme, au calme, souvent seul ou avec sa famille (épouse et enfants), c’est aux grès des saisons , pour les respounchous ,les cèpes, la cueillette des fruits, couper du bois....
      Malheureusement même en campagne les fils de paysans sont aussi attaqué par cette frénésie des villes, du monde moderne, d’internet, des réseaux sociaux, des fêtes, des sorties
      Je bosse en ouvrier agricole (et je suis aussi un petit exploitant) avec beaucoup d’anciens (je suis un anciens citadin comme toi) et ils me disent tous nos jeunes partent tous parce-qu’ils ont la tête qui tourne, les yeux qui brillent a cause des paillettes, des lumières de la ville
      Tous les paysans que je côtoie, vivent dans leurs fermes, pratiquement 90% de leur temps et quand ils sortent c’est souvent pour travailler en dehors de chez eux
      La campagne c’est aussi apprécier la solitude, le temps qui passe, le calme de la nature ,les saisons
      Avec mes enfants on peut rester des heures en foret sans parler ou assis au bord d’un ruisseau
      Quand on travaille avec mon épouse, sur notre ferme , parfois on parle pas pendant des heures, on sort pas le soir ,ni le week-end ,c’est différent de la ville , mais le monde moderne gagne les campagne et cette tranquillité se perds et les campagnes peu a peu perde ce charme
      Mais pour rien au monde, je n’échangerai ma ferme, contre un pavillon dans une banlieue chic, même a Vichy
      Mon village est paumé au pieds des montagnes, désert médical, chômage, pas un service public, pas une boutique, pas même un tabac ou un bistrot ,pas même un DAB
      Chacun son truc ,mais ton village me parait très déprimant
      Salutation @Identité effacée


    • Les campagnes françaises sont dans un état catastrophique , ne pas le voir relève de l’autrucherie ! Les chiffres sont là , et ils ne mentent pas : recrudescence des suicides, de l’illétrisme et de l’alcoolisme. C’est une bien triste réalité , Dieu merci on a la chance d’avoir un second pied à terre en Andalousie , mais si on n’avait pas ça , et si mon homme et moi on était pas soudés comme les deux doigts de la main , je n’ose pas imaginer ce qu’il me serait arrivé dans cette sinistrose rurale ! Précarité , endettement , misère physique, intellectuelle et spirituelle …les églises à Paris sont beaucoup plus remplies que les églises de nos campagnes désespérément vides !

      Le salut ne viendra pas de nos campagnes , la seule chose qui préoccupe le campagnard français du 21ème siècle , c’est le prix du litre d’essence et de la bouteille de Ricard ! Ça fait des années que j’y vis et j’en ai marre de voir des maîtres conférenciers citadins, nés dans des capitales, ayant étudié dans des capitales , qui nous font l’éloge du monde rural . S’ils sont intéressés , je fais comme tout le monde ici , je vends ma maison à perte . Car oui, les gens de la cambrousse vous le diront , partir c’est vendre à perte. On a fait une erreur magistrale en s’installant à la campagne , et c’est vrai ; les citadins cultivés, civilisés , et qui plus est de droite , ne sont pas prêts à vivre ça !

      La France éternelle ? Les cœurs simples de la terre ? Tout ceci appartient aux images d’Epinal . Franchement… je n’ai jamais vu autant de méchanceté , de suicidés , et de voleurs depuis que je vis à la campagne !

      Palm Beach Post Cult ,

      C’est exact , mais moi je fais la différence entre les individus et le nombre, ce que peu d’entre vous parviennent à faire . Oui ce médecin arabe dont je tairai le nom est charmant , c’est un allié , mon seul ami ici , mais je n’oublie pas que le nombre d’allogènes pose problème en mon pays . Ce n’est pas parce que tu connais 4 ou 5 individus charmants que tu dois faire abstraction du reste . Ce docteur est d’ailleurs d’accord avec mon propos et connaît mes positions politiques puisque je n’ai pas signé la pétition de mon village qui veut accueillir des migrants . Lui non plus d’ailleurs ! Car oui, ces gauchistes de la campagne (ils votent tous à gauche) sont pleins de paradoxes , ils font des pétitions pour accueillir du clando mais en attendant ils ne veulent pas se faire toucher par un docteur arabe …


    • @Identité effacée
      Bon bien retourne a Paris puisque c’est la sinistrose la campagne, qu’est ce que tu veux que je te dise ?
      Pas la peine de monter dans les tours, moi je me suis monté en agricole et mon cadre est bien plus charmant que Lyon ,qu’Arnaud-Bernard a Toulouse ou que Belsunce a Marseille , ou que Pissevin - Valdegour a Nîmes ou Porte-de-la-Chapelle a Paris
      Ma centaine d’habitants me convient, les vaches, les brebis, les cochons, les chevaux aussi
      Tu sais Paris c’est 10 suicides pour 100 000 habitants ça vaut nos campagnes les Yvelines c’est 11,2, l’Essonne 12,4 ,Seine et Marne 11,1 ,Val d’Oise 13,1, Eure-et-Loire 15,8, Oise 16,8, je crois que malheureusement le salut ne viendra pas non plus des villes, et puis pas d’heures de pointe , pas d’horodateurs chez moi, pas de racailles chez moi, pas de graffitis, pas de roms au feu rouge d’ailleurs zéro feu chez moi, pas non plus de gay-games, ni de marche de la fierté , pas de centre Aides pour toxicos, pas de salles de shoot, pas de poubelles qui brûlent, pas de tournantes dans les caves, d’ailleurs très peu de cave dans nos vieilles fermes, des greniers plutôt, pas de bar a chicha, pas de pissotières bio, ni de passages cloutés arc en ciel, pas d’antifas non plus , bref c’est mon choix et toi le tien c’est d’en partir
      Très bien je respecte , moi je préfère élever mes enfants en campagne
      On en reparle si tu veux mais moi je suis convaincu
      Salutation @Identité effacée


    • @Identité effacée
      Et je n’ai pas étudié a la capitale, j’ai eu un CAP en province, quitté l’école en 5éme, pour rentrer dans un CFA
      Propriétaire de mon outil de travail (ma ferme et mes terres)
      Et j’ai apprécié Mr Escada , décidément on est d’accord sur rien et pourtant on échange tous les deux sur E&R


    • @identité effacée,
      j’ai grandi en ville jusqu’à 23 ans, et ai vécu depuis la plupart du temps en milieu rural (plus de quarante ans), et j’ai bougé dans plusieurs régions de France, sans partager sur aucun de ces lieux ta/votre perception du milieu rural.
      Les difficultés de vie sont bien réelles en milieu rural, et ailleurs : les temps présents sont compliqués partout, il me semble.
      Sur mes lieux de vie en milieu rural ou/et en villes, j’ai toujours trouvé des personnes intéressantes avec qui partager des activités et loisirs.
      Mon choix de vie en milieu rural s’inscrit dans une démarche de retour à l’autonomie : petite ferme produisant l’essentiel des besoins de ma petite famille.
      Ce que la ville ne permet pas de faire.
      Et comme le dit un témoignage précédent, on peut se sentir bien en milieu rural sans avoir besoin de consommer.
      On peut se sentir bien en milieu rural ou ailleurs si ce que l’on fait s’inscrit dans une démarche que l’on a choisi, parce qu’’on lui trouve un sens logique par rapport à la compréhension présente que l’on a de la réalité que l’on perçoit.


    • Désolé pour les autres mais le témoignage de @Identité effacée ne m’étonne pas le moins du monde, j’ose juste espérer qu’il ne soit pas encore trop "généralisable" sinon c’est pire que la cata’ qui nous attend.....

      Pendant 30ans je me suis partagé entre la ville et la campagne, donc je peux dire que je connais bien les deux... je crois que je suis obligé de faire un peu de "mylife.com" vous allez comprendre pourquoi.
      Fils d’expats en Afrique (donc je connais bien "ce qui arrive parmi les vagues migrants...) mes parents ont acheté une ruine à la campagne en France histoire d’avoir un point de chute "au cas où" suite à ........Kolwezi (et j’aurais jamais cru qu’on risquerait ça un jour ici..bref).
      A leur retour définitif en France (déjà pour des raisons "d’ambiance" qui devenait insécure pour résumer), il a fallu très vite déménager en RP car le boulot était là-bas (idem).
      Mais on a gardé cette maison, qu’on a retapé nous-mêmes ...donc peut-être pas tous mais beaucoup de nos week-ends et vacances passés "à la campagne" et pas juste pour se divertir bref.

      Bah je suis désolé, mais j’aurais de quoi écrire un roman en plusieurs tomes sur "la vie à la campagne" mais côté coulisses...
      - Entre les alcolos bas du front
      - les jaloux haineux qui vous prennent pour des bourges (c’est pour ça qu’on avait acheté une ruine à retaper nous-mêmes..c’est "logique")
      - les crypto-identitaires tout aussi haineux pour qui "vous ne serez jamais d’ici" +autant d’extrêmes-gauchiasses bien dégénérés par la doxa
      - les agriculteurs peu scrupuleux (oui oui pardon mais ils ne sont pas tous de pauvres victimes du "système" j’en sais quelque chose)
      - les pseudos chasseurs quasi psychopathes (non non j’ai rien contre la chasse bien au contraire, mais désolé les "viandards" ça existe et même pire que ça)
      - j’en aurais même à vous raconter sur des "potentiels amis à Cohn-Bendit"...
      - et je vous passe les histoires de cloche-merle et autre comportements minables basés sur la jalousie et l’épiage derrière les rideaux.

      Donc pardon, mais si la "campagne idyllique" a existé un jour ... ça devait être il y a très très très longtemps...
      Et faut pas tout mettre sur le dos du "système" je pense, il sait parfaitement user de choses qui sont surtout déjà présentes je crois.
      Comme quoi la victimisation n’est pas le monopole d’on sait qui....

      PS : méfiez-vous si un jour c’est le cahos, la 1ère menace sera peut-être à quelques mètres d’un de ces haineux maladifs...


    • Tout est dit, rien à ajouter... sauf que ce que vous décrivez n’est qu’un début bien entamé de l’état de nos campagnes et villages. Tout n’est pas encore contaminé, mais votre propos résume bien l’état de délabrement que l’on constate et qui tend à se généraliser. Merci !


    • @Identité effacée
      C’est ton choix et si tu le sens comme ça , tant pis, parce-que je pense, que tu n’as pas saisi le sens de la vie en milieu rural
      C’est dommage, parce-que l’agitation des villes, des jeunes, des gens est un mal grandissant, qui aliène , qui frustre , qui rend dépressif
      Tu vois bien ton manque
      On le perçoit, a chacune de tes phrases, tu consommes la vie comme on consomme du Coca ou du Netflix, c’est triste et en aucun cas une insulte ou du mépris
      La vie c’est aussi le recueillement et la campagne permet ces moments de solitude, de recueil ,de méditation, de retraite
      Vivre, c’est pas toujours voir des gens, même si c’est des gens inteligent, intéressant comme le docteur ou même toi
      Le débat c’est bien, mais l’introspection, la contemplation de la nature, l’observation de la vie, des animaux, des arbres, comme l’était les moines , le mysticisme , dans les monastères , les abbayes, sans non plus être dans l’excès et devenir un ermite c’est aussi ça la vie
      Et l’agitation des villes et du monde aujourd’hui n’est pas sain pour l’homme (dépression, burn-out, suicide, drogue, alcoolisme)
      La vie aujourd’hui va trop vite (SMS, zappeuse, internet, réseaux sociaux, métro, avion, autoroute) la vie est trop bruyante (klaxon, brouhaha ,embouteillage, cri, télé, radio) il n’y a plus de silence, la vie est trop plein de lumières, d’éclairages (néons, feux de signalisation, publicités, lampadaires, luminaires de supermarché), nous sommes assommé d’infos en continue, on est troublé sans cesse (travail, réveil, alarme, téléphone) ,si on rajoute a tout ça les ondes, la malbouffe, la pollution, notre corps est assaillie agressé, quotidiennement
      C’est juste ça le plaisir de la campagne mettre son corps au repos, son esprit aussi, être au calme et les cas-soces, les alcooliques ceux qui se suicide ni prête pas d’attention
      Cordialement


    • J’irais bien dans le même sens que vous,dans la comparaison Milieu urbain-Campagne.
      La cambrousse c’est comme pour n’importe qui les problèmes de pouvoir d’achat,avec les embouteillages en moins et l’ennui en plus.Quand j’avais dix-neuf ans,pendant mes études à la fac,je ne songeais qu’à m’implanter en ville,pour enfin fuir cette médiocrité qui y régnait.J’ai fait un essai pas concluant en région lyonnaise,mais les problèmes d’embouteillage et le stress qu’ils provoquent ont vite eu raison de mes illusions.Par la suite je suis revenu dans ma région et fait une carrière presque classique ,en retrouvant mes anciens copains de collège qui n’étaient jamais sorti de" leur trou".Leçon d’humilité que beaucoup ont dû connaître.Bref ,maintenant en faisant le point sur toutes ces années,je retrouve exactement les mêmes défauts
      chez ceux que je voulais fuir à 19 ans.A savoir que les conversations ne volent pas haut,qu’ils ne lisent pas,ne s’intéressent pas à l’actualité du Globe,ne pensent qu’à leur ventre et leur gosier.La solitude et l’alcoolisme sont des fléaux.Même étant natif de la commune depuis plusieurs générations,je m’y sens à 56 ans comme un étranger.Les problèmes d’éloignement géographiques,par rapport aux autoroutes,grands hôpitaux,villes universitaires,etc...sont inimaginables et insolubles.
      Conclusion:le retour à la Terre pour redynamiser des villages c’est bien,mais je propose à tous ces petits rêveurs urbains de venir passer un automne plus un hiver un peu rude vers chez moi
      et ensuite on verra s’ils toujours aussi déterminés.

      Salutations à tous les lecteurs d’E&R


    • Pardonnez moi Identité effacée, les gens de votre campagne votent tous à gauche ??? Comment est-possible ? Vous habitez dans la Bretagne de la pointe ou bien dans les pays de la Loire, mais je vous assure la campagne ne vote certainement pas à gauche en dehors de ces zones rurales particulières.. Si en Ariège et Ardèche peut être.. Ne généralisez pas votre situation à toute la France, vous avez rencontré des mauvaises personnes, mais remettez vous aussi en question. Ou habitez-vous ? Qu-y faites vous ? Le problème vient il des autres toujours ?


    • @ Identité effacée

      Je comprends bien le triste portrait que vous faîtes de la campagne, vous dressez les mauvais aspects de celle-ci et ils sont bien réels.

      Cela dit, vous n’avez manifestement pas la moindre idée de l’horreur que peut être une vie dans une moyenne ou grande ville, quand vous êtes à la merci du régime.

      En ville vous n’aurez pas des suicides, mais des meurtres. Vous n’aurez pas de commérages, mais des agressions. Et je ne parle pas de meurtre ou d’agression physique pour voler un portefeuille par des petits voyous, mais de toutes sortes d’agression du système, par des petits bourgeois en bande organisée ou des fonctionnaires ultra-corrompus de toutes sortes - police, justice, assistantes sociales, personnel de mairie ou même hospitalier, et j’en passe - qui ont un immense pouvoir et une capacité certaine à détruire la vie des gens, volontairement, en toute légalité et avec le sourire. La ville, c’est cela. Croyez-moi, à coté de cet enfer, le village que vous décrivez est un paradis.

      C’est ce que je vois autour de moi depuis plus de 15 ans, et je n’aspire qu’à une chose, retourner à la campagne, le plus loin possible de cet enfer.


    • Rebonjour à tous, je ne peux malheureusement pas répondre à chacun d’entre vous , certains sont d’accord avec mon constat, d’autres non … il y aurait encore tellement de choses à dire et pas plus tard que ce matin s’est passé un évènement qui illustre cette sinistrose rurale Franco-française ! Il y’a quelques jours un homme de mon village est mort , 56 ans , seul , il n’avait pas de famille à part une fille qu’il connaissait à peine. Il est mort dans l’hopital de la ville la plus proche . Une cirrhose doublée d’un cancer du poumon . Hé oui, le prolo des campagnes fume deux paquets de clopes par jour et vide quelques litrons d’alcool bon marché quotidiennement … Cet homme avait soit-disant plein de potes au PMU de mon village , et ce matin je suis allée au crématorium lui dire au revoir car malgré toutes nos différences , nous étions voisins. J’étais seule avec sa fille ! Y avait personne d’autre que moi du village !

      J’ai envoyé des SMS à ses « grands amis » du PMU pour leur demander si ils venaient au crématorium , et voici la seule réponse là où que que j’ai reçu , écrite telle quelle sur mon téléphone :

       « Coucou, non sa va pa, sait trop tot « …

      C’est ce qui apparaît sur l’écran de mon téléphone ! Je trouve que ça résume parfaitement bien le tissus humain du monde rural au 21 ème siècle. On atteint les sommets du glauque et de l’inhumanité . Et si vous voulez avoir une idée de ce qu’il se passe dans nos campagnes, regardez les coupures de presse et les faits divers , dans le GERS par exemple, c’est par là que je suis , et vous verrez que cela dépasse largement l’horreur des grosses métropoles .

      Lorsque que je suis arrivée ici il y’a plusieurs années , il y’a avait autour de ma maison des champs à perte de vue avec des tas d’animaux . Chevaux, vaches , chèvres, canards… Aujourd’hui le brave vieux Soulettis (le paysan qui s’occupait de cette exploitation ) est mort et personne n’a repris son affaire ! Ces champs sont actuellement vides , abandonnés, il y’a des kilomètres de ronces noires et pleines d’épines . Une invasion de rats également … C’est affreux, mais ça dit tellement de choses sur l’état délétère du monde rural .

      Mon patrimoine est malheureusement investi ici , dans ce trou à rat . Toutes les maisons sont en vente et personne ne parvient à vendre . J’ai parlé avec plusieurs agents immobiliers qui m’ont dit que le seul moyen de partir c’était de vendre au rabais . Dur… j’encaisse tout


    • @ Zam

      les gens de mon mon village ont voté LAREM en masse , mais au-delà de ce qu’ils ont voté , ce sont des gauchistes mentaux qui font des raccourcis intellectuels « abracadabrantesques ». Pour eux Marine Le Pen c’est Adolf Hitler ! Je vous dis ça pour que vous situiez le niveau … C’est du gauchisme pathologique . Un antiracisme dogmatique , et pourtant ils sont racistes mais ce sont des racistes qui s’ignorent…

      Tous adeptes de de la presse doctrinaire , ils répètent tout ce qu’ils entendent ! On a droit au réchauffement climatique, à Sainte Greta des glaces et j’en passe.

      Ce que que je fais ? Je suis indépendante et avec mon amour (qui est aussi i dépendant) on se débrouille plutôt bien et ça nous permet de voyager et de voir autre chose que des chauve-souris, des rats, des tiques et des alcooliques en survêtement .


    • Spéciale pour KIPIK,

      KIPIK, je sens qu’on va écrire ce roman ensemble… il est vrai que quand on est pas un enfant du pays on nous le fait sentir. J’ai une amie bordelaise qui s’est installée dans le Var et c’est pareil ! Elle n’est pas du « pays » et elle est rejetée ou raillée …


    • #2297807

      @Identité effacée
      Je suis moi aussi du Gers , comme quoi on peut vivre au même endroit et ne pas voir, ressentir la même chose, je suis je précise agriculteur et tiens a te dire @Identité effacée, que ma femme ne va jamais au PMU, elle ne connais même pas le nom du patron, ni des personnes dedans (clients)
      Notre environnement, entourage, est stable, petits patrons, des agriculteurs comme nous et d’autres professions , nous avons des enfants , notre vie est agréable, et je suis triste d’entendre ce constat , aucun de mes amis ne fait ce constat, tu dois fréquenter les mauvaises personnes et les mauvais lieux
      Une partie de ma famille est vers Auch , une autres vers l’Isle-Jourdain, j’ai des amis sur Samatan, Lombez, Fleurance, Gimont, Saramon et oui ça se dégrade , mais a te lire, on dirait Belfast ou Trainspotting , tu n’as pas un peu l’impression d’exagérer (un peu beaucoup même) arrêtes un peu de lire les faits d’hivers et d’aller au PMU le Gers c’est pas le Mirail, Empalot, ni les Izards , si ?


    • Cher Paysan ,

      Et si on parlait de Monsanto ? Vos" Saints" paysans de votre campagne idyllique qui utilisent les pires insecticides du monde ! Ici dans la campagne française, vos "coeurs simples de la terre", vos paysans déifiés , ne se lassent pas d’asperger leurs légumes avec des tas de saloperies ! J’ai d’ailleurs beaucoup de photos très compromettantes ! Vous vous promenez à vélo en longeant les champs et que voyez-vous ? Vos "Saints" paysans dans des tenues d’astronautes en train d’arroser leurs légumes avec des immondices ! Ça c’est la réalité !

      Tes messages m’ont interpellée et j’aurais aimé te répondre en privé. Tu critiques les "citadins", je précise que je suis autant citadine que campagnarde , je connais les villes et les campagnes . Et encore une fois, j’ai une maison dans la campagne andalouse. Je connais l’Andalousie comme ma poche .... Il y a en France quelque chose de mauvais , je l’affirme haut et fort car je ne vois pas ça ailleurs qu’en France. C’est pourquoi je ne suis plus nationaliste pour un sou d’ailleurs ! Le nationalisme français...Laissez moi rire ! Se battre pour quelle nation ? Pour celle-ci ? Pour cette république de merde qui pourrit dans son jus hanounesque ? Non merci !

      Tu me dis "boire un coup en terrasse , faire les boutiques ,se balader en ville au milieu de la foule, traîner avec des copains " et je sens ton ironie , mais n’est ce point cela le sens de la vie ? De faire des rencontres ? D’échanger ses opinions , son savoir-faire ? et d’aller encore plus loin dans nos idéaux ? N’est ce point ce que nous faisons ici sur ce forum ? On se rencontre, on s’écrit, on échange, on affine nos idées. Ne jamais pouvoir parler d’un livre, d’un film , analyser un fait sociétal comme le féminisme , est-ce cela que tu préconises pour la vie de tes enfants ? Ne parler de rien à part du temps qui passe` ? Tu sais, dans mon couple on est tous les deux universitaires, ce qui nous a rapproché c’est justement l’échange intellectuel. Je ne sais plus quel philosophe a dit que l’’homme était un animal métaphysique. Si on a plus la métaphysique, qu’est ce qu’on a ? La nutrition ? La copulation ? L’hydratation ? Il est vrai que j’attends autre chose de la vie...Je suis peut être trop intense et vivante pour pouvoir vivre dans de telles conditions...Je ne suis pas un animal, je suis un être humain. Je veux bien enfanter, nourrir et hydrater les miens, mais j’attends autre chose que des alcooliques en survêtement pour unique entourage.


    • @Identité effacée
      Tu devrais voir le dirigeant de la section E&R Midi-Pyrénées , c’est un agriculteur


    • Épinette pour Canards Gras - Gascon,

      Je tiens à rectifier quelques éléments de tes propos car je me sens blessée et visée. . Je ne fréquente pas le PMU, je vais à l’enterrement de mon voisin qui fréquentait le PMU , nuance ! Le PMU est d’ailleurs l’unique établissement de mon village qui est encore ouvert. Tout le reste a fermé . La gare est fermée, la boulangerie est tenue par un vieillard qui ne fera pas long feu (son pain est immonde de toutes façons), le presse-tabac est tenu par le patron du PMU , mais il est jamais à jour pour les magasines tellement il est bourré9il a des PIF gadget de 1985 !) . Il y a bien un magasin de chaussures mais y a rien sur les étalages. Les gilets jaunes, ça te dit quelque chose ? Ce sont ces gens abandonnés par Paris mais qui casquent pour vivre comme moi dans un endroit français de merde !

      Bon, déjà je ne bois pas d’alcool , donc les PMU, très peu pour moi et je ne te laisserai pas dire que je suis une fille de PMU , merci ! Quant aux fréquentations ici , j’y ai renoncé et je vis cloîtrée chez moi la plupart du temps. J’ai la chance d’avoir mon atelier dans ma grande maison, les rares parigots qui s’installent chez nous passent des commandes chez moi et je ne suis pas obligée de sortir pour gagner de quoi vivre.

      Aussi, je n’ai pas dit que j’étais dans le Gers mais vers le Gers...Autre nuance ! Et ce que je vois autour de moi est tout simplement pathétique. Du coup, je me suis "auto-cloîtrée" , en attendant de vendre mon bien...ce qui n’arrivera pas forcément de mon vivant car personne n’achète ici ! Je me sens malheureuse , mais je garde courage et force et espoir pour pouvoir m’expatrier totalement en Andalousie avec les miens . Loin des turpitudes fronçaises.


