Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Depuis 2016, plus de 5000 Anglais sont morts en attendant un lit d’hôpital

Près de 5500 patient·es sont morts sur cette période, après avoir attendu parfois près de onze heures un lit dans les hôpitaux anglais. Selon cette recherche unique au monde, ces décès sont entièrement et uniquement causés par la durée d’attente et non par l’état des malades.

 

Le rapport indique également que parmi les 79 228 patient·es qui ont attendu environ six heures sur un chariot, 960 ont perdu la vie. Si l’on se prête à un petit calcul, cela signifie qu’une personne sur 83 qui doit attendre aussi longtemps pour être admise mourra en raison de ce retard.

Dernier exemple en date, il y a tout juste une semaine, un homme est décédé à la suite d’une crise cardiaque après avoir attendu plus d’une heure à l’arrière d’une ambulance, à l’extérieur de l’hôpital Royal de Worcestershire.

Surpopulation, manque d’effectifs et de moyens : les raisons de ces retards sont multiples. Par exemple, plus de 17 000 lits ont été supprimés depuis 2010 en Angleterre, alors même que les passages au département des urgences augmentent.

[...]

La France est elle aussi touchée par la fermeture des lits d’hospitalisation. En une vingtaine d’années, plus de 100 000 lits ont été supprimés, au grand dam des urgentistes.

Lire l’article entier sur slate.fr

 

Un reportage de 2017 sur l’état déplorable de l’hôpital anglais :

 

La migration des Anglais en France pour se faire soigner !

Ce qui se profile chez nous, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En attendant nos infirmières , médecins , urgentistes ect sont mis sous contrôle de la CGT qui leur dit quoi penser et quoi faire .
    " Votez Macron ! ... Virez Macron ! " : voilà à quoi on peut résumer ce qu’on a le droit de penser .


  • Avec les Anglais le libéralisme c’est uniquement quand ça les arrange !!! Donc on paye encore pour ce gens qui se foutent ouvertement de notre gueule quand ils sont en France... dingue...


  • Si le flegme des anglais face à leurs morts dans ces conditions patiente lâchement sans révolution, j’espère que la fougue des français réagira bravement quand l’ultra libéralisme provoquera la même chose en France !


  • La conclusion de France info :« l’hôpital britannique a recours à de très nombreux étrangers, un médecin sur dix est un ressortissant étranger de l’union européenne [...] ironie de l’histoire leur présence vitale pour le système de santé britannique est remise en cause par le Brexit. »

    Ils ont vraiment honte de rien ces journalistes... fallait l’oser celle-là.

     

    • Oui oui je viens d’entendre un truc dans le même genre de la part d’une Galloise ce soir : si le système de santé est dans cet état déplorable c’est à cause des longs pourparlers autour du Brexit dans le pays. Bon elle vit en France et regarde sûrement la télé.


  • Déjà, dans les années 80, ma tante, mariée à un Anglais et terriblement négligée par cette société socio-darwino-thatchérisée, a pu, grâce à l’attention de mes parents, être hospitalisée et soignée à Calais...


  • Inutile d’en faire un plat, 1500 morts/an, c’est de la gnognotte à côté du bilan des féminicides.

    Thémistoclès

     

    • Vous plaisantez, mais toutes ces morts pourtant dites "évitables" sont insignifiantes.
      La source du problème c’est cette idéologie largement répandue mais absurde qui voudrait que l’on ne meurt pas ! Et encore moins de choses banales.

      Maintenant,si les morts sont banales, c’est que la société l’est tout autant...Ce serait là la première chose à reconnaitre...dans une société de la banalité, on meurt banalement.
      Nous n’avons même plus le loisir de mourir de quelque aventure ou excentricité.

      Il faudrait une vraie réflexion sur la mort(donc sur la vie) ce serait plus productif que de déplorer sans cesse les chiffres,les statistiques.


