Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Denis Robert flingue Bernard-Henri Lévy... qui l’attaque en justice

« J’ajoute, mais c’est mon espièglerie, que déplaire à ce point à BHL est un gage d’indépendance et de qualité journalistique dans cet univers médiatique où on lui déroule le tapis rouge partout. » (Denis Robert)

On retiendra la jolie présentation par Denis Robert de Paul Nizan, toujours d’actualité avec ses Chiens de garde (sorti en 1932), dont Serge Halimi, éditorialiste du Monde diplomatique et fils de la pré-panthéonisée Gisèle Halimi – reprendra le titre en 1997, dans un pamphlet très remarqué contre les agents du Système.

 

On retiendra de Denis Robert sa description lucide du système BHL, et on oubliera (difficilement) son piège tendu à Étienne Chouard avec la bénédiction silencieuse de Mathias Enthoven dans Le Média, un véritable procès en inquisition contre le défenseur du RIC et des Gilets jaunes. Comme quoi, rien n’est simple...

 

 

Quand Denis Robert faisait le chien de garde (pour le CRIF)...

 

 

Pour lancer son nouveau média, Blast (le même nom que l’ancien magazine jeuniste, gauchiste et cochon du soixante-huitard Frédéric Joignot), rien de mieux qu’une petite attaque en règle de BHL, le symbole du socialo-sionisme politico-médiatique. Mais le propriétaire d’un palais au Maroc a mal réagi, habitué qu’il est à la pommade de la part des agents des médias mainstream. Il n’a pas supporté ce non-édito en forme de crime de lèse-majesté de Denis Robert :

J’avais cette gélatine qui tournait dans ma tête quand je suis passé devant une télévision où Bernard Henri Lévy était interviewé par Claire Chazal sur la 5. C’était bien plus qu’un exercice de flagornerie usuel. C’était gélatineux à souhait, plein de suffisance et d’omissions. C’était le dixième passage de BHL à la télévision en une semaine et la seconde fois sur cette chaîne. Des invitations pour un livre mineur qui recycle, dans un style pompeux et ampoulé, ses piges dans Paris Match. Piges pour lesquelles il a été payé, sur lesquelles il fait faire un documentaire financé par le service public. J’en passe et des pires. Une excellente enquête du magazine Capital vous en dira davantage.

BHL, c’est l’anti Nizan. C’est le bourgeois libéral. C’est le business de la fausse vertu. Il a écrit un jour un livre qui s’appelait « le grand cadavre à la renverse » en détournant l’idée de Sartre qui avait utilisé cette métaphore pour décrire la gauche communiste qui avait calomnié Nizan. BHL c’est fatigant et répétitif. Sa présence quasi quotidienne, cette semaine, dans des télés et radios complaisants est le symptôme de l’abrutissement des medias workers. Et de la perte de tout sens critique.

Malin, la nouvelle tête de Blast ne cite pas le mot interdit, pourtant explicatif de l’incroyable durée médiatique du faux philosophie : sionisme. C’est bien parce que BHL représente la branche française du sionisme de gauche depuis près d’un demi-siècle maintenant qu’il est toujours invité dans les émissions de tendance sioniste de gauche. Un socialo-sionisme qui a été longtemps défendu par... Denis Robert. Le serpent se mord encore la queue.

 

Bonus : Canal+ a encore cofinancé le navet de BHL

 

BHL soutenu par le Système

Denis Robert toujours dans le Système

 






Alerter

72 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2739343

    Et du coup, il y croit ou pas ?
    Quel boulot de con.

     

    Répondre à ce message

  • Pour les plus jeunes, je rappelle que Denis Robert est le mec qui a sorti l’affaire Clearstream, donc malgré ses defauts il mérite un certain respect . ( Il avait sorti la phrase : " certains ont des morpions, moi j’ai Richard Malka", avocat de clearstream ....)

     

    Répondre à ce message

    • #2739399

      Il a sorti cette affaire qu’on lui a fournit
      pour faire diversion pour une autre affaire bien plus
      grosse, l’affaire des Frégates de Taïwan.
      Denis Robert est un acteur de crise qui bosse
      pour l’État profond.
      C’est pas un héro comme les bobos peuvent
      le penser. Avez-vous eu accès à la vraie liste
      Clearstream avec les vrais noms ?
      Personne dans les 2 affaires n’a été en prison.
      Par contre dans l’affaire des Frégates de Taiwan
      Il y a plusieurs morts dont un juge et
      l’affaire a été classé secret-défense par Fabius et
      tous les politicards de droite comme de gauche
      ont raflé le pognon en nous laissant l’ardoise.
      Par conséquent aucun respect pour Denis Robert
      et sa fausse posture gauchiste.
      Rien que sa question inappropriée à Étienne Chouard
      en pleine révolte Gilet Jaune suffit pour le
      discréditer à tout jamais.

       
    • Richard Malka vous le voyez aussi chuchoter à l’oreille du patron de Charlie Hebdo dans Choron Dernières
      Tous ces gens ont leur chambre réservée en enfer

       
    • Denis Robert (qui n’est pas ce qu’on peut appeler un « viriliste ») avec Clairstream s’est lancée dans l’arène, s’est pris des coups et s’est défendu, alors qu’il n’était pas boxeur...même si il est en retard sur Bhl le sataniste, il remonte sur le ring...respect !