    • @Identité effacée
      Oui ,c’est ce que je veux pour mes enfants ,l’intellectualisme et les intellectuels m’emmerdent, on voit ou tout votre savoir, votre intellect, nous a mené, je ne suis pas nationaliste, mais anarchiste
      Je suis revenu sur la terre de mes anciens ça fait 15 ans j’ai construit ma famille, épousé ma femme, acheté ma ferme et mes terres, j’ai eu des enfants, une bonne demi douzaine (pour rester vague) avec la même femme ,j’espère mourir au prés d’elle ,sur la terre de mes ancêtres, prés des miens, qui fleurissent les petits cimetières du coin
      Ton discours est un mensonge ,je mets au défis quiconque de préférer la ville a la campagne ,ce serait un mensonge que de dire que tu es mieux a Auch (ville) qu’a Castelgaillard (village) et pourtant seulement 50 kilomètres vous séparent ou même de Mouchès a 30 kls
      C’est ton orgueil et ton arrogance, les femmes aujourd’hui donnent trop leur avis , le jour ou on leur a donné le droit de vote on s’est tiré une balle dans le pieds ,ne parlons pas du droit de travailler hors de la maison, de divorcer et de toutes ces conneries comme la pilule et l’IVG
      Je regrette les temps anciens , Edward Bernays on aurait du le pendre et ne parlons même pas des suffragettes, des Simone de Beauvoir qui ont donné la société que l’on a aujourd’hui
      Les femmes et les hommes étaient bien plus heureux, quand chacun était a sa place
      Ton problème il est là, tu as une tête trop pleine (on t’y a mis un poison) un jour tu dis blanc le lendemain noir , ils t’ont aliéné, là ou savoir tenir une ferme, faire la cuisine et t’occuper de tes enfants et de ton époux aurait suffit a ton bonheur
      Je ne te dis pas ça par mépris ou méchanceté , mais relis tes com’ ,tu me parais malheureuse, plein de tristesse et de rancœur, et je parle même pas des pedzouilles qui te répondent dans la même veine ,des efféminés certainement (sniff la campagne, sniff c’est des méchants, sniff des haineux maladifs le tout surligné en noir/gras de peur qu’on ne les lise pas hein @KIPAK ?)
      Tu crois que quoi l’herbe est plus verte ailleurs
      Je suis d’ici et jamais je ne cracherai sur la terre de mes ancêtres , ni sur la France, ni sur son histoire ,elle est ce qu’elle est, je prends le bon comme le mauvais
      Ton poison c’est cet intellectualisme ,tout ce savoir universitaire, tout ça pour quoi, chialer ?
      Regardes la dérision de tout ça
      Ma femme n’a jamais travailler et elle est heureuse, sans diplôme avec notre marmaille a becher le jardin
      Salut camarade amicalement !


    • @ Identité effacée
      Ton constat est effrayant, le Gers c’est pire que le Bronx, à te lire , j’espère qu’aucun touriste ne te lit, parce-que le cour de l’ail sur Saint-Clar risque de chuter , le Pellehaut aussi et les vignobles du bas-Armagnac vont faire la gueule, sans parler des magrets, du confit, des manchons ,des coups farcis et du foie gras, n’oublions pas l’Armagnac de Condom et toutes les visites des super endroits de notre Gers exceptionnel & inoubliable , entre-autre l’escalier monumental d’Auch qui mene a la cathédrale Sainte Marie & le village de Castelnau-Barbarens dominé par une tour du XIIIème siècle et l’Eglise bâtie sur les ruines de ce château, j’en passe tellement notre département est une pépite de notre France
      Sans parler des bonhommes ,qui sont encore des bonhommes ,comme on en fait très presque plus
      Je te trouve bien difficile , parts ailleurs si notre Gascogne te déplaît tant
      On est le pays de d’Artagnan ,du Père Ambroise de Lombez ,de Saint-Bertrand-de-Comminges que l’on est les descendants de Flavius Rufinus né en 335, à Elusa en Novempopulanie, Novempopulanie « Pays des Neuf Peuples », les Wisigoths s’y fixèrent, en 419
      Ainsi que de Gaston-Jean-Baptiste de Roquelaure ou de François Coutens dont on peut lire les mémoires dans « Les Mémoires d’un poilu »
      Comment venir cracher sur notre Gascogne quand on voit la France actuellement vas-y dans ta maison d’Andalousie ,personne ne te retient
      Merci
      Terrible de déféquer sur notre terre


    • Vive Midi-Pyrénées


    • Je dresse un constat réel de la situation et beaucoup sont d’accord avec moi , ne vous en déplaise. Les campagnes françaises sont à l’image de tout le reste dans ce pays : elles sont mortes ! Et le grand fléau silencieux des suicides ruraux est très parlant . Je ne vous parle pas du niveau intellectuel qui tend vers le néant , car je crois que cela s’est généralisé dans toute la Fronce . Continuez de faire l’éloge de vos campagnes idylliques , où y a pas de cassos, pas d’alcoolisme, pas de voleurs, pas de migrants et pas d’alcooliques . C’est marrant que toutes ces maisons soient en vente , on dirait bien qu’il y en a plein qui veulent se barrer comme moi . Marrant aussi que personne ne les achète .

      Je continuerai à dresser le portrait réaliste ‘de ce qu’il se passe ici . La France est dans un état désespéré et cela se voit à ses campagnes . Faut dire que j’ai la chance d’avoir des éléments de comparaison avec d’autres pays .

      Post Scriptum,

      Je ne suis pas dans le Gers ! Je suis vers le Gers, mais beaucoup plus haut . Permettez moi de rester vague car il y à là quelques campagnards en colère qui ne supportent pas d’entendre la vérité en pleine gueule . Ils commencent à montrer leurs vrais visages de petits revenchards mesquins et rancuniers , trait de caractère très prononcé chez vos « saints » campagnards !

      @Paysan, ne pas cautionner le féminisme est une chose , mais rabaisser les femmes en est une autre . Je suis à ma place , je suis à la maison et je gagne ma vie avec mon savoir-faire dans mon atelier .


    • @Gascon ma p’tite

      J’ai choisi de taire le nom de ma région , je reste donc très vague en disant que je suis vers le Gers. De la Gascogne je ne connais que l’association ÂME qui prévient les suicides dans les campagnes car j’ai travaillé pour eux. J’ai rédigé des textes, bénévolement . Le suicide m’a touchée en plein cœur ici , car j’ai perdu un ami qui s’est pendu . J’y suis donc très sensible . Par contre, travailler pour cette association m’a fait découvrir de bien sordides faits divers dans le GErs. Désolée mais la réalité n’est pas cette peinture rupestre que tu décris … Beaucoup de suicides notamment, essentiellement dus à l’endettement financier , tout comme l’ami que j’ai perdu ici , dans ce village.

      C’est en voyant l’état délétère de mon village que je constate l’échec de la France, sur tous les plans . Se scarifier pour ce pays ? J’en serai bien incapable , de toutes façons il n’existe plus et je trouve qu’il devrait porter un autre nom que « FRANCE ». C’est insulter la France que de continuer à appeler cette chose « FRANCE »

      j’ai lu que deux français sur trois n’aimaient pas l’endroit où ils vivaient. Cela ne me surprend pas, ce pays est en train de pourrir de l’interieur et de tous les côtés . J’appartiens à ces 60% de français . Prends le comme un témoignage réel et désespéré .

      bonne chance à tous … moi je prie pour me barrer et je sais que personne ne me retiendra . Sans rancune


    • @ Identité effacée
      C’est vrai que l’Andalousie c’est génial Séville le trafic de drogue,l’Espagne et ses Las Barranquillas, les banlieues espagnoles et leurs cundas les « taxis de la drogue », les gitans , les toxicomane en effet l’herbe est plus verte ailleurs


    • @Cul Terreux ,

      C’est marrant tous ces nouveaux pseudos revanchards , inconnus au bataillon, qui me tombent dessus ... Tout ça pourquoi ? Parce que que je décris sans fard le désastre du monde rural français ? Mon diagnostic du corps malade français est sans appel. On en reparlera dans 10 ans, je vous donne rendez-vous officiellement . Je vous invite a lire également les études sur les campagnes françaises du Père catholique Krose, dans ses ouvrages il arrive aux mêmes conclusions que moi, dans des termes plus élégants certes.

      Alors , @ Cul Terreux , je vais te répondre. Tu me parles de Séville qui est une mégapole de plus d’un million d’habitants. Raté le vieux ! Ma maison andalouse est à la campagne. Inutile que je te parle des paysages qui sont à couper le souffle , alors je vais te donner des infos pratiques. Tu peux diviser tes impôts par 6 par rapport à la Fronce. Le plein d’essence est moitié prix et je ne te parle pas des plateaux de fruits de mer à gogo pour moins de 7 euros.

      En plus, les gens y sont émouvants, intenses, et pas mesquins pour un sou ce qui change drôlement de la Fronce. On a 10 mois d’été , la mer , la montagne, les chevaux et surtout, la musique et le Flamenco qui est une science en Andalousie. Pas de chauffage, cela n’est pas nécessaire, juste un petit poêle a bois pour le mois de Janvier. C’est une autre qualité de vie hein...ils passent pas leur temps à compter leurs sous comme ici . En Fronce, on se fait voler du matin au soir . On casque ! Sans arrêt... Je paye des impôts déments ici pour aucun service, et surtout pour une qualité de vie médiocre . Les trottoirs de mon village français sont défoncés, ils ont fermé la gare et les rares magasins ferment les uns après les autres. Alors ou va tout cet argent que le gouvernement fronçais nous/vous vole ?

