Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dealers de femmes : le proxénétisme dans les cités, nouvelle activité florissante

« Ça rapporte bien » : le proxénétisme est devenu dans les cités chaudes la nouvelle activité florissante, après le trafic de drogues et les braquages. Des filles perdues qui rêvent d’ascension sociale se projettent en Zahia et sont récupérées par des caïds ahuris par la facilité de ce commerce pour eux égal aux autres. Enquête sur ces jeunes proxénètes et « leurs filles ».

 

Ryan est passé du haschich aux filles, sans états d’âme. Il y a un an, échaudé par une garde à vue, le petit dealer décide de se reconvertir :

« J’en avais marre d’avoir les flics au cul. Des copains m’ont dit que la prostitution c’était moins dangereux et que ça rapportait bien. »

Et même au-delà de ses espérances : à 23 ans, Ryan gagne 1 500 €/jour grâce aux trois jeunes filles qui travaillent pour lui, à raison d’une dizaine de passes quotidiennes tarifées 100 €/demi-heure. Parmi ses recrues, Nina, rencontrée lors d’une soirée avec des copains dans un bar à striptease. Sagement assise à côté de son souteneur, dans un café en banlieue parisienne, la jeune femme de 22 ans raconte sa vie d’avant : elle a été mise à la porte par ses parents, musulmans pratiquants, quand ils ont découvert qu’elle était enceinte d’un homme aux abonnés absents.

« Je pensais qu’en tant que mère célibataire j’aurais droit à un logement et à des aides. Tu parles ! L’assistante sociale m’a dit d’appeler le 115, comme si j’étais une clocharde. »

Nina écume les boutiques de prêt-à-porter de Châtelet, son maigre CV sous le bras, sans jamais parvenir à décrocher un entretien d’embauche. Découragée après des mois de vaines recherches, sans un sou en poche, elle finit par échouer à Pigalle. Un soir, dans l’intimité d’une cabine privée, elle confie à Ryan, son client à la gueule d’ange, qu’elle ne s’en sort pas avec les 30 € péniblement gagnés par jour. Il lui propose de travailler pour lui, gérant la logistique et la sécurité, contre 50 % de ses revenus. Farid, la quarantaine, voyou à l’ancienne d’une cité de Seine-Saint-Denis, n’en revient pas.

 

JPEG - 187.2 ko
Zahia, ou comment s’en sortir par le bas

 

« Ça cartonne dans les tiéquars ! »

Confirme-t-il, choqué de ce succès. « Pour notre génération, c’était la honte d’être un maquereau. Aujourd’hui, les petits jeunes n’ont plus de limites : ils dealent de l’héro et font tapiner leurs copines. » Une nouvelle génération de délinquants, opportunistes et avides de se faire une place au soleil.

« Les réseaux de drogue sont saturés, tandis que le braquage ou l’escroquerie demandent une certaine expertise et ne sont pas à la portée de tous. Le trafic de filles reste le plus simple à organiser », analyse Jean- Marc Droguet, chef de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH).

« Le proxo, c’est génial  », ironise le capitaine Thomas, à la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) : pas de «  matière première » à acheter, aucun investissement de départ et, à la clé, un «  bénéfice monstrueux ». Car le trafic d’être humain reste l’un des crimes les plus rentables au monde : trois milliards d’euros ont été dépensés en France en 2014 pour des actes sexuels tarifés, selon le Mouvement du Nid. De quoi susciter des vocations.

 

De « fille de bien » à putain

Ryan l’apprenti maquereau – dont la conscience s’arrange mieux avec le qualificatif de « protecteur  » – s’investit «  à fond » dans son nouveau business. De belles photos et une annonce alléchante publiées sur Viva Street, un site où les offres de prostitution à peine masquées pullulent ; un appartement propre et discret, sous-loué à des connaissances, dont il change toutes les trois semaines pour ne pas se faire repérer. Il lui arrive aussi de travailler dans des hôtels moyen de gamme, situés dans des quartiers calmes aux portes de Paris.

