Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Délire féministe : trop de mâles dans les collections des muséums d’histoire naturelle

[…]

Les stéréotypes sexistes infiltrés jusque dans les muséums d’histoire naturelle : les mâles oiseaux et mammifères sont surreprésentés dans leurs collections, ce qui est susceptible de biaiser les recherches menées à partir des ces spécimens, révèle une étude mercredi.

 

[…]

Pourquoi cette démarche inédite ? « Nous nous intéressions aux préjugés de genre dans le milieu scientifique, où il y a par exemple une surreprésentation de chercheurs hommes blancs aux postes haut gradés. Aussi trouvions-nous intéressant de voir si ce biais masculin se retrouvait dans les collections des musées », explique Natalie Cooper, chercheuse au muséum d’histoire naturelle de Londres et auteure principale de l’étude publiée dans Proceedings of Royal Society B.

[…]

Sur le vaste échantillon analysé, quand le sexe est identifié, 40 % des oiseaux et 48 % des mammifères, en moyenne, sont des femelles. Ce pourcentage varie en fonction des classifications, et s’avère particulièrement faible dans de nombreux nombreux cas, comme certains passereaux (9,7 % de femelles), gobemouches noirs (11,5 %), chauve-souris (9,9 %), ovins (24 %), belettes (24 %)... Autre exemple : moins de 40 % des artiodactyles (famille des ongulés) sont des femelles, alors que dans les populations sauvages, elles sont majoritaires.

[…]

« En ignorant les femelles, nous n’avons pas un tableau complet du vivant ; or cela est essentiel pour prédire, entre autres, comment la taille des corps pourrait répondre au changement climatique », souligne Natalie Cooper. « Regardez comment les femelles animaux sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement. Cela reflète des stéréotypes de genre chez les humains au XIXe siècle, pas la réalité dans la nature », fait-elle valoir.

Au XIXe siècle, les personnes chargées des collections dans les musées étaient « pour l’essentiel des hommes ». Et si la sociologie a changé depuis, « cela ne s’est pas reflété dans les collections », déplore-t-elle. […]

Lire l’intégralité de l’article sur bfmtv.com

 


 

La photographie d’illustration montrant l’activité sexuelle de diptères ne sert pas qu’à dépeindre les recherches ici présentées, mais aussi à pointer du doigt une caractéristique fort répandue dans le monde animal : le dimorphisme sexuel, autrement dit, les différences morphologiques existant entre les sexes, parfois infimes, souvent importantes, voire spectaculaires.

Si vous êtes un explorateur du XIXe siècle à la curiosité naturaliste et que vous devez rapporter de vos pérégrinations plus ou moins exotiques des spécimens avec des contraintes de place, vous allez évidemment, si le choix vous est permis, vous orienter vers le beau et le spectaculaire, autrement dit vers des mâles, bien souvent. Pour la chercheuse de gôche du début du XXIe siècle, c’est parce que l’explorateur était un homme…

Quelques banals exemples de dimorphisme sexuel :

 

Lucane cerf-volant

 

Faisan

 

Mandarin

 

Paon

 

Cerf élaphe

 

Antilope cervicapre

 

- La Rédaction d’E&R -

Délires progressistes, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Fuyez pauvres bêtes ! Le féminisme arrive chez vous !


  • Les deux Mandarins forment un joli couple.

     

  • Bien sûr quand on voit qui a relayé l’article, on a compris que ce serait de l’idiotie complète. Il y en a comme ça qui n’ont pas de problèmes de fins de mois et qui s’occupent de façon passionnante, il n’y a pas à dire. On y découvre même que la plupart des scientifiques sont des hommes. Et en exclusivité, je peux même lui apprendre qu’ils sont caucasiens. Ainsi elle ne mourra pas bête.

     

    • Oui, c’est le niveau zéro de la réflexion intellectuelle.
      Et si il y avait plus de mâles dans les collections :
      - ) parce qu’il y en a plus dans la nature,
      - ) parce qu’ils se font plus facilement attraper,
      - ) parce qu’ils résistent mieux à la conservation,
      - ) parce que pour la reproduction on laisse plus de femelles en liberté,
      - ) parce que pour des décoctions, les mâles font de meilleurs médicaments,
      - ) parce que ...

      Thémistoclès


  • "Regardez comment les femelles animaux sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement. Cela reflète des stéréotypes de genre chez les humains au XIXe siècle, pas la réalité dans la nature", fait-elle valoir.

    A ce niveau-là c’est vraiment du délire.

    Dans l’imaginaire collectif, on a plutôt l’image des mâles qui se combattent férocement pour avoir accès à la femelle (soit directement soit indirectement par une séduction à travers leurs plus atours- chant, plumage...), qui accepte alors le vainqueur, permettant ainsi indirectement l’amélioration constante du patrimoine génétique de l’espèce et donc sa survie. Où est la soumission là-dedans ?

    Et je ne vois pas en quoi améliorer la représentativité des femelles dans les museums permettrait d’endiguer cette pseudo interprétation des scientifiques du rapport mâle-femelle dans la nature.


  • Féminisme et Bourgeoisie vont souvent de paires.

     

  • " si le choix vous est permis, vous orienter vers le beau et le spectaculaire, " Pour un humain, sûrement, mais la nature étant bien faite, elle a fait les mâles animaux plus voyants, ainsi les prédateurs se dirigent vers eux, pendant que les femelles qui sont presque invisibles s’occupent des bébés, car ce sont les femelles qui assurent la pérennité et l’éducation. Comme quoi, tout est pensé et intelligemment.

    " Regardez comment les femelles animaux sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement. " Allez dire ça à monsieur mante religieuse, par exemple, il va vous en dire deux mots !

    Les féministes de mes deux que je n’ai pas, franchement, elles devraient arrêter la moquette. D’ici là que les lgbt disent aux abeilles qu’elles sont des bourdons, il n’y a pas loin !

     

    • Pas folle la guêpe ! Nous frelons la perfection avec votre exemple apicole.
      En tout cas, au-delà du sourire, vous avez fait apparaitre des contours plus acérés à ma propre réflexion : j’avais noté que chez les femelles il y avait des connasses qui font, pour l’essentiel, de bonnes féministes qui plombent le genre comme les pimbêches et puis il y a celles qui sortent du lot. D’ailleurs au gré des commentaires intéressants, mais par trop le fait de mâles, j’étais à me demander comment il se faisait qu’il n’y ait pas de femelles pour monter au créneau de la bêtise de celle-ci et qui me faisait dire : « L’on peut être cultivé mais connasse quand même ! ». Ce qui vaut pour les mâles tout autant : cependant, qu’ils la ramènent et leur congénères leur tombent sur le poil instamment : là non. Sauf vous ! Ouf !
      Cependant, lorsque vous dites que vous n’en avez pas deux, gardez bien à l’esprit que le mâle est persuadé autant qu’attiré du contraire... ;)


    • Sedetiam : merci :) Quand quelque chose m’interpelle, je me fiche de savoir ce qu’il y a en-dessous de la ceinture de l’auteur, si c’est nul, c’est nul.


  • Moi, je trouve qu’il y a trop d’espèces féminines dans les maternités, personnels et patients confondus. Heureusement que Noé a emporté un couple de chaque espèces sinon les féministes radicales lui auraient fait un procès.


  • le dimorphisme existe aussi chez l’humain
    les mâles ont toujours un cerveaux " même les macho "
    alors que chez les femelle pas toujours pas toujours "quand elles sont féministes"

     

    • Oui, les hommes ont toujours un cerveau, sauf quand il y a une femme belle et fertile dans la salle.

      Remarques :
      - Dans cet article sur le dimorphisme sexuel, il ne faut pas utiliser animal mâle et animal femelle mais Animal-1 & Animal-2.
      - Personellement, j’ai deux grand-parent-A et deux grand-parent-B.


    • @ anonyme,



      Quand il y a une femme belle et fertile dans la salle...




      ...il est un certain dimorphisme qui devient prégnant. Soyez même sûr qu’il n’est pas le seul dans l’enceinte...

      Pour ce qui me concerne et pour les anaphylactiques aux couches, aux pédiatres, aux brailleries, aux calendriers scolaires, aux conseils de classe et autres pensum, la fertilité est même très secondaire, voire d’aucun intérêt, désormais.