      Oui, l’herbe est plus verte ailleurs , mais c’est pas difficile quand on vient de Fronce ! Cet étrange pays où tout le monde fait la gueule, normal vous vous faites racketter par une bande de racaille a l’Elysée....Je crois que l’herbe est même plus verte en Belgique qu’en Fronce . C’est dire le niveau !


    • Ay qué dolor !
      Pas de chance ma grande j’ai vécu en Andalousie, mon père c’est tiré quand j’étais jeune avec une espagnole
      J’ai grandi en écoutant du flamenco regardé des corrida
      Donc tout ton baratin tu peux le garder les espagnols sont comme les autres ils en chient autant que nous tu parles comme une touriste
      De ma ferme je vois presque l’Espagne je suis dans les Pyrénées
      Ma langue est l’occitan viens pas nous la jouer pub pour le club Med
      l’Espagne est envahi de migrants
      Allez je te laisse délirer je sais pas ce que tu prends mais ça doit être puissant t’es sûre que tu vas qu’au PMU ?


    • @ Passeport,

      Je ne suis pas nationaliste , je suis identitaire, cela n’a rien à voir. Deux notions totalement distinctes car en tant qu’identitaire on est pas pour la nation mais pour l’independance des régions . En effet, je crois que nos zones rurales délaissées et abandonnées n’ont pas à dépendre de Paris , elles doivent être autonomes, comme en Espagne. Le mouvement identitaire veut plutôt déconstruire la nation et donner sa chance à toutes ces régions délaissées par Paris. Donner les pleins pouvoirs à Paris, ça colle pas du tout avec notre réalité On a milité ici pour avoir une déviation car il y’a trop de gens qui meurent sur nos routes, mais Paris a décrété qu’il ne fallait pas faire cette déviation car cela défigurerait le site ! Qu’ils viennent donc se ruer sur nos routes les parisiens de l’Elysée .

      Et je ne voterai jamais pour un parti obsolète comme le RN, parce qu’ils sont nationalistes justement . C’est vrai que des éléments idéologiques nous lient , identitaires et natios, mais le fond de nos deux combats sont très différents .

      Si si tu as d’autres questions sur le mouvement identitaire , je me ferai un plaisir d’y répondre car l’identité et sa survie est le combat de ce siècle . Il suffit de voir l’état des zones rurales pour le comprendre .


    • @identite effacée
      Merci pour tous ces commentaires pleins de bon sens, je dresse effectivement un constat assez proche. Et oui, l’Espagne - et les pays du sud en général - est plus vivante, plus chaleureuse. Et le coût de la vie y est moins élevé. Après il y a beaucoup d’autres problèmes aussi, normal, chacun ses soucis.

      Quand je lis un commentaire du genre « c’est un truc de citadin que de vouloir voir du monde » c’est consternant ! Mais vouloir voir du monde c’est juste vouloir vivre merde. Sinon la réconciliation on peut l’attendre longtemps, au milieu de sa forêt.

      Dans le village où j’habitais avant, la seule fois où j’ai vu des gens sortir de chez eux, c’était pour le 14 juillet - qui au passage est quand même le jour où on fête cette fameuse république maçonnique - le reste de l’année, absolument personne dans la rue. Niveau vie sociale on peut faire mieux. C’est bien d’être nationaliste, mais on a le droit de pointer les points à améliorer de notre pays non ? Sinon c’est du chauvinisme puéril.

      (Commentaire modéré, merci aux équipes d’ER de relayer)


    • @Cul terreux,

      je ne ne suis pas touriste en Espagne, j’y ai une résidence , un compte en banque et je suis sur le point d’avoir un numéro fiscal en Espagne. Bien sûr que l’Espagne a son lot de misère , je l’ai déjà dit sur ER.

      Mais l’Espagne c’est aussi une organisation de provinces autonomes , c’est donc bien mieux géré qu’un état centralisé comme la Fronce ! La misère y est plus heureuse qu’ici, justement parce qu’il y’a l’autonomie des régions et surtout la musique ! Elle rassemble les gens . Dans mon village Français personne ne joue de la musique, je suis la seule . Chez moi il y a un piano, des guitares classiques , une harpe… ces instruments seront bien mieux en Andalousie !

      Vous me me faites penser à ces citadins qui achètent des grosses maisons à la campagne dans des villages photographiques avec tous services : gare, marché , commerces, restaurants… moi je vous parle de la réalité sociale de ces millions de français qui vivent dans des zones rurales délaissées , sans aucun service , et qui ne pourront jamais revendre leurs maisons .


    • Merci Bruno ,

      C’est cela aussi le grand remplacement, tuer l’âme d’un pays . Ce sytème est venu à bout du monde rural. La campagne c’est l’âme d’un peuple , et ça me fait penser à ce livre de Nikolaï Gogol qui s’apelle « Les âmes mortes » . C’est vrai qu’ici les lumières se coupent à 5 heures du soir. On entend jamais le bruit des casseroles, le cliquetis des couverts, on entend jamais des gens qui rient, qui discutent . On entend jamais une note de piano, de guitare (à part dans mon salon) .

      Nous sommes arrivés ici il y’a plusieurs années, très enthousiastes, on a tout misé . On a ouvert notre maison, on a fait un « drink » avec les gens du village … Puis l’euphorie est redescendue très vite. Puis on a fait semblant , on s’est forcés à trouver que ça allait . Puis quand les animaux ont disparu des champs aux alentours, on s’est regardés , et on a dit tout ce qu’on avait sur le cœur . Il était malheureux, je l’étais aussi , mais on osait pas se le dire

      Vous savez , il existe un site qui s’appelle Ville Idéale.com où les français donnent leur avis sur l’endroit où ils vivent . Par curiosité j’ai regardé mon village et les autres villages aux alentours . Puis j’ai lu les milliers d’avis sur toute ma région, puis sur toute la France. Ce que j’ai lu est consternant , je suis loin d’être la seule a émettre ce genre d’avis . Ce qui me rassure plutôt , car il faut vraiment avoir un cerveau malsain pour dire que tout va bien dans les zones rurales françaises au 21 ème siècle.

      La seule lumière qui reste allumée ici le soir , c’est celle de mon atelier . Si je n’avais pas cette oxygène dans mon atelier , je crois que j’aurais été capable de prendre une corde et de passer à l’acte . J’ai jamais dit ça à personne , mais je suis en train de vider mon sac . J’aurais encore beaucoup de choses à dire , mais je crois vraiment que je vais l’ écrire mon roman . Ça s’appellera « Zone rurale Blues » .

      Je n’ai jamais critiqué le patrimoine historique français . Je décris la réalité sociale de la campagne . C’est tout. Certains ne l’ont pas compris ici et me traitent de « droguée » ou « d’alcoolique » . C’est ainsi que les choses se passent quand on dit la vérité


    • @Identité effacée
      C’est exactement ça, sans doute qu’autrefois les villages étaient plus vivants, tout le monde se connaissait, mais aujourd’hui c’est devenu chacun chez soi et basta. Qui ose encore frapper chez son voisin juste pour prendre des nouvelles ? Je me reconnais dans votre euphorie des débuts, mais ici il ne faut pas trop attendre des autres.

      Lorsqu’on recherche un appart en France, on trouve dans les annonces « appartement calme… » mais moi ça me fait fuir, je ne veux pas que ce soit mort, je veux de l’ambiance. Que ça vive un peu, bien sûr pas des klaxons toute la nuit, mais le silence est vraiment une religion ici, c’est quoi cette maladie des autres ?? Je ne me reconnais pas du tout dans ces valeurs…

      Depuis que je connais l’Espagne j’apprends à relativiser le bien-vivre à la Française… oui économiquement on s’en sort à peu près bien, il n’y a pas de gros problème, mais alors qu’est ce qu’on s’ennuie ! On ne sait pas s’amuser ici.

      J’invite les gens à découvrir comment vivent les méditerranéens : les fêtes qui durent une semaine sans s’arrêter (nuits incluses), la majorité des gens sortent quotidiennement de chez eux sans but précis, juste pour croiser du monde dans la rue, pour le plaisir de se parler, d’aller au bar juste pour être entouré des autres, les gens s’apprécient. C’est une attitude opposée à la notre, renfermé chez soi. Il ne faut pas s’étonner ensuite que les gens dépriment.