Un billet glissé au vigile lui assure la tranquillité. Ryan loue toujours deux chambres : une pour la fille qui travaille, une autre où il patiente avec les deux autres, en regardant la télé et en fumant des joints.

« Quand elle a fini, elle toque trois coups au mur, et je fais entrer l’équipe suivante »

Lire la suite de l’article sur marieclaire.fr

Les conséquences de la destruction de la famille, analysées sur Kontre Kulture

 

La prostitution, drame ou business, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • il nous faut quelqu’un de la trempe de trump, histoire de vider les poubelles.

     

  • « Ça rapporte bien » la misère sociale , c’est ce que dénonce depuis des années Soral et d’autres personnalités comme l’abbé Pierre .

     

  • Triste...
    Ryan ? *le nom a été changé... Bon, au point où on en est, c’est presque logique. Toute la pourriture possible pour du fric. Dans mon coin, quelques petits cons arrogants sapés à prix d’or, roulent en bagnoles de luxe, pas de souci. Et ça y va les wesh et autres "sur le coran de la Mecque"... C’est ce qui me choque en fait, parce que les putes et les maquereaux, depuis la nuit des temps... Espérons qu’Imran Hosein ne tombera pas sur cet article.

     

  • Amis de E&R
    Alors c’est ça les banlieues islamisées ?
    C’est ça les intégristes ? L’islamisation de la France dites vous.
    Moi je dirais c’est l’américanisation de la France. Lire Iceberg Slim.
    Pourquoi ne pas attraper ce gars et lui faire bouffer ses tripes ?
    Ne varietur
    Lavrov


  • C’est à cause de l’Islam radical... qu’en pense l’imam Zemmour ?



  • Ryan est passé du haschich aux filles, sans états d’âme.



    Et youpi, vive la dépénalisation du cannabis ... -_-
    Les gauchistes essaient de couper l’herbe sous les pieds des dealers, résultat : ce sont les filles qui prennent ! Magnifque ! Un jour, il faudra leur faire comprendre que la politique est une chose trop grave et trop importante pour être confiée à des libéraux-libertaires.

     

  • Cela fait partie du narkotrafique albanais qui a servi à financer la belle et grande armée de libération du sud de la Serbie, le Kosovo et Métochie ! Et là le Français n’était pas choqué que pendant les bombardements de l’otan sur le peuple Serbe d’uranium appauvrie, il y avait des jeunes albanaise qui ont littéralement envahie Porte Maillot, Porte des Lillas, Pantin....


  • #1657270

    Ce "proxénétisme dans les cités" est bien mis en scène dans un film danois de 2013, Northwest, réalisé par Michael Noer, Nordvest étant un quartier populaire de Copenhague.
    Juste pour dire que ce n’est pas une activité spécifique aux cités françaises.
    Le film est par ailleurs bon, crédible.

     

    • Bonjour, je ne sais pas si vous connaissez, cette trilogie sur le milieu de la mafia de l’est avec Mads Mikkelsen (peut-être son premier rôle ?), çà s’appelle "Pusher" : http://www.allocine.fr/recherche/?q...
      Çà donne un aperçu efficace de la mafia d’en bas.


    • #1657616

      Oui, bien sûr, la trilogie Pusher, qui m’a fait connaître le réalisateur aujourd’hui chouchou médiatique Nicolas Winding Refn.
      Chacun est unique, et un chef-d’oeuvre sans concession, rarissime exercice (qui compte aussi Romero et Fulci, pour les citer, sur d’autres thèmes).
      Même le remake de 2012, réalisé par Luis Prieto, plus "contemporain", est bon, sans égaler la crudité intemporelle de l’original.
      Zlatko Buric, acteur exceptionnel (de l’envergure des plus grands, Klaus Kinski, Christopher Walken) présent dans les trois films, et principalement dans l’apothéose du troisième.

      C’est intéressant de voir Le Parrain, I, II et III, mais il faut voir Pusher I, II et III aussi.
      Merci à tous ceux qui ont fait que ces films existent.
      C’était pas évident, à l’origine.


  • Bienvenue à Paris,
    La prostitution pour se loger
    La prostitution pour vivre
    La prostitution pour se droguer.
    Il n’y a pas que les meuf rebeu de misère..
    Mon ex copine se prostituai pour fumer son cheet...
    Je l’ai su que par hasard en l’appelant d un autre téléphone.


  • "Une nouvelle génération de délinquants, opportunistes et avides de se faire une place au soleil."

    « As above, so below »


  • Heureusement que la loi condamnant les clients de prostituées (et pas les mac) a été votée pour..n’être respectée par personne tout en étant sûr de nuire aux mères de familles qui "n’ont plus que ça". Les démagogues soit-disant féministes sont les principaux responsables de tout ça. Espérons qu’ils paient pour ça un jour.


  • Ou eh ! super ! comme on n’en avait pas assez en France, on en importe .Nos gouvernants veulent remettre les jeunes au boulot ? à 1500 euros par jour ,il va falloir trouver un super boulot ,parce qu’on leur propose des jobs ,et encore quand il y en a, à 1200 euros / mois .Je pense que çà va coincer.
    « Je pensais qu’en tant que mère célibataire, j’aurais droit à un logement et à des aides.
    Oui ,bien sur ,et pourquoi pas ,on sait bien que la France est généreuse .Quand on remarque tout cela ,on s’aperçoit qu’il y en a qui prennent ce pays pour une serpillère .Ces gens la peuvent retourner d’où ils viennent ,mais ici on n’a plus rien à leur offrir .Il faudrait aussi qu’ils aient un peu plus de dignité et d’honneur

     

    • C’est facile de parler dixi.
      Comme si on avait déjà offert quelquechose aux maghrébins de banlieue.
      Leur CV finissent systématiquement à la poubelle des drh depuis plusieurs décennies.
      Maintenant qu’il n’y a plus de boulot, toute l’attention est portée sur eux comme s’ils avaient profité de la manne économique.
      La seule intégration efficace est l’intégration par le travail. Après les avoir ignoré économiquement pendant des décennies, il est inutile d’essayer d’entrer en contact avec eux en leur disant "Eh copain, tu pourrais avoir un prénom français stp ? Tu pourrais manger du cochon, hein copain et aussi abandonner ta religion. Merci copain."
      C’est facile de juger.


    • Le problème général, quelque soit la génération, est le "goût de l’effort", le "mérite du travail réel, bien accompli et avec intérêt, voir "avec amour" (comme pour les Artisans). Plus personne ne croit qu’il faille bosser dur pour y arriver (La notion de "construction" au sens propre, comme au figuré, de "construire son avenir, comme un Architecte, donc "Architecte de sa propre vie", bref celui qui décide, n’existe plus. Et pourtant, quoiqu’on en dise, nous avons le libre-arbitre). Certe, en même temps, on a sappé la valeur travail, plus personne n’est augmenté, alors que tout augmente. Plus personne n’a confiance en soi-même, car beaucoup de gens ne se connaissent pas vraiment eux-même et ne connaissent leur propre potentiel, et vivent au jour le jour d’expédients. Une personne honnête, pauvre ou pas, ne peut pas prétendre gagner 1500 euros/jour, sans bosser dur, et surtout pour ce montant journalier là, avoir une réelle expertise technique, pas une expertise en "arnaque". Le problème c’est que nos jeunes ont été élevés via les "merdias", la tv, ses films, ses séries, à travers les jeux vidéo (le must étant GTA et Saint-Row), la musique, qui leur font croire que tout est possible, que l’argent facile c’est possible, etc etc... Et donc les jeunes sont prêts à tout (Il suffit de regarder l’abaissement de l’âge dans les affaires criminelles). Les politiques (ou du moins ce qu’il en reste) ont une responsabilité écrasante, dans leur gestion de la société, mais aussi du fait des scandales financiers à répétition (Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais). Derrière tout cà, il y a une stratégie. Tous les mouvements politiques irresponsables actuels, ont toujours utilisé les jeunes dans les manifs pour créer la confusion, pour créer le chaos, et même faire appel à l’insconscient collectif. Quand une personne de la génération 60 voit une manif d’ampleur avec des jeunes, cà lui rappelle Mai 1968. Après, il y a deux écoles : ceux qui sont toujours en 1968, et ceux qui ont construit du solide. Les nostalgiques de 1968 savent pertinnement que les jeunes sont des idéalistes, "abreuvons-les d’univers virtuelles où tout est possible à défaut de théorie politiques de l’époque", sachant qu’ils n’ont pas, par expérience de la vie, assez de conscience politique. C’est la proie facile à avancer dans des manifs, pour manipuler et émouvoir la société en général, c’est comme dans une guerre, les jeunes sont utilisés comme bouclier social humain.


    • Excuses moi chère pleureuse @ behacheelle

      Mais pour avoir travaillé dans quelques entreprises à Paris et dans sa région j’en ai vu dans toutes les boîtes des mecs de banlieue issus de la diversité... Plutôt beaucoup même, ils étaient embauchés et restaient car ils étaient efficaces, parlaient français, etc... Je n’ai pas vu d’autre critères d’embauche que cela. Faut arrêter le délire de victimization à deux balles.
      Après les zivas sans travail je pense pas que ce soit de la discrimination juste les mecs sont pas au niveau basta
      Tu parles pas deux phrases de français tu te présentes sappé comme...tu sais pas bosser...tu as une éthique nulle. Faut pas s’étonner de pas être embauché point barre.


    • Salut Zed,
      Je sais de quoi je parle. Ce que je dis est vérifiable par n’importe qui et rapidement. Place-toi à l’entrée de n’importe quelle entreprise (En banlieue ! Là où les maghrébins sont majoritaires !) à l’heure où les salariés gagnent leur bureau le matin et regarde combien il y a de maghrébins par rapport aux de souches. Tu vas être sidéré par le résultat.
      Il y a quelques années de cela, un politicien avait déjà essayé de justifier cette ségrégation en culpabilisant les banlieusards. Elle avait dit que les banlieusards ne trouvaient pas de travail parce qu’ils se présentaient à l’entretien d’embauche 1h30 en retard avec une casquette à l’envers sur la tête.
      L’entreprise est un lieu très communautarisé et ce sont des experts qui le disent sur internet.


  • P.tes de Luxe ou P.tes des bas fonds !Les madonna ,les femmen et autres...Toutes pareilles,monnayer son corps pour acheter des biens de consommation ,sac à main à la mode etc sans pudeur,et sans honte,quelle catastrophe pour l’humanité !Quand un connard se paye une P.te,c’est sa mère qu’il humilie,sa sœur, sa fille !Et la tapette qui lui sert de protecteur n’est qu’une P.te aussi !!!Où sont les associations de défense des femmes ????Alors les femens ?Les P.tes ni soumises ?Vos sœurs se prostituent !!!!

     

  • lol marche de la drogue sature, risque de depenalisation de la vente : les quartiers s’adaptent et cherchent de nouveaux marches...j’ai toujours pense que l’optimum de la concurrence et du neoliberalisme c’etait la maffia.un concurrent ? tub tub, probleme regle lol.


  • Voilà pourquoi j’aurai toujours un mépris souverain pour les clients de prostitués.

    En plus d’être des losers, ces mecs n’ont aucun sens moral. Pathétique...

     

    • Tu fais également référence à ces hommes défigurés ou handicapés qui n’ont absolument pas d’autres choix pour vivre un semblant de sexualité ? C’est déjà pas facile pour un homme correctement constitué de conclure, donc quand tu es en fauteuil roulant ou qu’il te manque deux bras, tu fais comment ? Le problème n’est pas la prostitution, qui est le plus vieux métier du monde, mais bien les souteneurs qui utilisent ces filles et récoltent l’argent qu’elles ont du mal à gagner. Ne pas confondre la pute qui veut des chaussures de luxe et celle qui fait ça pour joindre les deux bouts. Les amalgames on sait ce que ça donne ...


    • Le problème c’est que chaque fois qu’une femme se prostitue il y a forcément un homme quelque part qui doit payer pour rencontrer la femme qu’il n’a pas.

      Sans demande pas d’offre et vice versa, la faute est partagée...


    • Oui, bien sûr. La réalité de la prostitution aujourd’hui, c’est un pauvre handicapé, inapte a la rencontre, qui paye les services d’une femme. Femme ayant fait ce choix de vie en toute indépendance, en parfaite connaissance de cause et sans aucune contrainte d’aucune sorte.

      Sans blague, on peut arrêter la mauvaise foi deux minutes ?


    • @paix&l’amour,
      ça devra être la mère, la sœur ou la fille de ton voisin pour servir de vide couille ou t’as pensé à des membres de ta famille pour postuler à ce post d’honneur ?.. Les « modernistes » répètent des idées toutes faites SANS jamais y avoir réfléchi...

      Utiliser les services d’une prostitué c’est utiliser les services d’une femme qui peut agir sous la contrainte ou la peur SANS que rien ne soit apparent..
      C’est comme l’alcool.. c’est pas que je n’aime pas l’alcool, c’est l’alcool qui ne m’aime pas.. Ça n’a rien à voir avec mes caprices et mes envies.. ça tient d’un raisonnement logique basé sur la morale.. et le bon comportement..

      L’handicapé n’a pas besoin que tu parle en son nom.. lui sera jugé (auprès de Dieu) pour son comportement et toi pour le tiens.. Et ça n’est pas à TOI de dire ce qui doit rendre heureux les autres.. surtout pas en exploitant la misère d’autrui..

      Vous êtes profondément matérialiste comme notre société.. à aucun moment vous ne pouvez envisager que la privation peut être une nourriture spirituelle..

      Chacun ses problèmes, efforcez vous de résoudre les votres..

      En Islam, comme dans les autres religions Abrahamiques notre passage sur terre est une épreuve.. Nous pensons qu’il faut profiter des plaisirs sur terre et que Dieu ne nous soumets pas à des épreuves que nous ne pouvons supporter.. Inutile de regarder les épreuves des autres car nos âmes et leurs faiblesses ne sont pas constituées la même façon..

      À chacun ses bonheurs.. à chacun ses galères..


    • @ Auri

      "Sans demande pas d’offre et vice versa, la faute est partagée..."

      Donc c’est la faute...des femmes qui ne se prostituent pas et ne sont pas en couple ?!!!
      Et avant, dans une société ou les gens étaient très mariés, les bordels n’étaient donc pas utilisés ?
      N’importe quel conflit actuel se déroule avec viols de masse, mise en esclavage sexuel des femmes, des enfants... Et dans les pays sans guerre ( donc tout va mieux normalement), c’est viols et prostitution à tous les étages.
      A part de forts gardes fous pour l’en empêcher, on ne peut que conclure qu’il s’agit de la nature profonde de l’homme. Hélas


  • C’est pas Macron qui voulait une jeunesse qui rêve que d’argent, en devenant millionnaire ?...


  • "... la jeune femme de 22 ans raconte sa vie d’avant : elle a été mise à la porte par ses parents, musulmans pratiquants, quand ils ont découvert qu’elle était enceinte d’un homme aux abonnés absents. « Je pensais qu’en tant que mère célibataire j’aurais droit à un logement et à des aides. Tu parles ! L’assistante sociale m’a dit d’appeler le 115, comme si j’étais une clocharde. »

    Si cette jeune femme avait perçu un revenu universel de 800 € par mois elle n’aurait pas été contrainte de se prostituer, d’autant plus que le revenu universel peut être cumulé avec le salaire d’un emploi à mi-temps ou à plein-temps. Aussi réfléchissez bien avant de condamner le revenu universel.

     

    • Oui, mais moi, je retiens plutôt les musulmans pratiquants qui préfèrent savoir leur fille à la rue plutôt que de l’aider.