    • @louise
      enfin un commentaire rassurant.
      Je ne connais pas une forme de médecine qui ait empêché quelqu’un de mourir. Si nous commencions à vivre sans focaliser sur cette angoisse fondamentale, peut être que nous serions déjà un peu plus libre et moins souffrant au quotidien.
      Attendre une solution de l’hôpital a notre état de santé est aussi vain que d’attendre le bonheur de la politique, non ?


    • #2342402

      @ louise

      Pars la première, on te rejoindra après, c’est promis. L’absurdité, c’est de se laisser bouffer de l’intérieur par des être unicellulaires jusqu’à en mourir.

      C’est ça l’absurdité. Oui, mourir est absurde. Nous devrions déjà occuper un quart de la galaxie à l’heure qu’il est, si nous n’avions pas des mafieux dans les pattes qui aiment à se conduire comme des Pachas dégénérés au point de nous faire mourir en nous contraignant dans des conditions de vie et d’infantilisation inacceptables.

      Vous payerez tout cela.


  • Nous on en est encore à "un jour il y aura un drame" comme si c’était pas déjà le cas, comme si on pouvait juste se contenter de voter pareil mais en engueulant un peu le pouvoir. Quelle horreur ! C’est monstrueux ! Mais c’est rien à côté des morts par médicaments. La santé n’est plus que du business, c’est ça qu’il faut avoir en tête, lorsqu’on mettra en place une démocratie patriote, c’est un secteur très très améliorable avec en plus de grandes économies à faire vu qu’il est pompé par d’énormes parasites.


  • C’est malheureusement le modele qu’on prepare a la France.
    Et nous, medecins, le savons deja.
    C’est l’attrition de la population par
    1) avortement libre
    2) euthanasie
    3) reductions drastiques des soins (morts prematurees)

    Si vous croyez que le numerus clausus etait une decision financiere, vous n’auriez que partiellement raison.
    La vrai raison est le controle/reduction de la population.

    Cela fait partie des agendas secrets de l’ONU.
    Et ce n’est pas une theorie du complot.

     

    • bonjour,
      pourtant des programmes de formation d’infirmières en pratiques avancées sont en cours.
      En utilisant des moyens de communicaton vers des médecins et spécialistes, elles pourront réagir plus efficacement, mettant en place des diagnostiques plus précis, des bilans plus ciblés. Cela, je crois, ce fais déjà au Canada.
      Qu’en pensez-vous ?


    • Que pouvons-nous faire alors ?


    • @Arthur
      En amont.
      Les ogm, les pesticides et autres additifs présents dans notre alimentation sont à l’origine d’un grand nombre de maladies.
      "Purifions" notre nourriture...


    • Il faut preciser un peu le projet....

      - Avortement c’est pour les blancs.
      - Euthanasie c’est pour tout le monde (car peu importe la couleur du vieux, si il ne travaille pas, il reste un surcout)
      - Reduction des soins : c’est pour les pauvres

      Ensuite, à terme le médecin generaliste disparaitra pour être remplacé par un medipod : un robot (i.e. une IA) équipé de plusierur diagnostics (en croisant les données scan 3d, ecg etc...) avec une infirmière en opérateur (pour piquer la il faut)...
      C ni secret, ni un scoop, ni une conspiration... c prévu et consentit par les acteurs du domaine de la santé...


    • Arthur : virer Macron, on le répète depuis un an.


    • cesar : " ... des programmes de formation d’infirmières en pratiques avancées sont en cours "

      Il s’agit de faire faire aux infirmières le travail des médecins, au lieu de recruter plus demédecins.

      Et le travail des infirmières diplômées pourrait être fait par des femmes deménages qui sont moins chères.