  • Il y a trop de femmes chez les féministes et trop de juifs chez les sionistes.


  • Je pense qu’il y a également trop de mâles dans les films de scorsese.... qu’en pensez-vous ?

     

  • Donc les féministes veulent qu’on chasse et tue autant d’animaux femelles que d’animaux mâles pour fournir les musées d’histoire naturelle. Très bien, c’est noté

     

  • C’est tout simplement parce que dans beaucoup d’espèce animale les mâles arborent des caractéristiques physiques plus spectaculaire, frappantes...que celles des femelles. Rien à voir avec un complot, du mépris, de la haine...ou alors il s’agit d’un complot de Dieu ou de la nature ! Et c’est pour cela que l’un des objectifs des maboules qui ont usurpé le pouvoir est de détruire le naturel afin de le reconstruire selon leurs propre normes aberrantes !
    Je ne serais pas étonné que dans les cas où se sont les femelles qui ont des caractéristiques tape à l’œil qu’elles soient sur-représentées par rapport aux mâles. Par exemple si vous pensez à une hyène, comme l’imaginez vous ? L’image que vous en aurez dans votre tête sera très certainement et de manière parfaitement inconsciente celui d’une belle femelle ! Pourquoi ? Parce que les hyènes font parties des rares mammifères où les femelles sont plus imposantes que les mâles qui eux sont plus chétifs et sont dominés par les femelles dans la hiérarchie sociale ! A l’inverse dans votre imaginaire un éléphant aura les caractéristique d’un beau mâle énorme avec de majestueuses défenses plutôt que d’une femelle...idem avec le mandrill où l’on retiendra le mâle avec son masque facial coloré impressionnant plutôt qu’une terne femelle... !


  • Un jours, les feministes termineront aussi exposées dans un musé comme un souvenir d’une époque révolue ou les hommes avaient eu l’idée stupide de se dire : "et si on les traitait en égale..."

    C’est de moi. Cest beau, hein... ?

    P.S.
    J’espère que tu me lis, la fourest.

     

  • Les anglos saxons( désolé dav), sont tarés au delà de toute mesure.

    Les pires niaiseries sociétales ? Les saxons et, dans une moindre mesure, si l’on peut dire, les scandinaves, peuples de tafioles au eyeliner, qui pissent assis...

    Faut être légume pour mener pareilles etudes : MAO avait raison : au champ, la folle !

     

    • En attendant, elle coûte !
      Qui l’a placée là ? Qui lui a donné un diplôme pour s’occuper à compter les mouches ?
      Le monde des insectes est méchant avec les mâles. Pauvre mâle araignée, qui meurt dans certaines espèces carrément dévoré par sa progéniture, que la femelle lui a confiée en exclusivité, progéniture qui ne survit qu’à cette condition. Et dans presque toutes les espèces d’araignée, c’est la femelle qui le dévore, ou alors il finit épuisé après le rapport.
      Chez d’autres espèces animales, on a bien du mal à distinguer le mâle de la femelle.
      Cette chercheuse me fait penser à la femelle moustique, qui pique et qui pique, qui pompe et qui pompe, alors que le mâle vaque à d’autres affaires, et semble avoir été conçu pour la seule reproduction, à moins que ce ne soit son plaisir de vivre, son corps, son choix !
      Le roi lion laisse chasser les femelles et surveille d’assez loin ; il s’occupe pendant ce temps de garder les lionceaux. Il y a à cela d’excellentes raisons.
      Il y a de tout dans le monde animal. Chez les êtres humains, on se pare pour se mettre en avant, et pour des raisons très éclectiques : le roi, la cocotte... La nature sévère et juste pare de ses bienfaits les uns et les unes, pas les autres. L’intelligence et la beauté qu’elle octroie, par ailleurs se cultivent ou se perfectionnent, s’obtiennent dans certains cas.
      Madame la chercheuse pompe les ressources et ainsi surmonte les bâtons dans les neurones que lui a mis apparemment la nature. Chacun son adaptation à un monde cruel. Mais voilà, celui que pique le moustique a tendance à le claquer, pas lui tendre l’autre joue bien irriguée.


  • Les photos sont biaisées, trop de stéréotypes de genre, les transgenres sont sous-représenté.e.z.y.z.s dans le monde animal.


  • Le sujet de cet article annonce que l’ingénierie du féminisme en tant qu’outil sociétal sioniste arrive au terminus.
    Après le "men spreading", il était difficile d’imaginer un thème encore plus stupide. Eh bien, voilà, c’est fait ! Je vous le dis, c’est insultant pour notre QI.
    Il est visiblement temps de remplacer l’équipe de spin-doctors, sans doute originaires d’un bled israélien ... pour des CAP- Techniques de Vente !


  • Féminisme = Infantilisme .

     

  • "Sois belle et tais-toi " Je plaisante...Quoi que...

    Pour paraphraser Coluche : Chris Rock , ça devrait être obligatoire ( "Rien ne vous prépare au mariage" ) ! :)


  • "surreprésentation de chercheurs hommes blancs", be oui, comme il y a plus d’hommes blancs ingenieurs que de femmes blanches ingenieurs. Et il y a plus d’infirmieres que d’infirmier de couturieres que de couturier, et de plombiers que de plombieres. Que dire de l’armée ? L’arméé est elle sexiste ? ou le port du sac a dos du casque et du flingue pour se faire trouer la peau est il un privilege ?
    Decidemment le feminisme est affligeant de connerie.

     

  • Il n’y a malheureusement pas d’endroit pour soigner l’idéologie féministe .C’est une pathologie irréversible, et en principe elle ne vous lâche jamais, mais elle provoque une allergie à son entourage, une sorte de repoussoir, occasionné par une objectivité primaire, complètement hallucinante .
    L’égalité dans les sexes n’existe pas puisque le monde animal nous le rappel encore une fois . C’est flagrant, ne serait-ce que par son aspect physique .S’il y en a trop ou pas assez, c’est la nature qui l’a décidé .
    On ne va pas se plaindre parce qu’une araignée femelle bouffe le mâle après l’avoir fécondée et en étant même plus grosse, et la même chose pour la mante religieuse .
    Il faut vraiment avoir du temps à perdre , et l’esprit tordu, pour aller voir dans les muséums d’histoire naturelle, si les femelles étaient moins représentées que les mâles .
    Il y a un sacré bordel dans la tête d’une féministe .

     

    • " Il faut vraiment avoir du temps à perdre , et l’esprit tordu, pour aller voir dans les muséums d’histoire naturelle, si les femelles étaient moins représentées que les mâles .
      Il y a un sacré bordel dans la tête d’une féministe ."
      Ça s’appelle une idéologie qui pour certains frise le fanatisme. Tout comme ces personnes qui voient du racisme partout, de l’antisémitisme dans tout et n’importe quoi. Les féministes radicales trouvent du sexisme dans tout et arrivent même à en inventer. Ça occupe et ça divise la société et pour certains, ça rapporte pécuniairement.


  • Trop de Males lors des défilés du 14 juillet sur les champs élysées.
    Trop de Males qui ont combattus lors de 2 guerres mondiales pour libérer la france.
    Trop de Males sur le bord des routes qui pratiquent le marteau piqueur.
    Trop de Males migrants .

    les féministe politiques ne trouvent pas de bons thémes. aidons les !


  • En tous cas chez les escargots je n’ai pas vu de discrimination.


  • On est clairement confronté à des psychopathes et il est grand temps de les identifier et de cesser de couvrir l’anonymat sous des appellation d’ordre générale comme UE ONU ONG etc, etc, il faut des noms, des identités. Les identités de celles et ceux qui noyautent et instrumentalisent les organismes afin de servir leurs névroses et de leur trouver des domestiques. Ces êtres nuisibles, malfaisants, néfastes, doivent être identifiés clairement. Leur nombre doit être inversement proportionnel à leur hypervirulence et leur volonté de nuire doit être contrecarrée.


  • Encore un sujet majeur essentiel à la lutte sociale... Une opératrice sur chaîne usée par ses TMS à 50 ans pour 1000 euros par mois (si temps complet) sera ravie d’apprendre que les belettes femelles sont représentées à 50% dans les vitrines des musées, son quotidien sera révolutionné...