       
    • Ceux qui voulaient dezinguer Sarkozy ont fait ce qu’il fallait pour que Denis Robert "sorte" l’affaire Clearstream ! (revoir le film français avec Patrick Dewaere - Mille Milliards de Dollars).
      La question à se poser est : qui a autorisé à dezinguer BHL ? Et pourquoi.

       
  • #2739370

    Denis Robert... il porte ce qu’il est sur sa gueule quoi..... Le patron me comprendra....

     

    Répondre à ce message

  • Vu sa tête il va nous dire qu’il a une mezouza a la maison d’une minute à l’autre.

     

    Répondre à ce message

  • Bernard Henry Lévy : écrivain, philosophe, réalisateur...
    Si pour le reste cela ne vaut pas un coup de cidre, il faudra nous dire pour philosophe ce que le type a pondu de concept concernant la pensée humaine, étude menée du double point de vue de la réflexion et de l’action congruente ?
    Parce que à part nous faire la pub pour la lessive qui lave les chemises plus blanc que blanc après le passage de tartes à la crème, je ne vois pas.

     

    Répondre à ce message

  • Une atmosphère générale de règlements de comptes ,

    Les rats quittent le navire .
    Mais où aller ?
    Nos élites vont elles vers un destin de migrants .
    Même la Communauté n’assure plus l’avenir des Siens .
    Cette débandade généralisée d’une société transgenre
    signe la fin d’une époque .
    L’Empire meure et Macron Augustule fait joujou .

     

    Répondre à ce message

  • #2739525

    A propos de la question piège posée (sur commande probable) à Chouard, il n’était pas bien difficile au chouard (chouan déchoyant, même origine hibou) de s’en dépêtrer.
    - Quel rapport avec cette interview ? pouvait-il répondre
    - Aucun. Cependant, mais encore ?
    - Rien, je n’ai rien à répondre.
    - Et pourtant choua gnagna...
    - Je vois que vous insistez, adios.
    Et il se lève, et il s’en va. D’autres l’ont fait.
    Et pas un kopeck à payer pour autant.
    il faut s’attendre aux attaques, quand on se pose en s’opposant.

     

    Répondre à ce message

  • #2739994
    Le 6 juin à 07:21 par Après l’avant-garde, l’arrière train de la raie publique
    Denis Robert flingue Bernard-Henri Lévy... qui l’attaque en justice

    Tout ça n’est qu’un spectacle
    Ces gens se foutent de notre gueule
    Vous remarquerez que jamais rien ne leur arrive
    Polanski, beaucoup de bruit, viol et rien il vit en Suisse, fait du ski, des films et a grand train, Harvey Wenstein, viol et rien, lui aussi, zéro punition, un battage médiatique, beaucoup de bruit et que dalle, DSK, un gros barouf, beaucoup d’images, mais que dalle, rien, il se pavane au festival de Cannes et sa gonzesse écrit un livre, Epstein, qu’est ce que l’on sait réellement de ce qu’il lui est arrivé, qu’est ce que l’on sait où il est, s’il est vraiment mort...
    Vous en savez plus que moi ?
    Aujourd’hui c’est Zemmour, dans l’œil du cyclone, demain ce sera un autre
    Mais combien de condamnation ?
    Viol et sodomie de mineur, viol et agression d’une femme de ménage, esclavage sexuel... et quoi comme punition ?
    DSK, Weinstein, Polanski... ?
    Toi le sans dent, juste paye pas ton URSSAF, fait toi justice contre un voleur, déclare pas tout ton travail et tu vas voir la sanction... ça va pas être la même que pour Cohn Bendit, Mitterand, Roger Hanin, Madzneff et tous les autres

     

    Répondre à ce message

  • #2740369
    Le 6 juin à 21:08 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Denis Robert flingue Bernard-Henri Lévy... qui l’attaque en justice

    ces gens-là et leurs petites intrigues ne servent à rien
    ce sont des parasites

    Chirac et Creutzfeldt et Jakob
    le mec atteint d’ Alzheimer ne se souvient même plus de ses crimes

    aux chiottes
    comme la vie passe...

     

    Répondre à ce message

  • Bon Denis Robert a un côté larve "de gauche", mais c’est un bon journaliste ; son enquête Clearstream reste un monument du journalisme d’enquête, on y apprend une foultitude de choses intéressantes, je le conseille à tous... D’ailleurs lors de son enquête il avait été rattrapé par la patrouille et accusé d’écrire le nouveau Protocole des Sages de Sion (de mémoire). Il fut d’ailleurs abandonné en rase-campagne par nos deux grands quotidiens nationaux, Le Monde/Plenel et Libé. Il en a vraiment ch... pendant dix ans et plus, avec des plaintes à répétition à son encontre, huissiers et compagnie. Mais il a tenu bon, jusqu’au jour où il a passé un accord : la Banque cesse ses poursuites, et lui cesse de parler de son enquête.
    Bref, il doit réserver un chien de sa chienne à la clique de lumière...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents