Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De plus en plus de corps-marchandises en Grèce

Le capitalisme dans ses œuvres

Zero Hedge rapporte une histoire tirée de « La Grèce, cause toujours » qui est d’abord parue dans le Times.

D’après cette histoire, le niveau de vie en régression imposé au peuple grec par la chancelière allemande Merkel et les banques européennes a poussé un grand nombre de jeunes femmes grecques dans la prostitution. La forte augmentation du nombre de femmes offrant des services sexuels a fait tomber le prix à 4 euros de l’heure. Cela fait 4,24 $, assez pour un feuilleté à la feta ou un sandwich. C’est la valeur que l’austérité, imposée par les banquiers, a posée sur l’utilisation du corps d’une femme pendant une heure. Le prix d’une demi-heure est de 2,12 $. Elles n’obtiennent même pas le salaire minimum.

 

JPEG - 45.9 ko
Jeune femme slovène s’adonnant à la prostitution

 

Quand on lit une histoire comme celle-ci, on croit que c’est une parodie ou une caricature. Bien que le Times de Londres soit un journal ancien, ce n’est pas encore le genre de journal qui peut être acheté aux caisses des magasins d’alimentation.

L’histoire tire sa crédibilité des sites web aux États-Unis sur lesquels les étudiantes dans les Universités font la publicité de leur disponibilité comme maîtresses pour les hommes qui ont les moyens financiers de les aider dans leurs dépenses. D’après divers bulletins d’information, maîtresse semble être l’occupation principale des étudiantes dans les universités à coût élevé comme à la New York University.

Les filles de la NYU sont mieux loties que les Grecques. La relation de maîtresse est monogame et peut être durable et tendre. Les prudes se font une montagne de la disparité d’âge, mais cette disparité est une caractéristique de longue date dans les mariages des classes supérieures.

Les prostituées ont un grand nombre de partenaires, chacun pouvant avoir une maladie, et elles ne reçoivent rien en retour si ce n’est du cash. En Grèce, si ce qui est dit est correct, le tarif est tellement bas que l’argent ne leur dure même pas jusqu’à l’après-midi.

C’est le capitalisme à l’œuvre. Aux États-Unis, la souffrance vient du fait de l’augmentation des frais de scolarité, avec 75 % du budget de l’Université passant dans l’administration de l’établissement plutôt que dans la faculté elle-même ou dans l’aide aux étudiants, mais aussi du manque de travail offert aux diplômés, suffisamment rémunéré pour rembourser les prêts des étudiants. De nos jours, votre serveur au restaurant peut être un adjoint ou un professeur à temps partiel qui espère obtenir un travail à temps plein en tant qu’acteur. Comme maîtresses, les filles de la NYU auront plus de succès.

En Grèce la privation est imposée de l’extérieur du pays par l’Union européenne, que la Grèce a bêtement rejointe, faisant cadeau de sa souveraineté en échange de l’austérité. Les banksters et leurs agents dans les gouvernements européens et allemand prétendent que le peuple grec a profité de prêts et, donc, est responsable du remboursement de ces prêts. Mais les prêts n’ont pas été faits au peuple grec. Les prêts ont été faits pour corrompre le gouvernement grec qui a été payé en dessous de table versés par les prêteurs pour accepter ces prêts, et les recettes étaient souvent utilisées pour des achats dans le pays d’où le prêt était fait. Par exemple, le gouvernement grec a reçu des dessous de table pour emprunter de l’argent aux Allemands ou aux autres banques étrangères pour acheter des sous-marins allemands. C’est par ce type de corruption que la dette grecque a grossi.

L’histoire racontée par les médias financiers et les économistes néolibéraux complices des banksters est que le peuple grec a emprunté à la légère l’argent et l’a dépensé en bien-être social pour eux qui, ayant joui des fruits des prêts. ne veulent pas les rembourser. Cette histoire est un mensonge. Mais le mensonge sert à s’assurer que le peuple grec sera pillé tout en faisant apparaître sous un bon jour les propres erreurs des banques qui ont trop prêté. Les banques ont obtenu les intérêts des prêts ainsi que les pots de vin des fournisseurs des sous-marins. (J’utilise les fournisseurs de sous-marins comme un terme générique pour la gamme de marchandises extérieures et de services pour lesquels les prêts ont été dépensés).

En Grèce, les prêts sont payés par l’argent économisé en réduisant les retraites, l’enseignement et les services sociaux, l’emploi public, et par l’argent levé par la liquidation d’actifs publics comme des ports, des réseaux d’eau municipaux et des îles protégées. Les réductions dans les retraites, l’enseignement, les services sociaux et l’emploi drainent l’argent de l’économie et la vente d’actifs publics draine l’argent du budget du gouvernement. Michael Hudson raconte brillamment cette histoire dans son nouveau livre : Killing the host [En tuant l’hôte, NdT].

Le résultat est une souffrance croissante et le résultat de cette souffrance est que des jeunes femmes grecques doivent vendre leur corps.

Tout juste comme l’avaient dit Marx, Engels et Lénine.

On penserait que partout les gens en seraient outragés. Mais pour la plupart de ceux qui ont fait des commentaires sur ZeroHedge, ce n’est qu’une occasion de faire des blagues grossières (« Réfléchissez, le Viagra coûte 4 fois plus qu’une chatte » ; « C’est assurément mieux que de rencontrer une fille et de l’inviter à dîner »). Ceux qui représentent les valeurs occidentales tant vantées ne voient rien d’outrancier là-dedans.

Le pourcentage des Russes pro-occidentaux qui se tournent vers l’Ouest en quête d’un leadership doit rapidement approcher de zéro.

Qu’est-ce qui est le plus important ? La dignité des femmes ou un milliard de dollars de plus pour les banquiers ?

La civilisation occidentale a donné sa réponse : un milliard de dollars de plus pour les banquiers.

Paul Craig Roberts

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • 4 euros "de l’heure" ? La prostituée se fait payer à la passe, pas à l’heure . "One shot thirty euros, three shots ninety euros" ou à la nuit (150 euros), un "couché" .

     

  • #1359445

    La prostitution a toujours été la fille de la misère, c’est pourquoi on évalue à 20% le nombre de "françaises" qui se prostituent en France, et à 80% celui des étrangères, presque toutes en situation irrégulière : si le % de prostituées françaises augmentait, ce serait un très mauvais signe pour l’économie du pays , mais on n’en est pas encore là . Ce sont les mères nigérianes de Benin City qui envoient leurs propres filles se prostituer en Europe : ces malheureuses sont en fait des soutiens de famille . En Grèce les prostituées sont toutes des étrangères, comme la GPA qui y est pratiquée sur une grande échelle ne concerne que de pauvres étrangères, roumaines, bulgares, etc . Quant au tarif de 4 euros l’heure c’est un bobard de journaliste, les filles en Grèce ne travaillent que pour 20 euros minimum , alors qu’en France le minimum c’est 30 euros . Et s’il y a des prostituées en Grèce cela signifie que le pays ne va pas si mal que cela : en Espagne du fait de la crise il y a trois ans presque toutes les prostituées nigérianes sont parties en Italie, en Allemagne etc : "In Spain no work !"


  • La photo de "jeune femme slovène s’adonnant à la prostitution" : qu’est ce qui nous prouve que ce n’est pas un mannequin ou une actrice qui a posé ? Les pouffes sont bien moins juvéniles et quand elles le sont, elles sont souvent hors de prix .

     

  • C’est bizarre comme cet article ne se focalise que sur la prostitution féminine. La prostitution masculine serait-elle donc inexistante ? Et, si oui, de moindre importance ? Moi je dirais que les chances pour une étudiante de se trouver un sugar dady ou quelconque pigeon qui lui aiderait à payer ses études sont bien plus vastes que ceux des mecs ; en fait, j’aurais m^me tendance à dire quelles ne sont pas comparables. Mais je suppose que ce genre de faits n’incite pas à sortir les mouchoirs et pourrait m^me être qualifier de sexiste.

     


    • C’est bizarre comme cet article ne se focalise que sur la prostitution féminine. La prostitution masculine serait-elle donc inexistante ?




      Ce n’est pas bizarre, c’est normal, puisque ce sont les femmes qui se prostituent et pas les hommes.


  • La prostitution est le plus vieux métier du monde mais lorsque les femmes vendent leur corps pour une boite de conserve, vous savez que la fin approche.

    Après c’est clairement leur problème aussi, je pense qu’il y a assez de jeunes hommes Européens seuls prêts à marier ces jeunes grècques et leur offrir une vie confortable et sereine de mère de famille. Si elles restent en Grèce c’est soit que le tarif annoncé est complètement faux soit qu’il y a des systèmes en place pour les empêcher de partir.

    Alors c’est sûr, ça ne plaira pas aux féministes hardcore que le rôle de la femme soit remis à sa place la plus pure mais face à la réalité des choses, faudra qu’elles pensent à s’écraser. En temps de guerre (même psychologique) il n’y a pas de place pour ces émotions futiles.

    Quant aux commentaires de Zerohedge, ça prouve, selon moi, non pas que les gens préfèrent la prostitution pas cher mais que les relations hommes/femmes de nos jours sont trop complexes et finissent très souvent par des ruptures pour un oui ou un non.


  • et tout cela dans un système gaucho-féministe qui condamne la femme objet ,mais qui prône sa libération* (*libération de quoi on se le demande ) bravo à cette belle société pleine de réussites !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     

    • #1359569

      Oui mais faut il encore assimiler leur " plan" , basé sur le règne absolu de l’inversion ! ... En un demi siècle de " culture " et lavage de cerveau à partir du plus jeune âge , on arrive à ce que vous faites allusion ! ... Mais à part quelques égarés , çeux qui le soulignent sont taxés de " has been " ou de "fashshows" , même avec les preuves sous le nez démontrant à qui profite ces crimes ! ...alors ...sauve encore qui peut !


  • #1359479

    Elles passeront de féministes excentriques à prostituées alimentaires...


  • #1359484
    le 02/01/2016 par Pépé le Moko
    De plus en plus de corps-marchandises en Grèce

    En fait , ça pourrait pas tomber plus bas ...

    Bien que , à chaque fois que je dit ça , un événement prouve que ... si ... ça peut tomber encore plus bas ...


  • #1359496

    Elles feraient mieux de se prostituer dans les maisons closes en Allemagne, en Suisse où en Autriche (ce que beaucoup de roumaines, bulgares, espagnoles, italiennes font), ce sont des lieux sécurisé où la bouffe est gratuite, et où on est bien mieux rémunéré.

    D’ailleurs, si ce genre de systèmes pourraient être mis en place dans tous les pays européens, ça serait bénéfique pour tout le monde. Ces filles-là en premier.

    C’est l’illégalité de la prostitution qui amène des situations comme celle-là, où tout est dirigé par des réseaux de bandits, de profiteurs (on les connait tous)...

    Ou simplement de femmes seules au chômage qui vendent leur corps via Internet, car c’est moins fatiguant que d’aller travailler pour beaucoup moins d’argent.

    Bref : dans l’histoire de la prostitution quoi qu’il en est, légalisation = pas de problème car sécurité assuré en milieu clos et rémunérations décentes assurés aux filles qui pratique (plus qu’un SMIC).
    Pénalisation = la loi de la jungle.

    Et ce transposable pour absolument tout (alcool, drogue, musique, livres...).

    Une petite pensée pour la pauvre blonde tchèque que je vois sur la même autoroute depuis 4 ans, ceux qui encouragent ce genre de chose et qui hurlent à l’indignité pour les FKK sont des cinglés.

     

    • #1359655

      @La Vérité
      Donc votre solution à ce merdier c’est encore plus de mondialisation et de déracinement ? Transport des marchandises à bas cout (pour le coup des êtres humains) du sud vers le nord, c’est sure c’est une solution novatrice, du jamais vue, ou peut être aviez vous en tête un label commerce équitable ?
      En somme vous êtes un adepte du libéralisme total façon Pierre Bergé.


    • #1359726

      T’as raison, légalisons les drogues ça règlera plein de problèmes ! Y’a les salles de shoot, c’est bien ça, c’est tout surveillé et légal comme ça pas de problèmes de maladies. Ouvrons aussi des salles de racket comme ça on pourra se faire dépouiller et tabasser en tout sécurité.


  • #1359641

    Je ne veux surtout pas généraliser, mais quand on sait que les gouvernements dits centristes (mais extrémistes mondialistes en fait) sont élus par les "gens raisonnables" : les baby-boomers & les femmes (puisque les extrêmes (les méchants de l’histoire) reçoivent surtout le vote d’hommes jeunes) est-ce qu’on a pas là la confirmation de la stupidité des gens qui ont des réflexes de souris votant pour des chats ?
    Je suis retraité, je préfère voter pour le parti qui va raboter ma retraite plutôt que pour un extrémiste qui nous ferait sortir de l’euro et provoquerait (horreur) de l’inflation (Haaaaaaaaaaaaaaa ! Au secours !)
    Je suis une femme, je préfère voter pour ceux qui vont affaiblir ma situation sociale au point qu’un jour j’en vienne à me prostituer, plutôt que de voter pour des extrémistes qui...me font peeeeuuur.

    Quelque part, les gens doivent aimer ça, se faire traiter comme des sous-hommes. Après tout, les argentins ont été foutu dans la merde la plus noire par les ultralibéraux en 2000...et ils élisent un ultralibéral en 2015. Comme si le fait de ne plus pouvoir manger à sa faim et voir les femmes de sa famille faire le trottoir pour se nourrir n’était qu’un simple incident de parcours.

    Est-ce de la cruauté si je peux dire sur le sujet que l’on voit ici la plus amère des conséquences à long terme du vote des grecs pour les eurocrates ?

    Françaises, français, vous avez voté pendant des décennies pour des ultralibéraux et vous continuez à le faire (aucune région n’est passée FN en Décembre) : assumez donc de subir des conséquences qui seront similaires à ce que ces pauvres femmes grecques subissent. Quelle opportunité sociale que d’être un(e) esclave sexuel(le) ! Quel bel avenir pour nos enfants !


  • #1359711

    Ils doivent s’en mordre les doigts de ne pas avoir voté aube dorée. Mais il est déjà trop tard, c’est comme chez nous, quand on s’en mordra les doigts, il sera trop tard.


  • #1360076

    4€ l’heure, ça parait quand même être une mauvaise rumeur qui serait devenu viral (comme j’ai pu le lire en commentaire sur un autre site), le tarif de base étant de 150 € l’heure, ce serait comme acheter une Lamborghini au prix d’une berlingot et encore !

    Et quand je lis que c’est pour acheter à manger...pardon, un sandwich...et quand on sait que c’es’t ce qui attend la France bientôt, devoir se débrouiller pour trouver ponctuellement de quoi se nourrir...

     

    • #1360552
      le 03/01/2016 par Zarathousthra
      De plus en plus de corps-marchandises en Grèce

      Je pense que c’est un calcul peu représentatif du type "une ou 2 prestations hebdomadaires rapportées à la durée légale du temps de travail en Grèce".


  • #1360561
    le 03/01/2016 par Zarathousthra
    De plus en plus de corps-marchandises en Grèce

    A chaque fois qu’une femme se prostitue il y a quelque part un homme qui n’a pas de compagne et va devoir nourrir des mafias avec l’argent gagné à la sueur de son front pour rencontrer la femme qu’il n’a pas.


Commentaires suivants