    Ce serait à nous les femmes de leur dire de se taire pour l’éternité ou à défaut de cesser de travailler pour le grand capital (qui lui est surreprésenté par certains hommes blancs, plus lunaires que solaires d’ailleurs). Nos grands-mères se sont battues pour jouir des mêmes droits juridiques que les hommes, c’est chose faite, que veulent-elles de plus ?
    Aucune femme saine de sexualise à ce point son environnement et à quoi bon ? C’est un fait qu’il y a plus de chercheurs, de penseurs chez les hommes et donc ? Sont-elles jalouses ? Ne réalisent-elles pas que nous les femmes nous nous accomplissons dans tant d’autres domaines certes parfois plus "domestiques" ou immatériels, en quoi est-ce une tare ? Cela ne signifie pas que nous sommes moins intelligentes car beaucoup d’entre nous faisons de très longues études (totalement en phase avec la tertiarisation de notre monde actuel soit dit en passant).

    Pourquoi n’entendons-nous pas ces féministes se plaindre de la surreprésentation masculine dans le domaine de la mécanique, du BTP, des agents des collectivités territoriales ?
    D’ailleurs, pourquoi, dès lors qu’une femme progresse dans sa carrière adopte-t-elle des attitudes masculines ? (agressivité, combativité, concurrence, autoritarisme...). Serait-ce que ce sont exactement ces dispositions qui ont fait que les hommes aient réussi dans certains domaines ?

    C’est usant, mais en tant que femme je suis lasse d’être "représentée" par des prostituées à moitié nues qui désacralisent nos églises, des hystériques lesbiennes qui crachent leur haine de l’homme ou des boudins hideux qui mentent sur leur ex pour lancer un énième hashtag féministe ? Oui ras le bol.
    Si j’avais vraiment le choix, un vrai choix, je ne travaillerais pas et me retirerais avec délectation de cette "rat race". Et pourtant je ne suis en aucun cas une femme soumise....mesdames par pitié : fermez-la !

     

  • Et la surreprésentation des hommes sur les monuments aux morts, elles y ont pensé ?

     

    • "Et la surreprésentation des hommes sur les monuments aux morts, elles y ont pensé ?".

      On ne parle pas de la même époque. En ce temps là, les femmes bossaient dans les usines d’armement pour faire vivre leur famille pendant que le mari était au front. Aujourd’hui, pendant que leur homme irait se battre, elles se taperaient un migrant. Autres temps, autres moeurs......


  • J’espère que la communauté LBGTQetc va intervenir. On laisse là de côté la minorité Trans animale genre les escargots.


  • Ils cherchent la petite bête...

     

  • « Regardez comment les femelles animaux sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement. Cela reflète des stéréotypes de genre chez les humains au XIXe siècle, pas la réalité dans la nature », fait-elle valoir.

    Rholalaaa..... la conne. Ah ouais, la bonne conne. Complète, champignons, jambon, fromage et une couche bien épaisse.


  • Il faut en avoir de l imagination pour toucher des subventions !


  • " Je me sers des animaux pour instruire les hommes " Qu’ elles laissent les animaux en paix et qu’elles aillent lire ou relire Jean de La Fontaine au lieu de faire de l’anthropomorphisme idiot .


  • Les femmes seront l’égales des hommes le jour où ... elles cesseront de leur être supérieures :)

     

  • Les images des cerfs elaphes et des oiseaux mandarins sont très belles !


  • Toute cette pression sera contre productive. On le voit déjà lorsque l’on discute de ce genre de thème avec les gens. Cela augmentera même le ressentiment de certains hommes envers les femmes. C’est bien dommage.


  • Cette étude semble néanmoins soulever quelques problèmes, et paraît plus sérieuse que certaines des déclarations de la chercheuse – notamment l’histoire des chercheurs hommes blancs, qu’elle semble n’avoir raconté qu’à l’AFP.
    Sur l’ensemble des archives de spécimens à disposition, une grande proportion n’a pas identifié le sexe ; ainsi, 49 % des oiseaux n’avaient pas été identifiés sexuellement, et 15 % pour les mammifères.
    Tous ces spécimens non identifiés n’ont logiquement pas été utilisés pour l’analyse, ils l’ont par contre été dans les conclusions de l’étude : il y est supposé que beaucoup de ces spécimens non identifiés sexuellement pourraient être en fait des femelles, mais ils ignorent dans quelle proportion – bien qu’ils ne pensent pas que cela explique la différence.
    Selon eux, les femelles sont probablement plus difficiles à identifier, possiblement parce que parfois visuellement trop proches des juvéniles, ou encore parce qu’il manque certains caractères facilitant l’identification, comme l’os pénien.
    Ils estiment que la sélection active (le fait de favoriser un sexe) est plus présente chez les oiseaux que chez les mammifères ; cependant ce déséquilibre n’est probablement pas volontaire : une migration différente entre les deux sexes pourrait parfois influencer le résultat des captures ; et plus généralement les méthodes de chasse – par exemple chant d’oiseau mâle pour attirer les oiseaux, ce qui attire les autres mâles – sont également supposés influencer grandement certains déséquilibres.
    Il semble aussi y avoir une sur-représentation des mâles lorsqu’il y a un dimorphisme sexuel inverse : le pourcentage médian est de 44.6 % de femelles chez les espèces d’oiseaux à dimorphisme sexuel inverse – p. ex. Le Hibou grand-duc, où la femelle est plus lourde que le mâle – ; donc la différence est moins grande, mais toujours présente.
    Ce n’est qu’un résumé très partiel, mais en tout cas, ils semblent avoir eu toutes ces considérations de bon sens.
    De plus, cette chercheuse explique que bien souvent, pour des études à large échelle, les chercheurs ne prennent même pas en compte le sexe ; ce qui peut biaiser certains résultats s’ils n’en ont pas conscience.
    J’ajouterais que nous avons le même problème dans la médecine moderne occidentale.
    Après, oui, au moins 3 de ces chercheurs semblent être des militants féministes et LGBT (en cherchant sur Twitter), mais cette étude me paraît assez valable.


  • Quand vous ne nous les carressez pas, chéries, vous nous les cassez ;
    oubliez les si faire se peut, qu’elles se reposent.
    Quand vous nous les dorlotez pas, vous nous les passez à tabac ;
    oubliez les si faire se peut, qu’elles se reposent un peu,
    qu’elles se repo-o-sent
    Brassens

     

  • Il est bien évident qu’un chercheur mettra deux spécimens : mâle et femelle, dans sa collection. Peut-être avant privilégiait-on le « spectaculaire » par manque de place ; aujourd’hui ce n’est pas le cas... Après dire qu’il s’agit d’un stéréotype de genre, c’est ridicule !


  • Ha ha ha ha ha, mais qu’elles sont connes !


  • Savez-vous que, pour honorer Greta Thunberg, un savant a donné son prénom à une bestiole "nuisible ravageuse", un micro-scarabée sans yeux ni ailes, blond comme la Suède, qu’il venait de découvrir ?
    Greta est sûrement très flattée. La voilà immortalisée dans tous les musées d’insectes.
    On ne sait pas si c’est une quenelle du savant coquin ou un hommage respectueux. Les médias penchent pour la seconde option.


  • D’après Agnès Buzyn un mâle peut très bien être femelle donc c’est ok.


  • En France la Justice nage dans l’illégalité : il y a beaucoup trop de femmes par rapport aux hommes. 67% de femmes parmi les magistrats, 88% de femmes parmi les greffiers.
    Y a-t-il un(e) (des) responsable(s) au Ministère de la Justice à mettre en prison pour en être arrivés à une aberration pareille ?
    Ceci explique en bonne partie les dérives idéologiques, sociétales, politiques, multiples des décisions judiciaires.


  • Si je suis le raisonnement de ces affreuses cinglées, ma brouette de jardin est en danger, puisque, qui dit brouette dit kékétte.
    On vit dans une période, de FOU.


  • Voici le résultat de mes recherches scientifiques : chez Homo sapiens, il y a très peu de femelles éboueurs, égouttiers, peintres, électriciens, mécano, soudeur...


  • Mes longues études scientifiques (non subventionnées) m’ont permis de prouver que dès l’ouverture des boutiques de centres-villes et galeries marchandes, il y avait une surreprésentation des femelles homo-sapiens dans lesdits lieux jusqu’à leur fermeture.


  • Leurs souhait ultime ? Domination comme avec la mante religieuse.


Commentaires suivants