Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Derrière l’hypothétique affaire Trump-Ukraine, la corruption ordinaire de la politique étrangère des États-Unis

Donald Trump est soupçonné d’avoir fait pression sur les autorités ukrainiennes pour lancer une enquête contre son principal rival aux élections, Joe Biden. Si bien que le Parti démocrate a ouvert une procédure de destitution contre le président des États-Unis. Mais ce n’est là qu’un symptôme de la guerre partisane que se livrent républicains et démocrates.

 

Les aspects essentiels du « scandale Trump-Ukraine », qui ont conduit à une procédure d’impeachment contre Donald Trump, n’ont pas clairement été rapportés, même par les républicains.

Trump était très probablement poussé par des motifs politiques s’il a effectivement décidé de menacer l’Ukraine du retrait de l’assistance militaire américaine à moins de l’ouverture par Kiev d’une enquête sur son principal adversaire démocrate à la présidence, Joe Biden.

La transcription de l’appel par la Maison Blanche entre Trump et le président ukrainien Volodymr Zelinsky ne permet pourtant pas d’attester un tel quiproquo.

Mais il y a quelque chose dont on ne parle pas dans le contexte de cette histoire : politique mise à part, Biden devrait logiquement faire l’objet d’une enquête à la fois en Ukraine et aux États-Unis.

En effet, des conversations téléphoniques avaient « fuité » en 2014 entre d’une part Victoria Nuland, assistante du Secrétaire d’État pour les affaires européennes et eurasiennes, et d’autre part Geoffrey Pyatt, alors ambassadeur en Ukraine. On y apprenait que le vice-président de l’époque, Joe Biden, avait joué un rôle d’entremetteur dans le renversement du gouvernement ukrainien élu peu de temps après ces conversations.

C’est bien l’action criminelle dont on ne parle jamais dans cette histoire. Le renversement illégal d’un gouvernement souverain.

En guise de butin pour ce coup, Hunter Biden, fils du vice-président en fonction, reçut un siège au conseil d’administration de Burisma Holdings, producteur de gaz majeur d’Ukraine. Ce n’est là rien de moins qu’une manœuvre néocoloniale transparente pour s’emparer d’un pays et y installer ses propres pions. Et le fils de Biden n’était pas le seul. Un ami de la famille du Secrétaire d’État John Kerry rejoignit également le conseil d’administration de Burisma Holdings. Le géant agricole Monsanto obtint aussi un contrat avec l’Ukraine peu après le renversement du gouvernement élu. Et comme ministre des Finances d’Ukraine, on nomma juste après ce coup un citoyen états-unien, ancien agent officiel du département d’État, qui obtint la citoyenneté ukrainienne le jour avant d’occuper la fonction.

Après qu’un procureur ukrainien a été nommé pour investiguer sur des actes de corruption possibles au sein de Burisma, Biden reconnut ouvertement lors d’une conférence l’année dernière qu’en tant que vice-président, il avait amputé d’un milliard de dollars une ligne de crédit ouverte à l’Ukraine jusqu’à ce que le procureur soit démis de ses fonctions. Comme Biden le dit lui-même, il n’aura fallu que six heures pour que la chose arrive.

Ce que les démocrates reprochent maintenant à Trump équivaut exactement à ce que Biden s’est vanté d’avoir fait. Mais on n’oserait pas affirmer pour l’heure si Trump a obtenu ce qu’il voulait aussi facilement que Biden.

 

Menaces, corruptions et chantage

Cela nous mène à un autre « non-dit » de l’histoire : la façon dont le gouvernement des États-Unis conduit les affaires étrangères, à coups de corruption, de menaces et de chantage.

Trump a peut-être retiré de l’assistance militaire à l’Ukraine pour faire enquêter sur Biden. Mais cela est présenté hypocritement par les démocrates comme un abus de pouvoir qui serait inhabituel.

C’est au contraire tout à fait courant.

Les exemples abondent. La menace de retrait des aides étrangères a été brandie contre les nations membres du conseil de sécurité en 1991 quand les États-Unis voulaient obtenir l’autorisation de l’ONU pour la première guerre du Golfe. Le Yémen avait eu l’audace de voter contre la guerre. Un membre de la délégation américaine dit alors à l’ambassadeur du Yémen : « C’est le vote le plus cher que vous ayez jamais émis ». Les États-Unis coupèrent alors 70 millions de dollars d’aide à la nation la plus pauvre du Moyen-Orient et l’Arabie saoudite [traditionnelle alliée de Washington, NDT] renvoya environ un million de travailleurs yéménites.

La même chose arriva avant la seconde guerre du Golfe en 2003, comme nous l’a appris la lanceuse d’alerte Katharine Gun. Elle a en effet capté un mémo de la NSA. Il révélait que les États-Unis cherchaient l’assistance de leurs collègues du renseignement britannique pour espionner les missions des membres du conseil de sécurité afin de pouvoir exercer des « pressions » pour le vote en faveur de l’invasion de l’Irak.

En 2001, les États-Unis menaçaient également de couper les aides militaires et étrangères aux nations qui ne concluaient pas d’accords bilatéraux pour garantir l’immunité des troupes américaines devant la Cour pénale internationale.

Plus récemment, les États-Unis ont encore montré les muscles devant l’Équateur. Ils ont notamment suspendu un prêt de 10 milliards de dollars en échange de l’expulsion de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, de leur ambassade à Londres.

C’est ainsi que les États-Unis mènent leur diplomatie.

Comme l’écrivait l’ancien secrétaire général des Nations unies, Boutros Boutros-Ghali :

« Issu d’un pays en développement, j’étais très bien formé au droit international et à la diplomatie. Et je croyais naïvement que les grandes puissances, en particulier les États-Unis, formaient aussi bien leurs représentants diplomatiques et reconnaissaient ces valeurs. Mais l’Empire romain n’avait pas besoin de diplomatie, et les États-Unis non plus. Pour les pouvoirs impériaux, la diplomatie est perçue comme une perte de temps et de prestige, ainsi qu’un signe de faiblesse. »

Cette corruption fondamentale de la politique étrangère américine qui consiste notamment à renverser des gouvernements élus n’a d’égal que la corruption d’un système politique soutenant les politiques partisanes avant tout. Dévoiler au grand jour ce système ancien et bien installé devrait importer plus que le nombre de scalps arrachés aux adversaires politiques, que ce soit celui de Trump ou Biden.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Le chantage que Trump aurait exercé n’est pas prouvé. La suspension de l’aide a été faite avant. Cette aide allait pour des actions militaires contre la Russie. Compte tenu de l’apaisement entre Russie et Ukraine, ça se justifiera.
    Cet article est malhonnête. On met dans le même sac le chantage pour intérêts personnels tel que pratiqué par Biden, non seulement en Ukraine mais aussi en Chine. Biden fils recevait des grosses sommes à chaque fois que son père négociait avec un pays et perdait ses négociations pour le compte des USA mais se renflouait personnellement. Trump ne veut plus que les intérêts de son peuple soient sacrifiés pour des intérêts personnels. Songez un peu aux traités en France qui vont contre nos intérêts.
    L’article ne mentionne pas Soros ni le fait que procureur de l’Ukraine faisait en 2014 une enquête sur Soros et le fils Biden et qu’il a été démissionné sur ordre de Biden et poursuivi pour corruption par le gouvernement renversé avec l’aide de Soros.
    L’article fait l’amalgame entre une clique aux USA qui a eu le pouvoir pendant longtemps et qui l’ exercé pour ses intérêts personnels, et les états unis d’autre part. Songez un peu à notre parenthèse état français, légal mais pas légitime.
    Oui, la CIA est le pouvoir qui a dirigé les USA. Et mettre dans le même sac les actes de corruption et les actes pour stopper la corruption est malhonnête.

     

    Répondre à ce message

  • le Parti démocrate a ouvert une procédure de destitution contre le président des États-Unis

    Aux dernières nouvelles, il semblerait que même cette info là était du fake.
    L’explication est donnée par cet op-ed du "The Hill". https://thehill.com/opinion/white-h...
    Il faut savoir que ce canard vise un lectorat de professionnels de la politique. Il n’est pas plus sincère qu’un autre, mais vu la compétence particulière de son lectorat, aucun contributeur ne perdrait son temps à y exposer un raisonnement juridique simple et sans ambiguïté, si techniquement il ne tenait pas la route. Pour cette raison, je fait a priori confiance à cet article.

    En résumé pour les non-anglophones, aucune procédure n’aurait démarré en fait, car :
    1) Il n’y a jamais eu le vote de la Chambre des Représentants, qui est pourtant nécessaire.
    2) Il n’y a que du tapage médiatique autour de courriers comminatoires, mais sans conséquences légales, envoyés par le parti Démocrate.

    Certes, ces courriers exigent des documents et des témoignages, et menacent de considérer un éventuel refus comme une tentative d’obstruction.
    Sauf qu’aucune de ces demandes n’a la forme légale d’un "subpoena" (une sorte de mandat légalement contraignant). La raison de cet "oubli" est vraisemblablement qu’un subpoena peut être contesté en justice par celui qui le subit, et les motifs du subpoena seront alors scrutés par un juge. Vu leur légèreté, les Démocrates préfèreraient éviter ce risque.
    Du coup, ceux dont les Démocrates ont exigé par courrier des documents et témoignages peuvent sans aucun risque ignorer ces demandes. Les Démocrates et les médias amplifieront alors leur kabuki, et puis c’est tout.

    Le but de ces manoeuvres laisse perplexe ; un tel cirque ne peut perdurer jusqu’à l’élection sans faire une vaste publicité à la corruption des Biden. Mais cela pourrait justement être le but secret de Pelosi ; après tout, elle avait déjà torpillé Clinton lors du scandale Epstein, l’air de rien.
    Autre hypothèse : les Démocrates espèreraient que le camp Trump, déstabilisé, commettra une faute caractérisée.

     

    Répondre à ce message