    • #1657578

      "Aussi réfléchissez bien avant de condamner le revenu universel."

      Vachement sentencieux, ce ton menaçant !
      "Arbeit macht frei"(le travail rend libre), à côté, c’est baba cool/ hippie, lol

      Tu ne dois pas bien être au courant des réalités de la rue et de ses multiples vices... sais-tu combien coûte la conso quotidienne d’un tox, ou simplement le mec qui fume 2 paquets de clopes par jour multipliés par 1 mois, l’addition ? en partenariat avec les frais alcooliques ?

      Alors, amigo, tu t’en affranchis comment, de ton revenu universel ?
      D’ailleurs, une gonzesse a-t-elle simplement "besoin" d’être chaussée par Louboutin, comme décrit dans l’article ?


    • haha oui bien sur , il est évident qu’aucun dealer ou trafiquant/délinquant ne touche le RSA en parallèle ...
      Ces jeunes sont biberonné au rap et à toutes ces conneries qui les rendent avides de matérialisme facile et superficiel .


    • C’est ça qui est merveilleux avec le revenu universel. Plus de prostitution, de cambriolage, de dealer, de chômeur... Comment n’y a t on pas pensait plus tôt ? Comment le financer dites vous ? La dette bien sur.


    • Donc, on a une mentalité d’assisté ("je pensais que j’avais droit..") et on encouragerait ça en donnant encore plus d’argent à des gens qui ne cherchent pas d’autres solutions. Toutes les mères célibataires, sans soutien autour d’elles, ne finissent pas prostituées. Quand on voit certains cramer leur RSA en shit, donner plus d’argent ne sera pas une solution globale.

      Sans dire d’avoir une vie ascétique et faite seulement de dur labeur, il faut peut-être revoir le niveau de valeurs morales atteint par cette société avant de balancer de l’argent par les fenêtres.

      J’ai vu de tout dans la cité d’où je viens, et les seuls qui s’en sont sortis sont ceux qui sont restés fidèles à des valeurs morales telles que l’honnêteté et le contentement.

      Je ne dis pas cela pour fermer le débat sur le revenu universel, mais la solution doit venir de soi avant que la société ne donne un coup de pouce, plutôt que l’inverse.


    • Pas une pompe aspirante , ton revenue iniverselle , "venez en France vous aurez 800 euros à rien foutre de la journée, via western union balancez la moitié de votre tune au bled et ouvrez des magasins, des bissness" super ce revenue universelle, tu veux de la tune tu va au turbin.


  • Putain (cest le cas de le dire) merde, j’arrive pas à trouver de l’affection, y a pas un business la dessus.


  • Je croirais à cette prostitution quand je verrai de mes yeux ... J’habite une cité et je ne vois rien pour l’instant. Marie-Claire, ce n’est pas très crédible. Mais bon, dès qu’on parle de la "cité" tout le monde pointe l’oreille. Les zupards ont encore de l’honneur : ils volent, fument, tuent, violent, mais de là à vendre des meufs ?!!!

     

  • De l’industrie du RAP au porno donc au proxénétisme... tout cela se tient.
    Ah les futurs Montaignes ! Qu’est-ce qu’on a comme chance avec ces vraies chances pour la fronce !


  • Je travaille en hôtellerie et d’après de nombreux collègues j’ai appris récemment que même des hôtels 4 étoiles de Lille (Crowne Plaza par exemple) était plus fréquenter par des proxénètes (jeunes qui plus est) et des dealers.
    Il ya tellement d’argent qu’il n’y a plus besoin de faire de buiseness dans des tours....


  • La plupart des djeunes ont déjà suffisamment de mal à baiser pour eux même que faire baiser les autres ne doit concerner qu’une petite minorité. S’ajoute à ça que pas toute les prostituées ne se sentent ou son obligées d’entretenir un souteneur. Le cas le plus fréquent devant relever de l’échange drogue contre passes.


  • Bergé la vieille tante a bien dit que "louer ses bras ou son ventre, quelle différence ?"....


Commentaires suivants