    • Bruno,

      Moi non plus je ne reconnais pas mon pays natal, l’ex-France. C’est un pays tendu, l’ambiance y est électrique. On ne peut plus rien dire sans susciter une agressivité incompréhensible. On vous traite de "facho" quand vous dénoncez l’immigration . On vous traite de "menteuse" quand vous pointez du doigt la misère des zones rurales sinistrées.... J’ai une petite anecdote qui vous amusera sans doute . Voilà, j’ai passé deux ans dans le Tennessee, et plusieurs américains m’ont demandé ce que c’était que cette "laïcité" franco-française , je vous rappelle que cela n’existe pas ailleurs qu’en France. Le mot "’laïcité" se dit "Secularism" en américain...et ils n’ont rien compris au fonctionnement de notre pays quand je leur expliquais ! Ça m’a fait marrer cette histoire ! Ça en dit long sur le mauvais chemin que notre pays a pris. Les gens du monde entier se demandent ce qu’il se passe ici, dans l’ex-France

      Je reconnais parfaitement l’atmosphère des pays méditerranéens dans votre description. Dans mon village andalous, les lumières sont allumées jusqu’à deux heures du matin, toute l’année . Faut dire qu’on fait la sieste ....C’est un "Pueblo Blanco", pas loin de Cadix et de Gibraltar . Le nom "Blanco" désigne les maisons toutes blanches peintes à la chaux .

      Oui, en Italie, en Espagne , les gens s’habillent le soir dans les villages , ils sentent bon, ils sortent , quasi tous les mois de l’année. Je dirais que le mois le plus impressionnant c’est Janvier. Les festivités battent leur plein dans les villages méditerranéens au mois de Janvier. Ils fêtent l’Épiphanie en grande pompe, il y’a des défilés extraordinaires avec les fameux chapeaux pointus "capirotes". Ce sont ces chapeaux que l’on peut voir dans le film " La folie des grandeurs" avec Louis de Funes. .

      C’est puissant cette ferveur chrétienne en Méditerranée . Et même si je ne me sens plus chrétienne, je préfère être entourée par un peuple qui croit en quelque chose . Cela rend la misère plus facile à vivre. La richesse mystique vaut bien plus que tout l’or du monde. La Vierge est tellement sensuelle dans les pays méditerranéens. C’est peut être cette sensualité que la France a perdu


    • @identité effacée, merci pour votre témoignage ! Une autre vision de la campagne. Elle existe, elle doit aussi pris en compte. Je crois qu’il y a des avantages et des inconvénients en ville comme en milieu rural. A nous au final de bien analyser les choses et de prendre la bonne décision.


    • Faut arrêter avec ce genre de choix de vie qui au final s’imposent à nous. Vous causez avec une gamin de 16/20 ans dans un village, il ne rêve que de se barrer et rejoindre ou ça bouge, comme ils disent. A 40/50 ou plus on aspire à ce calme qu’offre les villages. A mon sens il n’ y a pas plus de décadence proportionnellement dans les villes que dans les villages, les excités des neurones ont envahi l’espace vital, partout.
      Mr Escada, j’attends de vous des solutions et non des descriptions de la conception de villages ou villes médiévales, que devrions nous entreprendre pour améliorer l’existant ?
      Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les inconvénients de ces cités du moyen âge, mais je vous aime bien, je préfère rester sur note positive.


    • @ identité effacée .La plus haute forme d’intelligence c’est l’adaptabilité . Il m’est difficile de comprendre comment on peut acheter en campagne et vouloir s’y installer sans avoir vérifier au préalable, par une location d’une bonne année si l’endroit vous convient vraiment. Tu te dis universitaire avec ton compagnon ou mari, peu importe, et tu n’as pas pensé à établir une stratégie pour tester l’endroit où tu es partis t’installer, c’est effrayant.
      Comme quoi faire des études n’est absolument pas un signe d’intelligence pratique. Et oui, il n’y a pas qu’une forme d’intelligence, et celle que tu utilises pour obtenir tes diplômes universitaires n’est pas suffisante dans le monde rural. Il faut maîtriser plusieurs métiers, maçon, charpentier, couvreur, électricien, plombier, soudeur, mécano, informaticien, agriculteur, arboriculteur, cuistot, musicien(c’est un plus), il ne faut pas les maîtriser à la perfection bien sûr mais tu as plutôt intérêt à savoir te démerder, ce qu’un citadin ne sait pas faire en général. Il y a le côté relationnel, autre forme d’intelligence, etc...tu as compris l’idée (ou pas) !
      Il y a quelque chose qui cloche dans tes interventions, tu transpires la femme qui est passée à côté de sa vie de femme, c’est à dire que tu ne parles jamais d’enfants, de joie en famille, de te battre pour quelqu’un d’autre que toi même ou ton compagnon. Tu es dans le puéril, le divertissement, l’illusion du partage, voilà ce que je vois en te lisant, tu as une vie si triste. Tu me fais penser à une ado qui n’a pas encore compris le sens de sa vie et qui se cherche, dans l’erreur et la douleur.
      Ton problème vient de là selon moi, et aussi de ta mauvaise analyse de départ qui t’a fait te cloîtrer dans un endroit que tu n’aimes pas.
      Tes conclusions sur notre pays sont tristes à lire tant elles sont biaisées par tes mauvaises expériences .C’est insupportable de lire que tu es identitaire . Donc selon toi retour à la Gaule et ses querelles de petit chef . La France que tu détestes, est aussi celle qui a transcendé nos ancêtres pendant des siècles, il suffit de voir le niveau atteint dans de nombreux domaines de l’artisanat, de l’agriculture, la médecine, etc..
      Je ne m’ennui pas tellement il y a à apprendre tous les jours, je ne juge pas les autres, j’aide quand je peux, je m’efforce d’être bienveillant et ma conscience trouve la paix.Avec de l’ingéniosité, une certaine intelligence et du courage, on fait tout
      Le combat pour la famille, les amis, soi !


    • @odyssée
      Tu suis très heureux pour toi, tu as trouvé un équilibre et un sens à ta vie au quotidien. La campagne de nos ancêtres dont tu nous rappelles qu’ils furent ce qu’ils furent n’ a absolument aucun point commun avec la campagne de nos jours. Les villages ou même les gens isolés ont des loisirs ou pas, semblables aux citadins, télé, radio, journaux, sports, internet etc... avec les déserts commerciaux, médicaux, scolaires ...C’est bien plus compliqué, un vrai mode de vie post moderne, une sorte de tiers monde ou t’as aussi intérêt à posséder une bagnole, autrement t’es marron pour un tas de chose nécessaire ou futile, peu importe le besoin existe, bref ta vision de cette campagne si idyllique est biaisée par le nouveau mode de cuture et de consommation de la paysannerie différent depuis l’ère industrielle, on laboure avec Gps, le reste suit.


  • Le penseur marxiste Michel Clouscard a beaucoup écrit sur cette période et en a fait une critique beaucoup plus fine, je trouve. Alain Escada mélange un peu tout : les fausses revendications sociétales des étudiants et le discours marxiste sérieux des travailleurs. Ce sont deux mai 68 différents.
    Comme souvent chez les « traditionalistes », il rejette en bloc tout le marxisme (sans le connaître), et se borne à du sociétal (nostalgie du moyen âge chrétien, etc. )

     

    • Je crois pas du tout que ce soit l’essentiel. Il parle plutôt de l’avenir ! Et à ceux qui ont des familles, ceux qui veulent se libérer.

      J’espère que vous avez pris des notes, car vivant en ville, cette société de consommation a aussi cette fonction de nous faire oublier la réalité de la situation, dont ce qui vient d’être dit.


    • Le "moyen-age" est tout sauf sociétal.


    • Moi c’est ce que j’ai voulu faire. Je suis revenu dans ma région en Picardie, reconverti dans un métier qui m’intéressait et que j’estimais plus utile (boulanger). Mais c’est la Banque qui contrôle tout, quoi qu’on fasse. Vous êtes salarié, elle vous dépouille (100% de l’impôt sur le revenu sert à rembourser cette fausse dette depuis la fameuse loi de 1973) ; vous voulez monter une entreprise, vous vous faites racketter encore plus.
      Il ne suffit pas de se mettre au vert ou de vivre en ermite dans les bois pour échapper au système (Marx appelait cela des « robinsonnades » ), tant qu’on ne se sera pas affranchi du capitalisme spéculatif, on pourra juste jouer à faire semblant de résister, voilà ce que je pense (j’espère me tromper). Je crois plus à une révolution du type grève générale à la Sorel pour ma part.


  • Voilà, on va construire une place forte en pleine campagne qui protégera ceux qui travaillent à côté.

     

    • Ou un potentiel "Fort-Alamo" à la merci au choix :
      - de l’oligarchie au pouvoir qui contrôlera les "servils"corps constitués
      - de toute mafia et ses hommes de main
      - d’une oligarchie concurrente et son armée privée
      - d’un DAESH made in France
      - d’une bande de voyous ou de migrants prédateurs
      - et j’en oublie sûrement...

      Super le plan..... "clap clap clap.."


  • Ecoutée dans son intégralité, cette intervention de Monsieur Escalda est des plus intéressante. Beaucoup d’objectivité, de lucidité, et de réalisme, avec heureusement une note d’espoir, si l’on s’organise, pour contrer les effets mortifères du mondialisme, destructeur des peuple et des nations.
    Au travail !

     

    • "Au travail !" ; mon petit doigt me dit que ce travail n’arrivera jamais et, à la rigueur, c’est pas bien grave vu qu’on sait tous très bien que la réussite d’un projet dépend avant tout de la solidité des fondations et donc de la lucidité du constat initial or, sur la campagne, le constat est ici complètement à côté de la plaque et purement fantasmé.
      Les naïfs qui croient y trouver un El Dorado sont des gens certainement sincères dans leur envie de vivre autrement mais n’ont probablement jamais mis les pieds dans ces "paradis" ruraux soi-disant insoumis.
      Moi, j’y vis et depuis longtemps et honnêtement le conformisme, l’ennui et l’amour de l’argent sont, comme ailleurs, les lois fondamentales.
      Si certaines tares des grandes villes sont effectivement absentes, d’autres sont par contre omniprésentes : la médisance, le conformisme, le soumission, la pingrerie, l’ignorance et le nombrillisme du quotidien.
      Les gens ne semblent penser qu’à bouffer et faires des travaux débiles à la Mr Bricolage, les discussions s’articulent uniquement autour du fric, les gens ne lisent pas et votent exactement pour les mêmes connards qu’ailleurs ; à la différence près qu’ils se foutent du résultat puisque rien ne les intéresse, à part l’argent.
      Le midi, quand t’es dans la rue y’a zéro personne (ça met à mal le côté communautaire et vivant) mais 100% de connards devant TF1 en train d’écouter les conneries démagogiques de la salope Pernaut.
      On va me dire que je dresse un tableau 100% négatif et c’est pas faux, j’exagère bien sûr un peu mais au moins ça contre-balance avec les habituelles apologies niaises et ignorantes qui trainent par ici.
      Et puis au bout d’un moment, il faut dire les choses comme elles ; rêver et fantasmer sur un ailleurs, quelqu’il soit, qui serait la solution est une mentalité de faibles ; si les gilets jaunes se sont mis en marche, c’est certainement pas parce que la vie en province est fabuleuse mais bien parceque les artifices débiles du monde contemporain en sont absents et que la misère de la vie qu’il propose se voit en gros.
      Escada est peut-être un type courageux et il ne fait certainement pas bon, de nos jours, de prendre ses positions ; n’empêche que c’est un âne idéologique et qu’il n’a pour lui que le fait de faire parti du camps des perdants.
      Il y en a un peu marre de ce genre de types qui font miroiter des conneries aux desespérés juste pour vendre leur mauvaise came de perdants.
      À bas Paris et à bas la campagne, faites vous pousser des couilles.


    • Ah oui, pour vous il suffit de fermer les yeux, d’ignorer l’envahissement par des populations allogènes en se barricadant dans des petits villages ou il n’y a plus rien, car, plus de médecins, d’hopital, vous aurez l’air fin avec votre petit potager, et qu’est qu’y empêchera les migrants de venir faire un tour du coté de votre village.


    • La campagne c’est comme la famille, c’est pas le tout de montrer qu’on en a une grande et nombreuse (ça fait rassemblement cool et tribu sympa !), il faut la supporter dans son côté lourdingue et ingrat ( et qui prends souvent le dessus sur la joie du rassemblement )
      Choses que beaucoup à la campagne ne voit pas avant de le vivre !


  • À la toute fin on a les suggestions Youtube qui illustrent parfaitement cette décadence, après ce recadrage de la réalité qui vient.

    5 ans ça fait très court, bonne chance à nous !

     

  • S’il faut faire des remparts vite,pensez au super adobe,ou sacs de terre "earth bags",ils ezn vendent chez agrijute...si rebords de toitures,pas besoin de béton pour résister à la pluie et au gel,un simple enduis terre chaux,voir même terre bouse foin.
    Ne pas oublier qu’il est indispensable de faire le maximums de courbes avec ces matériaux,afin d’améliorer la prise au sol.(c’est plus esthétique et efficace à défendre)

    C’est moins de boulots que de faire en pneu remplis de terre,(l’enduit sur earth sheap représente beaucoup de boulot).

     

    • Bonsoir Nicolas,
      Je me permet de réagir à votre message.

      Vous parlez de sac en toile de jute ou sac à gravat rempli de sable ou de terre, avez vous des retours ?

      J’ai fais un essai type earthship pour une cabanne et je trouve que c’est énormément de boulot.

      Je me demande pour une cave enterrée si ça vous semble intéressant avec ces sac (tenu dans le temps, hygrométrie) ?

      Merci pour votre(ton) livre qui m’a vraiment aidé à franchir le cap et à me lancer (à mon échelle).


  • et a la campagne, les élus sont aux ordres du prefet quel qu il soit... dans notre secteur du pas de calais la préfecture a imposé comme partout un cao pour migrants et pas un des elus du secteur sollicités pour indiquer leur refus sur une petition n a signé . par contre pour les fetes de villages et autres ducasses on est en photos assis en rang d oignons tous les week end et n esperez pas en vous installant a la campagne changer quelque mentalité, c est peine perdue tous ces cons la venerent la république


  • C’est pas bien de critiquer Escada. Ils sont très peu à oser sortir de la tranchée et à énoncer le véritable ennemi et Alain Escada en fait partie. Alors bravo pour ce courage gratuit. Pour tout ce temps passé a attaqué la pieuvre. Merci les Alains. Et pourtant pour être crédible, pour être compréhensible, il ne faut pas repartir dans un Moyen-Age fantasmé. Le moine-apothicaire-instituteur, le chevalier-protecteur, le paysan-producteur du pouvoir se nourrir sont les piliers de notre civilisation. Mais il faut l’actualiser toujours. Ne pas repartir dans un délire confortable d’un passé révolu.

    Amen.


  • Discours très encourageant d’Alain Escada. Il a absolument raison : il faut reprendre le contrôle des campagnes et des petites communes. S’y installer et y installer des petits commerces, de l’artisanat, et de l’agriculture ; faire revivre ses lieux abandonnés par les gens avides d’urbanité.

    Merci d’avoir retransmis cette conférence.


  • Les villages ne deviennent des mouroirs peuplés de fermiers suicidaires que parce qu’ils sont soumis aux impératifs et à la culture parasitaire des villes. Si les fermiers travaillaient à alimenter des gens sains dans leurs têtes, via des marchés non compromis par des élites citadines psychotiques, tout irait mieux.


  • Escada et l’espoir justifié par l’Histoire .

    Propos clairs,cohérents,sur une réalité géopolitique
    et démographique,sur un urbanisme et un mode de vie
    destructeur de la vie sous toutes ses formes .
    Son espoir basé sur sa Foi et l’exemple du retournement
    historique de situation en Espagne ne va pas lui valoir
    beaucoup d’amis !
    Et pourtant Escada nous parle d’une réalité dramatique
    et incontournable !


  • pour ceux qui veulent aller plus loin, un livre à lire :
    Comment s’adapter à l’effondrement des nations, de Marc Terranova, éditions Omnia Veritas.


  • Extrait de l’article "Fred Reed et la reculade militaire américaine" paru sur Dedefensa
    https://www.dedefensa.org/article/f...

    (...) Reed rappelle que la guerre nucléaire envisagée par l’ahuri que le Donald a mis à la place du regretté Bolton n’est pas gagnable :

    "Les hommes d’une stupidité incalculable et d’une insuffisance sexuelle probable parlent d’une guerre nucléaire comme gagnable. Ils peuvent toujours rêver. Réfléchissez : les villes américaines ne peuvent pas se nourrir elles-mêmes. Trois jours sans envois de nourriture et les New-Yorkais auront vidé les rayons des supermarchés. Une semaine et ils tueraient pour des conserves de thon. Deux semaines et ils se mangeraient les uns les autres. Un très petit nombre de bombes nucléaires sur les centres de transport empêcherait la distribution de nourriture pendant des mois. Même un plus petit nombre encore de bombes au cobalt, conçues pour produire un maximum de radiations persistantes, rendraient les zones fermières mortellement radioactives pour une décennie."

    ********************
    Yves Cochet arrivait à la même conclusion quant à l’absence d’autonomie des villes françaises, au cours d’une conférence sur le Peak oil. Il évoquait avoir fait des réunions avec des ministres, qui disait-il, s’étaient contentés d’une prise de note sans réagir... après moi le déluge !


  • Face à la negativité de tant de commentaires, je voudrais juste vous dire que si le constat de la situation actuelle est déprimant, il est important de ne pas céder au désespoir.
    Alain Escada propose des solutions, aidons-le à les mettre en œuvre.
    Prenons le Maquis est une association qui vous aide à organiser votre retour à la ruralité. Je les connais bien et chez ces gens là, l’action a pris le pas sur les discours désespérants. Rejoignez nous au lieu de ruminer. Courage à tous.

     

  • Fascinante conférence ! Je n’avais jamais réfléchi sur les différences entre la cité médiévale et la cité moderne !


  • Merci à Marco et à Mr Escada pour cette conférence, une fois encore j’ai appris et compris qu’il fallait agir.
    Merci !


  • La méthode de Sainte Jeanne d’ARC, Patronne de France : " Battez vous comme si tout dépendait de vous, et priez comme si tout dépendait de Dieu ".

    Ce n’est quand même pas compliqué de prendre des mairies ou personne ne se présente...Merde, quand même !!

    Dieu nous a promis la victoire finale, la Sainte Vierge nous l’a confirmé à la Salette, " A la fin mon Coeur Immaculé triomphera " : Avec Dieu, impossible n’est surtout pas Français !

     

  • La foi catholique traditionnelle est nécessaire pour le salut. Nous vivons à l’époque prophétisée où la foi a presque disparue et où très peu supportent la saine doctrine.

    Luc 18:8 - « Mais quand le Fils de l’homme viendra, pensez-vous qu’il trouve de la foi sur la terre ? »

    2 Tim. 3-4 : « Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais, selon leurs désirs, ils amasseront des maîtres autour d’eux, éprouvant une vive démangeaison aux oreilles ; Et détournant l’ouïe de la vérité, ils se tourneront vers les fables. »

    Pape Eugène IV, Concile de Florence, « Cantate Domino ; » 1441, ex cathedra :

    « La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche qu’aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; elle professe aussi que l’unité du corps de l’Église a un tel pouvoir que les sacrements de l’Église n’ont d’utilité en vue du salut que pour ceux qui demeurent en elle, pour eux seuls jeûnes, aumônes et tous les autres devoirs de la piété et exercices de la milice chrétienne enfantent les récompenses éternelles, et que personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique. »

     

    • @Un catholique

      Je t’offre une grosse glace à la fraise si tu es capable de me dire ce qu’est l’unité de l’Eglise après Vatican II infiltré par les ennemis historique ...de l’Eglise !!

      Parles plutôt d’état de grâce ... ce sera plus simple camarade (ou du corps mystique du Christ ), les catholiques ne sont pas responsable de la trahison de clercs ... !!


    • La foi doit demeurer sans défaillance ni perplexité comprenez les allégorie :
      Matthieu 11:11

      Je vous le dit en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.

      Que sont vos prêtres après ça ?


    • C’est très simple, l’un des moyens vous permettant d’identifier la véritable Église est d’observer un corps unifié, un corps uni dans la foi.

      L’ « église » Vatican II est en communion avec des sectes hérétiques, et de ce fait ne peut pas représenter l’Église catholique, qui a toujours condamné les fausses religions et maintenu une foi unique.

      Vous trouverez donc bel et bien cette unité surnaturelle dans la seule véritable Église du Christ, l’Église catholique, et ce même si nous ne sommes plus qu’un restant de fidèles en cette période prophétisée de la fin des temps.

      De plus, veuillez comprendre que les antipapes Vatican II sont tous d’horribles hérétiques hors de l’Église. Et quelqu’un qui est hors de l’Église ne peut pas avoir autorité dans l’Église :

      Pape Léon XIII, Satis Cognitum, 29 juin 1896 : « ...il serait absurde de prétendre qu’un homme exclu de l’Église a l’autorité dans l’Église. »

      La question de savoir si Vatican II est l’Église catholique et ses chefs de véritables papes est par conséquent un sujet clos. Ni Vatican II ni ses antipapes ne sont catholiques.

      Pour plus d’informations, je vous invite à vous rendre sur le site du Monastère de la Très Sainte Famille.


    • @Fidele a lui même
      Oui... mais alors si Pierre est deux fois plus grand que Paul ...mais trois fois moins qu’ Hipppolyte, quelle est la taille de Jules ... ?


    • arf,

      Pour perdre votre temps avec de telles réponses vous montrez à tout le monde à quel point votre existence est vide d’intérêt. Essayez le tricot, ça a beaucoup de charme et c’est utile.


    • @inutile et dangereux

      Faut te détendre mon gars...
      Tu n’es pas le centre du monde !


  • " De la décadence de notre être extérieur à un retour à nos origines intérieures et spirituelles"

    Je dis ça car, entre autres, le mot "péché" en hébreu biblique signifie "manquer la cible" c’est à dire manquer notre "être intérieur", nos racines célestes.

    C’est aussi cela que devrait "prêcher" A. Escada , mais sa religion catholique lui empêche de comprendre ce principe primordial, cela ne fait pas parti des dogmes et des doctrines catholiques, mais des doctrines bibliques.

    On ne peut pas servir une cause politique, celle de César (catholicisme romain et religion d’Etat) et servir le Seigneur .. rendez à César etc..

    Je dis ça car j’ai connu Alain Escada, mais je m’aperçois que la religion est plus forte que la divine parole telle qu’elle fut révélée dans ses origines, c’est à dire de manière ontologique et spirituelle.


  • Une conférence très intéressante de M Escada Alain, merci ! A la lecture des échanges très soutenus ci-dessus, je dirai peut-être de manière trop simpliste que vivre dans une ville-monde ou dans la campagne, comme le disait Sénèque : "A quoi sert de voyager si tu t’emmènes avec toi ? C’est d’âme qu’il faut changer, non de climat". Avec, au passage, une petite crotte de nez jetée à la face renfrognée de la pauvre Greta qui va vite tomber aux oubliettes.


  • Au sujet des campagnes, et des gens non natifs qui s’y installent. Je réagi à @Identité effacée également.
    Je vis en campagne, dans un coin d’où je ne suis pas native à plus ou moins une demi heure d’une ville moyenne. Je n’ai jamais eu de problème d’intégration, alors que je vois certains couples autour de moi, arrivés en même temps, qui ne s’intègrent pas et envisagent de partir.

    Le premier point que j’aimerai soulever est le mépris inconscient de beaucoup de citadins pour les coutumes locales. Ici, nous avons un club taurin très actif. Je vais avec les enfants aux bandides, aux arènes, mon mari est déjà descendu lui-même dans l’arène. Beaucoup des non-locaux eux se plaignent que la rue principale du village est bouchée les jours d’événements, vous parle de la souffrance des pauvres taureaux parce qu’il fait chaud et qu’on les fait courir, de la barbarie des corridas. Tu ne les verras jamais à la buvette prendre un verre et discuter du temps et de la politique locale. Ils restent bien souvent à l’intérieur de leur maisons, à parler avec des gens qui habitent à des centaines de kilomètres, à lire des livres intelligents en se sentant bien au dessus de la masse qui, elle, c’est bien connu, ne lis pas.

    Et cette image qu’ils envoient inconsciemment (pauvres merdes illettrées) leur fait louper de vraies rencontres avec des gens qui ne payent pas de mine. J’ai discuté de l’art de la guerre avec un employé municipal, le gars qui tient la pizzeria est un fan de dieudo. Une femme de ménage peut te donner une leçon de théologie. L’imigree polonaise te livre une critique magistrale de l’immigration. Tout ça c’est du vécu. Mais ces gens là, ils ont tellement l’habitude qu’on se moquent d’eux et qu’on les méprise qu’ils ne vont pas se livrer au premier abord. Il faut du temps, du blabla unutile sur le ciel et l’état des rivières, un certain nombre de coups à boire, des services rendus et aussi demandés au culot. Bref il faut s’apprivoiser, on n’est pas en ville ou tu cherches à impressionner à la première rencontre.

    Ensuite c’est sûr que si tu n’as pas d’enfants, de suite c’est un peu compliqué de rencontrer des gens. Mais pourquoi tu viens à la campagne t’enraciner si ce n’est pas pour porter du fruit ? En temps qu’universitaire, tu viens pour quoi ? Ici pas de boulot pour les gens bardés de diplômes.

    Non la campagne ce n’est pas idéal. Des abrutis et des gauchistes il y en a partout. Mais cracher sur la France parce que tu es isolée, c’est triste et injuste.


  • Une France catholique ou rien.


Commentaires suivants