  • Bouh, le libéralisme, c’est pas bien !
    Franchement, ce genre d’articles à deux balles, on peut le reproduire dans n’importe quel pays, même dans le paradis socialiste français. La réalité, c’est que les conditions de vie en UK sont largement meilleures que dans tous les pays de l’UE, que l’on parle du travail, du logement, des moyens de transport ou de la santé. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir le nombre d’étranger UE qui viennent en UK et de comparer avec le nombre de britanniques qui partent de l’UK pour d’autres raisons que de profiter du soleil en méditérannée. Le fait que cette étude est "unique au monde" en dit long sur d’autres pays, qui ne souhaitent probablement pas s’exposer à la vérité. J’espère en tout cas qu’ils vont enfin mettre en place leur Brexit et fermer la frontière aux étrangers pour qu’on voit bien que l’UE, c’est un bloc soviétique bis, la France étant la meilleure élève en la matière.

     

    • @Anonyme :
      Il conviendrait de se documenter un peu mieux avant d’énoncer des contre-vérités, voire des sottises concernant les conditions de vie en GB.
      1) Concernant la santé :
      "1.2.3. Les limites du système anglais : rationnement des soins et persistance des inégalités de santé et d’accès aux soins malgré l’universalité.
      Très fortement centralisé, le système de santé britannique est d’abord confronté à unsous-financement chronique (under-funding), manifeste depuis le début des années 1980,ayant abouti à un rationnement de fait dans l’accès à l’hôpital. Cette situation est régulièrement dénoncée par la profession médicale (par exemple, rapport de la British Medical Association dès 1988 mettant en évidence le nombre important de report d’opérations). Depuis longtemps, la dotation en équipement lourds est plus faible que sur le continent et surtout, les phénomènes de file d’attente sont importants pour toutes les opérations jugées « non pertinentes », qu’il s’agisse d’opérations programmables jugées non urgentes (prothèse de la hanche, cataracte, prostatectomie par exemple) ou d’opérations exceptionnelles et risquées (grosses interventions vasculaires et cardiaques). Les patients très âgés et ayant une espérance de vie réduite se voient souvent refuser l’accès à ces soins onéreux."
      Rapport Chevrier-Fatome de l’Inspection générale des affaires sociales, étude comparative.
      Je précise que la notion de "très âgé" commence souvent dès 70 ans en GB ...
      Seuls les patients "privés" très aisés peuvent prétendre à des soins vraiment dignes.
      Ayez la curiosité de voir les rapports de l’OCDE concernant la part des dépenses de santé dans le PIB britannique et vous constaterez qu’elle est environ d’un tiers inférieure à celle de l’Allemagne, de la France et des Pays Bas (je ne tiens pas compte des E-Unis dont les coûts de la médecine sont inter-sidéraux, la comparaison se trouvant naturellement biaisée)..


    • @ anonyme, je poursuis :
      2) les transports en GB ! Prenez-vous le métro londonien ? sale, souvent sombre, hanté de terribles courants d’air et par conséquent de rames hurlantes, très incommode par sa grande profondeur (escaliers jusque dans les entrailles de la terre) ... mieux vaut être jeune !
      Je ne puis parler du transport ferroviaire par méconnaissance du sujet.
      3) le travail : votre analyse des migrations de population de travail ne prend pas en compte le fait que les britanniques ne parlent quasiment aucune langue étrangère (pourquoi le feraient-ils puisque la colonisation linguistique anglo-saxonne est arrivée à son paroxysme), ce qui est un sérieux handicap pour travailler à l’étranger. Il faut admettre toutefois que la création d’une société y est particulièrement aisée et que la France ferait bien de s’inspirer de cette simplification administrative ainsi que des relations de travail nettement plus conviviales que chez nous en général. Toutefois, le darwinisme social est à l’oeuvre dans ce domaine également si l’on compare en particulier le système de protection sociale et d’indemnité chômage (hire and fire).
      4) Le logement : les loyers londoniens ne sont pas adaptés aux économiquement faibles c’est le moins que l’on puisse dire ! Ne parlons pas du coût délirant des chambres d’hôtel ... soit, c’est peut-être mieux en banlieue, je ne connais pas assez le sujet.

      Bref, je ne vois pas de paradis là, même si je souscris bien à votre définition de l’UE qui ressemble de plus en plus à une prison.


  • Toujours les mêmes commentaires :
    si le socialisme ne fonctionne pas c’est la faute au capitalisme...

    Il n’y a pas longtemps, un article montrait que les membres du "Labour" (socialiste) mettaient leurs enfants dans des écoles privées et se soignaient dans des cliniques privées. Le public, c’est uniquement pour leurs électeurs...


  • Si les 5500 sont des anglais y a pas de mal !

     

  • #2342060
    le 13/12/2019 par Manger 15 fruits et légumes par ?
    Depuis 2016, plus de 5000 Anglais sont morts en attendant un lit (...)

    ’’ ces décès sont entièrement et uniquement causés par la durée d’attente et non par l’état des malades’’. Le malade aurait l’ esprit bien tranquille n’était cette attente terrassante.
    Surenchère adverbial et écriture inclusive. Inclure du temps de cerveau la prochaine fois ça aidera.


  • Pourtant j’ai été quelques fois malade en Angleterre, puisque j’y retourne chaque année depuis 30 ans. Je dois dire que chaque fois on m’a pris dans l’heure qui a suivi.
    Par contre, aux Urgences de Riom, j’ai attendu des heures.
    Il serait intéressant de savoir combien de SDF meurent de froid en UK, sachant que l’on en voit énormément plus en France que là-bas.

     

    • @pleinouest35

      Parfaitement vrai. Pour peu que vous ayez pris la peine de vous assurer auparavant, les soins sont tout à fait satisfaisants dans ce pays.
      Je vis en angleterre depuis plusieurs années et je peux même vous dire qu’il y existe un système social, pour qui fait preuve de bonne volonté. Ainsi, après la crise de 2008, les conditions se sont dégradées pour beaucoup de personnes. Pour palier à ce genre de moments défavorables, les entrepreneurs peuvent obtenir le statut de travailleur pauvre, ce qui leur donne droit à l’équivalent d’un RSA par rapport au niveau de vie britannique. J’ai plusieurs amis qui étaient dans cette situation, dont un qui s’est fait prendre en charge pour un infarctus. Quand il m’a dit ce qu’il a dû payer de sa poche pour être soigné, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il aurait payé la même chose qu’un salarié lambda sans mutuelle en France, sauf qu’il n’a rien cotisé pour cette prise en charge (financée par les impôts). Comme il devait prouver qu’il essait de travailler pour toucher ce RSA, mon ami n’a pas sombré dans la dépression et aujourd’hui, les affaires ont repris. En France, essayez de toucher un RSA en étant entrepreneur (ou essayez de vous soigner tout court, en dépit des prélèvements obligatoires).


  • J’espère que notre "grand grabataire" Balkany n’attendra pas si longtemps à l’hôpital pour faire soigner ses abominables souffrances !!!...snif....sniff


  • Voila pourquoi il faut se presser de foutre Macron et tous les autres dehors, avant qu’il n’ait fini de détruire notre système de santé publique qu’il paupérise à dessein pour le privatiser, comme il tente de le faire avec nos retraites qu’il file à ses maitres de la haute finance des fonds de pensions américains.

     

    • De quoi parlez vous en parlant de système de santé ?
      novlangue !
      Il n’existe de système de santé ni en France, ni en Angleterre. Nous avons un système de gestion de la maladie, rien à voir !

      On ne lutte pas contre l’obscurité, on allume la lumière.
      On ne peut pas avoir un pied chez Casanovas et un pied à l’hôpital. Il faut choisir. Et le système, c’est pas Casanovas.
      Et même Casanovas focalise sur la "cellule" et son fonctionnement, mais les cellules ne sont QUE la matérialisation du discours entre l’Âme et de la pensée. Quand un médecin commencera à vous parler comme ça, nous pourront parler de "système de santé"
      ... Et nous resterons malgré tout mortels !


  • A tous les coups ,c’est a cause du réchauffement climatique .

     

  • C’est inhumain, heureusement j’ai énormement appris avec "Prenons le maquis" et casasnovas, ils nous proposent les bons remedes et les meilleurs orientations, je pense sincerement que cela nous prévient d’être abandonner pendant des heures dans un couloir d’hopital et de crever dans un anonymat total.


  • Même dans un hôpital de brousse au fin fond du Zimbabwe on attend moins longtemps ! Et je ne pense pas exagérer en affirmant cela !

     

    • Certes , mais la qualité des soins dans un hôpital de brousse au fin fond du Zimbabwé n’est sans doute pas la même qu’à l’hôpital américain de Neuilly ou qu’à la Pitié-Salpêtrière , sans vouloir être désobligeant avec les infirmiers ou les marabouts Zimbabwéens ...


  • Le libéralisme devait apporter que bienfaits et bonheur ! La main invisible du marché caressant affectueusement les citoyens atomisés qui égoïstement travaillant pour leurs intérêts personnels allaient en fait comme dans une sorte "d’incroyable convergence d’esprit, consensus, quasiment de télépathie" œuvrer à l’intérêt collectif...

     

    • Et en suisse, Singapour, Suède, Danemark ,Estonie, Irlande, Canada ca fonctionne pas peut être ? Votre libéralisme ( qui n’existe pas en France d’ailleurs....) et vous osez vous plaindre dans cette soit disant extrême droite ( juste des nationaux gauchistes)


  • Ils le veulent leur système anglo-saxon, ils le gardent : seulement, c’est plus fort qu’eux que, comme la démocratie, ils veulent te la refiler : jamais gratuitement, forcément : il faut bien nourrir les parasites de la spéculation. L’avantage avec un lit d’hôpital, c’est que même un prédateur peut y crever...
    Voilà ce que ces gonzes veulent nous vendre : on va les faire rire jaune encore un peu. Déjà, barre toi avec ton fanion Brexit de sorte que le discours à venir, démontre la possibilité d’en sortir, pour toutes les nations de l’U.E. que l’on rackette...


  • Bah, tant que l’étude ne parlera pas du nombre de morts dû à l’obtention d’un lit...
    Étonnant, ce besoin qu’ont les gens d’aller naitre et mourir à l’hôpital aujourd’hui.
    j’irai à l’hôpital dès que les clients n’y souffriront plus et n’y mourront plus ! Pas avant !


  • #2342298

    Quand j’étais au collège, on étaient "jumellés" avec l’Angleterre

    et comme on venaient des villes pauvres
    Clichy Montfermeil 93

    et bin, on avait le même genre, en Angleterre
    Hackney

    on voyait les mecs qui se piquaient direct, dans la rue

    je crois que par rapport à notre ghetto,
    eux ils ont fait plus fort

    nous, on a ce qu’il faut,
    mais en Angleterre


  • J’ai vécu au Pays-de-Galles en 1993-94. Déjà à cette époque, le système de santé était gravement malade mais par chance, mis à part des rhumes à répétition dus au climat local, je n’ai pas eu besoin d’être hospitalisée.

    La Grande-Bretagne, c’est quand même le berceau du libéralisme et du darwinisme. C’est le premier pays qui a eu une révolution bourgeoise et maçonnique (la Révolution Glorieuse de 1688), le premier pays européen à détruire sa communauté paysanne (système des enclosures) et le premier à avoir connu la révolution industrielle avec des conditions abominables pour les ouvriers.

    Bref, c’est un pays très en avance sur son temps !! Si j’ose m’exprimer ainsi.


  • Mais Kate Middleton Windsor et Meghan Markle Sussex s’en foutent : elles accouchent dans des cliniques privées luxueuses.
    La reine Élisabeth 2,au pouvoir depuis 70 ans, aura vraiment trahi son peuple sur tout.


  • Le système de santé public anglais n’est pas liberal mais totalement sous contrôle de l’etat. Vous ne choisissez pas votre médecin mais il est assigné en fonction de votre résidence. Sinon, il faut payer tout de votre poche. C’est un système dit beveridge où le médecin est un fonctionnaire. Ce sont les impôts qui financent.


Commentaires suivants